Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 J'ai toujours eu foi en toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: J'ai toujours eu foi en toi   Mer 7 Sep - 21:22


Dans la voiture de police qui le transportait au poste Kevin gardait les yeux sur la vitre arrière qui l’éloignait de plus en plus de sa maison : de son foyer.
-         Laissez-moi sortir d’ici : je dois retrouver ma femme !
 
 
 
 
-         Bon sang, Angelina ! Réveille-toi.
-         Papa, Maman !
-         Papa, Maman !
Hurlaient les enfants. Kevinella aboyait à tout rompre. Pheasant crachait en direction de Michael et Alex.
La maison d’Angelina et Kevin jusqu’à lors si paisible était en dessus dessous.
-         Princesse !
-         Tenez, donnez-lui de l’eau, dit Daisy en apportant un verre d’eau.
-         On devrait appeler une ambulance. Le bébé risque de manquer d’oxygène, dit Eden.
Angelina revint à elle.
-         Kevin.
-         Dieu merci, tu es revenue à toi à temps.
-         Kevin.
-         Angelina, dit Alex.
-         Kevin, ou est mon mari, qu’avez-vous fait de lui ?
-         Je suis désolé, Angelina mais l’homme que tu prenais pour Kevin est un imposteur. Angelina, Kevin est mort.
-         Il n’est pas mort, Michael, il n’est pas mort !
-         Angelina, les tests d’ADN sont formels : l’homme à la morgue est bien Kevin.
-         Non ! hurla-t-elle.
-         Angelina, les tests…
-         Je me fiche complètement de tes sacro saints tests, Alex. Je connais mon mari mieux que personne au monde et ce sont vos tests qui font erreur.
-         Il n’y a pas d’erreur, Angelina, c’est impossible.
-         La ferme, Alex ! Michael, je dois voir Kevin.
-         Angelina, c’est impossible : Kevin est mort. Cet homme n’est pas Kevin.
-         C’est Kevin !
-         Non, Angelina. Kevin est mort. J’ignore qui est cet homme et quelles sont ses motivations mais je le saurai bientôt. J’ai fait rentrer les résultats de son ADN dans le fichier du FBI. Christine est sur le coup, elle m’appellera dès qu’elle aura un résultat.
-         Tu ne comprends rien, Michael, tu fais erreur : tu as arrêté ton propre frère.
-         Calme-toi, Princesse, ce n’est pas bon pour toi de te mettre dans cet état.
-         Je me calmerai lorsque on m’aura rendu mon mari et le père de mes enfants !
-         Angelina, j’ai vécu ça lorsque Sarah Carter avait pris la place de Lauren. Je m’étais rendu compte de rien persuadé de vivre auprès de ma femme.
-         Nos deux situations n’ont rien de similaire, Michael. Sarah Carter voulait se venger de Lauren pour avoir tué sa sœur mais pourquoi un homme se ferait passer pour Kevin ? De plus si cela n’avait pas été lui je m’en serais rendue compte. J’ai passé du temps avec lui autant dans notre cabane au Canada, que chez nous. Nous avons fait l’amour plus d’une fois. S’il n’avait pas été Kevin je l’aurais su.
-         Tu es peut-être tombée amoureuse de cet homme sans t’en rendre compte.
Angelina fixa Michael du regard et sans que personne ne s’y attende lui assena une gifle magistrale qui lui fit perdre l’équilibre.
-         Comment osez-vous gifler mon fils, Angelina ?
-         Je vous en prie, Gloria, ne venez pas jouer les mères offusquées. C’est un peu tard pour jouer votre rôle de mère vous ne croyez pas ?
-         Angelina, j’ai perdu un fils.
-         Vous n’avez pas perdu de fils, Gloria : Kevin est toujours vivant.
-         C’est impossible, Angelina.
-         Alex, je t’ai déjà demandé de te la fermer !
Kevinella montra les crocs, Pheasant cracha sur lui.
-         Il a raison, Angelina. Il va falloir t’y faire. Plus tôt tu admettras la mort de Kevin plus tôt tu pourras faire ton deuil et passer à autre chose. Comme je te l’ai dit j’ai connu ça avec Lauren.
-         Quel est ton intérêt, Michael ?
-         Mon intérêt ?
-         Ne fait pas semblant de ne pas me comprendre. Qu’Alex ait tout a gagné à la mort de Kevin, ça je peux encore le comprendre. Cela fait des années qu’il espère qu’il se passera quelque chose entre lui et moi mais toi, toi dans tout ça qu’à tu as y gagner ? Pourquoi refuse tu de croire que Kevin est vivant ?
-         Angelina, les tests ADN sont formels…
-         Encore une fois je me contrefous de ces fameux tests ADN, il y’a peut-être eu un bug informatique où je ne sais quoi mais ils sont faux ! mais tu es en réalité tu es jaloux.
-         Jaloux ?
-         Parfaitement : jaloux !
-         De quoi pourrais-je être jaloux ?
-         Tu aimerais qu’il se passe entre Kevin et moi ce qui t’es arrivé lorsque Sarah Carter a pris la place de Lauren.
-         Cela n’a rien à voir.
-         Je crois que si au contraire. Tu as confondu ta femme avec une autre et tu penses que je suis dans le même cas. Mais c’est faux, Michael, tu te trompes complètement. Si cela n’avait pas été Kevin je l’aurais su dès la première seconde où je l’ai vu mais c’est exactement l’inverse qui s’est produit. J’ai immédiatement reconnu mon mari : l’homme que j’aime. Nos enfants ont aussi reconnu leur père. Idem pour Kevinella et Pheasant. Alors, Michael, je me fiche de tes résultats d’ADN, tu n’auras qu’a les refaire si ça t’amuse mais je veux voir mon mari !
 
 
***
 
Au poste de police, un agent interrogeait Kevin.
-         Décliner votre nom, prénom, adresse et profession.
-         Kevin Fisher. 1134 Washington Avenue 53128 Genoa City.  Propriétaire du Neon Ecarlate.
-         N’essayez pas de jouer au plus fin avec moi cela ne prend pas. Décliné votre véritable identité.
-         Je vous dis la vérité. À présent laissez-moi téléphoner à ma femme. Elle est enceinte et doit être morte d’inquiétude.
-         Laissez-le-moi, Sam, je m’en charge.
-         Alex, comment va Angelina ?
-         Qui que vous soyez je vous défends de l’appeler par son prénom ! Son état de santé ne vous regarde pas ! Suis-je assez clair ?
-         Il me regarde certainement plus qu’à toi car je suis son mari et elle porte mon bébé.
-         Cessez votre petit jeu : vous êtes démasqué.
-         Je ne joue pas, bon dieu ! Je suis Kevin !
-         Bien sûr et moi je suis le Président des États Unis d’Amérique !
-         Bon sang, Alex, il faut me croire. Je me fais un sang d’encre pour Angelina et mon bébé, donne-moi de ses nouvelles. Angelina s’est-elle réveillée, a-t-elle été transporté à l’hôpital ? Bon sang, Alex !
-         Cessez votre comédie, cela ne prend pas avec moi, dites-moi qui vous êtes et ce que vous voulez à Md Fisher ?
-         Content de voir que tu te souviens comment elle s’appelle.
-         OK, puisque vous le prenez comme ça, un petit passage à l’ombre vous fera du bien. Peut-être serez-vous disposé à parler par la suite.
-         Je veux d’abord passer un coup de téléphone.
-         Plus tard.
-         Cela t’arrangerait que je sois mort car tu aurais alors le champ libre avec ma femme, du moins c’est que tu te dis mais c’est mal la connaitre. Angelina m’aime au moins autant que je peux l’aimer et jamais elle ne me trompera.
 
 
***
 
-         Angelina, signez l’autorisation d’inhumer. Mon fils attend depuis trop longtemps maintenant d’être enterré.
-         Je ne signerai rien du tout. Kevin est toujours vivant et vous allez l’envoyer dans une cage sachant qu’il ne supporte pas être enfermé !
 
***
 
Au poste de police, Alejandro Chanchez entraina Kevin vers une cellule.
-         Un petit temps de réflexion là-dedans vous conduira peut-être à de meilleures dispositions à nous révéler qui vous êtes.
-         Non, pas le placard ! Pitié, Alex !
Mais Alex n’écouta rien. Il poussa Kevin dans la cellule amidonnée et verrouilla la porte. Kevin avait beau s’époumoner en criant et cognant à la porte personne ne vint lui ouvrir.
 
***
 
-         Tu n’as rien à craindre, Angelina, cet homme n’est pas Kevin il ne souffrira pas d’être enfermé.
Angelina fulmina.
-         Bon sang, mais en quelle langue faut-il te le dire ? C’est Kevin et je veux le voir ! Michael, je veux voir mon mari !
À ce moment Angelina sentit une énorme douleur à l’abdomen, mit sa main sur son ventre avant de s’évanouir.
-         Oh mon Dieu, Angelina, dit Daniel en accourant au chevet de son amie.
-         J’appelle une ambulance, dit Cassie.
-         Princesse !
-         Maman, maman, crièrent en cœur les jumeaux.
-         Venez les enfants, venez avec tante Daisy. Que diriez-vous d’aller jouer avec votre cousine Lucy ?
-         Non !
-         Non !
Kevinella aboyait non-stop.
-         Angelina !
-         L’ambulance va arriver.
Angelina revint à elle.
-         Kevin.
-         Reste tranquille, Angelina, l’ambulance ne va plus tarder à arriver.
-         Michael, je veux voir mon mari.
 
***
 
Enfermé dans une cellule Kevin revivait toutes les peurs qui avait marqué son enfance. Il entendait Tom lui criait dessus, Gloria laissant faire. Puis venait la punition : Tom l’enfermant dans le placard. Ses mains commençaient à trembler, sa peau devenait moite. Kevin regardait tout autour de lui et quel que soit l’endroit par où il se tournait il voyait uniquement du noir. Il commençait à suffoquer. Puis l’image d’Angelina s’afficha devant lui. Il poussa un hurlement avant de s’évanouir.
-         Angelina !
 
 
***
 
Angelina fut transportée au Memorial et prise en charge immédiatement où ils réussirent à stopper les contractions.
 
 
Ses amis étant restés chez elle afin de veiller sur les enfants gardaient le silence tentant de rassurer les enfants.
Dylan fut le premier à rompre le silence.
-         Et si Angelina avait raison ?
Colleen le regarda surprise.
-         Je ne connais pas Kevin depuis aussi longtemps que toi ou Cassie et je n’ai pas connu l’homme dont vous parlez du temps de l’écureuil argenté mais le Kevin que je connais est incapable de braquer une banque. De plus cette histoire est troublante. Récapitulant : le jour de sa disparation Kevin venait de se disputer avec Angelina : une dispute si grave qu’il crut son mariage terminé. Quelques jours plus un homme meurt en braquant une banque à Miami. On retrouve une carte d’identité répondant au nom de Kevin Fisher. Or trois mois après Angelina retrouve un homme ressemblant à l’identique à Kevin au Canada dans une cabane abandonnée au milieu des bois.  Alors je m’interroge : et d’un depuis quand va-t-on faire un hold up avec sa carte d’identité ? Et de deux si cet homme au Canada n’est pas Kevin alors comment nous connait tous si bien et que faisait il le bas isolé de tous. Là où personne ne vient jamais ? Que pouvez t’il bien espérer ?
Colleen et Cassie se regardèrent.
-         La mort ! dit Cassie en soupirant.
-         Oui exactement, Cassie : c’est tout à fait ça : cet homme attendait la mort.
-         Une mort lente et douloureuse pour avoir fait souffrir l’être qui il aimait le plus au monde.
-         Angelina a donc raison depuis le début : cet homme est bien Kevin.
-         Tout ceci est bien romantique mais vous oubliez les tests ADN.
-         Eden, il y’a peut-être eu une erreur d’informatique.
-         Ou alors…
-         Ou alors quoi ?
-         Qu’allais tu dire, Daisy ?
-         Les tests ont peut-être trafiqué.
-         Et par qui et pourquoi ? le monde entier ne sont pas des criminels comme toi, ta mère, ton frère Ryder et ta tante !
-         Parce que toi sans doute tu as toujours été une sainte ? Devrais t’on t’appeler Sainte Eden ? Corrige-moi si je me trompe mais ton père n’a-t-il pas escroquer de pauvres innocents ? Toi-même n’as-tu pas tenté de voler Michael avant d’apprendre vos liens de parenté ?
Les enfants recommencèrent à pleurer.
-         Stop vous deux : vous effrayez les enfants, dit Colleen en allant consoler les jumeaux.
-         Savez-vous si ce quartier est équipé de cameras de surveillance ?
-         Le maire en a équipé toute la ville. Pourquoi cette question, Dylan ?
-         Parce que, Cassie, grâce aux caméras de surveillance mon père pourra savoir quel chemin a emprunté Kevin en quittant la maison.
-         Tu veux faire intervenir Paul dans cette affaire ?
-         Colleen, mon père est détective privé. Il a des relations un peu partout : il pourra nous aider.
-         Mais il est aussi très ami avec Michael.
-         Daisy, Paul est quelqu’un d’intègre nous pouvons lui faire confiance.
-         Contrairement à ce que vous semblez croire Michael souhaiterait lui aussi voir Kevin vivant.
-         Dans ce cas c’est réglé : j’appelle mon père !
 
 
***
 
Dans les bureaux du FBI les résultats des tests ADN envoyé par le poste de police de Genoa City tombèrent. Christine ayant demandé à ce que l’on s’en occupe en priorité.
-         Agent Blair, Agent Malloy, les résultats que vous attendiez viennent de tomber. Comme vous me l’aviez demandé je les ai insérés dans le fichier du FBI. Il s’agit d’un certain Kevin Fisher qui avait commis quelques infractions il y’a plusieurs années mais il semblerait qu’il se soit insérer dans la société car cela fait maintenant plusieurs années qu’il n’a plus fait parler de lui. Pas même pour avoir grillé un feu rouge.
-         Qu’est ce vous dites ? Kevin Fisher ?
-         Cela même.
-         Mais c’est impossible il doit y avoir une erreur.
-         Aucune erreur. Le fichier est formel. L’ADN correspond parfaitement.
Christine regarda Ronan.
-         J’envoie un fax à Genoa City demandant à ce qu’ils nous faxent les résultats d’ADN de l’autre homme.
 
 
***
 
Au Memorial Angelina revint à elle et réclama Kevin.
-         Angelina, Kevin est mort.
-         Non ! hurla-t-elle.
-         Princesse, reste tranquille ce n’est bon ni pour toi ni pour le bébé de t’agiter comme tu le fais.
-         Comment veux-tu que je reste tranquille lorsque on me dit que mon mari est mort ?
-         Angelina, je suis sincèrement désolé, j’aurais préféré me tromper mais l’ADN…
-         En quelle langue faudra t’il te le dire, Michael, je me fiche complètement de tes sacro saints résultats d’analyses : je connais Kevin mieux que personne au monde et je l’aime, tu m’entends, Michael, je l’aime comme je n’ai jamais aimé et s’il était mort je le ressentirais au fond de mon cœur mais ce n’est pas le cas et ce matin encore nous étions ensemble. En ce moment je suis sure qu’il est au fond d’un placard alors que tu sais très bien tout ce que Tom le Terrible lui a fait endurer comment peut tu laisser faire ça à ton propre frère ? Comment, Michael ?
Sur ces mots Angelina ressentit une très forte contraction qui alerta le monitoring.
L’équipe médicale arriva aussitôt et fit sortir tout le monde. Michael et Angelo attendirent dans la salle d’attente lorsque le médecin arriva.
-         Son état s’est stabilisé mais elle doit se reposer et n’être en aucun cas être soumise au moindre stress. Je vous prie de m’excuser j’ai d’autre patients à voir.
Michael soupira.
-         Je retourne travailler. Je ne suis d’aucune utilité ici si n’est la stresser. S’il arrivait quelque chose à Angelina ou au bébé par ma faute même d’outre-tombe Kevin ne le pardonnera pas.
-         Michael, et si ma fille avait raison : si Kevin était encore en vie ? si l’ADN s’était trompé ?
 
 
***
 
À son arrivée chez Kevin et Angelina Paul fit appel à ses contacts de la vidéo surveillance.
-         Vous avez eu de la chance : quelques jours de plus et les bandes auraient été effacées. Voilà, j’ai les plans de ce jour-là. Voici la voiture de Kevin : 3646-RVL Wisconsin. On le voit très nettement sortir de chez lui et prendre la direction… du nord !
Un cri de joie s’éleva dans la maison.
-         Le nord : Angelina avait raison depuis le début : Kevin est vivant ! s’écria Colleen.
-         Vous oubliez les tests ADN qui prouve le contraire.
-         On se contrefout des tests ADN, Eden, il y a manifestement une erreur : Kevin est bien vivant et il faut immédiatement le faire sortir de là. Angelina et ses enfants ont besoin de lui.
-         Attendez ce n’est pas tout. Tenez regarder ici on voit Kevin descendre de voiture et rentrer… Paul, pourriez-vous faire un gros plan ?
-         Bien sûr ! il s’agit d’un bar : Kevin est entré dans un bar. Je vais faire une avance rapide pour voir ce qui se passe. Il est 9 H 30 pm… il ressort à 10 H pm, il semble ivre, il remonte dans sa voiture direction… direction le Canada !
-         Le Canada : là où tout a commencé pour Angelina et lui. Il faut la prévenir : elle avait raison Kevin est vivant.
Fou de bonheur à l’idée que son ami soit vivant Daniel serra Cassie dans ses bras.
-         Il faut prévenir Angelina.
-         Avant tout nous devons apporter ces preuves à Michael.
 
 
***
 
À Washington DC Ronan reçu les résultats de l’ADN de l’homme que tout Genoa prenait pour Kevin. Ronan les introduit dans le fichier du FBI et les résultats ne tardèrent pas à tomber. L’homme se nommait Brian O’Neill : un mafieux australien, ex homme de main de Colin Atkinson, était recherché tant par le FBI pour faux et usage de faux, vol à main armée, meurtre tant à l’intérieur des États-Unis mais également par Interpol pour avoir commis des infractions notamment au Canada qu’en Europe. Il tendit les résultats à Christine qui n’en revenait pas.
-         Je dois partir tout de suite pour Genoa City.
-         Je me doutais que vous voudriez y aller. J’ai réservé deux billets pour le prochain vol pour Genoa. L’avion décolle dans moins de vingt minute. Il nous faut nous dépêcher.
-         Je prends mon sac.
Un quart d’heure plus tard ils étaient dans un avion pour Genoa City.
 
 
***
 
Cassie et Daniel arrivèrent au poste de police tandis que Colleen, resta chez Angelina et Kevin pour garder les enfants. Ils montrèrent à Michael les photos de vidéo surveillance mais Alejandro ne voulait pas en tenir compte.
-         Je regrette mais les analyses d’ADN sont formelles. Kevin est mort !
-         Alex, c’est impossible. Il doit y avoir une erreur, les images parlent d’elles même : en sortant de chez lui Kevin a pris la direction du nord. On perd sa trace à la frontière canadienne. Exactement ce qu’il a raconté à Angelina.
-         Les images sont floues, on distingue mal.
-         On distingue très bien au contraire. Alex, je comprends que cette situation te mette mal à l’aise : tu es amoureux d’Angelina et tu espères depuis toujours avoir une chance avec elle mais tu dois te faire une raison, Alex : le cœur d’Angelina appartient à jamais à Kevin.
-         Ils ont raison, Alex. Les images sont assez nettes pour y distinguer clairement Kevin.
-         Je suis désolé, Michael, mais ce n’est pas suffisant. Je ne saurais expliquer pourquoi mais il est évident qu’il avait changé d’avis s’envolant pour la Floride. L’ADN ne ment pas.
-         En effet l’ADN ne ment pas mais en revanche votre banque de donnée est à revoir, dit Christine en arrivant et déposant les résultats de la base de données du FBI.
-         Christine, mais qu’est ce tu fais là ? Ronan, vous êtes là aussi ?
-         Tu n’as pas reçu mon message ?
-         Je n’ai pas encore consulté mes mails.
-         Michael, Kevin n’est pas mort.
-         Malgré tout mon respect, Christine, vous n’allez pas vous y mettre vous aussi. L’ADN…
-         Vos résultats ADN sont faux, Alex : Kevin est bien vivant et l’homme que vous preniez pour Kevin est en réalité un mafieux australien ex homme de main de Colin Atkinson prénommé Brian O’Neill recherché tant par le FBI qu’Interpole.
Christine tendit un exemplaire à Michael et un autre à Alex.
-         Vous voyez les résultats sont formels : tout correspond. Cela faisait longtemps maintenant qu’il était recherché mais à chaque fois il nous échappait. Il fut même envisagé qu’il soit retourné en Australie. À présent nous savons avec certitude qu’il est mort. Nous pourrons donc classer l’affaire.
-         Michael, Kevin est bien vivant.
-         Comment une telle erreur a-t-elle pu se produire ?
-         Nous verrons cela plus tard. Alex, avez-vous les clés de la cellule où est enfermé Kevin. Je dois libérer mon frère.
-         Tenez les voici.
Michael se précipita vers la cellule où Kevin était maintenu. Ce dernier n’ayant toujours pas reprit connaissance.
-         Oh mon Dieu, Kevin ! Vite prévenez une ambulance ! Kevin, Kevin répond moi, dit-il en lui tapotant le visage qui le fit revenir à lui.
-         Angelina.
-         Kevin, tu seras bientôt avec elle.
Un large sourire illumina le visage de Michael.
-         Michael ? Angelina, comment va-t-elle ? Je dois voir ma femme, laisse-moi sortir d’ici.
-         Oui, Kevin, tu vas pouvoir sortir. Sort de cette cellule en attendant : une ambulance va arriver.
Kevin commença à revenir totalement à lui et à réaliser…
-         Tu m’as appelé… Kevin ? Ça veut donc dire…
-         Oui, Kevin, je te crois. Je suis désolé, j’aurais dû te faire confiance depuis le début.
-         Kevin, comment vas-tu, mon pote ?
-         Angelina, comment va-t-elle ? je veux voir ma femme et mes enfants.
-         Angelina est à l’hôpital. Elle a eu des contractions mais ils ont pu les stopper.
-         Des contractions, oh mon Dieu, je dois absolument la voir.
-         Kevin, calme toi, tu vas la voir mais cesse de t’agiter. Depuis combien de temps étais tu évanouie ?
-         Je n’en sais rien et cela m’importe peu : Michael pour le moment la seule chose qui compte pour moi c’est d’être auprès de ma femme et mes enfants.
 
 
***
 
Malgré les recommandations du médecin Angelina ne pouvait rester tranquille. Son angoisse pour Kevin allait crescendo. Angelo restait auprès de sa fille tentait tant bien que mal de la calmer.
-         Tu vas arrêter à la fin ? Comment veux-tu que je me calme ? Kevin ne supporte pas être enfermé : pas après tout ce que Tom le Terrible lui a fait endurer.
-         Princesse, ce n’est pas Kevin.
Angelina le toisa.
-         Kevin est vivant ! Je sais bien que tout le monde le croit mort mais mon mari est bien vivant ! 
À ce moment la porte s’ouvrit et Kevin qui n’avait pas attendu l’ambulance déambula dans la chambre suivit par Michael.
-         Kevin !
-         Angelina, chérie.
-         Qui êtes-vous, sortez d’ici !
-         Comment te sens tu, chérie ?
-         Kevin, tu es là : ils t’ont laissé sortir ?
-         Oui, mon amour, ils ont enfin admis leur erreur.
-         Halte là, soit vous sortez d’ici soit je vous fais jeter dehors.
-         C’est Kevin, Angelo : laissons les seuls.
-         Quoi ? Je croyais Kevin mort ? C’est vous-même qui l’avez dit, Michael.
-         Laissons-les un peu seul, sortons dans le hall je vous expliquerai tout ce que je sais.
 
 
***
 
-         Alors les tests ADN…
-         Aussi bizarre que ça puisse paraitre ils étaient faux. Angelina avait raison depuis le début, quant à moi je me suis mépris sur mon propre frère.
 
 
***
 
-         J’ai eu tellement peur lorsqu’ils t’ont emmené.
-         Moi aussi j’ai eu peur lorsque je t’ai vu t’évanouir. Je demandais après toi mais Alex refusait de me donner la moindre information. Lorsque j’étais dans ma cellule la seule chose qui m’aidait à tenir c’était toi et la certitude de ton amour.
-         Kevin, je me suis fait un sang d’encre de te savoir enfermé dans un placard.
-         Je vais bien, mon cœur. Ta foi en moi m’a aidé à tenir le coup.
Vu l’état de santé de sa femme Kevin préféra lui mentir afin de ne pas l’inquiéter davantage. Il l’embrassa.
-         Comment te sens tu, chérie, et comment va le bébé ?
-         Le bébé et moi allons bien. Maintenant.
Kevin sourit.
-         J’ai eu tellement peur pour toi lorsque je t’ai vu te sentir mal. Mais Dieu merci c’est derrière nous.
-         C’est une promesse ?
-         C’est une promesse.
Kevin se pencha vers elle et l’embrassa.
-         Kevin, j’ignore qui garde les enfants. J’ai eu une si forte douleur je ne me suis rendue compte de rien.
-         Ne t’inquiète pas, je suis sûr qu’ils sont en sécurité et je vais m’en assurer.
-         Je t’aime, chéri.
-         Je t’aime moi aussi.
Ils s’embrassèrent derechef puis Angelina s’endormit. Kevin sortit de la chambre.
Michael attendait dans le couloir. Angelo, Daniel, Cassie, Daisy, Eden, Dylan et Colleen étaient également présent.
-         Colleen, qui garde les enfants ?
-         Ils sont avec Molly.
-         Bien au moins les enfants la connaissent.
-         Kevin, je te dois des excuses.
-         Des excuses, Michael ? C’est tout ce que tu trouves à me dire : tu me dois des excuses ?
Michael n’eut pas le temps de répondre. Gloria arriva.
-         Kevin, ton frère m’a téléphoné pour m’apprendre la bonne nouvelle : mon Dieu, je suis tellement heureuse.
-         La bonne nouvelle ? Cela fait des mois qu’Angelina ne cessait de vous dire que j’étais en vie : y compris lorsque j’avais disparu mais personne n’a voulu la croire. Vous étiez tous convaincu de ma mort et quand je dis mort je ne parle pas d’une mort accidentelle, non, vous étiez certain que j’étais mort en braquant une banque ! ma femme : mon ange, l’amour de ma vie s’est acharnée à vous prouver le contraire aucun de vous n’avez voulu la croire. Aucun ! Y compris lorsqu’elle m’avait retrouvé dans notre cabane au Canada et ramené à la maison, là encore vous étiez convaincu d’une imposture. Pourquoi ? allez-vous-en ! Je ne veux plus voir aucun de vous. Vous me donnez la nausée.
Comme personne ne bougea Kevin fulmina.
-         Je croyais vous avoir dit de partir !
-         Kevin, nous sommes ta famille.
-         Ma famille, Michael ? Ma famille ? Tu te fiche de moi ? Tu as été le premier à douter de moi alors ne vient surtout pas me parler de famille. J’ai une famille oui : Angelina et les enfants sont ma famille.
 
 
***
 
Au petit matin Angelina se réveilla sa main dans celles de Kevin qui s’était endormi assis sur le tabouret. Elle sourit en voyant son mari auprès d’elle. Les contractions semblaient s’être arrêtées elles aussi. En la sentant bouger Kevin se réveilla.
-         Hey salut, vous ! dit-il en souriant.
-         Chéri, je ne voulais pas te réveiller.
-         Comment te sens tu ?
-         J’ai hâte de rentrer chez nous retrouver nos enfants.
-         Nous allons savoir si c’est possible dans un petit moment, dit le médecin en entrant. Je vais vous faire passer une échographie et si tout va bien vous pourrez rentrer chez vous à la condition de vous ménager.
-         Ne vous inquiétez pas je veillerai sur elle.
-         Attention c’est froid.
Le médecin passa la sonde sur le ventre d’Angelina. Kevin tenait la main d’Angelina qui commençait à s’inquiéter.
-         Docteur, comment va mon bébé ?
-         Votre bébé va très bien, Angelina. Voulez-vous savoir ce que c’est ?
Angelina se tourna vers Kevin qui sourit.
-         Avez-vous une préférence ?
-         Nous avons déjà les deux et Angelina et moi envisageons une famille nombreuse.
Le docteur Caspary appuya sur un bouton de l’échographe permettant de mieux distinguer le sexe du bébé.
-         C’est une fille.
Angelina et Kevin sourirent.
-         Une fille : j’en étais sur. Chérie nous attendons une deuxième petite princesse.
-         Toutes mes félicitations. Je vais à présent signer votre bon de sortie mais souvenez-vous : il faut vous ménager.
-         Faites-moi confiance, Docteur, je veillerai sur mes deux femmes.
Lorsque le docteur Caspary sortit Angelina se tourna vers Kevin.
-         Une fille, chéri, mon amour, nous attendons une petite fille.
-         Une princesse aussi jolie que sa maman et sa grande sœur.
-         Tu n’es pas trop déçu ? N’aurais tu pas préféré avoir un second fils ?
-         Non. Je suis le plus heureux des hommes, dit-il en lui donnant un baiser.
Angelina se mit à rire.
-         J’en connais un qui ne partagera certainement pas ton avis.
Kevin rit à son tour.
-         En revanche notre fille sera aux anges d’avoir une petite sœur avec laquelle partager ses poupées. Quant à Gowan il faudra lui dire que papa et maman essayeront de lui donner un petit frère une prochaine fois.
Ils s’embrassèrent.
 
 
***
 
Assis au Neon Ecarlate Michael était pensif. Deux choses le tourmentaient. La première étant sa relation avec son frère : par deux fois il avait abandonné, l’une lorsqu’il était enfant mais ils avaient réussi à établir de véritables relations fraternelles et cette fois. Cette fois où il avait préféré croire à la mort de son frère dans un hold up plutôt que de croire qu’il avait trouvé refuge dans une cabane isolée du Canada. Kevin pourrait-il lui pardonner un jour ? quant à la seconde il s’agissait des résultats des tests ADN : comment une telle erreur de résultat a-t-elle pu arriver ?
 
 
***
 
Deidre se précipita dans les bras de leur père aussitôt qu’Angelina et lui franchirent la porte de chez eux.
-         Papa !
Kevin la prit dans ses bras et la couvrit de baiser.
-         Papa est de retour, mon cœur et cette fois c’est pour toujours. Papa ne vous quittera plus jamais, jamais.
Gowan, moins expansif que sa petite sœur se cachait derrière sa mère. Kevin sourit, déposa Deidre au sol et prit son fils dans les bras en lui donnant un baiser.
Quelques heures plus tard pendant que les enfants faisaient la sieste Angelina et lui discutaient.
-         Tu n’as parlé à personne de nos soupçons au sujet de Chelsea ?
-         Non bien sûr. Pourquoi me parle tu de Chelsea subitement ?
-         J’n’en ne sais trop rien. J’ai un étrange pressentiment mais avant tout nous devons nous préparer à l’arrivée de notre fille. Dès demain nous regarderons sur internet tout ce dont elle aura besoin même s’ils nous restent encore bon nombre d’affaire qui ont appartenu à Deidre, il faut qu’elle sache que ses parents l’attendent avec impatience et compte autant que son frère et sa sœur.
-         Elle le sait déjà. Kevin, s’il te plait, chéri, ne fait pas ça. Pas avec moi.
-         Faire quoi ?
-         Faire comme si tout allait bien en me parlant de layette.
-         Tout va bien, chérie. Tu n’es pas d’accord pour acheter de nouveaux vêtements pour Eleonore ?
-         Bien sûr je suis d’accord, nous regarderons des sites internet et nous pourrons même aller jusqu’à Chicago en famille faire du shopping mais ce n’est pas ce à quoi tu penses. Quelque chose te tracasse et je veux savoir quoi.
-         Tout va bien je t’assure.
-         Kevin, je te connais bien mieux que tu sembles le penser. Nous nous sommes promit de n’avoir aucun secret l’un pour l’autre alors dis-moi ce qui te perturbe.
-         Tout va bien, chérie : je t’assure.
-         Non tout ne va pas bien. Tu as été arrêté pour usurpation d’identité, faux et usage de faux et l’on continuait à chercher d’autre crime à t’imputer. Ton propre frère et ta mère ont refusé de te croire lorsque tu leur disais être toi. On t’a jeté en prison et même si tu prétends le contraire je sais très bien que tu ne supportes toujours pas et ne supportera jamais être enfermé dans un placard. S’il te plait, Kevin, ne me laisse pas en dehors de ta vie. Je t’aime et je ne pourrai pas le supporter.
-         Chérie, loin de moi l’idée de te laisser en dehors de ma vie. Comment le pourrais-je d’ailleurs ? Angelina, toi et les enfants, Kevinella et Pheasant êtes ma vie : sans vous je ne suis rien ! Je t’aime.
-         Moi aussi je t’aime alors dis-moi ce tu as sur le cœur.
-         Chérie, tu as entendu ce que le médecin a dit : il te faut du repos et surtout pas de stress.
-         Seulement voir mon mari dans l’inquiétude et savoir qu’il refuse de me parler de ce qu’il le préoccupe me stresse bien d’avantage.
-         OK, je vais tout te dire. Tu as raison quelque chose me préoccupe mais ce n’est pas le fait d’avoir été jeté en prison du moins pas totalement.
-         Cela veut dire quoi pas totalement ?
-         Chérie, te souviens-tu de ce dont nous avions parlé au sujet de Chelsea ?
-         Chelsea ? 
-         Te souviens-tu de tes soupçons à son égard ?
-         Bien sûr mais quel rapport avec ton arrestation et le fait que personne n’ait voulu te croire ?
-         C’est que j’espère bien découvrir. Chérie, j’ai le sentiment que ces deux affaires sont intiment liées l’une à l’autre. D’abord cette fille qui débarque de nulle part qui nous a séparés et ensuite disparait à partir dès le moment où l’on m’a cru mort. Ensuite il y’a ces faux résultats d’analyse d’ADN.
-         Tu ne crois donc pas à une coïncidence ou un bug informatique ?
-         Parce que tu y crois ?
-         Je ne sais plus ce que je suis supposée croire ou ne pas croire. Depuis nos retrouvailles la seule chose qui importait pour moi c’est d’être ensemble mais tu as raison tout ceci est troublant.
-         Chérie, j’ai le pressentiment qu’on nous manipule. Quelqu’un intrigue derrière notre dos dans le but de nous séparer.
-         Qui aurait un intérêt ? Chloe ?
-         Non, je ne crois pas. Aux dernières nouvelles elle et Lauren semble filer le parfait amour de plus entre elle et moi il y’a longtemps que c’est fini.
-         Alex ?
-         C’est possible même si je le crois trop intègre pour faire quelque chose d’illégal.
-         Je ne sais pas, Chéri, c’est lui qui a semé le doute dans l’esprit de Michael.
-         Et il n’a pas fallu longtemps à Michael pour le croire mais je ne pense pas que ce soit lui ceci dit c’est une piste à suivre.
-         Tu comptes mener l’enquête ?
-         Si tu es d’accord.
-         Chéri, je suis derrière toi à 110% Si quelqu’un nous nous manipule dans le but de nous séparer nous devons savoir qui il est.
Kevin l’embrassa.
-         Je n’en attendais pas moins de toi, ma chérie.
-         Tu sais à quel point notre mariage compte pour moi.
-         Et il compte autant pour moi. Crois-moi, chérie, notre mariage est ce qu’il y a de plus important pour moi.
-         Je n’en ai jamais douté. J’ai toujours eu foi en toi.
 
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com En ligne
 
J'ai toujours eu foi en toi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: