Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Adam
Derniers sujets
» D Day
Mar 4 Déc - 22:29 par Angelina Fisher

» Visite innatendue
Ven 23 Nov - 15:19 par Angelina Fisher

» Resolutions
Sam 10 Nov - 22:05 par Angelina Fisher

» Deidre en attente du père noel
Sam 3 Nov - 16:01 par Angelina Fisher

» Halloween
Lun 29 Oct - 12:56 par Angelina Fisher

» Inquiétude
Jeu 18 Oct - 22:48 par Angelina Fisher

» Deidre Fisher
Mer 17 Oct - 13:41 par Angelina Fisher

» Le secret
Sam 22 Sep - 22:16 par Angelina Fisher

» Les auditions à l'aveugle
Sam 25 Aoû - 22:23 par Angelina Fisher

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine

Partagez | 
 

 D Day

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 48
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: D Day    Mar 4 Déc - 22:29


Quelques semaines s’écoulèrent depuis la visite de Kyle. Le jour de l’intervention approchait, Kevin devait être opéré le lendemain. Ce matin-là, Angelina était pensive. Occupé à organiser les derniers détails ne se rendit pas compte de l’état d’esprit de son épouse.
-         Est-ce ton père est toujours OK pour venir s’occuper des enfants dans la journée ? Sinon bien sur nous pourrions faire appel à une baby sitter mais ce sera moins traumatisant pour eux d’être avec quelqu’un de la famille et je serais plus serein moi aussi de les savoir en sécurité. Angelina, tu m’écoutes ?
Angelina revint soudain à la réalité.
-         Pardon, chéri, tu me parlais ?
Kevin sourit et s’avança vers sa femme.
-         Que se passe-t-il ?
Angelina leva les yeux vers ses prunelles.
-         Kevin, mon amour : es-tu certain de vouloir tenter une opération des plus incertaine ? Tu sais à quel point je t’aime et puis tu as entendu Kyle l’autre jour, pour moi il n’y a jamais eu personne en dehors de toi, mon amour, et que tu marches ou non ne changera en rien mes sentiments pour toi.
Kevin sourit.
-         Je suis heureux que nous ayons cette discussion. Pour tout te dire j’ai réfléchi après le départ de Kyle si je n’allais pas renoncer. Angelina, je t’aime plus tout au monde ma chérie, crois-moi tu es toute ma vie. Je veux passer ma vie à tes côtés, mais j’ai pris la décision de faire cette opération.
-         Kevin…
-         Angelina, écoute moi, je sais que tu effrayée. Je mentirai en disant que je ne le suis pas : je le suis mais si je dois vivre encore longtemps, je veux pouvoir être autonome. Je suis fatigué d’être cloué du matin au soir sur ce fauteuil. Je veux redevenir celui j’étais.
Angelina ne dit mot, en revanche, plaqua ses lèvres sur celles de Kevin.
 
 
Le jour à la fois tant attendu et en même temps redouté arriva. Angelina se trouvait dans la chambre de Kevin.
-         Chéri, je sais que nous avons déjà discuté mais il est encore temps de changer d’avis.
Kevin sourit tout en lui prenant la main.
-         Tu ne renonce donc jamais ?
-         Pas quand c’est important, répondit-elle en souriant également.
-         Tout se passera bien, dit-il en lui donnant un baiser.
-         Tu le promets ?
-         Je te le promets.
-         Tu as plutôt intérêt parce que je n’ai pas l’intention de me retrouver veuve de sitôt. J’ai bien l’intention de vivre jusqu’à cent au moins avant de faire de toi un veuf inconsolable.
-         Je n’y compterais pas si j’étais de toi car c’est moi qui fera de toi une veuve dans une soixantaine d’année, quand nos enfants seront tous établis dans leur vie et heureux.
-         Nous recevrons nos enfants et petits-enfants à notre table de famille et quand le moment sera venu, nous partirons ensemble main dans la main. Je ne pourrai pas supporter vive loin de toi.
-         Ni moi non plus, Angelina. Ni moi non plus.
Kevin voulu se redresser pour prendre quelque chose dans la commode à côté du lit mais oublia le goute à goute.
-         Aïe ! J’avais oublié le goute à goute. Ma chérie, ouvre le 1eŗ tiroir de la commode. Il y’a un l’intérieur un petit écrin, tu voudrais bien me le donner ?
-         Bien sûr.
Angelina se leva et ouvrit le tiroir à la droite de Kevin, trouva l’écrin et lui remit. Celui-ci l’ouvrit. A l’intérieur se trouvait un collier en argent massif avec un cœur en deux parties gravées à leur prénom. Kevin le tendit à Angelina.
-         Tiens ! dit-il en lui mettant la chaine entre ses mains.
-         Kevin… mon amour… dit-elle les larmes aux yeux.
-         Je cherchais un symbole de mon amour pour toi et j’ai trouvé ceci : un cœur qui s’ouvre en deux gravé à nos prénoms. Tu me remettras la seconde partie quand je serai sorti du bloc, OK ?
À travers ses larmes, Angelina rit. Elle se pencha vers Kevin et l’embrassa.
-         Je t’aime.
-         Je t’aime, moi aussi.
-         Je peux repasser si vous voulez, dit une voix à l’embouchure de la porte.
Angelina sourit en reconnaissant la voix à l’accent californien si prononcé.
-         Thomas !
Kevin sourit à son tour.
-         Thomas, entre, je t’en prie !
-         Je suis content de te voir.
-         Je suis content de te voir moi aussi. Tu as finalement décidé de te faire opérer.
-         Oui, j’ai pris ma décision. Où est…
-         Sally.
-         Sally, oui, je ne retiens jamais son prénom. Je suis désolé mais c’est dur pour Angelina et moi de faire l’impasse sur Caroline et toi. Même si je me suis réconcilié avec mon frère, mais je n’oublie pas tout ce que vous avez fait pour nous à une certaine époque.
-         Caroline fera toujours partie de ma vie : c’est la mère de mon fils et nous restons bons amis. Sally est une femme fantastique : on ne s’ennuie jamais avec elle. J’espère qu’un jour vous aurez l’occasion de mieux la connaitre.
On frappa derechef à la porte.
-         Entrez !
La porte s’ouvrit laissant apparaitre Michael, à la plus grande stupéfaction de Kevin mais aussi d’Angelina.
-         Que fais-tu ici ?
-         Je vais attendre dans le salon d’attente, dit Thomas.
-         Je suis au courant de ta visite au cabinet de Jonathan et je te préviens si tu es venu pour tenter de me dissuader de me faire opérer, je te préviens tu perds ton temps.
-         Je ne suis pas venu pour ça. Je n’aurais pas dû aller voir ton médecin, je suis désolé. Mais, Kevin, tu es mon frère et je t’aime. Ma place est à tes cotés.
-         Je vais attendre dehors, vous avez besoin d’être un peu seuls.
-         Christine est dehors, elle apprécierait de te voir.
-         Je repasserai avant qu’ils ne t’endorment, dit-elle en embrassant son mari.
Une fois Angelina sortie, Michael se retourna vers son frère.
-         Kevin, j’ai eu tort d’aller voir ton médecin, j’en ai conscience mais je voulais m’assurer que tu ne risquais rien. Notre relation a connu bien des hauts et des bas, plus particulièrement ces dernières années qui ont suivi tes retrouvailles avec Angelina et votre mariage mais pourtant il me semblait que cela allait mieux entre nous ces dernières années qui ont suivi le retour de Shirel à la maison. Je ne voudrais pas que cela recommence.
-          Ni moi non plus. Je suis content de te voir, cela m’évitera de demander à te demander : tu voudrais bien ouvrir ce placard et prendre le document qui se trouve dans une enveloppe.
Michael s’exécuta et en sortit une lettre dans une enveloppe fermée où il était écrit : à n’ouvrir qu’en cas de décès. Surpris il regarda son frère.
-         J’ai rédigé un testament au cas où cela tournerait mal. Angelina n’est pas au courant et je ne veux pas qu’elle le sache sauf au cas où. C’est l’amour de ma vie et je veux la savoir en dehors du besoin elle et les enfants au cas où. J’ai pris une assurance vie où il est stipulé qu’en de décès tout revienne à ma femme Angelina Veneziano-Fisher. J’ai également contracté une assurance décès et réglé les dernières traites du crédit de la maison. 
-         Tu agis vraiment comme si tu étais sûr de mourir sur cette table d’opération.
-         Je ne suis sûr de rien, Michael. Excepté une chose : mon amour pour Angelina. Je me suis mal comporté avec elle la première fois. Elle m’aimait et je lui ai jeté son amour au visage.
-         Kevin, tu étais déjà engagé à l’époque et Angelina le savait quand elle t’a piégé pour que tu l’épouse.
-         Elle ne m’a pas piégé pour l’épouser. Oui elle m’a piégé en me partir à l’autre bout du pays mais pas pour l’épouser. Elle la fait pour me protéger du courroux de son père. Elle a toujours agi en laissant parler son cœur.
-         Je sais. Je sais qu’Angelina t’aime : je n’en ai jamais douté. Je ne la trouvais pas assez bien pour notre famille mais j’ai eu tort. J’ai fait preuve de snobisme.
-         Je ne te le fais pas dire, dis Kevin en souriant. Mais c’est fini maintenant. Désormais tu as accepté qu’Angelina fasse partie de ma vie et par conséquent notre famille.
-         Oui mais ceci dit tu essayes de noyer le poisson. Kevin, il semblerait que tu aies peur de ce qui pourrait t’arriver alors la question est : pourquoi veut tu tenter une opération aussi dangereuse. Kevin, je comprends que tu veuilles retrouver l’usage de tes jambes, mais à quoi cela te servirait -il si tu venais à mourir. Pense à ta femme, à tes enfants. Que deviendront-ils si tu n’es plus là pour eux ? penser à leur laisser de l’argent c’est bien mais je suis persuadé qu’ils aimeraient mieux avoir leur père et Angelina son mari, à ses côtés.
-         Michael, je vais me battre jusqu’au bout. Je le dois à ma femme, mes enfants mais avant tout je me le dois.
-         Il n’y a donc rien que je puisse faire ou dire pour te dissuader de te faire opérer ?
-         Absolument rien du tout, dit Kevin en souriant.
Michael soupira.
-         Très bien, j’abandonne.
-         Merci, dit Kevin toujours avec le sourire. À présent, voudrais tu dire à ma femme que je désire lui parler ?
Michael se leva de sa chaise et se dirigea vers la sortie quand Kevin le rappela.
-         Une dernière chose, Michael, s’il m’arrivait malheur durant cette intervention, promets-moi de toujours garder un œil sur Angelina et les enfants.
-         Je te le promets, dit Michael en toisant son frère.
-         Merci !
-         De rien !
Au moment où Michael s’apprêtait à sortir de la chambre de son frère, ce dernier le rappela.
-         Une dernière chose, s’il te plait, Michael, tu veux bien dire à Angelina de venir.
Michael sortit de la chambre et alla trouver Angelina. Cette dernière discutait avec Christine, Sally et Thomas.
-         Kevin veut te voir.
-         Je vous prie de m’excuser.
Elle entra dans la pièce et sourit à l’adresse de son mari qui le lui rendit. Elle s’approcha du lit et prit sa main dans la sienne.
-         Michael m’a dit que tu voulais me voir ?
-         Où as-tu mis la chaine ?
-         Elle est ici, dans mon sac.
-         J’aimerais que tu la porte en attendant mon réveil.
Angelina la sortie et la mit à son cou.
-         Je te demanderais bien de me le fermer…
Kevin sourit.
-         Tu es magnifique, ma chérie. Tu es encore plus belle que cette jeune femme à qui j’ai oui. J’espère sincèrement que nos trois filles hériteront de ta beauté.
-         Tu n’es pas trop mal non plus dans ton genre, dit-elle histoire de détendre l’atmosphère.
-         Ravi de l’entendre.
Angelina rit.
-         Pendant que Michael et toi bavardiez, je discutais avec Christine. C’est quelqu’un de foncièrement gentil et elle aime vraiment Michael. J’ignorais que leur histoire avait débutée sur des mauvaises bases.
-         Je n’habitais pas encore Genoa City à l’époque mais j’en ai entendu parler. Michael n’était pas un saint à cette époque. Leur histoire est similaire aux montagnes russes mais ils se sont enfin trouvés.
-         Un peu comme nous. Il faut dire qu’aucune femme ne résiste aux hommes Fisher-Baldwin, dit-elle en lui donnant un baiser. Sally est sympa. Aux antipodes de Caroline. Elle autant exubérante que Caroline peut être pondérée. Par certains côtés elle me fait penser à moi avant notre rencontre. 
-         J’espère que tu retrouveras ton rire légendaire. Allez-vous devenir amies toi et Sally ?
-         Je le retrouverai aussitôt que tu seras hors de danger. Maintenant pour répondre à ta seconde question, je ne sais pas. Nous verrons avec le temps. Pour le moment tu es ma priorité. Je t’aime, Kevin Fisher et tu as intérêt à ce que tout se passe bien dans cette salle d’opération.
-         Je ferai tout pour, dit-il en l’embrassant.
L’anesthésiste et brancardier arrivèrent pour l’endormir avant de le descendre au bloc opératoire.
-         Êtes-vous prêt ?
Kevin regarda Angelina qui s’efforça de sourire.
-         Je t’aime. Je suis prêt.
Il ne tarda pas à s’endormir quelques minutes seulement après l’anesthésie.
Angelina le suivi jusqu’à qu’ils empruntèrent l’ascenseur réservé au transport des malades. Michael la rejoignit.
-         Allez viens, je t’offre un café. Tu vas en avoir besoin.
-         Maman ! Maman !
Alors qu’elle s’apprêtait à suivre Michael à la cafeteria, elle entendit la voix de ses deux filles l’interpelant.
-         Shirel, Alana, que faites-vous ici ?
-         On est venues directement de l’école pour voir Papa mais il n’est pas dans sa chambre.
-         Est-ce votre grand-père est au courant que vous êtes là ?
-         Lisandro lui dira.
-         Maman !
-         Lisandro ! Qu’est ce tu fais là ? On t’avait dit de renter à la maison parler à Grand-père.
-         Je suis plus un bébé et moi aussi je veux voir Papa !
-         Grand-père va s’inquiéter de ne pas nous voir.
-         Je préviens Angelo, dit Michael.
-         Merci ! Les enfants je vous avais dit de rentrer directement après l’école.
-         Je ne pouvais c’était trop difficile. Je voulais trop voir Papa, dit Shirel.
-         Moi aussi.
-         Moi aussi.
-         Je suis désolée, mes chéris mais Papa vient juste d’être descendu au bloc. L’opération risque de durer de longues heures.
-         Et ensuite il remarchera ? demanda Lisandro.
-         On ne pourra pas le savoir tout de suite, chéri, mais il faut l’espérer.
-         Papa est fort et il a marché le jour où Kyle a voulu te tirer dessus.
-         Ce jour-là était exceptionnel, chéri. Allons à la cafeteria prendre un milkshake.
Ils furent bientôt rejoints par le reste de la famille. Les heures tournèrent, Sally tentant de distraire les enfants du mieux qu’elle pouvait quand soudain une voix les réveilla.
-         Thomas ! Angelina !
-         Caroline ! Que fais-tu ici ? Qui garde Douglas et Phoebe ?
-         Ils sont chez Rick et Maya.
-         Caroline ? Je croyais que tu devais rester à Los Angeles avancer pour la prochaine collection ?
-         Je ne pouvais pas travailler en sachant ma meilleure amie dans l’inquiétude.
Angelina sera son amie dans ses bras.
-         As-tu des nouvelles ?
-         Pas encore.
-         C’est la première fois que je vois cette chaine sur toi, c’est nouveau ? dit Sally.
Angelina sourit.
-         C’est un cadeau de Kevin. Je lui remettrai une partie à son réveil.
-         C’est très romantique.
 
Les heures s’écoulèrent, Angelina tenta d’avoir des nouvelles de son mari : sans succès.
-         Maman !
-         Oui, Alana ?
-         Est-ce Papa va mourir ?
Demanda d’emblée la jeune fille prenant sa mère de court.
-         Ma chérie, non ! Bien sûr que non.
-         Maman, n’essaye pas me mentir en voulant me protéger : je ne suis plus un bébé.
-         Mon ange, je sais bien que tu n’es plus un bébé.
-         Alors pourquoi mens-tu ?
-         Je ne mens pas.
-         Si.
-         Qu’est ce qui te fais dire que je mens ?
-         Tu dis que Papa ne va pas mourir mais au fond tu n’en sais rien. Je vous ai entendu vous disputer Papa et toi. Tu n’étais pas d’accord pour qu’il se fasse opérer et Oncle Michael non plus.
-         Tu dis n’importe quoi, Alana, Papa ne va pas mourir !
-         C’est toi qui dit n’importe quoi, Lisandro ! À ton avis pourquoi Oncle Michael, Tante Christine, Oncle Thomas et Tante Caroline sont là ? Même Sally est là ! Pourquoi si Papa ne va pas mourir ?
-         Papa se fait opérer pour pouvoir remarcher, il ne va pas mourir !
-         La ferme, Lisandro, tu n’es qu’un bébé, tu ne sais pas ce que tu dis.
-         Toi, la ferme, Alana.
-         Bon maintenant ça suffit, tous les deux ! Cela ne rendra service à personne de vous disputer comme vous le faites et à commencer par Papa. Vous devriez avoir honte de vous !
-         Tu vois que Papa va se réveiller.
-         Lisandro, ta sœur n’a pas complètement tort.
-         Tu vois ? J’ai raison ! Pourquoi as-tu laissé Papa se faire opérer ? Kyle n’est pas homosexuel et tu veux voir Papa mourir pour aller vivre avec lui.
Angelina fulmina.
-         Alana, j’aime ton père plus que tout au monde et je t’interdis à toi ou à quiconque d’en douter. Je ne voulais pas que Papa se fasse opérer parce que j’ai moi aussi peur de le perdre. Mais il en a décidé autrement parce que il veut retrouver l’usage de ses jambes afin de pouvoir refaire tout ce qu’il faisait avant cet accident.
-         Et s’il meurt à quoi cela va servir ? dit la fillette en pleurant.
Angelina soupira et serra sa fille dans ses bras pour la consoler.
-         Viens là, dit-elle en l’attirant à elle. Il faut espérer, prier pour que tout se passe bien. Ton père, votre père, dit-elle en s’adressant également à Lisandro a toujours été un battant depuis son plus jeune âge. Un jour peut-être vous en parlera-t-il lui-même, mais en attendant nous devons être là pour lui en nous comportons comme une famille et ce n’est certainement pas en vous disputons comme vous le faites que vous l’aiderez à aller mieux.
-         Tu parles comme s’il allait guérir alors que c’est pas vrai.
-         Si c’est vrai. Papa va guérir.
-         Je veux croire qu’il va s’en sortir et tu dois y croire toi aussi.
-         C’est tellement dur ! Maman, j’ai si peur de perdre Papa, dit-elle en larme se jetant dans les bras de sa mère.
Angelina l’enlaça aussitôt en caressant ses longs cheveux.
-         Moi aussi, ma chérie, j’ai peur de perdre l’homme que j’aime plus que tout au monde mais je dois garder espoir. Ton père est certain qu’il va s’en sortir et le médecin a bon espoir alors tu dois garder la foi.
Alana éclata en sanglot tout en se blottissant un peu plus contre sa mère.
 
Seule Shirel n’assista pas à la discussion qu’elle suivit de loin. Sally alla à sa rencontre.
-         Salut ! Tu es Shirel, c’est ça ? J’étais là lors de l’enregistrement des auditions à l’aveugle. Tu as une voix superbe !
-         Merci !
-         Dis cela te dirait de m’accompagner boire un verre de jus d’orange à la cafeteria de l’hôpital ?
-         Je n’ai pas très soif, désolée.
La petite fille s’éloigna regarder la grande baie vitrée qui dominait la salle. Sally la rejoignit.
-         J’aime beaucoup la vue moi aussi.
-         Pendant deux ans je vivais en Alaska dans une maison ou plusieurs chalet était suspendue les uns au-dessus des autres.
-         En Alaska ? Que faisais tu là-bas ?
-         J’avais été enlevé par un homme qui voulait se venger de Maman car elle ne répondait à ses avances. Durant deux ans il m’a manipulé en me montant la tête contre mes parents, surtout Papa et d’ailleurs ce n’était plus Papa que j’appelais Papa mais lui. Quand je suis rentrée à la maison j’étais en colère après tout le monde : Papa en particulier et j’étais blessante, méchante avec mon père l’accusant de la mort de « mon père » pourtant il ne m’en a jamais tenu rigueur et a continué de m’aimer. Un jour nous faisions du canoë kayak et il est tombé dans l’eau à cause de moi.
-         Comment ça à cause toi ?
-         Je voulu lui montrer un cygne et je me suis levée du canoé. Je fis une chute alors Papa a sauté pour me sauver. Il est resté plusieurs jours dans le coma. Maman, Alana et Lisandro m’en ont beaucoup voulu mais pas Papa. Aujourd’hui il risque de mourir et il ne sera jamais à quel point je l’aime et je suis heureuse qu’il soit mon père.
-         Je suis sure qu’il le sait et tu pourras le lui dire quand il se réveillera.
-         S’il en sort.
-         Je ne connais pas bien ton père mais d’après ce que je sais de lui c’est un vrai battant.
La petite fille hocha de la tête.
-         Maman dit toujours qu’il a surmonté beaucoup d’épreuves dans sa vie.
-         Tu vois ! Il surmontera aussi cella et quand tout sera fini, je t’invite à venir me voir à Los Angeles pour notre prochain défilé de mode de Spectra Couture avec des modèles spécialement crée par Thomas et moi.
Pour la première fois de la journée Shirel sourit.
-         Tu es gentille. Je comprends pourquoi Oncle Thomas est tombé amoureux de toi.
-         C’est la plus gentille chose qu’on m’ait dite depuis très longtemps.
 
Quelques heures plus tard Kevin n’était toujours pas remonté du bloc. Angelina tentait tant bien que mal de tenir le coup en avalant café après café.
-         Tu ne penses pas avoir ta dose de caféine pour au moins un mois ? demanda Michael à sa belle-sœur.
-         C’est la seule chose qui m’aide à tenir. Pourquoi est-ce si long ? Pourquoi n’avons-nous encore aucune nouvelle ?
-         Nous ne devrions plus tarder à en avoir. Angelina ! Kevin va certainement me tuer quand il se réveillera mais tant pis, tu es en droit de savoir, après tout cela te concerne. Quand tu nous as laissé seuls ce matin Kevin et moi avons discuté. Angelina, tu dois savoir qu’en cas de malheur, Kevin a pris ses dispositions. Tout ce qu’il possède te reviendra à part égale avec les enfants lorsqu’ils seront majeurs. Il a fini de régler les dernières échéances pour la maison, pris une assurance vie dont tu es l’unique bénéficiaire. Il a également contracté une assurance décès afin qu’en cas de malheur tu n’es à t’occuper de rien. Le reste est dans son testament.
-         Le reste ? Quel reste ? Qu’a-t-il bien pu aller inventer en prévision de sa mort qui n’a pas déjà fait ? A-t-il aussi prévu pendant combien de temps je devrais porter son deuil ? Non ne dis rien laisse-moi deviner ? Un an ? Non, non, un an c’est beaucoup trop pour pleurer l’homme que j’aime. Si mois ? C’est peut-être encore un peu beaucoup ? Trois mois ? Un mois ? Une semaine ? Une heure ? Dis-moi, Michael, est ce mon cher mari qui a tout planifié en cas de m’autorise en cas de décès de porter son deuil durant une heure ?
-         Kevin a agi ainsi parce qu’il t’aime éperdument. Angelina, tu as rendu mon frère heureux pour la première fois de sa vie. Ce n’est pas un secret qu’il fut marié à deux femmes bien différentes avant de te connaitre mais je ne l’ai jamais vu aussi épanoui que depuis qu’il est avec toi.
-         Je l’aime moi aussi. Je l’aime, et je ne suis pas prête à le perdre. Je m’y refuse. Je l’aime, dit-elle en éclatant en sanglot sur l’épaule de Michael.
-         Angelina ? dit une voix familière, que fais-tu ici ?
Angelina se retourna et épongea ses larmes.
-         Kyle ? Je retourne la question, que fais-tu là ?
-         J’avais rendez-vous avec mon psychologue. Et toi ?
-         Mon mari a été opéré.
-         Kevin ? Que lui ait il arrivé ?
-         Il a tenté une opération qui pourrait lui permettre de remarcher s’il survit. Cela fait plusieurs heures maintenant et je n’ai toujours aucune nouvelle.
-         Je vois. J’espère que tout va bien se passer. À bientôt, Angelina.
-         Md Fisher !
Angelina se retourna.
-         Docteur ! Comment va mon mari ?
-         Il va bien rassurez-vous. L’opération a été plus longue que prévue mais tout s’est très bien passé.
-         Alors il est en vie ?
Le médecin sourit.
-         Bien sûr qu’il est en vie.
-         Puis-je le voir ?
-         Il est encore en salle de réveil mais ils ne vont pas tarder à le remonter dans sa chambre. Je vous autorise à le voir seulement quelques minutes. Il doit encore se reposer.
-         Nous ne resterons pas longtemps, promis !
-         Dans ce cas vous pouvez y aller. Kevin sera content de vous voir. Maintenant si vous voulez bien m’excuser j’ai d’autres patients à voir.
Angelina regarda Michael.
-         Vas-y en premier, j’irai après.
 
Quand Angelina entra dans la chambre de Kevin celui-ci dormait encore. Elle s’approcha lentement du lit, s'assit sur le tabouret et prit une main de Kevin dans la sienne. Sentant sa présence, il émergea.
-         Angelina ! dit-il d’une voix faible.
-         Je suis là, mon amour.
-         Les enfants…
-         Ils sont dehors, ils attendent dans la salle d’attente avec les autres. Jonathan ne veut pas qu’il y’ait trop de monde d’un coup, tu dois encore te reposer.
-         Je me sens bien. Ils m’ont dit que tout s’est très bien passé.
-         C’est ce que Jonathan m’a dit aussi.
-         Je vais pouvoir remarcher.
-         Oui. Oui, mon amour, tu vas pouvoir remarcher.
-         Je t’aime.
-         Je t’aime, moi aussi, dit-elle en l’embrassant.
-         Dis aux enfants de venir. J’ai très envie de les voir.
-         J’y vais, dit-elle en se levant non sans avoir donné à Kevin un baiser sur ses lèvres.
 
Quelques jours plus tard Kevin pouvait enfin rentrer chez lui pour le plus grand bonheur de sa famille et ses amis.
-         Bon retour chez nous, mon amour.
-         C’est bon d’être enfin chez soi, même si les semaines, les mois à venir ne vont pas être de tout repos avec mes séances. Lorsque je serai trop fatigué il se pourrait que je sois irritable envers toi ou même les enfants.
-         Je sais. Jonathan m’a prévenu et je l’ai dit aux enfants : nous nous adapterons. Kevin, je t’aime, je t’aime tellement.
Kevin sourit. Puis Angelina mit les mains à son cou et retira la chaine du cœur brisé et en mit un au cou de Kevin qui l’embrassa langoureusement.
-         Je t’aime.
-         Je t’aime, moi aussi.

<3>3<3<3<3<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
D Day
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: La jalousie-
Sauter vers: