Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Adam
Derniers sujets
» D Day
Mar 4 Déc - 22:29 par Angelina Fisher

» Visite innatendue
Ven 23 Nov - 15:19 par Angelina Fisher

» Resolutions
Sam 10 Nov - 22:05 par Angelina Fisher

» Deidre en attente du père noel
Sam 3 Nov - 16:01 par Angelina Fisher

» Halloween
Lun 29 Oct - 12:56 par Angelina Fisher

» Inquiétude
Jeu 18 Oct - 22:48 par Angelina Fisher

» Deidre Fisher
Mer 17 Oct - 13:41 par Angelina Fisher

» Le secret
Sam 22 Sep - 22:16 par Angelina Fisher

» Les auditions à l'aveugle
Sam 25 Aoû - 22:23 par Angelina Fisher

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine

Partagez | 
 

 Plan machiavelique

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 48
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Plan machiavelique   Lun 21 Déc - 23:13


Chelsea était bien décidée à aider son amie Chloe à reprendre Kevin à Angelina. Ce jour-là elle et Chloé prenaient le thé chez elle et Adam en discutant des problèmes de Chloé pour reprendre Kevin.
-         Tout ce que j’ai entrepris jusqu’à maintenant avec l’aide de Gloria, Victoria et Abby a lamentablement échoué. Kevin et Angelina sont plus proches que jamais.
-         C’est que j’ai vu oui. Je regrette de n’avoir pas été là mais Adam, Connor et moi avions été retenus en Floride pour une affaire qu’Adam ne pouvait pas laisser filer.
-         Je comprends et de toute façon je n’étais pas seule j’avais et j’ai toujours toute la famille de Kevin de mon côté. Même Michael est dans mon camp mais à quoi tout cela peut-il me servir si je n’arrive pas à récupérer ce qui m’appartient.
-         Si je résume tout ce que tu m’as dit tout ce que tu as entrepris tu la fais de manière unilatérale. Ce dont tu as besoin c’est d’amener Kevin à prendre conscience que c’est toi la femme de sa vie et non cette voix nasillarde.
-         Oui mais comment ?
-         Il faudrait l’amener à douter d’elle : de son intégrité.  
-         Tu imagines qu’elle a refusé un chèque de cents millions de dollar ?
-         Parce que cela aurait été trop facile dit Adam.
-         Adam, il y’a longtemps que tu es là ?
-         Suffisamment pour vous avoir entendu. Chloe, si tu veux rependre Kevin tu n’as qu’une chose à faire : l’amener à douter d’Angelina.
-         C’est exactement ce que je lui ai dit.
-         Je suis d’accord mais comment il est tellement fou amoureux d’elle qui ne voit qu’elle et ne jure que d’elle.
-         Maman, quand va-t-on rentrer à la maison avec Kevin ? Je veux retrouver ma chambre rose.
-         Bientôt, chérie, maman te le promet.
-         Cela fait longtemps maintenant que tu dis ça mais Kevin vit toujours avec cette sorcière. Oups, pardon, maman je n’aurais pas dû dire ça. 
-         Mais non, chérie, pourquoi ne devrais-tu pas le dire ?
-         Papa n’aime pas que je parle comme ça.
-         Papa a raison sauf pour certaines personnes. Angelina en fait partie.
-         Alors j’ai le droit de l’appeler sorcière si j’en ai envie ?
-         Oui ma chérie, tu en as le droit mais ne le dit pas devant papa c’est tout.
-         Super alors parce que j’en ai très envie.
Tout le monde sourit.
-         Dit Deliah, pourquoi ne montrerais pas au premier jouer avec Connor ? Adam, ta maman et moi avons à discuter pour que tu te retrouves vite ta maison et Kevin.
Deliah ne se fit pas prier et monta immédiatement à l’étage.
-         La voilà la solution : elle est devant toi depuis toujours en fait.
-         Comment ça ?
-         Deliah, c’est Deliah ta réponse, Chloe. Si tu veux retrouver Kevin alors tu dois emmener Kevin à douter d’Angelina en l’amenant à faire quelque chose qu’il reprouverait comme un enlèvement d’enfant.
-         Quoi pourquoi Angelina enlèverait elle un enfant puisqu’elle et Kevin vont en avoir deux ?
-         C’est une grossesse à haut risque et ils ont besoin d’argent. Si Angelina venait à enlever quelqu’un que Kevin aime, quelqu’un comme Deliah par exemple, contre une rançon, comment crois-tu qu’il réagira ?
Chloe sourit.
-         Chelsea ton mari est un génie ! 
-         Pourquoi crois-tu que je l’aie épousé dit-elle en souriant.
 
 
***
 
Les problèmes financiers de Kevin et Angelina ne cessaient de croitre. Cela faisait plusieurs semaines maintenant que les factures de l’hôpital n’avaient pu être payé. La Saint Valentin approchait. Kevin cherchait par tout moyen une manière de gagner de l’argent mais en vain. Ce jour-là comme tous les jours il ferma son ordinateur en soupirant. Angelina le regarda tristement.
-         Tu dois avoir honte de moi n’est-ce pas ?
-         Honte de toi ? Kevin, je n’aurai jamais honte de toi !
-         Tu devrais pourtant : à quoi je ressemble :  un mari qui n’est même pas foutu de gagner suffisamment d’argent pour pouvoir offrir un simple diner au restaurant à sa femme pour la st Valentin ni même faire vivre sa famille. Je ne suis pas un homme !
-         Je t’interdis de dire ça ! Kevin tu es un homme et un mari merveilleux. Tu fais tout ce que tu peux pour nous sortir de cette galère. Tu n’es pour rien si notre assurance ne prend pas en compte ce genre de grossesse.
-         Peut-être mais si je n’étais pas revenu te voir à Los Angeles aujourd’hui tu brillerais sur toutes les plus grandes scènes internationales. Qui sait peut-être même serais tu sur la scène mythique de l’Olympia à Paris en France. Tu serais acclamée par une foule de spectateurs.
-         Oui peut être. Et toi ta famille et tes amis ne t’auraient pas tourné le dos.
-         Je me fiche complètement d’eux ! toi et nos bébés êtes plus important à mes yeux qu’eux tous réunis. 
Angelina sourit.
-         Alors toi tu te fiche que ta famille et tes amis ne te parlent plus parce qu’ils me détestent mais je devrais regretter des scènes musicales aussi mythique soient-elles ? Tu as raison, si tu n’étais pas venu me retrouver je serais peut-être à Paris ou ailleurs à l’heure qu’il est mais le soir venu qu’aurais-je ? J’irai dormir seule dans une chambre d’hôtel puis dans une autre chambre d’hôtel semblable à la précédente puis une autre et encore une autre au lieu d’être chez moi avec mon mari ; l’homme que j’aime, et porter ses bébés et ça croit moi, mon amour c’est la plus belle chose au monde.
Tout en parlant Angelina s’était rapproché de Kevin, passa ses bras autour de sa taille et l’embrassa.
-         Quant à la St Valentin, avec toi mon amour c’est la St Valentin tous les jours.
A son tour Kevin avait passé ses bras autour de la taille d’Angelina, taille qui avait pris beaucoup d’ampleur ces derniers temps et l’embrassa.
-         Ce que je vous aime Md Fisher.
-         Je ne me lasserai jamais de t’entendre m’appeler comme ça.
-         Et je ne me lasserai jamais de te le dire.
Ils s’embrassèrent.
-         Et puis pas besoin d’aller au restaurant pour fêter la St Valentin, je pourrais préparer le diner à la maison. Je te ferai des linguini.
-         Si tu me promets de ne pas mes les faire avaler dès le matin, dit-il en souriant.
-         Tu n’as pas oublié, dit-elle en riant.
-         Comment le pourrais-je ?
-         Si tu avais vu ta tête ce jour-là.
Tous deux se mirent à rire à l’évocation de ce jour-là.
-         Je n’étais pas sûr que tu veuilles encore de moi après tout ce qui s’était passé.
-         Kevin, je t’aimais. Je n’ai jamais cessé de t’aimer.
-         Et aujourd’hui nous voilà marié et tu portes mes bébés.
-         J’ai dû faire quelque chose de vraiment bien au cours d’une de mes vies antérieures pour mériter un tel bonheur.
-         Inutile de chercher au cours d’une vie passée si tant est qu’elles existent, celle-ci est largement suffisante. Tout le bien que tu dispense autour de toi. Ce n’est pas pour rien si les habitants de Skid Row ne t’ont pas oublié. 
-         Moi non plus je ne suis pas prête de les oublier. C’est une expérience unique de partager leur vie même un court instant. Kevin, lorsque tout ceci sera derrière nous, quand tout sera rentré dans l’ordre j’aimerais bien y retourner au moins une fois avec toi et nos filles. Pour chanter mais pas seulement pour leur montrer qu’il faut s’accrocher à ses rêves que tout peut arriver. Je veux te présenter à Anthony.
-         Qui est Anthony ?
-         Un ami à Dayzee qu’un accident a laissé des séquelles sur une de ses jambes.
-         Nous irons je te le promets. Mais d’abord j’aimerais que tu répondes à une question et je veux la vérité. Même si c’est dur à entendre.
-         Vas-y, je t’écoute.
-         Est-ce Los Angeles te manque ?
-         C’est compliqué. Ces gens ont marqué ma vie plus que je ne l’imaginais mais lorsque tu es venu me retrouver et tu m’as demandé en mariage je savais que notre vie serait ici et peut être ne les rêverais je plus mais je rentrais chez moi avec mon mari : l’homme que j’aime bien plus que les mots peuvent le dire et pour cela j’étais comblée.
-         L’es-tu encore ?
-         Kevin, oui ! Bien sûr je le suis encore et le serai toujours tant que tu seras mes côtés.
Kevin sourit.
-         Tu vas devoir me supporter encore longtemps, très longtemps.
-         Toute la vie, dit-elle en souriant ?
-         Oui, et même au-delà, répondit-il en l’embrassant.
-         Ça marche.
A cet instant Angelina sentit comme une crampe et son visage se crispa de douleur.
-         Chérie, quelque chose ne va pas ?
Elle sourit.
-         Ce sont les filles, l’une d’elle vient de se retourner…
Tout en prononçant ces mots Angelina prit la main de Kevin et la porta sur son ventre. L’une des petites roula puis ce fut la seconde. Kevin et Angelina sourirent.
-         Tu vois, chéri, ces deux petits êtres qui se roulent dans tous les sens dans mon ventre sont la réponse à ta question : est-ce je regrette ma vie d’avant : la réponse est non ! J’ai la vie dont j’ai toujours rêvé avec l’homme dont je suis follement et éperdument amoureuse depuis… depuis… Quand je suis incapable de le dire car je suis née le jour où je t’ai connu. Nos problèmes financiers finiront par s’arranger. Je ne sais pas comment ni quand mais nous trouverons une solution.
Kevin sourit, la serra dans ses bras et l’embrassa.
 
 
***
 
Chez Adam et Chelsea, Chloe mettait au point les derniers détails concernant le piège qu’ils allaient tendre à Angelina. Ce jour-là elle avait donné RDV à Gloria, Victoria et Abby chez Adam et Chelsea. Ces deux dernières d’abord surprise de devoir se rendre chez Adam elles finirent par céder à la curiosité et se rendirent au rendez-vous.
Chelsea les reçut.
-         Victoria, Abby : je vous remercie d’être venue. Entrez, Gloria est déjà là et Chloe aussi bien sûr.
-         Victoria ! je suis contente de voir. Toi aussi, Abby.
-         J’avoue que ton coup de fil me demandant de venir chez Chelsea et Adam m’a surprise. J’ai hésité à venir mais la curiosité m’a poussé à le faire.
-         Au téléphone tu disais avoir un plan pour enfin éloigner Angelina de Genoa City ? Je t’avoue, Chloe que je commence à en avoir un peu marre de tous tes plans foireux qui finissent par enraciner cette fille dans notre ville.
-         Cette fois ça va marcher j’en suis sure. Angelina va quitter une fois pour toute Genoa City et je récupérai Kevin.
-         Chloe, je ne voudrais pas te paraitre désagréable mais cela fait des mois que tu nous répète cela et non seulement Angelina s’est incrustée à Genoa City et elle et Kevin sont toujours ensemble et attendent des enfants.
-         Cette fois cela sera diffèrent. Si tous nos autres plans n’ont pas fonctionné c’est parce que nous avons oublié un ingrédient essentiel : l’amour.
-         L’amour ? Chloe, je regrette de te faire revenir à la réalité mais Kevin est fou amoureux d’Angelina.
-         Toujours à mettre les pieds dans les plats, Abby.
-         La ferme, Adam !
-         Abby, je t’interdis de parler à mon mari de la sorte.
-         Ce n’est rien, j’ai l’habitude que l’héritière mise à nue me parle de la sorte.
-         S’il vous plait, nous ne sommes pas là pour nous disputer mais afin de mettre au point les derniers détails qui nous débarrasseront pour toujours d’Angelina et pour répondrai à ta remarque, Abby, il ne s’agit pas de l’amour que Kevin porte à Angelina mais à une autre personne. Ma fille Deliah !
-         Qu’est ce Deliah vient faire là-dedans ?
-         Victoria, promets-moi de ne rien dire à Billy sur ce que je vais dire. Si tu ne t’en sens pas capable alors je te demanderai de partir.
-         Chloe, tu n’as pas à t’en faire : je suis de ton coté et tout ce qui permettra à Johny de retrouver ses parrains et marraines ensemble.
Adam prit alors la parole.
-         Ce qui a manqué à vos plans précédents c’est qu’à aucun moment vous n’avez fait douté Kevin de l’intégrité d’Angelina. Pourquoi l’aurait il fait d’ailleurs ? Angelina a tout pour elle : elle est belle, talentueuse et plus que tout elle aime Kevin. Elle aime au point de l’avoir laissé partir pour son bonheur. Mais si elle était amenée à faire quelque chose à quelqu’un : un être innocent qui est cher à Kevin, ne croyez-vous pas qu’il la laissera tomber ?
-         C’est possible mais qui aurait ce pouvoir ? Kevin est amoureux fou d’Angelina.
-         Oh Abby, mordez-vous la langue.
-         Désolée, Gloria, mais c’est la vérité. Kevin n’a d’yeux que pour elle.
-         Abby a raison mais là il ne s’agit pas d’une ex-femme mais d’une petite fille, dit Adam avec son sourire sadique.
-         Mieux vaut mieux que je n’en sache pas plus. Je ne voudrais pas cacher quoique ce soit à Billy.  Je préfère m’en aller mais je vous souhaite bonne chance.
-         Alors, Chloe, quel est ce plan qui consiste enfin à ramener mon fils à la réalité, dit Gloria après le départ de Victoria.
Chloe avait le sourire jusqu’aux oreilles.
-         J’aimerais tout d’abord remercier mon amie Chelsea. C’est elle qui en a eu l’idée. Le plan consiste à emmener Angelina à kidnapper Delia.
-         Quoi ? dit Abby surprise. Angelina kidnappé Deliah ? Je porte pas du tout cette fille dans mon cœur mais elle n’enlèvera jamais un enfant.
Chloe sourit.
-         Pourtant elle le fera. Elle a déjà enlevé Kevin elle peut très bien enlevé Deliah.
-         Oui mais elle était amoureuse de Kevin or aujourd’hui ils sont mariés, heureux et vont avoir des enfants. Pourquoi voudrais-tu qu’elle se compromettre en enlevant un enfant ?
-         Pour l’argent. Kevin et elle sont ruinés et ils ont besoin d’argent pour payer les factures. Elle sait très bien que je donnerais tout ce que j’ai pour ma fille et Billy aussi et Billy est marié à Victoria Newman elle pourra donc demander une fortune colossale.
-         Au cas où tu l’aurais oublié, elle a refusé la fortune que Victoria et moi lui offrions à ne rien faire pourquoi voudrais-tu qu’elle fasse quelque chose d’illégal pour obtenir de l’argent ?
-         Parce que en ce temps elle n’avait pas besoin d’argent contrairement à aujourd’hui et de plus il lui fallait renoncer à Kevin. Or maintenant le contexte est diffèrent : elle a besoin d’argent et pensera que Kevin lui pardonnera une fois de plus mais elle sous-estime l’amour que Kevin porte à Deliah et grâce à ma fille il me reviendra et cerise sur le gâteau Angelina finira ses jours en prison. Michael se fera une joie de l’arrêter : il m’adore et mange dans la main depuis toujours. Sourit, Abby, nous allons enfin nous débarrasser de cette abrutie du New Jersey.
-         Mais il faut des preuves.
-         J’ai tout prévu, répondit Adam.
-         OK mais comment allez-vous y prendre pour qu’Angelina kidnappe Deliah ? Et Deliah risque d’avoir peur.
-         Tu crois me capable de faire peur à ma fille ? Je lui ai tout expliqué et elle est prête à jouer son rôle afin de retrouver Kevin et sa chambre rose.
-         J’ai ici des lettres de menaces qu’Angelina aura envoyé avant de commettre son acte et pour finir elle téléphonera à Chloe l’informant que Deliah est avec elle. Oh bien sûr au téléphone elle ne parlera pas d’argent puisqu’elle ne sera pas au courant du kidnapping mais Chloe effacera son appel et fera appel à la police l’informant de la disparation de sa fille et montrera les lettres de menaces. La police ne tardera pas à remonter la pente jusqu’à Angelina.
-          Kevin la haïra et tout sera fini entre eux et il retournera vers Chloe, dit Chelsea.
-         Et Billy ? vous y pensez ?
-         Billy sera en déplacement professionnel ce jour.
-         Ne vous inquiétez pas, Abby : Adam, Chloe et moi avons tout prévu.
-         Je trouve ce plan fantastique, s’écria Gloria.
 
 
***
 
Angelina consultait les comptes puis referma l’ordinateur. Kevin la regarda.
-         Le Neon Ecarlate nous a rapporté quelques bénéfices ce mois ci plus la vente de mes CD mais pas suffisamment pour régler toutes nos factures. 
-         Chérie, j’ai peut-être une solution mais ce qui m’ennuie c’est de devoir te laisser seule une bonne partie de la nuit.
-         De quoi s’agit-il ?
-         Chez Jimmy on demande un barman.
-         Chéri, tu n’es pas barman.
-         Cela s’apprend.
-         Certes mais entre ton travail en journée au Neon Ecarlate si tu prenais ce poste quand trouveras tu le temps de dormir ?
-         Ce ne serait que temporaire. Le temps de régler nos créanciers. 
-         Kevin, non. Je ne suis pas d’accord. Et pour plusieurs raisons. La première serait pour ta santé. Mon amour, tu n’en rends pas compte mais tu es surmené en ce moment.
Kevin sourit.
-         Ce n’est pas moi qui suis enceinte pourtant.
-         Je suis sérieuse.  Il y’a déjà le Neon Ecarlate plus ton travail à Milwaukee et si en plus tu devrais travailler chez Jimmy… la réponse est non ! définitivement non ! 
-         Tu as plusieurs raisons quelles sont les autres ?
-         Nous n’aurions plus une minute à nous.
-         Quelle est la raison principale, chérie ? Tu ne me dis pas tout qu’est qui te terrifie à ce point car encore une fois ceci ne serait que temporaire juste le temps de pouvoir régler les factures. Alors quel est le véritable motif à ton refus à me voir travailler chez Jimmy ? Est-ce le fait de ne pas vouloir me voir aux ordres de Carmine ?
-         En partie oui, mais ce n’est pas la seule raison. Depuis Carmine a racheté ce bar il en a fait un repère de voleurs, de voyou… Chéri, je n’ai pas envie de te voir te faire tuer. Je t’aime et en dépit de nos problèmes financiers nous avons réussi à rester souder et passer un maximum de temps ensemble et bientôt notre bonheur à deux passera du bonheur à quatre. En travaillant chez Jimmy ce serait trop dangereux : tu risquerais ta vie à chaque instant. Je n’ai pas envie de me retrouver veuve ni de voir nos filles venir au monde sans connaitre leur père. Kevin, j’ai envie de passer ma vie avec toi : vieillir avec toi et avoir une famille nombreuse.
Kevin sourit.
-         Combien d’enfant aimerais tu avoir ?
-         Je ne sais pas, je n’ai pas vraiment réfléchi à la question.
-         Moi si, dit-il en s’approchant un peu plus de sa femme. Est-ce huit ou neuf enfants te conviendrait ?
Angelina le regarda droit dans les yeux.
-         Peut-être oui. Si Dieu veut nous accorder autant d’enfant voir plus j’en serais ravie. Mais si possible un à un, dit-elle en riant.
Kevin rit aussi.
-         C’est pourquoi il faut que tu restes en vie. Je n’envisage pas mon avenir sans toi.
-         Ni le mien sans toi.
-         Dans ce cas s’il y’a un travail à faire c’est à moi de le faire.
-         Angelina, non ! Pas dans ton état ! Il te faut du repos.
-         Je vais bien et les bébés vont bien. Je pourrais chanter deux ou trois soirs par semaine au Neon Ecarlate qu’en dis-tu ? Cela pourrait augmenter un peu les bénéfices et nous soulager sur les frais du quotidien.
-         Je n’en sais rien, chérie, je ne suis pas convaincu. Non que cela n’augmenterait pas les bénéfices : de cela je n’en doute pas mais ce qui m’inquiète serait de te voir te fatiguer.
-         Je vais bien et il nous faut trouver une solution. Et puis voit le bon côté des choses : en chantant au Neon Ecarlate nous passerons un peu plus de temps de tous les deux.
-         C’est vrai que depuis ce deuxième emploi à Milwaukee, nous n’avons passé que très peu de temps ensemble.
-         Oui et moque si tu veux ou traite moi de midinette cela m’est égal mais tu me manques.
-         Chérie, si tu es une midinette alors j’en suis également puisque tu me manques aussi. Autant sur le plan affectif que physique.
-         Mais tu es là maintenant et je suis là et j’ai envie de toi autant que tu as envie de moi.
Kevin lui prit la main et commença à l’embrasser puis passa un de ses bras autour de sa taille qui prenait forme un peu plus tous les jours et le second sous ses jambes et la prit dans ses bras.
-         Kevin, qu’est que tu fais tu es fou !
-         Je porte ma femme jusqu’à notre chambre.
-         Repose-moi, je suis trop lourde.
Kevin ne répondit pas et continua à l’embrasser tout en la portant jusqu’à dans leur chambre où il la déposa délicatement sur le lit.
-         Tu es fou à lier.
-         Fou de toi, je plaide coupable votre Honneur.
Angelina pouffa et embrassa son mari de plus belle.
 
 
Malgré leurs problèmes financiers, Angelina et Kevin nageaient dans le bonheur. Ils étaient loin de se douter que non loin d’eux l’orage grondait déjà.
 
***
 
Comme ils le prévoyaient les chansons d’Angelina au Neon Ecarlate deux soir par semaine firent grimper les bénéfices. Malheureusement cela ne suffisait toujours pas pour régler tous leurs créanciers. En désespoir de cause ils prirent une hypothèque sur la maison. En rentrant chez eux Kevin passa ses bras autour de la taille d’Angelina qui regardait dans le vide.
-         Carmine m’a encore appelé. Je vais accepter ce travail de barman. 
Angelina se retourna.
-         Kevin, non !
-         Angelina, mon amour, nous n’avons pas d’autre solution. Nous avons tout essayé mais nous avons échoué.
-         Je pourrais chanter un soir de plus au Neon Ecarlate.
-         Il n’en est pas question. Deux soir pas plus. Lorsque nos bébés seront là et si le Neon Ecarlate nous appartiendras toujours, tu pourras y chanter tous les soirs si le cœur t’en dit : j’adorais ça et pas uniquement pour les revenus que cela nous rapporte mais tant que tu seras enceinte tu dois te ménager.
-         Nos bébés vont bien.
-         Comment le sais-tu ? Nous n’avons plus les moyens de payer l’hôpital pour tes consultations. Voilà deux mois que tu n’as vu le médecin.
-         Je n’ai pas besoin de voir un médecin qui nous coute une fortune pour savoir que nos bébés vont bien. Je le sens.
-         Peut-être mais tôt ou tard il va falloir consulter tu ne pourras accoucher par les voies naturelles.
-         Je le sais mais cela n’empêche pas que la réponse soit toujours non. Nous en avons déjà discuté, je n’ai pas changé d’avis. Je t’aime et je n’ai pas envie de te perdre.
-         Moi non plus je n’ai pas envie de mourir mais c’est où ce job où je vends mes organes.
-         Très drôle, ironisa-t-elle.
-         Que suggère tu ? j’ai hypothéqué le Neon Ecarlate, trouvé un deuxième travail, tu chantes deux soirs par semaine malgré tout ce n’est pas suffisant et j’ai dû hypothéquer notre maison pour pouvoir payer les autres factures que nous devons.
-         Dis tout de suite que c’est ma faute ! oui si je n’étais pas enceinte de jumeaux monoamniotique tu n’en serais pas là !
-         Je n’ai jamais dit ça.
-         Non mais tu le pense tout bas ce qui est pire.
-         Angelina, tu deviens paranoïaque.
-         Ah tu crois ? Tu crois que je n’entends pas ce que disent les autres autour de nous ? Pauvre Kevin, il est dans les ennuis jusqu’au cou depuis qu’il a épousé cette fille. Ah si seulement il était resté avec Chloe et sa délicieuse enfant…
-         Ça suffit ! Je ne suis pas amoureux de Chloe mais de toi. De toi, mon amour et rien que de toi. Quand à cette grossesse, chérie, je suis un homme comblé. Jamais je n’aurais imaginé être un jour père de deux enfants à la fois. Déjà que je me n’imaginais pas père avant de tomber amoureux de toi et là ce n’est pas un mais deux bébés que Dieu nous envoie. Angelina, mon amour, si ma vie était à recommencé je ne changerais qu’une seule chose : ne plus te laisser partir loin de moi.
Angelina sourit.
-         Excuse-moi, dit-elle en se blottissant dans ses bras. Moi aussi je t’aime et j’aime nos bébés. Je suis juste un peu fatiguée par tout ça.
-         Je sais. C’est pourquoi tu vas t’arrêter de travailler.
-         Kevin, j’aime ce que je fais et cela nous rapporte de l’argent.
-         Je sais bien mais cela te fatigue beaucoup également de veiller aussi tard. Je suis conscient du manque à gagner mais toi et nos bébés êtes plus importants à mes yeux que tout l’or du monde.
Angelina sourit et se blottit dans les bras de Kevin.
 
 
***
 
Chez Adam et Chelsea, Chloe et eux mettaient au point les derniers détails du plan tendant à piéger Angelina. La petite Deliah connaissait son rôle sur le bout des ongles.
Il ne restait maintenant qu'à éloigner Billy de Genoa City.
-         Aucun souci, dit Adam, Abby a envoyé un mail à Billy en provenance d’un client de Jabot situé à Abou Dabi, dit Chloe.
-         Parfait, dit Adam.
-         Quand à Victoria, bien qu’elle soit de notre côté elle sera en déplacement professionnel à la Nouvelle Orléans. Elle préfère ignorer ce qui se trame pour ne pas avoir à mentir à son mari.
-         Lorsque Kevin rentrera le soir il découvrira enfin le vrai visage de sa femme, demandera le divorce et me reviendra.
-         Et cette dernière finira sa vie derrière les barreaux d’une prison. Après ce qu’elle t’a fait c’est ce qu’elle mérite.
-         Et ce qu’elle a fait à ma fille.
-         Cela va de soi, dit Chelsea.
-         Autre chose : Michael ?
-         Aucun problème, Adam. Michael n’est au courant de rien mais n’aura aucun mal à me croire : il me mange dans la main. Il attend avec autant d’impatience que nous de me voir reprendre ma place auprès de Kevin.
-         Tu en es certaine ? Parce que il est tout de même le procureur et il est intègre depuis que Christine est réapparue dans sa vie.
-         C’est bien pour cela que je ne lui ai rien dit de notre plan. Tout ce qu’il fera par la suite respectera la loi à la virgule près.
-         Et ta mère ?
-         Elle sait ce qu’elle a affaire.
-         Bien alors comme l’ont dit au poker : les dés sont jetés : les jeux sont faits.
-         Cela fait si longtemps que j’attends ça. Demain Kevin et moi seront de nouveau ensemble.
-         Tu me promets de me laisser dessiner ta robe de mariée ?
-         J’y comptes bien et tu seras aussi ma demoiselle d’honneur.
-         En revanche ne comptez pas sur moi pour devenir le témoin de Kevin : nous serons jamais amis.
Chloe rit.
-         Rassure-toi, je t’en demande pas tant. De toute les manières Michael attend ce jour avec tellement d’impatience qu’il bondira de joie à l’idée d’être le témoin de son frère.
-         Une dernière fois j’aimerais voir ta fille répéter son rôle.
-         Je t’assure, Adam, elle le connait par cœur.
-         Adam n’a pas tort : mieux vaut s’en assurer. Il ne faudrait pas avoir une surprise de dernière minute.
-         Très bien je l’appelle.
Chloe s’avança au pied de l’escalier et appela sa fille.
-         Deliah, ma chérie, tu veux bien descendre ?
-         Qu’est qu’il y’a maman, j’ai fait une bêtise, dit la petite une fois en bas ?
-         Non, ma chérie, tu n’as fait aucune bêtise mais Adam, Chelsea et moi voulons nous assurer que tu sache exactement quoi faire demain quand tu seras seule avec l’abrutie.
-         Mais, maman, on la répéter plusieurs fois.
-         Une dernière fois, ma chérie.
-         Deliah, je te propose quelque chose pour que ce soit plus drôle, tu vas faire comme si j’étais Angelina et maman n’est pas là.
-         Tu n’es pas Angelina toi, tu es une gentille. Tu es la maman de Connor et l’amie de maman.
-         C’est juste un jeu, d’accord ? Comme lorsque tu joues à la princesse avec tes copines à l’école tu comprends ?
-         Ah oui quand je fais semblant d’être une princesse et Leslie est la sorcière.
-         Voilà, sauf que cette fois tu seras bien Deliah et moi je serais Angelina et Adam sera Michael.
-         Et toi, maman, tu seras qui ?
-         Maman sera maman mais tu feras comme si elle n’était pas là d’accord ?
-         D’accord !
-         Allez on commence…
 
 
***
 
Le lendemain matin, le soleil se leva sous le ciel de Genoa City semblable à n’importe quelle journée de mars. Après avoir déposé sa femme au Neon Ecarlate et l’avoir longuement embrassé, Kevin prit la route pour Milwaukee.
Depuis que Kevin avait trouvé cet emploi à Milwaukee, Angelina restait à surveiller le Neon Ecarlate. Kevin ayant donné congé à Eden après que celle-ci se soit une nouvelle fois retournée contre Angelina.
Ce matin-là donc était semblable à tout autre. Angelina ne se doutant pas une seule seconde du piège qui n’allait pas tarder à se refermer sur elle.
Les premiers clients n’étaient pas encore arrivés lorsque soudain elle vit apparaitre Deliah dans le café.
Angelina ne fut pas totalement surprise de la voir car elle venait souvent prendre un cookie avec son père. Ceci dit quelque chose attira l’attention d’Angelina : Billy n’étant pas là.
-         Deliah ? tu veux quelque chose ?
-         Oui, S’il vous plait, madame, j’aimerais un cookie.
-         Je te fais ça tout de suite mais je t’ai déjà dit de m’appeler Angelina.
-         Maman dit que ce n’est pas polit d’appeler les gens par leurs prénoms.
-         C’est vrai mais c’est un peu diffèrent puisque c’est moi qui te le demande. Mais au fait où sont tes parents ?
-         Papa est parti garer la voiture. Il n’a pas trouvé de place devant le café.
-         OK. Alors asseyez toi et je t’apporte un chocolat chaud et des brownies comme tu les aimes.
Cinq minutes passèrent, puis dix puis quinze… une demi-heure complète s’était écoulée depuis l’arrivée de Deliah au Neon Ecarlate mais Billy n’était toujours pas encore arrivé. Angelina commençait à s’inquiéter.
-         Ou est ton papa, ma puce ?
-         Je vous l’ai dit il est allé garer sa voiture un petit plus loin car il n’y avait pas de place au bout de la rue.
-         OK, continue de manger je vais téléphoner à ton père.
-         Mais non, vous savez bien qu’il ne peut pas répondre en conduisant.
Angelina fut assez intriguée de la réponse de l’enfant mais cependant n’en tint pas compte et appela Billy. Ce dernier dans un vol en direction d’Abou Dabi n’avait pas de réseau.
De plus en plus intriguée Angelina regarda la petite qui mangeait tranquillement comme si tout était normal.
Elle rappela derechef mais là encore pas de réseau. 
Ne voulant pas inquiéter la petite fille Angelina ne dit mot, seulement celle-ci commença à s’agiter. Une heure venait de s’écouler depuis son arrivée et Billy n’était toujours pas là.
-         Qu’est qui il fait mon papa ? Pourquoi il n’est toujours pas arrivé ? Je veux voir mon papa.
-         Chérie, es-tu certaine qu’il n’avait pas de place dans la rue ?
-         Oui certaine.
Quelque chose intriguait Angelina en voyant le calme de la petite. Elle d’habitude si rebelle dès qu’elle la voyait se montrait d’un calme olympien et d’une politesse remarquable.
Mais au bout d’un moment la petite commença à pleurer.
-         Je veux voir mon papa.
-         Ne pleure pas, chérie, je vais appeler ta maman pour venir te chercher.
Angelina composa le numéro de Chloe. Cette dernière se trouvait à quelques mètres à peine du Neon Ecarlate en voiture avec Chelsea et Adam. Elle sourit en voyant le nom d’Angelina s’inscrire sur son ecran.
-         Allo !
Mais Angelina n’eut pas le temps de dire quoique ce soit Deliah ayant commencé à pleurer en sanglot et hurler :
-         Arrête tu me fais mal, je veux voir ma maman.
Surprise Angelina posa machinalement son téléphone sur une table et alla voir la petite.
-         Deliah, mais enfin que se passe t’il pourquoi crie-tu ainsi ? J’essaie d’appeler ta maman…
-         Arrête, tu me fais mal, stop !
A l’autre bout du fil Chloé s’écria.
-         Deliah, ma chérie, c’est maman, que se passe-t-il ?
-         Appelez la police, cria Deliah. Tu me fais mal…au secours maman, Angelina me fait du mal.
-         Ne t’inquiètes pas, ma chérie, j’arrive tout de suite
-         Mais enfin, Deliah, pourquoi dit tu ça ?
Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase que Chloe arriva.
-         Touche pas à ma fille !
-         Mais enfin, Chloe, je ne lui ai rien fait du tout. Je ne sais pas pourquoi elle s’est mise à crier de la sorte.
-         La police va arriver.
-         La police mais pourquoi ?
-         Chloe que se passe t’il ici ? Nos bureaux ont reçu un appel en provenance de ton portable disant qu’Angelina agressait ta fille ?
-         Michael, je suis contente de voir. J’ai emmené Deliah prendre un cookie et un chocolat mais j’ai préféré ne pas rentrer puisque Kevin et moi ne sommes pas en excellents termes mais j’ai reçu un étrange coup de fil d’Angelina et là j’ai entendu ma fille pleurer.
-         Deliah était avec toi ? Elle m’avait dit être avec son père.
-         Comment aurait-elle pu te dire une chose pareille son père est à Abou Dabi.
Excellente comédienne Deliah continuait de pleurer dans un coin. Michael alla la trouver. Il se mit à la hauteur de l’enfant afin de la questionner.
-         Deliah, que s’est-il passé ? Est-ce quelqu’un t’a fait du mal ?
-         Oui.
-         Qui ?
-         Angelina !
-         Quoi ? mais enfin, Deliah, je t’ai juste offert un chocolat et des biscuits, je ne t’ai rien fait de mal.
-         Angelina, tu auras l’occasion de t’expliquer lorsque je t’interrogerai en attendant je veux entendre ce que Deliah à me dire.
-         Je suis venue au café avec ma maman parce que papa est en voyage d’affaire mais maman n’a pas voulu rentrer parce que l’abrutie du New Jersey, oups, pardon, je veux dire Angelina ne veut pas d’elle dans le café de Kevin mais elle a commencé à me dire du mal de ma maman et me dire qu’elle avait gagné que Kevin l’aimait et leurs bébés et plus jamais il ne m’aimerait. Comme je ne voulais pas l’écouter alors elle s’est mise à me secouer et me taper. J’ai pris son téléphone et j’ai appelé ma maman.
Angelina était abasourdie par tant de mensonge de la bouche d’une si petite fille.
-         Mais c’est faux ! C’est absolument faux ! Je ne l’ai jamais brutalisé. Je ne savais même pas que Billy était en voyage d’affaire je croyais qu’elle était venue avec lui comme à l’accoutumé. Ne le voyant pas arrivé je l’ai appelé à deux reprises, voici la preuve… elle prit son téléphone portable et regarda le journal d’appel envoyé mais aucun coup de fil à Billy n’y figurait. En revanche Deliah redressa ses manches et des traces de bleus apparurent.
Son regard passa de Michael, à Chloe puis Deliah. Michael lui jeta un regard sombre. Elle comprit qu’elle venait de tomber dans un piège dont elle aurait bien du mal à s’en sortir.
-         Angelina Veneziano Fisher, vous êtes en état d’arrestation pour violence aggravée envers un mineur de moins de quinze ans. Vous avez ne parler qu’en présence de votre avocat, dans le cas contraire tout ce que vous direz pourra et sera retenu contre vous. Si vous n’en connaissez pas ou si vous n’avez pas les moyens l’Etat peut vous en fournir gratuitement.
Comprenez-vous ce que je dis ?
Angelina était comme dans un autre monde. Les agents de police la retournèrent et lui mirent les menottes.
 
 
  
 

<3>3<3<3<3<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 48
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: L'etau se referme    Sam 16 Déc - 15:22


A son arrivée au poste de police, Angelina était toute pale.
-         Tu as le droit de passer un appel, dit Michael d’une voix qui ne laissait transparaitre aucune émotion, ensuite j’aurai quelques questions à te poser.
Christine qui se trouvait sur les lieux pour voir un client fut surprise de voir Angelina arriver menottée.
-         Michael, Angelina ? que se passe-t-il ?
-         Angelina a tenté de kidnapper ma fille et la violentée.
-         Pardon ? fit Christine surprise.
-         C’est faux, je n’ai rien fait de mal.
-         N’aggrave pas ton cas, Angelina.
-         Kevin. Je veux parler à mon mari.
-          C’était donc toi qui m’envoyer toutes ces lettres de menaces ? Lorsque Kevin sera ce que tu as fait il ne restera plus ton mari bien longtemps, dit Chloe qui venait d’arriver.
-         Quoi ? quelles lettres de menaces ?
-         Angelina n’aggrave pas ton cas ! tu n’as pas le droit de parler à la victime. Chloe, de quelles lettres de menaces parles tu ?
-         Cela faisait quelques temps que je recevais des lettres anonymes de tout genre qui se faisaient de plus en plus menaçantes.
-         Pourquoi n’en avoir pas parlé à la police, dit Christine ?
-         Au début je n’ai pas pris ça tellement au sérieux puis elles se sont fait de plus en plus menaçantes. Les lettres disaient : tu vas payer. J’ai gagné et tu as perdu !
-         As-tu les ces lettres ?
-         Les voici. Chloe tendit une bonne quinzaine de lettre à Michael.
-         Angelina, tu vas tout me raconter sans omettre aucun détail. Ensuite j’appellerai Kevin moi-même. Fais-moi confiance.
-         Pourquoi ne veut tu pas que j’appelle Kevin ?
-         Angelina, que les choses soient claires tu as droit à un appel et il s’agit de ton avocat, Kevin n’est pas ton avocat.
-         C’est mon mari.
-         Plus pour longtemps. Lorsqu’il saura ce que tu as fait à Deliah il te détestera.
-         Je n’ai rien fait à Deliah.
-         Insinuerais-tu que ma fille ment ?
-         Si tu n’as rien fait comment explique-tu les bleus sur les bras de Deliah ?
-         Comment veut tu que je le sache ? La petite est peut-être tombée.
-         Je ne suis pas tombée, c’est toi qui m’a fait du mal. Tu ne voulais pas me laisser appeler ma maman et lorsque je t’ai pris ton téléphone tu m’as attrapée et secouée pour me faire du mal.
-         Je n’ai rien fait de ce dont on m’accuse. Michael, je sais bien que tu n’aimes pas et je ne te demande pas de m’aimer ni même de m’accepter en tant que belle-sœur mais juste de me croire.
-         C’est ta parole contre celle d’une enfant.
-         Non, dit-elle les larmes aux yeux : c’est ma parole contre celle de la fille de Chloe. La femme que tu rêves de revoir dans les bras de ton frère.
-         Peu importe mes sentiments personnels à ton égard dans cette affaire je suis le procureur non le frère de Kevin.
-         Peut tu dissocier l’un de l’autre lorsqu’il s’agit de moi ?
-         Angelina, recommence et je rajoute outrage à magistrat à tes chefs d’accusations qui sont déjà très lourd.
-         Je veux parler à un avocat.
-         Tu ne trouveras pas un seul avocat dans tout Genoa voulant assurer ta défense : j’y veillerai personnellement.
-         Chloe, vous n’avez pas le droit…
-         Christine, cette femme m’a envoyé des lettres de menaces, kidnappé ma fille et la violenté et vous voudriez que je garde le silence ?
-         Elle a le droit de demander à parler à un avocat.
-         Elle n’a aucun droit.
-         Chloe, tais-toi. Je ferai tout pour prouver la culpabilité d’Angelina mais pour cela je dois respecter la procédure.
Angelina ressentait des douleurs au ventre mais ne dit mot.
-         Angelina, je t’inculpe pour menaces, enlèvement et violence sur mineur de moins de quinze ans.
Angelina comprit qu’elle était tombée dans un piège tendu par Chloe et ne pouvait s’en sortir.
-         Je veux passer un coup de téléphone.
Michael soupira et lui tendit un téléphone fixe.
 

<3>3<3<3<3<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 48
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: L'etau se referme suite    Sam 16 Déc - 15:23

A Milwaukee Kevin était loin de se douter de ce qu’à une de route de là était en train de se tramer lorsque son téléphone sonna. Un numéro qu’il ne connaissait pas apparu.
-         Allo ?
-         Kevin, dit-elle d’une voix ensanglantée.
-         Angelina ? Chérie que se passe-t-il ? d’où m’appelle-tu ?
-         Je suis au poste de police. J’ai été arrêté pour enlèvement et violence sur mineur.
-         Quoi ? chérie, je ne comprends rien à ce que tu racontes.
-         Kevin, mon amour, il faut que tu m’aides. Chloe m’a tendu un piège. Je ne peux pas rester longtemps à parler je dois raccrocher.
-         J’arrive tout de suite. Tiens bon, chérie. Je t’aime.
-         Moi aussi, dit-elle la mort dans l’âme avant de raccrocher.
Des gardes l’accompagnèrent dans une cellule. 
Kevin remit sa démission à l’employeur puis roula aussi vite qu’il put jusqu’à Genoa City. Une heure plus tard Kevin arriva au poste de police.
-         Ou est ma femme, Michael ?
-         Je suis désolé, Kevin mais tu ne peux pas la voir.
-         Comment ça je ne peux pas la voir ? Michael c’est quoi cette histoire, j’ai reçu un coup de fil de ma femme m’informant qu’elle avait été arrêté.
-         En effet, dit-il tout en continuant à écrire.
Fou de rage Kevin lui retira son stylo des mains et le lança dans la pièce.
-         Kevin !
-         Ou est ma femme, Michael ? Je veux voir ma femme !
-         Elle est en cellule en attendant l’audience pour la caution. Elle va très vraisemblablement être inculpée pour lettre de menaces, enlèvement et violence sur enfant.
-         Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Angelina n’a menacé ni enlevé personne.
-         Il y’a des preuves.
-         Quelles preuves ?
-         Chloe m’a montré des lettres de menaces qu’Angelina lui a envoyé.
-         Chloe ? Encore elle ? Elle inventerait n’importe quoi afin de me séparer d’Angelina.
-         Et Deliah, tu ne la crois pas non plus ? La petite était en larmes lorsqu’elle a téléphoné à sa mère. Chose qu’Angelina ne voulait pas la laisser faire et pour cela elle a attrapé et serré tellement fort qu’elle lui a fait des bleus tout au long des bras.
-         Michael, je veux voir ma femme !
-         Tu la verras au tribunal.
A cet instant un homme trapu au visage bouffi et titubant entra au poste de police.
-         Puis je vous aider ? demanda Michael.
-         Maitre Johnson je suis avocat commis d’office. J’aimerais voir ma cliente Angelina Veneziano.
-         Angelina Fisher, rectifia Kevin tout en toisant l’homme.
-         Un agent va vous accompagner. Kevin, non pas toi. Seul l’avocat a le droit de voir sa cliente.
-         Tu appelles ça un avocat ? c’est une plaisanterie ? Michael, cet homme est ivre mort !
-         En attendant il accepte de défendre le cas de ta femme qui je peux te le dire est perdu d’avance.
-         Ça ne se passera pas comme ça, Michael ! Je ferai sortir ma femme de cet enfer !
-         Elle s’est mise elle-même dans le pétrin.
-         Angelina ne ferait pas de mal à une mouche ! Elle est tombée dans un piège.
-         Cela reste à prouver. Et au fait, Kevin, inutile de demander à Angelo de payer sa caution j’ai déposé une requête au tribunal l’interdisant.
Les yeux de Kevin lancèrent des injectives.
-         Je veux voir ma femme, Michael ! Soit tu m’autorises à la voir soit je défonce une à une ces portes jusqu’à ce que je la trouve.
-         Et comment payera tu les dégâts ? Tu n’as plus un dollar ! 
-         Je porterai plainte contre toi pour détention abusive et non-respect des droits.
Michael ricana.
-         Et comment comptes-tu t’y prendre ? Tu ne trouveras pas un seul avocat à Genoa City susceptible de prendre en main ton affaire. On ne rigole pas avec les violences sur enfant. Même Christine ne veut pas s’occuper de l’affaire.
-         Je trouverai une solution en attendant je veux voir Angelina !
Joignant le geste à la parole, Kevin alla tambouriner aux portes des interrogatoires. Des gardes voulurent l’empêcher mais il réussit néanmoins à se débarrasser d’eux. Au final, voyant que rien ne pourrait l’arrêter Michael changea d’avis.
-         C’est bon tu as gagné. Garde, laissez-le passer !
Kevin entra dans la pièce où il trouva sa femme face à l’avocat qui était ivre. En voyant son mari, Angelina se leva en larme.
-         Angelina !
-         Kevin !
Ils se jetèrent dans les bras l’un de l’autre.
-         Pas de contact, dit le garde.
-         C’est bon laissez-le, bougonna Michael.
Kevin l’embrassa langoureusement.
-         Ma chérie.
-         Je n’ai rien fait, mon amour. Je te jure que je n’ai rien fait de ce dont on m’accuse.
-         Tu n’as pas besoin de me dire ce que je sais déjà. Mais, chérie, j’aimerais que tu me raconte tout ce qui s’est passé dans les moindres détails. C’est important pour assurer ta défense.
Kevin regarda l’avocat commis d’office qui mastiquait du chew gum. Angelina, tristement, le regarda également.
-         Comment vais-je m’en sortir avec un tel avocat ?
-         Il ne le restera pas longtemps je te le promets, ma chérie.
-         Mais mon amour, nous n’avons pas les moyens d’en payer un et je ne veux pas demander à Christine d’assurer ma défense ; elle commence à peine à se rapprocher de Michael et de toute façon j’ai vu à son regard qu’elle ne me croyait pas elle non plus.
-         Je me fiche de Christine ! Chérie, je prendrais un autre crédit s’il le faut où demander de l’argent à ton père mais je te sortirai de là. Il n’y a rien dont je ne sois pas capable pour toi mais avant tout tu dois tout me raconter.
-         Très bien, dit-elle en essuyant ses larmes. Je venais d’ouvrir le Neon Ecarlate, les premiers clients n’étaient pas encore arrivés. Personne sauf Deliah. Sur le moment tout avait l’air normal à une exception près. D’habitude elle arrive toujours accompagnée par son père mais là je ne vis pas Billy. Elle s’est installée et a réclamé des cookies et un chocolat chaud comme d’habitude. Je l’ai servie en lui demandant où était son père ? Elle m’a répondu qu’il n’avait pas trouvé de place dans la rue devant le café et avait dû aller chercher un autre stationnement. Nous sommes un jour de semaine alors cela ne pas semblait curieux vu le nombre de commerçant dans le quartier. Seulement plus le temps passait moins il n’y avait de trace de Billy mais la petite ne semblait pas inquiète. Cela dit je lui ai demandé où se trouvait son père elle continuait de manger ses biscuits tranquillement et une fois de plus elle m’a répondu qu’il était allé garer la voiture un peu plus loin. Un quart d’heure, une demie heure, une heure s’était écoulée et toujours aucune trace de Billy. Je commençais sérieusement à m’inquiéter. J’eu crains qu’il ne soit arrivé quelque chose à Billy mais je ne voulais pas inquiéter la petite alors je lui ai téléphoné mais il n’y avait de réseau. Deliah m’a alors réclamé un verre de lait et des brownies. Je lui ai servi avant de téléphoner derechef à Billy mais une fois de plus pas de réseau.
Angelina marqua une pause. Elle venait d’avoir une douleur au ventre qui ne passa pas inaperçu aux yeux de Kevin.
-         Ça va, ma chérie ?
-         Oui, c’est juste une crampe.
Kevin caressa le visage d’Angelina. La jeune femme reprit.
-         Ou en étais-je ? Ah oui, Deliah mangeait et buvait sans inquiétude ce qui m’avait semblé un peu étrange car d’habitude elle ne reste jamais sans son père en ma compagnie. A ses yeux je suis responsable de l’échec de votre mariage à Chloe et toi. Je ne savais pas comment aborder le sujet de mon inquiétude au sujet de son père sans l’effrayer mais plus le temps passait plus j’étais inquiète de ne pas le voir arriver. J’ai alors retenter une dernière fois de le joindre : en vain. Je décidai donc de joindre Chloe afin de l’informer que sa fille était au Neon Ecarlate mais que Billy n’était pas là. C’est alors qu’en m’entendant prononcer le prénom de sa mère, Deliah se mit à crier à hurler de la lâcher, d’arrêter de lui faire du mal. Elle était comme hystérique. Je voulus la calmer mais Chloe hurlait au téléphone de lâcher sa fille. Quelques minutes après elle était là. En voyant sa mère Deliah se mit à pleurer et lui dit que j’avais voulu l’enlever en l’emmenant loin de Genoa City, la taper, fait mal en la pinçant. Mais, chéri, crois-moi je n’ai rien fait de mal. Jamais je ne me ferais le moindre mal à un enfant. Pas même à Deliah.
-         Crois-tu je ne le sache pas, mon amour ?
Kevin la serra dans ses bras.
-         Chloe t’a tendu un piège et tu es tombée dedans.
-         Mais ce n’est pas tout. Chloe prétend avoir reçu des lettres de menaces.  Elle affirme que c’est moi qui lui ait envoyé et Michael la croit.
-         Le contraire eut été surprenant. Chloe ferait avalé une couleuvre à Michael.
-         Il attend avec impatience votre remariage.
-         Bien il peut toujours attendre : tu es ma femme et tu le resteras.
Ils s’embrassèrent.
-         Comment vais-je pouvoir m’en sortir ? Nous n’avons pas les moyens de payer un avocat et ce n’est pas celui-là qui assurera ma défense.
Pendant ce temps l’avocat ivre mort s’était endormi.
-         Ne t’inquiètes pas, mon amour, je trouverai un moyen. Peut-être Avery acceptera t’elle d’assurer ta défense. Je vais le lui demander.
Quand Michael entra dans la pièce, Angelina et Kevin s’étreignaient toujours.
-         Bon maintenant ça suffit : cet entretien est terminé. Angelina il est temps de regagner ta cellule. J’ai réussi à obtenir une audience pour demain afin de fixer le montant de ta caution mais je dois te dire que je m’opposerai à ta libération. Tu es un danger pour la société.
-         Ma femme n’est un danger pour personne ! Elle ne devrait même pas être ici.
-         Va dire ça à ton ancienne belle fille.
-         Chloe lui a tendu un piège.
-         En se servant de sa fille ?
-         Chloe ferait n’importe quoi pour me séparer d’Angelina, tout comme toi d’ailleurs mais vous pouvez aller au diable !
-         Ce n’est ni Chloe ni moi qui allons te séparer d’Angelina. Ta femme s’en est chargée elle-même en envoyant des lettres de menaces à Chloe, tentant d’enlever Deliah et la violenter.
-         Je n’ai jamais fait ce dont on m’accuse ! Chloe a tout inventé !
-         Silence ! Garde, ramenez la prisonnière dans sa cellule.
-         Non ! Kevin, hurla t’elle pendant que les gardes la raccompagnaient sans ménagement.
-          Angelina ! je te ferai sortir d’ici, mon amour. Je te le promets !
Lorsque sa femme fut hors de son champ de vision Kevin fixa Michael dans ses prunelles : ses yeux luisaient de colère et quitta le poste de police.
 
***
 
En rentrant chez lui Kevin téléphona à son beau-père. A l’autre bout du fil, Angelo répondit.
-         Allo !
-         Angelo, désolé de vous déranger aussi tard.
Au son de la voix de son gendre Angelo comprit qu’il s’était produit quelque chose.
-         Kevin, mon garçon que se passe-t-il ? Il est arrivé quelque chose à Angelina ?
-         Oui.
-         Que se passe-t-il un accident ?  Elle est blessée ?
-         Non, non rien de tel. Seulement...
-         Seulement quoi ? Kevin, je t’en supplie dis-moi ce qui se passe ?
-         Angelina a été arrêté.
-         Quoi ? comment ça arrêté ?
-         Cette ordure de Chloe lui a tendu un piège. Angelo, il faut que vous veniez je vous en supplie. J’ai vraiment besoin de vous et Angelina aussi.
-         Je saute dans le premier vol.
Angelo raccrocha.
Cette nuit-là Kevin ne put fermer les yeux. Au petit matin il téléphona à Avery et lui donna RDV au Neon Ecarlate et lui exposa la situation. Avery l’écouta attentivement.
-         Je suis désolée, Kevin, j’aimerais vous aider mais je ne peux pas.
-         Vous ne pouvez pas ou vous ne voulez pas ?
-         J’ai beaucoup de travail en ce moment.
-         Ah oui vraiment ? A quoi faire ? préparer des cookies pour votre dernier petit ami en date ?
-         Kevin, de quel droit ?
-         De quel droit ? Ma femme encourt une soixantaine voir plus années d’emprisonnement voire la perpétuité pour un crime dont on l’accuse alors qu’elle est innocente et la seule personne dans cette ville qui pourrait l’aider refuse de le faire parce que elle    
-         Je regrette, Kevin, mais pour assurer la défense de quelqu’un je dois d’abord être convaincue de son innocence ce qui en l’espèce n’est pas le cas.
-         Vous ne pensez tout de même pas qu’Angelina ait pu faire ce dont on l’accuse ?
-         Je n’en sais rien, Kevin.
-         Angelina n’a jamais fait de mal à personne.
-         C’est vous qui le dites, Kevin mais les preuves contre elle sont accablantes. Cela étant dit même le plus grand des criminels a droit à une défense alors si vous voulez je peux vous donner le nom de certains de mes confrères qui pourrez éventuellement assurer sa défense mais je dois vous dire qu’ils prennent excessivement cher.
-         Ce ne sera pas nécessaire dit une voix qui arrivait. Une voix que Kevin connaissait bien maintenant pour être devenue au fil des mois sa meilleure amie ainsi que celle d’Angelina.
Un sourire illumina son visage en la voyant. Il se leva et alla à sa rencontre.
-         Caroline, Thomas, mais que faites-vous ici ?
-         Angelo nous a tout raconté. Nous avons pris le jet privé des Forrester et nous voilà.
-         Kevin, sache qu’Angelina et toi avait le soutien de toute notre famille. Personne au sein des Forrester ne croit en sa culpabilité.
-         Ni les Spencer. Nous savons tous qu’elle est innocente. Oncle Bill me fait te dire de ne pas hésiter si tu as besoin de quoique ce soit. D’ailleurs il a déjà commencé : Kevin, je te présente une de mes mamans : Danielle Granger. Elle est avocate pénaliste et va se charger de la défense d’Angelina.
-         Ravie de vous rencontrer, Kevin. Caroline m’a beaucoup parlé de vous et d’Angelina tout au long du vol. Je serais ravie de pouvoir vous aider.
-         Danielle Granger ! s’exclama Avery qui avait assisté à toute la conversation, comme je suis heureuse de pouvoir faire votre connaissance. Dans notre milieu vous êtes considérée comme l’une des meilleures avocates du barreau à l’échelon fédéral si ce n’est la meilleure.
-         Merci, mais à qui ais je l’honneur ?
-         Oh excusez-moi, je suis Maitre Avery Bailly Clark. Kevin est l’un de mes amis.
-         Etait. Avery, puisque vous ne voulez pas assurer la défense de ma femme je ne vous retiens pas et considérez que nous ne sommes plus amis si tant que nous l’avons été un jour.
-         Kevin, je suis désolée mais je ne peux pas remettre en doute la parole d’une enfant. De plus, Michael m’en voudrait si je m’occupais de la défense d’Angelina.
-         Ce ne sera plus nécessaire, Angelina a une avocate et la meilleure de tout le pays, dit Caroline fièrement.
-         Cela ne me regarde pas mais je doute qu’Angelina ait les moyens de se payer les services d’une avocate telle que Danielle Granger.
-         En effet cela ne vous regarde pas mais pour votre information je ne fais pas cela pour de l’argent. Ma fille m’a demandé de venir en aide à l’une de ses amies les plus chère et c’est avec joie que j’ai acceptée.
-         Je ne vous retiens pas, Avery.
Une fois Avery sortie du Neon Ecarlate Kevin se tourna vers ses amis et plus particulièrement vers la mère de Caroline.
-         Avery dit vrai, je ne puis assurer vos honoraires.
-         Je ne vous demande rien, Kevin. Puis je vous appeler Kevin ? Caroline et Thomas m’ont énormément parlé de vous et de votre épouse de tout ce qu’elle a fait pour la fondation de ma fille lorsqu’elle vivait à Los Angeles mais aussi combien vous avez combattu pour pouvoir vous marier. Je sais que c’est de ne pas être acceptée par la famille de la personne que l’on aime j’ai connu ça avec le père de ma compagne : le grand père de Caroline, il est décédé mais il ne m’a jamais accepté comme un membre de la famille. Croyez-moi j’ai connu ça.
-         Est-ce les ex compagnes de votre compagne ont un jour voulu vous tendre un piège si monstrueux qu’il risquait de vous envoyer en prison pendant un nombre incalculable d’année ?
-         Non en réalité Karen fut d’abord marié à un homme bien : l’oncle de Thomas : Thorne Forrester, ce n’est que des années après leur divorce que nous avons fait connaissance et qu’elle comprit qu’elle était homosexuelle. Kevin, laissez-moi vous aider vous et Angelina.
-         Kevin, ma maman est vraiment la meilleure dans son domaine elle pourra faire sortir Angelina des aujourd’hui en démontrant que rien n’est vrai.
-         De toute façon je n’ai plus rien à perdre. L’avocat commis d’office qu’on lui a attribué est un ivrogne patenté. Lorsque j’ai pu voir ma femme hier au moment où elle m’a tout expliqué il dormait au lieu d’écouter sa version des faits.
-         Je vais donc me rendre au tribunal et dire au juge que désormais je serai l’avocate d’Angelina.
-         Merci, maitre.
-         Danielle, appelez-moi Danielle.
-         Savez-vous quand aura lieu l’audience pour la libération sous caution ?
-         Je l’ignore.
-         Très bien je vais voir ça. Je vais de ce pas au tribunal dire au juge que je m’occuperai de la Défense d’Angelina.
-         Angelo, Angelina et moi n’avons plus aucune économie en dehors de l’argent bloqué des dividendes des albums d’Angelina que nous avons mis de côté pour nos filles à naitre et Michael refuse de vous voir payer la caution.
-         Quoi ? Il a le droit de faire ça ?
-         Il n’a aucun droit.
-         Peu importe : laissons-le faire je paierai la caution d’Angelina, dit Thomas.
-         Les enfants, si vous payez la caution de ma princesse, je m’occuperai du reste. Kevin pourquoi ni toi ni ma Princesse n’avait pensé à m’appeler au lieu de vous empêtrer dans les problèmes financiers ?
-         Angelina et moi voulions nous en sortir tout seuls.
-         C’est très noble à vous mais lorsque vous avez vu que vous n’arriviez pas vous auriez dû m’appeler. Mais n’en parlons plus dis-moi de combien tu as besoin.
Kevin soupira.
-         Entre les factures de l’hôpital, l’hypothèque sur la maison et le café le montant s’élève à 100.000 $
Angelo soupira. Lui-même n’avait pas une telle somme. Thomas et Caroline se regardèrent. Thomas sortit son chéquier et tendit un chèque à Kevin.
-         Tiens, va payer tes créances.
-         Thomas, non ! C’est une chose que d’accepter de l’argent pour la caution de ma femme ce n’est une autre que de voir mes amis régler mes dettes à ma place.
-         Tu étais prêt à accepter l’aide d’Angelo pourtant ?
-         C’est diffèrent : Angelo est mon beau père : presque un père. Le père que j’aurais tant souhaité avoir et que je n’ai jamais eu. Caroline et toi êtes mes meilleurs amis à Angelina et moi et vous nous aidez déjà beaucoup en croyant en l’innocence d’Angelina et nous procurons les services d’un avocat, régler la caution. Je ne peux pas accepter davantage.
-         Kevin, à quoi nous servirait d’être riche si on ne peut même pas aider nos amis ? De plus Angelina et toi êtes plus que des amis pour nous vous êtes devenus des membres à part entière de notre famille. Pour moi particulièrement : j’ai toujours rêvé d’avoir un grand frère : pas facile d’être le seul garçon au milieu de deux filles, dit-il en riant : tu es devenu ce frère.
Emu Kevin sourit.
-         Je te remercie, Thomas. Angelina et moi n’oublierons jamais tout ce que vous avez fait pour nous et pour moi aussi tu es devenu un frère bien plus que Michael qui a changé du tout au tout depuis mes retrouvailles avec Angelina.
Les deux jeunes gens échangèrent une accolade sous le regard attendrit de Caroline.
-         Bon ça suffit tous les deux, nous avons du travail. Kevin va donc régler tes factures pendant ce temps-là Thomas et moi ferons tourner le Neon Ecarlate. Cela ne doit pas être si difficile de faire le café dans cette machine, dit-elle en regardant la machine à café.
Kevin rit.
-         Tu crois ça ? attends un peu de voir mais Angelo vous montrera. Je file à la banque et ensuite je vais au poste de police voir Angelina et payer sa caution. Il est hors de question que je laisse ma femme derrière les barreaux une nuit de plus.
-         Fait ce que tu dois faire : tes amis et moi on s’occupera de tout. J’ai déjà travaillé au Gloworm avec ta mère, tu t’en souviens ?
-         Evidement je m’en souviens c’est plutôt à elle qui faudrait rafraichir la mémoire. Bon je file.
 
***
 
Pendant ce temps Chloe arriva au poste de police de très bonne heure avec Deliah.
-         Michael, alors as-tu du nouveau ?
-         Chloe, ça tombe bien j’allais t’appeler. Comment ça va, ma puce, tu as bien dormi ?
-         Elle a fait beaucoup de cauchemar la pauvre après ce qu’elle a subi.
-         Vous allez envoyer la sorcière en prison pour longtemps, dites ?
-         Je te le promets je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’elle paye après tout le mal qu’elle t’a fait.
-         Michael est de notre côté, ma chérie, tu n’as pas à t’inquiéter.
-         Chloe, je dois me préparer pour l’audience de la libération sous caution. Je compte faire tout mon possible pour m’opposer à cette libération. De toute façon Kevin n’a pas les moyens de payer et je me suis arrangé afin qu’Angelo ne puisse pas la verser non plus.
Chloe sourit.
-         Michael tu es un génie.
-         Tu me remercieras plus tard lorsque Kevin et toi seraient à nouveau ensemble. Tu es la femme qu’il faut à mon frère. Il est trop borné pour s’en apercevoir mais un jour il m’en remerciera.
****
 
 
Billy rentra chez lui après un voyage éclair en Floride. Victoria qui soupçonnait que ce voyage d’affaire de Billy faisait partie du plan de Chloe, Adam, Chelsea et Abby fit fine d’être surprise de le revoir déjà à la maison.
-         Déjà de retour ? Ton voyage d’affaire ne s’est pas bien passé ?
-         Mon voyage d’affaire ? il n’y a jamais eu de voyage d’affaire ! Mr Michaelson n’existe tout simplement pas !
-         Comment ça n’existe pas ?
-         Il n’existe pas : Mr Michaelson est un fantôme ! Je viens de parcourir plus de mille quatre cents miles pour une chimère ! Je suis persuadé que c’est un coup d’Adam.
Victoria sursauta.
-         Adam pourquoi ?
-         Adam, ton père ou Nick : c’est forcément l’un de ces trois qui m’a envoyé à la rencontre de cet individu factif pendant ce temps-là Newman Cosmétique a pu s’emparer des produits Miller que je convoitais pour Jabot. J’aimerais savoir une chose, Victoria, est ce toi qui les a renseignés ?
Victoria fut soulagée. Ainsi donc son mari pensait que son voyage factif était en lien avec les affaires.
-         Quoi ? Non bien sûr !
-         Alors comment explique-tu le fait que j’ai reçu un mail d’un homme qui n’a jamais existé m’obligeant à parcourir la moitié du pays et pendant ce temps-là la société de ta famille s’emparait à nouveau d’un produit que nous voulions pour Jabot ?
-         C’est peut-être une coïncidence ?
-         Victoria, tu sais tout comme moi que la coïncidence n’existe pas Lorsque Jabot et Newman Entreprise sont en concurrence.
-         Ecoute, je ne sais pas. Billy, pendant ton absence il est arrivé quelque chose de bien plus important.
-         Qu’est qui pourrait être plus important qu’une fois de plus Jabot s’est fait rouler dans la farine par Newman Entreprise ?
-         Deliah a failli être kidnappée.
-         Quoi ? comment ça kidnappée ?
-         Angelina.
-         Quoi Angelina ?
-         C’est elle qui a voulu kidnappé Deliah.
-         Quoi ?
-         Oui.
-         Explique-toi, Victoria comment ça s’est passé et où ?
-         Au Neon Ecarlate. Chloe était partie faire une course au magasin au coin de la rue et avait déposé Deliah au Neon Ecarlate. Or en ne te voyant pas arriver Angelina a fermé le café à clé et s’est mise à frapper Deliah. Dieu merci la petite a réussi à s’emparer du téléphone d’Angelina et a appelé Chloe.
-         Et comment va ma fille ? hurla t’il.
-         Elle va bien rassure toi. Elle est choquée naturellement mais elle va bien. Billy, je suis désolée, je t’avais dit de ne pas faire confiance à cette femme.
-         Je vais voir ma fille ensuite j’irai tuer cette ordure, dit-il en sortant son arme du tiroir.
-         Billy, non ! Je t’en supplie ne fait pas ça ! Laisse Michael s’occuper de cette affaire. Il va s’assurer qu’elle croupisse en prison pour un bon nombre d’année et si sa grossesse va jusqu’au bout elle perdra ses droits parentaux. Kevin ne voudra plus entendre parler d’elle et elle sera sortie de nos vies pour toujours.
 
**** 
 
L’audience pour la libération sous caution d’Angelina allait commencer. Angelina était seule à la barre des accusés. Son avocat n’étant pas là pas plus que Kevin, qui ignorant que l’audience allait commencer, s’était rendu à la banque. Quant à Danielle, elle aussi ignorait encore que l’audience de la cliente dont elle voulait s’occuper débutait. Angelina était donc seule : complètement seule. La peur commençait à s’emparer d’elle.
-         Ho ye Ho ye, mesdames et messieurs, veuillez-vous lever, l’honorable juge Harvey va présider la séance.
-         Vous pouvez vous assoir.
Michael se leva.
-         Michael Baldwin pour la partie Civile.
Angelina était comme perdue : elle cherchait des yeux son mari mais ni Kevin ni l’avocat commis d’office n’était là.
-         Accusée, déclinez vos noms et prenons je vous prie.
-         Angelina Veneziano-Fisher.
-         Ou se trouve votre avocat, madame Fisher ?
-         Je l’ignore votre Honneur.
-         Vous l’ignorez ?
-         Oui, votre Honneur. Il m’a été commis d’office et je n’ai pas la moindre information sur l’endroit où il se trouve actuellement.
-         L’avocat de l’accusée a-t-il été prévenu de l’audience de ce matin ?
-         Bien sûr, votre Honneur !
-         Avant tout je tiens à rappeler à tous que nous ne sommes pas ici pour savoir si l’accusée est coupable ou innocente mais pour déterminer en fonction de l’acte d’accusation le montant de sa libération sous caution.
-         Votre Honneur, la partie civile s’oppose à la libération sous caution.
-         Puis je connaitre vos motifs ?
-         Votre Honneur. L’accusée est un danger pour l’enfant dénommé Cordelia Abbott plus communément appelé Delia. L’accusée ici présente s’en est prise physiquement et psychologiquement à cette enfant en voulant l’empêcher de rejoindre sa mère.
-         C’est faux ! Je n’ai jamais fait le moindre mal à Delia.
-         Silence ! Vous parlerez quand je vous le dirai. Maitre Baldwin, je vous rappelle que nous ne sommes pas là pour établir si Md Fisher est coupable ou innocente.
-         J’en ai conscience, votre Honneur, mais comme je vous le disais elle peut être un danger pour la sécurité des citoyens de cette ville. De surcroît Md Fisher n’ayant aucune attache dans le Wisconsin risque de quitter l’Etat.
-         C’est n’est pas vrai, je n’irai nulle part, dit Angelina presque en larmes.
-         Madame Fisher encore un mot de plus et je vous renvoie en cellule est ce clair ?
-         Oui, votre Honneur.
Au fond de la salle Chloe se réjouissait intérieurement.
-         Maitre Baldwin, vous dites l’accusé n’avoir aucune attache dans le Wisconsin. Or je vois sur l’acte d’accusation qu’il est inscrit mariage à Kevin Fisher et dont le domicile conjugal est basé ici à Genoa City.
-         En effet, votre Honneur, or le couple traverse des problèmes conjugaux et ne vont plus tarder à divorcer.
-         Quelles sont vos preuves ? Je ne vois ici aucune mention de demande de divorce.
-         Kevin Fisher s’avère être mon frère, Votre Honneur et il est aussi l’ex beau-père de Deliah. Enfant auquel malgré son divorce avec sa mère il reste très attaché. Je connais mon frère, Votre Honneur : s’il pensait sa femme non coupable de ce dont on l’accuse il serait là pour la soutenir or il n’est pas là. Cette absence parle d’elle-même. De plus, votre Honneur, l’accusée pourrait quitter l’Etat en enlevant ladite enfant. Par le passé elle avait déjà enlevé mon frère en quittant le territoire des Etats Unis et en l’obligeant à l’épouser.
-         L’accusée a-t-elle déjà été condamnée pour ces faits ?
-         Non, mon frère n’ayant pas porté plainte.
-         Votre Honneur, puis je prendre la parole ?
-         Puis-je savoir qui vous êtes ?
-         Chloe Mitchell Fisher. La mère de la petite victime.
-         Fisher ? Avez-vous un lien de parenté avec l’accusé ?
-         Non. Mon Dieu non ! Le seul lien que nous avons est Kevin.
-         Kevin ?
-         Kevin Fisher, mon mari, je veux dire ex-mari actuellement époux de l’accusé mais nous allons nous remarier aussitôt son divorce avec l’accusée prononcé.
-         C’est faux ! Kevin et moi n’allons pas divorcer : c’est un mensonge ! Notre mariage est solide et je porte ses bébés.
-         Silence !
-         Continuez je vous prie.
-         Kevin et moi avons plus d’une fois eu des rapports sexuels. Il a bien l’intention de divorcer.
-         Ce n’est pas vrai, votre Honneur, je vous en supplie ne croyez pas un mot de ce qu’elle vous dit.
-         Md Fisher, vous êtes ici dans mon Tribunal en qualité d’accusée alors vous parlerez lorsque je vous le dirai. Pas avant : est-ce bien clair ?
-         Oui, votre Honneur.
-         J’ai bien entendu les différentes parties en question et encore une fois nous ne sommes pas là pour juger si l’accusée est coupable ou innocente mais de savoir si l’accusée peut ou non bénéficier de la libération sous caution et le cas échéant en établir le montant. Or au vu des premiers éléments de l’enquête, de votre témoignage Maitre Baldwin et de la confirmation de Md Mitchell Fisher et au motif que l’accusée ici présente a déjà par le passé enlevé quelqu’un et fuit le pays : par ces motifs je refuse donc la libération sous caution. L’accusée sera déférée à la prison d’Etat du Wisconsin en attendant la date de l’audience préliminaire.
-         Je vous en supplie, votre Honneur, non.
-         J’ai pris ma décision. Garde emmenez la !
-         Non, hurla t’elle en pleurant lorsque les gardes l’empoignèrent.
Un large sourire éclaira le visage de Chloe.
-         Merci, Michael, tu as mené cette affaire de main de maitre.
-         De rien, Chloe. Tu es la femme qu’il faut à mon frère. Il se n’en rend peut-être pas compte aujourd’hui mais un jour il m’en remerciera. Et de toute façon tant que je serai procureur de cette ville personne ne s’en prendra à un enfant sans en payer les conséquences.
Chloe comprit alors que Michael croyait réellement en la culpabilité d’Angelina. Elle se tut.
-         On rentre à la maison maintenant, maman ? Je vais retrouver ma chambre rose ?
A cet instant Kevin arriva suivi de Danielle.
-         Michael, je reviens de ton bureau où l’on m’a dit que l’audience pour la libération sous caution d’Angelina se tenait en ce moment même ! Pourquoi ne m’as-tu appelé, ou est ma femme ? Ou est Angelina ?
-         Tu arrives trop tard, Kevin. L’audience est terminée. La libération sous caution lui a été refusée.
-         Quoi ? De quel droit ?
-         Du droit que ta femme est un danger pour la société.
-         Angelina n’est un danger pour personne et tu le sais !
-         Ce n’est pas ce que le juge a estimé.
-         Que lui as-tu dis ? Et qu’a dit cet ivrogne d’avocat qui lui a été commis d’office ?
-         Il n’était pas là.
-         Comment s’écria Danielle ! Vous voulez dire qu’Angelina s’est défendue toute seule ?
-         Elle n’avait absolument rien à dire pour sa défense. Tout l’accusait.
-         La ferme, Chloe ! Ou est Angelina ?
-         Elle a été transférée à la prison d’Etat du Wisconsin en attendant la date de l’audience préliminaire. 
-         La prison d’Etat ? Je veux voir les rapports d’audience. Par ailleurs sachez que je vais demander et obtenir une nouvelle audience aujourd’hui même où les droits de la Défense seront respectés.
-         Puis-je savoir à qui j’ai l’honneur de parler ?
-         Je m’appelle Danielle Granger, je représente Angelina Veneziano Fisher. Je suis avocate auprès du barreau de la cour suprême et j’ai par ce titre le droit de siéger auprès de n’importe quelle Cour !
-         Kevin, on va rentrer à la maison, je vais retrouver ma chambre rose.
Kevin fustigea Chloe du regard. Son inquiétude pour Angelina l’empêcha d’expliquer sereinement les choses à la petite. 
-         Fait la revenir immédiatement !
-         Je ne peux rien faire, Kevin. Le juge a rendu sa décision.
-         Pourquoi n’ai-je pas été prévenu de cette audience ?
-         Tu n’es pas avocat que je sache.
-         C’est de ma femme dont on est en train de parler, Michael. Ma femme ! Elle est enceinte : sa grossesse est à haut risque. Elle a besoin de repos et de calme.
-         Elle n’avait qu’à pas tenté d’enlever Deliah.
-         Elle n’a enlevé personne !
-         Accuserais-tu ma fille de mentir maintenant ?
-         Non.
-         Donc tu admets qu’Angelina la non seulement kidnappée et agressée.
-         Angelina est incapable de faire du mal à qui que soit.
-         Alors tu remets en doute les paroles de ma fille ? Tu viens pourtant de dire le contraire.
-         Deliah ferait n’importe quoi pour te satisfaire et tu lui as enfoncé dans le crane que nous allions nous remettre ensemble or cela n’arrivera jamais !
-         Kevin, je suis désolé de te contredire mais les preuves sont là : Angelina a enlevé et violenté Deliah.
-         Que faites-vous de la présomption d’innocence ?
-         Elle ne vaut rien contre la parole d’un enfant.
-         Enfant à qui sa mère fait croire depuis des mois qu’elle et moi allons-nous remarier. Ce qui est totalement faux ! Je suis marié et j’aime ma femme ! Danielle, je vous laisse régler les problèmes juridiques. Je me rends de ce pas à Madison. J’appellerai Angelo en cours de route pour le tenir informé.
-         Allez-y, Kevin, je m’occupe de tout. Ne vous en faites pas pour Angelo je l’appellerai moi-même ainsi que Caroline et Thomas.
-         Merci, Danielle.
-         Il n’est pas question que tu ailles là-bas ! Ce n’est pas un endroit pour toi.
-         Essaye donc de m’empêcher de voir mon épouse.
-         Michael, faite quoique ce soit pour empêcher Kevin de voir sa femme et je vous assignerai devant les Tribunaux !
-         Vous êtes peut-être l’avocate d’Angelina mais en aucun cas celle de Kevin. Or ce n’est pas Angelina qui a demandé à le voir.
-         Il a le droit de faire ça ?
-         Malheureusement, oui, Kevin. Si Angelina ne demande expressément à vous voir et étant l’avocate d’Angelina, je ne puis l’empêcher de vous interdire l’accès à la prison. A moins que vous ne m’engagiez comme avocate, je pourrais alors défendre aussi vos intérêts.
-         Il n’y aurait pas conflit d’intérêt, dit Chloe.
-         Il n’y aurait aucun conflit d’intérêt puisque ceux d’Angelina rejoignent ceux de Kevin.
-         Elle dit la vérité, Michael ?
-         Malheureusement, oui, Chloe. Maitre Granger dit vrai.
-         Mais, mais l’aide juridictionnelle ne marchera pas à la fois pour Angelina et en même temps pour Kevin.
-         Ce serait en effet notre seule chance mais ce n’est pas dit.
-         Qu’à cela ne tienne je ne suis pas rémunérée par l’aide juridictionnelle je le fais uniquement afin de défendre ceux en quoi je crois c’est-à-dire la justice et par sympathie pour Kevin et Angelina.
-         Michael, elle a le droit de faire ça ?
-         Aucune loi n’interdit à un avocat de faire de la philanthropie.
-         Danielle, je ne sais comment vous remercier. Je n’osais pas vous le demander.  
Kevin était sur le point de partir lorsque le téléphone de Michael sonna.
-         Michael Baldwin j’écoute !
-         Comment ?
-         Très bien faite demi-tour et conduisez la détenue au Memorial.
-         C’est Angelina qu’est qui se passe ?
-         Rien, cela ne concerne pas Angelina.
-         Tu mens ! je suis sûr qu’il s’agit de ma femme.
-         Angelina n’est pas la seule détenue, tu sais.
-         La ferme, Chloe ! Lorsque je voudrais ton avis je te le demanderais.
-         Maitre Baldwin, je vous rappelle que si ce coup de fil concerne Md Fisher, vous êtes tenu de m’en informer.
-         C’est maman madame Fisher.
Chloe sourit.
-         C’est bien ma fille.
Kevin la fustigea du regard.
-         Michael, dis-moi si ça concerne Angelina car d’une manière ou d’une autre je la tirerai de là.
-         Je t’interdis d’aller la voir. Angelina n’a pas le droit aux visites.
-         C’est qu’on verra !
-         Maitre Baldwin, je vous somme de me remettre les minutes du procès et de me dire si le coup de fil concernait l’état de santé de ma cliente. Je vous préviens si vous avez dans l’idée de faire obstruction à la justice je vous intenterais un procès ce qui sera du plus mauvais effet auprès de vos électeurs.
-         Michael n’a rien à vous dire.
-         Vous, taisez-vous ! Lorsque j’aurai quelque chose à vous demander je vous ferai signe.
-         De quel droit osez-vous me parler sur ce ton ? Je pourrai vous intenter un procès.
-         Faites-le donc si vous amuse.
-         Danielle, je pars pour Madison. Angelina va avoir besoin de moi.
-         Allez-y, Kevin, je m’occupe de toute la partie juridique. Le procureur ne pourra pas vous empêcher de voir votre épouse.
Kevin était sur le point de partir lorsque Chloe le retint par sa veste.
-         Non reste. Allons ensemble manger dans un bon restaurant. Tiens que dirais tu des Colonnades rien que toi, moi et Delia.
D’un geste brut qui ne prêtait aucune confusion quant aux sentiments de Kevin par rapport à Chloe il s’en défit.
-         Tu sais quand nous irons manger au restaurant, Chloé ? Quand il gèlera en enfer ! Et même là je ne sais pas si j’irais avec toi !
-         Comment peux-tu la soutenir après le mal qu’elle a fait à Deliah, Oh Kevin, tu n’as tout de même pas oublié notre histoire ?
-         Ma femme n’a fait de mal à personne !
Kevin était sur le point de sortir lorsque Michael le rappela.
-         Kevin, attends ! Je n’avais aucune intention de te le dire mais cela va se savoir de toute façon et puisque ton avocat et celui d’Angelina est là… Tu avais raison : ce coup de fil avait bien un rapport avec Angelina : Durant le trajet qui l’amenait à Madison elle a été saisi de violents maux de ventre et s’est évanouie. Elle a été transportée d’urgence au Memorial.
Kevin le fustigea du regard et sortit en courant.

<3>3<3<3<3<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plan machiavelique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Plan machiavelique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
» Haïti a enfin son plan de développement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Retrouvailles-
Sauter vers: