Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Adam
Derniers sujets
» D Day
Mar 4 Déc - 22:29 par Angelina Fisher

» Visite innatendue
Ven 23 Nov - 15:19 par Angelina Fisher

» Resolutions
Sam 10 Nov - 22:05 par Angelina Fisher

» Deidre en attente du père noel
Sam 3 Nov - 16:01 par Angelina Fisher

» Halloween
Lun 29 Oct - 12:56 par Angelina Fisher

» Inquiétude
Jeu 18 Oct - 22:48 par Angelina Fisher

» Deidre Fisher
Mer 17 Oct - 13:41 par Angelina Fisher

» Le secret
Sam 22 Sep - 22:16 par Angelina Fisher

» Les auditions à l'aveugle
Sam 25 Aoû - 22:23 par Angelina Fisher

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine

Partagez | 
 

 Visite innatendue

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 414
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 48
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Visite innatendue    Ven 23 Nov - 15:19


-         Michael, mais qu’est ce tu fais là ? Comment es-tu entré ?
-         Par la porte comme tout le monde, dit-il taquin.
Angelina rit.
-         Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire.
-         Je sais. Lisandro m’a ouvert mais si je dérange je peux repasser, dit-il toujours sur le ton de la plaisanterie. Je ne voudrais pas vous empêcher de vous embrasser.
Angelina et Kevin rirent tous deux.
-         Soit pas idiot, dit son frère. Quel bon vent t’amène ?
-         Je devais voir un témoin de première importance pour aider l’un de mes clients et il s’avère que celui habite Logan alors j’en ai profité pour venir vous dire bonjour et prendre de vos nouvelles.
Kevin regarda Angelina qui acquiesça d’un clin des yeux. Regard qui n’échappa pas à Michael.
-         Que se passe-t-il ?
-         Tu tombes à point nommé, je comptais justement t’appeler mais d’abord assieds-toi !
-         Je t’offre un thé ? un café ?
-         Non merci, Angelina, je viens d’en boire un, répondit Michael tout en prenant une chaise. Voilà, je suis assis, qu’as-tu à me dire ?
-         J’ai pris une grande décision, je vais subir une opération de la colonne vertébrale qui me permettra de remarcher.
Michael blêmit.
-         C’est une plaisanterie ?
-         Pas du tout. Je vais être opérer. Dans quelques mois, un an au plus tard je serai capable de remarcher, dit-il en souriant.
Michael fulmina.
-         Est-ce tu es devenu complètement fou ?
-         Pas du tout.
-         Je crois que si au contraire. Pour envisager une telle chose c’est que tu es devenu fou à lier !
-         Je ne suis pas fou, au contraire. Si je veux remarcher un jour alors je n’ai pas le choix.
-         Kevin, tu es paraplégique, tu ne pourras plus jamais marcher ! Tu ne peux même pas te tenir debout alors marcher…
-         Je te rappelle que je me suis tenu debout lorsque Kyle pointait son arme sur Angelina.
-         Quelques minutes seulement avant de retomber, c’est toi-même qui me l’a dit.
-         Cette fois ce sera diffèrent. Cette intervention me permettra de remarcher et même de courir.
-         Kevin ces opérations sont particulièrement risquées et les chances de réussite sont infiniment minces.
-         Je suis au courant des risques.
-         Tu es au courant et pourtant tu es prêt à la tenter ?
-         Oui.
-         Pourquoi ?
-         Parce que je veux pouvoir remarcher un jour.
-         Angelina, tu es d’accord avec lui ?
-         J’aime Kevin, Michael, je l’aime plus que les mots peuvent le dire. Chaque jour qui passe, je remercie Dieu de l’avoir à mes côtés et je veux le voir heureux et épanoui.
-         Et pour cela tu es prête à le laisser risquer sa vie.
-         Change de ton en parlant à ma femme, tu veux ? Tu n’es pas dans un Tribunal en train d’interroger un témoin de l’accusation.
-         Désolé, je ne voulais pas m’emporter.
-         Michael, je comprends que ce soit un choc pour toi. Cela fait plusieurs jours qu’Angelina et moi en discutons.
-         Et tu es d’accord avec lui ? dit-il en s’adressant à sa belle-sœur.
-         Je veux voir Kevin heureux.
-         Dois-je comprendre que tu n’es pas en accord avec Kevin.
Angelina baissa les yeux, sans répondre.
-         Angelina, ton silence est éloquent. Kevin, puisque ta femme n’est pas d’accord pourquoi vouloir risquer ta vie ? Tu as enfin la vie dont tu as toujours rêvé : une femme, des enfants, une belle maison. Tu as même un chien ! L’enfant au placard a pris sa revanche sur la vie.
-         Tu as raison, j’ai tout.
-         Alors pourquoi risquer ta vie en subissant cette opération ?
-         Michael, tu ignores ce que sait que c’est que de vivre toute la journée enchainée à un fauteuil roulant. Avoir besoin d’aide pour le moindre geste du quotidien. Ce n’est pas toi qui a eu besoin d’aide pour rattraper le ballon de ta fille. Quand ton fils a besoin de toi pour l’aider à lacer ses chaussures et tu ne peux pas te pencher. Lorsque tu fais tomber ton portefeuille dans la rue et tu n’es pas en mesure de le récupérer sans l’aide d’autrui. Ne pouvoir jouer au baseball ou au basket avec tes enfants. Partir camper ou faire du Kano kayak avec ta fille. Et plus encore, tu ne sais pas ce que c’est que de se coucher chaque soir auprès de la femme que tu aimes et n’être pas en mesure de lui faire l’amour si ce n’est au prix de souffrances.
Michael resta silencieux quelques minutes.
-         Kevin, j’entends ce que tu dis mais imagine que cela se passe mal, si tu mourrais sur la table d’opération ? Cette situation n’est certes pas idéale mais tes enfants t’ont et Angelina aussi.
-         Je ne vais pas mourir, Michael.
-         Encore une fois comment peux-tu le savoir ? Aurais tu une boule de cristal ? As-tu été voir des diseuses de bonne aventure ?
-         Évidemment non !
-         Alors je réitère ma question : comment le sais-tu ?
-         Jonathan !
-         Jonathan ?
-         Le neurochirurgien, le père du copain de Kaylan. Je lui fais entièrement confiance et il est confiant puisque je suis jeune et en bonne santé et de plus, je me suis tenu…
-         Tenu debout, oui je sais ! Kevin, c’est de la folie. As-tu eu un second avis médical ?
-         Non.
-         Prends le temps d’en avoir un autre.
-         Et s’il dit la même chose que le premier tu me demanderas d’aller encore en voir un puis un autre et ainsi je perdrai mon temps, les mois puis les années passeront et je serai toujours sur ce fauteuil roulant pour le restant de ma vie ! Ma décision est définitive, Michael : je me ferai opérer que cela te plaise ou non !
 
En quittant Kevin, Michael prit un taxi en direction de l’aéroport quand soudain…
-         Conduisez-moi plutôt au Logan Regional Hospital.
-         Très bien, Monsieur !
Arrivé devant l’hôpital, Michael régla la note au taxi et sorti de la voiture. Durant le trajet, il téléphona au service du Docteur Sanderson se faisant passer pour un patient éventuel.
-         Mr Baldwin, je suppose ?
-         En effet.
-         Je vous en prie asseyez-vous. Vous disiez souffrir au niveau du bas du dos ?
-         En effet.
-         Très bien. Avant toute chose j’aimerais connaitre quelques éléments vous concernant à commencer par votre âge et si vous avez des antécédents médicaux.
Michael répondit à toutes les questions du médecin sans esquiver aucune d’elles. Quand il eut fini le médecin l’envoya passer une radio qui fut prête quelques minutes plus tard.
-         C’est étrange. La radio ne montre rien d’anormal. Mais nous allons vous faire passer un scanner afin de déterminer le traitement le plus approprié et voir s’il est possible d’éviter d’avoir recours à la chirurgie. Je vais demander à ce que l’on vous y conduise.
-         Ce ne sera pas nécessaire.
-         Je vous demande pardon ?
-         Le scanner ne sera pas nécessaire.
-         Je vous demande pardon mais c’est tout de même à moi à moi d’en juger. Ne craignez rien c’est totalement indolore.
-         Je sais ce qu’est un scanner et je vous dis qu’il est parfaitement inutile de m’en faire passer. Si la radio ne distingue rien d’anormal c’est parce que il n’y a rien à voir. Je n’ai pas été totalement honnête avec vous, en réalité je ne souffre d’aucune douleur lombaire.
-         Excusez-moi ? dit le Dr Sanderson. Mais alors qui êtes-vous et pourquoi vouloir me faire perdre mon temps.
-         Je m’appelle bien Michael Baldwin et je vous ai dit la vérité concernant mon âge.
-         Que me voulez-vous ?
-         Rien de mal je vous assure. Je ne suis pas un criminel. Je suis avocat au barreau dans l’État du Wisconsin.
-         Avocat ? Je crains de n’avoir pas besoin de vos services. Je n’ai commis aucun crime.
-         Non en effet. Pas encore.
-         Je vous demande pardon ?
-         Écoutez, Docteur, je vais venir au but de ma visite. Je n’ai pas menti sur mon identité mais j’ai omis volontairement de vous préciser le lien de parenté qui me lit à l’un de vos patients. Mr Kevin Fisher.
Le visage du médecin changea d’expression passant de la sollicitude à l’agacement. 
-         En ce cas, je crains, Monsieur, que cette consultation si je puis l’appeler ainsi va prendre fin des maintenant, dit-il en se levant de son bureau pour raccompagner Michael à la porte mais celui-ci ne bougea pas de sa chaise.
-         Kevin Fisher est mon frère. Il a traversé bien des épreuves dans sa vie mais il les a toutes surmontées. Perdre l’usage de ses jambes fut terrible mais il avait réussi à faire son deuil jusqu’à ce que vous lui mettiez ces idées néfastes d’opération dans la tête.
-         Aucune opération n’est néfaste, Monsieur !
-         Pas même celle où le patient risque sa vie ?
-         Toutes les opérations comportent des risques et Kevin le sait, je ne lui ai rien caché. Il a néanmoins choisi de la faire car comme je lui ai dit ainsi qu’à votre belle-sœur, Angelina Fisher est bien votre belle-sœur ?
-         En effet.
-         Comme je l’ai dit à votre belle-sœur, concernant Kevin les risques sont minimes. Kevin est jeune et en bonne santé.
-         Et il est paralysé pour le reste de sa vie.
-         Peut-être pas, non. Si j’interviens Kevin pourra remarcher d’ici quelques mois, un an à tout rompre.
-         Vous savez tout comme moi que c’est impossible, pourquoi lui donner de faux espoirs ?
-         Dites-moi, Monsieur…
-         Baldwin. Michael Baldwin.
-         Vous m’aviez dit être avocat, c’est bien ça ?
-         Dans l’État du Wisconsin, en effet.
-         Très bien dans ce cas je ne vous dis pas comment défendre votre client alors ne me dites pas comment faire le mien !
-         Je vous préviens, s’il arrive quoique ce soit à mon frère, je dis bien quoique ce soit, j’engagerai des poursuites judiciaires contre vous.
Michael quitta l’hôpital.
 
Le voyage de retour pour Genoa City ne fut pas des plus calmes. En entrant chez lui Michael était toujours contrarié. Christine se rendit compte que quelque chose n’allait pas. Elle pensa à tort qu’il s’agissait de l’audition.
-         L’audition s’est mal passée ? Tu n’as pas obtenu satisfaction ?
-         Non.
-         Je suis désolée mais peut être en allant voir le juge tu pourrais obtenir un report d’audience.
-         Ce ne sera pas nécessaire. Le témoin accepte de venir témoigner à la barre.
-         Quoi ? Mais tu viens de dire le contraire.
-         Tu as mal compris. Je ne suis pas contrarié à cause de l’audition : tout s’est très passé. Le témoin accepte de venir témoigner à la barre.
-         Dans ce cas cela devrait te réjouir. Pourquoi es-tu si en colère ?
-         En un mot : Kevin ! Mon fou furieux de frère s’est mis en tête de subir une intervention chirurgicale qui pourrait selon lui, lui permettre de remarcher.
-         Remarcher ? Je croyais Kevin paraplégique ?
-         Il l’est.
-         En ce cas comment se pourrait-il qu’il puisse un jour remarcher ?
-         Te souviens-tu du jour où Angelina manqua d’être tuée, ou du moins c’est que nous pensions tous alors. Ce jour-là, la peur fit qu’il se tint debout quelques minutes. Depuis lors Kevin s’est mis en tête qu’il pourrait un jour retrouver l’usage de ses jambes.
-         A t’il consulter des neurologues ?
-         Un charlatan rencontré à la garderie de ses deux derniers qui l’encourage dans cette direction prétendant qu’il peut l’aider en l’opérant.
-         Comment ça un charlatan ?
-         Un neurochirurgien qui travaille à l’hôpital régional de Logan. Je suis allé le voir pour lui demander d’arrêter ça. J’ai pris rendez-vous avec lui prétextant un lumbago ou quelque chose du genre. Au moment où il voulut me faire passer des radios je lui révélai être le frère de Kevin en lui demandant d’arrêter ça mais il se mit en colère en me signifiant qui ne me dit pas comment faire mon travail et de le laisser faire le sien.
-         Il n’a pas vraiment tort.
-         Oui sauf qu’ici il s’agit de mon frère. Chris, je ne veux pas le perdre.
-         Je sais. Tous les deux revenaient de loin. Après son mariage avec Angelina et leur départ de Genoa City, je ne savais pas si vous réussiriez un jour à vous réconcilier.
-         Mais nous avons réussi mais aujourd’hui je risque de le perdre pour toujours.
-         Qu’en pense Angelina ?
-         Elle a peur mais le soutient.
-         Peut-être devrais-tu en faire autant ?
Michael soupira.
 
 
On sonna à la porte des Fisher. Angelina alla ouvrir. Elle eut la surprise de se trouver face à…
-         Kyle !
-         Bonjour, Angelina. Je comprends que tu sois surprise de me voir, mais puis-je entrer ?
-         Chérie, ai-je bien entendu sonner ? Que faites-vous ici ?
-         Je comprends que je ne sois pas le bienvenu mais j’aimerais te parler, Angelina. Je t’en prie.
-         Ma femme vous a aidé à sortir de prison à la condition que vous n’approchiez plus jamais d’elle ou de l’un d’entre nous. Dans le cas contraire…
-         Dans le cas contraire, je retournerai en prison : je suis au courant des termes du marché pourtant j’ai pris le risque de venir jusqu’ici parce que je dois vraiment te parler, Angelina.
Angelina regarda Kevin.
-         Ça ne sera pas long.
-         C’est à toi de décider, chérie.
-         OK. Je t’autorise à rentrer à une seule condition : que mon mari soit présent tout au long de la conversation.
-         Si cela peut te rassurer.
-         Je n’ai pas peur de toi, Kyle, mais je ne veux plus avoir de secret pour mon mari.
-         Ce ne sera pas nécessaire, dit-il une fois le salon atteint. Angelina, je suis venu pour m’excuser.
-         D’avoir voulu me tirer dessus ?
-         Pas seulement. Depuis quelque temps je suis suivi par un psychologue qui m’aide énormément et si je suis ici aujourd’hui c’est avant tout pour m’excuser de t’avoir mise dans l’embarras en te demandant de garder mon secret. Je n’imaginais pas que cela prendrait de telles proportions.
-         Je t’avais dit ne pas aimer avoir de secret envers mon mari. Je t’avais dit qu’il ne révèlerait ton secret mais tu n’as pas voulu me croire. Au lieu de ça tu m’as entrainé dans ton cercle infernal et je me suis laissée convaincre que ce n’était pas si grave vue que ce n’est pas mon secret. Oui sauf que à notre mariage je lui ai promis d’être toujours honnête avec lui et j’ai trahi ma promesse à cause de toi. J’ai bien failli briser mon mariage, ma famille et tout ça pour quoi ? Pour une ridicule promesse faite à un homme que je considérais comme un ami pour ne pas avoir à révéler son homosexualité.
-         Je me suis montré égoïste, je l’admets mais admet aussi que ton mari à sa part de responsabilité.
-         Je vous demande pardon ? dit Kevin furieux. Ma part de responsabilité ? Ce n’est pas moi qui vit dans le passé en faisant de l’homosexualité un sujet tabou mais vous.
-         Mon homosexualité n’est pas le problème.
-         Ah non ? Quel est-il alors ?
-         Angelina.
-         Angelina ?
-         Angelina. Si vous l’aimiez comme elle vous aime alors vous seriez que son cœur bat uniquement pour vous. Il m’arrive de me demander si vous la méritez vraiment ?
-         Kyle, je te l’interdis ! Je t’interdis de venir chez moi en accusant mon mari de nos problèmes alors que le seul responsable c’est toi et ton stupide secret. Maintenant tu as dit avoir quelque chose à me dire si c’est encore pour insulter mon mari, tu peux repartir d’où tu viens.
-         Laisse, chérie, il n’a pas totalement tort.
-         Kevin…
-         Il a raison. J’aurais dû avoir plus confiance en toi. Je suis désolé.
Angelina s’agenouilla face à Kevin, lui prit les mains et donna un baiser sur ses lèvres.
-         Je t’aime.
-         Je t’aime, moi aussi.
-         Ceci étant j’assume ma part de responsabilité puisque je t’ai fait confiance en te confiant mon secret, j’aurais dû te croire quand tu m’as dit que ton mari ne dirait rien. Toujours est-il qu’aujourd’hui, dévoilé ou non mon secret n’est plus à l’ordre du jour puisque désormais tout le monde est au courant : y compris mes parents.
-         Comment ont-ils réagi ?
-         Comme je m’y attendais. Ils sont choqués, bouleversés. Ils ne s’y attendaient vraiment pas. Mon père se demande ce qu’il a loupé dans mon éducation.
-         Je suis désolée.
-         Ce fut un choc d’autant plus grand qu’ils apprirent la nouvelle par la presse le jour où je fus arrêté. Ils n’arrivaient pas y croire surtout après avoir cru que nous allions nous marier.
-         Quoi ? s’écria Angelina choquée. Comment ça nous marier ? Ils ne savent donc pas que je suis mariée ?
-         Non. Ils n’ont pas accès à internet mais des voisins l’ont et ils leurs ont répété ce que la presse disait à notre sujet quand nous étions en tournée.
-         Donc tu savais ce que la presse disait de nous déjà à l’époque ?
-         Non ! Bien sûr que non. Souviens-toi, nous n’avions pas une minute à nous entre les voyages, répétitions, et spectacles ; quand aurais-je trouvé le temps de lire la presse ? Le seul d’entre nous à avoir été au courant fut Scott.
-         Scott était-il au courant concernant ton homosexualité ?
-         Non. Du moins je ne lui ai jamais rien dit mais il a laissé la presse people alimenter la rumeur non par philanthropie que par intérêt. Cela plaisait au public de penser que nous étions ensemble et étaient prêts à dépenser une fortune pour venir nous voir jouer. Aujourd’hui mes parents ont vu leurs rêves détruits. Ils imaginaient déjà transformer ma chambre d’enfant en nursery : les diners de famille à Thanksgiving et Noel.
-         Tout cela n’a rien d’impossible. Vous pouvez les avoir si vous le souhaitez. Être homosexuel et avoir une famille à soi n’est plus incompatible de nos jours. Je vous rappelle que la Cour Suprême des États-Unis a légalisé le mariage homosexuel puis vous pourrez avoir recours à une mère porteuse ou une adoption et ainsi réaliser le rêve de vos parents.
-         Possible. Le jour où j’aurai rencontré un homme qui me regardera de la manière dont Angelina vous regarde.
-         Ce jour viendra, Kyle. Tu es quelqu’un de bien mais il ne pourra arriver qu’au moment où tu t’accepteras tel que tu es. Ce jour-là tu pourras aussi aider tes parents à mieux te comprendre. Tant que tu ne t’acceptes pas les autres ne t’accepteront pas non plus.
Kyle sourit tristement.
-         Tu ne peux savoir comme tu lui ressemble.
-         À ta sœur ? Caitlin ?
-         Oui. Elle m’avait tenu le même genre de propos le jour de sa mort.
Un silence se fit ressentir dans la maison. Kyle fut le premier à le rompre.
-         Bien, je vais prendre congé. J’étais venu présenter mes excuses : c’est chose faite. Je voulais également te remercier, Angelina de m’avoir épargné la prison. Tu aurais été dans ton droit.  
Angelina sourit.
 

<3>3<3<3<3<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Visite innatendue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia
» le forum de claude ! une visite s'impose les ami(e)s! merci
» Visite médicale des femmes n° 2 infirmière Sate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: La jalousie-
Sauter vers: