Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Adam
Derniers sujets
» Quand les femmes s'en mêle
Le plan fonctionne  Icon_minitimeHier à 22:15 par Angelina Fisher

» Independence Day
Le plan fonctionne  Icon_minitimeJeu 4 Juil - 22:31 par Angelina Fisher

» Revelation
Le plan fonctionne  Icon_minitimeJeu 4 Juil - 21:49 par Angelina Fisher

» Un retour de flamme
Le plan fonctionne  Icon_minitimeVen 14 Juin - 22:23 par Angelina Fisher

» Machievelique Hillary
Le plan fonctionne  Icon_minitimeMer 5 Juin - 17:01 par Angelina Fisher

» L'instint maternel
Le plan fonctionne  Icon_minitimeMer 29 Mai - 21:47 par Angelina Fisher

» Angelina
Le plan fonctionne  Icon_minitimeSam 25 Mai - 17:38 par Angelina Fisher

» Diana Degarmo enfant
Le plan fonctionne  Icon_minitimeVen 17 Mai - 12:17 par Angelina Fisher

» Colin passe à l'action
Le plan fonctionne  Icon_minitimeVen 10 Mai - 21:53 par Angelina Fisher

Juillet 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Angelina Fisher
Le plan fonctionne  Vote_lcapLe plan fonctionne  Voting_barLe plan fonctionne  Vote_rcap 

Partagez
 

 Le plan fonctionne

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
Angelina Fisher

Messages : 457
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 49
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

Le plan fonctionne  Empty
MessageSujet: Le plan fonctionne    Le plan fonctionne  Icon_minitimeJeu 11 Avr - 21:14


Deux mois après la saint-valentin, Colleen donna naissance à une petite Rebecca Chavez en hommage à sa grand-mère décédée peu après son mariage.
De leur côté Colin et Hillary mettaient au point un plan concernant leur mariage respectif.
-         Tout se passe à merveille, Devon est tellement bête qu’il me mange dans la main.
-         Tout comme Jill avec moi.
-         Colin, tu es sûr que personne ne sait pour nous ? Au sujet de notre mariage, je veux dire.
-         Personne hormis Blake et le prêtre ne sont au courant et ce sont tous deux, deux de mes hommes les plus surs.
-         Tu es sur ? Parce que je n’ai vraiment pas envie de passer ma nuit de noce en prison pour bigamie. Ce sera bien assez difficile déjà de prononcer mes vœux envers cet abruti et accepter qu’il me touche…sais-tu, Colin, que je dois m’imaginer que c’est toi quand je suis au lit avec lui ?
-         C’est exactement l’effet que cela me fait quand je suis avec Jill mais, chérie, c’est pour la bonne cause ; la meilleure des causes : la nôtre !
-         J’ai une idée : je vais demandais à Devon de demander à Angelina de chanter à mon mariage. Que dis-tu de ça : chanter au mariage de la femme qui a tué son père ? Pas mal comme idée, tu ne trouves pas ?
-         Hillary, quand tu parles comme ça tu me donnes encore plus envie de toi que jamais !
Hillary rit.
-         Et si nous organisions un double mariage ? Toi et Jill, et Devon et moi : même jour, même heure, même endroit ? Autrement il sera assez difficile pour tout ce que Genoa City peut comporter comme personnalités pouvant servir nos plans d’assister à deux mariages en si peu de temps. De plus je crains fort que sans cela personne ne vienne au mien. Après tout Devon n’a découvert sa parenté avec Katherine Chancellor que très peu de temps avant que la vielle bique ne dise bye bye à ce monde, alors que le tien et celui de Jill Abbott…
-         Je ne suis pas contre l’idée, bien au contraire mais il me faut convaincre Jill.
-         J’ai peut-être une idée…
 
 
A la résidence Fisher, Graham marchait à quatre pattes depuis deux mois déjà.
-         Il ne va plus tarder à se tenir debout, je pense.
-         J’espère être là au moment où cela va se produire. Je ne voudrais rater cette étape pour rien au monde.
-         Chéri, ne t’inquiète pas, si cela se produit à un moment où tu es au travail je filmerai et te l’enverrai séance tenante.
-         Je sais bien, ma puce, mais c’est un peu différent de voir les progrès de son enfant à travers une vidéo que d’être sur place.
-         Je sais, mon amour, dit-elle en l’embrassant. Tu es sur des dossiers intéressants en ce moment au travail ?
-         Pas vraiment. Quelques pare feux à faire sauter par ci par là mais rien de vraiment passionnant. Alex non plus n’a pas grand-chose à faire si ce n’est retrouver quelques voleurs de bicyclette.
-         Je sais c’est ce que Colleen m’a dit quand nous avons déjeuné ensemble hier. C’est plutôt une bonne chose non ? Cela veut dire que Genoa City est une ville plutôt calme. C’est rassurant de savoir que ton fils va grandir dans un endroit paisible.
 
 
Devon et Hillary assis à une table parlant de leurs projets de mariage.
-         Devon, j’aimerais beaucoup me marier à la résidence Chancellor. Après tout c’est la maison de ta grand-mère par conséquent tu es un Chancellor.
Devon rit.
-         Non, je ne suis pas un Chancellor. Katherine Chancellor était ma grand-mère mais je l’ai appris très peu de temps avant qu’elle ne décède.
-         Cela dit-elle t’a légué sa fortune.
-         En grande partie.
-         Ce qui veut donc dire qu’elle te considérait digne de la posséder et je suis certaine qu’elle aimerait te voir te marier chez elle. 
-         C’est fort possible, en effet. Mais il me faudrait l’accord de Jill Abbott qui possède la moitié du manoir et ce n’est pas dit qu’elle acceptera étant donné qu’elle doit elle-même se marier. Je suppose que Colin et elle ont prévu de se marier au manoir
-         Dans ce cas nous ne marierons pas le même jour tout simplement.
-         J’en parlerai à Mack, le manoir lui appartient pour moitié et à Jill.
-         Je suis certaine que Mackenzie sera d’accord. J’ai eu l’occasion de la croiser quelques fois. Nous avons sympathisé.
Ce soir-là, Angelina finissait son tour de chant au Neon Ecarlate sous les applaudissements des clients. Hillary eut alors une idée.
-         Angelina Veneziano est bien l’une de tes amies, n’est-ce pas ?
-         En effet si ce n’est que c’est Angelina Fisher désormais.
-         C’est bien toi qui la découverte ?
-         En effet.
-         J’aimerais beaucoup la voir chanter à notre mariage.
-         Pourquoi ne lui demanderais tu pas ?
-         Je ne la connais pas beaucoup et elle pourrait me dire non, alors que si cela vient de toi, ton ami et manager ce serait totalement diffèrent.
-         Oui sauf que je ne suis plus le manager d’Angelina depuis longtemps.
-         Vraiment ? Je pensais…
-         Non. Angelina vole de ses propres ailes maintenant. Nous avions perdu contact jusqu’à son mariage avec Kevin Fisher.
-         Vraiment ? Je l’ignorais.
Hilary fit mine d’être déçue. Devon lui caressa la main.
-         Écoute si c’est tellement important pour toi je lui parlerai.
-         Vraiment ?
-         Oui vraiment. Tu sais bien qu’il n’y a rien que je ne puisse te refuser.
-         Oh Devon, tu es vraiment le meilleur !
Amoureux comme un lycéen, Devon sourit. Persuadé de l’amour d’Hilary à son égard.
 
Au manoir Chancellor, Colin avait un plan afin d’accéder à la requête d’Hilary d’un double mariage. Quand Jill entra dans le salon, il lui sourit.
-         Je te ne savais pas à la maison.
-         J’étais dans ma chambre en compagnie de Lauren et la couturière de chez Femnore en train de choisir ma robe de mariée. Lauren m’a montré le tout nouveau catalogue avec des robes en provenance des plus grands couturiers de la place Vendôme à Paris. Je sais que ce n’est pas mon premier mariage mais celui-ci sera le dernier. Je tiens tellement à ce que tout soit parfait pour ce jour-là.
-         Et tu as trouvé ?
-         Oui. Oh Colin chéri, j’ai tellement hâte que tu me vois dedans. Elle est de coupe droite, tout en crêpe qui lui donne un aspect retombant. Un décolleté prononcé dans le dos le tout recouvert de pierre précieuse.  
-         Il me tarde de te voir dedans et encore plus de te la retirer, mentit-il.
-         Colin chéri, tu vas me rougir comme une adolescente. D’ailleurs c’est l’impression que j’en ai. J’ai l’impression que mes précédents mariages n’ont jamais existé.
-         J’espère bien. Car c’est exactement ce que je veux te voir ressentir. J’ai quelque chose à te demander : ce jeune homme…Devon, je crois. Il est de ta famille ?
-         Pas directement, non. Il est le petit-fils de Katherine qui elle-même l’a découvert que peu de temps avant sa mort.
-         Vraiment ?
-         Comment cela se fait-il ?
-         C’est une longue histoire mais je vais essayer de te la faire courte.
« Tucker eut un accident qui le plongea dans le coma. Pendant que Tucker était dans le coma, Katherine et Paul découvrirent chez lui une lettre de la mère de son fils qui date de 20 ans environ, déchirée en deux, lui disant qu'il ne verra jamais son fils parce qu'il n'a pas respecté sa promesse. Paul découvrit plus tard que l'encre utilisée datait d'avant 1985. Par ailleurs, il trouva de nombreuses photos de Tucker dans les années 80 avec plusieurs groupies dont l'une qui revient souvent. Fin août 2011, l'enquête secrète avance. Paul retrouva cette groupie, Amy Koslow surnommée Lolipop à l'époque. Celle-ci lui avoua n'avoir jamais entretenu de relation avec Tucker mais qu'elle connaissait une des groupies qui était follement amoureuse de lui. Elle était surnommée Candy Cane et elle a soudainement quitté la scène parce qu'elle était enceinte d'après les rumeurs. Paul creusa dans cette direction. Il ne parvient pas à retrouver Candy Cane mais une tante à elle du nom de Virginia. Il se rendit chez elle le 2 septembre, et elle finit par lui montrer une photo qui le choqua profondément. De retour à Genoa, Paul dit à Katherine qu'il savait qui est le fils de Tucker : Devon Hamilton, le fils adoptif de Neil & Drucilla. Par conséquent, Candy Cane est Yolanda Hamilton. Katherine lui demande d'en parler à personne mais Paul tient à ce qu'elle dise la vérité aux deux concernés. Au même moment, Tucker vira Devon de son label car il n'a pas réussi à lui trouver de nouveau talent après le départ de Noah. Katherine, qui refusait que Devon et Tucker connaissent leur lien de parenté, changea d'avis et se rendit chez Tucker pour tout lui dire mais elle préféra se taire finalement quand elle vit la snober et refuser de se réconcilier avec elle. De plus, après que Tucker ait renvoyé Devon, elle décida de l'embaucher en tant que président de son nouveau label, filiale des Industries Chancellor. Octobre 2011, Tucker assigna Katherine au tribunal pour récupérer Jabot. Elle demande à Jack de témoigner en sa faveur mais celui-ci refuse en prétextant qu'il ne veut pas faire partie de leurs querelles familiales. En réalité, il va témoigner pour Tucker parce que celui-ci lui a promis qu'il lui revendra Jabot s'il gagne. Quand la séance est sur le point de commencer, Jack arrive et s'assoit auprès de Tucker & Sofia. Katherine est bouche bée, elle n'en revient pas qu'il ait pu la trahir. Le juge statue finalement pour Tucker et annule la vente de Jabot aux industries Chancellor après que Jack lui ait dit qu'il aurait pu acheter l'entreprise beaucoup plus chère que Katherine l'avait payé. À la fin de la séance, elle fit un AVC. Quand il l'apprit, Tucker décida d'aller la voir à l'hôpital et en passant devant la salle d'attente de l'hôpital, il entendit une conversation entre l'avocat de Katherine et moi-même dans laquelle je lui dis que personne ne devait savoir qu'elle avait mis Devon sur son testament. Tucker nous confronta immédiatement mais nous ne voulûmes rien lui dire. Il nous demanda pourquoi elle le traitait comme un membre de sa famille et c'est à ce moment-là qu'il comprit que Devon était son fils, que Katherine l'avait retrouvé et que c'est pour ça qu'elle le mit sur son testament. Il n'en revenait pas et était complétement ému. Il s'empressa de le dire à Sofia, qui le dit après à Neil. De plus, il se mit à la recherche de Devon pour lui dire la vérité. Il le trouva chez Lily et lui demanda de venir chez lui. Là, il lui dit tout. Devon réagit très mal en apprenant la nouvelle, encore plus quand Tucker lui dit que sa mère était seulement l'une de ses nombreuses conquêtes. Il lui fit comprendre qu'il ne sera jamais son père à ses yeux, ce qui blessa Tucker. Tucker retourna à l'hôpital quand Katherine se réveilla et la confronta. Il lui reprocha d'avoir utilisé Devon contre lui. Elle, lui rappela qu'il lui avait toujours reproché de ne jamais l'avoir recherché alors qu'il a fait exactement la même chose avec Devon. Après que Phyllis ait écrit un article sur Devon et lui dans Style & Effervescence, Tucker organisa une conférence de presse dans laquelle il avoua que Devon était son fils, qu'il était content de l'accueillir dans sa famille et qu'il souhaitait construire une vraie relation avec lui. À la fin de la conférence, Yolanda, la mère de Devon de retour le jour même à Genoa après avoir lu l'article de Phyllis, l'appelle mais ne la reconnaissant pas et la prenant pour une journaliste, il lui demanda de le laisser tranquille. Le lendemain, Ashley lui raconta l'histoire de Devon et notamment le fait que sa mère soit tombée dans la drogue. Il prit conscience que son fils avait vécu l'enfer mais qu'il a réussi à s'en sortir. Il se rendit chez Devon mais y trouva Yolanda. Il ne la reconnu pas et elle fut obligée de lui dire qui elle était. Il n'en revenait pas, après toutes ces années. Yolanda se souvenait qu'ils s’étaient vus pour la dernière fois lors d'un concert d'un groupe de rock. Tucker s'en souvenait mais ne se rappela pas l'avoir vu. Elle lui expliqua, assez énervée, qu'il fit exprès de ne pas la voir puisqu'il avait passé la soirée à l'ignorer jusqu'à tant qu'il envoie son laquais lui remettre de l'argent pour taire sa grossesse. Tucker jura qu'il n'avait rien fait et qu'il n'aurait jamais agi de la sorte s'il l'avait su. Elle lui apprit avoir parlé de sa grossesse à son road manager, Ruben et qu'il lui avait dit qu'il en parlerait à Tucker. Or, il ne fit jamais et voulu dissimuler cette grossesse. Tucker réalisa alors que son fils avait grandi balloté de foyer en foyer à cause d'un malentendu alors qu'il aurait pu s'occuper de lui. Neil et Devon arrivent peu après. Devon leur demanda de partir mais Tucker lui demanda juste un moment pour lui parler. Tucker s'excusa de ne pas avoir été là pour lui. Il regretta que Yolanda ne lui ait rien dit. Devon souhaita qu'il assume sa part de responsabilité car lui n'a pas réussi à le retrouver en 20 ans alors que Paul l'a fait en quelques semaines seulement. Alors il accepta ses excuses mais refusa catégoriquement d'avoir une relation père-fils avec lui. Tucker demanda ensuite à Yolanda de s'en aller en échange d'argent mais elle refusa et lui montre qu'elle est aujourd'hui de retour seulement pour Devon. Devon avait un problème d’audition. Harmony, décidée à aider son fils, découvre que l'entreprise de Tucker donne des fonds à plusieurs recherches scientifiques, dont l'une concernant un implant qui permettrait de retrouver une parfaite ouïe. Elle en parla à Tucker qui proposa alors à Devon de faire participer au projet. Celui-ci refusa catégoriquement mais Neil & Harmony le convainquirent de donner une chance à son père de l'aider. Ainsi, il obtient un rendez-vous avec un spécialiste à Dallas. Il demanda à Neil & Harmony de l'accompagner. Tucker, qui ne le montra pas tout de suite, fut alors vexé. Il confia à Ashley qu'il aimerait être aux côtés de son fils pour le soutenir, comme tout bon père. Alors peu avant son départ, il demanda à Devon d'accepter qu'il l'accompagne car il a besoin d'être là pour s'assurer que tout va bien. Il accepta. Pendant leur séjour à dallas, Tucker tente une nouvelle fois de se rapprocher de Devon. L'opération de Devon fut un succès : avec les implants qu'il portait à chaque oreille, il retrouva une ouïe complète. Cependant, les implants nécessitant un certain temps pour fonctionner correctement, firent qu'il devint temporairement sourd après l'opération. Il demanda alors à Tucker de l'aider à éditer ses chansons, et notamment une nouvelle qu'il a écrite pour Angelina. Tucker et Devon continuèrent leur collaboration, ce qui réjouit Katherine. »
-         Voilà, tu connais toute l’histoire.
-         Que dirais tu si nous les invitions à diner lui et sa future épouse et peut être même à résider ici. Le manoir est suffisamment grand pour nous tous non qu’en dis-tu ?
-         Cela me parait une excellente idée ! Je vais lui téléphoner pour l’inviter à diner.
Jill se dirigea pour prendre le téléphone mais elle en fut empêchée par Chance qui venait d’arriver.
-         Quoique ce soit cela va devoir attendre ! Grand-mère, j’aimerais te parler de quelque chose au sujet des Industries Chancellor.
Jill renonça à son coup de fil pour écouter son petit-fils.
-         De quoi s’agit-il, chéri ?
-         Voilà, Mack et moi nous sommes dits qu’il était temps de faire rentrer les Industries Chancellor au XXI eme siècle en tenant compte des nouvelles technologies et des besoins de la planète…
 
 
Pendant ce temps Devon se rendit chez les Fisher. Angelina occupée à écrire une nouvelle chanson lui ouvrit la porte. Elle sourit en voyant son ami devant sa porte.
-         Devon ! Quelle bonne surprise ! Entre, je t’en prie.
-         Je dérange ? dit-il en voyant le texte.
-         Du tout. Ce n’est qu’au stade expérimental. Je ne suis pas encore sûre pour les paroles.
-         De quoi cela parle ?
-         C’est une chanson qui parle d’amour. D’un amour que l’on croyait perdu, inaccessible, interdit, pas fait pour soi et qui un beau jour ressurgit dans ta vie et alors la vie dont tu n’osais rêver devient soudain réalité.
-         En sommes c’est ton histoire avec Kevin. Je suis content que vous vous soyez retrouvés. J’ai été le témoin de ton amour pour lui et ton chagrin quand tu as renoncé à lui. Tu avais beau essayer de le masquer mais je savais à quel point tu souffrais.
-         Je n’avais pas le choix ; je devais faire ce qu’il fallait pour l’homme dont j’étais si éperdument amoureuse.
-         Je suis désolé d’avoir fait ce que j’ai fait lors du gala des arts. J’aurais dû me douter que tu ne pourrais pas.
-         N’en parlant plus. Tout ceci appartient au passé. Désormais Kevin et moi sommes mariés et c’est la seule chose qui compte.
Mais, je suppose que tu n’es pas venu jusqu’ici pour parler du passé. Je me trompe ?
Devon sourit.
-         En effet, je ne suis pas venu pour ça. Angelina, tu n’es pas sans savoir que je vais bientôt me marier et j’aurais besoin que tu me rendes un service.
Angelina ne voulut pas peiner son ami en lui avouant n’avoir pas confiance en la future mariée.
-         Je t’écoute, de quoi s’agit-il ?
-         Ok, je ne vais pas tergiverser, j’aimerais que tu chantes à mon mariage.
         Angelina resta bouche bée. Elle ne s’était pas attendue à une telle requête.
-         Tu aimerais que je chante à ton mariage ?
-         En effet, cela me ferait très plaisir et à Hillary aussi.
-         Hillary ?
-         Hillary est une de tes fans, Angelina.
-         Vraiment ?
-         Oui, c’est d’ailleurs elle qui te demande cette faveur. Elle serait honorée que tu chantes à notre mariage.
-         Dans ce cas pourquoi ne m’a-t-elle pas demandé elle-même ?
-         Elle n’osait pas le faire. Hillary est timide, réservée. Sachant que j’ai été ton manager elle m’a demandé de le faire à sa place.
Cette proposition intrigua Angelina. Il est vrai qu’elle ne connaissait que peu Hillary Curtis mais les rares fois où leurs chemins s’étaient croisés, Angelina ressentit plus de l’antipathie à son encontre que l’inverse. Ceci étant elle ne voulait pas non plus causer du chagrin à son ami et surtout craignait de perdre son amitié à jamais si jamais elle apprenait son ressentiment au sujet de sa fiancée. Elle se devait y aller prudemment pour éviter de le blesser à fortiori qu’elle n’avait aucune certitude.
-         Je ne sais pas si j’aurais le temps, Devon. J’ai une tournée à travers les États-Unis de prévu.
-         Angelina si c’est une question d’argent je te paierai…
-         Quoi ? Devon ! non ! Ce n’est pas ça.
-         Dans ce cas pourquoi refuse tu ?
-         Je te l’ai dit, j’ai une série de concert qui vont commencer.
-         Et bien considère mon mariage comme un concert. Après tout tu me dois bien ça. Angelina, tu me dois où moins ça après ce qui s’est passé lors du gala des arts. Sans moi tu ne serais encore personne aujourd’hui. Penses-y, Angelina
Angelina resta abasourdie par la réponse de Devon.
-         C’est d’accord, je chanterai à ton mariage si c’est important pour toi.
-         C’est important pour Hillary et tout ce qui est important pour moi l’est pour moi.
Kevin qui avait assisté à toute la conversation sans que Devon ne s’en rende compte, vint trouver sa femme après le départ de ce dernier.
-         Tu vas chanter au mariage d’une personne que tu n’aimes pas ?
-         S’il le faut. Je le fais pour Devon. Je lui dois.
-         Angelina, chérie, tu ne lui dois rien. Rien du tout.
-         Si, Kevin, je lui dois beaucoup de chose. Il a raison, sans lui je serais toujours la même fille que lorsque je suis arrivée ici, essayant de percer mais ne trouvant personne pour lui donner sa chance. De plus je lui ai posé un lapin lors du gala des arts.
-         Il n’aurait pas dû te demander de venir sachant ce que tu éprouvais pour moi.
-         Mais moi je n’avais pas à lui dire oui et partir à Paris.
-         Mon amour, c’était un tremplin dans ta carrière. Faire la première d’un concert de Danny Romalotti.
-         Même avec lui je n’ai pas été honnête. Mais pour Hillary : je ne sais pas, je n’arrive pas à expliquer ce que je ressens vis-à-vis d’elle. Je n’ai jamais ressenti cela auparavant : ce sentiment de mal être. Tu dois me prendre pour une folle.
-         Non, jamais je ne penserai une telle chose de toi. Mais je m’inquiète. Si cette femme te fait cet effet est-il opportun que tu ailles chanter à son mariage ?
-         Oui, chéri, il le faut.
-         Pourquoi ? Tu connais à peine cette femme et elle te met mal à l’aise. Pourquoi veux-tu aller chanter à son mariage alors que rien ne t’y oblige ?
-         Je le fais pour Devon mais aussi pour moi : pour nos enfants. Pour Graham et Pricillia. Comme tu viens de le dire je connais à peine cette femme et peut être est-elle quelqu’un de bien. Je ne veux pas qu’ils grandissent en pensant que leur mère snobe les gens.
-         Pricillia ? Leur mère ? Nos enfants ?
Kevin la regarda intrigué. Elle sourit.
-         Ma chérie, est-ce par hasard…
-         Six semaines. Je voulais attendre d’en être sure avant de t’en parler.
-         Tu es enceinte ? C’est vrai, c’est bien vrai ? Je vais de nouveau être papa ?
-         Oui, chéri.
Kevin la souleva et la fit tournoyer dans ses bras. Elle rit.
-         Je sais que nous avions prévu d’attendre un peu… dit-elle lorsqu’il a reposa.
-         Non ! Non, mon amour, non. Je suis très heureux que nous n’ayons pas attendu. Priscilla ? En lien avec Graceland, lieu de notre lune de miel.
-         Oui. J’ai le sentiment que ce sera une fille mais si tu n’aimes pas nous pouvons choisir un autre prénom.
-         Bien au contraire. C’est un merveilleux symbole. Priscilla Fisher. Angelina, je t’aime, dit-il en la serrant dans ses bras pour l’embrasser.
-         Je t’aime aussi.
 
 
A la résidence Chancellor Chance exposa son projet à Jill qui fut immédiatement séduite.
-         C’est en effet une industrie d’avenir et tu as raison : Katherine serait d’accord.
-         Si vous le souhaitez je pourrai vous aider. En Australie ce genre d’énergie fait déjà partie de notre quotidien depuis longtemps. Sans vouloir me vanter mais je pense en connaitre un rayon.
-         C’est vrai, Colin ? Vous vous y connaissez ?
-         Assez bien à dire vrai.
-         Toute aide serait la bienvenue et de plus vous allez bientôt épouser grand-mère par conséquent vous serez officiellement un membre de la famille.
Le soir venu, tandis que Jill était sous la douche, Colin envoya un mail à Hillary sous des noms d’emprunt.
«       Aie besoin de te voir demain matin à l’endroit habituel. Bien à toi, ton C. »
Il appuya sous la touche envoi avant que Jill sortît de sa douche.
-         Rien ne mieux qu’une bonne douche pour se revigorer, dit-elle en allant rejoindre Colin au lit.
-         Ou en es-tu dans les préparatifs concernant notre mariage ?
-         J’ai rendez-vous demain à 8 heures avec la wedding planer.
-         As-tu contacté Devon comme je te l’ai dit ?
-         Oui. Aussitôt Chance parti je lui ai envoyé un Email. Je les ai invités à diner lui et sa charmante fiancée afin que nous fassions plus ample connaissance. Ils seront là demain soir à vingt heure. J’ai embauché des extras afin d’aider cette bonne à rien d’Esther.
-         Bien. Chérie, il y’a quelque chose à laquelle je suis en train de penser pour la partie musicale.
-         Je t’écoute, mon chéri, de quoi s’agit-il ?
-         Je me disais qu’au lieu d’embaucher un stupide disc-jockey qui massacrera toutes nos chansons préférées, nous avons je crois, ici même à Genoa City une chanteuse parmi nous.
-         Oh tu fais allusion à Angelina Veneziano, la femme de Kevin.
-         Oui. Je crois qu’elle s’appelle comme ça.
-         Eh bien je pensais justement inviter Kevin à notre mariage. Il a longuement vécu ici avec son ex-femme qui n’est autre que la fille d’Esther.
-         Vraiment ? Je l’ignorais. Cela risque-t-il pas de poser problème en ce cas ? Je ne voudrais pas froisser Esther en demandant à rivale de sa fille de chanter à notre mariage.
-         Ne t’inquiète pas pour ça. Chloe et Kevin ont divorcé bien avant qu’Angelina ne refasse surface dans la vie de Kevin.
-         Comment ça refaire surface ?
-         Il y’a quelques années, Angelina fut mariée à Kevin, mais il n’était pas amoureux d’elle mais de Chloe, alors Angelina s’est effacée afin de le laisser se marier avec l’élue de son cœur et est allée vivre à Los Angeles. Tout le monde à Genoa City l’avait oublié, ou du moins c’est que je pensais, jusqu’au jour où nous apprîmes la mort d’Angelo Veneziano, le père d’Angelina. Mort pendant qu’il tentait d’assassiner Victor Newman !
Colin prit un air surprit.
-         Victor Newman ?
Jill sourit.
-         En personne ! Par chance Angelo était un mauvais tireur et quelqu’un lui a tiré dessus. Angelo est mort sur le coup.
-         C’est une chance en effet.
-         Je n’étais pas au courant de cette affaire. Réflexion faite je me demande si c’est une bonne idée en cas de demander à cette femme de chanter à notre mariage.
-         Angelina n’a rien à voir avec cette affaire. Je ne la connais pas vraiment mais elle n’a jamais posé le moindre ennui. Même Victor Newman ne semble pas s’en soucier. De plus elle a une très jolie voix.
-         En ce cas c’est réglé ! Je lui téléphonerai demain ou mieux j’irai la trouver. Nous sommes lundi et le mardi elle chante au Neon Ecarlate. J’ai tellement hâte de devenir ta femme. Que tu me vois dans ma robe de mariée et ensuite dans la tenue que j’ai prévu pour notre lune de miel. Je suis tellement excitée ! Tu ne m’as toujours pas dit où nous passerons notre lune de miel.
-         Et je ne te le dirai pas. C’est une surprise.
-         Oh toi, si tu savais comme tu m’excite, dit-elle en s’étalant sur lui tout en se déshabillant.
Ce dernier réprima son sentiment de dégout en pensant à son plan.  
 
Comme prévu le lendemain matin, Colin et Hillary se retrouvèrent dans l’ancien appartement de Colin, celui-là même ayant autrefois appartenu à Tucker. Ce jour-là, Hillary vint habillée d’une perruque blonde surmontée d’un chapeau et des lunettes de soleil.
-         Tu es bien certaine que personne ne t’a vu ?
-         Ne t’inquiète pas, tout va bien. Devon est allé travailler et il est prévu que nous retrouvions ce soir pour le diner chez toi.
-         Ce n’est pas encore chez moi.
-         Mais cela le sera bientôt. Il sera bientôt à nous. Cette vaste et magnifique demeure sera bientôt la nôtre. Après tous nos efforts, nous l’aurons mérité. De quoi voulais tu me parler ?
Colin sourit. Il avait de ces sourires du chat qui vient d’avaler une souris.
-         Il y’a un problème concernant notre plan ?
-         Bien au contraire, tout se passe comme prévu : mieux que prévu ! Cette bande d’abruti vont me faciliter la tâche.
-         Raconte !
-         Figure-toi que ce nigaud de Chance, grand défenseur de la veuve et de l’orphelin et sa cousine/copine associée, se sont mis en tête d’investir dans les énergies renouvelables. Et devine qui va les aider ? Ton serviteur.
-         C’est pas vrai tu vas travailler pour Chancellor Industries ?
-         Ces abrutis croient dur comme fer aux secondes chances. Ils savent que j’ai fait des choses horribles mais j’ai payé ma dette.
Hillary éclata de rire.
-         Oh, Colin, tu es génial !
-         J’ai une idée qui va pouvoir nous servir en provoquant une guerre entre les Newman et les Chancellor et une fois que l’une et l’autre auront fait faillite, la société HC les rachètera pour une bouchée de pain et ensuite nous les éliminerons un à un.
-         HC ?
-         Hillary et Colin.
Colin eut sourire pervers qui émoustilla Hillary.
-         Tu es au moins aussi démoniaque que moi.
-         Nous sommes faits l’un pour l’autre.
-         Dis-moi quel est ton plan ?
-         Tu vas espionner pour moi chez Chancellor. Victoria Newman me mange tout cru dans la main et elle aime l’argent, peut-être pas autant que nous mais elle aime l’argent. Je l’inciterai donc à investir dans ce domaine avec tes plans.
-         Et je m’arrangerai pour tout détourner pour notre profit sans qu’ils ne s’aperçoivent et si besoin est, je graisserai quelques pattes de politiciens.
-         Nous allons être riches !
-         Très, très, très riches ! multi milliardaires !
 
 
Le soir venu Hillary et Colin se retrouvèrent à la résidence Chancellor pour le diner faisant mine de se rencontrer pour la première fois. Pour l’occasion Jill tint à la présence de Billy et Mackenzie, Cane et Lily et de Chance.
-         Je vous remercie pour l’invitation, Jill. Laissez-moi vous présenter ma fiancée Hillary. Hillary, Jill Abbott la propriétaire du manoir.
-         Ravie de vous rencontrer, Md Abbott.
-         Je suis enchantée de faire votre connaissance. Laissez-moi vous présenter mon fiancé Colin Atkinson !
Mine de rien Hillary lui tendit la main.
-         Ravie de vous connaitre Mr Atkinson.
-         Moi de même. Je vous en prie appelez-moi Colin.
-         Entendu, Colin.
-         À présent que les présentations ont été faites si nous passions au salon ? Esther, vous servirez les apéritifs là-bas et assurez-vous que tout soit prêt pour le diner. Après vous, très cher, dit-elle pour rire à Colin en l’invitant à la précéder.
-         Madame Abbott, c’est une bien jolie maison que vous avez là.
-         Je vous en prie appelez-moi Jill. En réalité elle ne m’appartient qu’à moitié. L’autre moitié appartenait à Katherine Chancellor. À sa mort elle la laissé en indivision pour Mackenzie, Chance et bien sûr Devon.
-         Vraiment ? je l’ignorais.
-         J’ai probablement dû oublier de t’en parler car ce n’est que peu de temps avant sa mort que j’ai appris que Katherine Chancellor était en réalité ma grand-mère.
-         Pourtant tu as autant de droit sur cette maison que Chance ou moi.
-         Je reconnais bien là ta générosité, Mack.
-         Hillary, vous connaissez bien sur mon fils. Quelle question, bien sûr vous le connaissez puisqu’il est marié à la plus jolie fille de la Terre, après toi, ma chérie, bien sûr, dit-il en se retournant vers Jill.
Jill et tout le monde rirent.
-         Cane ne m’a jamais dit avoir un père aussi charmant que séduisant. Vous avez beaucoup de chance, Md Abbott.
-         Jill. Appelez-moi Jill. C’est vrai, j’ai beaucoup de chance d’avoir un tel homme à mes côtés pour partager ma vie.
-         C’est moi qui en ai.
-         Jill, le repas va être servit, dit Esther.
-         C’est entendu ! Si nous passions à table ?
La soirée se déroula dans une atmosphère bon enfant. Personne ne se rendit compte qu’Hillary, placée juste en face de Colin, lui faisait du pied sous la table.
-         Avez-vous fixé une date pour votre mariage ? demanda Jill.
-         Nous nous marierons le 21 juin, premier jour de l’été au parc Chancellor répondit Devon.
-         21 juin ? c’est la date que Colin et moi avons choisi également, dit Jill à la fois surprise et embarrassée.
-         Vraiment ? Je l’ignorais.
-         Nous pouvons le repousser si vous le souhaiter, Md Abbott. Jill.
-         Hillary, tu sais c’est bien que ce n’est pas possible, j’ai prévenu ma mère, elle viendra exprès de Las Vegas pour l’occasion et ne peut venir que ce jour.
-         Papa aussi ne pourra pas venir à un autre moment, dit Lily.
-         Ne vous inquiétez pas, les enfants, il y’a peut-être une solution au problème si vous toutefois vous êtes d’accord, Hillary. Nous pouvons organiser un double mariage ? Le parc est assez grand pour tous nous contenir. Chéri, tu serais d’accord ?
-         Cela me parait une excellente idée. Qu’en pensez-vous, Hillary ?
-         Je n’y vois pas d’objection si Devon est d’accord.
-         Si tu es d’accord alors ça me va aussi.
-         Eh bien voilà une question de réglée. Genoa City va connaitre les deux plus grands mariages qu’il n’a jamais vu, dit Colin.
 
Le lendemain matin, Kevin rentrait chez lui avec Vig tandis qu’Angelina était occupée avec Graham, quand on sonna à la porte.
-         Laisse, chérie, je m’en occupe. Jill ! dit Kevin surpris.
-         Bonjour, Kevin, est ce Angelina est ici ?
-         Oui, bien sûr qu’elle est là.
-         Puis je la voir ? dit-elle avec le sourire.
-         Euh oui, dit-il troublé par la présence de Jill Abbott chez lui.
Kevin connaissait bien Jill bien entendu, comme pratiquement tout le monde à Genoa City, de plus ils avaient habité sous le même toit durant longtemps quand il fut marié à Chloe, mais leurs relations n’avaient jamais dépassé le simple stade de la courtoisie, alors que faisait elle chez lui et que voulait elle à Angelina ?
-         Entrez, je vous prie.
Jill Abbott entra chez les Fisher et au moment où Kevin s’apprêtait à fermer la porte, Colin apparu. Kevin ne put s’empêcher d’avoir un mouvement de recul qui n’échappa pas à l’œil aiguisé de Colin Atkinson.
-         Votre adorable épouse est-elle ici ?
Jill répondit à la place de Kevin.
-         Oui elle est là, je lui ai demandé.
-         Pouvons-nous la voir ?
-         Vous ? vous voulez dire, tous les deux ?
Jill rit.
-         Oui bien sur tous les deux. Nous devons demander quelque chose à Angelina. Pouvons la voir ?
-         Que lui voulez-vous ?
En présence de Colin, l’instinct protecteur de Kevin refit surface tel un volcan s’apprêtant à entrer en éruption. Jill rit.
-         Rassure-toi, nous n’allons pas la manger, Colin et moi souhaitons simplement lui parler. 
-         Je vais voir si elle a fini de s’occuper du petit.
Kevin disparu laissant, à contre cœur, Jill et Colin dans le salon. Il entra dans la nursery pendant qu’Angelina jouait avec Graham.
-         Tiens voilà Papa, va lui faire un bisou.
Le petit Graham marcha à quatre pattes vers son père qui le prit dans ses bras pour l’embrasser.
-         Hey, champion !
Angelina remarqua tout de suite l’air troublé de Kevin.
-         Est-ce ça va ? Tu es tout pale à croire que tu viens de voir un fantôme.
-         J’aurais préféré.
-         Quoi ? Qu’est ce qui ne va pas, chéri ? Qui a sonné ?
-         Jill Abbott.
-         Jill Abbott ?
-         Oui. Elle veut te voir.
-         Me voir moi ? Pourquoi ?
-         Je ne sais pas, elle veut te demander quelque chose.
-         Eh bien cela doit être rudement important pour qu’elle fasse le déplacement jusqu’ici. Ce n’est pas tout près.
-         Je suppose mais chérie…elle…elle est…
-         Kevin, qu’est ce qui se passe ? Elle est quoi ?
-         Elle n’est pas toute seule, Colin est avec elle et ils insistent pour te parler.
-         Colin Atkinson ? Que peut-il bien me vouloir ?
-         J’n sais rien, ils n’ont rien voulu me dire. Ils veulent te parler.
-         C’est étrange. Je connais à peine Jill Abbott et les quelques fois où je l’ai croisé elle m’a à peine adressée la parole. Eh bien je suppose qu’il n’y a qu’un seul moyen de le savoir.
-         Angelina, fait attention ! N’oublie pas ce que je t’ai dit au sujet de Colin.
-         Je n’ai pas oublié mais que pourrait-il bien me faire ? Après tout je ne le connais pas. De plus tu seras là. Viens ! dit-elle en le prenant par la main.
Quand ils arrivèrent dans le salon ils trouvèrent Jill accoudée à la cheminé, Colin non loin d’elle. Elle leur adressa un sourire.
-         C’est un bien joli petit garçon que vous avez là, dit-elle en faisant allusion à la photo de Graham qui se trouvait sur le rebord de la cheminée.
-         Merci. Kevin m’a dit que vous souhaitiez me voir, en quoi puis je vous aider ?
-         Vous n’êtes pas sans savoir que je vais bientôt me marier.
-         En effet. Toutes mes félicitations.
-         Merci. À cette occasion, j’ai une faveur à vous demander. Angelina, Colin et moi aimerions que vous chantiez à notre mariage.
La requête de Jill la surprit tellement qu’Angelina fut abasourdie.
-         Je vous demande pardon ? Vous voudriez que je chante à votre mariage ?
-         Cela me ferait plaisir.
-         Madame Abbott, je me dois d’être franche avec vous…
-         Jill, appelez-moi Jill comme tout le monde le fait à commencer par votre mari.
-         Jill, bien que flattée par votre proposition, je suis dans l’obligation de refuser.
-         Si c’est une question d’argent, je vous paierai naturellement.
-         Je regrette mais cela ne va pas être possible. J’ai déjà des engagements de prévu pour cet été.
À cet instant, Colin, resté silencieux jusqu’ici su qu’il était temps d’intervenir.
-         Dites-moi quel est votre prix et je vous en offre le double !
-         Il ne s’agit pas d’une question d’argent.
-         Tout est question d’argent. Dans la vie tout à un prix, reste à savoir lequel est le vôtre.
-         Pas tout non. J’ai promis à Devon de chanter à son mariage et ensuite j’ai d’autres engagements.
-         Devon ? En ce cas tout s’arrange ! Hillary et moi nous nous sommes mises d’accord pour faire un double mariage.
-         Un double mariage ?  C’est une idée très originale.
-         En effet. Moi-même je n’y aurais jamais pensé si mon cher Colin ne m’en avait pas soufflé l’idée.
-         Je suis certain que tu y aurais pensé toi-même tôt ou tard.
-         Possible. Au moment où j’aurais remarqué à quel point le courant passait entre toi et Hillary.
Angelina regarda Kevin qui ne piquait mot.
-         Allons donc, je n’ai pas parlé tant que ça avec cette jeune femme.
-         Tout le monde a remarqué à quel point le courant était vite passé entre vous. Mais rassure-toi, je ne suis pas jalouse. Je suis contente de te voir te faire des amis.
-         Eh bien, Angelina, à présent que tout est réglé, Jill et moi tenons à votre présence le 21 juin à la résidence Chancellor.
-         La résidence ? Je pensais que le mariage serait célébré dans le parc Chancellor, dit Kevin.
-         Je viens de changer d’avis. Le mieux est de le faire dans la résidence où nous allons tous habiter. Nous avons assez abusé de votre temps : nous reverrons au mariage. Angelina, vous me direz votre prix
Colin et Jill sortirent de la maison des Fisher les laissant tous deux… ils ne savaient ce qu’ils ressentaient. Tout était aller tellement vite. Kevin regarda Angelina encore hébétée.
-         Est-ce ça va ?
-         S’il te plait, Kevin, dit moi que c’est un cauchemar et que je vais bientôt me réveiller.
Kevin la regarda…tristement.
-         Je vais chanter au mariage de ce type ?
-         Rien ne t’oblige. Il t’a mise devant le fait accompli tu n’as pas eu le temps de répondre.
-        Je sais mais lui et Jill se marient le même jour que Devon et…et cette femme !
-        Tu n’aimes vraiment pas Hillary.
-        Non. Crois-moi, chéri, cela n’a rien à voir avec un éventuel sentiment romantique envers Devon car tu es le seul pour moi ; tu as toujours été l’unique amour de ma vie et tu le seras jusqu’à mon dernier souffle. Non, ce n’est pas ça parce que si Devon se mariait avec n’importe quelle femme en dehors d’Hillary, je serais très heureuse pour lui…mais Hillary…quelque chose cloche avec elle et je n’arrive pas à savoir ce que c’est. C’est comme avec Colin, son visage ne m’est pas inconnu. Je suis certaine l’avoir déjà vu quelque part mais je n’arrive pas à savoir où.
-        Colin est un mafieux, peut-être a-t-il des liens avec la famille de Carmine ?
-        Non. Jamais les Basco s’uniraient à un assassin. Ils œuvrent dans la contrebande mais ce ne sont pas des tueurs.
-        Que vas-tu faire ?
-        Je n’ai pas le choix.
-        Bien sûr que si tu l’as. Angelina, chérie, si tu ne veux pas chanter à ces mariages et bien ne le fait pas.
-        J’ai promis à Devon de le faire.
-        Devon t’a fait du chantage sentimental et Colin t’a mise au pied du mur.
-        Chéri, je ne peux pas faire ça à Devon une seconde fois. De plus je ne peux pas fuir dès que quelque chose ne me convient pas. La première fois au gala des arts je me suis enfuie car cela aurait été trop dur de te voir avec elle, mais là les circonstances sont complètement différentes. Nous sommes mariés et nous habitons la même ville que les futurs mariés et elle n’est pas si grande comparée à New York ou Los Angeles.
-        Tu regrettes de ne pas vivre dans l’une ces villes ? Tu n’aimes pas Genoa city ?
-        Chéri, non ! J’adore Genoa city. Notre maison se trouve ici. Cette maison n’est pas qu’un simple toit au-dessus de ma tête c’est notre foyer.
-        N’importe quelle maison n’importe où dans le monde peut devenir notre foyer.
-         Peut-être mais C’est ici, à Genoa city, que nous nous sommes rencontrés et où je suis tombée amoureuse de toi et où notre fils a vu le jour et naitra notre fille. Sans parler de ton frère et sa femme qui habitent Genoa City. Non vraiment j’aime vivre ici et j’adore le climat. Nos enfants pourront j’espère en profiter un maximum.
-        Mais tu vas chanter au mariage d’une personne que tu déteste.
-        Je ne déteste pas Hillary, pour cela il me faudrait mieux la connaitre mais…
-        Mais tu n’en as pas envie.
-        Je ressens une impression bizarre dès qu’elle est en ma présence. Je l’ai ressenti également tout à l’heure en présence de Colin.
Kevin soupira et la serra dans ses bras. L’air pensif…

<3>3<3<3<3<3
Le plan fonctionne  Kevine10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Le plan fonctionne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
» Le DSRP: pour un réel plan de développement d'Haïti
» L'Onu soutient le plan de Préval, mais de quel plan parle-t-on ?
» Votre plan de travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Protection rapprochée-
Sauter vers: