Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Adam
Derniers sujets
» Colin perd son sang froid
Revelation  I_icon_minitimeJeu 12 Sep - 21:39 par Angelina Fisher

» Montage
Revelation  I_icon_minitimeMar 3 Sep - 18:14 par Angelina Fisher

» Melancolie et demande en mariage
Revelation  I_icon_minitimeDim 1 Sep - 20:47 par Angelina Fisher

» Chequamegon
Revelation  I_icon_minitimeJeu 15 Aoû - 22:16 par Angelina Fisher

» Disparition
Revelation  I_icon_minitimeMer 7 Aoû - 20:52 par Angelina Fisher

» Detonation
Revelation  I_icon_minitimeDim 28 Juil - 21:54 par Angelina Fisher

» Quand les femmes s'en mêle
Revelation  I_icon_minitimeMer 17 Juil - 22:15 par Angelina Fisher

» Independence Day
Revelation  I_icon_minitimeJeu 4 Juil - 22:31 par Angelina Fisher

» Revelation
Revelation  I_icon_minitimeJeu 4 Juil - 21:49 par Angelina Fisher

Septembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine

Partagez
 

 Revelation

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
Angelina Fisher

Messages : 463
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 49
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

Revelation  Empty
MessageSujet: Revelation    Revelation  I_icon_minitimeJeu 4 Juil - 21:49


Abby n’avait pas revu Carmine depuis le mariage de Lucy. Pourtant ces quelques jours passés avec lui firent réalisé qu’elle était réellement amoureuse de lui et que ces sentiments étaient réciproques. Malgré cela elle devait taire ses sentiments. Cet amour devait être oublié à tout jamais. Kevin et Angelina étaient ses meilleurs amis, elle n’avait pas le droit de leur faire ça. Elle plongea donc corps et âme dans le travail.
 
 
Du coté de Colin tout allait pour le mieux. Son plan et celui d’Hillary fonctionnait à merveille. Le piratage avançait mais pas assez rapidement pour Hillary qui voulait passer à l’étape supérieure contre l’avis de Colin.
-         Hillary, nous ne pouvons-nous pas nous permettre d’accélérer les choses au risque de nous faire prendre.
Hillary ricana.
-         J’aimerais bien savoir par qui ! Le service informatique de Newman Entreprise est complètement nul ! et Dieu merci Kevin Fisher ne travaille plus pour la police. Angelo Veneziano est mort depuis près trois ans et plus personne ne s’en soucie : pas même Paul Williams ! D’ailleurs même s’il reprenait l’enquête, il ne remonterait jamais jusqu’à nous. Nous avons commis le crime parfait une fois de plus, dit-elle avec le même sourire sadique que Colin.
Pourtant Colin semblait être ailleurs. Hillary, à qui rien n’échappait s’en rendue compte.
-         Tu sembles préoccupé ?
Colin soupira.
-         En effet, je le suis !
-         Que se passe-t-il ?
-         J’ai reçu un mail de Jimmy hier. Il réclame une chose à laquelle je ne me serais pas attendu.
-         Que veut-il encore de l’argent ?
-         Pas simplement.
-         Que pourrait-il vouloir de plus ?
-         Toi !
-         Comment ? dit Hillary ahurie.
-         Tu as bien entendu, il te veut toi sinon…
-         Sinon quoi ?
-         Il nous dénoncera à la police !
-         Quoi ! Tu plaisantes ? Colin ?
-         Ai-je l’air de plaisanter ? Jimmy veut que tu couches avec lui sinon il dira à la police tout ce qu’il sait.
-         S’il fait ça il tombe avec nous !
-         Il le sait mais cela lui est égal.
Hillary était comme folle. Elle tourna en rond dans la pièce pendant au moins cinq bonnes minutes avant de s’arrêter et se tourner vers Colin.
-         Il faut en parler à sa femme !
-         Crois-tu que je t’aie attendu pour le faire ? Dès qu’il m’en a parlé j’ai appelé Carroll.
-         Et ?
-         Et ? Et elle a eu un rire cynique au téléphone en disant que Jimmy et elle étaient libre d’avoir les partenaires qu’ils voulaient quand ils voulaient.
-         Je les croyais plus unis que ça !
-         Il faut croire que nous nous sommes trompés sur toute la longueur d’onde.
Hillary réfléchit un instant.
-         OK, dans ce cas il ne nous reste qu’une seule solution : l’éliminer !
-         Whaoo ! Ça c’est une idée lumineuse, Hillary ! Le tuer ! Crois-tu que cela ne m’a pas traversé l’esprit ? Évidemment que j’y ai pensé ! Je pourrais le tuer que personne ne s’en rendra compte et vu ce que Caroll s’en soucie ce ne serait pas un énorme problème.
-         Bien dans ce cas qu’attends tu pour le faire ? Si tu ne veux pas t’en charger tu pourrais faire appel à un de nos hommes ce ne serait pas un problème.
Colin fulmina. Son visage devint écarlate.
-         Ça t’arrive de réfléchir deux minutes, bon dieu ! Bien sûr que je pourrais le tuer, bien sûr qu’un de nos hommes pourrait s’en charger et cela passera tout au plus dans la rubrique des faits divers et encore ce n’est pas certain. Son ton se radoucit. Mais essaye de réfléchir, si je faisais cela qui va nous établir de faux certificats de décès quand nous aurons besoin d’un nouveau-né ? D’une transplantation d’organe immédiate ? Et puis qui nous dit qu’il n’a pas établi son propre réseau avec des documents montrant nos activités ? Est-ce tu penses à ça ? Est-ce tu penses à ça, Hillary ?
La voix de Colin tremblait de colère et de rage.
-         Alors que fais-t-on ? dit-elle d’une voix étranglée.
-         Que veut tu que nous fassions ? Nous n’avons pas le choix. Couche avec lui !
 
 
Kevin était en proie aux tourments. Cette histoire avec Angelo lui pesait. Il détestait mentir à sa femme pourtant c’est ce qu’il faisait. Du moins était-ce son sentiment. Il fallait qu’il en parle à quelqu’un s’il ne voulait pas exploser. Angelina étant au studio pour un enregistrement il téléphona au seul ami à qu’il pouvait parler et qui pourrait lui dire quoi faire : Alejandro !
-         Merci d’avoir fait le déplacement jusqu’ici. Angelina est au studio et la nounou est malade. Je n’avais personne à qui laisser Graham.
-         Aucun problème. Je suis content que tu m’aies appelé, si tu ne l’avais pas fait je m’apprêtais à le faire. Tu te fais rare ces derniers temps.
-         Je sais. Je suis désolé.
-         Pas de soucis ! De quoi voulais tu me parler ?
-         T’est-il déjà arrivé de cacher quelque chose à Colleen ?
-         Comme quoi ?
-         Quelque chose que tu saurais mais dont tu n’aurais pas le droit de lui parler.
-         Avec ma carrière de flic cela m’arrive tout le temps et Colleen sait que je ne suis pas autorisé à parler de mon boulot même si cela nous arrive de l’évoquer mais je ne lui dis pas tout.
-         
-         Imagine qu’au cours d’une enquête tu découvrais quelque chose la concernant au premier degré que ferais tu ? Garderais-tu le silence ou dirais ce que tu sais à ta femme ?
-         Si je découvrais quelque chose au sujet de Colleen ? Qu’essaye-tu de me dire, Kevin ? Tu as découvert quelque chose au sujet d’Angelina et tu chercherais à la protéger ? C’est pour ça que tu as démissionné de ton travail au département de police ?
-         Je veux la protéger, oui. Je voudrai toujours la protéger. C’est ma femme et je l’aime ! Mais ce n’est pas ce que tu sembles croire.
-         Je ne crois rien du tout.
-         A d’autre ! Tu me l’as fait pas : je te connais. L’inspecteur de police ne te quitte pas.
-         OK, alors crache le morceau ! Que se passe-t-il ?
-         C’est au sujet d’Angelo.
-         Angelo Veneziano ? Ton beau-père ?
-         Je n’en connais pas d’autre.
-         As-tu découvert qui lui a tiré dessus ?
-         Non.
-         Alors quoi ?
-         Tu te souviens de mon voyage à Burlington ? Je devais découvrir qui avait piraté les données de l’université.
-         Bien sûr je m’en souviens ! Tu as démissionné juste après ton retour et c’est le jour où Angelina et toi avez perdu votre enfant. Tu étais très remonté contre Paul. Tu n’as jamais voulu me dire pourquoi.
-         J’avais quasiment terminé mon travail. J’avais informé Paul que j’avais trouvé d’où provenait la faille et je devais en parler au doyen le lendemain. C’est là que l’homme chargé d’entretien est entré. J’étais occupé à mon ordinateur il me restait deux ou trois trucs à finir. Je me suis adressé à lui en lui sans relever ma tête en disant que je lui libérais le bureau d’ici quelques minutes.  Je ne saurais dire si lui m’avait vu ou pas, je suppose que non, sinon il ne m’aurait pas parlé.
-         Comment ça ? En quoi l’homme d’entretien a-t-il un lien avec ta démission ?
-         Il a tout à y voir. Parce que cet homme, c’était Angelo !
-         Quoi ? fit Alejandro décontenancé.
-         Angelo ? Angelo Veneziano ? Le père d’Angelina ? Ton beau-père ?
-         Le seul et unique que je connaisse.
-         Mais enfin, Kevin, il est mort ! Il est mort en tentant de tuer Victor Newman ! On lui a tiré dessus !
-         C’est que Paul et Ronan veulent nous faire croire mais il est vivant ! Angelo Veneziano est bel et bien vivant !
Kevin marqua une pause laissant à Alex le temps de retrouver ses esprits.
-         Angelo est vivant. C’est pour cela que Paul et Ronan ne voulaient pas que j’en sache davantage sur cette affaire. Je pense même qu’ils regrettent de me l’avoir confié au départ s’ils avaient connu plus tôt les liens m’unissant déjà à Angelina.
-         Pourquoi faire croire en sa mort ? C’est grotesque ! Et puis aussi pourquoi mentir à Angelina ? Je connais Angelo depuis que je suis gamin, Angelina est tout pour lui. Que fiche-t-il dans le Vermont ? Il trait les vaches ?
-         Pas exactement. Il est chargé de l’entretien du collège.
-         Tu veux dire qu’il travaille comme homme de ménage dans un trou pommé alors que tout le monde ici le croit mort ?
Kevin acquiesça d’un mouvement de tête.
-         C’est insensé, pourquoi ferais t’il cela ? Particulièrement à sa propre fille !
-         Ce sont les ordres du FBI. Angelo Veneziano est mort. L’homme que j’ai vu s’appelle Kenneth Ford.
-         Quoi ? Qui est ce Kenneth je sais pas quoi ?
Kevin prit une profonde inspiration avant de répondre.
-         Angelo est placé sous le programme de la protection des témoins. Il travaille et habite là-bas sous le nom de Kenneth Ford.
Alex resta sans voix quelques instant.
-         Tu…tu…peux ré… répéter ? bégaya t’il. Angelo…protection des témoins ? Explique-toi, OK, parce que là je ne comprends rien du tout !
-         OK. Je vais tout te raconter, dit-il en lui tendant une bière…
 
 
-         Je refuse ! s’écria Hillary. Je refuse catégoriquement de coucher avec lui.
Colin fulmina. Jamais encore Hillary n’avait refusé de faire un travail pour la cause.
-         Hillary, bon dieu ! C’est pas la fin du monde ! C’est juste l’affaire d’une nuit, c’est pas comme si je te demandais de l’épouser !
-         Il manquerait plus que ça ! Déjà que je suis obligée de supporter chaque soir le souffle de Devon !
-         Parce que tu crois que c’est facile pour moi de me taper la vieille Jill Abbott ? De jouer les hommes amoureux. Eh bien non figure toi, ça ne l’est pas ! Ça n’est pas du tout facile, mais je le fais pour nous : pour la cause, Hillary, la cause ! Notre cause ! Elle vaut tous les sacrifices. Pense à la vie que nous aurons quand tout sera fini.
Colin se rapprocha peu à peu d’Hillary, mit ses mains sur ses épaules. Hillary était sur le point de céder. Sa colère diminua peu à peu.
-         Une nuit ?
-         Une nuit pas d’avantage et je saurai te récompenser comme il se doit. Passe une nuit avec Jimmy et la nuit suivante, non le jour suivant, nous partirons tous les deux quelques part. J’aurai une affaire très importante à régler en Australie et toi tu te rendras au chevet de ta sœur qui vient de se casser une jambe en Alabama.
 
 
Alejandro resta un moment silencieux lorsque Kevin eut fini de conter toute l’histoire. Abasourdi il se laissa tombé sur le fauteuil sa canette de bière à la main. 
-         Angelo vivant et placé sous la protection des témoins. Si je m’étais attendu à ça !
-         Ce fut un choc pour moi aussi. Quand j’ai connu Angelo il était l’homme de Hoogan mais malgré ses apparences il n’aurait jamais tué personne. C’est pourquoi ce fut si difficile pour moi de croire qu’il aurait pu tenter de tuer Victor Newman. Et puis surtout pourquoi ? Lorsqu’il vivait ici il ne l’avait jamais rencontré. C’était la pièce de l’échiquier qui me manquait : quel était le lien entre Angelo Veneziano, ancien mafieux repentit en restaurateur à Los Angeles et Victor Newman ! Pourquoi aurait-il cherché à le tuer ? Cela n’avait aucun sens !
-         Et Angelo n’a aucune idée de qui est à la tête du réseau ?
-         Aucune ! Il ne l’a jamais vu qu’à travers une vitre teintée et dos !
Kevin marqua un temps d’arrêt avant de reprendre.
-         Il fut un temps où comprendre cette affaire, le lien entre Angelo et Victor et comprendre ainsi qui avait tué mon beau-père était la première de mes préoccupations : je pensais le devoir à ma femme, aujourd’hui j’ignore si je dois lui dire ou non toute la vérité au sujet de son père ? Angelina et moi n’avons jamais eu de secret l’un pour l’autre : nous nous disons tout, et là je suis face au plus gros dilemme de toute ma vie. Angelo prétend que cela risquerait de mettre sa vie en danger s’il elle l’apprenait mais d’un autre coté si un jour Paul et le FBI réussissaient à démanteler ce réseau de trafiquants de la pire espèce, qu’Angelo vienne témoigner au procès et qu’Angelina apprenait que j’étais au courant et je ne lui avais rien dit…que ferais tu à ma place s’il s’agissait du père de Colleen ?
-         J’n’en ne sais fichtrement rien, Kevin. Le père de Colleen est mort bien des années avant que je ne fasse sa connaissance et à ce que j’en sais lui aussi vivait sous une fausse identité.
-         En effet.
-         Celui lui a plutôt bien réussi si j’en juge par les apparences.
-         C’est possible, j’en sais rien. Je ne connaissais pas Georges Kaplan, juste Brad Carlton et c’est lui que Colleen et Abby ont connu.
 
 
Après avoir fini sa journée au studio d’enregistrement, Angelina fit un détour par le Neon Ecarlate. Elle ne devait pas s’y produire ce soir mais voulait acheter quelques cookies pour Graham. C’est alors qu’elle tomba nez à nez avec Abby. Celle-ci était perdue dans ses pensées. Elle était follement amoureuse de Carmine et lui d’elle mais comment pourrait-il avoir un avenir entre eux étant donné son comportement envers Angelina la dernière fois qu’il la vit. Kevin ne lui pardonnerait jamais et peut être même sa sœur Colleen dont Kevin et Angelina étaient ses meilleurs amis. De plus pour Abby aussi l’amitié de Kevin et Angelina comptait énormément. Elle était perdue dans ses pensées lorsque Angelina l’interpella.
-         Salut !
En reconnaissant le son de la voix de son amie, Abby sursauta.
-         Angelina ! Tu es là depuis longtemps ?
-        Pas vraiment, non. Est-ce ça va ? Tu as l’air préoccupée
Abby soupira.
-         Je le suis.
-         Que t’arrive-t-il ? Tu t’es encore disputée avec Victoria au sujet de Victor ?
Abby sourit tristement.
-         Non Victoria n’a rien à voir avec ce qui me préoccupe.
-         Je ne t’ai pas beaucoup vu depuis ton retour de New-York.
-         Je suis désolée j’ai été très occupée.
-         Comment était le mariage ?
-         Très bien ! Exactement comme je l’imaginais : Julie était une mariée superbe !
-         As-tu attrapé le bouquet ? demanda Angelina sur un ton taquin.
-         Non, ce fut une amie à Julie qui l’a eu.
-         Dommage !
Angelina sentait que quelque chose n’allait pas chez Abby : elle d’habitude si loquace restait quasiment silencieuse.
-         Quelque chose ne va pas ? Tu as l’air bien silencieuse.
-         Je vais bien ! dit-elle d’un ton sec qui surprit Angelina.
-         Désolée, je ne voulais pas paraitre curieuse.
Abby se reprit.
-         Excuse-moi, je n’aurais pas dû te parler sur ce ton, je suis désolée.
-         Qu’est ce qui ne va pas ? Un problème chez Jabot ?
-         Jabot va bien. C’est juste que…
Le téléphone d’Abby sonna. Celui-ci se trouvait dans le sac cabas de cette dernière. Elle se pencha pour le prendre mais suite à un faux mouvement Angelina vit la photo d’écran d’accueil : Abby et Carmine ! Angelina en perdit ses couleurs. Abby comprit qu’elle avait vu.
-         Toi et Carmine ? Tu peux m’expliquer ? Dit-elle d’une voix furieuse.
-         Ce n’est pas ce que tu crois, ou plutôt si, dit Abby confuse. Mon dieu, tu ne devais rien savoir : tout ceci devait rester secret.
-         Carmine et toi êtes de nouveau ensemble ?
-         Non. Oui.
-         C’est oui ou c’est non ? dit Angelina furieuse.
-         C’est compliqué.
-         Eh bien, explique-toi !
-         Tout a commencé au mariage de Julie, la fête battait son plein, nous nous amusions, quand j’eu besoin d’aller me chercher un verre au bar. Carmine était l’un des barmen. Crois-moi je ne savais pas qu’il était là-bas et lui aussi ignorait que je devais être présente à ce mariage. Il était aussi surpris que moi en me voyant. Alors nous avons discuté ou plutôt nous nous sommes jetés des injectives à la figure et puis il m’a embrassé. Le soir je l’ai revu et nous avons discuté.  Angelina, je te jure j’ai essayé de résister à mes sentiments et lui aussi. Nous l’avons fait pour toi.
-         Comment ça pour moi ?
-         Carmine s’en veut à cause de ce qui s’est passé chez toi à LA.
-         Il peut !
-         Il était sous l’influence de sa mère et puis tu fus son premier amour…
Angelina l’interrompit.
-         Où veut tu en venir, Abby ?
Son ton était plus impérieux qu’interrogatif.
-         Je suis amoureuse de Carmine et il m’aime aussi.
-         Bien !
-         Bien ? Angelina as-tu compris ce que je viens de te dire ?
-         Tu es amoureuse de Carmine, j’ai entendu mais je ne vois pas en quoi cela me concerne. Entre Carmine et moi tout est fini depuis très longtemps, bien avant que tu ne fasses sa connaissance.
-         Tu n’as donc pas de problème avec le fait que je sois amoureuse de lui ?
-         Abby ! Comme je viens de te le dire entre lui et moi c’est fini depuis longtemps, très longtemps. Kevin est l’homme de ma vie.
-         Mais la dernière fois que vous vous êtes vus…
Angelina soupira.
-         La dernière que nous nous sommes vus il s’est comporté comme à son habitude. Maintenant si cela te convient, parfait !
-         Cela ne te dérangerait pas qu’il vienne s’installer à Genoa City ?
-         En aucune façon. Je m’en fiche complètement. En revanche voit plutôt cela avec Lauren Femnore. C’est son mariage qu’il a brisé, pas le mien !
-         Oh, Angelina, merci ! Mille fois merci ! Ne t’inquiète pas pour Lauren, j’en fais mon affaire et de plus elle sort en ce moment avec mon oncle Jack, je ne saurais pas étonnée que cela aille jusqu’au mariage entre eux.
Abby était aux anges. Elle ne s’était pas attendue à une telle réaction de la part d’Angelina. Elle craignait de devoir plaider la cause de Carmine bien plus longtemps que ça. Pourtant quelque chose perturba l’attention qu’Angelina lui portait. Son regard s’assombrit en regardant une famille avec une petite fille. Abby s’en rendit compte. Elle éprouva une sorte déchirement pour son amie.
-         Angelina…
-         Cette petite fille a exactement l’âge qu’aurait eu Pricillia si elle avait vécu. 
-         Je n’ai pas oublié. Peut-être un jour Kevin et toi aurez une autre petite fille ?
-         Je ne me sens pas prête à retomber enceinte.
-         Mais il existe d’autre solution comme l’adoption.
-         L’adoption ?
-         Je suis certaine qu’il y’a un tas de petits enfants qui rêveraient d’avoir des parents comme toi et Kevin.
-         Mais rien ne me ramènera Pricillia.
 
Colin était sur le point de convaincre Hillary mais pourtant celle-ci émit une condition sine qua non.
-         Je suis d’accord pour coucher avec Jimmy à deux conditions.
-         Tout ce que tu voudras, dit Colin avec un sourire satisfait.
-         La première serait de tout spécifier noir sur blanc : je couche avec lui une nuit, rien qu’une nuit et en contrepartie, demande à Connor de nous établir un contrat stipulant qu’il ne révèlera jamais rien de nos affaires et qu’il nous remette tout document compromettant qu’il pourrait avoir contre nous. Y compris ses clés USB.
-         Cela me parait une bonne idée. Je demande à Connor de nous établir cela au plus vite.
-         Ce n’est pas fini : la seconde est la plus difficile…
 
 
La maison était plongée dans le noir quand Angelina rentra chez elle. Alex était parti depuis longtemps. Kevin, encore en proie aux tourments était assis sur le sofa, dans le noir. Le croyant sorti Angelina alluma l’électricité. L’un et l’autre sursautèrent. 
-         Kevin ? Qu’est ce tu fais dans le noir ? Où est Graham ?
-         Au parc avec la nourrice.
-         OK.
Kevin semblait totalement absent. Angelina ne tarda pas à s’en rendre compte.
-         Quelque chose ne va pas ? Tu sembles à des années lumières loin d’ici.
-         Je réfléchissais, c’est tout.
-         Est-ce toujours à cause de cette fameuse affaire qui a valu ta démission du poste de police ?
Malgré ses tourments, Kevin s’efforça de sourire.
-         On ne peut rien te cacher, Sherlock, dit-il en souriant.
Elle sourit en retour et vint s’assoir à ses côtés en lui prenant ses mains.
-         Kevin. Mon amour, jusqu’à maintenant j’ai toujours respecté le fait que tu ne puisses me parler de tes enquêtes, mais voilà maintenant plus de six mois, quasiment un an que tu as démissionné de ton poste au département de police à cause de cette affaire où Paul et Ronan t’ont mené en bateau. Pourtant en tout état de cause cette affaire ne semble pas être résolue et te tourmente toujours autant. Pourquoi ? Cela ne te concerne plus puisque tu ne travailles plus pour la police. Pourquoi continue-t-elle à te hanter au point où tu n’en dors plus certaines nuits ? Qu’avait-elle de si particulier ? Qu’as-tu découvert dans le Vermont qui ait pu te mettre dans un tel état ? J’aimerais t’aider mais j’ignore comment faire puisque j’ignore ce qui a bien pu se passer là-bas. J’en ai parlé à Alex mais lui non plus ne sait rien à ce sujet.
-         Je sais.
Angelina fronça les sourcils.
-         Tu sais ?
-         J’ai vu Alex cet après-midi et il m’a dit que tu lui avais parlé.
-         Je ne l’aurais pas fait si vous n’étiez pas amis et qu’il travaillerait avec toi.
Kevin sourit.
-         Je ne t’en veux pas de lui avoir parlé : j’en ai fait de même, figure toi !
Il se leva, marcha jusqu’à la baie vitrée puis se retourna vers sa femme.
-         Angelina. Chérie. J’ai longuement hésité avant de te dire ce que je m’apprête à te révéler. J’ai demandé conseil à Alex mais il m’a répondu que la décision m’appartenait. J’ai gardé le secret pensant bien faire mais au final je te mentais.
-         Tu me mentais ? dit-elle intriguée. Kevin, je ne comprends rien à ce que tu me dis ! À quel sujet me mentais-tu ?
-         C’est un mensonge par omission mais cela reste un mensonge. Si je l’ai fait c’est parce que je t’aime. Oui, je t’aime, Angelina et j’ai une peur panique à l’idée de te perdre.
-         Me perdre ? Comment ça me perdre ? Kevin, je t’aime ! Je n’ai jamais aimé personne comme je t’aime, mon amour !
-         Moi non plus je n’ai jamais aimé comme je t’aime. Et c’est pourquoi je veux absolument vous protéger toi et Graham. Angelina, je pourrais donner ma vie pour toi s’il le fallait ! J’espère que tu le sais ?
-         Bien sûr que je le sais ! Kevin, c’est quoi tous ces mystères que se passe-t-il ? Est-ce à cause de Carmine ? C’est lui que tu as vu dans le Vermont ? Si c’est le cas alors tu n’as pas de soucis à te faire : je ne l’aime pas ! C’est toi l’amour de ma vie, pas lui. Et de toute façon Abby et lui se sont revus et je pense qu’ils vont se marier. Mais en quoi est-il impliqué dans l’enquête de Paul et Ronan ? A-t-il commis un crime ? En ce cas il faut en parler à Abby avant qu’il ne soit trop tard.
-         Carmine ? dit-il intrigué. Abby ? Angelina, je ne sais pas du tout de quoi tu parles.
-         Quand tu es rentré du Vermont, tu étais pale, aussi pale que si tu venais de voir un fantôme. Je pensais sincèrement à l’époque où il, ou plutôt sa mère, m’avait fait tout un sermon à ton sujet afin que j’épouse son fils que je ne le reverrais plus mais Abby l’a revu au mariage de sa copine et de toute évidence elle est toujours amoureuse de lui et lui d’elle, d’après ce qu’elle dit.
-         Je l’ignorais mais ce n’est pas Carmine le problème, et, non, à ma connaissance il n’a rien fait d’illégal.
-         Ok, alors de quoi ou plutôt de qui s’agit-il ?
Kevin poussa un profond soupir. Il fixa Angelina dans ses prunelles.
-         OK. Tout d’abord, il faut que tu sache que je n’ai jamais voulu te cacher la vérité. Je me suis refugié derrière le secret professionnel mais c’était un mensonge. Enfin pas complètement mais j’aurais du tout t’avouer, mais tu venais de perdre notre fille et tu as sombré dans la dépression, même si pour être honnête, je ne sais pas si je t’en aurais parlé bien que tu aies le droit de savoir. Mais si je l’ai fait c’est pour te protéger parce que je t’aime plus que tout, Angelina.
Angelina était de plus en plus intriguée par les explications confuses de son mari.
-         Je t’aime, moi aussi, mais que suis-je en droit de savoir ? Et de quoi voudrais tu me protéger ?
-         Te souviens-tu de la veille de cette journée ? Je t’avais eu au téléphone et…
-         Et tu m’avais dit que ton travail la bas était bientôt terminé. Tu avais trouvé d’où provenait la faille et tu devais en parler au doyen du collège.
-         Sauf que je ne l’aie jamais vu.
-         Comment ça ?
-         J’avais pratiquement fini mon travail. Il ne me restait plus à fignoler deux, trois trucs et rentrer à l’hôtel en attendant le lendemain pour mon entretien avec le doyen et sauter dans le premier avion pour Genoa City. Seulement l’homme chargé de l’entretien du collège est entré. La tête dans mon ordinateur, je lui ai demandé quelques minutes le temps de finir et je lui laissais la place. C’est alors qu’il m’a dit que si je voulais il pourrait repasser plus tard et aller nettoyer le bureau d’à côté. Cette voix, sa voix, me donna alors des frissons parce que elle semblait… je pensais ne plus jamais l’entendre parce que nous ne sommes pas censés entendre parler un mort.
-         Un mort ? Tu as parlé à un mort ?
-         Oui. Ou plutôt non.
-         C’est oui ou c’est non ? Kevin, explique-toi car tout ceci n’a aucun sens ! Tu dis vouloir me protéger mais me protéger de quoi ? D’un mort ?
-         Non… de la mafia !
-         Qu’est-ce la mafia à voir dans toute cette affaire ? C’est elle qui a piraté le système informatique du collège ?
-         Non, elle n’a rien à voir là-dedans. Le système a été piraté par un étudiant plutôt doué afin de connaitre à l’avance l’énoncé des épreuves des partiels semestriels et les vendre à d’autres étudiants.
-         OK, mais dans ce cas quel est le rapport avec la mafia ? Et cet homme d’entretien qu’avait sa voix de si particulière ?
-         Cette voix, Angelina, cette voix, ma chérie, cette voix était celle de ton père !
 

<3>3<3<3<3<3
Revelation  Kevine10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Revelation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Protection rapprochée-
Sauter vers: