Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shirel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 345
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Shirel   Jeu 17 Aoû - 21:13


-         Angelina, Kevin ; Christine et moi allons prendre congé. Nous avons été content de pouvoir passer un peu de temps avec vous mais il va falloir rentrer. Nous avons un important procès à plaider à Madison qui commence après demain, nous devons être fin prêt.
-         Et quant à moi je dois repartir à la fac. Les partiels ne vont plus tarder.
-         Je comprends. Je suis contente que vous ayez pu venir.
-         Nous n’aurions loupé ça pour rien au monde : voir ma belle-sœur et ma nièce sur scène.
-         Surtout Michael, pas un mot à Gloria : je ne veux en aucun cas la revoir après tout le mal qu’elle a dit d’Angelina.
-         Tu n’as pas à t’inquiéter, elle n’en saura rien.
Dans la loge Alana eut comme un malaise.
-         Shirel…
Angelina se tourna vers sa fille.
-         Que se passe-t-il, chérie, Shirel est allé manger une glace avec Lisandro, ils ne vont plus tarder d’ailleurs et nous allons rentrer à la maison.
Alana secoua la tête.
-         Il est arrivé un malheur à ma sœur.
-         Chérie, qu’est ce tu racontes ? Ta sœur est avec ton frère : ils vont très bien et dès leur retour nous rentrerons à la maison.
-         Oui et avant la naissance de ton futur petit frère ou ta future petite sœur, vous viendrez tous me voir sur le campus. Tes parents l’ont promis. Je vous ferai tout visiter
Mais la petite secoua obstinément de la tête. Angelina regarda Kevin : apeuré. Elle avait souvent entendu dire qu’il existait un lien particulier entre les jumelles et à plus forte raison lorsque à l’instar de Shirel et Alana qui étaient monoamniotique et monochoriale. À cet instant la porte s’ouvrit et Lisandro entra en trombe.
-         Papa, Maman, il enlevé Shirel, c’est de pas de ma faute, je voulais pas ça.
-         Lisandro, calme toi et dis-nous ce qui passe. Où est Shirel ?
-         Il la prise. L’homme méchant l’a tué.
-         Quel homme, de quoi parles tu ?
Cette fois Angelina commençait vraiment à paniquer.
-         L’homme méchant, Maman, il a tué Shirel.
À ce moment le téléphone d’Angelina sonna. Un numéro anonyme.
-         Allo !
-         Je t’avais prévenu, tu ne m’as pas écouté : tu es à moi, tu n’avais pas le droit de m’ignorer. Maintenant j’ai ce qui est à toi.
-         Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de ma fille ?
Mais l’homme avait déjà raccroché.
-         Chérie, qui étais ce ?
Angelina regarda Kevin, les larmes aux yeux.
-         Il a enlevé notre fille.
 
****
-         Il faut avertir la police.
Angelina était totalement sous le choc : sa fille, son bébé avait disparu, pendant ce temps Lisandro ne cessait de répéter :
-         C’est pas ma faute, je vous voulais pas.
Kevin alla vers lui et le prit dans ses bras.
-         Personne ne te reproche rien, mon ange, comment aurais tu pu savoir qu’un ignoble individu allait enlever ta sœur ?
Les larmes pleins les yeux, Alana passa ses bras autour de la taille de sa mère.
Christine prit Michael en aparté.
-         Reste ici, Kevin et Angelina vont avoir besoin de toi. Je prends le premier vol pour Madison et je reviendrai aussitôt le procès fini.
-         Tu es sûre de pouvoir t’en sortir ?
-         Mais oui ne t’inquiète pas, je connais l’affaire dans les moindres détails, je m’en sortirai très bien toute seule. Pour le moment ta priorité est ta famille. Je reviens au plus vite.
Ils échangèrent un rapide baiser et Christine s’en alla.
-         Fen, tu devrais partir également : tu as déjà raté suffisamment de cours.
-         Je n’ai rien raté du tout j’ai tout suivi par internet.
-         Mais tu as tes partiels du second semestre, tu dois y aller.
-         Et laisser Kevin, Angelina et les enfants dans cet état ? Pas question. Je passerai la séance de rattrapage s’il le faut mais je reste.
-         Fen…
-         Papa, c’est aussi ma famille ! Je les ai très peu vu durant mon enfance, nous n’avons renouer les liens qu’il y’a pas si longtemps, je ne partirai pas !
-         Très bien, dans ce cas rends toi utile en allant sortir le chien par exemple.
Fen s’exécuta. Quelques minutes plus tard la police se trouvait sur les lieux. Michael leur ouvrit la porte et eut la surprise de voir…
-         Ronan ? Mais que faites-vous ici ?
-         Je vous retourne la question que faites-vous là ?
-         Il s’agit de ma nièce, Shirel, c’est elle la fillette qui a été enlevé.
En entendant les voix Kevin s’approcha et reconnu Ronan Malloy.
-         Ronan ? Qu’est ce vous faites ici ?
-         Je suis chargé de l’enquête au nom du FBI. C’est donc votre fille qui a disparu.
-         Kidnappée. Ma fille n’a pas disparu, elle a été enlevée par ma faute.
-         Angelina chérie, ne dit pas une chose pareille, tu n’y es pour rien.
-         Votre fille ? Je croyais qu’il s’agissait de la fille de Kevin ? Êtes-vous une mère porteuse, ce genre de chose ?
-         Angelina n’est pas une mère porteuse, Ronan, c’est la mère de Shirel ; ma femme !
-         Votre femme ? J’ignorais que Chloe et vous n’étiez plus ensemble, dit-il surpris.
-         Chloe et moi avons divorcé il y’a de cela de nombreuses années, j’ai depuis refait ma vie avec Angelina avec laquelle j’ai fondé une famille.
-         Je l’ignorais. Pourquoi disiez-vous que votre fille a été enlevé par votre faute ?
-         Parce que j’ai ignorais ses messages mais aussi parce que j’ai mis ma fille en avant : je l’ai mise en danger.
-         Chérie, non, notre fille a toujours voulu chanter et chanter pour le festival de notre État : comment aurions-nous pu prévoir ?
-         Il m’avait prévenu, Kevin, il m’avait prévenu qu’il se vengerait si je m’entêtais à l’ignorais. Il aura finalement mis sa menace à exécution. S’il arrive un malheur à notre fille, je ne me le pardonnerais jamais, dit-elle en éclatant en sanglot en appuyant sa tête contre la poitrine de Kevin qui lui caressa les cheveux.
-         De quel message parlez-vous ?
-         Depuis quelques temps, ma femme recevait des messages sur les réseaux sociaux d’un genre un peu particulier. Au début ni elle ni moi n’avons pris cela très au sérieux, des fans un peu collant nous en avons l’habitude et arrivons à les gérer mais celui-ci devint de plus en plus…comment dire : omnibulé par mon épouse ? Ses messages devenaient de plus en plus fréquents et personnels.
-         Pourquoi n’avoir pas prévenu la police ?
-         Nous l’avons fait, Angelina a voulu déposer une plainte qui lui a été refusée.
-         Refusée comment ça refusée ?
-         Selon le chef de la police de Logan, Angelina doit accepter la contrepartie de la célébrité.
-         Peut-être ont-ils raison mais ma fille n’a pas à payer pour mes erreurs, dit Angelina pleurant et furieuse en même temps.
-         Non, Angelina, ils n’avaient aucun droit de te dire une chose pareille.
-         Michael a raison, j’en parlerai au gouverneur mais dans l’immédiat je vais avoir besoin d’une description détaillée de votre fille, sa taille, ses cheveux, ce qu’elle portait…
-         Je pourrais vous dire tout ça mais le mieux est que je vous envoie une photo.
Kevin envoya une photo de sa fille à Ronan.
-         Très bien je vais pouvoir déclencher l’Alert Amber. Auriez-vous une description du ravisseur ?
-         Comment le pourrais-je puisque ni ma femme ni moi ne l’avons jamais rencontré.
-         Très bien. Angelina, Kevin, j’ai besoin de votre permission pour mettre vos téléphones sur écoute.
-         Vous l’avez bien sûr ! Faites ce que vous voulez mais ramenez-nous notre fille.
-         Je ferai tout mon possible.
Au départ de Ronan, Kevin serra Angelina dans ses bras et lui embrassa la tête.
-         On va la retrouver. Je te le promets, ma chérie, on va la retrouver, dit-il en lui donnant un baiser sur ses lèvres.
Lisandro regarda ses parents et laissa couler ses larmes. Alana, elle, était incapable de réagir. Kevin s’en rendit compte, donna un baiser à sa femme et alla voir ses enfants, sa main toujours dans celle d’Angelina, et ses pencha vers eux.
-         C’est de ma faute, dit Lisandro, si nous nous étions pas disputés, nous ne nous serions pas séparés et Shirel serait rentrée à la loge.
-         C’est toi qui aurait dû être enlevé, pas ma sœur jumelle !
Cette phrase eut pour effet de réveiller Angelina de la léthargie dans laquelle elle avait sombré.
-         Retire tout de suite ce que tu viens de dire, Alana ! Ton frère n’est absolument pour rien dans l’enlèvement de ta sœur. C’est sa sœur à lui aussi et il souffre autant que nous tous.
-         Mais moi c’est ma sœur jumelle, c’est différent.
-         Oui c’est ta sœur jumelle, personne n’a dit le contraire, tout comme elle est ma fille au même titre que toi. Je vous ai porté dans mon ventre durant un peu plus de sept mois, je vous ai senti grandir au fil des mois, puis vous êtes venue au monde mais j’étais trop faible pour m’en rendre compte, j’avais sombré dans le coma mais Papa était là lui et il vous a entendu pousser votre premier cri et lui aussi a du chagrin. Alors va y, amuse-toi si tu veux à quantifier le chagrin de chacun d’entre nous.
Alana éclata en sanglot et se jeta dans les bras de sa mère qui l’enlaça sous le regard à la fois attendrissant et chagriné de Kevin.
-         Pardon, Maman, je ne voulais : je ne voulais pas te faire de la peine. C’est juste que j’ai si peur. D’habitude je ressens ce qu’elle ressent mais là je ne ressens rien.
-         Alors ça veut dire que Shirel est morte ?
-         Non, Lisandro, cela ne veut pas dire ça.
-         Mais, Papa, Alana ne ressens rien.
-         Ce n’est pas parce qu’Alana ne ressens rien que Shirel est morte. Elle n’est pas morte, vous entendez tous les deux, elle n’est pas morte, et on va la retrouver.
-         Tu le crois vraiment, Papa ?
-         Oui, Alana.
Le petit Kaylan se mit à pleurer, Angelina monta dans sa chambre où Kevin ne tarda pas à la rejoindre.
-         Il avait besoin d’être changé.
Kevin hocha de la tête.
-         Comment ça va, ma chérie ?
-         Je vais bien.
-         Vraiment ?
Angelina ne répondit pas. Kevin s’avança vers elle, prit leur fils de ses mains et le reposa dans son berceau, puis revint vers sa femme qui était assise sur le fauteuil à bascule, lui prit les mains en la soulevant et l’attira vers lui. Elle regarda le fauteuil.
-         Tu te souviens de ce fauteuil ? Tu l’avais acheté lorsque j’étais enceinte des filles. C’est le seul meuble qui n’a pas brulé dans l’incendie de notre ancienne maison. J’ai passé des heures à bercer Shirel le soir lorsqu’elle ne voulait pas s’endormir à lui chanter des berceuses. Elle me dit un jour que lorsqu’elle serait grande et aurait à son tour des enfants, elle aimerait leur chanter des chansons, assise dans ce fauteuil dans sa maison.
-         Et elle le fera, je te le promets, mon amour, elle le fera. Le jour où elle attendra son premier enfant se sera notre cadeau pour notre grande fille.
-         La reverrons-nous, Kevin ?
-         Bien sûr que oui. bien sûr que oui nous la reverrons. Angelina, notre fille sera de retour à la maison plus vite que tu ne le crois.
Angelina posa sa tête sur l’épaule de son mari et éclata en sanglot.
-         J’ai peur, Kevin, j’ai tellement peur et si on ne retrouvait jamais notre fille.
-         Ne dit pas ça, mon amour, ne dit plus jamais, jamais ça ! On va la retrouver, tu m’entends ? On va la retrouver : notre fille sera bientôt de retour à la maison. Je te le promets, je te le promets, répéta-t-il tout en lui caressant les cheveux.
 
 
 
***
 
 
Groggy, Shirel se réveilla assise sur une chaise pieds et mains liées dans une pièce aux volets clos. Un homme la regardait fixement.
-         Maman !
-         Princesse, tu es finalement réveillée.
L’enfant ouvrit difficilement les yeux, sa vue était encore troublée par le produit.
-         Papa !
L’homme ne répondit pas, Shirel ouvrit alors un peu plus les paupières et constata ne pas être chez elle.
-         Papa, Maman… Qui êtes-vous ? Ou sont mes parents ?
-         Moi ? Je suis ton prince et tu es ma princesse.
-         Non ! Non, où sont mon papa et maman ? Je veux rentrer chez moi.
-         C’est ici chez toi maintenant, tu es ma princesse.
-         Non, non, je veux voir ma maman et mon papa. Je veux rentrer chez moi, dit-elle en se débâtant pour se détacher.
-         Reste tranquille, ne m’oblige pas à t’endormir de nouveau. Tu lui ressemble tellement. Tu as la même voix qu’elle mais elle n’a pas voulu de moi, elle ne m’a pas pris au sérieux. Elle devrait là, avec moi, mais au lieu de ça, elle s’entête à vouloir rester avec ce type qui ne la traite pas comme il se doit alors tu vas la remplacer jusqu’au moment où elle se rendra compte qu’elle est aussi amoureuse de moi que je le suis d’elle et me rejoindra.
-         Non ! Maman aime Papa, elle ne vous aime pas et moi non plus je ne vous aime pas. Laissez-moi partir ! dit-elle tout en se débâtant.
-         Ferme là ! Tout ce qui arrive est de la faute de ta mère. Si elle m’avait pris au sérieux, si elle m’avait aimé comme je l’aime alors nous aurions été heureux. Mais seulement voilà, elle ne m’a pas cru et a préféré ce type qui ne la traite pas comme il se doit alors maintenant tu es à moi. Tu lui ressemble tellement… chante pour moi, d’accord ?
-         Non ! Je veux voir mon papa et ma maman, dit-elle en pleurant.
 
 
 
***
 
 
Chez les Fisher, cette nuit-là, à l’exception de Kaylan, personne ne réussit à trouver convenablement le sommeil. Kevin était à la fois inquiet pour sa fille, ses autres enfants et pour sa femme qui attendait un bébé : une autre grossesse qu’ils n’avaient pas prévue aussi rapprochée de la précédente mais qui les comblés et qui jusqu’à-là ne posait pas de problème particulier mais ce soir-là Angelina avait été soumise à un lourd stress et Kevin s’en inquiétait. Il se souvenait de l’état dans lequel elle se trouvait lorsqu’elle attendait les jumelles. Aujourd’hui le cauchemar recommençait… en double ! Shirel avait disparu et le stress engendré par cette disparation risquait de provoquer une fausse couche. Il descendit à la cuisine se servir un verre d’eau et y trouva Michael.
-         Tu n’arrives à trouver le sommeil ?
-         Comment le pourrais-je ? Ma fille a été enlevé par un cinglé dont j’ignore tout. Angelina et moi n’avons cessé de guetter le moindre signe, le moindre tweet…mais rien !
-         On va la retrouver. Ronan est un très bon inspecteur. Comment vont Angelina et les enfants, ils tiennent le coup ?
-         Pour le moment mais je m’inquiète pour Angelina, lors de sa première grossesse elle a subi un énorme stress et a failli perdre nos filles, Dieu merci elle s’en est sortie et nos jumelles sont venues au monde et aujourd’hui, bien des années plus tard le cauchemar recommence.
Kevin regarda les photos de familles et sourit en prenant un cadre dans ses mains.
-         Tu dois surement te dire que nous avons déjà une famille et par conséquent si Angelina perd le bébé ce ne serait pas si grave puisque nous avons déjà quatre beaux enfants tant que l’on retrouve Shirel saine et sauve… mais non, depuis toujours Angelina et moi voulons une famille nombreuse : c’est notre rêve à tous les deux ; nous nous le sommes promis lorsque nous nous sommes mariés. Cette grossesse nous ne l’avions pas programmé, nous voulions attendre encore un peu que Kaylan soit un peu plus grand avant d’avoir un autre enfant mais il est arrivé sans qu’on s’y attende et cela nous comble de bonheur. Et aujourd’hui je risque de perdre à la fois ma fille et mon petit bébé sans compter ma femme. S’il arrivait malheur à Shirel… Kevin secoua la tête, Angelina n’y survivrait pas. Nos enfants sont tout pour elle.
-         Ne pense pas à ce genre de chose, Kevin, tu as compris ? Vous allez retrouver votre fille et Angelina mettra au monde un magnifique petit bébé auquel je me propose comme parrain. Je te l’ai dit, Kevin, je tiens vraiment à retrouver le lien qui nous unissait autrefois.
Kevin n’eut pas le temps de répondre qu’on entendit un cri :
-         Papa ! Maman !
-         C’est Alana qui fait un cauchemar.
Ni une ni deux, Kevin monta quatre à quatre les escaliers et se retrouva dans la chambre de sa fille où Angelina se trouvait déjà. La petite se débattait, des perles de sueur sur son visage.
-         Maman, Papa…
-         Alana, ma chérie, nous sommes là : Papa et moi sommes là. Réveille-toi, ma petite chérie, réveille-toi.
La petite fille ouvrit les yeux et vit ses parents à son chevet. Elle jeta ses petits bras autour de leurs cous.
-         C’est Shirel, elle est réveillée et elle a peur.
-         Calme-toi, ma chérie, ce n’était qu’un horrible cauchemar, Shirel sera bientôt de retour à la maison. Essaye de te rendormir maintenant, si tu veux je reste auprès de toi.
-         Tu veux bien me chanter une chanson, Maman ?
-         Bien sûr, chérie.
-         Tu veux bien m’en chanter une aussi, Maman ?
-         Bien sûr, chéri.
Kevin laissa sa femme et ses enfants et alla voir Kaylan qui dormait paisiblement, Logan à son chevet. Son frère le suivit et mit sa main sur ses épaules.
-         Tout ceci ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Le FBI a déclenché l’alerte Amber, quelqu’un finira bien par voir Shirel et alors Angelina et toi pourraient la ramener chez vous.
Angelina entra dans la pièce.
-         Michael, tu voudrais nous laisser, s’il te plait ? J’aimerais parler avec mon mari en privé.
-         Bien sûr. Je serai au salon si vous avez besoin de moi.
-         Comment va Kaylan ?
-         Il dort paisiblement comme tu peux le voir. Est-ce les enfants se sont rendormis ?
-         Oui.
-         Et toi, comment te sens tu ? Comment va le bébé ?
-         Le bébé va bien, il s’est endormi depuis un moment. J’ai regardé mes messages mais il n’y a rien ! Cet espèce de dingue ne m’a donné aucune nouvelle !
-         Il le fera. Tôt ou tard il le fera. Il doit se douter qu’il est surveillé alors il doit chercher un moyen de te contacter sans que ses messages ne soient interceptés par la police.
-         J’ai peur, Kevin, j’ai tellement peur. Lorsque nous avons quitté Genoa City, j’ai cru que tout était fini et toi et moi pourrions enfin être heureux et vivre une vie harmonieuse avec nos enfants. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’il arriverait un jour où le cauchemar recommencerait. Kevin, j’ai déjà failli les perdre une fois elle et sa sœur mais la médecine les a sauvées, aujourd’hui la médecine ne pourra pas sauver notre fille et tout ça à cause de moi. Tu ne voulais pas qu’elle chante au festival : elle était punie mais j’ai insisté pour lever la punition afin qu’elle puisse réaliser son rêve et chanter devant tout un public venu des États-Unis tout entier pour assister au Festival de notre État. Celui où nous sommes venus nous installer il y a de cela plusieurs années et nous avons été si heureux…jusqu’à aujourd’hui.
-         Nous le serons encore, Angelina, je te le promets, ma chérie, même si cela te semble du domaine du rêve en ce moment, je te promets que nous le serons de nouveau. Angelina, je t’aime, quant à ta responsabilité dans cette affaire, mon amour, non, tu n’y es pour rien, tu ne pouvais pas prévoir ce qui allait se passer. Chérie, nous aimons cet État toi et moi et à notre façon nous voulions le remercier pour tout ce qu’il nous a donné. De plus ce soir j’étais si fier d’entendre notre fille chanter… sa voix est si mélodieuse, céleste : exactement comme la tienne. Alors ma chérie, ne te blâme surtout pas pour ce qui est arrivé. Tu ne pouvais pas prévoir ce qui allait se passer. La seule à blâmer c’est la police de Logan qui n’a pas été à la hauteur en ne prenant pas au sérieux ta plainte.
Malgré l’angoisse qui les tenaillaient l’un et l’autre, Kevin ne put s’empêcher de l’embrasser.
-         Allez viens, allons-nous coucher. De toute façon nous ne pourrons rien faire de plus aujourd’hui et tu as besoin de repos encore plus dans ton état. Je ne voudrais pas te voir mettre en péril ta santé ou celle du bébé et Shirel ne le voudrait pas non plus.
-         On la retrouvera ?
-         On la retrouvera.
 
 
***
 
 
Le lendemain matin on sonna à la porte des Fisher. Michael alla ouvrir car Angelina et Kevin dormaient encore. En plus de l’angoisse lié à l’enlèvement, Kaylan faisait ses premières dents.
Thomas et Caroline Forrester se tenaient à l’embouchure de la porte.
-         Michael ?
-         Thomas, Caroline, entrez !
-         Nous rentrons d’Europe et avons vu l’alerte Amber. Comment vont Angelina et Kevin, ils ne sont pas là ?
-         Tante Caroline, Oncle Thomas : vous êtes venus nous voir.
-         Alana, mon petit cœur, comment tu vas, dit Caroline tout en prenant la fillette dans ses bras.
-         Ma sœur jumelle a été enlevé.
-         Oui, mon petit cœur, nous sommes au courant.
-         Caroline, Thomas ? Vous êtes au courant, dit Angelina qui arrivait, sans maquillage, les traits tirés.
-         Oui. Nous serions venus plus tôt mais nous étions en Europe pour un défilé lorsque nous avons vu l’alerte. Que pouvons-nous faire ?
-         Je ne pense pas que vous puissiez faire quoique ce soit de plus qui n’a été fait.
-         L’inspecteur Ronan Malloy s’occupe de tout, dit Michael un peu jaloux de voir Thomas et Caroline Forrester chez son frère et sa belle- sœur qui lui rappela l’époque où il les avait abandonnés et où leur seul soutien fut chez ces personnes qui étaient des parfaits inconnus à l’époque. C’est un Inspecteur du FBI et ami de la famille, dit-il sur un ton qui ne laissa pas de place à la discussion.
Mais c’était mal connaitre Caroline.
-         Angelina, si tu as besoin que je me serve de mon réseau social tu n’as qu’un mot à dire. Je suis certaine que tous mes fans remueront ciel et terre pour retrouver la fille de ma meilleure amie. Je pourrai aussi en parler à mon oncle Bill avec son empire de presse il pourra toucher énormément de monde.
-         Ce ne sera pas nécessaire, l’Inspecteur Ronan s’occupe de tout.
-         Michael, le FBI a des gros moyens à sa disposition mais ils ont aussi tout une procédure à respecter, ce qui n’est pas le cas de mon oncle Bill.
-         Caroline n’a pas tort, par le passé déjà Bill Spencer nous a énormément aidé et s’il peut nous aider à retrouver notre fille alors pourquoi ne pas essayer. Je ne pourrai plus me regarder dans le miroir en sachant que je n’ai pas tenté l’impossible pour retrouver ma fille.
-         Dans ce cas pourquoi ne pas passer une annonce dans Retless Style ?
-         Retless Style ? C’est une plaisanterie ?
-         Cela n’a rien d’une plaisanterie, Caroline. Je connais le propriétaire c’est un ami de la famille.
-         Vous n’allez pas comparer ce petit journal de province lu par quelques ménagères en mal de sensation forte à l’empire de presse que possède mon oncle ?
-         Ce journal est lu bien plus que vous ne l’imaginez, Caroline.
-         Michael, Spencer Communication est à l’entête d’un empire médiatique, ils ont des journaux, des magazines, des sites internet, des chaines de télévision qui diffusent dans les 50 états des États-Unis d’Amérique. Pouvez-vous sérieusement comparer cela avec ce stupide journal ?
Le ton commença à monter entre d’un côté Caroline et Thomas qui voulaient se servir de Spencer Communication et Michael qui souhaitait faire appel au journal dirigé par Billy Abbott.
-          stop ! Ma fille a été enlevée et vous ne pensez qu’à vous disputer. S’il en est ainsi vous pouvez tous rentrer chez vous, s’écria Angelina hors d’elle avant de disparaitre dans sa chambre.
Kevin fulmina : ses yeux lançaient des étincelles. Son regard allant de Caroline et Thomas à son frère.
-         Ma femme est enceinte. Nous avons de la chance jusqu’à maintenant que tout ce passe pour le mieux pour Angelina comme pour notre enfant, mais le stress provoqué par l’enlèvement de notre fille peut nuire à cette grossesse et comme si tout cela n’était pas suffisant vous rajouter à son stress en vous disputant comme des enfants dans une cour de récréation. Je vous préviens tous les trois, s’il arrivait quoique ce soit à ma femme ou au bébé, je vous en tiendrai pour responsable tous les trois. Est-ce bien clair ?
-         Tu as raison, Kevin, je te prie de m’excuser. Angelina est ma meilleure amie et j’aimerais tellement lui venir en aide.
-         Je sais mais ce n’est pas en te disputant avec mon frère que tu vas l’aider, cela ne fait qu’amplifier son stress. Michael, Bill Spencer a non seulement des moyens que Billy Abbott ne possède pas et de plus tu oublies qu’il fut marié à Chloe Mitchell et Victoria Newman : les deux pires ennemies d’Angelina, c’est pourquoi, Caroline, si ton oncle peut faire quelque chose… il a mon feu vert. Non, Michael, ne dit rien : ma décision est prise et elle est irrévocable. Je veux retrouver ma petite fille.
Kevin tourna les talons et monta dans la chambre conjugale. Il s’assit sur le lit et tenta de réconforter sa femme qui en le voyant se jeta dans ses bras en pleurs.
-         On ne va jamais la retrouver.
-         Ne dis pas une chose pareille, chérie, on va la retrouver, tu m’entends ? nous la retrouverons !
-         Cela fait plus de vingt-quatre heures maintenant et il n’a toujours pas fait signe de vie. Que veut-il ? Que cherche-t-il ? Je pensais qu’il voulait s’en prendre à moi, pas une seconde je n’ai pensé qu’il pourrait s’en prendre à l’un de nos enfants. Quel genre de mère suis-je, Kevin, pour avoir mis en péril la vie de notre fille ?
-         Tu es une excellente mère, Angelina : nos enfants t’adorent. Personne n’aurait pu deviner ce qui allait se passer. Pas une seule fois ce dingue n’a menacé de s’en prendre à nos enfants : c’est toi qu’il harcelait sans arrêt, il ne parlait que de toi : nous n’avions aucune raison de penser qu’il enlèverait notre fille. On va la retrouver : Ronan Malloy et les services du FBI sont sur le coup et j’ai donné mon accord à Caroline afin que son oncle utilise son empire médiatique. Quelqu’un finira bien par avoir une information.
Mais les jours et les semaines qui suivirent n’apportèrent rien de nouveau. L’homme restait toujours aussi silencieux. La petite Shirel commençait à penser que ses parents l’avaient abandonné, l’homme lui faisant croire qu’il était en contact permanemment avec ses parents.
-         Si j’avais été une fille plus gentille peut être mes parents m’auraient ils recherché. Ils sont fâchés après moi à cause de tout ce que j’ai fait à mon frère.
 
 
***
 
De son coté, Lisandro s’en voulait de la disparation de sa sœur et en fit part à ses parents.
-         Si j’avais été plus gentil avec Shirel ce jour-là alors le méchant monsieur ne l’aurait pas kidnappé et elle serait toujours avec nous.
-         Chéri, nous avons déjà eu cette discussion plusieurs fois : tu n’es pas responsable de la disparation de ta sœur. Elle et toi vous vous disputiez constamment mais c’est courant entre frère et sœur. Cela ne veut pas pour autant dire que tu ne l’aimais pas ni qu’elle ne t’aimait pas.
-         Je confirme ce que dit Maman : Shirel t’aimait mais elle aimait t’embêter parce que tu es un tout seul.
-         Un tout seul ? Qu’est ça veut dire ?
-         Ça veut dire que tu n’as pas de jumeau.
Angelina voulu répondre mais à ce moment-là elle entendit son téléphone retentir. Elle se précipita pour répondre.
-         Allo !
-         Tu n’as pas voulu de moi alors j’ai pris ce qui t’appartenait.
-         Ou est-elle ? Qu’avez-vous fait de ma fille ?
Mais l’homme avait déjà raccrochait. En entendant sa femme crier Kevin accouru.
-         Angelina, que se passe-t-il ?
-         Il a téléphoné, il dit avoir pris ce qui m’appartient car je n’ai pas voulu de lui.
-         Il n’a rien dit de plus ?
Angelina secoua de la tête. Kevin s’avança vers elle et la serra dans ses bras dans lesquels elle se blottit. Ce dernier l’embrassa.
-         C’est un début, chérie, ce cinglé finira par tomber dans son propre piège et nous retrouverons notre fille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Shirel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: L'enlevement-
Sauter vers: