Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Viol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Viol    Jeu 10 Déc - 23:05


Il était onze heure moins cinq le lendemain lorsque Angelina arriva à l’Athletic Club. Kevin avait préféré ne pas faire ingérence dans le travail de son épouse était parti travaillé au Neon Ecarlate comme à son habitude.
Angelina arriva à la table où se trouvait Andrew Miller. Ce dernier était un homme d’une trentaine d’année, brun au physique attrayant vêtu d’un costume à la fois jeune mais élégant taillé sur mesure. 
-         Andrew Miller ?
-         Angelina Veneziano, quel plaisir de vous rencontrer enfin ! Je vous en prie, prenez place, dit-il en lui montrant la chaise en face de lui.
-         Merci. C’est Angelina Fisher maintenant, dit-elle en s’installant pendant qu’un serveur poussait sa chaise avec une élégance d’un autre temps.
-         Je me réjouis que vous m’ayez téléphoné. Depuis le temps que j’espérais que nous coopérions ce jour est enfin arrivé.
-         J’ai été flatté par votre offre l’année dernière mais j’étais sous contrat avec une maison de disque basé ici même à Genoa City.
-         Le studio de Devon Hamilton c’est bien ça ?
-         En effet.
 
A ce moment précisément Devon aperçu Angelina assise à une table et de l’endroit où il se trouvait il put parfaitement reconnaitre Andrew Miller.
-         Je n’y crois pas, s’écria t’il abasourdi.
-         Qu’y a t’il demanda Lyly ?
-         C’est Andrew Miller !
-         Qui est ce ?
-         C’est un des plus grand, si ce n’est le plus grand producteur de musique de tout Nashville ! Mais que fais Angelina avec lui ?
-         Ça ne te regarde pas. Je te rappelle que tu la renvoyée.
-         Lyly, je n’avais pas le choix.
-         On a toujours le choix. Tuker t’avait proposé de t’aider mais tu as refusé.
-         J’étais persuadé qu’elle finirait en prison.
-         En prison pour quoi ? Pour être tombée amoureuse de Kevin ? Devon, soit un peu sérieux elle n’a rien fait d’illégal. Mais ce qui est fait est fait. On ne peut changer le passé. As-tu songé à lui présenter des excuses et lui demander si elle voulait bien revenir ?
-         Non et pour tout te dire c’est peut-être mieux ainsi. Angelina a du talent mais elle n’arrivera jamais au niveau d’excellence que je veux atteindre et pour ça il faut que je mise plus haut. J’ai entendu dire que le groupe U2 serait bientôt sur le marché j’ai bien l’intention de leur proposer un contrat qu’ils ne seront pas en mesure de refuser. Pour cela je dois m’agrandir c’est pourquoi je vais déménager.
-         Déménager ?
-         Oui, j’ai l’intention de transformer toute une aile de la Résidence Chancellor en studio d’enregistrement. 
-         Quoi ? Tu en as parlé à Jill et Esther ?
-         C’est la résidence de ma grand-mère elles n’ont rien à dire.
-         Jill possède la moitié de la propriété je te rappelle.
-         Et bien si elle n’est pas d’accord je lui rachèterais ses parts.
-         Devon !
-         Je t’en prie, Lyly, pas de leçon de moral.
 
 
***
 
-         Angelina, je vais être franc avec vous, j’aime beaucoup ce que vous avez fait depuis vos débuts dans la chanson mais ce que je vais proposez est d’un niveau bien plus élevé que celui que vous avez connu. Vous aurez un rythme de travail bien plus soutenu : de nombreuses répétitions en studio, je vous ferai paraitre dans toutes les émissions musicales ou presque, des concerts plusieurs fois par an et pas uniquement aux Etats Unis. Vous parcourez le monde. En très peu de temps vous serez n° 1 au hit-parade et comme cachet vous toucherez 50% sur tout que vous produirez ou animerez. Voici une estimation en chiffre qui vous parlera davantage. Tenez regardez.
Angelina ne regarda pas les chiffres.
-         Mr Miller…
-         Andrew, appelez-moi Andrew.
-         Andrew, je suis désolée, mais je vais devoir refuser.
-         Je vous demande pardon ? Angelina vous n’avez pas même pas regardez les estimations faites par mon comptable.
-         Je n’en ai pas besoin. Je suis sure qu’il y’a plus d’argent que je ne pourrais jamais espérer mais…
-         Non, pas de « mais » Angelina, réfléchissez à toutes les opportunités qui s’offriront à vous.
-         C’est tout réfléchi. Je suis mariée. Si je signais avec vous je n’aurai plus de temps pour mon mari et ma famille.
-          Ne dites pas non, Angelina, réfléchissez, nous serons ensemble, dit-il en souriant. Nous serons ensemble de partout à Londres, à Paris, à New York, à Rome, Milan… nous ne nous quitterons pas. Vous êtes tellement belle !
Andrew Miller lui caressa la main posait sur la table. Main qu’elle retira aussitôt.
-         Je vous défends de me toucher !
-         Angelina, je suis fou de vous. Vous me rendez dingue : je vous aime depuis le premier jour où je vous ai entendu chanter. Je rêve de vous chaque soir…
Angelina se leva de table furieuse. Ses yeux lançaient des étincelles.
-         Je suis mariée et fidèle à mon époux.
-         Angelina, je vous en prie… dit-il en l’attrapant par le bras pour l’empêcher de partir.
Angelina se retourna et le gifla sous le regard stupéfait de tous les clients.
-         Partez ! Retournez d’où vous venez et surtout ne me rappelez jamais !
Elle sortit du restaurant en courant mais il la rattrapa et l’attrapa derechef par son bras, plaqua de force ses lèvres sur les siennes et tenta de la violer. Elle se débâtit et le gifla mais il coucha au sol et commença à la déshabiller mais quelqu’un vint à son secours et la releva pendant qu’une autre personne attrapa les poignets d’Andrew Miller par derrière et le menotta avant de lui lire ses droits.
Angelina était pale comme une morte.
-         Angelina est-ce ça va ?
-         Michael ?
-         Ne crains rien, je suis là pour t’aider.
Angelina était pétrifiée.
-         Kevin, je veux voir Kevin. 
-         Je vais le prévenir mais d’abord je te conduis à l’hôpital.
-         Non ! Je veux voir mon mari.
-         Tu vas le voir, je vais le prévenir de nous rejoindre à l’hôpital.
-         Il… il ne m’a pas touché. Tu es arrivé à temps.
-          OK mais tu as quand même subi un choc. Dans ton état ce n’est pas recommandé. Allez viens, ne discute pas !
En entendant les sirènes de police et les cris d’Angelina plusieurs personnes s’étaient précipités à l’extérieur dont Lyly Hasby, Devon et Noah Newman qui était assis avec eux.
-         Angelina, que s’est -il passé ? Est-ce cet homme t’a fait du mal ?
Toujours sous le choc, Angelina ne répondit pas.
-         Angelina n’est pas en état de te répondre, Lyly. Je la conduis à l’hôpital. Cet homme a tenté de la violer. Par chance Ronan et moi étions dans les parages. Nous sommes arrivés avant que ça ne dégénère encore plus.
Horrifié le regard de Lyly passait d’Angelina à Andrew Miller.
-         Michael, si je peux faire quoique ce soit pour aider n’hésite pas à le dire.
-         Oui, Noah, tu peux. Si tu as vu quelque chose ou si tu connais cet homme tu pourras répondre à certaines de mes questions, dit Ronan.
-         Ronan, je vous laisse vous occuper de lui.
-         Ne craignez rien : je lui ai lu ses droits et je l’emmène au poste.
-         Allez viens, dit Michael à sa belle-sœur en l’attrapant amicalement par la taille pour la conduire à sa voiture.
-         Kevin, je dois le prévenir. Il sait que j’ai RDV avec… avec ce type, il risque de s’inquiéter si je ne lui donne pas de nouvelle.
-         Ne t’inquiète pas lorsque on sera dans la voiture je le préviendrai.
 
***
 
Au Neon Ecarlate Kevin discutait avec Eden.
-         Angelina a RDV avec Andrew Miller à l’Athletic Club.
-         Andrew Miller ? Le producteur de Nashville ?
-         Lui-même.
-         Mais c’est génial ! Angelina va jouer dans la cour des grands.
-         Je n’ai jamais été aussi fier de ma femme.
-         Tu es fou amoureux d’elle, dit Eden en riant.
-         Je plaide coupable, votre Honneur, répondit-il sur le même ton.
A cet instant son téléphone cellulaire sonna. Appel entrant Michael indiquait l’appareil. Kevin rejeta l’appel.
-         Tu ne réponds pas ?
-         C’est Michael. Je ne vois pas ce qu’il aurait à me dire.
Michael réitéra mais derechef Kevin rejeta son appel.
-         Peut-être devrais tu répondre si Michael insiste c’est surement important.
-         Je ne vois pas ce qui pourrait être important venant d’un frère qui déteste littéralement ma femme et fait tout pour détruire mon mariage.
 
***
 
-         Kevin refuse de me répondre. C’est le garçon le plus entêté que je n’ai jamais connu.
Angelina ne répondit pas : elle était comme dans un autre monde. Michael téléphona derechef à Kevin mais de nouveau celui rejeta l’appel. En dernier recours Michael téléphona à Eden.
-         C’est Michael, dit-elle à Kevin en entendant son téléphone vibrer. Elle décrocha.
-         Oui, Michael !
-         Eden, est ce Kevin est près de toi ?
-         Oui.
-         Passe-le-moi, s’il te plait c’est important.
-         Michael veut te parler. Il dit que c’est important.
-         Je n’ai absolument rien à dire à un frère qui veut détruire mon mariage.
-         Il refuse de te parler.
Michael fulmina.
-         Quel entêté ! Bon alors dis-lui de venir immédiatement me rejoindre au Memorial.
-         A l’hôpital ? Pourquoi tu es malade ?
-         Pas moi : Angelina.
-         Angelina ?
En entendant le prénom de sa femme Kevin prêta attention à la conversation.
-         Angelina a été victime d’une tentative de viol. Je la conduis à l’hôpital.
-         Oh mon Dieu ! Mais quand, ou comment ?
-         Que se passe-t-il, Eden ? Il est arrivé quelque chose à Angelina ?
-         Eden, passe-moi Kevin !
-         Michael, que se passe-t-il ? Il est arrivé quelque chose à Angelina ?
-         Kevin, rejoins-moi aux urgences du Memorial.
-         Que se passe-t-il, ou est ma femme ?
-         Rejoins-moi aux urgences. Je dois raccrocher.
-         Michael dis-moi ce qui se passe… Il a raccroché. Je dois y aller. Ou sont mes clés… Eden que t’as dit Michael très exactement ? Qu’est-il arrivé à Angelina : un accident ?
-         Pas exactement.
-         Ça veut dire quoi pas exactement ? Eden, dis-moi ce qui se passe avec ma femme ?
-         Angelina a été victime d’une tentative de viol.
-         Comment ? Quand, où comment ?
-         Je ne sais pas. Je n’ai pas toutes les informations en main.
-         Je dois y aller… Où sont mes clés ?...
-         Pas question que tu ailles seul je viens avec toi.
 
 
***
 
Kevin et Eden arrivèrent à l’hôpital où ils trouvèrent Michael entrain d’attendre dans le couloir.
-         Ou est Angelina, ou est ma femme, Michael ?
-         Les médecins sont entrain de l’examiner.
-         Que s’est il passé ?
-         Elle a été victime d’une tentative de viol. Par chance Ronan et moi arrivions devant l’Athletic Club et sommes intervenus à temps.
-         Viol ? Au mon Dieu ! Est-ce elle va bien ? Est-elle blessée ?  Michael, parle bon sang !
-         Kevin, reprend ton sang-froid veut tu ? Calme-toi.
-         Que je me calme ? comment veux-tu que je me calme ? Tu viens de me dire que ma femme a été victime d’une tentative de viol et tu voudrais que je me calme ?
-         Ecoute, je comprends que tu puisses être inquiet pour Angelina…
-         Inquiet ? C’est un euphémisme : je suis mort d’inquiétude. 
-         Je comprends mais reprends-toi. Tu n’aideras en rien Angelina si elle te voit dans cet état.
-         Qui est l’ordure qui a fait ça que je lui règle son compte et on en finisse.
-         Je ne sais encore rien. Je ne l’avais encore jamais vu en ville.
-         Andrew Miller. Il s’appelle Andrew Miller. C’est un producteur de Nashville…
-         Andrew Miller ? C’est lui qui a tenté de violer ma femme ?
-         Tu le connais, demanda Devon surpris.
-         Angelina avait RDV avec lui ce matin afin de signer un contrat éventuel. 
-         Donc elle le connaissait ? dit Michael. L’avait-elle déjà rencontré auparavant ?
-         Juste une fois à l’époque où elle vivait à Los Angeles. Il lui avait proposé de travailler pour lui mais elle avait refusé car elle ne voulait pas blesser son ami Devon en rompant le contrat qui les liaient. Ami qui lui n’a pas hésité à lui flanquer un poignard dans le dos pour de l’argent !
-         OK, revenons à aujourd’hui. Tu disais qu’elle avait donc RDV avec lui.
-         Oui. Ecoute, Michael, pour le moment ce qui me préoccupe le plus est de savoir comment va ma femme.
-         Les médecins sont en train de s’occuper d’elle. Tu ne peux rien faire de plus que de rester ici et attendre.
-         C’est facile à dire pour toi, tu te contrefiche d’Angelina. Tu ne l’as jamais aimé. Pour toi ce n’était qu’une… quel mot avait tu employé par le passé en parlant d’elle : ah oui une bimbo !
-         Kevin, je sais que tu vas avoir du mal à me croire mais je suis moi aussi inquiet pour Angelina.
-         Tu as raison, je ne te crois pas.
-         Ecoute, je sais que je me suis mal comporté envers elle et envers toi…
Ils furent interrompus par l’arrivée du médecin.
-         Vous êtes de la famille d’Angelina Fisher ?
-         Je suis son mari : Kevin Fisher. Dr comment va ma femme ?
-         Je vous rassure elle va bien. Secouée mais elle va bien.
-         Dieu soit loué. Dr ma femme est enceinte de jumeaux est ce nos bébés vont bien ?
-         Oui elle me l’a dit. Un obstétricien l’a examiné : rassurez-vous votre femme et vos enfants se portent bien.
-         Puis je la voir ?
-         Bien sûr.
 
***
 
-         Chérie.
-         Kevin !
Angelina se redressa et se jeta dans les bras de son mari.
-         Andrew Miller… il m’a fait des avances et comme je n’ai pas donné suite alors… J’ai eu tellement peur. Les bébés…
-         Chut, calme toi, dit-il en lui caressant les cheveux, Dieu merci, il n’a pas réussi à te toucher : nos bébés et toi allaient bien c’est tout ce qui compte sinon je l’aurais tué de mes propres mains et même comme ça j’aimerais le réduire en bouillie pour avoir osé porter ses sales pattes sur toi, mon amour.
-         Kevin, je t’en prie, mon amour, ne fait pas ça. Je ne veux pas que tu salisses les mains à cause de lui.
-         Pas à cause de lui, mon cœur, mais pour toi.
-         Laisse la justice faire son travail.
-         Angelina a raison. Laisse faire la justice.
-         Michael ? Qui t’a donné l’autorisation de rentrer ?
-         Chéri, laisse-le, c’est grâce à lui si Andrew Miller n’est pas allé jusqu’au bout.
-         Oui et pour ça je t’en serai reconnaissant pour la vie mais ma femme n’est pas en état de subir un interrogatoire pour le moment.
-         Kevin, si tu veux voir ce type croupir pour bon nombre d’année pour ce qu’il a fait à ta femme je dois pouvoir l’interroger.
-         Qu’est qui me dis que tu comptes vraiment envoyer ce sale type derrière les barreaux ? Il n’y a encore pas si longtemps c’était ma femme que tu voulais envoyer en prison si elle ne renonçait pas à notre mariage.
-         Kevin, mon amour, Michael m’a sauvé la vie. Sans son intervention Andrew Miller m’aurait certainement violé et pu même me tuer. A l’heure qui est nos bébés et moi ne serions plus là.
-         Je te remercie de prendre ma défense, Angelina mais Kevin a raison. Il n’y a encore pas si longtemps j’étais prêt à t’envoyer à l’échafaud pour ma carrière politique. J’avais oublié jusqu’à aujourd’hui pourquoi j’étais devenu procureur. Je voulais rendre ce monde meilleur en débarrassant cette ville des voyous et criminels comme cet Andrew Miller.
-         Tu te sens capable de répondre aux questions de Michael ?
-         Oui.
-         Promets-moi si tu te sens fatiguée de lui demander d’arrêter.
-         Ça ira, ne t’inquiètes pas. Vas-y, Michael, que veux-tu savoir ?
-         Comment as-tu connu Andrew Miller ?
-         Je l’ai vu pour la première fois lorsque j’habitais Los Angeles. Il avait assisté à un de mes concerts et était venu me trouver après dans ma loge. Il voulait que je travaille pour lui mais j’étais sous contrat avec le studio de Devon je ne voulais pas le laisser tomber. J’ai refusé. Néanmoins il m’avait laissé sa carte au cas où un jour je changerais d’avis. J’étais flattée qu’un grand producteur comme Andrew Miller puisse s’intéresser à moi mais j’ai cependant jeté sa carte. J’étais sous contrat avec Devon et je le considérais comme un ami. Je n’avais pas de raison de changer de producteur. Lorsque Kevin et moi sommes rentrés de notre lune de miel j’ai contacté Devon afin qu’il m’écrive de nouvelles chansons. Il devait me rappeler mais au lieu de ça il m’a laissé tomber persuadé que j’allais finir mes jours en prison. Lorsque Avery m’a assurée que je ne risquais rien sous les conseils de mon mari j’ai rappelé Andrew Miller.
-         Chérie, est ce ça va ?
Angelina commençait à avoir des crampes. Elle mit sa main sur son ventre.
-         Ça ira. C’était juste une petite crampe. C’est normal dans mon état.
-         Tu en es sure ?
-         Mais oui, ne t’inquiètes pas. Le soir de Thanksgiving il m’a contacté pour me fixer un RDV pour aujourd’hui au club. Au début tout se passait bien mais lorsque j’ai refusé son contrat c’est là que tout a dérapé.
-         Pourquoi as-tu refusé son contrat ? Il ne t’offrait pas assez ?
-         Il m’offrait plus d’argent que je ne pouvais en rêver. Kevin et moi n’aurions plus de problème de ce côté-là.
-         Pourquoi avoir refusé dans ce cas ? Avait-il été trop entreprenant ?
-         Non, pas à ce moment-là.
-         Dans ce cas pourquoi ? tu pouvais faire ce qui te plaisait : chanter, gagner de l’argent et ne pas être séparé de Kevin contrairement au contrat qu’Abby et Victoria te proposaient.
-         Chantage tu veux dire, répliqua Kevin sur un ton méprisant.
-         C’est justement là le problème. Si j’avais accepté son offre je n’aurais plus jamais eu une minute pour mon mari, ma maison et nos enfants à venir. C’est pourquoi j’ai refusé.
-         C’est donc là que cela a dérapé.
-         Oui.
-         Raconte-moi comment ça s’est passé.
-         Ça suffit, Michael. Angelina doit se reposer.
-         Ça va aller, mon cœur.
-         Il a commencé à devenir plus entreprenant, à me faire une déclaration de ses sentiments. J’ai tenté de le raisonner en lui disant que j’étais mariée mais cela ne l’a pas arrêté. Il m’a alors touché la main et lorsque j’ai voulu partir il m’a retenu par le bras alors je l’ai giflé et je suis sortie mais il m’a suivi, m’a rattrapé et…
Angelina ne put continuer.
-         Michael, pour l’amour du ciel, stop ! Ma femme n’en peut plus. Elle doit se reposer.
-         J’ai fini. J’ai tout ce qu’il me faut pour l’inculper. Je vais vous laisser maintenant. Angelina, Kevin : je n’ai pas encore eu l’occasion de vous féliciter. C’est chose faite à présent et j’ose espérer que nous pourrons former une famille.
-         Cela ne dépend que de toi, Michael.
-         C’est que j’ai toujours voulu pour Kevin. Je n’ai jamais voulu qu’il ait à choisir entre sa famille et moi.
-         Il n’aura plus à le faire.
A ce moment-là Angelina fut prise de très forte douleurs au bas ventre et se crispa de douleur.
-         Angelina, chérie, que se passe-t-il ?
Kevin appuya sur le bouton d’appel tandis que Michael sortit de la pièce pour appeler un médecin.
-         Docteur, s’il vous plait, Md Fisher se trouve mal.
-         Michael, que se passe-t-il ?
-         Je n’en sais rien, Eden. Elle allait bien et tout un coup son visage s’est crispé et elle s’est tordue de douleur.
-         Angelina, mon amour, qu’est que tu as ?
Le médecin et le corps médical arrivèrent sur les lieux.
-         S’il vous plait écartez-vous, laissez-nous faire notre travail.
-         Mes bébés… je ne veux pas perdre mes bébés. Kevin, dis leur…
-         Angelina, calme toi mon amour.
-         Monsieur, sortez s’il vous plait. Laissez nous nous occuper de notre patiente.
-         Kevin, que se passe-t-il ?
Kevin était aussi pale qu’un linge sortit tout droit de la blanchisserie. Il ne répondit pas à la question d’Eden. Quelques minutes plus tard qui parurent à Kevin des heures interminables un médecin vint le trouver.
-         Kevin Fisher ? Je suis le Docteur Nathan Hasting.
-         Dr comment va ma femme ?
-         Nath ? C’est toi qui t’occupe d’Angelina ?
-         Lyly ? Tu connais Angelina ?
-         Kevin et elle compte parmi mes meilleurs amis.
-         Docteur, comment va ma femme ? Que lui est-il arrivé ?
-         Je vous en prie appelez-moi Nath. Angelina a eu des crampes suite à son état. Ce qui est assez courant avec une grossesse comme celle de votre femme.
-         Du fait qu’elle attende des jumeaux ?
-         Oui. En particulier lorsqu’il s’agit de jumeaux monochoriaux monoamniotique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Viol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Retrouvailles-
Sauter vers: