Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGaleriePublicationsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Adam
Derniers sujets
» Resolutions
Sam 10 Nov - 22:05 par Angelina Fisher

» Deidre en attente du père noel
Sam 3 Nov - 16:01 par Angelina Fisher

» Halloween
Lun 29 Oct - 12:56 par Angelina Fisher

» Inquiétude
Jeu 18 Oct - 22:48 par Angelina Fisher

» Deidre Fisher
Mer 17 Oct - 13:41 par Angelina Fisher

» Le secret
Sam 22 Sep - 22:16 par Angelina Fisher

» Les auditions à l'aveugle
Sam 25 Aoû - 22:23 par Angelina Fisher

» Un bonheur ephèmère
Mer 15 Aoû - 22:10 par Angelina Fisher

» Jalousie et souffrance
Dim 5 Aoû - 20:58 par Angelina Fisher

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Les posteurs les plus actifs de la semaine

Partagez | 
 

 Inquiétude

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 412
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 48
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Inquiétude   Jeu 18 Oct - 22:27


Angelina était sur le point de sortir quand Kyle dégaina un revolver et le pointa dans sa direction.
-         Angelina, attention !
Hurla la voix de Kevin qui arriva par la porte du garage. Instinctivement il se leva de son fauteuil roulant et se jeta sur Kyle qui lâcha son arme qui retentit en tombant.
Choquée mais non blessée, Angelina qui s’était jetée au sol pour éviter la balle, se redressa et couru vers Kevin.
-         Kevin ! mon amour, tu n’as rien ?
Kevin la serra dans ses bras.
-         Ma chérie, je suis sincèrement désolé d’avoir douté de toi.
-         Ça n’a plus d’importance maintenant. L’essentiel est que tu ne sois pas blessé.
-         Je vais bien, et toi est ce ça va ? La balle ne t’a pas touchée ?
-         Non, rassure-toi, je l’ai esquivé.
-         Aide-moi à me relever, d’accord ?
-         Kevin, chéri, tu as marché.
-         Quoi ?
-         Tu t’es tenu debout en te jetant sur Kyle pour lui retirer son arme. Cela n’a duré que quelques minutes mais tu t’es tenu debout, dit-elle les larmes aux yeux.
Kevin la serra un peu plus dans ses bras.
 
 
***
 
ÀI l’extérieur de la maison Caroline venait de sortir de voiture quand le coup de feu rejailli. Michael Baldwin qui venait lui aussi d’arriver l’entendit également.
-         Michael, vous avez entendu ?
-         Savez-vous à qui est cette voiture ?
-         Kyle Taylor. Nous avions rendez-vous et il est parti en courant. Oh mon Dieu, Michael, il faut faire vite. S’il s’en est pris à Angelina, je ne me le pardonnerai jamais.
-         Pourquoi aviez-vous rendez-vous ? Pourquoi s’en serait il prit à Angelina ? Caroline, je dois savoir est Angelina trompe Kevin ? Qu’y a-t-il entre elle et ce type ?
-         Rien, je vous assure. Angelina est amoureuse de Kevin et de personne d’autre !
Angelina réussit à aider Kevin à s’assoir sur le sofa, tandis que Kyle resta prostré sans réussir à prononcer un mot.
-         Est-ce va ? Tu es bien installé ? Veux-tu que j’aille te chercher quelque chose ?
-         Je vais bien, ma chérie, je vais même très bien. C’est pour toi que je m’inquiète. On vient d’essayer de te tirer dessus.
-         Je vais bien ne t’inquiète pas pour moi. La balle ne m’a pas touché, elle ne m’a même pas effleurée.
-          Il faut prévenir la police.
-         Oui, je vais m’en occuper.
Kyle qui jusqu’à maintenant était resté dans un état second rejailli brusquement.
-         Angelina, s’il te plait, non ! N’appelle pas la police, s’il te plait.
C’est le moment que choisirent Caroline et Michael pour entrer.
-         Angelina ! Kevin, Dieu soit loué tu es là ! dit Caroline.
-         Que s’est-il passé on a entendu des coups de feu ? dit Michael.
-         Ce type a essayé de tuer ma femme.
-         Angelina, je suis désolé, je ne voulais pas te faire du mal. J’ai eu un instant de folie. Je ne suis pas quelqu’un de mauvais, tu me connais. Nous sommes amis.
-         Police, ouvrez cette porte !
Caroline alla ouvrir.
-         Des voisins ont entendu des coups de feu et nous alerter, dit un des officiers. Quelqu’un peut-il nous dire ce qui se passe ? Y’a-t-il des blessés ?
-         Vous tombez bien, j’allais vous téléphoner. Cet homme a tenté d’assassiner ma femme.
-         C’est faux ! Je ne voulais tuer personne ! Je ne sais pas ce qui m’a pris. Angelina, dis-le à ton mari. Dis-lui que je ne ferais pas de mal à une mouche. Tu me connais ! dit-il implorant.
-         Je croyais te connaitre, Kyle, mais je me suis trompée. Tu dis n’avoir pas eu l’intention de me tuer alors comment explique-tu le fait que tu sois venu chez moi avec une arme et qu’ensuite tu as pointé sur moi. Si mon mari n’était pas intervenu je serais peut-être blessée ou morte à l’heure qu’il est.
-         J’ai toujours été mauvais tireur, tu n’aurais couru aucun risque.
-         Mais tu es quand même venu chez moi avec une arme tout en sachant que j’ai des jeunes enfants.
-         Ils ne sont pas là.
Angelina fulmina.
-         Mais ils auraient pu être là !
-         Je suis désolé, l’espace d’un instant j’ai perdu la tête. Tu voulais sortir et tout dire à Kevin : j’ai eu peur. Est-ce tu peux comprendre ça ? J’ai eu peur pour ma réputation si cela venait à se savoir et aussi pour ma famille. Je te l’ai dit mes parents ont déjà perdu un enfant, je ne voulais les accabler encore plus en leur avouant que je suis gay et qu’ils n’auront jamais de petits enfants.
-         Kyle, les homosexuels peuvent parfaitement avoir des enfants aujourd’hui. J’en suis la preuve vivante.
-         Vous ne comprenez pas Caroline, je ne vis pas à New-York ni à Los Angeles. De là où je viens les gens se connaissent tous les uns les autres depuis toujours et s’attendent à ce que vous soyez conforme à l’image qu’ils se sont faite de vous. Lorsque ma sœur est morte ils étaient tous là pour son enterrement et pour soutenir mes parents. Quand je suis devenu acteur, je fus la fierté du village. Je ne voulais pas détruire leurs rêves.
-         Mais tu étais prêt à détruire ma vie par pur égoïsme ! Kevin n’aurait rien dit à personne, ton secret serait mort. Nous l’aurions même emporté dans nos tombes s’il avait fallu. Mais tu m’as mise dans une situation où je fus contrainte de mentir à mon mari.
-         Je t’avais demandé de ne rien lui dire non de lui mentir.
-         Cela revient au même. J’ai caché un secret à mon mari. Je n’avais jamais eu à lui cacher quoique ce soit auparavant. J’aurais vraiment préféré que tu ne me dises rien. Je n’aurais été qu’une simple collègue de travail comme une autre.
-         Une simple collègue ? Caitlin, comment peut tu dire une chose pareille ?
-         Kyle, je ne suis pas Caitlin ! Elle est morte. Angelina soupira.
-         Morte ? Non : Caitlin, tu es vivante.
-         Je ne suis pas Caitlin.
-         S’il vous plait, officier, vous voulez bien l’emmener loin de chez nous ? Ma femme a en a suffisamment supporté.
-         Vous êtes en état d’arrestation pour tentative de meurtre sur Angelina Veneziano-Fisher, tout ce que vous direz pourra et sera retenu contre vous. Vous avez le droit à un avocat…
-         Caitlin, tu ne peux pas les laisser m’emmener voyant, que vont penser Papa et Maman ?
Tandis que la police embarquait Kyle, Angelina s’effondra en larme dans les bras de Kevin qui la réconforta.
-         Ça va aller, ma chérie. Dieu merci, tu vas bien.
-         Je te demande pardon, j’aurais du tout de te dire depuis le début.
-         Et moi j’aurais dû avoir plus confiance en toi. C’est fini maintenant. Plus de secret d’accord ?
-         Plus de secret. Jamais plus.
-         Jamais plus. Kevin, je t’aime.
-         Je t’aime, moi aussi.
Ils s’embrassèrent.
-         Angelina, tout à l’heure Kyle t’a appelé Caitlin. J’ai cru comprendre qu’elle est morte ? Il semblait avoir un lien particulier avec elle, qui était-elle pour lui ? Sa petite amie ? Sa femme ?
-         Non, Michael, Kyle n’est pas marié et Caitlin n’était pas sa petite amie mais sa sœur. Elle et Kyle étaient très proches. Elle est morte dans un accident de la route il y’a plusieurs années et de toute évidence Kyle se ment à lui-même en prétendant avoir fait son deuil. Il est manifeste que ce n’est pas le cas.
-         Kyle était avec elle le jour de l’accident ?
-         Non, elle était seule mais le jour de l’accident qui a causé sa mort, Kyle lui a révélé être homosexuel.
-         Kyle Taylor ? Gay ? Jamais je ne l’aurais imaginé !
-         Ni moi non plus, ni mes filles ni personne que je connaisse. Kyle l’a caché au monde entier parce que de toute évidence dans son village du Mississipi d’où il est originaire c’est un sujet tabou dont il ne faut parler à personne. D’après ce qu’il dit là-bas les homosexuels sont pointés du doigt. Il a une peur panique à l’idée que ses parents le sachent et qu’ils soient répudiés de la communauté. Il ne veut pas les voir souffrir en brisant leurs rêves de le voir marié et père de famille.
-         Les homosexuels se marient de nos jours ! Même la Cour Suprême l’a autorisé.
-         C’est que je me suis tuée à lui dire mais il s’en moque.
-         Dans ce cas pourquoi t’en avoir parlé ?
-         Michael, Arrête ! Angelina a assez souffert de cette histoire.
-         C’est bon, chéri, cela ne me dérange pas de répondre. Kyle disait que je ressemblais à sa sœur. Lorsque nous étions en tournée il m’avait montré une photo d’elle. Je ne trouve pas que je lui ressemble particulièrement mais il disait que je lui faisais penser à elle. C’est pourquoi il m’avait confié son secret. J’ai commis l’erreur de lui obéir, en ne révélant pas la vérité à mon mari. Je n’aurais jamais imaginé l’impact que cela aurait eu sur mon couple.
 
 
***
 
Un avocat commis d’office fut nommé pour défendre les intérêts de Kyle mais après avoir entendu ses réponses il fit appel à un psychiatre.
-         Je ne voulais pas tirer sur Caitlin, c’est ma sœur et je l’aime mais elle allait tout dévoilé à Papa et Maman. Cela pourrait leur faire du mal. Comment ne le comprend -elle pas ? Elle est amoureuse de ce type, c’est bien mais elle ne peut pas le faire passer avant Maman et Papa. Pourquoi ne le comprend- elle pas ? Maman et Papa ont suffisamment souffert.
-         C’est sur Caitlin que vous avez tiré ? Vous vouliez tuer Caitlin ?
-         Non ! Je ne ferai jamais de mal à personne et surtout pas à ma sœur ! Caitlin m’aime et elle aime nos parents : elle ne dira rien à personne.
-         Qu’est ce Caitlin ne doit rien dire, Kyle et pourquoi ?
-         Mais parce que elle aime Maman et Papa !
-         Et que ne doit-elle rien dire ?
-         C’est un secret.
-         Pourquoi est-ce secret ?
-         Parce que c’est mal.
-         Quoi, Kyle ? Qu’est ce qui est mal ?
-         Le secret. Si cela se savait, Maman et Papa en souffriront et cela tuerait Caitlin et si Caitlin mourrait, Maman et Papa ne se remettraient pas.
 
 
***
 
Blottit l’un contre l’autre, Angelina et Kevin savouraient l’instant de leurs retrouvailles.
-         Je suis heureux que les enfants n’aient pas été là pour voir ça. Plus particulièrement Shirel : elle en a assez vu avec Eliott particulièrement quand il s’est suicidé sous ses yeux. Je n’aurais pas aimé qu’elle revive ça. Heureusement l’impact de la balle n’a pas trop fait de dégâts sur les murs. Je vais pouvoir le réparer très facilement.
Malgré tout nous allons devoir expliquer à Shirel pourquoi elle ne pourra participer à The Voice Kids car je refuse de voir ce type s’approcher derechef de près ou de loin à un membre de ma famille. Son ridicule secret va briser les rêves d’une enfant ! Notre enfant ! Je ne pourrai jamais lui pardonner.
-         Kyle n’est pas un mauvais garçon. La mort de sa sœur le bouleverse encore aujourd’hui.
-         Comment peux-tu le défendre après ce qu’il t’a fait endurer ? Est-ce que j’avais vu juste alors ? Il y’a quelque chose entre vous ?
-         Kevin, non ! Je t’aime et je te suis fidèle, c’est juste que… Oh et puis zut, laisse tomber ! Je trouverai une solution pour expliquer à notre fille pourquoi elle ne fera pas partie de l’émission. Mais dites-moi, Mr Fisher, vous aussi vous m’avez caché des choses.
-         Moi ?
-         Non le Pape François !
Kevin rit.
-         Bien sur toi, qui d’autre ? Pourquoi ne m’as rien dit au sujet de ta visite chez ce spécialiste ?
Le visage de Kevin s’assombrit.
-         Je pensais, je me disais que si cela marchait alors tu me reviendrais.
-         Kevin, je n’ai jamais envisagé de te quitter si ce n’est dans ta tête !
-         Je sais : maintenant, mais à l’époque c’est que je croyais et je me disais aussi que si je me trompais, s’il y’avait une chance même toute petite que tu puisses encore m’aimer…je ne voulais pas te donner de faux espoir.
-         Me donner de faux espoir ? Me donner de faux espoir ? Kevin, qu’aurais je fais si tu t’étais fait opérer et cela aurait mal tourné ? Que serais-je devenue ? Et les enfants ? As-tu pensé à nos enfants ?
-         C’est pour toi si je voulais remarcher. Pour toi mais aussi pour nos enfants afin que vous soyez fiers de moi.
-         Non, Kevin, c’est pour toi et pour toi seul.
-         Comment peux-tu dire ça ? Angelina, je t’aime ! Je n’ai jamais cessé de t’aimer depuis nos retrouvailles !
-         Oh non, Kevin, ne t’embarque pas sur ce terrain-là car tu ne gagneras pas parce que moi aussi je t’aime et depuis bien plus longtemps que nos retrouvailles. Je suis tombée amoureuse de toi bien avant ça. L’aurais tu oublié, Kevin ? Je t’aimais suffisamment pour te laisser partir en pensant ne jamais te revoir. Alors s’il te plait ne me dit pas que tu m’aimes et tu voulais faire cette opération pour moi. Ne dit surtout pas que tu voulais remarcher pour moi parce que je ne t’ai rien demandé.
-         Cela te plait d’être marié à un infirme ?
-         J’aime être marié avec toi parce que je t’aime. Tu m’entends, Kevin ? Je t’aime !
-         Quand tu es tombée amoureuse de moi je marchais, je courrais, je pouvais te protéger de Carmine. Aujourd’hui je ne suis plus bon à rien. Je ne peux même plus te faire l’amour.
-         Kevin, je suis tombée amoureuse de toi parce que tu es toi. Pas parce que tu marchais, courais ou que sais-je quoi d’autre. Est-ce nos ébats me manquent ? Oui. Évidement qu’ils me manquent. Je mentirais en prétendant le contraire, mais avant tout je t’aime et je refuse d’envisager ne serais ce que l’idée de devenir veuve si jeune, dit-elle d’une voix tremblante.
Kevin sourit.
-         Pourquoi souris tu bêtement, dit-elle mi riant, mi pleurant.
-         Je t’aime. Je t’aime plus que les mots peuvent le dire et tu sais si Kyle avait été hétérosexuel et aurait éprouvé pour toi ne serais que la moitié des sentiments que j’ai pour toi, j’aurais éprouvé de la pitié pour lui sachant que ce n’est pas partagé. En fait j’aurais pitié de n’importe quel gars qui pourrait tomber amoureux de toi en sachant que ce serait unilatéral.
À travers ses larmes Angelina rit.
-         On t’a déjà dit que tu étais dingue ?
-         Je t’aime, dit-il en l’attirant vers lui pour l’embrasser.
-         Moi aussi, je t’aime.
Leurs caresses et baisers devinrent de plus en plus passionnés. Poussé la passion qui les emportait l’un et l’autre, Kevin commença à déshabiller Angelina, tandis qu’elle déboutonnait sa chemise avant qu’il ne retire son pantalon. Ils ne tardèrent pas à être nus et pour la première fois depuis l’accident ils refirent l’amour comme par le passé.
 
 
***
 
Le lendemain matin Michael prenait son petit déjeuner à la salle à manger de l’hôtel quand Caroline arriva devant sa table.
-         Puis je m’assoir avec vous ?
-         Bien sûr !
-         Avez-vous des nouvelles de Kevin ou Angelina ?
-         Rien depuis hier soir.
Caroline soupira.
-         J’espère vraiment qu’ils réussiront à se parler. Angelina n’a jamais cessé d’aimer Kevin.
-         Il en est de même pour mon frère. Que connaissez-vous de leur histoire ?
-         Je sais tout, Michael. Angelina m’a tout raconté. Je sais comment cela a commencé comment elle a piégé Kevin le jour de son mariage avec cette peste de Chloe.
Michael rit.
-         J’avais oublié que vous n’étiez pas une de ses plus grandes admiratrices.
-         En effet, Chloe et moi n’avons jamais été en bon termes et cela ne risque pas d’arriver après ce qu’elle a fait à ma meilleure amie. J’espère que cette garçe est bien cloitrée derrière les barreaux d’une prison pour encore plusieurs années. 
-         Rassurez-vous, elle n’est pas prête d’en sortir. Lorsqu’elle ne pourra pas demander une libération conditionnelle avant plusieurs dizaines d’année. Angelina et Kevin seront certainement grands-parents, voir arrière grands parents le jour où cela arrivera si cela arrive un jour.
-         Tant mieux !
-         Mais Chloe n’est pas le problème du jour, n’est-ce pas, Caroline ?
-         En effet. Que va-t-il se passer à présent pour Kyle Taylor ? Sera-t-il condamné ?
-         Je l’ignore. L’avocat que je suis espère que non car cet homme a besoin d’aide. Aide qu’il ne trouvera pas en prison mais il s’en est pris à une personne qui m’est très chère.
-         J’espérais sincèrement pouvoir l’aider. Peut-être aurais-je dû m’y prendre autrement et ne pas me faire passer pour quelqu’un d’autre, mais comment aurais-je pu imaginer qu’il avait une arme et qu’il se rendrait chez Angelina ?
-         Personne n’aurait pu le prédire. Caroline vous n’avez pas à vous sentir responsable. Grace à Dieu personne n’a été blessé et Kevin et Angelina surmonteront leurs problèmes.  
Caroline garda le silence. Michael l’interrompit.
-         Depuis quand saviez-vous pour Kyle ?
-         Avant-hier Angelina est venue me voir à Los Angeles : elle avait besoin d’aide pour sauver son mariage et elle m’a tout dit. Elle pensait que je pourrais aider Kyle.
-         Parce que votre mère est lesbienne c’est bien ça ?
-         Oui et aussi parce que à l’instar de Kyle elle avait peur d’en parler à mon oncle.
-         Comment votre oncle a-t-il prit la chose ?
-         Très bien. Au début il a été quelque peu surpris mais il a très vite accepté. Angelina pensait que mon histoire pourrait aider Kyle à aller de l’avant et faire son coming-out. Au lieu de ça j’ai tout détruit.  
-         Ne vous sentez pas coupable, Caroline, personne n’aurait pu prédire la tournure que prendrait les évènements. La bonne nouvelle est que peut être grâce à cette mésaventure Angelina et mon frère vont se réconcilier.  
-         Angelina aime Kevin plus que tout au monde. Bien sûr Kyle est homosexuel mais même si cela n’avait pas été le cas, jamais elle ne lui aurait été infidèle. Je ne comprends pas pourquoi Kevin s’est mis une telle idée dans la tête ?
-         Il y’a plusieurs années de ça Kevin fut victime d’une situation similaire avec sa première femme.
-         Jana ? Angelina m’en a parlé.   
-         Oui, Jana.
-         Angelina n’est pas Jana.
Michael sourit.
-         Vous l’aimez vraiment beaucoup.
-         Je vous l’ai dit, Michael : Angelina est ma meilleure amie. Presque une sœur.
-         Je sais. Vous et votre mari…
-         Ex-mari. Thomas et moi sommes divorcés.
-         Je l’ignorais. Je suis désolé.
-         Merci.
-         Kevin n’est pas le seul membre de la famille à être jaloux. Je le fus moi aussi de la relation qui s’est construite entre votre ex-mari et mon frère. J’avais mal de voir quelqu’un d’autre prendre auprès de Kevin la place qui m’était dû.
-         Vous ne pouvez-vous en prendre qu’à vous-même, Michael.
Michael sourit.
-         Touchée, ma chère.
-         Mais peut être pourrions-nous former une belle et grande famille si vous parvenez à vous entendre ?
-         Kevin ! Que fais-tu ici ? dit Michael en voyant son frère.
-         Ou est Angelina, elle n’est pas avec toi ?
-         Je l’ai laissé dormir. Je suis sorti pour acheter le petit déjeuner.
Caroline sourit comprenant que tout s’était arrangé entre sa meilleure amie et son mari.
-         Alors, Michael ?
Michael sourit à son tour.
-         Alors quoi ?
-         Tu n’as pas répondu à ma question.
-         Quelle question ?
-         Tous ensemble nous pourrions former une belle et grande famille et dépêche-toi de répondre, je n’ai pas toute la journée : ma femme m’attend.
Michael sourit.
-         C’est une réunion privée ou je peux me joindre à vous ? dit Angelina en plaisantant.
-         Chérie ! Que fais-tu ici ? Tu n’as pas vu mon message ?
-         Je l’ai vu mais je me suis dit que je pourrais venir te rejoindre.
-         J’ai croisé ces deux-là en train de discuter et je leur ai demandé si nous pouvions former une belle et grande famille tous les sept. J’attends toujours ta réponse, Michael.
Michael sourit.
-         Volontiers !
-         Et toi, Caroline ?
-         Bien sûr ! Je suis certaine que Sally acceptera également une fois qu’elle vous connaitra. Ceci étant, Angelina, je tenais à te demander pardon. Tu m’avais demandé de t’aider et j’ai échoué. Mon échec a failli t’être fatal.
-         Tu ne pouvais pas prévoir que Kyle serait armé. J’ignorais moi-même qu’il en possédait une. Michael, sais-tu si cette arme a été acheté de manière légale ?
-         Oui, Angelina, en rentrant à mon hôtel hier j’ai vérifié et tout est légal.
-         Bien. Maintenant Kevin et moi réfléchissions à comment protéger nos enfants. Ils sont actuellement à Los Angeles avec mon père.
-         Caroline, ton oncle possède le plus grand empire de presse de tout le pays, n’est-ce pas ? Serais ce trop lui demander de ne rien publier avant que nous n’en parlions aux enfants ?
-         Cela devrait pouvoir se faire. Je vais lui téléphoner de suite… Oh mon Dieu !
-         Caroline, qu’y a-t-il ? demanda Angelina inquiète face à l’attitude de son amie.
-         Mon Dieu, non ! s’exclama Kevin.
-         Chéri, que se passe-t-il ?
-         L’information est déjà sur internet.
-         Quoi ? s’exclama Angelina. Fais-moi voir ça !
Tentative de meurtre sur Angelina Veneziano.
Angelina Veneziano, victime d’une tentative de meurtre 
La chanteuse et actrice, Angelina Veneziano a été hier à son domicile de Logan dans l’État de l’Utah d’une tentative de meurtre par la personne de son partenaire dans Grease : Kyle Taylor. Ce dernier n’ayant pas apprécié le fait qu’elle ait voulu dévoiler au grand jour son homosexualité. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ignorons encore l’état des blessures de la victime, mais il semblerait selon nos premières informations qu’elle soit grièvement blessée. Kyle Taylor est connu….
Angelina fulmina.
-         Quelle bande de menteur ! Puis d’abord comment ont-ils su ce qui s’était passé ?
-         Je n’en sais rien. Ce journal n’appartient pas à Spencer Communication. C’est un indépendant.
-         C’est le même journal qui avait prétendu que Kyle et toi entreteniez une liaison.
-         Les enfants ! Kevin, les enfants ! S’ils tombaient dessus…je dois les avertir que je vais bien ! Mon téléphone : ou ai j’ai mis mon téléphone ?
Angelina commença à s’affoler.
-         Tu l’as certainement oublié à la maison ou dans la voiture. Aucune importance, prend le mien, dit-il en lui tendant.
Angelina pâlit.
-         Plus de batterie.
-         Rentrons à la maison, nous pourrons l’appeler par internet.
-         Michael, Kevin et moi ne sommes pas venus avec la même voiture, tu voudrais bien conduire la mienne à la maison ?
-         Bien sûr !

<3>3<3<3<3<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 412
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 48
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Re: Inquiétude   Jeu 18 Oct - 22:38

Los Angeles, Californie
 
 
Les enfants profitaient pleinement de leurs vacances chez leur grand-père en Californie du sud. Cette journée-là, les conditions météorologiques étant mauvaises, il fut décidé qu’ils la passeraient à la maison d’autant plus que la petite Grace avait pris un coup de froid. Alana surfait sur le net, tandis que Shirel était occupée à faire ses cordes vocales avec son fidèle Utah à ses pieds. Depuis son retour d Talkeetna, Utah ne quittait plus sa jeune humaine lorsqu’elle était à la maison. Lisandro jouant avec ses jeux vidéo. Angelo occuper quant à lui à surfer également quand soudain, une bande annonce apparue informant qu’Angelina Veneziano avait été victime d’une blessure par balle et était grièvement blessée.  Effrayé Angelo appela sa fille mais personne ne répondit. Il téléphona alors à Kevin mais tomba sur sa messagerie.  
« Kevin, c’est Angelo, qu’est-il arrivé à ma Princesse ? Pourquoi n’as-tu pas veillé sur elle ? » hurla-t-il au téléphone.
Puis un cri d’effroi s’éleva dans la maison.
-         Maman !!!!!!!!!!!!!!!
Entendant le cri d’horreur poussait par sa petite fille, Angelo accouru et vit la petite comme figé devant son ordinateur.
-         Maman !
Incapable de parler la petite secoua la tête en répétant le même mot.
-         Maman.
Les yeux de Shirel se posèrent sur la tablette de sa sœur et pâlit.
-         Maman est blessée ! Grand-père, Maman est blessée ! Maman est blessée !
-         Grand-père, je veux voir Maman, dit Shirel.
-         Moi aussi, je veux voir Maman. Grand-père, je ne veux pas qu’elle meurt. Je n’ai pas toujours été très gentille avec elle mais je ne veux pas qu’elle meurt, dit Alana en pleurant.
-         Calme-toi, Princesse. Je suis sûr que ta maman ne va pas mourir.
-         Maman est gravement blessée. Je la voir, Grand-père, je veux la voir pour lui demander pardon de n’avoir pas été gentille.
-         Moi aussi je la voir, Grand-père. S’il te plait.
Angelo était lui aussi mort d’inquiétude mais devait faire de son mieux pour ne rien laisser paraitre face aux enfants.
-         Faites vos valises : je vais réserver des places.  
 
 
***
 
De l’autre côté de la ville, à Venice Bay, Sally surfait sur le net tandis que Thomas était occupé avec la petite Phoebe, quand soudain, Sally poussa un cri d’effroi.
-         Oh mon Dieu, Thomas
-         Sally ? Que se passe-t-il ?
-         Je viens de lire : ton amie Angelina a été victime d’une tentative de meurtre hier.
-         Quoi ? fait voir !
Angelina Veneziano, victime d’une tentative de meurtre
La chanteuse et actrice, Angelina Veneziano a été hier à son domicile de Logan dans l’État de l’Utah d’une tentative de meurtre par la personne de son partenaire dans Grease : Kyle Taylor. Ce dernier n’ayant pas apprécié le fait qu’elle ait voulu dévoiler au grand jour son homosexualité. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ignorons encore l’état des blessures de la victime, mais il semblerait selon nos premières informations qu’elle soit grièvement blessée. Kyle Taylor est connu….
-         Mon Dieu, non ! Où est mon téléphone ? Je dois appeler Kevin : il doit être dans tous ses états.
-         Il est là, tiens !
Affolé, Thomas téléphona à Kevin mais tomba sur sa messagerie.
-         Cela ne répond pas, je tombe sur sa messagerie.
-         Je vais voir si Angelo en sait plus.
Le téléphone d’Angelo sonna. Appel entrant Thomas.
-         Allo !
-         Angelo, c’est Thomas Forrester, je viens d’apprendre pour Angelina, je suis profondément désolé. Avez-vous d’autres nouvelles que se dit la presse ?
-         J’n’en sais pas plus : Kevin ne m’a pas appelé pour me prévenir et son téléphone est sur messagerie.
Angelo était furieux envers Kevin mais devait prendre sur lui face aux enfants.
-         Je sais. J’ai essayé de le joindre moi aussi : sans succès !
-         Thomas, je vais devoir vous raccrocher : un taxi m’attend pour nous conduire à l’aéroport les enfants et moi. J’ai réservé un vol pour Salt Lake City.
-         Annulez-le !
-         Quoi ?
-         Je vais voir si le jet privé des Forrester est disponible sinon je louerai un avion et nous partirons tous ensemble. Je vous retrouve à l’aéroport.
Thomas raccrocha sans laisser à Angelo le temps de répondre. Il regarda Sally qui lui sourit.
-         Je dois y’aller. Kevin est mon meilleur ami. S’il arrive quelque chose à Angelina…si par malheur elle ne s’en sortait pas…
-         Ne dit pas ça : je suis certaine qu’elle s’en sortira. Elle a toutes les raisons de se battre : une famille, des amis et un homme qui l’aime plus que tout au monde.
-         Cela ne te dérange pas de garder Douglas ? Si cela t’ennuie je pourrais demander à mon père et à Brooke ou bien à Pam…
-         Ça ira. Je m’occuperai de notre fille et de Douglas. Je l’emmènerai chez Spectra Couture pour qu’il apprenne le métier, dit-elle taquine.
Thomas sourit.
-         Tu es la meilleure, dit-il en lui donnant un baiser.
-         OK, assez perdu de temps, tu devrais appeler pour voir si le jet est disponible. Malheureusement c’est le genre de chose dont nous ne pouvons pas encore nous permettre chez Spectra.
-         Nous y arriverons un jour.
-         J’en suis sûr ! dit-elle en souriant.
-         Allo, Pam, c’est Thomas ! Est-ce le jet est libre ?
-         ***
-         Parfait alors dit au pilote de se tenir prêt à décoller pour Salt Lake City. Angelo Veneziano et les enfants Fisher seront du voyage ! 
 
***
 
Quarante-cinq minutes plus tard, Thomas, Angelo et les enfants accompagné de leur fidèle Utah se trouvaient dans le jet prêt à décoller.
 
 
***
 
En arrivant chez elle Angelina se précipita sur le téléphone de la maison afin de vérifier les messages mais s’aperçu qu’il était en dérangement tandis que Kevin rechargea le sien et écouta sa messagerie.
-         Le téléphoné est en dérangement.
-         Il m’en a laissé un. Comme tu peux t’en douter il est furieux après moi pour n’avoir pas su te protéger.
-         Quoi ? Comment ose-t-il ?
Kevin sourit.
-         Tu connais ton père, pour lui tu seras toujours sa Princesse.
-         C’est ridicule, je suis mariée et mère de famille.
-         Peu importe pour lui tu le seras éternellement de même que nos filles le seront pour moi. Il doit être mort d’inquiétude : tu devrais l’appeler pour lui dire que tout va bien.
 
***
 
Dans le jet des Forrester, Thomas, Angelo et les enfants prirent place.
-         Mr Forrester, si tout le monde est prêt nous pouvons décoller.
-         Nous le sommes, John.
-         Je vous demanderais de bien vouloir laisser vos téléphones éteint durant le décollage.
 
***
-         Ça ne répond pas !
-         Tu essayeras un petit plus tard.
-         J’ai peur, Kevin. J’ai peur que les enfants soient tombés dessus : ils doivent être morts d’inquiétude.
-         Je sais.
Les téléphones de Kevin et Angelina retentirent.
-         Oh mon Dieu, non !
-         Non ! hurla Angelina. Kevin, sur un journal ils disent…
-         Que tu es morte.
-         Je dois joindre Papa, dit-elle en joignant le geste à la parole.
 
***
 
-         Monsieur Forrester, nous allons traverser une zone de turbulence, vous voudrez bien s’il vous plait regagner vos places et laisser vos téléphones éteint ?
-         Une zone de turbulence, dites-vous ? Est-ce grave ?
-         Nous n’allons pas tarder à traverser un orage. C’est pourquoi je vous demanderais à vous et vos invités de bien vouloir rester assis et éteindre vos téléphones, tablettes, ordinateur jusqu’à ce que nous ayons traversé.
-         Bien sûr.
Un hurlement effroyable retentit dans le jet.
-         Non !  Non !  Maman, Non ! 
-         Alana, ma chérie, que se passe-t-il ?
-         Maman est morte, Grand-père, Maman est morte, dit-elle en pleurant.    
 
 
***
 
A Logan Angelina tenta derechef de joindre son père mais de nouveau tomba sur son répondeur.
-         Papa, c’est encore moi. Bon sang mais où es-tu ? Pourquoi ne réponds-tu pas ? Tu dois savoir que tout ce que tu lis est totalement faux ! Rappelle-moi dès que tu as ce message.
-         Toujours sa messagerie ?
Angelina fulmina.
-         C’est de ta faute ! Si tu avais eu confiance en moi, tu aurais su que je ne t’avais pas trompé, je n’aurais pas eu à te raconter un secret qui de toute évidence ne te regardait pas, alors Kyle n’aurait jamais tenté de me tuer et il n’y aurait jamais eu d’article de journaux disant que je suis morte ! A l’heure qu’il est les enfants doivent être morts d’inquiétude et je ne sais même pas où ils sont !
Kevin la regarda sans mot dire.
-         Excuse-moi. Je ne voulais pas dire ça. Je suis à bout de nerfs et inquiète pour les enfants mais je n’avais pas à m’en prendre à toi. Pardonne-moi.
-         Non, non, tu avais raison. Ce qui est arrivé est entièrement de ma faute. Le secret de Kyle ne me regardait pas.
-         Non c’est moi qui avait tort, je n’avais pas à avoir de secret envers toi : tu es mon mari. Deux femmes t’ont déjà trahi : il est normal que tu sois sur tes gardes à fortiori que tu te sentes diminué depuis que tu n’as plus l’usage de tes jambes, mais Kevin, je te promets cela ne change en rien mon amour pour toi. Je t’aime. Et c’est pour la vie : l’éternité. Tu n’as pas oublié ?
Kevin sourit.
-         Évidement je m’en souviens. Moi aussi je t’aime.
Angelina sourit.
-         Pourquoi Papa ne répond -il pas à ton avis ?
-         J’n’en sais rien mais il y’a peut être un moyen de contrecarrer la presse. Je vais apporter un démenti sur ton site internet en faisant savoir au monde entier que tu vas bien. Que tout n’est qu’un malentendu. Alors je l’espère nos enfants le liront.
-         Tu penses que cela suffira ?
-         Je l’espère et de toute façon j’en ai assez de rester ici à tourner en rond en me demandant pourquoi ton père ne répond-il pas aux appels téléphoniques.
Kevin tourna son fauteuil roulant pour aller dans son bureau mais Angelina l’appela.
-         Kevin, attends !
Il se retourna.
-         Je t’aime !
-         Je t’aime, moi aussi, dit-il en souriant.
 
 
***
 
On sonna à la porte des Fisher. Angelina alla ouvrir.
-         Michael, je t’en prie entre !
-         Du nouveau au sujet de ton père ?
-         Toujours pas. Il a essayé de me joindre et de joindre Kevin mais son téléphone est sur répondeur.
-         Ou est Kevin ?
-         Il est occupé à apporter un démenti sur mon site internet en espérant que les enfants le liront.
-         À Genoa city l’annonce de ta mort a fait l’effet d’une bombe.
-         Il me semblait bien avoir entendu des voix, dit Kevin en arrivant dans la pièce.
-         C’est fait, chéri ?
-         Oui. Tout est en ligne.
-         Je disais à Angelina que l’annonce de sa mort fit l’effet d’une bombe à Genoa City. Il n’y en a pas un qui ne m’a pas appelé pour me présenter ses condoléances.
-         J’imagine qu’ils ont dû être déçus quand tu leur as dit que j’allais bien.
-         Non, bien au contraire tout le monde était content de l’apprendre.
-         Michael, tu m’excuseras si j’ai vraiment du mal à te croire et de toute façon les réactions des habitants de Genoa City m’importe peu. Pour le moment seul mes enfants comptent.
-         Pas que, Angelina, pas que. L’annonce de ta mort peut aussi avoir des conséquences sur Kyle.
-         Kyle ?
-         Kyle a essayé de la tuer.
-         Essayé, oui, mais pas tué. Angelina n’a même pas été blésée.
-         Grace à Kevin.
-         Peu importe grâce ou comment l’essentiel est que tu es saine et sauve. Or d’un point de vue juridique il en est tout autre pour Kyle et pour toi.
-         Ou veut tu en venir, Michael ?
-         Son avocat m’a appelé. Actuellement le seul chef d’accusions qui le caractérise est « tentative de meurtre » puisqu’il ne s’est pas introduit chez toi par effraction, n’est-ce pas ?
-         Non, non, je l’ai laissé entrer.
-         Or si tu étais morte il serait accusé de meurtre.
-         Qu’est ce ça change ?
-         La peine encourue ne serait pas la même. Si tu étais morte, Kyle Taylor encourrait la peine de mort. Or ce n’est pas le cas, tu n’as même pas été blessée et son avocat le sait. Tout ceci risquerait de se retourner contre toi.
-         Comment ça contre moi ?
-         En te faisant passer pour morte, l’avocat de Kyle pourrait très facilement prouver que ce n’est pas le cas et t’intenter un procès au pénal pour faux témoignage puis au civil pour tenter d’obtenir des dommage et intérêt pour son client.
-         Michael, pour le moment Kyle est le dernier de mes soucis. Ce n’est pas moi qui me fait passer pour morte, je n’ai aucun intérêt à le faire. Kevin vient de publier un démenti sur mon site internet en espérant que les enfants le lisent. Voudrais-tu s’il te plait t’occuper de tout l’aspect juridique provoqué par cette annonce.
-         Bien sûr. Je vais de ce pas voir le Procureur et l’avocat de la Défense.
Aussitôt Michael sorti, Angelina s’effondra sur le canapé.
-         Chérie, ne t’inquiète pas pour les enfants : je suis certain qu’ils vont bien.
-         Alors pourquoi Papa ne répond -il pas au téléphone ?
 
***
 
Depuis sa chambre d’hôtel Caroline téléphona à Thomas mais tomba sur son répondeur.
-         Salut, Thomas, c’est moi. Je t’appelle pour te donner des nouvelles. Contrairement à ce que tu as pu lire dans la presse, Angelina va bien. Je rentre bientôt à la maison, voudrais-tu s’il te plait embrasser Douglas de ma part et lui dire que sa maman l’aime fort.
Caroline raccrocha et composa un autre numéro.
À Los Angeles, la sonnerie du téléphone fixe de Thomas et Sally retentit.
-         Allo !
-         Sally ! C’est Caroline.
-         Caroline, je comptais t’appeler pour te présenter mes condoléances bien que Thomas ait déjà dû le faire mais je voulais te le dire moi-même. Je ne connais pas bien Angelina mais je sais qu’elle comptait beaucoup pour toi.
-         En effet mais, Sally, Angelina va bien : elle n’est pas morte.
-         Quoi ? Il est écrit par tout sur internet…
-         Je sais ce qui est écrit mais c’est faux !  Ce serait trop long à raconter par téléphone mais Angelina va bien. Sais-tu où est Thomas je n’arrive pas à le joindre ?
-         Thomas est en route pour Logan.
-         Oh non !
-         Il est accompagné d’Angelo et des enfants. Ils ont pris le jet des Forrester. Il devrait déjà être arrivé.
-         Je ne l’ai pas vu mais il est peut-être parti chez Angelina et Kevin. Douglas est avec lui ?
-         Non. Nous avons décidé qu’il n’était pas nécessaire qu’il manque l’école plus que nécessaire et de plus il n’est encore au courant de rien.
-         Tant mieux ! Alors s’il te plait, quand il rentrera de l’école dis-lui que sa maman l’embrasse et je serai bientôt de retour à la maison.
-         Ce sera fait.
 
***
 
Angelina tenta derechef de joindre son père quand on sonna à la porte. Kevin alla ouvrir.
-         Caroline, c’est toi ! Entre !
En voyant Caroline, Angelina s’efforça de sourire à son amie.
-         Comment vas-tu ? Pas trop choquée par ce qui s’est passé ? Ce n’est pas tous les jours que quelqu’un essaye de nous tuer.
-         Je vais bien, en revanche je suis inquiète. Mon père ne répond ni sur son fixe ni sur son portable et je crains qu’il n’ait vu l’annonce ainsi que les enfants.
-         En effet ils l’ont vu mais n’aie crainte, ils seront bientôt là et tu pourras les rassurer.
-         Comment le sais-tu ?
-         Ils sont avec Thomas. Ils ont pris le jet des Forrester. Sally pensait qu’ils seraient déjà arrivés.
 
***
 
Dans le jet, tout le monde était silencieux. Seul Thomas rompit le silence.
-         Je vais aller voir s’il n’est pas possible de changer de direction pour arriver plus vite.
C’est alors que la voix du pilote surgit dans la cabine.
-         Monsieur Forrester, l’appareil rencontre un problème technique, nous allons devoir atterrir à l’aéroport de Las Vegas. Il ne volera pas jusqu’à en Utah.
-         Combien de temps faudra-t-il pour qu’il soit réparer ?
-         Pas avant un jour ou deux.
-         Un jour ou deux ? Nous n’aurons pas le temps d’attendre jusqu’à là, il nous faut gagner Logan au plus vite.
-         Je vais réserver des places dans un avion de ligne, ne vous inquiétez pas.
-         Non, Angelo, attendez ! Je vais louer un jet ainsi nous pourrons gagner l’Utah dans une heure.
Sentant une atmosphère inhabituelle la petite Grace se mit à pleurer, bientôt rejointe par son petit frère. 
-         Je veux voir Maman, dit-elle.
-         Moi aussi je veux voir Maman. Kaylan est fatigué. Je veux maison.
Cette petite phrase fit fondre en larme les plus grands qui se retenaient.
Thomas regarda les enfants, posa sa main sur le bras d’Angelo.
-         Je vais réserver un jet. Est-ce le téléphone de l’avion fonctionne ?
-         Oui, Monsieur.
-         Ici Thomas Forrester des Créations Forrester, réservez-moi un jet à destination de Salt Lake City pour un départ immédiat. À notre descente assurez-vous qu’un chauffeur nous attende mes passagers et moi pour faire route pour Logan.  Le N° de ma carte est le :   344564901314815.
Thomas raccrocha
-         Les bagages ont été déférés.
-         Merci, Peter. Prévenez Pam de la panne.
-         Très bien Monsieur.
Angelo avait quelque peu réussi à calmer les enfants même si les ainés se retenaient pour ne pas pleurer. Quelques minutes plus tard ils volaient pour l’Utah.
 
 
Chez les Fisher l’inquiétude prit le pas sur tout autre forme de raisonnement. Angelina ne réussissant pas à comprendre pourquoi son père ne répondait pas.     
-         Pourquoi ne sont-ils pas encore là ? Il ne faut pas deux heures entre Los Angeles et Salt Lake City puis un peu plus d’une heure entre Salt Lake City et Logan. Ils devraient déjà être ici.
-         Ils sont peut-être coincés dans les embouteillages ?
-         Pourquoi Papa ne répond -il pas au téléphone ? J’ai peur, Kevin, peur qu’il soit arrivé un malheur.
-         Tout est de sa faute ! Lui et son fichu secret. S’il n’avait pas fait de toi sa confidente et aurait continué de mener sa vie comme il l’a toujours fait alors nous n’en saurions pas là. J’espère qu’il payera pour tout ça.
-         Kevin, à mon avis, il paye déjà. Il ne savait plus où il en était quand il m’a tiré dessus il parlait de sa sœur comme si elle était toujours en vie.
-         Comment peux-tu prendre sa défense après ce qu’il a osé te faire ? Il a braqué une arme sur toi je te rappelle. Si je n’étais pas arrivé à temps tu serais sans doute morte à l’heure qu’il est.
Kevin marqua une pause puis regarda sa femme.
-         Dis-moi la vérité, s’il n’avait pas été gay serais tu tombée amoureuse de lui ?
Angelina le toisa.
-         Kevin, je veux croire que c’est l’inquiétude pour nos enfants qui te fait perdre la tête pour poser une telle question. Parce que dans le cas contraire…
 
 
***
 
Une heure plus tard le jet se posa sur le tarmac de l’aéroport de Salt Lake City où une voiture les attendait.
-         Mr Forrester ?
-         C’est bien moi.
-         Votre voiture est avancée, Monsieur. Laissez-moi vous occuper de vos bagages.
-         Emmenez-nous au Logan Regional Hospital.
Thomas, Angelo et les enfants prirent place dans la voiture. Eux qui d’habitude si bavard cette fois ne disait mot : retenant leurs larmes, prenant dans leurs mains celle de des plus jeunes de la fratrie.
Une heure et demie plus tard ils arrivèrent devant l’hôpital. Thomas et Angelo se précipitèrent au bureau d’accueil.
-         S’il vous plait, Mlle, nous aimerions voir le corps d’Angelina Fisher. Elle est décédée hier dans la nuit.
-         Vous êtes de la famille ?
-         Je suis son père et voici ses enfants.
-         Ou est Papa, dit Shirel.
-         Je regrette, Monsieur mais nous n’avons personne de ce nom dans nos registres.
-         Ce n’est pas possible, en êtes-vous certaine ? Regardez encore, je vous prie !
-         La défunte n’est manifestement pas dans nos établissements.
-         Pourriez-vous essayer de savoir où se trouve le corps je vous prie, dit Thomas. Ces enfants aimeraient se recueillir auprès de leur mère une dernière fois.
-         Bien sûr, Monsieur.
L’hôtesse d’accueil décrocha le téléphone et composa divers numéros. Quelques minutes plus tard elle revint vers eux.
-         Je regrette, Monsieur, mais aucune morgue de la ville n’a ce nom dans leurs registres. 
-         Quoi ? comment est-ce possible ?
-         Je veux rentrer à la maison, Grand-Père, dit Grace.
-         Kevin n’oserait pas enterrer ma Princesse sans ma présence ?
-         Papa ne ferait jamais ça ! Il sait que nous voulons voir Maman, dit Shirel d’un ton péremptoire.
-         Je veux voir Maman et Papa, dit Kaylan en sanglotant.
Soudain le téléphone de Thomas retentit.
-         C’est Sally, excusez-moi je dois répondre, dit-il en s’éloignant. 
-         Allo !
-         Thomas, enfin ! Cela fait plus de deux heures que j’essaye de te joindre sans succès !
-         Excuse-moi, nous avons traversé un orage j’ai dû éteindre mon téléphone puis nous avons dû changer d’avion. Je viens tout juste de le rallumer. Une voiture nous a conduit jusqu’au   Logan Regional Hospital mais il se passe quelque chose de très bizarre. Le corps d’Angelina ne figure dans une aucune morgue de Logan.
-         Manifestement tu n’as pas eu mes messages ni ceux de Caroline.
-         Je n’ai pas encore eu le temps de les consulter ni même d’appeler Kevin pour lui présenter mes condoléances.
-         Ce ne sera pas nécessaire. Thomas, Angelina va bien. J’ai eu Caroline au téléphone et je peux t’assurer que tout ceci n’est qu’une fake news. Angelina va bien.
-         Quoi ? Tu veux dire que ce gars ne lui a pas tiré dessus ?
-         Si. Écoute, je ne connais pas tous les détails de l’histoire, Caroline te l’expliquera peut-être mais sache-le : ton amie va bien !  
-         Elle va bien ? Sally, tu es sure ? Sure et certaine ?
-         Thomas, je ne vais pas te raconter d’histoire sur un sujet aussi grave.
Le visage grave de Thomas s’illumina.
-         Tu es la meilleure !
Sally sourit.
-         Je sais.
-         Je dois raccrocher, je dois prévenir Angelo et les enfants de cette merveilleuse nouvelle.  


<3>3<3<3<3<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 412
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 48
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Re: Inquiétude   Jeu 18 Oct - 22:48


Un froid s’était installé entre Angelina et Kevin.
-         Je vais préparer le diner. Des œufs brouillés ça te va ?
-         Ce n’est pas nécessaire, il reste des plats cuisinés au congélateur. Cela fera l’affaire.
-         OK.
 
***
 
Après avoir raccroché avec sa femme, Thomas se dirigea vers Angelo mais ce dernier sortit à son tour son téléphone et sans lire ses messages composa le numéro de son gendre. En voyant le nom de son beau-père s’affichait Kevin éprouva un soulagement.
-         Angelina, c’est ton père ! Angelo, enfin c’est vous ! Ou êtes-vous ? Est les enfants sont avec vous ?
-         Kevin, ou diable as-tu emmené le corps de ma princesse ? Tu n’aurais quand même pas osé l’enterrer sans ma présence parce que je te préviens si tu as osé faire une telle chose tu n’as pas fini d’entendre parler de moi…
-         Angelo, calmez-vous !
-         Comment ça je me calme ? Ma princesse, mon unique enfant est morte et je n’ai pas même pas lui dire au revoir parce que j’ignore ce que tu as fait de son corps puisqu’il n’est d’aucune morgue de la ville !
-         Morgue de la ville ? Alors vous êtes à Logan ?
-         Bien sûr que je suis à Logan ou crois-tu que je sois ?
-         Manifestement vous n’avez pas écouté mes messages. Angelo, Angelina n’est pas morte.
-         Quoi ? Sur internet…
-         Je sais ce qu’ils disent sur internet mais c’est une fake news. Angelina n’est pas morte. Elle va bien. Si vous aviez écouté mes messages vous le sauriez. Est-ce les enfants sont avec vous ?
-         Bien sûr qu’ils sont avec moi où veux-tu qu’ils soient ? Mais tu ne m’as toujours pas dit où se trouve ma princesse ? Est-elle grièvement blessée ? Dans quel hôpital se trouve-t-elle ?
-         Vous n’avez rien écouté de ce que je vous ai dit : Angelina va bien. Elle va très bien. Je vous expliquerai tout quand que vous serez à la maison. Pour l’amour de Dieu, Angelo, quittez donc cet endroit sinistre et venez à la maison !
 
 
***
 
Un quart d’heure plus tard la voiture s’arrêta devant chez Angelina et Kevin. Les enfants descendirent en premier et coururent se jeter dans les bras de leur mère qui en voyant la voiture sortit les accueillir.
-         Maman ! dit Alana en pleurant. Maman, Maman, je suis désolée, je regrette d’avoir été méchante avec toi. Je croyais que tu allais partir, nous abandonner Papa et nous pour aller vivre avec ce type. Je suis désolée.
-         Alana, mon bébé. Tout va bien, ma chérie, tout va bien, dit-elle en embrassant sa fille.
-         Maman ! Sur internet ils disaient que tu étais morte, dit Lisandro en embrassant sa mère.
-         Mais tu vas bien ? Dis ? Tu n’es pas blessée ?
-         Je vais bien, Alana et maintenant que vous êtes là ça va aller encore mieux.
-         Angelina, quel bonheur de te voir saine et sauve. Quand Sally me l’a annoncé je n’arrivais pas à y croire puis Caroline l’a confirmé.
Angelina sourit.
-         Entrons à la maison se sera plus facile pour discuter.
-         J’ai faim, Maman, dit Kaylan, trop jeune pour comprendre ce qui se passait.
Elle rit.
-         Je pense pouvoir y remédier.
 
Une heure et demie plus tard quand les enfants furent rassasiés et les plus jeunes endormis, Angelina regagna le salon.
-         Bien maintenant que tout le monde a bien mangé et Grace et Kaylan endormis vas-tu enfin nous raconter ce qui s’est passé ? Est-ce ce type, ce Kyle a vraiment essayé de tuer ou là aussi les journaux ont tout inventé ?
-         Il a vraiment essayé, même si je ne suis pas sure qu’il avait véritablement conscience de ce qu’il faisait.
-         Que veut tu dire par là ? demanda Angelo en fronçant les sourcils.
Angelina se sentit prise entre le marteau et l’enclume. Son père ne lâcherait pas l’affaire tant qu’il ne connaitra pas l’histoire mais comment en parler sans impliquer la jalousie de son mari ?
-         Kyle a… Kyle est homosexuel mais il ne voulait pas que cela se sache.
-         Ça veut dire qu’il aime les garçons ? Demanda Lisandro.
-         Oui, chéri, c’est ce que cela signifie.
-         Pourquoi il ne voulait pas le dire c’est idiot. La maman de Caroline aime une autre femme et comme ça Tante Caroline a deux mamans. Ce n’est pas grave.
-         Tu as raison, chéri, ce n’est pas grave du tout mais certaines personnes voient les choses de manière différente et cela peut avoir des conséquences désastreuses.
Ce fut Caroline qui vint au secours de son amie en voyant son embarras.
-         Lisandro, tu es trop jeune pour le savoir mais autrefois les gens, la société n’acceptait pas les personnes homosexuelles et les rejetaient. Aujourd’hui encore certaines personnes sont restées comme ça et c’est pourquoi Kyle avait peur de le dire.
-         OK, cet homme est homosexuel et ne voulait pas que cela se sache mais cela n’explique pas pourquoi il t’a tiré dessus.
Angelina était de plus en plus mal à l’aise. Son père ne lâcherait pas l’affaire avant de connaitre toute l’histoire.
-         J’étais au courant de son secret et je m’apprêtais à tout raconter.
-         Tout raconter ?
-         Kyle m’avait mise dans la confidence en me demandant de ne pas l’ébruiter mais au lieu de ça je l’ai trahi.
-         Tu l’as trahi ?
-         Oui. En dévoilant son secret. Pourrions-nous arrêter de parler de ça ? Le principal est que j’aille bien.
-         Princesse, pourquoi ai-je le sentiment que tu me cache quelque chose ?
Angelina ne répondit pas et baissa les yeux.
-         Peut-être Angelina estime-t-elle que cela ne vous regarde pas, Angelo.
-         Caroline, vous êtes peut-être la meilleure amie de ma princesse mais elle est avant tout ma fille et un homme à chercher à la tuer. Je dois savoir pourquoi afin de mieux la protéger à l’avenir.
-         Je n’ai pas besoin que tu me protège, j’ai Kevin pour ça.
-         Princesse, tu sais que j’aime ton mari comme mon propre fils mais dois-je te rappeler qu’il est en fauteuil roulant. Comment pourrait-il te protéger ?
-         Il l’a pourtant fait.
-         Angelina, non !
-         Je regrette, Kevin mais il doit savoir. Je ne laisserai pas mon père ou qui que ce soit d’autre t’humilier et encore moins devant nos enfants qui au contraire le droit de savoir quel genre d’homme est leur père. Ils ont le droit de savoir que leur père est un héros qui a sauvé la vie de leur maman au péril de sa vie. Cet homme, cet homme exceptionnel qu’est mon mari et dont tu ne vois que la paralysie, quand Kyle a pointé son arme sur moi, Kevin s’est brutalement levé de son fauteuil roulant pour se jeter sur lui et lui faire tomber son arme. Voilà quel genre d’homme est mon mari. Alors je t’interdis, à toi comme à n’importe qui d’autre, de parler de lui comme d’un infirme bon à rien.
-         C’est vrai, Papa ? Tu as sauvé la vie de Maman ? dit Lisandro les yeux émerveillés. Alors tu es un héros ! dit-il en étreignant son père de ses petits bras.
-         Papa ! dit Alana en s’élançant vers lui à son tour, tu as sauvé Maman, tu as sauvé Maman ! Tu es un vrai héros ! Tu entends, Shirel, Papa est un héros !
-         Les enfants, les enfants, vous m’étranglez, réussi-t-il à articuler tout en s’arrachant à l’étreinte de ses enfants.
Michael le jaugea puis regarda Angelina et ensuite Caroline. Ce fut elle qui donna le signal de départ.
-         Il est tard. Angelina et Kevin ont certainement besoin de se retrouver en famille. Nous devrions rentrer.
-         Je ne sais pas pour vous, Angelo, mais en ce qui me concerne je suis épuisé par ce voyage. Michael, vous venez aussi ?
 
 
***
 
Angelina rejoignit Kevin dans le salon après avoir mis les enfants au lit.
-         Ils dorment ?
-         Oui, ils se sont finalement endormis après avoir parlé une bonne demie heure de cape et d’épée, particulièrement Lisandro. Alana quant à elle a hâte de retrouver ses copines pour leur raconter que son père est un héros qui a sauvé sa mère d’une mort certaine.
-         Pourquoi m’avoir fait passé pour un héros ?
-         Je n’ai rien inventé. Si je suis en vie c’est grâce à toi.
-         Pourtant je ne me sens pas l’âme d’un héros : loin de là. C’est même plutôt le contraire. Ton père se doute de quelque chose, il a senti le froid entre nous. Tu le connais il n’est pas stupide, il voudra savoir ce qui s’est réellement passé.
-         Mon père est le dernier de mes soucis. Où en sommes-nous, Kevin ?
-         Je t’aime, Angelina. Je t’aime comme je n’ai jamais aimé. Je suis désolé d’avoir manqué de confiance en toi. Depuis ce fichu accident…
-         S’il te plait, Kevin, ne te refugie pas derrière ton accident cela ne prend plus. Je sais tout ce que tu as traversé avec Tom le terrible, Jana et Chloe. Pourtant tu sais à quel point je t’aime. À quel point je t’ai toujours aimé. Je me suis sacrifiée pour te donner ce que tu voulais et quand ensuite tu es revenu dans ma vie et m’a demandé en mariage, je n’ai pas hésité : j’ai dit oui. Ta famille, tes amis ont tout tenté pour nous séparer : en vain. Par la suite notre fille nous a été enlevée durant deux ans mais là encore, là ou bien des couples n’auraient pas résistés, nous nous y sommes parvenus.
-         Tu ne m’avais alors donné aucune raison de douter de toi. Mets-toi cinq minutes à ma place, Angelina, comment aurais tu réagi en me voyant dès la moindre occasion avec une autre femme.
-         J’ai ma part de responsabilité, je l’admets. J’aurais dû te révéler depuis le début le secret de Kyle et je me suis excusée pour ça mais même quand tu as su qu’il était homosexuel, tu m’as demandé si je n’étais pas tombée amoureuse de lui.
-         Tu as passé des mois complets avec lui à travers tout le pays et il y’a eu cet article paru sur internet. Tu m’as donné quelques vagues explications sur ton geste et je t’ai cru sans poser plus de questions. Mais ensuite il s’est installé à Logan et vous passiez de plus en plus de temps ensemble. Il était partout où tu étais et jamais là où il devait se trouver. Alors, oui, Angelina, je te le demande une fois encore : mets-toi cinq minutes à ma place et dis-moi comment j’aurais pu réagir lorsque à chaque fois que je levai les yeux je te voyais avec lui. Un homme beau et séduisant avec lequel tu partages le gout de la musique et qui surtout n’est pas impotent.
-         Et gay. Kyle est gay. Kevin, tu m’as posé une question à laquelle je n’ai pas répondu parce que je me suis sentie offensée. Pourtant si je ne le fais j’ai le sentiment que notre mariage n’y résistera pas et je t’aime bien trop pour laisser une telle chose se produire. La réponse est non, Kevin. Non je ne suis à aucun moment tombée amoureuse de Kyle Taylor parce que tu es le seul homme que j’aimerai jamais et avec qui je veux vivre.
Kevin sourit. Elle sourit en retour et s’embrassèrent.
-         Une dernière chose, Kevin Fisher, sache que tu n’es pas impotent. Je t’interdis, je te défends de répéter cela à l’avenir. Tu es loin de l’être et je te rappelle au cas où que je te dois la vie.  
-         Je t’aime.
-         Je t’aime, moi aussi. Dans un sens quand on y pense je devrais me sentir flattée que tu es pu être jaloux pensant que j’ai pu tomber amoureuse d’un autre. Je me souviens d’une époque où c’est moi que tu utilisais pour rendre jalouse une autre.
-         J’ai fait ça moi ? dit-il faignant la surprise.
-         Hum, hum, dit-elle en souriant et hochant de la tête.
-         Cela devait être dans une autre vie alors, dit-il en plaquant ses lèvres sur les siennes.
-         Une autre vie oui, dit-elle en l’embrassant de plus en plus langoureusement.
-         Probablement, dit-elle le souffle coupé en répondant à ses baisers.
 
 
Ils étaient lovés l’un contre l’autre, la tête d’Angelina sur le torse nu de Kevin qui l’entoura de ses bras tout en embrassant ses cheveux bruns savourant l’un et l’autre le bonheur retrouvé.
-         N’as-tu rien constaté d’inhabituel chez Shirel ce soir ? demanda-t-elle. Alana et Lisandro se sont littéralement jeté à mon cou mais Shirel semblait…absente.
-         Les journaux en ligne ont annoncé que tu étais gravement blessée puis décédée des suites de tes blessures alors qu’elle était loin de la maison. Dieu merci il n’en est rien. Tout ceci a dû quelque peu la perturber. Une bonne nuit de sommeil dans son lit et dès demain notre espiègle petite fille sera redevenue elle-même.
-         Je l’espère.
-         Qu’est ce qui t’inquiète ?
-         J’n’en sais rien. Il se pourrait que je me montre un peu trop protectrice avec elle après ce qu’elle a vécue. Deux ans loin de chez nous. Deux longues années où nous la crûmes morte.
-         Dieu merci elle nous est revenue. Shirel ne parle plus du tout de son enlèvement ni de ce type.
-         Tu oublies la fois où elle demanda si Kyle était semblable à Elliot. Kyle, bon sang ! Pourquoi n’ai-je pas pensé plus tôt ?  
-         Pensé à quoi ? Chérie, de quoi parles tu ?
-         Kyle.
-         Quoi Kyle ?
-         Il était censé être son coach dans The Voice. J’avais totalement oublié l’émission. Maintenant qu’il est en prison il ne pourra certainement pas tenir son rôle de coach.
-         Qu’il le puisse ou non je refuse de voir ce type s’approchait de nouveau de ma famille. Ce malade a bien failli te tuer à cause de son sacrosaint secret.
-         Je sais et je ne le veux pas non plus mais Shirel doit être déçue de ne pouvoir participer à l’émission. Elle a beaucoup travaillé pour ça.
-         Ne vont-ils pas changer de coach maintenant qu’il est en prison ?
-         Il se pourrait qu’il soit libéré sous caution.
-         Certes mais reste à savoir si les autres parents accepteront qu’un homme qui tente de tuer une femme s’approche de leur enfant ?
Angelina sourit.
-         Pas faux. Ceci dit je lui parlerai demain.
Kevin attira Angelina vers lui.
-         Notre fille est exceptionnelle : elle n’a nul besoin de The Voice pour réussir. Elle t’a toi et s’il le faut nous l’inscrirons à des cours de chant. Nous ferons tout ce qui est possible afin qu’elle puisse réaliser son rêve et devenir chanteuse.
Angelina sourit. Elle se retourna à califourchon sur Kevin.
-         Tu es le meilleur mari et meilleur père au monde.
-         Et comme amant ? dit-il malicieux.
-         Tu es doué dans tous les domaines, mon amour.
-         Je t’aime.
-         Moi aussi, je t’aime.
 
Ils refirent l’amour puis finirent par s’endormirent lovés dans les bras l’un de l’autre, quand des pleurs d’enfant les réveilla.
Angelina se redressa, le bras de Kevin entourant ses reins nus. Ils écoutèrent afin de savoir d’où venaient les pleurs qui recommencèrent.
-         C’est Shirel ! Je vais voir ce qui se passe, dit Angelina en enfilant un peignoir sur son corps nu.
Angelina arriva à la chambre que les jumelles partageaient.
-         Non ! Non ! Je veux pas, disait la fillette en se débattant dans son lit. C’est faux !
-         Shirel, Shirel, ma chérie, c’est Maman, réveille-toi, mon trésor.
Les larmes coulèrent sur le visage de la petite fille.
-         Non ! Non ! Je veux pas ! C’est pas vrai ! Non !
Les pleurs de sa sœur réveillèrent Alana qui alluma sa lampe de chevet et se redressa sur son lit.
-         Maman ? Qu’est-ce elle a Shirel ?
-         Ta sœur fait un cauchemar, ce n’est rien. Je vais la réconforter et toi rendort toi. Shirel, ma puce, c’est Maman.
En entendant la voix calme et rassurante de sa mère, la petite fille se réveilla le visage en larme.
-         Maman ! dit-elle en jetant ses petits bras autour du cou de sa mère. Maman, c’est bien toi ?
-         Oui, mon bébé, c’est bien moi.
-         Maman ! J’ai eu si peur quand ils ont dit que tu étais morte. Je veux pas que tu meurs, Maman : jamais !
-         Ma puce, ne t’inquiètes pas. Je ne vais pas mourir. Pas avant de nombreuses années quand vous serez tous adultes avec votre propre famille.
-         J’ai eu tellement de peine quand ils ont dit que Kyle t’avait blessée et ensuite ils ont dit que tu étais morte. Je croyais qu’on ne te reverrait jamais comme lorsque Eliott m’avait enlevé.
-         C’est vrai, Maman, Shirel, Lisandro et moi nous l’avons cru mais nous devions masquer notre chagrin pour ne pas faire de peine à Grand-père et Grace et Kaylan ne pouvaient pas comprendre.
-         Je sais, mes chéries, je sais, dit-elle en enlaçant ses deux filles. Moi aussi j’ai eu peur pour vous en lisant l’article. J’ai essayé de joindre Grand-père par téléphone mais je tombais sur sa messagerie. Papa a alors eu l’idée de publier un démentit sur mon site internet pensant que vous le liriez. J’étais loin de me douter que vous ne pouviez pas y accéder.
-         Qu’est ce qui va se passer maintenant ?
-         Je ne sais pas, chérie. Kyle a été arrêté, l’affaire est entre les mains de la justice. Je ne sais pas du tout s’il sera libéré sous caution mais une chose est certaine, même si c’est le cas, chérie, je doute qu’il puisse reprendre son fauteuil de coach et de toute façon, Papa et moi ne voulons plus que tu t’approches de lui.
-         Je croyais qu’il était gentil, pas comme Eliott.
-         Shirel, ma chérie, Kyle n’est pas comme Eliott.
-         Comment peux-tu dire ça, Maman après ce qu’il t’a fait. C’est exactement comme lorsque Eliott a tiré sur Papa.
-         Non, Alana, c’est différent. Eliott était quelqu’un de mauvais. Tu l’as peut-être oublié mais pendant des mois il me suivait dans tous mes déplacements, m’envoyer des mails puis des lettres et il a fini par kidnapper ta sœur en lui faisant croire que nous ne voulions plus d’elle et à nous qu’elle était morte. Tu te souviens ? Pendant deux ans il emmené vivre loin de nous : sa famille et peut être ne t’aurions-nous jamais retrouvé, mon ange, si nous n’étions pas partis en vacances pour voir le chat maire. Kyle est malade : c’est différent.
-         Pourquoi il ne se fait pas soigner dans ce cas ? dit Alana.
-         Ce n’est pas aussi simple, chérie. Kyle souffre d’une maladie difficilement détectable et lorsque on la découvre elle est très difficile à soigner. Parfois même impossible.
-         Est-ce tu l’aimes, Maman ?
-         J’ai pitié de lui, Alana mais je ne l’aime pas.
-         Est-ce Papa et toi allez divorcer ?
-         Shirel ! Non ! voyant, chérie, qu’est ce qui t’as mis une telle idée dans la tête ? Je viens de le dire à ta sœur : je n’aime pas Kyle. J’ai de la peine pour lui mais je ne suis pas amoureuse de lui.
-         Parce que il est homosexuel ?
-         Non, Alana, ce n’est pas pour cette raison si je ne l’aime pas. Je l’aimerais pas même s’il avait été hétérosexuel. J’aime votre père et personne d’autre.
-         Mais il y’a des gens à la plage qui disaient que tu allais quitter Papa parce que il est dans un fauteuil roulant.
-         Shirel, j’aime ton père plus que les mots peuvent le dire. Je l’ai toujours aimé et je l’aimerai jusqu’à ma mort. Jamais je ne le quitterai.
-         Pourtant quand on est parties chez Grand-Père vous n’arrêtiez pas de vous disputer, dit Shirel.
-         Nous avons traversé une mauvaise passe mais c’est fini. J’aime votre père et il m’aime, notre mariage est solide.
Angelina sourit.
-          Mes chéries, quand on aime quelqu’un autant que j’aime votre père alors ce n’est pas un stupide fauteuil roulant qui va pouvoir changer ça. Quand on se marie on prononce des vœux de nous aimer dans la richesse comme dans la pauvreté, la maladie ou bien portant. Beaucoup de gens ne mesurent pas l’ampleur de leur engagement et prononcent ces mots sans les penser mais moi oui. Je pensais chaque mot que j’ai dit ce jour-là. Croyez-moi, mes chéries quand on tombe amoureuse de votre père c’est pour la vie, dit-elle en souriant et enlaçant ses enfants. Un jour vous tomberez amoureuse à votre tour et alors vous comprendrez les sentiments qui me lient à Papa. Il se fait tard. Vous devriez essayer de dormir un peu si vous ne voulez pas être en retard à l’école demain.
-         Oh non alors ! J’ai très envie de raconter à mes copines que Papa est un vrai héros !
Angelina sourit.
-         Je t’aime, Maman, dit Alana.
-         Je t’aime, moi aussi, ma puce.
-         Moi aussi, je t’aime. Je suis contente que Papa et toi n’allez pas divorcer. Douglas dit que c’est cool d’avoir deux maisons mais je ne trouve pas.
-         C’est bien si Douglas le prend comme ça mais en ce qui te concerne tes frères et sœurs et toi, vous n’avez pas à vous inquiéter. Papa et moi avons eu quelques problèmes mais nous les avons résolus. Rien ni personne n’arrivera jamais à nous séparer. Je te le promets.
Les yeux brillants de joie, Shirel jeta ses bras autour du cou de sa mère qui l’enlaça d’une main et de l’autre attira son autre fille.
-         Allez, il est temps de dormir maintenant ! Bonne nuit, mes chéries.
-         Bonne nuit, Maman.
-         Bonne nuit, Maman.
Angelina sortit de la chambre de ses ainées en éteignant la lumière. Aucune d’entre elles ne se rendirent compte de la présence de Kevin dans la chambre. Quand Angelina le rejoignit elle le trouva tranquillement allongé faisant semblant de dormir. Elle se lova contre lui qui fit mine de se réveiller.
-         Comment va Shirel ?
-         Bien mieux. Je t’expliquerai demain. Je t’aime.
-         Je t’aime, moi aussi.
 
 
Le reste de la nuit se passa sans encombre. Shirel se rendormit paisiblement et le lendemain tout le monde reprit le chemin de l’école y compris les plus jeunes qu’Angelina conduisit à la garderie tandis que Kevin sortit Utah.
-         Tout s’est bien passé ? Les enfants n’ont pas trop pleuré ? s'enquit Kevin.
-         Ils ont un peu pleuré au début mais des le moment où ils virent Mickey je n’existais plus.
Kevin sourit.
-         Cela aurait été dommage de leur faire rater ça et puis cela nous permet de rester un peu seul tous les deux.
Angelina sourit.
-         Ou est Utah ?
-         Il dort dans son panier dans la chambre des filles.
-         Bien.
-         Les enfants avaient hâte de retrouver leurs copains. Y compris Shirel. Chérie ! Je dois t’avouer quelque chose, hier soir quand Shirel fit son cauchemar, je t’ai rejoint dans la chambre où j’ai tout entendu de que tu as dit aux filles.
-         Je n’ai rien dit de mensonger. Chéri, tu t’es comporté comme un héros.
-         Je n’ai pas du tout la sensation d’en être un pourtant. N’importe qui en aurait fait autant dans ma situation.
-         N’importe qui n’est pas forcement en fauteuil roulant. Kevin, tu réalises que tu t’es mis debout en te jetant sur Kyle pour qu’il jette son arme ?
-         Non, en réalité je n’avais rien réalisé. Sur le moment j’ai vu cet homme braqué une arme sur toi. J’ai eu peur de te perdre, toi l’amour de ma vie. Je n’ai rien calculé, j’ai agi sur l’instinct en oubliant mon handicap. Ne me demande pas comment mes jambes m’ont porté, je n’en sais rien du tout.
Angelina s’approcha de lui et plaqua ses lèvres sur celles Kevin.
-         Je t’aime.
-         Je t’aime, moi aussi.
-         Chéri, en parlant d’handicap, nous devons discuter du jour où tu as vu…
On sonna à la porte.
-         Je vais ouvrir. Nous reprendrons cette conversation plus tard avant le retour des enfants. Papa ! Je ne m’attendais pas à te voir. Je te croyais reparti avec Caroline et Thomas dans le jet des Forrester. J’imagine qu’il a été réparé ?
-         Tu imagines bien. Il est question que je rentre avec eux mais d’abord je veux que tu… Kevin ? Que faites-vous ici ?
-         J’habite ici aux dernières nouvelles.
Angelina rit.
-         OK alors cela m’évitera de vous interroger l’un après l’autre pour savoir ce qui se passe entre vous.
-         Il ne se passe absolument rien, Angelo.
-         Ne me raconte pas d’histoire, Kevin, hier j’ai bien senti un malaise entre vous deux. Je veux savoir de quoi il retourne. Je n’aime pas voir ma princesse malheureuse.
-         Moi non plus.
-         Papa, Kevin et moi avons une mauvaise passe mais c’est fini. Le malentendu est réglé et nous nous aimons plus que jamais.
-         Tu ne vas pas me dire ce que c’est ?
-         Papa !
-         Angelina, Princesse, je suis ton père. Je t’ai élevé depuis le tout premier jour. J’ai le droit de m’inquiéter pour toi. Un homme te dire dessus dans ta propre maison, tu me pardonneras de m’inquiéter pour toi et de comprendre ce qui s’est exactement passé.
-         Ton père a le droit de savoir, chérie.
-         Kevin, non.
-         Mon amour, imagine un instant que ce soit l’un de nos enfants. Toi comme moi ne pourrons nous empêcher de nous inquiéter pour eux. N’est-ce pas ?
Angelina eut un léger sourire.
-         OK. Les journalistes ont dit vrai sur une chose : Kyle est homosexuel mais il ne voulait pas que cela se sache. Il me le confia lorsque nous étions en tournée pour Grease parce que je lui rappelai sa sœur disparue qui de son vivant était la seule personne au monde à être au courant du secret de son frère. En dehors de moi il ne voulait que personne d’autre l’apprenne. J’ai donc gardé le secret. Je n’ai rien dit à personne pas même à mon mari. La tournée étant finie je suis rentrée chez moi oubliant jusqu’au secret de Kyle. Je ne pensai pas que cela aurait une incidence sur mon mariage puisque de toute manière je ne pensai pas revoir Kyle Taylor de sitôt. Seulement suite à un concours de circonstances je revis Kyle très, trop souvent sans doute. Je tentai à mainte reprise de le convaincre d’avouer son homosexualité à ses parents mais aussi à ses fans en lui assurant que cela n’aurait aucun impact sur sa vie mais rien n’y fit. La presse commença à raconter tout et n’importe quoi à notre sujet mais je pensai sincèrement que Kevin n’y prêterait aucune attention puisque à mon retour de tournée je lui avais assuré mon amour. J’avais tort. Kevin pensant que j’allais l’abandonner pour un autre. Valide. J’eu beau lui dire qu’il ne se passait rien entre Kyle et moi il ne me croyait pas. Notre mariage commença à battre de l’aile et c’est pourquoi nous avons voulu préserver nos enfants en les envoyant chez toi. Plus d’une fois je demandai à Kyle l’autorisation d’en parler à Kevin. Plus d’une fois il refusa. La veille de la fusillade, je fini par craquer et tout révéler à Kevin mais le mal était fait : il ne me crut pas.
En narrant le récit des évènements à Angelo, Angelina senti un nœud lui monter à la gorge. Kevin prit sa main dans la sienne.
-         Ça va aller, chérie. C’est fini. Je me suis comporté comme un abruti mais je te demande pardon. Cela ne se reproduira plus.
-         Cela n’explique toujours pas pourquoi cet homme t’a tiré dessus avec une arme.
Trop émue pour parler Angelina ne fut pas en mesure de continuer le récit. Ce fut donc Kevin qui poursuivit.
-         Comme Angelina vient de vous le dire quand elle m’avoua le secret de Kyle Taylor, je ne la crus pas et je quittai alors le domicile conjugal. Je pris une chambre d’hôtel où je rencontrai Caroline qu’Angelina demanda de l’aide. Entendons-nous, Angelo, n’ayez jamais aucun doute sur l’amour que je porte à Angelina : je l’aime. Je l’aime bien au-delà des mots mais j’étais perdu. Je ne savais plus ce qu’il convenait de croire ou de ne pas croire. Au final je pris la décision de sauver mon mariage. Toutes ces années de bonheur ne pouvaient pas partir en fumée à cause d’un stupide secret qui au final ne me concernait pas. Je pris alors la décision qui s’imposait : rentrer chez moi. En arrivant je vis la voiture de Kyle garer dans l’allée. Pour des raisons de commodités je garai la voiture au garage et j’entrai par la porte de derrière où j’assistai à une discussion entre Angelina et Kyle Taylor. Angelina l’encourageant à révéler son secret au grand jour mais celui ne voulait rien entendre. Angelina lui dit alors qu’elle allait tout me révéler en lui garantissant qu’il n’aurait rien à craindre de ma part mais qu’elle devait le faire pour sauver son mariage. Or il ne voulut rien entendre, répétant sans cesse que ses parents ne survivraient pas à la perte d’un second enfant.
-         Mais ma décision était prise : j’aimais Kevin et il était hors de question de le perdre. Je m’apprêtais à sortir quand j’entendis une détonation et senti Kevin se jetant sur moi pour me protéger. Voilà, tu connais toute l’histoire à présent. Je suis mariée au plus merveilleux des hommes qui n’a pas hésité à mettre sa vie en jeu pour sauver la mienne.
Angelo sourit.
-         J’ai toujours su que je pouvais te faire confiance pour protéger ma princesse.
-         Et vous le pourrez toujours. Croyez-moi.
 
 
Quelques heures plus tard on sonna derechef à la porte. Kevin alla ouvrir.
-         Michael ! Je te croyais en route pour Genoa City !
-         Chéri, qui est ce ? Michael ! Je te croyais déjà dans ton vol de retour.
-         Mon avion a eu du retard.
-         Oh, OK ! Chéri, je m’en vais faire des courses, voudrais tu aller chercher Grace et Kaylan de la garderie ? Je n’aurai pas le temps de le faire moi-même.
-         Bien sûr, chérie : aucun problème.
-         J’ai été contente de te revoir, Michael. Salut, Christine pour moi, OK ? Dis à Fen qu’il est le bienvenu à la maison quand il veut. Les enfants seront contents de le voir, particulièrement Shirel.
-         Je lui dirai, promis.
Angelina pris ses clés de voiture et sortit de la maison.
-         Veux-tu une tasse de café ou quelque chose d’autre ?
-         Non merci, je ne suis pas venu pour ça. Cela semble s’être arrangé entre vous ou donnez-vous seulement le change ?
-         Nous ne faisons pas semblant, Michael. Angelina et moi sommes amoureux l’un de l’autre. Nous avons traversé une mauvaise passe mais c’est fini.
-         Tant mieux, j’en suis heureux pour vous en revanche je me fais du souci pour toi.
-         Pour moi ? Pourquoi ? Je viens te dire que tout allait bien entre Angelina et moi. Crois-moi, Michael, je n’ai jamais été plus heureux que je ne le suis depuis qu’elle est entrée dans ma vie.
-         Ta vie, oui, justement parlons-en de ta vie. Depuis quand joues-tu avec celle-ci ?
-         Quoi ? De quoi est-ce tu parles ?
-         Ne fait pas semblant de ne pas comprendre, Kevin, tu sais très bien où je veux en venir !
-         Je t’assure, Michael, je ne vois vraiment pas.
-         Depuis quand joues-tu les héros en mettant ta vie en danger ? Parce que je suppose que ce qu’Angelina a raconté aux enfants hier soir est vraie ? Tu as vraiment joué les héros au péril de ta vie.
-         Non !
-         Non ? Tu veux dire n’avoir pas tenté de désarmer Kyle Taylor en te jetant sur lui ?
-         Si bien sûr, je l’ai fait.
-         J’en étais sur ! 
-         Michael, il menaçait ma femme !
-         Il te suffisait d’appeler de l’aide, la police.
-         Entre temps Angelina serait peut-être morte !
-         Kevin, en d’autre circonstances j’aurais été fier de toi, mais là, Kevin, bon dieu, tu es sur un fauteuil roulant ! Comment as-tu fait pour marcher jusqu’à lui ?
-         Je n’en sais rien. Je n’ai pas eu le temps de réfléchir je te signale. Je vis cet homme dégainer en position de ma femme : je devais la protéger. J’ai réagi à l’instinct. Mets-toi à ma place, Michael, tu vois un homme pointer une arme sur la femme que tu aimes, comment réagirais-tu ?
-         Probablement de la même façon que toi. Mais, Kevin, tu es paralysé. Tu aurais pu te blesser ou pire, il aurait pu te tuer aussi. Tes enfants, vos enfants, les tiens et ceux d’Angelina, se seraient retrouvés orphelins.
-         Encore une fois, Michael, je n’ai pas eu le temps de réfléchir aux conséquences. J’avais devant moi un homme qui pointait une arme sur ma femme. Je ne sais même pas comment j’ai réussi à me lever de cette chaise roulante ni comment je suis arrivé jusqu’à lui. Un instant je me trouvais sur mon fauteuil roulant et l’instant d’après je m’écroulai dans les bras d’Angelina. Je ne me suis rendu compte de rien : rien du tout. Pourtant si je devais le refaire alors je le referais sans hésiter.
Michael le toisa avant de regarder sa montre.
-         Je vais devoir y aller si je ne veux pas rater mon avion.
Kevin sourit.
-         Je t’accompagnerais bien à l’aéroport mais je dois aller chercher les enfants de l’autre côté de la ville.
-         Soit prudent, ne prends pas de risque inutile.
-         Ne t’inquiète pas pour moi : j’ai une femme et des enfants qui ont besoin de moi. En parlant d’enfant, Michael, où en est le processus d’adoption ?
-         C’est donc toujours d’actualité ?
-         Plus que jamais. Angelina et moi voulons une famille nombreuse.
 
Quand Angelina entra elle trouva Kevin assis sur le sofa.
-         Désolée d’avoir été si longue il y’avait un monde fou dans les caisses, dit-elle en se penchant sur lui pour l’embrasser. Où sont les enfants ?
-         Les grands font leurs devoirs quant aux plus petits ils jouent dans leur chambre avec Utah.
-         Ok. Je vais aller finir de décharger la marchandise et préparer le diner. Un poulet aux raisins cela te dit ?
-         Ce sera parfait.
-         Cool ! dit-elle en se levant.
Quand Kevin la rappela.
-         Angelina, attends !
-         Qu’y a-t-il ? Tu as changé d’avis pour le diner ?
-         Cela n’a rien à voir avec le diner. Viens t’assoir près de moi, s’il te plait, nous devons parler ou plutôt il faut que je parle.
-         Ok, dit-elle en s’asseyant.
Kevin lui prit la main.
-         Chérie, après avoir longuement réfléchi, j’ai pris une décision : je veux retrouver l’usage de mes jambes !
 

<3>3<3<3<3<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inquiétude   

Revenir en haut Aller en bas
 
Inquiétude
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Disparition, inquiétude et retrouvailles...[PV Heïan]
» Panne de leadership:L'eurodéputé Michèle STRIFFLER exprime son inquiétude
» L'inquiétude sursaute au frisson d'une crainte [Pv]
» Au sujet de cet été... inquiétude partagée (pv) TERMINE
» Un air d'inquiétude [V: Leyna & Shaggy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: La jalousie-
Sauter vers: