Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 chapitre 11 : Le retour de Chloé et Deliah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: chapitre 11 : Le retour de Chloé et Deliah    Sam 26 Sep - 21:35


-         Chloé ? Qu’est ce tu fais ici ?
-         Je suis revenue, Kevin.
-         Revenue ?
-         Tu ne m’invite pas à rentrer ?
Elle poussa Deliah à l’intérieur et entra sans y avoir été invité. Kevin les suivit mécontent.
-         Que fais-tu ici, Chloé ?
-         Je te l’ai dit, je suis de retour.
-         Ta mère sera ravie de le savoir mais en quoi cela me concerne ?
La petite avait couru dans la maison et revint dans le salon.
-         Maman, ma chambre a disparu. Elle n’est plus rose et mes jouets ne sont plus là.
-         Ce n’est rien chérie, nous la repeindrons et Kevin et moi t’offriront de nouveaux jouets.
-         Nous ne repeindrons rien du tout. Tu devrais éviter de dire ce genre de chose, Chloé.
Voyant l’air intrigué de l’enfant Kevin prit sur lui.
-         Deliah, il y a du popcorn dans la cuisine, va donc te servir pendant que je parle à ta mère. 
Aussitôt la petite hors de vue Kevin toisa Chloe.
-         Pour la énième fois que fais-tu ici ?
-         Je viens de te le dire.
-         Tu es de retour à Genoa, OK, parfait si c’est que tu veux mais que fais-tu chez moi ?
-         Chez toi ? Je croyais que c’était chez nous ?
-         Il y’a fort longtemps que ce n’est plus le cas et d’ailleurs y a-t-il eu un jour où cela le fut ? Mais tu sais quoi : laisse tomber je m’en fiche ! cela ne me regarde plus. Nous sommes divorcés et je ne vais pas tarder à me marier.
-         Avec Angelina ? J’ai appris ça.
-         Parfaitement avec Angelina.
-         Kevin, tu n’es pas sérieux ? Tu ne penses tout de même pas épouser cette abrutie ?
-         Et d’un Angelina n’a rien d’une abrutie et de deux j’ai bien l’intention de l’épouser. Je suis fou amoureux d'elle. Je l’aime comme je n’ai encore jamais aimé.
-         Dans ce cas où est-elle ? pourquoi n’était-elle pas avec toi ?
-         Cela ne te regarde pas mais en revanche je te demanderais de partir et de ne jamais revenir ici.
-         Kevin, tu ne peux pas faire ça.  Je t’aime et Deliah a besoin de toi.
-         Chloé tu ne m’as jamais aimé. Tu t’es au plus servi de moi parce que j’étais le gentil Kevin mais rien d’autre. Quant à Deliah tu t’es toujours servi de cette enfant pour m’atteindre mais cela ne prend plus.
-         Tu n’aimes plus ma fille ?
-       Ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit. Bien sûr j’aime Deliah. Je l’aimerai toujours. C’est une enfant adorable mais ce n’est pas ma fille et si elle a besoin de quelqu’un c’est de Billy non de moi. A présent va-t’en !
-         On se reverra ! Deliah, ma chérie tu viens ? on s’en va.
-         Kevin et toi n’allaient pas dormir dans la même chambre et moi dans la mienne ?
Kevin lança un regard noir à Chloé.
-         Je reviendrai. Cela ne se passera pas comme ça. Chloé s’en alla.

Peu de temps après  la porte s’ouvrit et on entendit la voix d’Angelina.
-         Kevin, je suis rentrée.
Le regard de Kevin s’illumina et alla à la rencontre de l’élue de son cœur pour l’embrasser.
-         Chérie. Comme je suis content de te voir. Comment s’est passé ton voyage ?
-         C’était super mais tu m’as manqué.
-         Toi aussi tu m’as manqué, dit-il en l’embrassant. Tu as faim ? J’ai fait commander un repas à l’athletic club : uniquement tes plats préférés.
-         Je meurs de faim mais de toute autre chose, fit elle en le regardant d’un air malicieux.
-         Oh ça ! dit-il taquin.
-         Oui ça, répondit elle sur la même tonalité.
La main d’Angelina dans la sienne il l’embrassa passionnant sur ses lèvres.
-         Pour tout te dire j’espérais bien que tu dirais ça.
Il l’embrassa derechef puis la souleva du sol et la porta jusqu’à leur chambre à coucher où ils firent l’amour jusqu’au lever du jour.
Au petit matin alors qu’Angelina s’était endormie dans ses bras, Kevin l’embrassa pour la réveiller.
-         C’est donc vrai ce qu’on dit ?
-         Quoi donc ?
-         Qu’il suffit d’un baiser pour réveiller une belle princesse endormie.
-         Uniquement si celui-ci est un prince et ce que tu es pour moi, mon amour.
Il l’embrassa.
-         Si tu savais comme je t’aime. Je n’ai jamais personne avec une telle intensité. Surtout ne laisse rien ni personne te dire un jour le contraire.
-         Moi aussi je t’aime, Kevin mais pourquoi me dis tu ça ? A cause de ta mère et Victoria ?
-         Pour rien juste pour que tu ne doutes jamais de moi ni de mon amour pour toi.
Angelina se retourna vers Kevin.
-  Kevin, je te connais suffisamment pour savoir quand quelque chose te tracasse alors dis-moi ce que ce qui te préoccupe.
- Angelina, lorsque nous nous sommes retrouvés nous sommes fait la promesse d’être toujours honnête l’un envers l’autre, de ne jamais rien se cacher. Plus de mensonge, plus rien de faux enlèvement ni rien de ce genre-là.
-         Kevin, tu commences à me faire peur : que se passe-t-il ?
-         Chloe est revenue à Genoa.
-         Quoi ? quand ?
-         J’en sais rien, hier je crois. Elle est passée à la maison avec Deliah.
-         Que voulais-t-elle ?
-         Reprendre la vie commune.
-         Ais je une raison de m’inquiéter pour notre couple ?
Kevin sursauta.
-         Quoi ? non ! non ! Angelina, je t’aime.
-         C’est vrai, Kevin ?  parce que dans le cas inverse, si c’est Chloe que tu veux, Kevin, dis le moi je t’en supplie et aussi douloureux que cela puisse être je m’en irai car je ne supporterai pas de te voir avec elle et si cela ne devait pas fonctionner une fois encore entre vous, je t’en supplie ne viens plus me retrouver car je t’aime, Kevin. Je t’ai toujours aimé et je t’aimerai toujours.
-    Angelina, moi aussi je t’aime. Tu n’as aucune raison de t’inquiéter. Chloé appartient à mon passé. Tu es mon présent et mon avenir. Viens par ici.
Kevin l’attira contre lui et l’embrassa.
-      Angelina, laissons tomber tout ça : l’église, le parc, les invités : on n’a pas besoin de tout ça. Nous avons notre licence de mariage alors contactons un juge de paix, un prêtre, un pasteur, n’importe quoi, ma chérie mais marions nous sans attendre !
-         Pourquoi veux-tu que nous nous marions en catimini ? Tu n’es pas sur de toi? C’est pour ça que tu nous marions de manière précipitée ?
Les larmes commençaient à couler sur son visage.
-         Quoi ? non ! Non ! Ce n’est pas pour cette raison si je veux t’épouser aussi rapidement. Ma chérie, je t’aime. Je ne sais pas comment te le dire. Angelina, je t’aime.  Je t’aime plus que les mots peuvent le dire. Je t’aime. Tu dois me croire, ma chérie, Je t’aime plus que je n’ai jamais aimé.
-         Alors pourquoi veux-tu te marier en catimini ? dit-elle dans un sanglot.
-    Tu ne devines pas ? pour être honnête avec toi, mon amour, je me fiche d’avoir un grand mariage tout ce qui compte pour moi c’est de devenir ton mari. Hier tu m’as manqué. Cela m’a rappelé le temps où tu vivais à Los Angeles et moi à Genoa. Angelina, ne me laisse plus.
-         J’ai eu la même sensation, mon amour, mais je ne veux pas précipiter notre mariage. Pas cette fois. Autrement tout le monde pensera qu’une fois encore je t’ai piégé pour m’épouser. Et puis tu sais depuis que je suis tombée amoureuse de toi je rêve d’une robe blanche avec une demoiselle d’honneur, des enfants d’honneur et tout ce qui va avec. Tu dois me trouver ridicule n’est-ce pas ? dit-elle en riant.
Kevin sourit.
-         Non. Non, ma chérie, jamais je penserai une telle chose de toi. Je ne l’ai jamais pensé et cela n’arrivera jamais. Tu auras le mariage dont tu rêves et dans un peu plus de quinze jours tu deviendras enfin : Md Kevin Fisher.
Angelina sourit.
-         Pour la vie cette fois.
-         Oui, ma chérie : pour la vie et même au-delà.
Il attira vers lui et lui refit passionnément l’amour.
 
Au Gloworm, Gloria, Chloé, Abby et Victoria prenaient leur petit déjeuner. Cette dernière malgré le désaccord manifesté par son époux continuait à prendre part au plan misant à séparer Kevin d’Angelina. Gloria avait déjà exposé plusieurs idées mais aucune ne semblaient convenir.
-         Ce qu’il faudrait c’est quelque chose de fabuleux, tellement fabuleux qu’Angelina ne pourrait pas refuser et qui montrerait à Kevin quelle femme elle est vraiment, souleva Victoria.
-         Tu veux dire quelque chose qui la pousserait à abandonner Kevin ?
-         Oui, Abby, c’est exactement ce que je veux dire.
-         Kevin aura le cœur brisé, dit Chloé sur une voix qu’elle ne voulait pas trop joyeuse.
-         Mais tu seras la pour lui et Kevin comprendra alors que tu es la femme de sa vie et Johnny aura enfin son parrain et sa marraine de nouveau réunit. 
-         Victoria a raison, vous serez la pour lui, dit Gloria en lui caressant le bras.
-         Il nous faut vraiment trouver quelque chose d’infaillible et qu’est qui t’intéresse cette fille en dehors de mon Kevin ? marmonna Gloria moitié pour elle moitié pour ses amies.
Chloé et Abby la regardèrent et s’écrient simultanément.
-         Mais bien sûr : sa carrière !  
-         Oui, c’est ça bien sur sa carrière : si nous pouvions trouver un producteur de musique qui soit assez bête pour prendre sa carrière en charge en lui promettant un contrat en or qu’elle ne saurait refusé. Elle partira alors loin très loin de Genoa. Victoria, Abby, parmi toutes les relations de votre père il doit bien connaitre quelqu’un comme ça.
-         Non, désolée, Chloé mais mon père ne connait personne dans l’industrie du disque.
-         Et Devon ne se défera pas d’Angelina. Il aime bien et j’avoue que j’aimerais mieux qu’elle reste travailler pour Devon tant que cela rapporte. N’oublie pas que j’ai des parts dans son studio d’enregistrement.
-         Très bien alors il nous faut un plan B.
-         J’ai une idée ! s’écria Gloria.
-         Laquelle est ce, Gloria, dites-nous ?
-    Comment s’appelait ce gars au postérieur si agréable à regarder ? Vous rappelez, Chloé, il avait même tenté de vous enlever. Abby vous étiez sortie avec lui il fut un temps.
-         Carmine ! Pourquoi n’y ait je pas pensé plutôt ? il était venu à Genoa pour Angelina. Cette fois je ferai tout pour qu’il reparte avec elle.
-         Je lui téléphone immédiatement.
Joignant le geste à la parole, Abby sortit son téléphone et composa le numéro de Carmine.
-         Carmine, c’est Abby Newman à l’appareil, tu te souviens de moi ?
-         De l’héritière mise à nue ? comment oublier que j’ai pu avoir droit à son corps en spectacle privé ?
-         Écoute, je sais que cela ne s’est pas très bien terminé entre nous mais j’ai quelque chose à te demander.
-         Tout ce que tu voudras : je te suis tout ouïe.
-         Qu’est ce tu fais en ce moment ?
-         Je parle avec toi il me semble.
-         Idiot, va ! Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Est-ce tu travailles ? Et puis d’abord où est tu ?
-         Je suis retourné dans le New Jersey.
-         Tu as un boulot ?
-         Rien de très passionnant.
-         Que dirais tu de reprendre ton ancien poste de serveur au Gloworm ?
-         Est-ce le vampire de Gloria m’a pardonné ce qui s’est passé avec Lauren ? dit-il toujours sur le même ton ironique qui le caractérisait.
-         C’est de l’histoire ancienne. Michael et Lauren sont divorcés et il a refait sa vie avec son amour de jeunesse.
-         Hum : romantique.
-         Écoute, si tu acceptes tu auras non seulement un salaire de 50 $ par semaine sans compter les pourboires et d’autres avantages.
-         C’est bien gentil mais cela ne couvrira jamais la plus simple des chambres d’hôtel à l’athletic club.
-         Tu pourrais habiter chez moi ? En tout bien tout honneur bien sûr. Ce ne sont pas les chambres qui manquent.
-         Alors ça marche !
-         Super ! Quand peux-tu être là ?
-         Le temps de rassembler quelques affaires et me voilà !
Abby raccrocha.
-         Alors qu’a-t-il dit ?
-         Il saute dans le premier vol pour Genoa.
-         Voilà qui est parfait.
-         Gloria, je lui ai promis un salaire moyen de 50 $ la semaine.
-         Quoi, mais vous plaisantez, hurla Jeffrey en entendant la somme promise.
-         Jeffrey, c’est pour la bonne cause. Grâce à lui nous débarrasserons mon fils et par ricochet notre famille de cette fille. Tu ne voudrais pas qu’une telle mésalliance nous déshonore maintenant que ta fille est mariée à un Newman.
-         Gloria, c’est moi qui tiens la comptabilité et nous ne pouvons pas nous permettre de payer un serveur à 50 $ par semaine. Si nous le faisons pour l’un les autres vont réclamer la même somme et nous n’aurons plus qu’à mettre la clé sous la porte.
-         J’ai une idée qui arrangera tout le monde. Abby lui a promis cette somme et c’est à cette condition qu’il a accepté. Maintenant je comprends aussi les craintes de Jeffrey c’est pourquoi je vous propose de payer le salaire minimum et je compléterai le supplément. Est-ce cela vous convient ?
Gloria sourit.
-         Ça me va, fit Jeffrey.
-   Abby, il serait préférable qu’il n’habite pas cette toi si nous voulons qu’Angelina tombe amoureuse de lui. C’est pourquoi je m’engage aussi à lui payer une suite au club.
-         Victoria a raison. Souviens-toi comme elle se moquait que tu sortes avec lui. Elle n’en était même pas jalouse cette abrutie.
-         Et vous croyez que cela fonctionnera mieux s’il habitait au club ?
-      Il sera plus libre de ses mouvements et pourra recevoir Angelina dans sa chambre si tu vois ce que je veux dire.
-      Je vois parfaitement ce que tu veux dire, Chloé. C’est Angelina l’abrutie pas moi.
 
 
Quelques tables plus loin Kyle petit déjeuner avec Billy. De là où ils étaient placés Kyle pouvait voir la table où se trouvaient  sa cousine Abby et ses amies.
-         Pourquoi n’es-tu pas avec ta femme et ton ex-femme entrain de comploter contre Angelina.
-         Parce que j’estime que Kevin est assez grand pour choisir avec qui il veut faire sa vie et si c’est Angelina qui la choisi c’est son problème et non le mien. De plus j’ai eu l’occasion de faire quelques articles sur elle dans Retless Style lorsque elle vivait à LA. Elle n’est pas méchante. Je dirais même qu’elle est plutôt gentille et polie.
-         Dans ce cas pourquoi Abby et Victoria détestent elles tellement Angelina ?
-         Ce n’est pas ton cas ?
-         Non. A dire vrai je ne la connais pas vraiment mais je n’aime pas lorsque tout Genoa se déchaine contre une personne. Cela me rappelle toujours que c’est ainsi que maman est morte.
-         Oh, Kyle, j’en suis désolé.
-         Tu es bien le seul à Genoa. Même papa s’en fiche ! Ce matin je suis allé fleurir sa tombe. Je suis le seul à passer et c’est pourquoi je n’adhère pas à ce que font Abby et Victoria contre Angelina. Je suis bien placé pour savoir à quel point les gens de cette ville peuvent être cruel et où cela les mènent parfois.
-         Kyle, je suis sincèrement navré. Mais tu n’as rien à craindre : Angelina ne va pas mourir.
-         Comment le sais-tu ?
-         Euh ben parce que personne n’en veut à ce point à Angelina pour intenter à sa vie.
-         Mais à mère si ? C’est bien ce que voulais dire, Oncle Billy ? dit-il sur un ton ironique.
Kyle commençait à fulminer.
-         Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire.
-         Laisse tomber, j’aurais dû me douter que tu prendrais fait et cause pour Nikky. Apres tout c’est ta belle-mère.
Kyle quitta la table.
-         Kyle non, attends !
Mais Kyle avait déjà quitté le restaurant. Billy soupira et regarda en direction de la table des femmes. Il était perdu dans ses pensées lorsqu’il fut tiré de ses rêveries par sa fille.
-         Papa !
-         Deliah, ma chérie mais que fais-tu ici ?
-         Papa, j’ai envie d’un cookie.
-         OK, je vais aller t’en chercher.
Joignant le geste à la parole, Billy se leva pour aller au comptoir lorsque sa fille l’arrêta.
-         Pas ici, papa ! je veux les cookies du café de Kevin !
-         Mon ange, je ne sais pas si nous pouvons y aller.
-         Maman dit que je peux et grand-mère Gloria aussi.
-         Ma puce, il faudrait que tu cesses d’appeler Gloria « grand-mère » ce n’est pas ta grand-mère. Tu as déjà deux grand-mère : grand-mère Jill et grand-mère Esther. Gloria n’est pas ta grand-mère.
-         Si puisque maman a épousé Kevin et c’est la mère de Kevin. Kevin est mon second papa.
Billy poussa un soupir. Il ne savait comment faire comprendre à sa fille tous ces problèmes d’adulte qui la dépassait.
 
Au Neon Ecarlate Kyle sirotait un café lorsqu’il vit Angelina qui arrivait avec Kevin. Un sourire illuminait leur visage.
-         Tu as aimé, vraiment ?
-         Tu n’as jamais aussi bien chanté.
-         Et encore Devon n’a pas encore tout mixé.
Kevin l’attira vers lui et l’embrassa.
-         Sans vouloir minimiser le travail de Devon avant tout c’est ta voix qui fait toute la différence.
Angelina se mit à rire.
-         Tu parles comme un homme amoureux.
Kevin l’attira vers lui et lui donna un baiser sur ses lèvres.
-         Je le suis mais je suis aussi un fan. Le premier fan d’Angelina Veneziano- Fisher et tous les mixages du monde ne serviraient à rien s’il n’y avait pas ta voix avant tout.
-         Kevin a raison, dit une voix par derrière Angelina.
Celle-ci se retourna.
-         Merci, Kyle.
-         Kevin, Angelina, j’espère ne pas être persona non grata dans votre café. je voulais dire que je ne partage pas du tout l’avis de ma cousine Abby ni même de Victoria. Je ne sais que trop bien ce que cela fait d’être détesté par tout le monde à Genoa City. Ma mère en payé le prix fort et ta sœur Daisy aussi. C’est pourquoi vous pourrez toujours compter sur moi. Angelina, tu as même réussi à me faire aimer la country et tu peux demander à mon père ce n’était pas gagné d’avance, finit-il par dire avec une pointe d’humour
-         Merci, Kyle. Ce que tu dis me touche beaucoup.
-         Moi aussi, Kyle, je suis content de voir qu’Abby et toi êtes diffèrent.
-         Kevin, Kevin ! cria une petite voix en entrant en trombe dans le café.
Kevin et Angelina se retournèrent vers cette voix enfantine.
-         Deliah, en voilà une surprise. Avec qui est tu venue ?
Kevin prit sur lui. Il était ravi de revoir la petite mais craignait qu’elle ne soit venue avec sa mère et il était hors de question pour lui de recevoir Chloé dans son établissement.   
Billy apparut à l’entrebâillement de la porte.
-         Deliah, je t’avais dit de ne pas courir.
-         Mais, papa, je voulais des cookies.
Kevin jaugea William. Depuis le début il ne s’était pas prononcé mais en étant le mari de Victoria  il préfèrerait se méfier.
-         Excuse-moi, Kevin, Deliah voulait à tout prix des cookies du Neon Ecarlate : impossible de la convaincre d’aller ailleurs.
-         Vient avec moi, dit Angelina, je vais te donner des cookies. Tu as de la chance ils sortent tout juste du four.
-         Non, je n’irai pas avec toi !
-         Deliah ! sermonna son père.
-         Papa, je ne veux pas que l’abrutie me touche ni me parle.
-         Deliah, excuse-toi tout de suite auprès d’Angelina, dit son père.
-         Non je m’excuserai pas et en plus elle n’est même pas belle !  
-         Deliah, c’est très méchant de dire des choses pareilles, sermonna Kevin.
-         Deliah où tu t’excuse auprès d’Angelina et aussi de Kevin où tu seras privé de dessin animé.
-         Mais, papa, j’ai rien fait de mal.
-         As-tu crois ça ? Tu traites Angelina d’abrutie et tu dis qu’elle n’est pas belle mais à part ça tu n’as rien de fait de mal.
Deliah haussa les épaules.
-         Je ne l’aime pas !
-         Pourquoi ne m’aimes-tu pas ? Nous ne connaissons pas et pourtant j’aimerais beaucoup te connaitre.
-         Pas moi ! Je ne parle pas aux abruties !
-         Deliah, maintenant ca suffit ! Excuse-toi tout de suite auprès d’Angelina et Kevin.
-         Non je ne le ferai pas. C’est une abrutie c’est maman qui la dit.
Kevin commençait sérieusement à s’énerver. Certes il aimait la petite mais était outré par son comportement. Angelina s’en rendit compte le prit en aparté.
-         Calme-toi, ce n’est qu’une enfant.
-         Elle n’a pas à te traiter ainsi.
-         Chéri, met toi à la place de cette petite fille elle répète ce qu’elle entend par les adultes tout simplement.
-         Eh bien je vais avoir une petite conversation avec Chloé.
-         Mon amour, tout ce que peut dire Chloé ne me touche pas et tu ne devrais pas la laisser t’atteindre.
-         Je me fiche de ce que cette femme peut dire ou faire sauf lorsque elle s’attaque à toi.
Angelina sourit. Elle passa ses bras autour de la taille de Kevin et l’embrassa.
-         J’ai parfois l’impression que tu agis encore comme lorsque tu devais me protéger de Carmine. Mais c’est fini. Je ne suis plus en danger. Carmine est loin d’ici et toi et moi sommes enfin ensemble. Tu n’as plus à me protéger.
-         C’est là que tu trompes, ma chérie, bientôt je serai ton mari et ce sera mon boulot de te protéger.
-         Mais là il s’agit d’une enfant et pas n’importe quel enfant : il s’agit de Deliah et tu adores cette petite fille.
-         C’est vrai mais toi je t’aime et je refuse d’entendre qui que ce soit te traiter d’abrutie.
Elle embrassa.
-         Allons voir ou en est William.
 
La petite ne voulait rien entendre. Kyle avait assisté à la scène sans rien dire.
-         Pour la dernière fois, Deliah, je te demande de t’excuser.
-         Non, papa, je n’en ferai rien. Cette abrutie a volé Kevin à maman.
En voyant Kevin revenir sur ses pas, Deliah courra vers lui.
-         Kevin, quand est ce que maman et toi allez-vous remettre ensemble ?
Angelina le regarda. Des yeux ils se comprenaient. Kevin soupira puis prit Deliah et la pausa sur le comptoir.
-         Deliah, écoute-moi. Ta maman et moi nous nous ne remettrons pas ensemble.
-         Pourquoi ?
-         Parce que…
-         Parce que tu n’aimes plus maman ?
Kevin hésita à répondre. Il ne voulait pas faire de peine à l’enfant mais quel choix avait-il ? Devait-il se montrer honnête et lui dire la vérité ou la laisser miroiter un avenir qui n’arrivera jamais.
De son côté Billy était resté auprès d’Angelina.
-         Angelina, je tenais à m’excuser.
-         Ce n’est rien, Billy, Deliah n’est qu’une enfant. Son univers a été perturbé bien trop souvent pour une enfant si jeune. 
-         Je vous l’accorde mais elle n’a pas à vous parler ainsi. Je ne l’accepte pas. Mais ce n’est pas simplement pour Deliah que je tenais à m’excuser mais aussi pour ma femme. Sachez Kevin et vous que je n’adhère en rien à ce que pense out fait Victoria. J’ai été marié à Chloé et je sais que ce n’est pas une sinécure.  
Angelina sourit.
-         Je vous souhaite à Kevin et vous d’être le plus heureux possible. Au moins aussi heureux que je le suis avec Victoria.
-         Merci, Billy. Cela me touche au plus profond du cœur.
 
-         Tu n’as pas répondu, Kevin. Tu n’aimes plus maman ? C’est pour ça que tu ne te remettras pas avec elle ?
Comme Kevin hésitait toujours Kyle vint à son secours.
-         Dis-lui la vérité, Kevin. Il ne sert à rien de laisser miroiter à cette petite fille un avenir qui n’arrivera probablement jamais plus.
-         Ce n’est pas probabilité, Kyle. C’est une certitude.
-         Alors dis-lui.
-         Kyle a raison. Ma fille est en âge d’entendre la vérité.
-         Oui, Deliah, c’est exactement ça. Je n’aime plus ta maman.
-         Alors tu ne m’aimes plus non plus.
-         Non ! ce n’est pas pareil. Ce n’est parce que je ne suis plus amoureux de ta maman que je ne t’aime plus.
-         C’est de sa faute, c’est elle qui t’a volé à maman ! Je la déteste !
Elle descendit du comptoir et couru vers la sortie mais fut arrêté à temps par Kyle.
-         Hey la, où coure tu comme ça. Kevin et toi n’avez pas fini de parler.
-         Je m’en fiche. Je le déteste lui aussi parce que il est amoureux de cette abrutie à la voix nasillarde.
-         OK, tu le déteste et moi tu me déteste aussi ?
-         Non. Tu n’es pas amoureux d’elle !
-         Non, je ne suis pas amoureux d’Angelina mais c’est une de mes amies.
-         Comment peux-tu être ami avec l’abrutie ?
-         Tu n’arrêtes pas de répéter ca mais sais-tu seulement ce que ça veut dire ?
-         Non mais c’est comme ça que maman l’appelle.
-         Abrutie cela veut dire qu’on est idiot. Crois-tu que je pourrais être ami avec une idiote ?
-         Mais c’est maman qui a dit que c’était une abrutie.
-         Eh bien elle a tort.
-         Mais les mamans n’ont jamais tort.
-         Les mamans comme tout le monde et parfois peuvent se tromper.
-         Mais elle a volé Kevin à maman.
-         Deliah, personne ne m’a volé à ta mère. C’est arrivé tout seul. Tu es encore bien trop jeune pour comprendre.
-         Tu as aimé maman ?
-         Oui.
-         Mais tu ne l’aimes plus ?
-         Non.
-         Alors un jour tu pourras ne plus aimer l’abru… Angelina et ce jour-là tu retourneras vers maman.
-         Non, Deliah, cela n’arrivera jamais. J’aimerai toujours Angelina.
-         Comment le sais-tu ?
-         Je le sais c’est tout. Deliah, je ne sais pas comment te l’expliquer mais je sais que jamais je n’arrêterai d’aimer Angelina de la même façon que je t’aimerai toujours toi aussi.
-         Tu mens ! tu n’aimes pas puisque tu ne veux pas retourner avec maman !
La petite était vraiment énervée et descendit du comptoir et couru vers la sortie. Cette fois ce fut son père qui courut derrière elle non sans être excusé une nouvelle fois auprès de Kevin et Angelina.
Kevin soupira.  Tristement, Angelina regarda la fillette s’en aller.
-         Kevin, il n’est pas trop tard. Si pour le bonheur de cette enfant tu veux te remarier avec Chloé je le comprendrais.
-         Nous en avons parlé plusieurs fois et il n’en est absolument pas question. A quoi bon ? Supposons que je me remarie avec Chloé serais-je heureux ? non. Alors si je ne suis pas heureux crois-tu que cette petite fille le sera ? Toi et moi avons connu ça. Ni toi ni moi n’étions heureux tu m’aimais mais j’étais incapable de répondre à ton amour et cela nous a rendu malheureux l’un et l’autre. C’est ce qui arrivera si jamais je devais me remarier avec Chloé et Deliah en souffrirait. J’espère qu’un jour Chloé murira et peut être trouvera-t-elle enfin l’homme qui deviendra pour toujours le beau-père de Cordelia mais ce ne sera pas moi.
Kevin sourit à Angelina puis la prit dans ses bras et l’embrassa.
-         Si on rentrait à la maison ? j’ai très envie de faire un câlin à ma femme. Je veux dire future femme désolé pour le lapsus, dit-il sur un ton taquin.
-         Un câlin c’est comme ça que tu appelles ca maintenant, dit-elle en le taquinant à son tour.
Kevin la regardait avec des yeux épris d’amour.
-         Rentrons à la maison faire un « câlin » lui dit-elle en souriant.
 
 
 
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
chapitre 11 : Le retour de Chloé et Deliah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shin - Chapitre 1 : Le retour dans la prison de l'esprit
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Retrouvailles-
Sauter vers: