Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'hopital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 323
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: L'hopital    Mer 30 Déc - 16:30


Sur le chemin de l’hôpital Kevin appela Angelo. Ce dernier travaillait au Neon Ecarlate avec Caroline et Thomas lorsque son téléphone sonna.
-         Oui mon garçon, as-tu réussi à connaitre à combien s’élève le montant de la caution ?
-         Angelo, je suis sur le chemin du Memorial. Rejoignez-moi la bas.
-         Le Memorial pourquoi ? il est arrivé quelque chose à ma Princesse ?
En entendant ces paroles Caroline et Thomas stoppèrent leur travail et regardèrent Angelo.
-         Je vous expliquerai tout une fois sur place.
Kevin raccrocha.
-         Angelo, il est arrivé quelque chose à Angelina, demanda Caroline ?
-         J’n’en sais rien. Kevin ne m’a rien dit il m’a simplement dit de le rejoindre à l’hôpital. Il m’expliquera tout une fois là-bas.
-         Ok, Naomie, occupez-vous du Neon Ecarlate quant à nous on prend ma voiture et on y va, dit Thomas.
 
 
***
 
-         Michael comment as-tu pu tomber dans le piège d’Angelina ?
-         Chloe, lorsque les médecins constateront qu’elle n’a rien, Kevin sera si furieux qu’il te suppliera de lui pardonner et le reprendre.
Chloe sourit. Du sourire du chat qui vient d’avaler une souris.
-         Michael, tu es un génie.
-         Cela m’arrive. En attendant si tu veux m’excuser, chère belle-sœur j’ai un travail monstrueux qui m’attend.
-         Pendant ce temps-là je vais aller voir Chelsea et l’informer de nos avancées.
-         Chelsea pourquoi ?
-         J’ai dit Chelsea ?
-         Oui.
-         Peut-être étais je tout simplement entrain de penser tout haut. Chelsea est ma meilleure amie et elle s’inquiète pour moi. De plus je dois la voir pour un travail alors je te dis à plus tard.
Cette conversation ne manqua pas de tomber aux oreilles de Danielle qui s’occupait de vérifier les minutes du procès.
 
***
 
Le fourgon qui devait conduire Angelina à la prison d’Etat du Wisconsin arriva à l’hôpital. Angelina venait de reprendre connaissance plus pale qu’un linge. Kevin se trouvait déjà sur les lieux lorsqu’il la vit arriver. Il se précipita vers elle.
-         Chérie, comment te sens tu ?
-         Halte, la firent les gardes, vous n’avez pas le droit de vous approcher de la prisonnière.
-         C’est ma femme et vous ne m’en empêcherez pas !
-         Kevin, les bébés. Je ne veux pas perdre nos bébés.
-         Non, mon amour, non, tu ne les perdras pas c’est promis.
A cet instant précis une infirmière vient les trouver pendant qu’Angelina se tordait de douleur.
-         Je regrette, mais nous ne pouvons pas hospitalisée la détenue dans nos établissements.
Kevin fulmina.
-         La détenue comme vous dites à un nom : c’est Angelina ! Angelina Fisher ! Je vous ai payé ce que je vous devais non alors maintenant vous allez la soigner !
-         Je suis désolée, Mr Fisher mais votre assurance ne prend toujours pas en charge les soins liés à une grossesse comme celle de votre épouse.
-         Dans ce cas essayer la mienne, dit Angelo qui venait d’arriver.
-         Je regrette, monsieur, dit-elle en revenant quelques minutes après mais la vôtre non plus ne prend pas en charge les soins liés à une grossesse aussi spécifique. 
-         En ce cas prenez la mienne et ne venez pas me dire qu’elle n’est pas suffisante et combien même se serait le cas je paierai tous les frais concernant les soins de Md Fisher.
-         Un instant, Mr, je vous prie.
Pendant ce temps Kevin était retourné aux côtés d’Angelina. Celle-ci était assise ses deux mains sur son ventre.
Kevin lui caressa la tête.
-         Ça va aller, mon amour ton père et Thomas s’occupent de tout.  Je regrette de n’avoir pas été là ce matin quand tu avais tant besoin de moi.
-         Kevin, ne laisse pas Chloe te séparer de nos bébés je t’en supplie.
-         Chloe ne me sépara ni de nos enfants ni de toi.
Angelina se crispa sous le poids de la douleur.
-         Chérie !  Bon sang faites quelque chose ma femme souffre le martyr !
L’infirmière revient quelques minutes plus tard accompagné d’un homme quinquagénaire aux cheveux poivre et sel élégamment vêtu dont l’œil avisé de Thomas et Caroline ne manqua pas de remarquer. L’homme portait un costume des créations Forrester.
-         Permettez-moi de me présenter, je suis le directeur de cet hôpital : Mr Alexander Crawford, je suis désolé mais je crains que nous ne puissions hospitaliser Md Fisher dans nos établissements.
-         Et pourquoi je vous prie, dit Thomas sur un ton impérieux.
-         Ni l’assurance maladie de Madame et Mr Fisher ni celle de Mr Veneziano ne prennent pas en compte les soins liés à une telle grossesse.
-         OK mais je vous ai proposé la mienne et j’ai même ajouté à votre infirmière que si besoin était je couvrirai tous les frais médicaux liés à Md Kevin Fisher.
-         Je regrette, Monsieur mais c’est impossible.
-         Comment ça impossible ? cette femme souffre le martyr et risque de perdre ses bébés, je vous propose de payer les frais médicaux et vous refusez ?
-         J’ai des ordres, Monsieur.
 
Pendant ce temps Caroline voyant la tournure que prenait la discussion et au vu de la souffrance de son amie appela son oncle à Los Angeles.
Chez Spencer communication le téléphone sonna.
-         Spencer Communication, Alison à l’appareil.
-         Alison c’est Caroline. J’appelle de Genoa City, il faut absolument que je parle à mon oncle c’est très grave.   
-         Je vais voir si je peux le déranger.
Alison se leva et alla dans le bureau de Bill. Ce dernier était en pleine discussion avec sa femme Katie. 
-         Bill, votre nièce sur la une. Elle appelle de Genoa City elle dit que c’est très grave. 
Bill décrocha son téléphone.
-         Oui, Caroline qu’y a-t-il ?
-         Oncle Bill, j’ai besoin que tu fasses des recherches sur un certain Alexander Crawford : directeur du Memorial de Genoa City. Je veux tout savoir sur lui jusqu’au moindre détail. Angelina et ses bébés risquent de mourir si on ne fait rien.
-         Considère que s’est fait je me mets immédiatement au travail et je t’envoie tout ça par mail.
Caroline raccrocha.
 
***
 
Chez Spencer Communication Bill appela Alison. 
-         Trouvez-moi tout ce que vous pouvez sur Alexander Crawford : directeur du Memorial de Genoa City. N’importe quoi même s’il a grillé un simple feu rouge je veux le savoir.
-         Bien, Patron !
-         Que se passe-t-il, Bill, dit Katie ?
-         Je n’ai pas tous les détails mais son amie Angelina est en danger de mort.
-         Je ne la connais pas bien mais Caroline, Hope et même Stephy l’adore ! d’après ce que je sais elle est enceinte et sa grossesse est à haut risque. Cela me rappelle ma propre situation lorsque j’attendais Will.
-         Heureusement tout s’est bien terminé.
-         Oui et j’espère qu’il en sera de même pour elle.
-         Voilà, patron, tout ce que j’ai trouvé sur Alexander Crawford, dit Alison en entrant.
-         Hum, intéressant.
-         Je trouve aussi.
-         Qu’en dis-tu, Katie ?
-         Je crois que tu la suffisamment matière à le faire chanter.
-         Je suis surprise que vous approuviez les méthodes de Bill, Kathie.
-         Je ne devrais pas mais cette fois c’est pour la bonne cause. Une femme risque sa vie et celle de ses bébés si on n’agit pas alors si les méthodes de dollar Bill à une bonne cause alors je le soutiens à deux cents pour cents.
 
 
***
 
A Genoa city, la situation stagnait. Angelina avait de plus en plus de douleur, Kevin essayait de se montrer aussi rassurant que possible mais lui-même était très inquiet à mesure que les heures tournaient. En voyant sa femme au plus mal Kevin n’y tint plus.
-         Viens, chérie, dit-il en la prenant dans ses bras, je t’amène dans un autre hôpital.
-         Halte là, dirent les gardes. Reposez immédiatement la prisonnière.
-         Allez au diable ! Ma femme a besoin de soin et elle en aura.
 
***
 
Au poste de police Danielle avait épluché les minutes de l’audience de la mise en liberté sous caution et allait parler avec Michael lorsque son téléphone sonna.
-         Oui, Caroline que se passe-t-il ?
-         Maman, vient vite, Kevin et Angelina ont besoin de toi.
-         J’arrive tout de suite.
 
De son côté Michael avait également été prévenu.
-         Je suppose que vous vous rendez au Memorial, nous gagnerons du temps et économiserons de l’essence si nous nous y rendions ensemble.
-         Que les choses soient bien clair, Maitre Baldwin : il m’est déjà arrivé de coopérer avec des procureurs et parmi mes amis j’en compte un certain nombre d’entre eux mais jusqu’à lors aucun n’avait bafoué la loi comme vous l’avez fait en faisant une chasse aux sorcière.
-         J’ai fait ça moi ?
-         Ne jouez pas au plus fin avec moi. Cela fonctionne peut-être avec votre femme ou vos amis à la solde des Newman et des Abbott mais pas avec moi. Sur ceux mes clients m’attendent. Je vous dis à tout à l’heure à l’hôpital. Ensuite nous nous rêverons devant le juge.
 
 
***
 
Michael et Danielle arrivèrent presque au même moment à l’hôpital.
-         Que se passe-t-il, dit Danielle ?
-         Angelina souffre le martyr et personne ici ne veut la soigner. Thomas a proposé de prendre en charge tous les frais mais ils ont refusé. Kevin a voulu l’emmener dans un autre hôpital mais les sbires de son frère l’ont en empêché sous prétexte qu’Angelina est une détenue. Maman ne peut pas obliger un hôpital à soigner ? Angelina risque de perdre à la fois ses bébés mais aussi sa vie si on n’agit pas au plus vite…
A ce moment son téléphone l’informa de l’arrivée d’un mail. Son visage si fermé cinq minute auparavant s’éclaircit.
Pendant ce temps Michael s’adressa à Kevin.
-         Ou compte tu aller avec la prisonnière ?
-         Cesse de parler de ma femme de cette façon.
-         Ta femme, c’est Chloe ta femme cria, hurla presque Gloria qui venait d’arriver.
-         Allez au diable ! La femme que j’aime c’est Angelina et si je ne fais rien elle et mes filles vont mourir.
-         Je ne suis pas le propriétaire de l’hôpital et s’ils ne veulent pas soigner Angelina ils sont dans leur droit puisque ton assurance ne paye pas.
-         Angelina et tes filles ne vont pas mourir, Kevin. Mon oncle Bill vient de m’informer de choses très intéressante concernant ce cher Alexander Crawford.
-         Vous ne trouverez rien absolument sur moi : je n’ai rien à cacher.
-         Ah non ? il serait vraiment dommage qu’il arrive aux oreilles de votre femme le fait que vous entreteniez une liaison avec une femme deux fois plus jeune que vous. Que penserez cette pauvre femme si riche à qui vous devez tout ce que vous êtes ? Celle par qui vous avez eu ce poste et par qui encore vous pouvez vous acheter des costumes des Créations Forrester.
-         Vous bluffez !
-         Ah vous croyez ?
-         Je ne le crois j’affirme. Soit vous avez un gout assez raffiné pour reconnaitre d’où vienne mes tailleurs mais en dehors de ça…
-         Caroline, cessez ce chantage ridicule. Si Mr Crawford ne veut pas qu’Angelina se fasse soigner dans son hôpital et bien c’est son droit.
-         Je ne vous prendrai pas par les sentiments car je sais que vous n’en éprouvez aucun ni pour votre belle-sœur, ni ses bébés ni même votre frère.
-         C’est faux ! je ferai n’importe pour mon frère !
-         Alors exige qu’Angelina puisse se faire soigner ! Je risque de la perdre et tu t’en tu t’en fiche !
-         Kevin, Angelina te mène par le bout du nez et tu ne le vois pas. Je ne sais pas ce qui t’a pris de t’éprendre de cette bimbo. De plus je ne suis même pas convaincu qu’elle ait vraiment des douleurs. A mon avis elle feint pour échapper à la justice.
-         Tu me dégoute, Michael !
-         En parlant de justice, que dirait Mr le Procureur de savoir que Mr Crawford trompe non seulement de sa femme mais de plus participe à des jeux d’argent qui si je m’abuse sont illégaux dans l’Etat du Wisconsin.
Mr Crawford pâlit.  
-         D’où tenez-vous cela ? Qui êtes-vous ?
-         Oh je ne vous l’ai pas dit ? Je m’appelle Caroline Spencer Forrester. Et oui de Spencer Communication et des Créations Forrester. Mon mari est le styliste de votre costume trois pièces et mon oncle est PDG de Spencer Communication et ma mère en est la Présidente. Alors ? Allez-vous lever l’interdiction de soins ou souhaitez-vous que non seulement toutes ces informations proviennent aux oreilles de votre femme et je vous poursuive en justice pour non-assistance à personne en danger ?
-         Vous ne comprenez pas je n’ai rien contre cette jeune femme et puisque vous ou votre mari je ne sais plus se proposez de payer tous les soins je n’aurais rien contre de laisser mes médecins l’examiner mais j’ai des ordres. Elle a ce qui parait enlever un enfant qui s’avère être une Abbott et son père est marié à Mlle Newman. J’ai reçu des instructions formelles.
-         Parfait alors votre femme sera ravie d’apprendre toutes vos petites soirées privées. 
Joignant le geste à la parole Caroline s’apprêtait à téléphoner à Md Crawford.
-         Non ! je vous en prie, non ! ne dites rien à ma femme. OK, vous avez gagné j’autorise mes médecins à prendre soin de votre amie.
-         En ma qualité de procureur de cette ville je vais être obligé de vous arrêter pour jeu d’argent.
Pendant ce temps Angelina allait de mal en pis. Elle fut soudain saisie d’une douleur lancinante si forte qu’elle se plia en deux avant de s’évanouir.
Kevin poussa un cri de bête.
-         Angelina, mon amour !
-         Maintenant ça suffit, soit vous donnez des instructions à votre équipe médicale de prendre soin de Md Fisher soit je rachète cet hôpital.
-         Vous ne feriez pas ça ?
Caroline saisit son téléphone et appuya sur une touche et mit sur haut-parleur.  
-         Oncle Bill, j’ai besoin d’un service.
-         Tu as besoin d’une autre enquête ?
-         Non. J’aurais besoin que tu achètes le Memorial Hospital.
-         Aucun problème j’appelle immédiatement mon banquier.
 
Après avoir raccroché avec Caroline, Bill appela son banquier. Katie sourit en le voyant.
-         J’ai du mal à reconnaitre Dollar Bill : faire un acte désintéressé.
-         Détrompe-toi, c’est bon pour mon image et je pourrai déduire cela de mes impôts.
Kathie rit.
-         Oui, Brian, j’ai besoin que vous débloquiez des fonds : j’achète le Memorial de Genoa City et n’essayez pas de m’en dissuadez-vous perdriez votre temps.
-         J’ai depuis longtemps appris à mes dépens très souvent, je l’avoue, à ne jamais chercher à discuter avec vous.
-         Parfait. Faites vite s’il vous plait, c’est une question de vie de mort.
-         C’est fait. A partir de cet instant vous le propriétaire d’un hôpital dans le Wisconsin.
-         Parfait. Bill raccrocha avant d’appeler sa nièce. En tant que propriétaire du Memorial Hospital de Genoa je vous nomme toi et Thomas en qualité de co-présidents. A vous de jouer maintenant.
-         Merci, Oncle Bill, je te revaudrai ça. Caroline raccrocha puis s’adressa à Alexander Crawford. Vous allez à présent annoncer à toute votre ancienne équipe que désormais c’est mon époux et moi qui seront aux commandes de cet hôpital.
D’un air misérable, Alexander Crawford convoqua une dernière fois le conseil d’administration et leur informa du changement de direction.
-         Désormais vous dépendrez de Madame et Mr Thomas Forrester.
-         Et de Mr Bill Spencer, compléta Caroline.
-         Avant tout nous voulons vous faire savoir que ni mon épouse ni moi n’interviendront jamais dans aucune décision médicale. Nous nous en remettons à toute l’équipe médicale constituée dans cet hôpital. Si vous avez besoin de quoique ce soit qui puisse abonder dans la guérison des patients n’hésitez pas à nous en faire part. Cela dit en notre qualité de co-présidents cet hôpital notre première décision sera de soigner Md Kevin Fisher.
-         Et la seconde, désormais cet hôpital sera ouvert à tous : y compris à ceux qui n’ont pas d’assurance.
Un des vieux administrateurs se leva. Jeunes gens vous redonnez à cet hôpital son sens premier. Notre regrettée Md Chancellor, fondatrice de cet hôpital a toujours voulu abonder dans ce sens.  
Thomas sourit.
-         Ma grand-mère Stéphanie Douglas Forrester était l’une de ses bonnes amies.
 
Quelques étages plus bas le docteur Nath Hasting et son équipe prirent enfin en charge Angelina. Kevin voulu rentrer mais il l’en empêcha.
-         Laissez-moi faire mon travail.
-         Il a raison, Kevin, laisse-le travailler lui et son équipe. Docteur Hasting, si vous avez besoin de quoique ce soit dites-le nous.
-         Je vous remercie. Si besoin est je vous en ferais part.
 
***
 
Une réunion de famille se tenait au manoir Abbott.
-         Elle nous a menait en bateau : j’avais confiance en elle. Je n’arrêtais pas de dire à ma fille de ne pas la traiter d’abrutie, sorcière ou je ne sais quel sobriquet. Je me suis même fâchée avec ma femme lorsqu’elle et Chloe complotait pour la faire sortir de la vie de Kevin. Mais elle m’a bien eu : elle a profité de mon absence pour tenter de kidnapper ma fille et non contente de cela la aussi violentée. Elle me le paiera. Je vous jure qu’elle va me le payer.
-         Billy, si tu as besoin d’aide n’hésite pas. Je ne le connais pas très bien mais le peu que j’en ai vu elle m’avait paru une fille très gentille. Jamais je ne l’aurais cru capable de faire ça à une enfant et à fortiori une Abbott.
-         Merci, Jack. Victoria en a parlé à Victor et il est bien décidé lui aussi à lui faire payer sans compter le clan Chancellor et les Femnore. Chloe en a parlé à Jill qui a téléphoné à Lauren : la meilleure amie de Chloe. Tout le monde réclame justice.
-         Tu peux aussi compter sur mon aide. Je n’ai jamais pu encadrer cette Angelina. Je me demande ce que Kevin lui trouve. Attends un peu que Daniel soit informé de ce qu’elle a fait il réussira à raisonner Kevin et il la quittera. Les jours du mariage de Kevin et Angelina sont comptés.
-         Merci, Phyllis. Cela me touche beaucoup venant de toi.
-         De rien, Billy. Il est vrai que nous n’avons pas toujours étés les meilleurs amis du monde toi et moi mais désormais je suis une Abbott et cette fois je le resterai. De plus Chloe est mon amie. Je n’ai pas oublié qu’elle m’a invité à son mariage avec Kevin. Je ferai tout pour que justice soit faite.
-         Tu peux aussi compter sur tes sœurs. Personne ne s’en prendra un membre de notre famille sans avoir à le payer.
-         Merci, les filles. Je savais que je pouvais compter sur vous.
-         Je te l’avais dit cette fille n’a pas sa place dans nos vies mais tu ne voulais pas m’écouter. Maintenant elle va finir sa vie derrière les barreaux et nous serons enfin débarrassés d’elle une fois pour toute. Kevin la quittera et retournera vers Chloe son grand amour. Deliah retrouvera son beau-père et sa maison et Johnny aura enfin son parrain et sa marraine réuni et tout ira bien pour les Abbott et les Newman.
Seul Kyle ne disait mot mais personne n’y prêta attention habitués qu’ils étaient au silence du jeune homme.
 
 
 
***
 
A l’hôpital Kevin, anxieux attendait des nouvelles de sa femme aux côtés d’Angelo.
-         Je regrette de t’avoir donné mon feu vert pour venir la voir à Los Angeles. J’aurais mieux fait de te dire que son cœur était pris au moins ma Princesse ne serait pas dans ce lit d’hôpital à se battre pour sa vie. Mais elle t’aimait. Elle t’aimait tellement ! Même lorsqu’elle croyait qu’il n’y aurait jamais aucun espoir entre vous tu étais le seul qui occupait ses pensées et son cœur.
Kevin leva les yeux vers son beau-père.
-         Angelo, je l’aime moi aussi. Je l’aime plus que les mots peuvent l’exprimer : je l’aime plus que ma propre vie.
-         Je sais. Je l’ai toujours su même lorsque Angelina et toi n’y croyaient pas je savais qu’au fond de toi tu étais tombé amoureux de ma Princesse sinon pourquoi m’aurais tu appelé pour me dire le piège que Chloe et Abby lui tendaient pour Carmine ? Tu te n’en rendais pas compte mais à cet instant j’ai eu confirmation de mes soupçons : tu étais amoureux de ma Princesse.
Kevin soupira.
-         Je n’en sais rien, c’est possible mais je sais une chose en tout cas : aujourd’hui je l’aime : je l’aime à en mourir. Je ne supporterais pas de la perdre.
A cet instant le docteur Hasting s’avança vers Kevin et Angelo. Ils se levèrent de façon simultané.
-         Docteur Hasting comment va ma femme ? Comment va Angelina ?
-         Oui, Docteur, comment va ma fille ?
-         Surtout dites-moi toute la vérité, n’essayez pas de m’épargner même si ce n’est pas que je veux entendre je veux savoir.
-         Pour le moment son état est stable. Cela dit elle a une hypertension artérielle gravidique qui me fait redouter une pré éclampsie. Cela arrive parfois dans le cas de grossesse gémellaire et à fortiori avec le stress subi ces dernières semaines.
-         Est-ce sa vie ou celle de mes enfants est en danger ?
-         Pour le moment non mais nous devons éviter à tout prix qu’elle ne sombre dans le coma. Si tel était le cas vous seriez dans l’obligation de faire un choix.
-         Un choix ?   
-         Un choix redoutable : je me verrais dans l’obligation de vous demander de choisir entre la vie de votre femme et celle de vos enfants.
-         Kevin, Angelo ! dirent Mackenzie et JT qui arrivaient.
-         Mack, JT ? Que faites-vous ici ?
-         Caroline nous a prévenu. Comment va Angelina ?
-         Angelo vous expliquera. Ne m’en veuillez pas mais je veux voir ma femme.
-         Bien sûr. Embrasse là pour nous, dit Mack.
Kevin hocha de la tête puis disparu dans les couloirs. Il entra dans la chambre de sa femme. Celle-ci dormait. Il se pencha sur elle et lui donna un baiser sur ses lèvres.
Elle ouvrit les yeux.
-         Kevin, dit-elle faiblement.
-         Désolé, mon amour, je ne voulais pas te réveiller.
Il prit sa main dans les siennes et l’embrassa.
-         Tu as vu le médecin que t’a-t-il dit ? Comment vont les bébés ?
-         Nos filles se portent bien : ce sont des battantes comme leur maman.
-         Kevin, fait moi une promesse.
-         Tout ce que tu voudras, mon amour.
-         Ne laisse pas Chloe t’éloigner de nos enfants lorsque je ne serai plus là.
-         Angelina, je ne veux pas t’entendre parler comme ça ! Je t’aime, Angelina, et c’est avec toi que j’ai envie de vivre et d’élever nos enfants.
-         Rends-toi à l’évidence, mon amour, je me suis battue mais j’ai perdu. Je suis fatiguée, tellement fatiguée.
-         C’est la maladie mais le Dr Hasting et son équipe font tout pour te soigner.
Angelina secoua la tête en signe de négation.
-         Je t’aime aussi, Kevin. Je t’ai toujours aimé même lorsque je croyais que tout étais fini qu’il n’y aurait aucun espoir pour nous je t’aimais encore et je t’aimerai toujours. Tu te souviens : jusqu’à ce que la mort nous sépare et même au-delà.
-         Tu ne vas pas mourir. Du moins pas maintenant nous avons encore de belles années à vivre tous les deux. Tous les quatre même et encore plus si tu le souhaite et si les médecins t’autorisent bien sur car il est bien évident que je ne courrais pas le risque de te perdre.
-         Cela fait beaucoup de « si » tu ne crois pas, mon amour ?
-         Je n’en sais rien et je m’en fous. Tout ce que je sais c’est que je t’aime et je veux passer ma vie avec toi. Tu es ma femme, ma compagne, la mère de mes enfants, ma maitresse mais tu es avant et surtout mon seul Amour. Je n’ai jamais éprouvé ce genre de chose auparavant : ni pour Jana ni pour Chloe. Tu es la seule, la seule Angelina, mon amour.
-         Je t’aime moi aussi mais ils ont gagné. Même si je survis ils m’enverrons en prison pour un bon nombre d’année et il est hors de question de te voir passer ta vie à m’attendre.
-         De ce côté-là, Danielle s’occupe de tout et toi de ton coté tu dois faire tout ce que le médecin te prescrira. Lorsque tu seras sortie d’ici, toi et moi nous partirons loin d’ici, loin de Genoa City. Nous vendrons la maison, le Neon Ecarlate et nous irons vivre à Los Angeles auprès de nos amis ou ailleurs ça m’est égal. Tout ce qui compte c’est d’être ensemble. Chérie, essaye d’imaginer notre vie avec nos enfants. Nous aurons une vie tellement belle. Angelina, tu m’entends ?
Les larmes coulaient sur les yeux de Kevin, la main de sa femme toujours dans les siennes.
-         Angelina ?
-         Angelina ! cria-t-il d’un cri étranglé. Angelina !
Angelina s’était évanouie.
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
L'hopital
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chartre de l hopital militaire de l'ost Artésien
» Operations de protection du Morne l'Hopital
» Hopital de Konoha
» Excuses de l' hopital!!!
» LA HIÉRARCHIE DE L'HOPITAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Retrouvailles-
Sauter vers: