Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le plan d'Avery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 323
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Le plan d'Avery    Ven 15 Jan - 23:22


Cette soirée là Chloe se rendit à l’appartement de Michael qui profitait d’une soirée tranquille avec Christine.
Il ouvrit la porte en soupirant.
-         Chloe : que se passe-t-il ?
-         Michael, dit-elle en entrant sans être invitée. Angelina est sortie du coma. Ses enfants sont nés et elle va vivre.
-         Je vois.
-         « Je vois » : c’est tout ce que tu trouves à dire ? Michael, je veux qu’elle paye le prix fort pour ce qu’elle a osé faire à ma fille.
-         Je le ferai mais je dois respecter la procédure.
-         C’est d’accord mais fait le vite ! Deliah fait encore des cauchemars à cause de cette garce !
-         Pauvre petite. Chloe, je ferais tout mon possible pour obtenir justice. Fait moi confiance.
 
 
***
 
Quelques jours plus tard Angelina et les jumelles furent autorisées à sortir de l’hôpital.
Kevin entra dans la chambre. Angelina était debout tout habillée. Kevin sourit en la voyant.
-         Vous êtes prête à rentrer à la maison, Md Fisher ?
-         Prête, Mr Fisher, dit-elle en souriant.
Une infirmière monta les jumelles dans la chambre d’Angelina. Angelina se dirigea vers ses filles.
-       Mes chéries, c’est un grand jour aujourd’hui : vous allez enfin découvrir votre maison.
Kevin sourit. Il prit une des filles dans les bras et Angelina prit la seconde. Tout quatre quittèrent l’hôpital. 
La voiture s’arrêta dans l’allée devant la maison. Kevin coupa le moteur, sortit de la voiture, fit le tour pour aller ouvrir la portière du côté d’Angelina lui tendit la main pour l’aider à sortir avant d’aller chercher les filles.
Lorsqu’ils pénètrent dans la chambre des enfants Angelina poussa un cri de joie.
-        Kevin, chéri ! C’est absolument magnifique ! c’est exactement comme je l’avais imaginé pour nos filles.
La chambre était peinte de couleur ocre au motif de la forêt avec des arbres peint sur les murs et deux berceaux de couleur bois vernie séparé par une double commode du même ton. Des peluches représentant les animaux de la forêt et la jungle ornée la pièce. 
-         - Vous voilà chez vous, mes chéries.
-         Nous sommes rentrés à la maison. Parce que c’est bien notre maison, n’est-ce pas ?
Pour toute réponse Kevin ouvrit un tiroir et tendit une enveloppe à sa femme.
-         Qu’est c’est ?
-         La réponse à ta question.
Intriguée Angelina décacheta l’enveloppe. Elle en sortit le contenu qui ressemblait à un papier officiel.
Elle sortit le contenu et le lut.
-         Kevin !
Kevin l’attrapa par sa taille.
-         Chéri, tu n’étais pas obligé.
-         Je voulais rendre les choses officielles depuis fort longtemps mais avec tout ce qui s’est passé je n’en avais pas eu le temps.
A l’intérieur se trouvait un acte officiel de propriété de la maison au nom de Kevin et Angelina Veneziano-Fisher.
-         Nous sommes officiellement chez nous, Md Fisher : c’est notre maison là où nous allons vivre et voir grandir nos enfants : nos filles et tous les autres enfants que nous aurons.
Ils s’embrassèrent.
-         J’ai tellement hâte de te refaire l’amour.
-         Chéri, voyant pas devant les oreilles de nos filles.
Kevin la regarda et l’embrassa. Tous deux pouffèrent de rire.
 
 
 
***
 
Quelques heures plus tard on sonna à la porte. Angelina alla ouvrir. Devant la porte se tenait deux policiers en uniforme. Son sang se glaça.
-         Angelina Veneziano ?
-         C’est Angelina Fisher maintenant.
-      Vous êtes en état d’arrestation pour l’enlèvement et l’agression de l’enfant Cordelia dite Delia Abbott.
-         Chérie, qui est… ce…
Pendant qu’un officier de police menottait Angelina, l’autre lui lisait ses droits.
-         Laissez ma femme tranquille vous n’avez pas le droit de la traiter ainsi !
-         Je regrette, Monsieur mais nous avons un mandat d’arrêt contre votre épouse.
-         Chéri, veille sur les enfants. Dis leur bien que leur maman les aime plus tout et toi aussi je t’aime.
-         J’appelle Danielle et aussitôt j’aurais trouvé un baby Sitter je viendrai te rejoindre au poste de police.
Mais à cet instant il reçut un SMS l’informant que Danielle avait du précipitamment quitté Genoa City. Kevin sentit le sol s’écroulé sous ses pieds. Malgré tout il téléphona à son beau-père.
Le téléphone d’Angelo sonna. Il vit le nom de son gendre apparaitre. Il décrocha.
-         Kevin, mon garçon, alors ça y’est vous êtes rentrés chez vous ? Est-ce ma Princesse a aimé la décoration de la chambre de mes petites filles ?
-         Angelo, j’ai besoin de vous : Michael a remis ça. Angelina a été arrêté.
-         Quoi, hurla Angelo.
-         Mon traitre de frère a fait arrêter ma femme le jour même de son retour à la maison avec nos enfants. Il ne lui a même pas laissé une journée de répit. Angelo, j’ai besoin de vous. Je n’ai personne pour garder les enfants. Et ce n’est pas tout : j’ai reçu un sms de Danielle m’informant qu’elle était obligée quitter Genoa pour raison familiale. Angelina a besoin d’un avocat et je n’ai pas les moyens d’en payer et j’ignore à qui faire confiance.
-         Je m’en occupe. Je suis en route pour Chicago, je fais demi-tour et j’arrive. Kevin, mon garçon, garde ton calme pour Angelina et pour vos filles.
Quelques minutes plus tard Angelo sonna à la porte de chez Kevin et Angelina.
-         Angelo, merci d’être venu. Je n’avais personne pour garder les enfants.
-         Kevin, j’ai engagé Avery pour défendre les intérêts d’Angelina.
-         Angelo, Avery est une amie de Michael.
-         Et c’est aussi une très bonne avocate et en l’état actuel des choses tu n’as pas trop le choix et Angelina non plus.
-         Très bien. Puissiez-vous avoir raison. Les jumelles ont mangé avant de quitter l’hôpital Angelina les a nourris et nous les avons changées. Elles dorment pour le moment. J’espère que nous serons de retour pour l’heure du bain. Je ne rentrerai pas sans elle !
 
 
                                                                                                              Au poste de police Avery s’occupait de la défense d’Angelina.
-         C’est une arrestation arbitraire vous n’avez aucune preuve contre ma cliente.
-         Au contraire j’ai toutes les preuves ; à commencer par ces lettres de menaces reçue par la mère de la petite victime.
-         Ce sont des lettres écrites à l’ordinateur et rien ne prouve que ce soit ma cliente qui les aient tapées.
-         Nous avons divers enregistrements où l’on entend distinctement votre cliente menacé la victime présumée et pour finir nous avons les témoignages de différents clients du café qui ont vu Angelina faire du mal à la petite.
-         Avery, ou est Angelina ?
-         Angelina est là où est sa place c’est-à-dire derrière les barreaux d’une cellule et tu peux me croire cette fois elle y restera. Je compte bien obtenir une condamnation pour un minimum de quatre-vingt ans. Je n’accepterai aucun arrangement avec l’avocat de la Défense.
-         Espèce d’ordure, Michael ! Angelina ne t’a rien fait pourquoi la hais tu autant ?
-         Elle a fait du mal à Delia je te rappelle. Delia, tu te souviens de cette petite fille qui a une époque pas si lointaine comptait pour toi.
-         Et elle compte toujours seulement j’ai aussi ma famille aujourd’hui : ma femme et mes filles ! j’ai deux petites filles à la maison qui ont besoin de leur mère.
-         Angelina n’avait qu’à y songer plutôt que de faire du mal à Delia.
-         Angelina n’a jamais fait le moindre mal à qui que ce soit et tu le sais. Seulement pour une raison qui m’échappe tu te livres à une vendetta contre elle depuis son retour à Genoa city. Ni toi ni maman n’avait accepté mon mariage.
-         J’ai parfaitement accepté ton mariage avec Chloe. C’est elle la femme de ta vie, dit Gloria.
Kevin fulmina.
-         Calmez-vous, Kevin, je m’occupe de la Défense d’Angelina. Je vais demander au juge une audience des aujourd’hui pour la libération sous caution.
-         Avery, nous avons déjà vécu ce cauchemar. Ce n’est pas une libération sous caution mais un abandon des poursuites.
-         N’y compte pas.
-         Dans ce cas c’est moi qui te poursuivrait pour poursuite arbitraires.
-         Je ne fais rien d’autre que mon travail.
-         Ton travail ? ton travail ? Tu te fiche de moi ? En ton âme et conscience tu sais très bien qu’Angelina est innocente mais tu veux me faire payer le fait de l’aimer à la folie.
-         Kevin, s’il vous plait, ne dites pas un mot de plus. Laissez-moi faire mon travail et je ferai sortir Angelina de là. A partir de maintenant et jusqu’à la fin de ce procès je vous demanderai de ne plus vouloir considérer Michael Baldwin comme votre frère mais uniquement comme le procureur chargé d’enquêter à charge sur Angelina.
-         Rien de plus facile car je n’ai plus de frère.
-         Maintenant je demande à voir ma cliente et si jamais ne vous vous l’avisiez à me refuser ce droit je déposerais une plainte contre vous pour non-respect de la procédure.
-         Loin de moi l’idée de ne pas respecter la procédure en revanche je m’oppose à ce que Kevin… je veux dire Mr Fisher, voit l’accusée. 
-         Ma cliente a des droits et sachez maitre qu’à partir de cet instant je représente les intérêts de Md et Mr Kevin Fisher et par ce fait j’exige à ce que mon client puisse voir son épouse.
Michael soupira.
-         Allez-y faites !  
En voyant son mari, Angelina se jeta dans ses bras.
-         Kevin : les enfants ?
-         Ne t’inquiètes ils sont en sécurité avec ton père.
-         Angelina, je vais de ce pas aller au bureau du juge afin de fixer au plus vite une audience pour votre libération sous caution.
-         C’est absurde Angelina n’a rien à faire ici : elle devrait être à la maison avec nos filles et moi.
Avery sorti.
-         Chéri, tu devrais rentrer à la maison avec nos filles.
-         Je suis sûr que ton père s’en sortira très bien pour le moment leur maman a besoin de moi.
-         Quand est-ce que ce cauchemar va se terminer, dit-elle les larmes aux yeux ?
Kevin la serra dans ses bras.
 
Quelques jours plus tard Avery réussi à obtenir une libération sous caution. Angelina put enfin rentrer chez elle. Elle se précipita dans la chambre de ses filles.
-         Mes chéries, vous m’avez tellement manqué. Maman vous aime tellement. Kevin elles ont tellement changé en quelques jours. Chéri, j’ai peur : j’ai tellement peur que l’on ne parvienne jamais à établir mon innocence et je ne puisse jamais voir nos filles grandir.
-         Ne dit pas ça. Avery fera tout pour te sortir de là. Angelina tu es innocente. Tu es tombée dans un traquenard c’est tout.
-         Tu es le seul à croire à mon innocence, mon chéri. Pour toute la ville je suis coupable.
-         Vient dans mes bras, dit-il en la serrant contre lui.
 
***
 
Quelques semaines plus tard l’étau se resserrait contre Angelina : des nouvelles preuves apparaissaient tous les jours. Des témoignages de personnes certifiant l’avoir vu maltraiter la petite.
-         J’ignore qui sont tous ces gens, Avery. Le café était quasiment vide à cette heure-là.
-         Ce sont forcément des gens que Chloe a payé, dit Kevin.
-         C’est vrai mais je n’ai aucun moyen de le prouver.
-         Il y’a forcément un moyen. Il doit bien exister une facture quelque part, une transaction bancaire ou je ne sais quoi.
-         Je suis désolée, Kevin ; je n'ai trouvé aucune preuve, aucune transaction. Chloe n’a laissé aucune trace.
-         Alors c’est fichu : je vais être condamnée à la prison à perpétué et je ne reverrai jamais ni mon mari ni mes filles.
-         Je ferai tout mon possible mais le combat risque d’être dur. Si c’est Chloe qui est derrière tout ça elle a bien couvert ses arrières.
Kevin la serra dans ses bras jusqu’à ce qu’ils entendent l’alarme bébé. Une des filles pleurait.
-         C’est Alana, je vais voir pourquoi elle pleure avant qu’elle ne réveille Shirel.
 
 
Quelques semaines plus tard Kevin se trouvait au club avec Avery.
 
-    Pourquoi m’avoir demandé de venir vous voir ici sans la présence d’Angelina ?
-         Je voulais vous voir seul car je ne voulais pas qu’Angelina entende notre conversation.
-         Quoi ? Pourquoi ?
-         Kevin, les preuves qui s’accumulent contre Angelina sont d’une extrême gravité.
-         Chloe les a fabriqués de toute pièce.
-         Nous n’avons aucune preuve de ce que vous avancez.
-         Je pourrai le prouver en piratant son ordinateur.
-         Kevin, c’est illégal.
-         Et ce que fait Chloe c’est légal peut être ?
-         Kevin nous ignorons si c’est bien Chloe qui fait ça.
-         Qui voulez-vous que ce soit d’autre ? Ne me dites pas que vous croyez en la culpabilité d’Angelina vous aussi car si tel est le cas nous nous passerons de vos services.
-         Kevin, je n’ai jamais défendu que des personnes en qui je croyais en leur innocence et jusqu’à maintenant je ne me suis jamais trompé.  Je ne doute pas de l’innocence d’Angelina sinon ne m’aurait jamais accepté d’assurer sa défense mais nous allons devoir procéder par des moyens disant peu conventionnel afin de démontrer son innocence et je vais avoir besoin de vous.
-         Que voulez-vous que je fasse ? Que je pirate son ordinateur, celui d’Adam ou Chelsea ? Je ferai n’importe quoi pour sauver ma femme de ce piège.
-         Non. Pour la deuxième fois de la journée vous ne ferai rien d’illégal.
-         Dans ce cas comment puis-je vous aider ?
-         Nous allons tendre un piège à Chloe pour l’obliger à se dévoiler. Je vous préviens cela ne sera pas facile et il n’est pas certain que cela fonctionne ni même que le juge accepte une preuve obtenue de cette façon-là. Il y’a eu certes un précèdent mais dans l’Iowa non dans le Wisconsin.
-         De quoi parlez-vous, Avery ? Je vous le répète je ferai n’importe quoi pour sauver ma femme.
-         Je le sais bien pourtant ce que je vais vous dire risque de ne pas vous plaire.
-         Dites-moi ce que vous attendez de moi et je le ferai. Même si pour cela je dois remettre ma tête d’écureuil argenté.
-         Non vous n’aurez pas besoin de ça mais vous allez devoir jouer la comédie.
-         Jouer la comédie ? Vous voulez dire comme au théâtre ou au cinéma ou l’on fait semblant d’être quelqu’un d’autre ?
-         Oui presque. Sauf que là vous resterez Kevin Fisher mais vous allez devoir mentir à deux femmes.
-         Mentir à deux femmes ?
-         Vous allez devoir jouer un rôle auprès de Chloe en mentant à Angelina.
-         Pardon ?
-         Comme je vous l’ai dit il y’a eu une affaire similaire à la vôtre dans l’Iowa il y’a quelques années maintenant un homme s’est retrouvé prit entre deux femmes qu’il aimait.
-         Je ne suis pas pris entre deux femmes je n’en aime qu’une et c’est la mienne !
-         Mais vous avez été fou amoureux de Chloe a une certaine époque encore pas si lointaine.
-         Je l’ai aimé c’est vrai mais pas autant que j’aime Angelina.
-         Très bien. Je voulais juste m’en assurer.
-         Pourquoi ? Avery, qu’attendez-vous de moi ? Dites-le-moi si je peux aider ma femme il n’y a rien que je ne ferais pas pour elle.
-         Je ne suis pas sure pourtant que ce que je vais vous dire vous plaira.
-         Avery, vous commencez vraiment à me faire peur.
-         Kevin, vous allez devoir mentir à Angelina en lui faisant croire que vous n’êtes plus amoureux d’elle et la croyez coupable.
-         C’est une plaisanterie ?
-         Kevin, vous ne m’avez pas laissé finir. Pendant ce temps vous vous rapprocherez de Chloe et la ferai parler jusqu’à ce qu’elle passe aux aveux.
-         N’y comptez pas ! c’est hors de question ! jamais, vous m’entendez, jamais je ne ferai une chose pareille.
-         Vous voulez sauver Angelina oui ou non ?
-         Bien sûr je veux démontrer au monde entier que ma femme est innocente de ce dont on l’accuse et pour ça je suis prêt à tout y compris à bafouer la loi mais lui mentir aussi effrontément et lui briser le cœur c’est non !
-         Kevin, vous ne comprenez pas.
-         Non c’est vous qui ne comprenez pas. J’aime ma femme. Je l’aime plus que tout au monde et je lui ai juré amour et fidélité et lui faire croire que je ne l’aime plus, que je suis de nouveau amoureux de Chloe c’est non, non et encore et toujours non !
-         Qu’est qui vous fait peur ? Avez-vous peur de retomber amoureux de Chloe ou encore de découvrir qu’Angelina est peut-être coupable ?
Kevin fulmina.
-         Angelina est innocente. Innocente !
-         Et je le crois aussi et c’est pourquoi nous n’avons pas d’autre choix que de procéder ainsi en tendant un piège à Chloe.
-         Mais vous me demandez aussi de jouer avec les sentiments d’Angelina.
-         Pensez-y, Kevin. Imaginez votre vie par la suite avec Angelina et vos enfants. Une fois que tout sera finie.
-         En faisant ça je signe l’arrêt de mort d’Angelina. Elle ne pourra pas supporter.
-         Kevin !
-         Non ! la réponse est non ! Vous êtes avocate non ? Alors débrouillez-vous pour la sortir de la ! mais la trahir est quelque chose que je ne ferai pas ! jamais !
Kevin sortit du club. En rentrant chez lui il prit Angelina dans ses bras et la fit tournoyer au-dessus du sol en lui donnant un baiser.
-         Fait tes bagages et ceux des filles ou plutôt non emporte juste le strict minimum pour les enfants et nous deux nous achèterons tout au cours de notre voyage.
-         Quel voyage ? Kevin, de quoi parles tu ?
-         Du voyage que nous allons entreprendre toi, moi et les filles. Nous quittons Genoa City. Nous quittons le Wisconsin, nous quittons les Etats Unis pour toujours ! Nous n’y remettrons plus les pieds.
-         Autrement dit nous prenons la fuite.
-         Non, nous déménageons.
-         Je te rappelle que je suis en liberté sous caution et je n’ai pas le droit de quitter le Wisconsin.
-         Je me fiche de la loi. Quelle est cette loi qui veut enfermer une innocente en prison en la privant de son mari et de ses enfants.
-         C’est mal parti n’est-ce pas ? Qu’est ce Michael t’a dit ?
-         Michael ?
-         Ce n’est pas avec lui que tu avais rdv ce matin ?  
-         Non. Je n’adresse plus la parole à ce traitre.
-         Alors avec qui était tu ? Qui a bien pu te mettre dans cet état… non ne dit rien ; laisse-moi deviner : Avery ?
-         C’est mal parti n’est-ce pas ? Je risque de passer bon nombre d’année à venir derrière les barreaux d’une cellule.
-         Je ne le laisserai pas t’enfermer et te priver de la vie que tu mérites. Tu n’as rien fait de mal.
-         Tu es pourtant le seul à croire. Même ma propre avocate, n’y croit pas et étrangement Danielle est partie à un mauvais moment.
-         Partons, Angelina, partons, mon amour.
-         Ou ça ?
-         N’importe où mais loin d’ici.
-         Nous vivrons comme des fugitifs toujours à nous cacher.
-       Nous serons ensemble. Kevin, Angelina, Shirel et Alana seront ensemble pour toujours.
-         Et quel serait notre vie ? Crois-tu que ce soit bon pour les jumelles ? Qu’arrivera-t-il si une de nos filles tombait malade et qu’elle ait besoin de soin ?
-         Nous pourrions aller vers un pays moderne comme la France ? Elle est opposée à la justice américaine. Nos filles apprendront le français et nous aussi.
-         J’ai toujours pensé que l’accent français était un accent romantique et j’espère un jour avoir l’occasion de connaitre la France en dehors des salles de concerts et des chambres d’hôtel. Visiter Paris avec toi.
-         Nous pourrions faire plus que visiter nous pourrions y vivre. Angelina, je t’aime, je t’aime comme un fou et j’ai une peur panique de te perdre.
Angelina l’embrassa.
-         Tu te souviens lorsque tu as cru que j’allais mourir, tu m’avais tenu les mêmes propos et je m’en suis sortie. Je m’en sortirai encore. Je n’ai pas peur tant que tu es avec moi.
Kevin lui sourit.
-         Je t’aime, Angelina. Je t’aime plus que ma propre vie. Surtout n’en doutes jamais. Quoique je fasse, quoique je ferai surtout ne doute jamais de mon amour pour toi.
D’un geste spontané il la souleva du sol et la porta sur leur lit où pour la première fois depuis des mois il lui fit l’amour.
 
 
***
 
Le lendemain Kevin se rendit au club.
-         Avez-vous réfléchi à ce que je vous ai dit ?
-         Je ne peux pas faire ça. Du moins pas sans en parler à Angelina. Je suis sure qu’elle saura jouer la comédie mais lui briser le cœur en lui faisant croire que je la crois coupable c’est non.
-         Kevin, croyez-moi je comprends votre réticence mais si nous voulons piéger Chloe c’est le seul moyen. Vous pouvez me croire j’ai vraiment tout essayé pour assurer sa défense mais à chaque fois le procureur s’est opposé et le juge lui a donné raison.
-         Hier j’étais sur le point de partir. De quitter les Etats Unis avec ma femme et mes filles. Angelina m’a ramené à la raison parce que elle refuse de vivre traquée. Avery, vous devez la sortir de là. Angelina est innocente et je refuse d’envisager le moindre avenir sans elle.
-         Dans ce cas nous devons agir. Nous devons forcer Chloe à se dévoiler.
-         Très bien je ferai ce que vous voulez à une seule condition : dire toute la vérité à ma femme.
-         Kevin non ! il faut que cela paraisse authentique. Toute la ville doit pouvoir croire que vous avez quitté Angelina pour retourner vers Chloe. C’est le seul moyen de démontrer l’innocence d’Angelina.
-         En lui brisant le cœur ?
-         Ce ne sera que temporaire. Vos retrouvailles n’en seront que plus fortes. Kevin, croyez-moi s’il y’avait eu un autre moyen je l’aurais utilisé.
-         Ça la tuera.
-         Angelina est plus forte que vous ne semblez l’imaginer.
-         Comment pouvez le savoir ?
-         Croyez-moi j’ai l’expérience de voir des hommes penser à leurs femmes comme à des pauvres choses fragiles à protéger alors qu’elles n’ont n’en pas besoin.
 
 
***
 
Kevin rentra chez lui la mort dans l’âme. Angelina était occupée à l’étage à jouer avec les filles. Elle ne se rendit pas compte de la présence de Kevin. Celui-ci la regarda un long moment. Silencieusement : les larmes aux yeux.
-         Je ne peux pas : c’est impossible. Avery se trompe. Je dois tout lui dire.
Enfin Angelina se rendit compte de la présence de son mari. Elle lui sourit.
-         Chéri, il y’a longtemps que tu es là ?
-         Je te regardais jouer avec les filles.
-         Ça va ? Tu as l’air troublé. Est-ce la date du procès est fixée ? C’est ça ?
-         Non. Non. Elle n’est pas fixée. Du moins pas à ma connaissance.
-         Alors qu’est ce tu as ?
-         Rien.
-         Kevin, je te sens troublé alors dis-moi ce qui t’arrive.
-         Il n’y a rien je te dis et fiche moi la paix !
Angelina resta abasourdie. Jamais encore Kevin ne lui avait parlé de cette façon.
-         Kevin, qu’est qui se passe ?
-         Tu me demandes ce qui se passe ? il se passe que j’en ai assez d’être marié à une menteuse qui en plus de ça s’en est prise à une enfant innocente.
Angelina palie.
-         Tout mais pas ça. Kevin, je suis capable d’endurer beaucoup de chose mais pas ça. Je t’en supplie ne me dis pas qu’ils ont réussi à te convaincre que j’ai pu m’en prendre à Deliah ?
-         Les preuves sont là. Je les ai vu.
-         Ce sont des fake et tu le sais.
-          Ce n’est pas ce qu’à l’air de penser Michael.
-         Michael me déteste et ferait n’importe quoi pour nous séparer.
-         Peut-être a-t-il raison ? Peut-être n’étions-nous pas faits l’un pour l’autre. Peut-être toute la ville a-t-elle vu clair ce que je refusais de voir jusqu’à présent.
Les larmes coulaient sur les yeux d’Angelina.
-         Je sors prendre l’air. Ne m’attends pas pour diner.
Kevin sortit de chez lui mais par derrière il porta sa tête tout contre la porte son visage crispé. Il regarda par la fenêtre et vit sa femme. Elle pleurait. N’y tenant plus il rentra chez lui. Le claquement de porte fit sursauter Angelina. Avant qu’elle ne s’en rende compte elle était dans les bras de Kevin qui l’embrassa.
-         Pardonne-moi, ma chérie.
-         Laisse-moi, retourne auprès de celle que tu aimes vraiment.
-         Dans ce cas je suis au bon endroit car celle que j’aime vraiment c’est toi.
-         Tu mens.
-         Non je ne mens pas. Je t’aime, Angelina.
-         Laisse-moi, dit-elle en s’enfuyant à l’étage mais il courut derrière elle, la rattrapa et la força à lui faire face.
-         Laisse-moi tranquille, dit-elle en se débattant.
Mais au lieu de ça Kevin la serra un peu plus dans ses bras.
-         Angelina, je t’aime. Je t’aime plus que je n’ai jamais aimé dans ma vie. S’il te plait, mon amour, laisse-moi t’expliquer.
-         M’expliquer quoi ? Que tu ne m’aimes plus ? Si tant est que tu m’es un jour aimé dans ta vie. Dis-moi, Kevin, est ce tout ceci est un effet de mon imagination ? L’ais je rêvé ? Notre vie, notre famille, notre maison ? Qu’est ce je viens de dire ? Notre maison ? non cela n’a jamais été notre maison : c’est la tienne et celle de Chloe. C’est elle que tu as toujours rêvé de voir dans cette maison. Ça a toujours été le cas. J’aurais dû le savoir j’ai simplement voulu me persuader que cette fois c’était la bonne. Mais tu vas être enfin débarrassé de moi pour toujours car cette fois je vais finir ma vie en prison pour une bonne soixantaine d’année voire d’avantage. J’ai seulement rêvé au point de me convaincre que tout ceci était bien réel.
-         Ce n’est pas un rêve. C’est bien réel.
A son tour Kevin avait la voix étranglée par les larmes qu’il retenait tout comme il retenait encore Angelina par sa taille.
-         Je t’en supplie, mon amour, laisse-moi t’expliquer pourquoi j’ai fait ça et ensuite si tu ne veux pas me pardonner je comprendrais.
-         Laisse-moi dit-elle en se dégageant et montant les marches quatre à quatre mais Kevin la rattrapa, l’obligea à lui faire face et plaqua ses lèvres sur celle d’Angelina.
-         Pourquoi fait tu tout ça ? Je croyais que tu m’avais pardonné pour ce qui s’était produit il y’a deux ans.
-         Je peux tout t’expliquer.
Ils descendirent au salon.
-         Tout d’abord sache que je ne pensais pas un mot de ce que j’ai dit.
-         Pourquoi l’as-tu dis alors ?
-         Cela faisait partie d’un plan.
-         Un plan ? Quel plan ?
-         Un plan qu’Avery veut mettre en place afin de piéger Chloe en lui faisant croire que je suis toujours amoureux d’elle en te quittant momentanément jusqu’à ce qu’elle laisse tomber son masque et se dévoile enfin en avouant que tout ceci n’était qu’un piège et là enfin nous pourrions être heureux toi moi et nos filles et selon elle pour que cela fonctionne il fallait que toi aussi tu crois que je ne t’aimais plus : que tout était fini entre nous. Mais c’est trop dur. Te voir souffrir rien qu’après ces paroles, les pires paroles que je n’ai jamais prononcées. Je ne pouvais pas continuer. Je t’aime, Angelina. Je t'aime comme je n'ai jamais aimé, je t’aime comme je n'ai jamais rêvé. Je t'aime comme je n'ai jamais osé. J’ai découvert le véritable sens du mot amour avec toi. S’il te plait, ma chérie, pardonne-moi. Je t’aime.
-         Kevin, te rends tu comptes à quel point ces mots m’ont fait souffrir ? Je t’aime plus que tout au monde moi aussi et je suis capable d’affronter bien des choses : j’ai même frôlé la mort mais ce fut moins douloureux que d’avoir pu penser subitement que tu ne me croyais coupable de violence sur un enfant. Te rends tu comptes de ce que j’ai ressenti ?
-         Ce fut aussi dur pour toi d’entendre ces mots que pour moi te les dire. Je n’ai pas d’autre excuses que de l’avoir fait pour toi.
-         Comme tu voulais protéger Chloe autrefois en restant marié avec moi ?
-         Je n’ai jamais aimé Chloe de cette façon.
L’alarme bébé se déclencha.
-         Je monte donner à manger aux filles.
Kevin la regarda monter à l’étage. Il tomba sur le fauteuil la tête dans ses mains et éclata en sanglots. Silencieusement.
 
***
 
 
 
Il était ainsi jusqu’à ce qu’il fut tiré de ses pensées par une voix qu’il connaissait bien.
-         Il y’a deux petites filles qui refusent de dormir sans avoir fait un bisou à leur papa.
En entendant la voix de sa femme Kevin se retourna. Angelina tenait dans ses bras les deux fillettes.
-         Les filles voulaient voir leur père.
Kevin sourit. Il se leva du fauteuil et prit ses filles dans les bras.
-         Comment le sais-tu ? dit-il en se voulant taquin.
-         Parce que elles me l’ont dit.
-         Ah oui ?
-         Oui. Elles m’ont dit « maman, on veut voir papa. On veut lui faire un bisou parce qu’il a du chagrin ».
Ils se regardèrent. Elle lui sourit. Kevin lui tendit une main pour l’attirer vers lui. Elle l’embrassa.
-         Si tu savais comme je t’aime. Je n’ai jamais eu aussi peur de toute ma vie.
-         Je t’aime aussi, Angelina. Moi aussi j’ai eu peur. Peur de te perdre.
-         Tu ne me perdras jamais. Sauf si je dois aller en prison et très honnêtement je ne sais pas ce que je préfère : courir le risque d’aller en prison ou t’utiliser pour piéger Chloe. J’aimerais mieux trouver un autre moyen.
-         Moi aussi mais selon Avery c’est le seul moyen mais je n’ai pas envie d’être séparé de toi et de nos filles, dit-il en leur donnant un baiser à chacune.
Angelina se leva et se dirigea vers la porte fenêtre. Kevin donna alors un baiser à ses filles avant de les déposer dans leur transat et alla rejoindre Angelina en lui donnant un baiser sur sa tête tout en passant ses bras autour de sa taille.
-         Angelina, dis-moi ce qui se passe ?
Elle se retourna pour lui faire face. Il vit qu’elle avait pleuré.
-         Chérie, je suis désolé pour les mots que j’ai employés.
-         Ce n’est pas ça. Je sais maintenant que tu ne les pensais pas mais l’idée de te savoir avec Chloe… Kevin, j’ai peur. J’ai une peur panique de te perdre si tu retournes avec Chloe.
-         C’est uniquement pour la forcer à avouer.
-         Combien de temps cette comédie devra t’elle perdurer ?
-         Le temps qu’elle avoue.
-         Et que se passera-t-il si elle n’avoue jamais ?
-         J’emploierai tous les moyens qu’il faut pour qu’elle avoue.
-         Y compris coucher avec elle ?
-         Quoi ? Non ! jamais !
-         Qu’est ce tu en sais ? ou pire si tu retombais amoureux d’elle ?
-         Angelina, cela n’arrivera pas.
-         Comment le sais-tu ?
-         Parce que je ne suis pas amoureux de Chloe. Si je le fais c’est uniquement pour toi.
-         Il n’y a encore pas si longtemps tu étais fou amoureux d’elle. Cela pourrait recommencer. Ta famille espère ça depuis si longtemps.
-         Il me semble que cela remonte à des années lumières l’époque où j’étais amoureux d’elle et de toute façon mes sentiments pour elle n’ont jamais été aussi intense qu’ils le sont pour toi. Angelina. Chérie, que puis-je faire pour que tu me crois ?
-         Quelque part le plan d’Avery doit bien te plaire sinon tu n’aurais pas joué le jeu aussi facilement. Et admettant que tu le fasses que se passera t’il après que devrons nous encore traverser ? Jusqu’à quand devrons nous battre pour rester ensemble ? N’avons-nous pas le droit au bonheur comme n’importe qui ? Jusqu’à quand, Kevin ? Depuis nos retrouvailles ta famille et tes amis ont tout fait pour nous séparer. Nous avons même frôlé la mort tous les deux mais cela ne leur a pas suffi. Je t’aime à la folie mais je suis fatiguée de devoir me battre pour avoir le droit d’être heureuse avec l’homme que j’aime depuis toujours. Je pense avoir payé pour mes fautes passées. Si tu savais tous les moments de solitudes que j’ai traversé après l’annulation de notre mariage. Même lorsque les salles de concerts étaient pleines à craquer la seule et unique personne que j’aurais aimé voir dans les coulisses n’était pas là et je devais me faire une raison parce que je l’avais volé à une autre femme. Mais là je ne t’ai pourtant pas volé. Je n’ai jamais aimé personne comme je t’aime, Kevin.
Kevin sortit son téléphone et passa un coup de téléphone.
-         Avery, c’est Kevin. Trouver par n’importe quel moyen d’assurer la défense d’Angelina mais ne compter par sur moi pour exécuter votre plan.
Kevin raccrocha. Angelina le regarda et se blottit dans ses bras.
-         Merci. Je préfère risquer la prison plutôt que te perdre.
-         Tu ne perdras jamais et tu n’iras pas non plus en prison. Je ne les laisserai pas. Si d’ici la Avery n’a trouvé aucune solution pour assurer ta défense nous partirons loin d’ici toi, moi et les filles. Je préfère vivre en fugitif mais être avec toi et nos filles que d’être séparé de toi une fois encore.
Il l’embrassa de plus en plus passionnément. 
-         Chéri, les enfants, dit-elle en souriant.
-         Elles seront ainsi combien j’aime leur maman et je l’aimerai toujours.
-         Je t’aime aussi.
-         J’ai une idée, dit-il sans cesser de l’embrasser, et si nous demandions à ton père de faire du baby sitting pour ce soir ? Depuis ta sortie de l’hôpital et avec tout ce qui est arrivé nous n’avons plus eu une seule soirée pour nous. Il pourrait profiter pleinement des joies d’être grand père.
-         Je suis certaine qu’il sera ravi de retrouver les joies des biberons et cette fois en doublon.
Ils éclatèrent de rire.
Cette nuit-là Angelo garda les jumelles et Angelina et Kevin passèrent une soirée romantique.
 
 
***
 
Le lendemain Avery vint leur rendre visite. Angelo qui venait de ramener les enfants à la plus grande joie de leurs parents se trouvait sur place.
-         Kevin, j’ai eu votre message.
-         Parfait alors trouver un autre moyen pour démontrer l’innocence d’Angelina.
-         Kevin, il n’y en a pas d’autre. Croyez-moi j’ai tout épluché dans les moindres détails. Chloe a su se protéger. Elle est très bien conseillée.
-         Par qui, Michael ?
-         Je ne crois pas. Michael ne mettra sa carrière en péril afin de piéger une innocente.
-         Vous voulez parier ?
-         Je vous avais dit de ne pas en parler à Angelina si vous vouliez que notre plan fonctionne.
-         De quel plan êtes-vous en train de parler, demanda Angelo ?
-         Un plan qui consisterait à faire croire que Kevin ne m’aime plus et retourne vers Chloe pour la piéger afin de la faire tout avouer, dit Angelina qui revenait de la chambre des jumelles.
-         Quoi ? mais quelle drôle d’idée. Personne ne croira une chose pareille cela crève les yeux que Kevin est fou amoureux de ma Princesse.
-         Ce n’est pas l’avis des habitants de Genoa City et peut être ont-ils raison ? Kevin, laissez-moi vous poser une question pourquoi avoir renoncer ?
-         Il est hors de question pour moi de laisser souffrir ma femme en lui faisant croire que je ne l’aime plus.
-         J’entends ce que vous dites, Kevin et je peux comprendre mais puisque Angelina est désormais au courant pourquoi ne pas le faire ?
-         Combien de temps cela prendrait si Kevin exécutait votre plan, Avery et que devras-t-il faire au juste ? Un jour, deux jours ? Trois ? une semaine ? deux ? Combien de temps ? Devra t’il coucher aussi avec elle afin de jouer le jeu jusqu’au bout ?
-         A mon tour de vous poser une question, Angelina : êtes-vous si certaine de l’amour que Kevin vous porte ?
-         Evidement j’en suis sure !
-         Vraiment ? Permettez-moi d’en douter. Michael, Gloria et les autres n’ont-ils pas raison lorsqu’ils disent que votre mariage n’est pas solide et Kevin aime toujours Chloe. Avouez-le, Angelina, vous mourrez de peur de perdre Kevin parce que tout au fond de vous vous savez qu’il aime toujours son ex-femme.
-         Avery, que connaissez-vous de notre histoire ? Uniquement ce que Michael, Gloria et les autres vous ont raconté. Vous ignorez tout ce que nous avons traversé et pourtant nous nous toujours l’un avec l’autre. Notre mariage est solide et nous avons deux magnifiques petites filles pour en témoigner.
-         Ce ne sont que des mots, Angelina. Au fond de vous vous mourez de peur et vous le savez.
-         Très bien : vous avez gagné je le ferai ! Aussi difficile cela soit pour moi de faire croire à une chose pareille mais je le ferai. Je démonterai l’innocence de ma femme et prouverai la culpabilité de Chloe. J’apporterai la preuve formelle qu’elle a tout inventé et ainsi je vous prouverai à tous à quel point j’aime ma femme et je n’aime qu’elle !
-         Kevin, vous êtes fou à lier. Vous n’êtes en rien tenu de prouver quoique ce soit à qui que ce soit.
-         Vous voyez même votre beau-père doute.
-         Mais moi non. Je n’ai aucun doute sur l’amour que Kevin me porte et je sais très bien que s’il fait ça c’est uniquement pour prouver mon innocence et pour rien d’autre car oui, papa a raison : Kevin n’a pas à prouver à quiconque son amour pour moi.
Kevin sourit et l’embrassa.
-         Vous êtes fou, les enfants, vous jouez avec le danger.
-         Ne vous inquiétez pas, Angelo. Si je fais ça c’est uniquement pour apporter la preuve de l’innocence d’Angelina et pour rien d’autre, dit-il en regardant fixement Avery. Angelina toujours dans ses bras.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Le plan d'Avery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Go Habs Go - Simple Plan
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Retrouvailles-
Sauter vers: