Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La mort de Shirel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: La mort de Shirel    Dim 27 Aoû - 22:39


Michael tentait de convaincre Kevin de revenir à Genoa City.
-         Votre ancienne maison est toujours libre.
-         Je ne suis pas certain, Michael, que ce soit la meilleure des solutions pour ma Princesse de retourner dans cette ville.
-         Je partage l’avis d’Angelo, repartir à Genoa City dans ces circonstances n’est pas la meilleure chose à faire.
-         Il ne faudrait pas les laisser seuls, Caroline.
-         Je suis d’accord mais Genoa City est le dernier endroit au monde où ils devraient aller.
-         Que suggère tu alors ?
-         Ils pourraient venir chez nous. Thomas et moi habitons au manoir Forrester, je suis certaine qu’Éric serait d’accord.
-         Caroline a raison, Grand-père serait d’accord de les accueillir.
-         C’est gentil mais ils ont besoin d’être en famille.
-         Nous sommes comme de la famille maintenant.
-         Mais moi je suis le frère de Kevin et tout le monde là-bas compati à ce qu’ils leur aient arrivé. Il faut qu’ils viennent avec moi.
-         Stop ! Ma famille et moi n’irons nulle part, OK ? Il est donc inutile de vous disputer à mon sujet comme si je n’étais pas là. Michael, Angelo et Caroline ont parfaitement raison lorsqu’ils disent que Genoa City n’est pas le meilleur endroit pour Angelina et c’est à elle que je dois penser en priorité.
-         À elle ? elle a tué ton enfant, je te rappelle.
Tout le monde se retourna en direction de la voix qui venait de parler.
-         Gloria ! Que fais-tu ici, Comment m’as-tu trouvé ? qui t’a laissé entrer ? Michael, est ce…
-         Ne commence pas à accuser ton frère de quoique ce soit. Il ne m’a jamais dit où tu habitais ; je l’ai suivi. Je l’ai suivi pour te ramener à la maison.
-         Je suis à la maison.
-         Tu sais très bien ce que je veux dire.
-         Oui, je suis au courant, mais la réponse est toujours la même : non ! J’ai une femme et des enfants dont un à naitre, je dois m’occuper et je n’ai même pas récupéré le corps de ma fille : je ne sais même pas où il est pour que je puisse l’enterrer dignement.
-         Si ta fille est morte c’est à cause de ses fantaisies de lui apprendre à chanter comme elle. C’est Angelina la seule responsable. Si elle avait été une mère digne de ce nom, ta fille serait encore en vie aujourd’hui. Quitte là ! Il y’a quantité de jeune femme qui aimeraient sortir avec toi et serait susceptible de devenir une bonne mère pour tes enfants.
-         Des mères dans ton genre je présume ?
-         Quoi ?
-         Ne joue pas les innocentes, Gloria, ce registre te colle très mal à la peau. Angelina est une femme et une mère formidable, je l’aime et sache que jamais je ne la quitterai ! À présent, Gloria, rend moi service : sors de chez moi et surtout oublie mon existence comme tu l’a fait lorsque j’avais besoin de toi. Retourne à ta vie autour des Newman, des Abbott et dieu sait qui d’autre mais ne revient jamais ! J’ai quitté Genoa City il y’a des années pour vivre en paix avec ma femme et mes enfants. Aujourd’hui nous traversons un terrible deuil, mais ce n’est pas pour autant que j’ai besoin de toi.
-         Non ! s’écria Alana : je ne veux pas que mes parents divorcent. J’ai déjà perdu ma sœur jumelle, je ne veux pas perdre aussi mes parents.
-         Moi non plus je ne veux pas que Papa et Maman se séparent s’écria Lisandro, en courant se réfugier dans sa chambre à l’instar d’Alana.
Kevin fulmina en s’adressant à sa mère.
-         Tu es satisfaite maintenant ? Fous le camp d’ici et ne remet jamais les pieds chez moi. Ne t’approche plus jamais de moi ou de ma famille, si jamais tu ne respectais pas ma volonté alors j’irai voir un juge afin d’obtenir une ordonnance d’éloignement. De ma vie je ne veux plus entendre parler de Gloria Bardwel. Est-ce clair ?
Kevin tourna les talons et monta voir ses enfants. Il trouva Angelina entrain de les consoler. En le voyant elle se leva. Kevin lui prit la main avant d’aller voir ses enfants. Alana se retourna en larmes et passa ses petits bras autour de la taille de son père.
-         Je veux pas que Maman et toi divorciez.
-         Moi non plus je ne veux pas. Je ne veux pas d’une autre maman.
-         On a déjà perdu Shirel, je ne veux pas perdre ma famille aussi.
-         Calmez-vous tous les deux, d’accord. Maman et moi n’allons pas divorcer. J’aime votre mère plus tout au monde et je n’ai aucune raison de la quitter.
-         Nous n’aurons une autre maman non plus ? demanda Lisandro avec l’innocence qui le caractérise.
-         Bien sûr que non ! Personne, jamais, ne prendra la place de Maman.
-         Mais la dame a dit…
-         Peu importe ce qu’elle a dit : oubliez ses paroles, elle n’en vaut pas la peine, croyez-moi. De toute façon elle est partie et vous ne la reverrez jamais plus. Elle ne reviendra jamais chez nous.
 
 
***
 
-         Ta mère a raison pourtant : je suis une mauvaise mère. C’est moi qui ait fait rentrer ces rêves dans la tête de notre fille, c’est encore moi qui ai levé la punition. Si je ne l’avais pas fait elle serait encore avec nous.
-         Angelina, c’est moi qui ai donné à notre fille ce prénom car à la seconde où j’ai entendu son premier cri, j’ai su tout de suite que sa voix était un chant. Un chant de Dieu, exactement comme toi, mon amour.
-         Mais c’est de ma faute si elle a été enlevée. C’est moi que ce cinglé voulait. C’est moi qui aurait dû être tué à sa place : ce n’est pas juste !  
-         Non, non, ce n’est pas juste ! Oui ce n’est pas juste qu’une enfant aussi jeune ait été assassiné et crois moi le jour où nous mettrons la main sur ce monstre, je vengerai la mort de notre fille mais cela n’aurait pas été juste non plus de te perdre et que nos enfants perdent leur mère. Rien n’est juste dans cette affaire et je te le jure, mon amour : je vengerai la mort de notre fille !
-         Kevin, je te prie, chéri, ne fait rien que tu puisses regretter. J’ai besoin de toi, nos enfants ont aussi besoin de toi et Shirel, où qu’elle puisse être, ne le voudrait pas elle non plus.
 
 
***
 
Malgré l’absence de corps, Kevin et Angelina tinrent à organiser une cérémonie en hommage à leur fille. Un office religieux se tint donc à l’église catholique de Logan. Angelina, Kevin et leurs enfants étaient tout de noir vêtu. Un portrait de Shirel entouré de deux bougies était posé sur l’autel.
Caroline et Thomas suivi du reste de la famille Forrester arrivèrent en premier.
-         Kevin !
-         Thomas ! Merci d’être venu.
-         Kevin, Angelina, si nous pouvons faire quoique ce soit pour vous : n’hésitez pas à me le dire.
-         Merci, Eric mais il n’y a rien que vous puissiez faire.
-         Angelina, Kevin, êtes-vous certains de ne pas vouloir venir avec nous à Genoa City lorsque la cérémonie sera finie ?
-         Notre vie est ici maintenant. Notre maison, notre famille et nous devons retrouver ce monstre et lui faire payer ce qu’il nous a fait.
-         Kevin, ne fait pas de choses que tu pourrais regretter.
-         Michael, cette espèce d’ordure a harcelé ma femme durant des mois et des mois, enlevé puis assassiné ma fille ! Et tu voudrais que je reste sans rien faire ?
Michael n’eut pas le temps de répliquer que le prêtre appela à s’assoir.
-         Mesdames et Messieurs, si vous voulez bien vous assoir : l’office va commencer. Tout d’abord je tiens à dire que c’est une immense tristesse pour moi de diriger cette messe à la mémoire de Shirel. C’est déjà bien assez difficile pour moi lorsque je dois célébrer la messe à la mémoire d’un enfant qui nous a quitté trop tôt et cela l’est encore plus dans le cas présent car je connaissais bien Shirel Fisher. Elle et sa mère répondaient toujours présente lorsque je leur demandais de venir chanter à l’église pour des galas de charité. Au catéchisme c’était une élève studieuse, farceuse avec ses petits camarades mais studieuse et je me faisais déjà une joie de célébrer sa petite communion l’année prochaine…
L’homélie du prêtre se poursuivit puis vint le tour des invités et enfin de Kevin.
-         Shirel était notre petite étincelle à sa mère et moi. Je me souviens encore comme si c’était hier du moment où je l’ai tenu dans mes bras pour la première fois. À son premier cri, je suis qu’elle aurait un don pour la musique, exactement comme sa mère. C’est grâce à elle et sa sœur jumelle Alana qu’Angelina se réveilla du coma où elle était alors. C’est pourquoi je décidai de la prénommer Shirel car son chant est un chant vers Dieu. Je n’imaginais pas alors qu’il allait la rappeler à lui aussi vite. Ni sa mère ni moi n’avions jamais imaginé survivre à l’un de nos enfants.
Kevin se tourna vers le portrait de sa fille.
-         Ma chérie, je n’ai pas réussi à te protéger quand tu avais le plus besoin de moi, mais je t’en fais la promesse maintenant que tu n’es plus là : je retrouverai celui qui t’a fait ça, celui qui t’a enlevé à ta mère, tes frères, ta sœur, moi, au bébé qu’attend ta mère et qui n’aura jamais la chance de connaitre sa grande-sœur qu’à travers les histoires que ta mère et moi lui raconterons à ton sujet, pour nous tous, mon ange, je le retrouverai et lui ferai payer pour tout le mal qu’il nous a fait.
Au revoir, mon ange.
Kevin descendit de l’autel pour retourner à sa place aux côtés d’Angelina qui se leva et pleurent dans les bras l’un de l’autre.
 
 
Chez Kevin et Angelina, en apparence tout semblait normal depuis la messe funèbre à la mémoire de Shirel : en apparence seulement. En réalité personne n’arrivait réellement à se remettre, Kevin et Angelina se sentant chacun d’eux responsable n’arrivaient pas à faire leur deuil. Idem pour Lisandro qui estimait que s’il n’était pas une fois de plus chamaillé avec sa sœur, celle-ci serait restée dans la loge et serait toujours en vie.
Par un beau matin d’automne on sonna à la porte de chez Angelina et Kevin. Ce dernier alla ouvrir et eut la surprise de voir…
-         Nicolas ? Sharon ? Que venez faire-vous ici ?
-         Kevin, pouvons-nous entrer ?
-         Victoria n’est pas avec vous ?
-         Nous sommes seuls.
Kevin soupira.
-         Entrez !
-         Angelina n’est pas ici ? s’enquit Sharon.
-         Elle est allée accompagner les enfants à l’école. Depuis ce qui est arrivé nous ne les laissons plus sortir seuls.
-         Nous sommes désolés de ce qui est arrivé à votre fille, mes parents et même Victoria vous présente leurs plus sincères condoléances.
-         Merci, dit-il laconique.
-         Comment allez-vous, vous et Angelina ?
-         Ai-je besoin de vous le dire ? Vous êtes bien placés pour savoir ce que l’on ressent lorsque on perd un enfant.
-         Oui en effet nous le savons, d’où la raison de notre venue, pour vous faire profiter de notre expérience afin que vous ne commettiez pas les mêmes erreurs que nous, Kevin. Vous souvenez de Cassie ?
-         Évidement je m’en souviens, pourquoi cette question ?
-         D’après ce que Michael nous a dit tout a commencé par une punition qui avait été levé par Angelina alors que vous étiez opposé.
-         Pardonnez mon impatience mais vous ne m’avez toujours pas dit la raison de votre venue chez moi et pourquoi me parlez-vous de Cassie ?
Sharon prit une profonde inspiration.
-         Parce que le décès de nos enfants a des similitudes, Kevin. Le jour où Cassie a eu son accident je l’avais puni mais Nick n’en savait rien et lui a donné l’autorisation de sortie. Le reste vous le connaissez. Nick et moi nous nous sommes rejeté la faute de cette tragédie et notre mariage n’a pas résisté. Shirel a été enlevée alors qu’elle chantait lors d’un concert alors même que vous l’aviez punie mais Angelina avait levé la punition. Vous devez en vouloir à Angelina, le contraire serait surprenant mais pardonnez-lui, je vous en prie, elle ne pouvait pas prévoir ce qui allait se produire.
-         Ne vous méprenez pas, Kevin, je suis très heureux d’avoir Summer, mais une partie de moi pensera toujours à Cassie et à l’erreur que j’ai commise. Si Cassie n’était pas morte, Sharon et moi serions toujours mariés aujourd’hui. Alors si j’ai un conseil à vous donner c’est de parler avec votre femme. Vous avez construit une jolie famille d’après ce Michael nous en a dit, ce serait dommage de tout gâcher comme je le fis avec Phyllis à cause d’un malentendu. Je suis certain que si Angelina avait su ce qui allait se passer, jamais elle n’aurait levé la punition.
-         Bien sûr que non, elle ne l’aurait pas fait ! Angelina est une mère formidable et pour rien au monde je ne lui serai un jour infidèle. Je l’aime et je l’aimerai jusqu’à mon dernier soupir. J’ignore ce que l’on vous a raconté mais apparemment il y’a un énorme malentendu. Angelina n’a pas levé la punition contre mon accord : elle l’avait. C’est vrai je n’étais pas tellement chaud à la base mais elle a réussi à me convaincre. Jamais elle n’aurait levé la punition si je n’avais pas été d’accord. C’était elle que ce cinglé me menaçait non ma fille. Ni elle ni moi n’aurions pu imaginer une chose pareille. Si ma fille est morte c’est à cause de moi et uniquement à cause de moi. Je n’ai pas écouté un mot de ce que ce cinglé avait à me dire : je n’ai pas pris ses menaces aux sérieux.
-         Comme vous venez si bien de le dire, Kevin, vous ne pouviez pas deviner ce qui allait arriver.
-         Comment Angelina réagit elle au fait que vous sentiez responsable ? demanda Sharon.
-         Elle ne m’accuse de rien : bien au contraire elle se considère comme responsable, mais c’est faux ! Elle ne l’est pas : rien n’est sa faute ! Rien.
Aucun des trois ne remarqua la présence d’Angelina qui attendit le départ de Nick et Sharon pour se montrer. Kevin, tournant le dos à l’entrée regardait un portrait de sa fille.
-         Tu n’es pas responsable de sa mort ou alors je le suis autant que toi.
En entendant la voix de sa femme, Kevin se retourna.
-         Chérie, tu es là depuis longtemps ?
-         Suffisamment pour avoir tout entendu de ce que tu as dit à Nicolas et Sharon Newman. Chéri, tu n’es pas coupable de la mort de notre fille, aucun de nous ne l’est : le seul et unique responsable c’est ce monstre qui nous a enlevé par deux fois notre fille. Nous ne la rêverons jamais mais nous pouvons, nous devons venger sa mort en retrouvant son corps pour l’enterrer et lui de lui faire payer. Il est hors de question qu’il s’en sorte. Nous pouvons y arriver mais nous n’y parviendrons qu’en unissant nos forces et non en nous isolons chacun dans notre coin pour faire notre deuil car autrement notre mariage risque de voler en éclat exactement comme celui de Sharon et Nicolas.
-         Jamais ! Tu m’entends, Angelina ? Jamais ! Cela n’arrivera jamais. Je t’aime, chérie, je t’aime plus que tout au monde et je ne laisserai jamais rien ni personne s’interposer entre nous.
-         Je t’aime moi aussi, mon amour et moi non plus je ne veux pas perdre ce que nous avons construit, Shirel ne le voudrait pas elle non plus. Elle nous aimait. Tout son univers reposait autour de nous. Nous n’avons pas su la protéger lorsqu’elle était en vie mais nous pouvons rendre hommage à sa mémoire en surmontant notre deuil en restant unis et protégeant le reste de nos enfants. Alana a besoin de nous : c’était sa sœur jumelle, il y’a un lien entre elles qui nous échappe mais qui est bien réelle et aujourd’hui elle souffre le martyr de la mort de sa jumelle. Lisandro aussi se sent coupable. Il a besoin de se sentir rassuré et entouré d’amour. Nous devons lui dire, lui faire comprendre qu’il n’y ait pour rien dans le décès de sœur et même s’ils ne s’étaient pas une fois de plus quereller ce soir-là, ce monstre nous l’aurait enlevé tôt ou tard.
-         Elle me manque tellement si tu savais. Il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à elle. J’entends encore ces coups de feu qui raisonne dans ma tête et je me dis que si j’avais été moins fier, si j’avais prêté plus d’attention à ce qu’il disait alors notre fille serait vivante.
-         Tu n’es pour rien. La seule fautive c’est moi. Il me voulait moi et je n’ai pas pris ses menaces aux sérieux puisqu’il avait arrêté de me harceler.
-         Il était hors de question de céder aux caprices de ce fou furieux. La police aurait dû l’arrêter.
-         Mais elle ne l’a pas fait et il a fini par enlever notre fille et la tuer.
Angelina marqua une pause.
-         À moi aussi elle me manque. Il y’a des moments quand je dors où je rêve où je suis avec Shirel entrain de chanter ou encore voir avec elle pour le texte d’une chanson, coiffer ses longs cheveux bruns. Et il y’a notre bébé : elle m’aide à le bercer, lui chanter des chansons.
-         Fille ou garçon ? dit Kevin en souriant. 
-         Je ne sais pas, dit-elle avec le sourire, je n’arrive pas à savoir. Kevin, j’ai peur, j’ai très peur de ce qui est en train de se passer si nous n’arrivons pas à surmonter notre deuil, à en parler tous les deux en nous apitoyons et nous reprocher ce qui s’est passé alors il nous arrivera ce qui est arrivé à Nick et Sharon Newman.
-         Non ! Jamais ! Cela n’arrivera jamais ! Je t’aime, Angelina. Je t’aime chaque jour un peu plus que la veille et je t’ai promis le jour de notre mariage que je ne laisserai rien ni personne le détruire. Je t’ai juré amour et loyauté pour l’éternité. L’éternité, dit-il en la serrant dans ses bras.
-         Je t’aime moi aussi, mon amour.
Pour la première fois depuis l’enlèvement de leur fille, leurs lèvres s’unirent et le jeune couple s’embrassa langoureusement et finirent par faire l’amour. Lorsqu’ils eurent fini, ils se regardèrent amoureusement un long moment avant d’échanger un baiser.  
-         Par où commencer ? Chérie aide moi parce que je suis totalement perdu. Je suis perdu dans la nuit et tu es ma seule étoile pour m’éclairer.
-         Il en est de même pour moi, mon amour. Moi aussi je suis perdue dans le noir mais il va nous falloir sortir de ce tunnel et trouver la lumière ensemble.
-         Ces derniers temps j’ai été un piètre mari et un mauvais père mais cela va changer. Je vais me rattraper en devenant le mari que tu es en droit d’attendre et le meilleur père possible.
-         Je t’interdis de te sous-estimer. Chéri, tu souffres. Tu as entendu les coups de feu qui ont tué notre fille et tu t’es refermé sur toi-même. Jamais je ne te blâmerai de quoique ce soit, mon amour. De quoi que ce soit. Tu es déjà le meilleur des hommes, Kevin et je t’aime. Je t’aime bien au-delà de ce que les mots peuvent le dire. Quand je vivais en Californie, j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup d’hommes, certains me faisaient la cour : c’était des hommes bien sous tous rapport mais ce n’était pas toi. Lorsque on tombe amoureuse de toi, Kevin Fisher, c’est pour la vie. Je dirai même pour l’Éternité.
Kevin sourit et l’embrassa puis elle reprit.
-         Nos enfants t’aiment eux aussi et je suis certaine que d’où qu’elle soit, notre fille continue de t’aimer.
 
 
 
Dans une maison aux volets clos se tenait assise sur une chaise une petite fille qui pleurait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
La mort de Shirel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: L'enlevement-
Sauter vers: