Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Adam
Derniers sujets
» Quand les femmes s'en mêle
Avenir  Icon_minitimeHier à 22:15 par Angelina Fisher

» Independence Day
Avenir  Icon_minitimeJeu 4 Juil - 22:31 par Angelina Fisher

» Revelation
Avenir  Icon_minitimeJeu 4 Juil - 21:49 par Angelina Fisher

» Un retour de flamme
Avenir  Icon_minitimeVen 14 Juin - 22:23 par Angelina Fisher

» Machievelique Hillary
Avenir  Icon_minitimeMer 5 Juin - 17:01 par Angelina Fisher

» L'instint maternel
Avenir  Icon_minitimeMer 29 Mai - 21:47 par Angelina Fisher

» Angelina
Avenir  Icon_minitimeSam 25 Mai - 17:38 par Angelina Fisher

» Diana Degarmo enfant
Avenir  Icon_minitimeVen 17 Mai - 12:17 par Angelina Fisher

» Colin passe à l'action
Avenir  Icon_minitimeVen 10 Mai - 21:53 par Angelina Fisher

Juillet 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Angelina Fisher
Avenir  Vote_lcapAvenir  Voting_barAvenir  Vote_rcap 

Partagez
 

 Avenir

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
Angelina Fisher

Messages : 457
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 49
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

Avenir  Empty
MessageSujet: Avenir    Avenir  Icon_minitimeLun 22 Avr - 18:08


Ce ne fut pas simplement un double mariage auquel assistèrent tout ce que Genoa City pouvait comporter comme personnalité mais aussi une double lune de miel. Colin et Hillary ne pouvant supporter l’idée d’être séparé l’un de l’autre réussirent à convaincre leurs conjoints de passer également leur lune de miel ensemble sur le yacht de Colin.
Tout le monde à Genoa city semblait avoir oublié qui était vraiment Colin. Tous, Cane inclus, avaient baissé la garde. Hilary aussi semblait aimer de tous. Tout le monde recherchait sa compagnie en particulier de Victoria Newman devenue sa meilleure amie.
Un soir, dans l’intimité de leur chambre à coucher, Devon fit part à Hillary de son désir d’enfant.
-         Comme tu le sais j’ai grandi sans père ni mère. Si Drucilla ne m’avait pas donné ma chance qui sait où j’en serais aujourd’hui. Notre enfant sera lui choyé et désiré comme aucun autre.
Hillary sursauta. Elle ne s’était pas attendu à une telle requête aussi vite. Elle et Colin avait bien sur prévu cette possibilité mais pas aussi rapidement et d’ici là leur plan aurait bien avancé et Devon serait sur le point de mourir. 
-         Tu aimerais que l’on ait un bébé maintenant ?
-         Pourquoi pas ? Nous avons une bonne situation, nous vivons dans un magnifique manoir...
-         Oui mais nous sommes encore jeunes.
-         Kevin et Angelina ont le même âge que nous et pourtant sont déjà parents deux fois.
-         Mais nous venons à peine de nous marier.
-         Tout comme Angelina et Kevin lorsque Angelina était enceinte de Graham.
Hillary prit sur elle pour ne pas montrer son antipathie envers Angelina plus que n’importe qui à Genoa City.
-         Pourquoi ne pas profiter un peu de notre vie de jeunes mariés ? Je viens d’avoir une promotion chez Newman Entreprise et toi, n’es-tu pas chargé de la musique accompagnant le nouveau clip des Industries Chancellor sur l’énergie renouvelable ?
-         En effet c’est bien moi qui m’occupe de la musique.
-         Alors tu vois, nous avons tous deux des vies bien remplies, pourquoi avoir un enfant tout de suite ?
-         Tu as probablement raison.
-         J’ai raison, dit-elle en souriant sournoisement.
-         Mais nous en reparleront, dit-il en souriant lui aussi mais sincèrement ; ne se doutant pas un instant des arrières pensées de sa femme.
Alors que Devon était profondément endormi, Hillary saisit son téléphone crypté offert par Colin, et envoya un SMS à Colin. Celui-ci était allongé à coté de Jill qui dormait épuisée après une soirée de sexe avec Colin. Il se précipita en entendant vibrer son portable.
« Aie besoin de te voir de toute urgence demain »
« Rdv 8 H 00 à l’appartement »
 
Le lendemain ni Hillary ni Colin n’étaient présent à la table du petit déjeuner, tandis que l’excitation était à son comble. En effet, le conseil d’administration des Industries Chancellor se réunissait aujourd’hui. Chance était presque sûr de pouvoir convaincre les actionnaires du bienfondé des énergies renouvelable. Malgré tout Jill continuait à douter et en fit part à son petit-fils.
-         Si j’étais de toi, je resterais prudent. Rien n’est encore joué. N’oublie pas que la plupart d’entre eux sont de l’âge de ton grand-père s’il avait vécu et ne connaissent pas grand-chose, pour ne pas dire rien à ce genre d’énergie.
-         Jill, le département marketing a fait un travail de génie. Grand-mère aurait foncé.
-         Katherine était une avant-gardiste qui a toujours su flairer le bon filon, ce qui n’est pas le cas du conseil.
-         Mais toi, grand-mère tu sous-estime notre arme secrète : ton mari ; Colin. Il a mis tellement de lui dans ce projet. Il saura les convaincre du bien-fondé du projet.
Jill sourit en pensant amoureusement à Colin.  
-         C’est vrai que Colin est un génie.
 
Colin rejoignit Hillary dans l’appartement. Celle-ci était dans tous ses états.
-         Que se passe-t-il, ton SMS disait que c’était urgent. Est-ce ton imbécile de mari se doute de quelque chose ?
-         Non ! Bien sûr que non ! Comment le pourrait-il ? Il est tellement stupide de penser que je suis amoureuse de lui. Amoureuse au point de vouloir un enfant avec moi.
-         Quoi ?! s’écria Colin ? Un enfant ? Comment ça un enfant ?
-         Devon m’a demandé hier soir de faire un enfant.
-         Que lui as-tu répondu ?
-         J’étais un peu prise au dépourvu mais je lui ai dit que c’était trop tôt, nous étions encore jeunes mariés et pouvions profiter de la vie qui s’offre à nous.
-         Et il est d’accord ?
-         Il est d’accord pour attendre un peu.
Colin réfléchit.
-         Tu n’envisage tout de même pas d’accepter ?
-         Quoi ? Bien sûr que non ! Pour qui tu me prends ? Colin, il est hors de question d’avoir un enfant avec ce minable. Si je devais avoir un enfant se serait avec toi, personne d’autre.
-         Hillary, j’ai déjà eu des enfants. L’une que j’ai tué de mes propres mains, l’autre qui est mort à la place de son frère jumeau que j’éliminerai bientôt. Tu peux me croire. Je prendrai alors ses enfants et les emmènerai avec nous en Australie où ils apprendront les ficelles du métier.
-         Rien ne nous dit qu’ils seront de ta trempe, mon chéri, vue les parents qu’ils ont, alors que si nous avons un enfant tous les deux il nous ressemblera, pour sûr.
Colin se tut et réfléchit à la proposition d’Hillary tout en souriant de son sourire pervers qui plaisait tant à cette dernière.
-         Tu es encore plus machiavélique que moi. Tu as raison, nous débarrasserons de tout ce qui nous rattache au passé pour nous consacrer à l’avenir : notre avenir. Notre fils ou notre fille sera notre héritier. Nous lui apprendrons toutes les ficelles.
-         Oui, mais, Colin, je ne veux pas voir mon corps déformé par une grossesse. Je ne suis pas une vache reproductrice.
-         Qu’à cela ne tienne nous engagerons une mère porteuse, puis une nurse afin que tu n’es pas à t’occuper des taches bestiales telle que donner le sein ou changer les couches. C’est uniquement quand il sera suffisamment apte à comprendre qu’il est que nous en occuperons.
-         Je n’envisageais pas les choses autrement. Je n’ai pas envie d’être réveillée au milieu de la nuit pour donner le biberon alors que nous serons en train de faire l’amour comme des bêtes.
Colin sourit de son sourire pervers qui plaisait tant à Hillary.
-          Mais d’abord il nous faut poursuivre notre plan. Où en es-tu avec Victoria Newman ?
-         Elle me mange dans la main.
-         Parfait.
-         Je n’en dirais pas autant de Cassie Newman en revanche. Cette petite idiote est très amie avec Angelina Fisher et tu sais qu’elle ne peut pas me sentir. Elle se montre polie et courtoise envers moi parce que je suis la femme de Devon mais j’ai la certitude qu’elle ne peut pas me supporter. Quand je suis seule elle fait tout pour m’éviter. Ce qui ne me gêne pas le moins du monde parce que elle n’est d’aucun intérêt dans nos plans et qu’elle ignore ce que c’est moi qui ai tué son père, mais elle n’a pas intérêt à contrecarrer nos plans en montant la tête de Cassie contre moi.
Colin écouta Hillary sans l’interrompre puis se mit à réfléchir quelques instants.
-         En effet cela pourrait être ennuyeux mais j’ai un plan. Ce n’est pas cette petite chanteuse de pacotille qui va nous empêcher d’aboutir à nos rêves de millionnaire, que dis-je, de milliardaire. Pour cela tu vas devoir suivre à la lettre tout ce que je te dirai de faire.
-         Colin chéri, n’est-ce pas ce que j’ai toujours fait ?
Il sourit de son sourire sadique.
-         Dis-moi ce que tu as en tête.
-         Tu vas provoquer un séisme chez les Newman. Cette famille si unit autour de Newman entreprise va se retrouver au cœur de la discorde. Nous allons diviser en deux le clan Newman.
-         Que dois-je faire ?
-         Quels sont les liens entre Victoria et sa nièce ?
-         Elles s’adorent. Victoria n’aime pas trop sa belle-sœur Sharon mais elle adore sa nièce.
-         Alors arrange toi pour que ce ne soit plus le cas. Il va falloir semer la zizanie entre Victoria et Cassie Newman.
-         Comment dois-je m’y prendre ?
-         Je ne sais pas encore.
-         Ne t’inquiète pas, je trouverai. Pour le moment je m’occupe des Industries Chancellor. Ces abrutis me mangent dans la main. Ils vont crouler sous les factures et n’auront plus d’autre possibilité que de vendre mais avant…
-         Mais avant Chancellor et Newman ne feront qu’un et tout sera à nous.
-         Et tout sera à nous. Oui. Mais avant ça j’ai un autre projet à te soumettre sans rapport avec Chancellor et Newman. Ce projet va nous couter beaucoup d’argent. Bien sûr une fois que tout sera fait cela nous rapportera beaucoup d’argent mais avant il va falloir débourser et c’est pourquoi j’ai dans l’idée de diversifier un peu nos investissements et j’ai donc décidé de me lancer dans le commerce d’êtres humains.
-         Tu penses à la prostitution ?
-         Pourquoi pas. Mais je pensais surtout aux enfants. Au commerce d’enfant. Cela nous rapportera énormément d’argent entre ceux qui sont prêt à dépenser une fortune pour avoir un enfant sans attendre et ceux qui comme nous ont besoin d’une main d’œuvre à bon marché. Que dirais tu d’avoir un domestique que nous n’aurions pas à payer et qui seras à tes petits soins jour et nuit ?
Hillary sourit.
 
 
Les jours puis les semaines et enfin les mois s’écoulèrent. Hillary possédait désormais totalement l’esprit de Victoria qui buvait ses paroles contrairement à Cassie qui était sous ses gardes. Ce jour-là, elle discutait avec Angelina et Kevin chez eux. La grossesse de cette dernière n’était désormais plus un secret. Une petite fille était attendue mais cependant ce n’était pas le sujet du jour. Le sujet du jour, le même depuis plusieurs jours, semaines : Hillary.
-         Victoria avale toutes ses paroles, elle la manipule et elle n’en s’en rend même pas compte. Tout ce que veut Hillary, Victoria le veut aussi et bien sûr influence Victor.
-         Tout comme Colin avec Mackenzie, figure toi que Mack et Jill sont devenues les meilleures amies du monde, ce qui n’est pas un mal en soi, sauf que leur amitié a un dénominateur commun : Colin ! On ne peut même pas dire un traite mot contre lui où Mack s’énerve. D’ailleurs elle ne nous adresse pratiquement plus la parole.
-         C’est pareil avec Chance. D’ailleurs nous avons fini par rompre.
-         Je suis désolé, Cassie. Sincèrement.
-         Merci, Kevin.
-         Que s’est-il passé ? Ne me dit pas que c’est à cause de Colin ? demanda Angelina.
-         Disons qu’il en est la cause directe mais pour être honnête, cela faisait un moment que cela n’allait plus entre lui et moi. Si tant est que cela ait vraiment fonctionné un jour. Puis il a revu Chloe au mariage de Jill et Colin et je crois que ses sentiments pour elle ont ressurgi.
-                     Chloe est en couple avec ce new-yorkais milliardaire. Je doute fortement qu’elle revienne un jour à Genoa City, dit Kevin.
-                     Mais Chance garde l’espoir, je crois. Mais comme je l’ai dit entre nous cela n’allait pas vraiment bien avant ce mariage, bien avant qu’il ne revoie son ex-petite amie. Elle n’est pas vraiment le problème. Les choses ont empiré depuis qu’il mange dans la main de Colin. Il a perdu tout sens critique et ne jure plus que par lui et Victoria par Hillary. Avant elle Victoria me respectait en tant que Newman et me traitait d’égal à égal. J’avais mon mot à dire dans l’entreprise et en cas de désaccord la décision finale revenait à Victor ; plus aujourd’hui. Désormais seul compte l’opinion d’Hillary.
 
Après le départ de Cassie, Angelina et Kevin restèrent pensifs.
-         C’est étrange, finit par dire Angelina.
Kevin la regarda d’un air interrogatif.
-         Tu ne trouves pas cela bizarre ce pouvoir que l’un et l’autre exerce sur des gens qui se connaissent mais dans les intérêts divergent.
-         En effet c’est étrange en effet, mais tu te trompes quand tu dis que leurs intérêts sont divergeant. Pas tant que ça quand on y pense. Les Industries Chancellor et Newman Entreprise sont deux grandes sociétés, les deux plus grandes de Genoa City.
-         Bien sûr mais elles n’ont pas le même secteur d’activité.
-         C’est vrai, soupira Kevin.
Il regarda sa femme et sourit.
-         Dites-moi, Sherlock, que dirais tu d’appeler la baby sitter et d’aller tous les deux au cinéma voir un de ces bon vieux films romantique que tu aimes tant.
-         Chéri, tu déteste ce genre de film.
-         Quoi ? J’ai dit ça moi ? dit-il prenant un air faussement offensé.
Angelina se mit à rire.
-         Je te propose un compromis, et si nous allions diner aux chandelles et ensuite nous pourrions aller danser à l’Underground avant que je ne sois plus en état de le faire, dit-elle faisant allusion à sa grossesse.
Kevin rit.
-         Marché conclu, dit-il en souriant.
-         J’appelle la baby sitter.
 
Chez Newman Entreprise rien n’allait plus entre Victoria et Cassie. Ce jour-là Victoria et Hillary déjeunaient ensemble au club. Victoria fit part à celle qui était devenue sa confidente ses soucis avec sa nièce.
-         Je n’arrive plus à la comprendre, elle s’oppose systématiquement à toutes mes décisions. Tiens par exemple, le projet sur les énergies renouvelables…
-         Ne me dit pas qu’elle est contre ça ? Je la croyais sensibilisée à la protection de l’environnement.
-         Elle l’est. Le problème n’est pas à ce niveau, mais elle pense que Newman Entreprise ne devrait pas se mêler du secteur de l’Industrie, que cela est du domaine des Industries Chancellor et pas nous.
-         N’aimerait-elle pas voir Newman Entreprise s’élargir ?     
-         Je ne sais pas.
-         Peut-être ne veut-elle pas faire concurrence à son petit ami ?
-         Son petit ami ? Je suppose que tu parles de Chance ? Ils ne sont plus ensemble. Je pensais que tu le savais vue que tu vis au manoir Chancellor.
-         C’est vrai j’y vis mais tu as l’air d’oublier que je suis encore une jeune mariée : toutes mes pensées se concentre autour de mon petit mari.
Victoria rit.
-         Mais revenant à Cassie. Victoria, nous sommes amies ? N’est-ce pas ? De bonnes amies ? 
-         Les meilleures.
-         Puis je te parler franchement ?
-         Bien sûr.
-         Je crois que Cassie est jalouse de toi.
-         Quoi ? fit Victoria abasourdie.
-         Elle est jalouse de toi parce que tu es une Newman et pas elle.
-         Hillary, de quoi parles tu ? Cassie est une Newman.
-         Oui mais pas de sang. Sa mère était célibataire et encore adolescente quand elle a eu, non ?
-         Heu, oui.
-         Donc tu vois, quoiqu’il advienne elle ne sera jamais une véritable Newman de sang et c’est pourquoi elle est jalouse de toi. Tu es une Newman depuis toujours, Victoria. Tu es aimée et respectée de tous. Partout où tu vas les gens savent qui tu es : Victoria Newman, la fille de Victor Newman. Cassie est le fruit d’une liaison d’une adolescente avec son petit ami du lycée qui a eu la chance de rencontrer Nicolas Newman et faire d’elle une personne respectable et sa batarde de fille par la même occasion. Je suis désolée si je te choque, Victoria mais je ne remplirais pas mon devoir d’amie si je ne t’ouvrais pas les yeux sur ce qui se passe autour de toi. Cassie veut prendre ta place. Elle veut hériter de Newman Entreprise. Ne la laisse pas te déposséder de ton héritage. Newman Entreprise te revient de droit. Tu es l’ainée Victoria, tu es une Newman, une vraie. Cassie, elle, est une opportuniste. Si tu la laisse faire, elle montera ton père contre toi et sera désignée comme l’unique propriétaire de Newman Entreprise le jour où ton père viendra à mourir.
-         Il n’en est pas question ! J’ai travaillé très dur pour cette société quand Cassidy Ann Johnson ne connaissait même pas l’existence de Newman Entreprise ! Cette société est à moi ! Mon frère s’en contrefiche depuis toujours et ce n’est pas cette gamine venue d’on ne sait où qui me prendra ce qui me revient de droit.
-         Je suis désolée, Victoria, je ne voulais pas te faire de la peine en te parlant de Cassie de la sorte. Je sais bien que tu l’aimes, mais il fallait que quelqu’un te le dise. 
-         Non, tu as bien fait. Si elle veut continuer à travailler pour Newman Entreprise elle sera sous mes ordres. Elle va voir qui commande ici !
Hillary sourit intérieurement, Victoria mordu à l’hameçon. Son plan consistant à semer la zizanie fonctionnait à merveille.
-         Là je te retrouve. Si tu as besoin de moi, n’hésite pas à m’en faire part.
-         Tu es fantastique, Hillary. Tu es la meilleure amie qu’une femme puisse rêver d’avoir.
Hillary sourit.
-         Tu veux bien m’excuser, j’ai besoin de me repoudrer le nez, dit-elle en prenant son sac à main.
Une fois à l’abri des regards, elle prit son téléphone et envoya un SMS à Colin.
« 1ere partie de notre plan en route. Victoria a mordu à l’hameçon. H. »
La réponse se fit sans attendre.
« Tu es la meilleure. Je m’occupe de qui tu sais dès ce soir. »
« Quand nous reverrons nous ? J’ai faim de toi. »
« Moi aussi j’ai faim de toi. Retrouvons-nous ce soir. Dès que Jill dormira je sortirai. »
« J’ai hâte que tu me voies dans ma nouvelle tenue achetée spécialement pour toi. »
 
 
Comme convenu avec Hillary, Colin la rejoignit à la nuit tombée lorsque tout le monde dormait profondément.
En le voyant celle-ci, revêtue body avec string ouvrable en dentelle avec jarretelle à faire pâlir d’envie toutes les prostituées du monde entier, sourit à son amant de mari.
-         J’ai bien cru que tu n’arriverais jamais, dit-elle d’une voix suave.
-         Je n’arrivais pas à me débarrasser de Jill. J’ai bien cru qu’elle ne dormirait jamais.
-         J’en ai assez de cette situation. Devon voulait faire l’amour, j’ai dû prétendre être en disposé. La semaine dernière, j’ai fait semblant d’avoir mal à la tête. 
-         Hillary, je comprends ton impatience, moi aussi j’en ai assez de Jill mais pour que notre plan fonctionne il nous faut assurer nos arrières même si pour cela nous devons coucher à en avoir envie de vomir. Notre plan est en place. Le système de Newman et Chancellor est presque entièrement piraté. Nos experts ont presque fini. Il n’y a plus qu’à attendre.
-         De mon côté j’ai convaincu Victoria que Cassie est une intruse qui veut prendre sa place. Elle va en parler à Victor et comme Victor ne sait pas dire non à sa fille chérie, il évincera Cassie et ce sera la guerre dans cette famille.
Colin sourit de son sourire pervers.
-         J’ai d’autres bonnes nouvelles. J’ai parlé à mes contacts et il y’a un marché à saisir, deux en fait, qui peuvent nous rapporter gros : très, très, très gros.
-         Oh Colin, dis-moi vite de quoi il s’agit, dit-elle les yeux pétillants de joie.
-         Tu te souviens je t’avais parlé d’avoir une esclave domestique obéissant au moindre de nos besoins et que nous n’aurions pas à payer.
-         Oui.
-         Je me suis renseigné à ce sujet, elle devrait arriver d’ici peu. Elle n’est pas bien veille. Environ 8 ans à ce qu’on m’a dit. Ses parents ont besoin d’argent pour acheter de l’alcool et de la drogue, que nous leur fournirons. Pour cela ils sont prêts à vendre leur unique enfant au plus offrant. J’ai fait une offre qu’ils ne pourront pas refuser.
-         Bien !
-         Oui, bien, mais ce n’est pas tout. Grace à ça j’ai découvert deux industries sur lesquelles je n’avais jamais travaillé jusqu’à présent : le trafic d’enfant et d’organe. Commençant par ce dernier. Des gens millionnaires ont besoin d’organes de toute sorte et sont placés très loin sur la liste des demandeurs. Parallèlement en Chine, l'Inde ou le Pakistan, les plus pauvres sont alors nombreux à vendre un rein ou un morceau de foie pour quelques centaines de dollars que nous revendrons à des riches patients pour des centaines de milliers de dollars. Qu’en pense tu ?
Les yeux d’Hillary brillèrent de joie.
-         Oh Colin, si tu savais comme tu m’excite en parlant ainsi.
Il sourit.
-         Alors laisse-moi t’exciter encore plus. Notre organisation ne va pas s’arrêter là. Un autre marché est également prometteur au-delà du trafic d’être humain que nous allons naturellement mettre en place si tu es d’accord.
-         Si je suis d’accord ? Si je suis d’accord ? Colin, tout ceci peut nous rapporter gros, très, très gros. Entre ça, la fortune des Chancellor et celle des Newman, nous allons pouvoir profiter de la vie. Je me fiche de voir ces mioches abuser sexuellement, je n’en ai rien à faire. Chacun ses fantasmes. Tout ce qui compte c’est l’argent que cela nous rapportera.
-         Je n’en attendais pas moins de toi. C’est pourquoi j’ai encore un cadeau à te faire.
-         Dis-moi tout.
-         Le trafic de bébé. Une femme m’a contacté : elle et son mari milliardaire aimerait avoir un bébé, or elle n’a pas envie de déformer son corps. Elle est prête à payer plus deux millions de dollars, trois si c’est une fille, moitié à la commande et l’autre à la livraison. Tout ce qu’elle exige est que ce soit un enfant américain.
-         Deux millions de dollars ! dit Hillary en extase devant autant d’argent.
-         Deux millions, pas moins. Trois si c’est une fille.
-         C’est une belle somme mais où pourras tu avoir un bébé américain dans des délais aussi courts ? As-tu un réseau ?
-         Pas encore mais j’ai un plan et je n’ai aucunement besoin de réseau pour l’instant. Tu m’as bien dit que la fille d’Angelo était enceinte ?
-         Angelina ? Oui.
-         Connaitrais-tu par hasard le sexe du bébé ?
-         Angelina et moi ne sommes pas amies, tu le sais mais j’ai entendu Abby parler avec Cassie comme quoi ce serait une fille…Oh, attends…Colin…est ce…est ce…est-ce c’est bien ce j’imagine ? Tu vas leur voler leur bébé c’est ça ?
Colin sourit de son sourire pervers. Puis il regarda Hillary.
-         Sais-tu à quel point tu m’excite dans cette tenue ?
-         Je croyais que tu ne le remarquerais jamais.
Colin coucha Hillary sur le lit et sans préambule la chevaucha.

<3>3<3<3<3<3
Avenir  Kevine10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Avenir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le titre IC, Sheamus, l'avenir de Wade Barrett
» Nuage de Griffe:un bel avenir t'attends ||4avril
» L'avenir n'appartient pas aux femmes
» L'avenir appartient à ceux qui s'lèvent à l'heure où j'me couche ♦
» La mémoire est l'avenir du passé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Protection rapprochée-
Sauter vers: