Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conflit familiaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Conflit familiaux    Mer 19 Oct - 22:14


Kevin ! Kevin, mon Dieu qu’est qui se passe ? Kevin, mon amour, répond moi.
Angelina chercha son téléphone mais se rendit compte qu’elle ne l’avait pas sur elle. Elle se mit à crier.
-         À l’aide, vite ! Au secours !
Dylan accouru dans la ruelle.
-         Angelina, Kevin, est ce tout va bien, j’ai entendu des coups de feu… Oh mon Dieu !
-         Dylan, Kevin est blessé, appelle une ambulance, vite !
Dylan déferla aussitôt au café. Le voyant ainsi Colleen s’enquit de ce qui se passer.
-         On a tiré sur Kevin : il est couvert de sang.
-         Quoi ? Mon Dieu ! J’appelle une ambulance.
Joignant le geste à la parole Colleen composa le 911 pendant ce temps-là Chance présent ce matin-là au Neon Ecarlate arriva sur les lieux de la fusillade.
-         Envoyez vite une ambulance au 170 Wild Rose Road. Un homme a été blessé par balle.
 
***
 
À leur arrivée au Memorial Kevin fut immédiatement transporté aux urgences chirurgicales pendant qu’Angelina l’attendait en salle d’attente : morte d’angoisse.
-         Nous risquons d’attendre longtemps, je vais me chercher un café tu en veux ?
-         Quoi ? Non merci, Colleen, ça ira. Tout ce que je veux c’est avoir des nouvelles de mon mari et voir mes enfants : je dois prévenir la baby sitter.
-         Si tu veux je peux m’en occuper. Abby est la maison en ce moment je suis certaine qu’elle acceptera de s’en occuper.
-         Merci, Colleen mais je vais demander à mon père de s’en occuper. Je ne veux pas que les enfants quittent la maison : cela les perturbera.
-         Angelina, je viens d’avoir ton message : que s’est-il passé ?
-         On a tiré sur Kevin…
-         Michael, que s’est -il passé ? Ou est Kevin ?
En voyant Gloria, Angelina fulmina.
-         Qu’est-elle fait ici ? Qui la prévenue ?
-         Moi pourquoi ? Juste après avoir eu ton message.
-         Vous n’avez rien à faire ici, Gloria : fichez le camp !
-         Je n’irai nulle part tant que je n’en saurai pas plus sur ce qui est arrivé à mon fils.
-         Votre fils ? Comment osez-vous l’appeler ainsi ? Vous n’avez jamais été une mère pour Kevin et ni lui ni moi ne voulons plus jamais avoir à faire à vous. Fichez le camp et en vitesse !
-         S’il y’a quelqu’un ici qui doit partir c’est vous, Angelina.
-         Ma Princesse n’ira nulle part. Sa place est auprès de son mari.
-         Papa, où sont les enfants ?
-         Rassure-toi, Princesse, ils sont en sécurité avec la baby sitter qui a accepté de faire des heures supplémentaires.
Le médecin qui s’était occupé de Kevin dès son arrivée s’avança vers eux. Angelina ne lui laissa pas le temps de réagir qu’elle posa une question.
-         Docteur, comment va mon mari : Kevin Fisher.
-         Votre mari a été touché d’une balle dans le dos. Il a perdu énormément de sang mais nous avons réussi à stopper l’hémorragie. Cela dit je ne vous cacherai pas que son état est grave. Les jours à venir vont être décisifs.
-         Puis je le voir ?
-         Oui mais quelques minutes seulement.
-         Docteur, Inspecteur Chance Chancellor. C’est moi qui suis chargé de cette enquête. J’aimerais vous poser quelques questions.
-         J’ai quelques minutes devant moi. Suivez-moi dans mon bureau, je vous prie.
Angelina allait rentrer dans la chambre de Kevin mais Gloria se mit en travers de son chemin.
-         Je vous interdis de vous approcher de lui !
-         Vous n’avez rien à m’interdire : je suis sa femme !
-         Et moi je suis sa mère.
-         Dois-je vous rappeler que Kevin vous a expressément demandé de sortir de nos vies.
-         Comment ? fit Michael.
-         C’est vous qui devriez être aliter et non mon fils.
-         Parce que vous vous croyiez que ce n’est pas ce que désire ? Si je le pouvais je le ferais. Maintenant laissez-moi passer et quant à vous aller vous en !
-         Hors de question. Si mon fils est entre la vie et la mort c’est à cause de vous.
C’en était trop pour Angelina. Elle se retourna et fit face à Gloria.
-         Vous êtes une hypocrite ! Ce qui est arrivé est à cause de vous ! Si vous n’aviez pas été là alors Kevin et moi ne serions pas allés dans la ruelle et à l’heure qui il est nous serions chez nous avec nos enfants.
-         Comment osez-vous me parler sur ce ton ?
-         J’ose parce que j’en ai assez de vous et de toutes vos manigances dans le seul but de nous séparer. C’est vrai je ne suis pas Chloe. Je ne suis pas une diva de la mode, je ne suis pas apparentée à aucune riche famille de Genoa City mais contrairement à elle j’aime Kevin de tout mon cœur.  Vous m’en voulez toujours d’avoir piégé Kevin la première fois mais il m’a pardonné et c’est lui qui m’a demandé de resté au moment où je m’apprêtais à quitter Genoa City et c’est encore lui qui m’a demandé en mariage après que notre premier mariage fut annulé. Puis d’ailleurs que faites-vous ici ? Kevin a été très clair : vous ne faites plus partie de sa vie et n’allez surtout pas dire que c’est de ma faute car c’est faux vous êtes l’unique responsable. Vous ne m’aimez pas : OK, mais demandé à Kevin de choisir entre vous et moi ça, vous n’avez pas le droit. Je me suis longtemps culpabilisé d’être un obstacle entre Kevin et sa mère mais au final vous n’avez jamais été une mère pour lui : lorsque Tom le Terrible le maltraitait vous le laissiez faire et ne me dites pas que vous n’en aviez pas la force je ne vous croirais pas. Le devoir d’une mère est de protéger son enfant contre toutes les forces du mal mais vous pensiez qu’à vous. À ce sujet vous êtes restée la même. Que faisiez-vous lorsque Jana avait disparu ? Avez-vous soutenu Kevin dans cette épreuve ? Non. Vous lui avez présenté une de vos voisines pour être sure qu’il oublie Jana. Quand Kevin avait disparu suite à notre malentendu l’année dernière, l’avez-vous recherché ? Bien sûr que non ! Au contraire vous étiez prête à croire qu’il était mort dans ce braquage. J’avais beau m’époumoner à vous dire que ce n’était pas lui vous refusiez de le croire et n’aviez qu’une hâte : l’enterrer au plus vite et tourner la page. Maintenant ôtez-vous de mon chemin et allez-vous-en comme Kevin vous l’a demandé. Vous nous avez fait assez de mal comme ça !
D’un geste Angelina poussa Gloria et entra dans la chambre de Kevin.
 
Le regard médusé de Michael passa de sa belle-sœur à sa mère.
-         Est-ce elle dit vrai, Gloria ? Kevin t’a-t-il demandé de sortir de sa vie ?
-         Elle ment, Michael. Cette fille ment. Jamais ton frère ne m’aurait dit une telle chose. Depuis le jour où elle s’est immiscée dans notre famille rien ne va plus : Kevin et Chloe sont séparés et Lauren et toi êtes divorcés. Tu es avocat non ? Alors empêche la de faire encore plus de mal en la tenant éloignée de Kevin : elle ne doit pas l’approcher.
-         Si vous faites ça, Michael, vous signerez l’arrêt de mort de Kevin encore plus que celui qui lui a tiré dessus.
-         Que voulez-vous dire, Dylan ?
-         Ne vous mêlez pas de ça, Dylan, cela ne vous regarde pas : cette affaire ne vous concerne pas.
-         Je regrette, Gloria mais Kevin et Angelina sont tous deux mes amis et je serais un piètre ami si je ne rétablissais pas la vérité.
-         C’est une affaire de famille et vous n’en faites pas partie !
-         Je veux entendre ce qu’il a dire. Allez-y, Dylan, dites-moi ce qui s’est passé.
-         Angelina dit vrai lorsqu’elle dit que Kevin a expressément demandé à votre mère de sortir de leurs vies. J’étais là j’ai tout entendu. Mais reprenons depuis le début : ce matin j’avais un rendez-vous avec Kevin pour une affaire. Je voulais acheter le Neon Ecarlate et Kevin devait me donner sa réponse aujourd’hui. Nous étions en train de discuter et tomber d’accord sur les termes du contrat de vente, Gloria a déboulé comme une furie et s’est mise en colère accusant Angelina d’influencer Kevin et c’est à cause d’elle s’il était prêt à vendre, ça plus d’autre noms d’oiseaux qui ont fleuri, personne d’entre nous ne remarqua la présence d’Angelina qui avait tout entendu et est sortie en pleurant. Kevin a alors voulu aller la rejoindre mais Gloria lui a barré la route. Kevin s’est mis en colère et a demandé à Gloria de sortir de sa vie. Sur ce il est sorti rejoindre Angelina.
-         Il ment, Michael, ne l’écoute pas. Il a dit lui-même il est ami d’Angelina.
-         Il dit la vérité, Michael. J’étais présent au moment des faits j’ai vu et entendu ce qui s’est passé.  Kevin a bien demandé à Gloria de sortir de sa vie. Mon service commençant un peu plus tard que d’habitude je suis allé prendre un café et un muffin au Neon Ecarlate et j’ai ainsi pu entendre la conversation entre Gloria et Kevin. D’ailleurs le peu de monde qu’il y’avait ce matin pourront en témoigner. J’ai entendu Kevin signifier à sa mère de sortir de sa vie. Ensuite il est sorti et environ une vingtaine de minute plus tard j’ai entendu le coup de feu.
-         D’où ta présence sur les lieux du crime aussi rapidement.
-         Exactement.
-         Votre grand-mère aurait honte de vous, Chance.
-         Et pourquoi je vous prie ? Parce que je relate la vérité ?
-         Non parce que vous éloignez un fils de sa mère. Michael, ton frère a besoin de moi. Je dois le voir.
-         Gloria, si Kevin t’a demandé de sortir de sa vie alors mieux vaut qu’il ne te voie pas à son réveil de plus Angelina est près de lui.
-         Ne prononce plus jamais son nom devant moi, Michael : cette fille a détruit notre famille.
-         Ma Princesse n’a absolument rien détruit et vous allez les laisser tranquilles elle et mon gendre.
-         Jamais, Angelo, vous m’entendez, moi vivante jamais je n’accepterai sa présence au sein de ma famille.
-         C’est aussi ma famille à présent. Que vous le vouliez ou non nous sommes de la même famille désormais par le mariage de nos enfants et la naissance de nos petits-enfants.
-         Rien ne me dit qu’ils sont mes petits-enfants. Tant que Kevin n’aura pas fait un test de paternité.
-         Comment osez-vous accusé ma fille d’avoir trompé votre fils ?
-         Gloria, vous devriez avoir honte de tenir de tels propos. Jamais Angelina n’aurait trompé Kevin ! et si aujourd’hui Kevin est entre la vie et la mort c’est uniquement de votre faute et vous le savez !
-         Colleen, je t’en prie n’en rajoute pas.
-         Non, Michael, tu dois savoir la vérité et la vérité est que c’est ta mère l’unique responsable de la situation. S’il elle n’avait pas dit toutes ces monstruosités sur le compte d’Angelina, elle ne serait pas sortie dans cette ruelle et personne n’aurait tiré.
Michael regarda sa mère.
-         Gloria, tu ferais mieux de partir.
-         Je veux voir mon fils !
-         N’aggrave pas ton cas. Kevin a été très clair : il ne veut plus te voir.
-         Tu prends donc le parti de cette fille contre moi.
-         Je ne prends le parti de personne, je suis là à deux titres la première parce que c’est mon frère qui a été touché et parce que je suis le Procureur.
 
***
 
Angelina sorti de la chambre de Kevin. Michael alla à sa rencontre.
-         Comment va-t-il ?
-         Il n’a toujours pas repris connaissance. Papa, que fais-tu encore ici qui garde les enfants ?
-         Molly a accepté de faire quelques heures supplémentaires.
-         Je dois rentrer chez moi voir mes enfants, leur expliquer ce qui s’est passé.
-         Qu’allez-vous leur dire, Angelina, allez-vous leur expliquer que mon fils, l’homme qu’ils prennent pour leur père est sur un lit d’hôpital par votre faute ?
-         Ma faute, Gloria ? En quoi est-ce ma faute ? De plus cessez d’insinuer l’idée que Kevin n’est peut-être pas leur père qui d’autre pourrait l’être ? J’aime Kevin de tout mon cœur jamais je ne l’aurais trompé. Vous savez très bien que c’est leur père. Lorsque Kevin avait disparu, vous étiez persuadée qu’il était mort dans un braquage en Floride car il était plus facile pour vous de croire en la mort de Kevin dans un acte illégal plutôt que de penser qu’il était vivant et malheureux de notre séparation parce que vous n’avez jamais accepté notre mariage. Comment avez-vous eu la preuve que votre macchabé n’était pas Kevin ? Grace à une mèche de cheveux de nos enfants : les miens et ceux de Kevin. Malgré cela vous remettez en doute la paternité de Kevin ? Tout ça parce que vous ne m’aimez pas. Vous ne m’avez jamais accepté dans votre famille : tant pis j’en ai tiré mon parti mais vous ne réussirez pas à m’éloigner de Kevin : jamais !
-         Vous avez ruiné sa vie : si vous ne l’aviez pas séduit il ne serait pas sur un lit d’hôpital entrain de se battre pour sa vie. En ce moment il serait certainement entrain d’amasser quelques millions de dollar.
-         Avec Chloe ? C’est bien ça ? Peu vous importe s’il avait été heureux ou non du moment qu’il serait riche et vous permettrez de côtoyer le monde dont vous rêvez mais qui vous ferme ses portes.
-         Comment osez-vous me parler sur ce ton, petite impertinente !
-         Comment j’ose Gloria ? J’ose tout simplement parce que j’en ai plus qu’assez de vous et de vos lamentations. Kevin m’aime. Il m’aime autant que je l’aime. Il va vous falloir l’accepter !
-         Jamais ! Jamais vous entendez : moi vivante jamais je n’accepterai votre union.
-         Et bien c’est dommage car il va durer pour le reste de notre vie.
-         Angelina, j’aimerais vous posez quelques questions au sujet de la tentative de meurtre.
-         Pas maintenant, Chance, je dois rentrer chez moi voir mes enfants.
-         Cela ne prendra que quelques minutes. S’il vous plait.
Angelina soupira.
-         Entendu j’accepte si cela peut vous permettre d’arrêter au plus vite celui qui a tenté d’assassiner mon mari.
-         Avant le coup de feu avez-vous vu ou entendu quelque chose d’anormal ?
-         Comme quoi ?
-         Je ne sais pas, un rodeur peut être ?
-         Non je n’ai rien vu ni entendu.
-         Que faisiez-vous juste avant les coups de feu ? Kevin et vous étiez vous entrain de vous disputer ?
Gloria gloussa.
-         Elle ne vous dira jamais la vérité : voir mon fils mourir l’arrangerait bien elle pourrait alors se marier avec Devon Hamilton pour son argent pendant ce que malheureux penserait qu’elle l’épouse par amour.
Angelina fulmina et perdit son sang-froid.
-         Devon malheureux ? L’homme qui a tenté de me violer puis a envoyé une prostituée uniquement pour séduire Kevin ! Comment pouvez-vous m’accuser de vouloir la mort de Kevin ? mon mari, le père de mes enfants : l’homme que j’aime ! J’ai traversé tout le pays pour le retrouver pendant que vous tous à commencer par vous, Gloria, étiez persuadée de sa mort. Alors maintenant ça suffit, Gloria, vous en avez assez dit : je ne veux plus vous voir ici. Kevin a été très clair à ce sujet vous ne faites plus partie de sa vie alors foutez le camp !
-         Personne ne me chassera d’ici : je suis la mère de Kevin j’ai tous les droits d’être là.
-         Et moi je suis sa femme et j’exige de vous voir partir !
-         De quel droit exigez-vous…
-         Ça suffit, Gloria : elle a raison. Kevin a été très clair à ce sujet alors maintenant va-t’en !
-         Tu prends son parti contre moi maintenant, Michael ?
-         Je ne prends le parti de personne je suis ici pour Kevin et s’il t’a demandé de sortir de sa vie il doit avoir ses raisons.
-         Vous me le paierez, Angelina. Vous sortirez de la vie de mon fils de gré ou de force !
Colleen alla à la rencontre de son amie.
-         Laisse-la parler, Kevin t’aime c’est la seule chose qui compte.
-         Colleen a raison : Kevin t’adore. Je ne l’ai jamais vu aussi heureux que depuis que vous êtes ensemble.
-         Merci, Daniel, cela me touche beaucoup venant de toi.
-         J’ai douté au début de votre relation comme beaucoup d’autre à l’exception de Colleen mais aussi de Cassie qui vous ont soutenu depuis le départ mais vous avez plus d’une fois prouvé votre amour l’un pour l’autre et vos enfants en sont la preuve.
-         Angelina, à présent pourrions-nous revenir à ce dont nous parlions avant d’être interrompus.
-         Chance, sachez que je ferai tout pour vous aider à faire toute la lumière sur cette tentative de meurtre mais malheureusement je n’ai rien vu ni entendu d’anormal. Pour répondre à votre question non Kevin et moi n’étions pas en train de nous disputer bien au contraire. Je m’étais enfuie du Neon Ecarlate à cause de Gloria et ses propos à mon égard mais Kevin est venu me retrouver, il m’a prise dans ses bras et nous avons parlé. Juste avant le coup de feu nous nous embrassions et avions l’intention de rentrer chez nous. Maintenant que j’y pense j’ai entendu un violent coup de frein et le coup de feu a retentit.
-         Lui connaissez-vous des ennemis ?
-         Qui pourrez vouloir du mal à Kevin… Oh mon dieu, non, il n’aurait pas été jusqu’à là ?
-         A qui pense tu, Angelina ?
-         Michael, crois-tu que cela puisse être… Mon Dieu je n’arrive pas à y croire en même temps il a bien tenté de me violer puis envoyer cette prostituée séduire mon mari. Dans son cerveau dérangé Kevin est un obstacle entre lui et moi.
-         Angelina, tu ne penses tout de même pas qu’il pourrait être impliqué ?
-         J’n’en sais rien, Michael mais qui d’autre pourrez vouloir du mal à Kevin ?
-         De qui parlez-vous, Angelina ?
-         Devon. Devon Hamilton.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Re: Conflit familiaux    Mer 19 Oct - 22:15


Dans les jours qui suivirent Angelina partagea son temps entre ses enfants et son mari.
Angelina était dans la chambre de Kevin sa main dans les siennes.
-         Je t’aime, Kevin. Nos enfants t’aiment eux aussi : revient vite auprès de nous.
Elle se pencha sur lui et l’embrassa.
C’est alors qu’elle sentit une main lui caressant les cheveux. Surprise elle se redressa et regarda Kevin.
-         Kevin ?
-         Angelina, dit-il dans un murmure.
-         Kevin, mon amour.
Les larmes commencèrent à couler sur son visage.
-         Angelina.
-         Mon dieu, mon Amour, je savais que tu me reviendrais. Je t’aime tellement si tu savais. Je t’aime plus que les mots peuvent le dire.
Ils furent interrompus par l’équipe médicale venu voir le patient.
 
 
***
Dans une maison isolée une femme portant lunette de soleil et foulard sur la tête semblait attendre quelqu’un impatiemment lorsqu’enfin il arriva. Son mécontentement se lisait sur son visage.
-         Où étiez-vous passé cela fait des jours que je vous cherche partout !
-         J’ai dû m’absenter pour mes affaires durant plusieurs jours. Pourquoi nous voyons nous ici déguisé comme vous l’êtes ? Nous aurions pu déjeuner tranquillement au club.
-         Au club ? vous n’y pensez pas ! Il est hors de question qu’on nous voit ensemble.
-         Nous aurions pu nous rencontrer fortuitement. Nous habitons la même ville, fréquentons les mêmes gens, personne n’aurait été surpris de nous voir tranquillement prendre un verre.
-         Il n’en est pas question !  Jamais, jamais vous m’entendez, Colin, jamais personne ne doit savoir que nous nous connaissons et d’ailleurs c’est la dernière fois que nous voyons. Votre tireur à gage ne viserait pas un rhinocéros : je vous avais demandé d’éliminer la fille non mon fils ! Or c’est sur lui que votre abruti de tireur a failli tuer mon fils. Encore aujourd’hui il se bat pour rester en vie.
-         Gloria, très chère, aucun de mes hommes n’a jamais loupé sa cible. J’ai une conversation avec l’homme que j’avais engagé. Il devait passer à l’action ce jour mais il a manifestement été devancé.
 
 
***
 
Depuis leur dernière dispute Cane et Lyly ne s’étaient toujours pas réconciliés. Lily continuant à soutenir Devon.
-         Quand vas-tu te décider à répondre à ma question : Devon a-t-il quelque chose à voir de près ou de loin avec la tentative de meurtre sur Kevin ?
-         J’n’en sais rien.
-         Et si tu le savais me le dirais tu ?
-         Pour que tu ailles dénoncer mon frère ?
-         Je te rappelle que j’ai grandi avec un père meurtrier.
-         Devon n’est pas un meurtrier. Il veut juste récupérer la femme qu’il aime.
-         Mariée.
-         Et alors ? On peut tous commettre une erreur. J’en ai commis une avec Daniel et toi avec Amber.
-         Ambre et moi n’étions pas amoureux l’un de l’autre Angelina aime son mari et il l’aime. Ils ont une famille au cas où tu l’aurais oublié. Mais on tourne en rond nous avons déjà eu cette discussion un bon milliard de fois mais cela ne me dit pas si Devon est mêlé à cette tentative de meurtre ?
 
 
 
***
 
Au poste de police Chance soupira en fermant son ordinateur. Heather se rendit compte de sa mauvaise humeur.
-         Tu es toujours sur l’affaire Kevin Fisher ?
-         Cela fait des jours que je tourne en rond. J’ai enquêté dans la direction de Devon Hamilton mais il a un alibi en béton pour ce jour-là. Il se trouvait à Chicago entrain d’auditionner un nouveau groupe de rock.
-         Je peux te poser une question ?
-         J’aimerais mieux que tu me donnes une idée sur qui est le tireur. Mais dis-moi quelle est ta question ?
-         Devon et toi êtes de la même famille maintenant : n’est-ce pas trop difficile pour toi d’enquêter sur lui ?
-         Devon et moi ne sommes pas de la même famille. Katherine était tout ce qui nous liait même s’il ne la connaissait pas aussi bien que moi. Elle fut plus ma grand-mère que la sienne.
-         Mais c’est lui qui a hérité de sa fortune.
-         Cet argent revenait à mon père mais Katherine a fait son choix et il n’y a pas à revenir là-dessus.
-         Tu n’as donc aucun état d’âme à enquêter sur lui ?
-         Pas le moindre ! Soit il est coupable et dans ce cas il paiera soit il est innocent et il n’a rien à craindre. Ceci dit j’ai l’impression de passer à côté de quelque chose mais j’ignore quoi.
-         Tu as pensé à un tireur à gage ?
-         Évidemment j’ai pensé c’est même l’une des premières choses qui me soient venue à l’esprit mais là non plus il n’y a pas le moindre indice allant dans ce sens. Quelque chose m’échappe, Heather et je n’arrive pas à savoir ce que sait.
 
 
***
 
Devon fulminait : il tournait en rond dans son studio lorsqu’enfin quelqu’un entra.
-         Vous voilà enfin, que fichiez-vous ? Aucune importance ! Avez-vous fait comme je vous ai dit ?
-         Je suis le chanteur du tout nouveau groupe à la mode c’est du moins ce que crois le gardien.
-         Parfait ! Au moins là-dessus vous avez suivi mes instructions pas comme la dernière fois. Je vous ai demandé de l’éliminer : purement et simplement pas de lui donner une petite tape amicale sur le dos.
-         Vous en avez de bonnes vous. La ruelle était sombre. Je n’avais pas prévu de le tuer là-bas mais lorsque l’occasion était trop belle alors j’ai saisi la balle au bond.
-         Balle qui risque de me rebondir en pleine figure et il peut encore survivre !
 
 
***
 
 
A l’hôpital Angelina attendait anxieusement des nouvelles de Kevin lorsque Michael déambula.
-         Angelina, j’ai eu ton message que se passe-t-il ?
Angelina regarda tout autour d’elle.
-         Gloria n’est pas avec toi j’espère ?
-         Non elle n’est pas là. Je n’étais pas avec elle lorsque j’ai reçu ton texto que se passe-t-il ?
Angelina sourit.
-         Kevin est réveillé !
-         Quoi ? Angelina, tu en es sure ?
-         J’étais avec lui lorsque ça s’est produit. Michael, Kevin va guérir cette fois c’est sûr !  
 
 
***
 
-         Réponds-moi, Lyly, est ce oui ou non Devon est lié à cette tentative de meurtre !
-         Tu aimerais bien n’est-ce pas ? Ainsi tu t’empresserais d’aller tout raconter à la police et envoyé mon frère en prison !
-         Il y’a longtemps déjà qu’il aurait dû s’y trouver. Avoir séquestré et tenté de violer une femme : c’est un crime fédéral, Lyly !
-         Tu déteste mon frère.
-         Tu l’aimes assez pour nous deux.
-         Que veux-tu dire ?
-         Tu sais le très bien ! Lyly, depuis que nous nous connaissons tous les deux j’ai toujours respecté ta relation avec Devon mais de son côté cela n’a jamais été réciproque. J’ai toujours agit comme si de rien n’était comme si tout était normal mais en réalité cela ne l’est pas : pas du tout même car en réalité Devon n’a jamais vu en toi sa sœur mais une femme : une femme dont il est tombé amoureux avant de devenir un membre de votre famille.
-         Comment ose tu dire une chose pareille ?
-         C’est la vérité et tu le sais.
-         Tu es fou à lier : Devon est amoureux d’Angelina et s’il a besoin de moi pour l’aider à obtenir ce qu’il veut il me trouvera toujours présente à ses côtés.
-         Il n’est pas amoureux d’Angelina il est obsédé : nuance.
-         Crois ce que tu veux croire ça m’est égal !
 
 
 
***
 
Quelques jours plus tard Kevin sortait de l’hôpital. Accompagnait par Angelina il rentra chez lui. Kevinella déambula et posa ses deux pattes sur les épaules de son humain.
-         Kevinella, dit-il en souriant.
Pheasant comme à son habitude fit mine de l’ignorer, s’étira en baillant puis…
-         Papa !
Gowan et Deidre sautèrent tous deux dans les bras de leur père.
-         Mes chéris, comme vous m’avez manqué.  
Angelina sourit puis la nourrice remit Eleonore à sa mère avant de les laisser en famille. Angelina prit sa fille et la tendit à Kevin.
-         La troisième femme de ta vie a envie d’être dans les bras de son papa.
Kevin sourit. 
-         Donne-la-moi. Coucou, chérie, tu n’as pas oublié ton papa j’espère ?
-         Comment le pourrait-elle ? Il ne s’est pas passé un seul jour sans que je lui parle de toi en lui promettant à elle et à son frère et sa sœur que leur papa reviendrait très vite à la maison. Totalement rétabli.
 
Le soir venu Kevin rejoignit Angelina dans le salon : sourire aux lèvres.
-         Ça y’est ils dorment ?
-         Ils se sont endormi quelque part entre « Chien s'arrêta et regarda tout autour de lui. Il n'y avait vraiment personne. »
Angelina sourit.
-         Tu leur as manqué, Kevin.
Il sourit.
-         Et à leur maman, je lui ai manqué aussi, dit-il taquin.
-         Comment peux-tu poser cette question, Kevin, évidemment tu m’as manqué ! Chéri, j’ai eu tellement peur, dit-elle en se jetant dans ses bras, peur comme jamais je n’ai eu peur. Quand j’ai entendu ce coup de feu et tu t’es écroulé dans mes bras : mes mains étaient couvertes de sang. Ton sang, mon amour ! J’ai cru t’avoir perdu pour toujours.
-         Hey, je suis là, je vais bien maintenant, dit-il en la serrant contre lui, lui caressant ses cheveux qui commençaient à repousser. Je suis là, mon amour et je vais bien : je vais même très bien.
Kevin s’abaissa, prit Angelina dans ses bras en la portant jusqu’à leur chambre où il commença à l’embrasser tout en la déshabillant.
-         Kevin, mon amour, tu sais que j’ai envie de toi autant que tu as envie de moi mais est tu sûr de pouvoir ?
-         Angelina, je t’aime et comme tu viens de le dire j’ai envie de toi et toi aussi tu as envie de moi alors oui je suis sûr de pouvoir.
-         Ok mais promets-moi d’être prudent pour cette fois.
-         C’est promis, docteur !
Angelina rit. Il l’embrassa langoureusement, la caressa tout au long de son corps avant de plonger en elle avec douceur. Après avoir fait l’amour ils étaient tous deux allongés l’un près de l’autre, le bras de Kevin entourant les épaules nues d’Angelina.
-         Je sais exactement ce que tu as ressentie : cette peur de perdre l’être aimé je l’ai vécue après ton accident. Cette impuissance à ne pouvoir aider l’être que l’on aime le plus au monde, le pire dans tout ça : ton interdiction de non réanimer et je ne pouvais même plus m’y opposer car nous n’étions plus mariés : officiellement nous l’avions même jamais été. Alors, oui, oui, ma chérie, je sais exactement ce que tu as vécu.
Angelina le regarda : des larmes coulèrent sur ses yeux.
-         Je te demande pardon, je ne voulais pas raviver de pénibles souvenirs. Je suis désolée.
-         « L’amour, c'est n'avoir jamais à dire qu'on est désolé ».
À travers ses larmes Angelina rit. Love Story était leur film romantique favoris à Kevin et elle.
Kevin la regarda amoureusement. Ils rirent tous deux de bon cœur avant de refaire l’amour.
 
 
***
 
Pendant ce temps-là au poste de police Chance et Heather continuaient leur enquête. Chance soupira : jamais une enquête ne lui avait été aussi difficile à mener.
-         OK, reprenons depuis le début : que savons-nous sur cette affaire. Ce matin-là s’annonce pour Kevin aussi banale que tous les jours. Lui et sa femme vont ouvrir le Neon Ecarlate pour les quelques clients déjà présents à cette heure-là.
-         Pas tout à fait. Tu oublies un détail important Kevin a rendez-vous avec mon frère qui veut lui racheter le Neon Ecarlate.
-         C’est vrai. Apparemment ils tombent d’accord et l’affaire est presque scellée or Gloria est là et entend la conversation s’énerve en accusant sa belle-fille d’être responsable de cette vente et de gâcher la vie de son fils.
-         Nous savons que Gloria ne porte pas Angelina dans son cœur.
-         Angelina est blessée et s’enfuit hors du café. Kevin se dispute avec sa mère et quelques minutes plus tard il court retrouver sa femme non avoir demandé à sa mère de sortir de sa vie une fois pour toute. Pendant plus d’un quart d’heure ou plus il ne se passe strictement rien : Kevin et Angelina ne reviennent pas et soudain un coup de feu retentit : Kevin est touché avec un revolver calibre 32 dont on ne retrouve pas la trace.
-         Le principal suspect a un alibi en béton et n’avons pas le moindre indice nous permettons de penser qu’il aurait fait appel à un tueur à gage. J’ai ausculté à la loupe sa dernière facture téléphonique il n’y a rien.
-         Qu’est ce qui nous échappe, Heather ? C’est là devant nous et nous ne le voyons pas !
 
 
Gloria était furieuse : sa volonté d’éliminer Angelina n’avait pas porté ses fruits non seulement elle était toujours en vie et en ce moment même elle devait se trouver avec Kevin. Il lui fallait donc trouver un autre moyen afin de faire revenir Kevin à la raison. Elle prit son téléphone.
-         Viens immédiatement je dois te parler c’est urgent !
Une demie heure plus tard Michael arriva.
-         Qu’est ce qui est si urgent qui ne pouvait pas attendre ?
-         Michael, nous devons unir nos forces pour le bien de notre famille.
-         Unir nos forces ? Serions-nous en guerre et je n’en serais pas au courant ?
-         Ne te moque pas, Michael, l’heure est grave. Un intrus s’est infiltré dans notre famille pour y semer le trouble et le chaos.
-         De quoi parles tu ?
-         Pas de quoi, Michael : de qui !
-         OK, de qui parles tu ?
-         Comment ça de qui ? Tu ne le vois donc pas ? d’Angelina bien sûr !
-         Tu ne vas pas remettre ça.
-         Bien sûr que si. Michael, ne me dis pas que tu acceptes cette bimbo dans notre famille ?
-         Kevin l’aime et il n’a jamais été aussi heureux. Ils ont trois magnifiques enfants dont l’un est non seulement mon neveu mais aussi mon filleul je te rappel.
Gloria le regarda : abasourdie.
-         Ne me dis pas qu’elle t’a hypnotisé toi aussi ? Suis-je donc la seule dans cette famille à avoir un regard clair sur la situation ? Tu sembles oublier qu’elle a gâché ta vie à cause d’elle Lauren et toi êtes divorcés.
-         Lauren et moi sommes divorcés car elle est tombée amoureuse de Chloe.
-         Qui aurait dû devenir la femme de ton frère !
-         Or il est tombé amoureux d’Angelina.
-         Il n’est pas amoureux d’Angelina il a pitié d’elle voilà tout.
Michael soupira.
-         Crois ce que tu veux ça m’est égal. Maintenant si tu n’as rien d’autre à dire je te prie de m’excuser mais j’ai du travail.
-         Tu réalises que ton frère a failli mourir à cause d’elle.
-         Gloria nous ignorions toujours qui a tiré sur Kevin.
-         Si je comprends bien tu refuses de m’aider ?
-         T’aider en quoi, Gloria ? À rendre Kevin malheureux en le séparant de la femme dont il est amoureux ? Oui je refuse. Non seulement je refuse et ne t’avise surtout pas à faire je ne sais quoi dans ce but. Car si jamais tu faisais quoique ce soit dans cette intention tu n’auras plus simplement perdu un fils mais les deux !
-         Tu prendrais le parti de cette fille contre ta propre mère ?
-         Angelina rend Kevin heureux : c’est la seule chose qui compte.
 
 
***
 
Chez les Ashby la situation allait de mal en pis. Cane finit par quitter la maison et s’installa à l’Athletic club. Ce jour-là il déjeunait avec Daniel.
-         Je te remercie d’avoir accepté mon invitation à déjeuner.
-         Ton coup de fil m’a beaucoup intrigué.
-         J’espère au moins que tu n’as pas eu de problème pour faire garder ta fille ?
-         Lucy est avec sa mère.
-         Au moins Daisy et toi avez réussi à mettre vos différents de côté dans l’intérêt de votre fille.
-         Au fil du temps Daisy et moi sommes devenus amis. Mais je suppose que tu ne m’as pas invité à déjeuner pour me parler de mes relations avec la mère de ma fille.
-         Non en effet.
-         Alors de quoi voulais tu me parler ?
-         Ma question va te paraitre un peu curieuse après toutes ces années mais je dois savoir.
-         Savoir quoi ?
-         Quelles étaient les relations de Lyly et Devon lorsque vous étiez mariés ?
-         Les relations de Devon et Lyly, dit-il déconcerté ?
-         Ma question a de quoi surprendre je le reconnais mais j’ai besoin de savoir.
-         Lily et moi et moi étions amoureux mais Devon n’a jamais vraiment accepté notre relation. Plus tard Ambre est entrée dans ma vie et Devon a profité de ce qui n’était au départ qu’une simple amitié et de notre intérêt commun pour des sites internet pour adulte pour aggraver la situation. Il est comme qui dirait ultra protecteur envers Lily.
-         Ultra protecteur dis-tu. Si tu veux mon avis, Daniel, Devon est amoureux de Lyly. Il n’a jamais réussi à considérer Lyly comme sa sœur.
-         Ce n’est pas impossible mais Lyly voit en lui un frère et rien d’autre.
-         Un frère nuisible qui obstrue son sens des valeurs.
-         Cane, je peux te poser une question à mon tour ?
Cane fit un geste de la main l’invitant à le faire.
-         A-t-on avis Devon est-il responsable de la tentative d’assassinat de Kevin ?
Aucun d’entre eux ne remarqua la présence de Gloria caché par une plante verte.
 
***
 
Kevin jouait avec ses enfants dans le salon lorsque la porte sonna.
-         Maman a dû encore avoir oublié ses clés, dit-il en souriant avant d’aller ouvrir, Eleonore dans ses bras.
Tu as encore oublié tes clés, dit-il en ouvrant…. Maman ? Qu’est ce tu fais ici ?
-         Je dois te parler, dit-elle en entrant sans en attendre l’invitation.
-         Nous nous sommes déjà tout dit, tu n’as rien à faire ici.
-         Pourtant j’ai des choses à dire et tu dois m’écouter.
Telle une harpie Gloria entra dans la maison ce qui provoqua la colère de Kevinella qui se mit à aboyer, Pheasant cracha et les enfants se mirent à pleurer. Kevin les rassura tant bien que mal avant de s’adresser à sa mère.
-         Tu effraye mes enfants !
-         Tes enfants ? Ceux d’Angelina tu veux dire.
-         Les siens et les miens. Que cela te plaise ou non tu trouves face à notre famille : ma famille.
-         Ce n’est pas ta famille ! Ta famille c’est nous : moi ta mère et ton frère Michael. Enfin Kevin, tu ne vois donc pas tout le mal que cette fille a fait autour d’elle depuis son arrivée à Genoa City.
-         Cette fille comme tu dis à un nom et il se trouve que s’est aussi ma femme.
-         Votre mariage avait été annulé.
-         Comment tu n’es pas au courant ? Angelina et moi sommes remariés et nous sommes les heureux parents de Gowan, Deidre et Eleonore et nous avons aussi un chien et un chat, une maison avec une barrière blanche.
-         Cesse de te moquer. Quand vas-tu te réveiller et voir tout le mal qu’elle a fait autour d’elle ! Elle a détruit notre relation, détruit ta relation avec Chloe, détruit le mariage de ton frère…
Effrayé les enfants se mirent à pleurer derechef. Kevin fulmina.
-         Ça suffit ! Je t’interdis d’effrayer mes enfants. Ce n’est rien, chérie, papa est là, dit-il en embrassant sa fille. Gowan, Deidre, je suis là, mes trésors, ne vous inquiétez pas.
Kevin monta ses enfants dans leur chambre, mit Eleonore dans son lit.
-  Les enfants, vous allez rester dans votre chambre avec Kevinella et Pheasant. Maman ne va plus tarder.
-  Papa, la dame méchante, dit Gowan.
-  Papa, este.
- Mes bébés, je fini de parler avec la dame et je reviens. Ne vous inquiétez pas.  Kevinella, Pheasant, restez-la-vous aussi.
Kevin embrassa ses enfants et redescendit.
-         À nous deux, Gloria !
-         Tu vois, autrefois tu m’appelais maman !
-         Tu as perdu ce privilège le jour où tu as critiqué ma famille.
-         Encore une fois ce n’est pas ta famille !
-         Que cela te plaise ou non, Angelina et les enfants sont ma famille ! Ce qu’Angelina a apporté à ma vie je ne l’avais encore jamais connu.
-         Elle n’a apporté à ta vie que du désastre. Elle a détruit ta vie, celle de ton frère et maintenant celle des Hasby.
-         De quoi d’autre encore va t’u l’accuser ? Du réchauffement climatique ? Du mauvais score des Dodgers cette saison ? De quoi d’autre ma femme est -elle encore responsable ?
-         Je t’en supplie cesse de l’appeler « ta femme » !
-         Et bien c’est dommage car c’est pourtant ce qu’elle est et j’ai un scoop pour toi, Gloria : elle va le rester ! J’aime Angelina. Je l’aime comme un fou, grâce à elle j’ai enfin trouvé le bonheur.
-         Tu avais une femme formidable qui aurait pu te rendre heureux mais à cause de cette fille tu l’as quitté. Tu aurais pu être un homme très riche avec elle.
-         C’est vraiment tout ce qui t’intéresse : l’argent ! Heureux ou pas tu t’en fiche tant qu’il y’a de l’argent !
-         Ne dit pas n’importe quoi ! Ton sens de la compassion te perdra : votre mariage a été annulé, elle a eu un accident et ne voulait pas être réanimée mais tu as été contre sa volonté soit mais pourquoi a-t-il fallu que tu te remarie avec elle ?
-         J’ai épousé Angelina parce que je l’aime.
-         Tu confonds l’amour avec la pitié. De quoi as-tu eu peur qu’elle tente de nouveau de suicider ?
-         De quoi est-ce tu parles ? Angelina n’a jamais tenté de mettre fin à ses jours !
-         Bien sûr que si : cet accident n’en était pas un. Elle a quitté volontairement la route afin t’attirer ta pitié. Elle savait très bien ce qu’elle faisait en faisant ça. Elle savait que ton sens du devoir te pousserait à rester avec elle.
-         Tu dis vraiment n’importe quoi. Angelina n’avait aucune raison de se suicider. S’il elle l’avait voulu elle l’aurait fait avant cette journée car la nuit d’avant je lui avais avoué mon amour et pour la première fois depuis notre mariage nous avions fait l’amour.
-         Quoi ? Ce n’est pas vrai ! Tu mens encore pour la protéger.
-         Crois ce que tu veux je m’en fiche ! Maintenant pour la dernière fois, Gloria, si tu n’es pas capable d’accepter ma femme et mes enfants comme faisant partie intégrante, et ceux pour toujours, de ma vie, alors c’est à toi de sortir de la mienne.
-         Nous n’en avons pas encore fini, Kevin. Jamais je n’accepterai cette bimbo comme ma belle-fille.
Kevin fulmina.
-         Angelina n’a rien d’une bimbo ! C’est une femme extraordinaire qui m’aime autant que je peux l’aimer. Alors maintenant pour la dernière fois, sort de ma vie !
-         Je m’en vais mais je n’en ai pas fini avec toi, Kevin. Je te ferai revenir à la raison tu peux me croire.
-         Dehors !
Une fois Gloria partie Kevin soupira puis monta rejoindre ses enfants jusqu’à ce qu’ils entendissent la voix d’Angelina.
-         Kevin, chéri, je suis rentrée.
-         Maman, s’écrièrent en cœur Gowan et Deidre. Kevinella jappa de joie. Kevin s’apprêtait à descendre rejoindre sa femme mais celle-ci entra dans la chambre pensant que son mari ne l’avait pas entendu.
-         Chéri, je suis là. Désolée d’avoir tant tarder j’ai rencontré Colleen et nous avons bavar…
Angelina n’eut pas le temps de finir sa phrase, Kevin plaqua ses lèvres sur les siennes à la grande joie des enfants.
-         Maman !
-         Maman !
-         Et bien je devrais aller faire des courses un peu plus souvent si c’est pour recevoir un tel accueil à mon retour, dit-elle en souriant.
 
Une fois les enfants endormis Angelina et Kevin étaient seuls dans leur salon dans les bras l’un de l’autre devant un vieux film sans intérêt.
-         Kevin, que se passe-t-il ? Depuis mon retour je sens que quelque chose te préoccupe. Même les enfants étaient très excités. Kevinella et Pheasant n’en menaient pas large non plus. Que se passe-t-il ?
Kevin la serra encore plus contre lui.
-         Lorsque tu étais absente la porte a sonné. J’ai cru que tu avais oublié tes clés alors je suis allé ouvrir. C’était ma mère : elle est entrée sans être invitée. Je n’ai pas pu l’en empêcher. Les enfants se trouvaient dans le salon. Juste avant qu’elle n’arrive nous étions en train de jouer tous ensemble avec Kevinella. Même Pheasant participé en faisant tombé des objets pour que l’un de nous lui remonte. Mais Gloria est arrivée et a tout gâché.  Elle n’a pas eu un regard pour nos enfants et elle a commencé ses élucubrations habituelles contre toi. Elle t’a même accusée d’être responsable de la séparation de Lyly et Cane.
-         Cane et Lyly se séparent ?
-         Il semblerait.
-         Chéri, je me suis fait une raison : ta mère ne m’acceptera jamais. J’aurais beau tout faire je ne suis pas celle dont elle rêvait et peut être même rêve encore pour toi.
-         Et bien elle va pouvoir rêver éternellement car moi c’est toi que je veux : toi et toi seule. Angelina, je t’aime et t’aimerai toujours.
Kevin la prit dans ses bras et la porta jusqu’à dans leur chambre où ils firent l’amour une bonne partie de la nuit.
 
***
 
 
Angelina se trouvait dans le salon de Gloria.
-         Vous vous imaginiez sans doute que Kevin n’allait rien me dire sur votre venue d’hier. Gloria, j’ai longtemps espéré votre amitié mais au fil du temps j’ai fini par comprendre : vous ne m’aimez pas et jamais vous ne m’aimerez.  J’en ai longtemps souffert mais c’est fini. Seulement ce n’est pas à moi que vous faites du mal mais à Kevin, et ça voyez-vous, Gloria, je ne l’accepte pas. Toute sa vie vous lui avez fait du mal en ne le protégeant pas de Tom le Terrible, ensuite la vie a commencé à lui sourire lorsqu’il a rencontré Jana. Hélas sa maladie est revenue et nous savons vous et moi comment cela s’est terminé. Mais avant cela au lieu de le soutenir lorsqu’il recherchait sa femme vous tentiez par tout moyen de la lui faire oublier en lui présentant d’autre femme. C’est alors qu’il a rencontré Chloe : elle était la femme dont vous rêviez pour Kevin : belle, sophistiquée, diva de la mode et adorant l’argent tout comme vous. Tout aurait pu se passer comme vous l’espériez malheureusement pour vous je suis apparue dans la vie de votre fils et je suis tombée amoureuse de lui. Pour lui cela a pris un peu plus de temps mais il est à son tour tombé amoureux de moi et aujourd’hui nous sommes mariés, nous avons une magnifique maison dans un quartier agréable avec une belle barrière blanche, un chien, un chat et trois magnifiques enfants et si Dieu le Veut nous en aurons encore beaucoup d’autre.  Lorsque Kevin avait disparu après notre malentendu vous préfériez le croire mort dans un hold up plutôt que vivant que quelque part et malheureux de notre dispute. Dieu merci je l’ai retrouvé et ramené à la maison. Malgré tout vous restez sa mère et il souffre de votre mésentente. Et ça je le refuse. Je refuse de voir Kevin souffrir. Croyez-le ou non, Gloria mais j’aime Kevin plus que tout au monde et à l’avenir je vous interdis de venir chez moi et faire du mal à l’homme que j’aime et effrayer nos enfants. Il est de mon devoir de protéger ma famille. Au revoir, Gloria.
Angelina tourna les talons en se dirigeant vers l’ascenseur lorsque Gloria s’adressa à elle.
-         Je n’en n’ai pas fini avec vous, Angelina. Tôt ou tard vous sortirez de la vie de mon fils !
-         En quelle langue faudra t’il vous le dire : j’aime Kevin ! Je l’aime.
Angelina appela l’ascenseur et s’en alla.
 
 
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Conflit familiaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conflit Est-Ouest au cœur du Caucase
» Conflit gauche droite... du cerveau...
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]
» Conflit de générations
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: