Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'enlevement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: L'enlevement    Dim 6 Aoû - 21:01


Home sweet home, tel pourrait être la devise d’Angelina et Kevin et leurs enfants en rentrant chez eux. Comme un seul homme les enfants coururent dans leur chambre, suivi par leur fidèle compagnon : leur chien Logan sous le regard attendri de leurs parents.
-         Tu n’es pas trop déçu de n’avoir pas pu diner avec ton frère et Christine ?
-         Non, ma chérie. Tu le sais déjà, je n’avais pas envie d’aller à Genoa City.
-         J’ai vraiment essayé d’aller de l’avant, de pardonner… je voulais donner le bon exemple à nos enfants mais c’était trop dur, beaucoup trop dur. Je n’ai pas pu. Ces gens nous ont fait trop de mal.
-         Angelina, mon amour, tu es un être humain non un ange sauf pour moi, dit-il en souriant, nous avons tous nos faiblesses et de toute façon Victoria et Abby Newman ne méritent pas notre pardon. Entre une paranoïaque et l’autre archie pourrie. Ce n’est pas le style de personne que je désire voir entourer nos enfants.
Angelina sourit et l’embrassa.
-         Je vais prendre une douche. A tout à l’heure.
Tandis qu’Angelina monta à l’étage, Kevin mit en route le répondeur pour écouter les messages.
« Bonjour, les enfants, je ne pourrai pas venir diner demain soir car je suis à Atlantique City pour un important contrat. Je vous ferai signe dès mon retour » dit la voix d’Angelo.
« Salut vous deux, c’est Michael, j’ai essayé de vous joindre sur vos portables mais aucun de vous n’a répondu. J’espère que vous êtes bien arrivés. Bon à plus tard. Appelez-moi quand vous aurez ce message.
Kevin était sur le point d’appeler son frère lorsque le répondeur lui indiqua un autre message.
« Sale petite garce ! J’attendais avec impatience de te voir monter sur scène, entendre ta voix, te contempler…de jouir, mais une fois de plus tu m’as fait faux bond. Tu me le paieras, je te promets que tu vas me le payer. »
Kevin pâlit en entendant ce message. Il l’enregistra sous une clé USB et mit un petit mot à l’attention d’Angelina.
J’ai remarqué que nous n’avions plus de lait au réfrigérateur. Je suis allé chercher une bouteille. Je t’aime.
-         Rien de mieux qu’une bonne douche pour tout retaper… Kevin ? dit Angelina en arrivant dans le salon avant de voir le petit mot laissé par son mari.
Puis son téléphone sonna.
-         Allo !
-         Salut, Angelina, c’est Michael. Vous êtes bien rentrés ?
-         Le vol fut agréable mais nous ne sommes pas mécontents d’être enfin chez nous.
-         Sais-tu où est Kevin, j’essaie de le joindre mais je tombe toujours sur son répondeur.
-         Il est allé au supermarché nous acheter une bouteille de lait. Nous n’en avions plus au réfrigérateur.
-         OK. Tu lui diras que j’ai appelé.
-         Pas de problème. Je vais devoir te laisser, Michael, on m’appelle sur l’autre ligne.
-         OK, bye.
-         Bye. Allo, dit-elle en prenant le double appel.
-         Pourquoi m’as-tu fait ça ? dit une voix déguisée au téléphone. Tu n’as donc aucune pitié pour quelqu’un qui t’aime tant ?
-         Fait quoi ? Qui êtes-vous ? Comment avez-vous eu ce numéro ? Allo !
L’homme avait raccroché lorsque Kevin entra à la maison, Angelina se précipita dans ses bras qui l’enlacèrent.
-         Il a téléphoné, Kevin. Cet homme maléfique a réussi dieu sait comment à avoir mon numéro, dit-elle d’une voix tremblante.
-         Chut, calme toi, mon amour et dit moi ce qui s’est passé : raconte-moi tout dans le moindre détail.
 
***
 
-         Donc tu n’as pas vu son numéro refléter ?
Angelina secoua la tête.
-         J’étais en ligne avec Michael lorsqu’il a sonné. Qui peut-il bien être ? Que veut-il ?
Kevin soupira en la serrant contre lui.
-         Tu n’as pas acheté le lait ? demanda Angelina lorsqu’elle se rendit compte que Kevin était les mains vide.
-         Je n’y suis pas allé.
Il soupira, lui prit la main et l’emmena s’assoir sur le fauteuil.
-         Je n’ai pas été honnête avec toi, je t’ai menti en disant aller au supermarché. En réalité j’étais au poste de police.
-         Au poste de police pourquoi ?
-         Pendant notre absence ce gars a laissé un message sur notre répondeur.
-         Quoi ? Comment a-t-il eu notre numéro de téléphone ? qu’a-t-il dit, qu’a dit la police ?
-         Il était furieux après toi d’avoir derechef annulé un concert.
Il évita de lui dire la suite afin de ne pas l’effrayer.
-         Ne t’inquiète pas pour le numéro de téléphone, j’ai appelé l’opérateur en cours de route, ils vont nous le changer. D’ici la fin de la journée nous aurons un nouveau numéro. Seulement… Angelina, Chérie, à partir de maintenant je serai avec toi à chaque instant de la journée, je ne te quitterai pas d’une semelle comme à l’époque où je devais te protéger de Carmine, tu te souviens ? Nous n’avions pas passé un jour l’un sans l’autre durant quatre mois, dit-il en souriant afin de ne pas éveiller ses inquiétudes mais en vain.
-         Kevin, que se passe-t-il ? Qu’essaie-tu de me cacher ?
-         Rien absolument rien voyant qu’est ce tu vas imaginer ? J’ai simplement envie de passer plus de temps avec ma ravissante épouse. Tu me manques lorsque tu pars en tournée loin de la maison.
-         Es-tu certain de m’avoir dit tout dit ?
-         Oui, Votre Honneur.
Angelina se mit à rire, se pencha vers Kevin et l’embrassa.
-         Tu me manques aussi lorsque je suis loin de chez nous.
Ils étaient sur le point de s’embrasser lorsqu’ils entendirent les enfants se quereller.
-         C’est à moi.
-         Non c’est à moi.
-         Tu mens.
-        
-         Papa ! Maman !
Angelina soupira tout en souriant.
-         On dirait bien que tout est redevenu normal.
-         On dirait oui, dit Kevin en souriant.
-         Bon je vais préparer le diner.
-         Et moi je vais voir ce que veulent les enfants. Tu viens, Logan ?
Le petit chien le regarda et remit son museau entre ses pattes pour dormir.
-         Après tout, tu n’as pas tort, dit Kevin en regardant le chien puis monta voir ses enfants.
 
 
***
 
Mais les jours et les semaines qui suivirent furent sans répit pour Angelina qui recevait sans cesse des messages tous plus alarmant les uns que les autres.
-         Tu es à moi et je suis à toi, tout le monde sait ça.
-         Pourquoi tu ne chantes plus, j’en peux plus de ne pas t’entendre.
-         J’ai tout abandonné pour toi : père, mère, femme, enfant juste pour être avec toi. Réponds-moi.
-         Stop !!!!!!!!!!!!! fichez moi la paix ! Je ne suis pas à vous.
Angelina ne se rendit pas compte qu’elle avait parlé à haute voix tout en écrivant. Kevin qui travaillait de l’autre côté de la maison accouru en l’entendant et la serra dans ses bras. Angelina était comme possédée et se débitait tout en pleurant.
-         Fichez-moi la paix ! laissez-moi tranquille…
-         Chérie, c’est moi, c’est Kevin.
-         Kevin, dit-elle en reprenant ses esprits, en larmes. Il n’arrête pas, il ne cesse de me harceler à coups d’insanités. J’en peux plus, Kevin, j’ai peur de sortir de chez nous et me retrouver face à lui.
-         Je ne laisserai pas s’approcher de toi. Je ne laisserai jamais personne te faire le moindre mal. Je te le promets.
Il la serra derechef dans ses bras en l’embrassant langoureusement.
-         Monte te reposer pendant que je prépare le diner.
Logan se mit soudain à aboyer comme un fou. Angelina le regarda intrigué puis regarda Kevin.
-         Je vais voir ce qu’il a, toi pendant ce temps monte te reposer. Je t’appellerai quand le diner sera prêt.
Angelina monta à l’étage tandis que Kevin alla voir leur chien.
-         Bien alors, mon chien, que t’arrive-t-il, dit-il en se mettant à la hauteur de son compagnon à quatre pattes.
Mais l’animal ne cessait d’aboyer. Kevin se releva alors et regarda par la lucarne. Ce soir-là, une coupure de courant privait d’électricité la rue. Kevin alla chercher une lampe torche et sortit lorsqu’il entendit la sonnerie de bicyclette de son voisin qui rentrait chez lui.
-         Sacrée soirée n’est-ce pas ! Heureusement que la lampe de mon vélo m’a un peu éclairé.
-         En effet.
-         Mais que faites-vous dehors par une telle soirée ? Si jamais votre épouse et votre fille donnent un concert, si vous souhaitez aller les retrouver et n’avez personne pour garder les enfants, ma femme et moi nous serions ravis de le faire.
-         Quoi ? Non, non, je vous remercie mais ce ne sera pas nécessaire : ma femme et ma fille sont à la maison. Mon chien n’arrêtait pas d’aboyer alors je suis sorti voir ce qui se passait. Vous n’avez vu personne en arrivant ?
-         Absolument personne.
-         OK. Bonne soirée.
-         Bonne soirée à vous aussi.
Et le voisin rentra chez lui. Kevin jeta un dernier coup d’œil dans l’allée avant de rentrer à son tour chez lui.
 
 
***  
 
La semaine suivante fut paisible. Le mystérieux harceleur ne fit pas signe de vie. La vie semblait en apparence tout à fait normal. En apparence seulement. Kevin travaillait sur son projet tout en continuant de s’occuper de la carrière de sa femme et sa fille, ces dernières répétaient pour un premier album commun mère-fille et les enfants ne cessaient de se quereller pour des broutilles.
Non rien vraiment ne semblait prédestiner à ce qui allait arriver.
 
 
-         Je ne te dérange pas ? demanda Angelina à son mari.
Kevin sourit.
-         Jamais !
-         Ton projet avance ?
-         Cela prend tournure. Il me reste à trouver les sponsors.
-         Tu les trouveras, je n’en doute pas. Ton projet est bon : très bon même et il est important pour notre Planète.  Le réchauffement climatique touche tout le monde : c’est l’affaire de chaque habitant de la Terre. Créer une start up dont le but est de limiter les dégâts : personne n’avait encore jamais pensé. Je suis fière de toi, mon amour.
Ils s’embrassèrent.
-         Kevin, mon amour, j’aimerais moi aussi te faire d’un de mes projets.
-         Vas-y, ma chérie, je t’écoute. De quoi s’agit-il ?
-         J’aimerais participer au festival de l’Utah cette année. En plus du chœur de l’Église Mormone de Salt Lake City, il y’aura cette année des concerts de musique très diversifier. Il y’a longtemps que je ne suis plus remontée sur scène et se serait pour Shirel l’occasion de chanter devant le maire de Logan et Salt Lake City sans oublier le gouverneur de l’Utah.
-         Tu as pensé à ce dingue ? Il s’est calme cette semaine mais il peut remettre ça.
-         C’est bien toi qui m’a dit de continuer à vivre comme si de rien n’était ?
Kevin sourit, se leva de son fauteuil et l’embrassa.
-         T’ai-je dit à quel point je t’aimais ?
Angelina sourit et l’embrassa en retour.
-         Moi aussi je t’aime.
Ils s’embrassèrent langoureusement lorsqu’ils entendirent les appels des enfants.
-         Maman, Lisandro m’a pris mon stylo !
-         Shirel a pris ma console !
-         Et moi je ne retrouve pas ma tablette.
Angelina leva sa tête en direction de l’étage et sourit.
-         Il ne manque plus que Kaylan et nous sommes complet.
À croire qu’il avait entendu le souhait de sa mère, le petit se mit à pleurer. Kevin regarda sa femme et tous deux se mirent à rire.
Non rien vraiment ne laisser présager ce qui se tramait à quelques mètres de chez les Fisher.
En effet à quelques mètres de là, l’homme mystérieux espionnait tous les faits et gestes de la famille dans les moindres détails.
 
 
Le grand jour arriva enfin : le festival de l’Utah allait débuter. Pour l’occasion la famille Baldwin fit le déplacement jusqu’à Logan. En entendant sonner à la porte, Alana alla ouvrir. Qu’elle ne fut pas sa joie en voyant son cousin à l’embrassure de leur porte d’entrée.
-         Fen !
-         Hey cousine ! dit-il en lui ouvrant les bras pour l’accueillir.
-         Fen ! fit Shirel en se jetant à son tour dans ses bras, tu es revenu.
-         Je vous avais dit que je reviendrai. Je tiens toujours mes promesses.
-         Alors tu vas pouvoir m’écouter chanter au festival.
-         Qui a sonné… Michael, Christine, Fen, quelle surprise de vous voir, mais entrez !
-         Tu as l’air en pleine forme, dit Michael en faisant la bise à sa belle-sœur.
-         Je ne sais pas comment tu fais pour mener tout ça de front : une carrière, quatre enfants et un cinquième en route plus une maison à tenir. Déjà avec Blair, je ne sais plus où donner de la tête.
Angelina se mit à rire.
-         Je suis contente que vous soyez venu, Kevin sera heureux de vous voir lui aussi.
-         À ce sujet où est-il?
-         Il est sorti faire quelques courses, il ne va plus tarder. A bien tenez le voilà, dit-elle en entendant les clés de la porte de derrière.
-         Chérie, je n’ai pas trouvé les tomates que tu m’avais demandé alors j’ai pris… Michael ? Christine, Fen ? en voilà une surprise, que faites-vous ici ? Il n’y a donc plus de criminel à défendre à Genoa City ?
Michael rit.
-         Nous sommes venus assister au concert de ma belle-sœur et ma nièce.
-         C’est vrai, vous êtes venu pour m’écouter chanter ?
-         Bien sûr.
 
***
 
-         Comment le gala s’est-il terminé ?
-         Le gala quel gala ?
-         Celui organisait par Victoria et Abby Newman.
-         Oh vous n’êtes pas au courant ?
-         Au courant de quoi ?
-         Le concert n’a jamais eu lieu, dit Christine.
-         Je suis désolée mais c’était au-dessus de mes forces de rester.
-         Angelina, non, tu n’as pas à t’excuser. C’est plutôt moi qui devrais te présenter des excuses pour avoir insisté auprès de Michael pour t’influencer à venir.
-         Christine, tu n’étais pas à Genoa City à l’époque, tu vivais entre Washington DC et Genoa City, tu n’as pas pu réellement voir tout ce qui s’était passé.
-         En effet mais ce n’est pas le tout : en réalité si le concert n’a pas eu lieu c’est parce que il n’y a jamais eu de gala.
-         Pardon ?
-         Abby Newman t’a tendu un piège et à nous aussi par la même occasion. Un jour elle a surpris une conversation entre Michael et moi à votre sujet et a compris que vous vous étiez réconcilié. Alors elle s’est servie de moi, du fait que comme tu dis je n’étais pas à Genoa City au moment de tous ces évènements pour que j’influence Michael pour te faire venir en prétextant un gala de charité pour nos soldats mais en réalité il n’en était rien. Il n’a jamais été question d’un gala ni pour nos soldats, ni pour qui que ce soit. En vérité Abby Newman t’a tendu un piège pour voir si tu viendrais ou pas.
-         Quoi ? Mais pourquoi a-t-elle fait une chose pareille ? Elle ne voulait pas de moi dans sa ville et je l’ai quitté depuis longtemps, alors pourquoi voulait-elle me revoir ?
-         Je crois qu’il est inutile de chercher à analyser le cerveau d’Abby Newman. Victor est un très bon ami mais je crains hélas qu’il ait bien trop gâtée sa cadette.
-         Assez parlé d’Abby : vous restez combien de temps en Utah ?
-         Christine et moi avons pris quelques jours de congé pour visiter l’Utah et nous espérons que vous serez nos guides…
 
 
***
 
 
Le jour du festival arriva. Chez les Fisher comme ailleurs l’excitation était à son comble.
-         Tu adore cette vie n’est-ce pas ?
-         De quoi parles tu, Michael ?
-         Je parle de ta vie ici à Logan avec Angelina et tes enfants.
-         C’est vrai j’aime cette ville, cet État et les valeurs qu’il l’incarne mais plus que tout : j’aime cette vie que je me suis construite avec Angelina et les enfants. Et plus que tout je l’aime chaque jour d’avantage ; je ne pourrais pas vivre sans elle.
-         Je le sais. Tu l’as prouvé plus d’une fois et j’ai vraiment été stupide de penser à ma carrière avant le bonheur de mon frère. Kevin, j’aimerais vraiment retrouver la relation fraternelle que nous avions autrefois.
-         C’est dur mais aussi ce que je souhaite.
-         J’ai conscience que je vais devoir faire mes preuves mais je ferai tout pour. Je veux reformer notre cercle familial, toi et Angelina, Christine et moi. Je veux voir mes fils tisser des liens avec leurs cousins. Christine n’a plus vraiment de famille. Comme tu le sais sa mère est morte depuis des années, son frère idem, quant à Scott, le fils de Lauren, il vit à Ottawa et n’a quasiment aucun lien avec sa tante. C’est pire depuis que nous nous sommes mariés. D’ailleurs il ne connait pas du tout Blair et ne cherche pas à avoir de ses nouvelles.
-         J’en suis sincèrement désolé.
-         Merci. Tu vas bien ? on dirait que quelque chose te préoccupe, dit-il en voyant l’air inquiet de Kevin.
-         Michael, je peux te confier quelque chose ?
-         Bien sûr !
-         Mais avant promets-moi de ne pas en parler à Angelina. Je ne voudrais pas qu’elle s’inquiète. Surtout pas dans son état. J’ai failli la perdre lors de sa première grossesse je n’ai pas envie que cela recommence.
-         Que se passe-t-il ?
-         Te souviens-tu du mystérieux individu dont je t’avais parlé ?
-         Celui qui harcelait Angelina sur les réseaux sociaux ?
-         Lui-même.
-         Je croyais qu’il avait arrêté c’est du moins ce qu’Angelina semble penser.
-         C’est le cas, du moins pour le moment mais j’ai un mauvais pressentiment mais je n’arrive pas à me l’expliquer.
-         Qu’en dit la police la dernière où tu l’as vu ?
-         Elle s’est moquée de nous en disant qu’il fallait accepter le revers de la célébrité. Il faut comprendre que Logan n’est pas Genoa City, ici il n’y a ni Newman ni Abbott, mais juste une petite ville où vivent des gens sans histoire à quelques miles de Salt Lake City et son église mormone. C’est d’ailleurs ce qui nous a plus à Angelina et moi lorsque nous avons emménagé. Nous voulions que nos enfants grandissent auprès de gens simples avec des valeurs : tout le contraire de Genoa City. Et nous avons réussi ! Bien sûr les gens savent qui est Angelina Fisher la chanteuse de country mais avant tout pour eux elle est Angelina tout court. La voisine que l’on peut croiser en allant au super marché, aux réunions de parents d’élèves et parfois même l’amie avec laquelle on va faire du shoping ou, boire un verre, voir un film… ce genre de chose de la vie de tous les jours.
-         Mais dans ce cas qu’est qui t’inquiète ?
Kevin n’eut pas le temps de répondre : Angelina venait de descendre et s’avança vers lui avec le sourire.
Kevin écarquilla des yeux en la voyant venir a lui dans sa robe du soir plissée en mousseline à dos nu couleur bleu marine qui mettait habilement ses formes de femme enceinte en valeur.
-         Mon amour, tu es resplendissante.
Angelina lui sourit.
-         Dès que Patty sera là nous pourrons y aller. Les enfants sont impatients d’y être, qui une fois n’est pas coutume ont décidé de faire une trêve dans leurs disputes.
Michael rit.
-         Je commence à me dire que Christine a raison de ne pas vouloir agrandir la famille.
-         Avoir une famille nombreuse peut parfois être fatiguant mais c’est à la fois un véritable bonheur. Je n’imagine pas ma vie autrement.
On sonna à la porte.
-         C’est surement Patty, j’y vais ! dit Kevin en joignant le geste à la parole. Passez, Patty, les enfants sont dans la nursery. Logan a mangé et sortit, il dort dans son panier dans la chambre de Lisandro. Il ne devrait pas vous poser d’ennui. En cas de problème vous avez mon numéro et celui de mon beau-père est sur le guéridon près du téléphone.
-         Ne vous inquiétez pas, Mr Fisher, ce n’est pas la première fois que je garde Kaylan.
-         C’est vrai, dit-il en souriant.
-         Tout est OK ? Pouvons-nous y aller ?
-         Si je puis me permettre, vous êtes ravissante ce soir, Md Fisher.
-         Merci, Patty.
-         Passez une bonne soirée et surtout ne vous inquiétez pas pour les petits, je saurai gérer.
 
 
***
 
La fête battait son plein, tout le monde riait et s’amusait. Le festival produisait pour la première fois l’opéra préféré d’Angelina : Madame BUTTERFLY, suivi du film « The Kid » avec Charlie Chaplin, puis vient le diner de galas et enfin… le concert !
Angelina et Shirel séduisirent tout le public présent et furent rappelé pour un bis sous le regard émerveillé de Kevin. Michael et Christine sourirent en le voyant aussi heureux.
-         Tu n’as plus de raison de t’inquiéter pour ton frère, je crois.
-         Je te l’avais bien dit, dit Fen, il est comblé avec Angelina et leurs enfants si seulement Grand-mère voulait bien l’admettre.
-         Tu connais ta grand-mère, Fen, elle est aussi têtue qu’une vielle mule, mais tôt ou tard elle devra bien se rendre à l’évidence : Kevin est un homme heureux. Il a enfin trouvé ce qu’il a cherché si longtemps : le bonheur !
 
Angelina couru se jeter dans les bras de Kevin qui l’embrassa.
-         Ça t’a plus ?
-         Si ça m’a plus, ma chérie, tu as été majestueuse, tu t’es surpassée ce soir et notre fille également.
Kevin l’embrassa derechef.
 
 
De l’autre côté de la rue, Shirel encore tout excitée allait entrer dans sa loge lorsqu’un homme portant de grosses lunettes noires, un costume trois pièces taillé sur mesure, l’interpella.
-         Hey, jeune fille, tu voudrais m’aider à retrouver mon chien : un border colley noir et blanc.
-         Oui bien sûr, je vais aller chercher mes frère et sœur. Plus nous serons nombreux à le chercher, vite le t dit-elle en joignant le geste à la parole pour aller les chercher. Mais elle n’eut pas le temps de faire trois mètres, que l’homme la saisi par le cou et passa un mouchoir rempli de chloroforme et l’enfant s’évanoui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
L'enlevement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enlèvement(Benoît)
» Nathan et Syb' (Avant l'enlèvement de Sybille)
» Catacombes ou l'enlèvement d'Elodie vers les enfers
» Clic. Bang ! Bang ! Bang ! [ 1 message de Séléné Saralondë puis libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: L'enlevement-
Sauter vers: