Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Conflit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 342
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Conflit    Mar 4 Oct - 22:03


Au lendemain de la première visite médicale d’Eleonore Kevin était pensif. Angelina était occupée à préparer le repas lorsqu’elle vint le trouver.
-         Le repas sera prêt dans quelques minutes. Tu veux bien m’aider à mettre la table ?
-         Bien sûr, chérie, mais avant tout j’aimerais qu’on parle toi et moi. Angelina, mon amour, tu sais combien je t’aime et combien j’aime notre famille et j’adore nos petites escapades seuls ou en famille. Crois-moi, chérie je n’ai jamais été aussi heureux de toute ma vie.
-         Mais ? parce que il y a un mais n’est-ce pas ?
Kevin passa ses bras autour de la taille d’Angelina et l’attira dans ses bras en lui donnant un baiser.
-         Chérie, ne pense-tu pas qu’il est temps de prévenir au moins ton père de la naissance d’Eleonore ? Chérie, notre fille a déjà trois jours. Il est temps je crois.
Angelina sourit.
-         Tu as raison. Même si égoïstement j’aimerais pouvoir continuer à vivre cacher et faire comme si nous n’étions pas encore rentrés mais nous devons avertir notre famille.
-         Dans ce cas nous pourrions commencer par avertir ton père dans un premier temps et les autres après.
-         Ce ne serait pas correct envers ta mère et Michael où même Daisy.
-         Daisy et moi ne sommes pas proches.
-         Je sais mais il n’en demeure pas moins que c’est ta sœur et la mère de ta nièce : la cousine de nos enfants. Et il y a Colleen. C’est notre meilleure amie à tous deux.
-         Tu es sûre que cela ne fera pas trop de monde d’un coup pour toi ? Ces derniers jours n’ont pas été de tout repos entre notre escapade, la maladie de notre fils et la naissance de notre fille.
-         Ça ira. Je me sens bien.
Kevin l’embrassa.
-         Tu es la meilleure : je t’aime.
Angelina rit.
 
 
***
 
Depuis qu’elle surprit les Fisher à l’hôpital Lyly trépignait. Au final elle demanda à Devon de venir.
-         Qu’y a-t-il de si important que tu ne puisses me dire à l’extérieur ?
-         Je ne voulais pas courir le risque d’être entendu. Hier j’ai rendu visite à mon amie Mélanie qui vient d’avoir un enfant et tu ne devineras jamais sur qui je suis tombée bien qu’ils ne m’aient pas vu : Kevin et Angelina !
-         Angelina est rentrée alors ?
-         Oui mais ce n’est pas tout : leur bébé est né.
-         Peu importe : ces enfants oublieront très vite Kevin. Je deviendrai leur père dans tous les sens du terme. Je veux Angelina et je l’aurai.
-         Comment comptes-tu t’y prendre ?
-         Je n’en sais encore rien mais je trouverai.
-         Si je peux t’aider n’hésite surtout pas.
-         Tu peux oui. Cette conversation n’a jamais eu lieu. Personne ne doit rien savoir pas même Cane !
-         Je n’aime pas tellement avoir de secret pour Cane tu le sais bien.
-         C’est primordial, Lyly. Tu ne dois rien dire. Promets-le-moi.
-         Je te le promets.
Personne ne remarqua la présence de Cane.
 
 
***
 
 
Angelo arriva chez Kevin et Angelina accompagné de Gloria.
-         Je vous croyais encore en voyage. Depuis quand êtes-vous rentrés ?
-         Cela fait déjà quelques jours. En fait nous avons dû abréger notre voyage parce que Gowan était malade.
-         Mon petit fils est malade ?
-         Il va mieux maintenant mais nous aurions pu le perdre. Gowan a eu une crise d’appendicite. Dieu merci nous étions à cinq minutes d’un hôpital. Il a été opéré et maintenant il va bien.
-         Vous avez été bien imprudent de partir ainsi à l’aventure avec des enfants si jeunes et une femme enceinte et prête à accoucher. Où est-elle d’ailleurs je ne l’ai pas encore vu.
-         C’est vrai ça, Kevin, ou est ma fille ? Est-ce elle va bien ? Kevin, pourquoi n’est-elle pas ici ? vous ne vous êtes pas disputer au moins car sinon ma Princesse ne le supportera pas…
-         Calmez-vous, Angelo. Angelina va bien, elle va même très bien. Et non nous ne sommes pas disputés. Je l’aime et je l’aime un petit plus tous les jours. Elle est en haut avec les enfants.
Kevin s’approcha de l’interphone et appuya sur le bouton.
-         Chérie, tu peux venir s’il te plait ? Ton père et ma mère sont là tous les deux.
Angelina descendit portant Eleonore. Kevin sourit en la voyant, se dirigea vers elle et prit sa fille dans ses bras.
-         Maman, Angelo, je vous présente votre petite fille Eleonore. 
-         Quoi, fit Angelo abasourdi, mais…
-         Quand avez-vous accouché ?
-         Eleonore a trois jours.
-         Trois jours et vous ne nous avez pas prévenus !
-         Personne n’est encore au courant. Angelina et moi avions besoin de partager les deux premiers jours de notre fille uniquement entre nous avec nos ainés.
Angelo s’approcha de sa petite fille.
-         Angelo, voulez-vous prendre votre petite fille dans vos bras ?
-         Je peux ?
-         Vous êtes son grand père.
Gloria resta de marbre ce qui n’échappa à Angelina.
-         Est-ce Michael est au courant ?
-         Je lui ai téléphoné mais je suis tombé sur sa messagerie.
-         Vous êtes sortie de la maternité très rapidement.
-         Je n’y suis pas allée.
-         Pardon, dirent en cœur Gloria et Angelo ?
-         Princesse, ne me dit pas…
-         J’ai accouché à la maison uniquement avec l’aide de mon mari.
-         Tu n’as pas eu le temps de te rendre à l’hôpital ?
-         Non, c’était un choix personnel : Kevin et moi ne voulions personne pour mettre au monde notre fille.
-         Mon fils n’est pas une sage-femme, Angelina !
-         C’était notre décision. Je l’ai fait la première fois lors de la naissance de Gowan et Deidre et ce fut une expérience inoubliable. J’encourage tout père à le faire au moins une fois dans sa vie. Cela renforce les liens avec la femme que l’on aime.
-         Les enfants, c’est de la folie. Promettez-moi de ne pas recommencer si d’aventure vous deviez avoir un autre enfant.
Kevin rit.
-         Ça, Angelo, c’est une promesse impossible à tenir à moins que ma petite femme ne le veuille autrement je ne promets rien.
-         Kevin…
-         Attendez une minute vous deux, vous ne croyez pas que j’ai déjà bien assez à faire avec trois enfants à bas âge déjà vous m’en donnez un quatrième, dit-elle en riant.
Tout le monde rit de bon cœur à l’exception de Gloria.
Eleonore se mit à pleurer. Angelina reprit sa fille dans les bras.
-         Je monte la changer.
-         Je vais m’en occuper. Reste avec ton père cela te reposera.
-         Je dois partir. Les clients vont affluer. Je dois être présente pour les recevoir.
-         Je vous rejoins un peu plus tard.
Kevin monta à l’étage avec sa fille pendant qu’Angelina resta avec son père.
-         Tu as l’air heureuse.
-         Je n’en ai pas seulement l’air, papa, je le suis !
-         Kevin prend soin de toi ?
-         Soin de moi ? Papa, cela va bien au-delà de ça. Je ne pensais pas un jour être aussi heureuse. Si seulement sa mère pouvait m’accepter.
-         Kevin !
-         Maman !
-         À quoi joue tu, Kevin ?
-         Comme tu peux le constater je m’occupe de mes enfants.
-         Serais tu en train de devenir sage-femme ?
-         Sage-femme ? Profession intéressante mais non merci.
-         C’est pourtant ce que tu as fait et pas qu’une fois !
-         J’ai aidé ma femme à mettre au monde nos enfants pas une inconnue. En parlant d’elle tu t’es comportée de manière odieuse. Tu ne lui pas adressée la parole ni même prit ta petite fille dans les bras.
-         Kevin es-tu vraiment heureux ?
-         Papa doit parler avec votre grand-mère. Je reviens plus tard.
Kevin fit sortir Gloria de la nursery.
-         Maintenant à nous deux ! C’est quoi cette question ? Bien sûr je suis heureux : je ne l’ai jamais autant été. Je suis marié à une femme que j’aime plus autant qu’elle m’aime.
-         En es-tu si sur ?
-         Quoi ?
-         Es-tu si sûr de son amour pour toi ?
Kevin fulmina.
-         Évidemment j’en suis sur !
-         Quelles sont tes preuves ?
-         Quoi ?
-         Tu m’as bien entendu : Kevin quelles sont tes preuves ?
-         Les preuves ? Les preuves sont devant toi : tu vois cette maison, cette bague à mon doigt, ces enfants qui dorment dans la pièce d’à côté. Les voilà les preuves !
-         As-tu fait des tests de paternité pour savoir si ce sont réellement tes enfants ou as-tu mis au monde des enfants d’une femme que tu aimes et qui ne t’aime pas véritablement.
-         Nous avons déjà eu cette discussion il me semble : Angelina m’aime autant que je peux l’aimer.
-         Dans ce cas pourquoi a-t-elle fait des avances à Devon avant de le rejeter et faire croire à un viol ?
Cette fois Kevin s’énerva comme jamais. Le ton monta.
-         Comment ose-tu ? Comment oses tu venir chez moi et tenir des propos aussi diffament sur ma femme : la mère de mes enfants ? Oui j’ai bien dis mes enfants. Elle n’a jamais fait d’avance à Devon c’est lui qui a tenté de la violer en la séquestrant et non l’inverse.
En entendant crier Kevin Angelina monta à l’étage. Au regard méprisant de Gloria à son égard elle comprit. Kevin la serra dans ses bras.
-         Allez-vous-en, Gloria.
-         Je n’ai pas d’ordre à recevoir d’une trainée comme vous, Angelina.
-         Retire tout de suite ce que tu viens de dire.
Angelo toisa Gloria.
-         Gloria, retirez tout de suite ce que vous venez dire sur ma fille.
-         Angelo, c’est à moi de régler cette histoire en prenant soin d’Angelina.
-         Ça ira, chéri, ne t’inquiète pas pour moi. Gloria, en m’insultant comme vous le faites ce n’est pas moi que vous blessez le plus : je sais bien que vous ne m’aimez pas et jamais vous m’aimerez mais j’en ai pris mon parti en revanche je n’accepterai jamais que vous blessiez Kevin. Quoique vous en pensiez je l’aime : je l’aime et ni vous ni personne ne réussira jamais à nous séparer.
-         Ma femme t’a demandé de partir il me semble ?
-         Tu fais une erreur : une grossière erreur.
-         À partir d’aujourd’hui je n’ai plus de mère et mes enfants n’ont plus de grand-mère. Si tant est que nous avons eu une un jour.
Kevin était au bord de la crise de nerfs tenant toujours Angelina dans ses bras, celle-ci le serra contre elle et l’embrassa.
-         Papa, tu veux bien nous laisser s’il te plait. J’aimerais restée seule avec mon mari.
-         Appelle-moi en cas de besoin. Toi aussi, Kevin.
Angelina lui répondit d’un hochement de tête. Angelo s’en alla, Angelina enlaça Kevin en l’embrassant.
-         Je suis désolée, mon amour.
-         Ne le soit pas, chérie, tu n'y es pour rien.
Angelina l’embrassa.
 
*** 
 
 
Quelques heures plus tard on sonna à la porte des Fisher.
-         C’est probablement Colleen, j’avais oublié. Je peux lui demander de repasser et appeler les autres pour reporter.
-         Ça ira, chérie, ne t’inquiètes pas.
-         Tu es en sûr ?
-         Sûr et certain, dit-il en l’embrassant.
Elle sourit.
-         Je vais ouvrir.
-         Je t’accompagne.
Angelina ouvrit la porte mais à sa grande surprise ce n’était pas Colleen ni aucun de leurs amis mais…
-         Cane ?
-         Angelina, puis je vous parler à Kevin et toi ?
-         Cane ? Que fais-tu ici ?
-         Kevin, j’aimerais m’entretenir avec toi et Angelina.
Angelina regarda tout autour d’elle. Kevin l’attrapa par sa taille et se mit en position de protecteur.
-         Lyly n’est pas avec toi ?
-         Non elle n’est pas là et ignore où je suis.
Angelina et Kevin se consultèrent d’un regard qui n’échappa pas à Cane.
-         Kevin, Angelina, je suis venu ici en ami.
-         OK, entre !
-         Je me doute que ma visite chez vous peut surprendre : nous ne sommes pas spécialement amis.
-         En effet nous ne le sommes pas.
-         Pourtant si je suis ici aujourd’hui c’est avec de bonnes intentions.
-         Ne le prend pas pour toi mais aujourd’hui ma femme et moi avons eu notre dose de bonnes intentions.
On sonna derechef à la porte. Angelina alla ouvrir. Colleen se trouvait à l’entrée.
-         Vous êtes enfin rentrés ! dit-elle en enlaçant son amie.
-         Oui, entre !
-         Colleen !
Kevin serra dans ses bras sa meilleure amie.
-         Je vous croyais encore à l’aventure… soudain Colleen réalisa de la présence de Cane.
Intriguée elle regarda tour à tour Kevin puis Angelina.
-         Colleen, tu es surprise de me voir ici ?
-         J’ignorais que vous étiez de nouveau amis. Où est Lyly ?
-         Nous ne le sommes pas. Cane avait quelque chose d’important à nous dire, dit Kevin.
-         On t’écoute, Cane, de quoi s’agit-il ?
-         Avant tout promettez moi de ne jamais dire à qui que ce soit ce que je m’apprête à vous répéter.
Kevin attira Angelina vers lui et passa son bras autour de ses épaules.
-         Cesse donc de jouer aux devinettes et dis-nous ce qui se passe.
-         En rentrant chez moi j’ai surpris une conversation entre Lyly et Devon. Devon et moi n’avons jamais été les meilleurs amis du monde, nous avons des rapports courtois pour Lyly mais ma femme est en train de changer.
-         En quoi cela sommes-nous concernés Kevin et moi ?
-         Méfiez-vous de Devon. Il n’a toujours pas renoncé à toi, Angelina et cherche un moyen infaillible pour détruire votre mariage. Il veut te reconquérir. Il ne reculera devant rien.
-         Pour me reconquérir encore faudrait-il qu’un jour j'eus été amoureuse de lui ce qui n’est pas le cas.
-         Si ce gars s’avise à remettre un jour ses sales pattes sur ma femme il aura affaire à moi.
 
Après le départ de Cane, Colleen tenta de leur changer les idées.
-         Vous êtes rentrés plus tôt que prévu.
-         Gowan a fait une crise d’appendicite durant notre séjour, nous avons dû le faire opérer de toute urgence.
-         Oh mon Dieu, comment va-t-il ?
-         Il va bien. Dieu merci nous nous trouvions tout près d’un hôpital mais nous avons préféré rentrer à la maison.
À cet instant Eleonore se mit à pleurer. Angelina et Kevin échangèrent un regard complice. Colleen les regarda tour à tour et sourit.
-         Est-ce bien ce que je crois ?
Angelina disparu et revint quelques minutes plus tard avec sa fille suivie du reste de la maisonnée.
-         Colleen, voici Eleonore Fisher, en lui mettant dans les bras.
-         Bonjour, toi. Quand as-tu accouché ?
-         Il y a trois jours. Kevin est la meilleure sage-femme au monde, dit-elle en riant.
Kevin rit, l’attira vers lui et lui donna un baiser sur son temple.
-         Kevin, Angelina, elle est absolument magnifique !
-         Tout comme sa maman, dit Kevin en riant.
Angelina lui donna un coup de coude. Tout le monde rit.
Quelques minutes plus tard Kevin reprit sa fille pour la remettre au lit laissant Angelina et Colleen bavarder entre filles.
-         Où en es-tu avec Dylan ?
-         On avance tout doucement. Cette fois je prends mon temps et de son côté il a tellement de chose à gérer. Être le beau-fils de Victor Newman n’est pas simple tous les jours.
-         Je ne connais pas vraiment Victor Newman mais je lui serai éternellement reconnaissante ainsi qu’à ton oncle Jack d’avoir fait changer le CA de l’hôpital et ainsi me sauver la vie.
Colleen, ce qu’a dit Cane tout à l’heure c’est exact ?
Colleen soupira.
-         Oui, Angelina. C’est exact. Devon ne lâche pas l’affaire.
-         Et Lyly est d’accord avec lui c’est pourquoi tu ne lui parles plus. Je suis désolée : tellement désolée d’avoir tout gâché. Je ne pensais pas en tombant amoureuse de Kevin que les choses prendraient une telle tournure. Gloria m’en veut et aujourd’hui Kevin n’adresse plus la parole à sa mère et toi tu t’es fâchée avec ta meilleure amie et le tout à cause de moi.
-         Tu n’as rien gâché du tout. Gloria n’a jamais été une mère pour moi quant à Lyly le fait même de vouloir détruire notre mariage démontre qu’elle n’est pas une belle personne. Colleen mérite mieux comme meilleure amie.
-         Kevin a raison : tu n’as pas à t’en vouloir, tu es tombée éperdument amoureuse de Kevin et lui de toi, quant à moi je me suis trompée en pensant connaitre Lyly. Je la connaissais oui lorsque nous étions adolescentes toutes les deux mais nous avons grandi.
 
 
***
 
En rentrant chez lui Cane attendit de voir si Lyly allait, malgré l’interdiction de Devon, lui parler, mais elle n’en fit rien.
-         Cane ! Tu es là depuis longtemps ? Je ne t’ai pas entendu arriver.
-         Tu étais perdue dans tes pensées. À quoi pensais tu ?
-         J’étais en train de me demander si tu voudrais bien aller manger au Club ce soir. Je pourrais appeler la baby sitter et nous deux passerions une soirée romantique à Paris.
-         Devon met son jet à ta disposition en échange de ton aide à obtenir la femme d’un autre ?
Lyly resta pantoise par la déclaration de Cane.
-         Pourquoi ce silence ? Cela ne devrait pas te surprendre car c’est bien ton intention non ? Tu as bien l’intention d’aider Devon à avoir Angelina et bien sûr sans rien me dire à la demande de Devon.
-         Comment es-tu au courant ?
-         Peu importe comment je le sais.
-         C’est important pour moi.
-         Pourquoi ?
-         Rappelle-toi ce que tu m’avais promis après la mort de ton frère jumeau : tu m’avais promis de ne plus jamais avoir de secret pour moi.
-         Et j’ai tenu ma promesse. Tu sais absolument tout sur moi. À l’exception des secrets pour Noel, ton anniversaire ou autres petites surprises de ce type je n’ai pas de secret pour toi mais toi tu en as pour moi.
-         C’est faux ! Je n’ai aucun secret : tu sais absolument tout de ma vie : tu sais qui je suis et ce que je suis.
-         Je croyais te connaitre : jusqu’à ce matin je croyais connaitre la femme avec laquelle je suis mariée : une femme respectueuse des valeurs notamment celle du mariage mais j’ai découvert avec horreur que je me suis fait une image d’une femme qui n’existe pas.
-         Bien sûr que si.
-         Non c’est faux. Cette femme n’existe pas ou plus. Tu as changé, Lyly. La femme que j’aime, celle que j’ai épousé n’aurait jamais contribuer d’aucune manière à détruire un mariage : un foyer, une famille. Une vie !
-         Je ne détruis rien du tout.
-         Ah non ? Comment appelle-tu le fait de vouloir briser le mariage de Kevin et Angelina ?
-         Ils ne sont pas faits l’un pour l’autre.
-         Pourquoi ? Parce que tu en as décidé ainsi ou alors est ce Devon ?
-         Ni l’un ni l’autre c’est ainsi. D’ailleurs Angelina le sait. Elle reste avec Kevin uniquement par loyauté mais elle se trompe : il n’est pas amoureux d’elle. Il ne là jamais été.
 
 
***
Chez elle Angelina était pensif. Kevin l’attrapa par sa taille et lui donna un baiser sur lobe de l’oreille. Angelina sourit et se tourna vers Kevin en répondant à son baiser.
-         Tu es inquiète à cause de ce Cane nous as appris.
-         J’avais espéré qu’il aurait renoncé une fois Chelsea partie. Je pensais vraiment que nous pourrions vivre heureux.
-         Et nous le sommes. Nous le sommes, Angelina, nous sommes heureux non ?
-         Bien sûr. Nous nous aimons, nous avons trois merveilleux enfants, un chien, un chat et une maison magnifique mais pourquoi devons-nous toujours nous tenir sur nos gardes et craindre qu’on veuille détruire notre bonheur ?
-         Probablement par jalousie mais je te promets, mon amour, je te promets de toujours veiller sur toi : toujours ! Notre mariage, notre famille sont ceux à quoi je tiens le plus au monde.
 
 
 
***
 
-         Kevin n’est pas amoureux d’Angelina ?
-         Bien sûr que non !
-         Mais Devon l’est ?
-         C’est évident non ?
-         Nous ne devons pas avoir la même perception de l’évidence car l’homme que j’ai pu voir ce matin était littéralement fou amoureux de sa femme.
-         L’homme que tu as vu ce matin ? Tu as rencontré Kevin ?
-         Je ne l’ai pas à proprement parlé rencontré mais oui je l’ai vu.
-         Tu es allé au Neon Ecarlate ?
-         Pas exactement ?
-         Cane, explique-toi je ne comprends rien à ce que tu dis ! As-tu oui ou non vu Kevin aujourd’hui ?
-         Je l’ai vu.
-         Mais tu ne l’as pas rencontré et tu n’es pas allé non plus au Neon Ecarlate.
-         C’est exact.
Lyly commençait à fulminer elle sentait que son mari lui cachait quelque chose.
-         Si tu ne l’as pas rencontré par hasard et si tu n’es pas non plus aller au Neon Ecarlate, mon Dieu, Cane, ne me dis pas… tu ne lui as pas donné un rendez-vous pour tout lui avouer ? Mais tu l’as vu.
-         Oui.
-         Tu l’as vu et tu lui as parlé ?
-         Oui.
-         Cane, comment as-tu pu ?
-         Je l’ai fait pour toi, Lyly, pour notre couple, notre mariage.
-         Pour moi ? Tu oses trahir mon frère et tu prétends le faire pour moi ?
-         En effet : je l’ai fait pour te sauver.
-         Me sauver ? Me sauver de quoi ?
-         De toi-même !
-         De… De… de moi-même ?
-         Exactement, Lily, de toi-même !
-         C’est la meilleure celle-là !
-         Tu ne t’en rends pas compte mais depuis son héritage Devon n’est plus le même. Il a changé et te change également.
-         Il a mérité cet héritage. Tuker a abandonné sa mère et Harmony a fini toxicomane. Aujourd’hui Devon a le droit d’être heureux et si bonheur passe par Angelina alors il l’aura !
-         En brisant son mariage, sa famille ?
-         Devon est prêt à adopter les enfants. Il sera leur père dans tous les sens du terme. Ils connaitront des choses qu’ils ne connaitront jamais avec Kevin.
-         Autrement dit si un milliardaire frappé à la porte et te demandait en mariage tu me quitterais en prenant Charlie et Mattie avec toi car leur beau-père sera riche !
-         Ce n’est pas la même chose !
-         Explique moi en quoi est-ce diffèrent ?
-         Charlie et Mattie ne sont plus des bébés ils te connaissent. Les jumeaux d’Angelina ne se souviendront jamais de Kevin. Ils grandiront avec Devon. Il deviendra leur père : il les inscrira dans les meilleures écoles privées, ils parcourront le monde en jet privé, auront des vêtements taillés sur mesure. Devon a tout prévu pour eux.
-         Apparemment toi aussi. Désormais tout ce qui compte à tes yeux est le mot « dollar » !
-         Cane, ce n’est pas de nous dont nous sommes en train de parler.
-         Ah non ? Parce que cela fait une différence pour toi ? La femme que je connaissais et aimais n’aurait jamais cherché à détruire un couple.
-         C’est pour le bien de mon frère.
-         Je m’en moque !
-         Oui voilà tu te fiche de savoir si mon frère est heureux ou non dans sa vie : tu ne l’as jamais aimé.
-         S’il te plait ne recommence pas avec cette rengaine !
-         Ce n’est pas une rengaine c’est la vérité.
-         Parce que selon toi Devon m’aimerait plus que je ne l’aime ? Je te rappelle qu’il n’a jamais accepté notre relation.
-         Comment ose tu dire une telle chose ?
-         C’est la vérité. Oserais-tu me dire le contraire ?
-         Tu cherches à détruire la relation que j’entretien avec mon frère uniquement parce que tu n’en as pas de bonne avec le tien.
-         Quoi ?
-         Tu m’as bien comprise !
-         En quoi ma relation avec Caleb a-t-elle à y voir ?
-         Elle a tout à voir : en réalité tu es jaloux.
-         Jaloux ? Et de quoi grand Dieu ?
-         Jaloux de ma relation avec Devon. Jaloux du fait que mon frère et moi nous entendons bien et ce ne fut pas le cas avec le tien.
-         Tu délire ! Ton frère et moi ne sommes pas les meilleurs amis du monde OK, mais je l’ai toujours respecté vis-à-vis de toi et ton père mais je n’accepte pas le fait qu’il veuille te changer en te rendant une femme avide d’argent et de pouvoir.
Cane fit une pause avant de reprendre.
-         Je te propose un marché : on laisse Angelina choisir si elle veut rester avec Kevin ou le quitter pour Devon. On n’intervient plus ni dans un sens ni dans un autre.
-         Il n’en est pas question ! Jamais je n’abandonnerai Devon dans sa démarche !
Dans ce cas je dormirai dans la chambre d'ami ce soir !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Conflit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conflit Est-Ouest au cœur du Caucase
» Conflit gauche droite... du cerveau...
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]
» Conflit de générations
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: