Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La famille Fisher à New-York

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: La famille Fisher à New-York    Mer 3 Mai - 22:54


Tels des touristes lambda la famille Fisher arpenta les divers quartiers de New-York entre deux répétitions pour Angelina et Shirel tandis que Kevin s’occupait de la partie technique.
-         Je peux t’aider, Papa ? dit Alana. 
-         Bien sûr, chérie !
-         Maman et Shirel répètent encore.
-         Oui, elles doivent être au point pour ce soir.
-         Maman a vraiment une belle voix.
-         Ce n’est pas moi qui dirait le contraire, dit-il en souriant.
-         Tu l’aimes vraiment beaucoup, n’est-ce pas ?
-         Qui ? Ta mère ?
-         Oui.
-         Non, ma chérie, je n’aime pas beaucoup ta mère, je l’aime plus que tout au monde.
Alana était pensive. Son père le constata.
-         Ça ne va pas, ma chérie ?
-         J’aurais tant aimé savoir chanter aussi bien que Shirel moi aussi, j’aurais alors pu chanter sur scène avec Maman.
-         Mon cœur, tu as d’autres qualités.
-         Mais je ne sais pas encore quel métier je veux faire plus tard.
-         Cela n’a aucune espèce d’importance : tu as toute la vie devant toi pour le découvrir. Pour le moment contente toi d’être la petite fille que nous aimons de tout notre cœur ta mère et moi.
La fillette sourit.
-         Papa ?
-         Oui, chérie ?
-         Qui était le jeune homme qui est venu chez nous le mois dernier ?
-         C’est ton cousin Fen, ma puce.
-         Pourquoi est-il parti avant qu’on ne soit redescendue de la chambre Shirel, Lisandro et moi ?
-         C’est compliqué, mon cœur.
-         On ne va plus le revoir ?
-         Je ne pense pas, mon ange.
-         Pourquoi ?
-         Je te l’ai dit, chérie, c’est compliqué. Cela remonte à une ancienne vie, une vie qui nous aura fait beaucoup de mal à maman et moi.
Kevin regarda sa fille et lui sourit.
-         Hey, si nous allions rejoindre Maman et Shirel ?
 
 
***
 
Sur scène Angelina et Shirel répétaient.  
 
-         J’ai hâte à ce que Papa nous entendent chanter.
-         Moi aussi j’ai hâte, dit Angelina en souriant. En t’entendant chanter, Papa saura qu’il a eu raison de t’appeler ainsi.
-         Comment ça ?
-         Lorsque vous êtes venues au monde ta sœur et toi, j’étais dans le coma. La grossesse avait été difficile, beaucoup de problème à gérer. Papa et moi nous nous aimions et nous avons dû nous battre contre beaucoup de monde pour avoir le droit de nous aimer. Au final je tombai malade et je sombrai dans le coma. Tu fus la première à sortir et quand tu poussas ton premier cri, pour Papa ce fut comme un chant : un chant de Dieu.
 
 
 
***
En voyant son père, Shirel se jeta dans ses bras.
-         Tu sais quoi, Papa ? Je vais chanter lors du concert de Maman !
-         Oui, ma chérie, je suis au courant : Maman et toi allaient chanter en duo.
-         Non, Papa, tu ne comprends pas, je vais chanter en solo : Maman est d’accord.
-         Hey là, une minute, Mlle, j’ai dit que tu chanterais en solo uniquement si Papa est d’accord.
-         Dis oui, Papa s’il te plait ?
-         Chanter en solo ? Chérie, chanter en duo avec ta mère est une chose, chanter en solo en est une autre.
-         Oh, Papa, je te promets de tout manger à table, même les épinards, bien travailler à l’école mais laisse-moi chanter en solo, s’il te plait.
-         Je dois en parler avec ta mère.
-         Rentrons à l’hôtel !
 
 
 
***
 
-         Maintenant que nous sommes seuls, voudrais tu m’expliquer ce que c’est ce que cette histoire ? Il n’a jamais été question qu’elle chante en solo.
-         Je le sais bien et c’est pourquoi je lui ai dit devoir d’abord t’en parler mais elle ne m’en a pas laissé le temps. Shirel et moi avons chanté en duo. Chéri, notre fille a une voix magnifique et son plus grand rêve est de devenir chanteuse. Nous allons chanter en duo c’est certain mais la laisser chanter en solo : je ne sais pas, j’hésite. Dans un sens, chanter à son âge en solo pour la première fois dans une salle aussi grande ; Kevin, chéri, combien d’enfant chanteur pourrait se targuer d’un tel honneur ?
-         Et si cela se passait mal ? Si c’était un désastre, que le trac s’emparait d’elle et cela s’avérait être un fiasco ?
Angelina le regarda fixement.
-         Ce sont mes craintes également.
-         De manière totalement objective, d’artiste à une autre artiste qu’en pense tu ?
Angelina rit.
-         Tu en as de bonne, comment voudrais-tu que je sois objective en tant que maman ? Je l’aime et il est évident que pour moi notre fille a du talent.
Kevin sourit.
-         Le même talent que sa maman. Alana a ta grâce et ta beauté, Lisandro ta douceur.
-         Ils ont tous quelque chose de toi également, dit-elle en passant ses bras autour de la taille de Kevin. Prend Shirel par exemple, elle a ton opiniâtreté, Lisandro ta bonté.
-         Ma bonté ?
-         Tu sais très bien ce que je veux dire.
-         Chérie, c’était une autre époque, une autre vie et c’est toi qui a fait le plus gros sacrifice. Je n’oublierai jamais tout ce que je t’ai faits subir et pourtant tu as trouvé la force de me pardonner.
-         Kevin, je t’aime, je t’ai toujours aimé et je t’aimerai toujours. Aussi longtemps que je vivrai.
-         Et même au-delà ?
-         Et même au-delà.
Kevin sourit et l’embrassa.
-         Alors que fais-t-on ?
-         Je ne sais pas, mon Amour. Si je dis oui et que le trac s’emparait d’elle le public serait capable de la railler, Shirel serait -elle capable de le supporter ? Elle est encore si jeune. Mais dans un autre si elle réussissait et je l’en empêcherais quel genre de père serais-je ?
-         Un père qui aime son enfant et veut la protéger contre vent et marée.
Kevin sourit.
-         J’aurais toujours envie de les protéger tous les trois et ce petit être qui grandit en toi, dit-il en mettant une main sur le ventre d’Angelina. Angelina sourit et l’embrassa.
Kevin soupira.
-         Je ne sais plus ce qui convient de faire ou de ne pas faire. Si je disais oui et que cela s’avérerait être un échec, aura-t-elle la force de s’en remettre ? Et si je disais non : une occasion pareille ne se représentera jamais. Chanter au Carnegie Hall devant plus de 3 600 personnes à son âge ! Tu connais beaucoup d’enfant qui ont une telle opportunité ?
-         Non. Bien sûr que non, mais justement n’est-elle pas un peu trop jeune pour ça ? Imaginons que tout se passe bien, que le public apprécie, et ne va surtout pas croire que ce n’est pas ce que j’espère : j’aime notre fille, je veux la voir heureuse et épanouie et si nous la laissons chanter, j’ai peur de ce qui pourrait arriver, qu’elle cesse d’être une petite fille comme les autres et ne penser qu’à sa carrière en oubliant ses études, sa sœur, son frère, ses amies.
-         Alors c’est à nous qu’il appartient de poser des gardes fous.
 
 
 
***
 
 
-         Papa et Maman n’ont jamais dit que tu chanterais toute seule.
-         C’est moi qui ai demandé à Maman et si Maman dit oui Papa le dira aussi. Il ne sait rien lui refuser.
-         Tu es trop jeune pour chanter toute seule.
-         Je ne vois pas pourquoi tu dis ça. Je suis une chanteuse.
-         Tu es une enfant !
-         Vous avez raison toutes les deux !
-         Papa ? Je ne t’ai pas entendu arriver. Maman et toi avez pris une décision ?
-         Nous l’avons prise, oui.
-         Et ?
-         Et tu vas pouvoir chanter en solo.
-         C’est vrai ? oh merci, Papa, tu es génial, tu es le meilleur papa du monde !
-         Ceci dit il y’aura certaines conditions à respecter.
-         Quoique ce soit je suis d’accord : s’il faut aider Maman à débarrasser la table, mettre en route le lave-vaisselle…
-         Oui il y’a tout ça mais ce sont des taches habituelles que vous vous partagez Alana, Lisandro et toi et à plus forte raison que Maman est enceinte, mais ce n’est pas ce dont il s’agit.
-         Alors qu’est-ce c’est ?
-         Pour commencer je t’autorise à chanter seule une chanson et une pas une de plus.
-         Et si le public en redemande ?
-         Et bien tu agiras en artiste en remerciant ton public et tu t’éclipseras.
-         OK, quelle est la seconde condition ?
-         La seconde est de chanter une chanson du répertoire de ta mère. Au moins tu les maitrises parfaitement et à dire vrai le public s’est déplacé pour les entendre.
-         Vendu !
-         Ce n’est pas tout.
-         Quelles sont les autres conditions ?
-         Avant tout tu devras continuer à bien travailler à l’école et pas simplement la musique. Faire tes devoirs et continuer à participer aux différentes activités extra-scolaire et jouer avec tes petites camarades. Rien, non absolument rien ne devra changer dans ta vie d’écolière et de façon plus globale de petite fille.
-         Et si des gens me reconnaissent dans la rue et me demande des autographes je fais comment ?
-         Et bien tu leur répondras que tu n’es pas encore une artiste mais juste une petite fille.
-         Mais, Papa, c’est pas vrai ! Ce serait dire un mensonge et Maman et toi nous avaient toujours appris à ne pas mentir.
-         Ce n’est pas un mensonge, tu es une petite fille.
-         Et je suis aussi une chanteuse.
-         Tu le seras peut-être un jour mais en attendant tu vas chanter une ou deux chansons en duo avec Maman et une toute seule et lorsque nous rentrerons chez nous tu devras oublier tout ça et reprendre le cours normal de ta vie.
-         Oublier que j’aurais chanté au Carnegie Hall ? Papa, c’est impossible !
-         Il le faudra pourtant sinon tu ne chanteras même pas avec Maman.
-         Mais c’est du chantage !
-         Peut-être mais c’est ainsi. Shirel : chérie, ta mère et moi t’aimons plus tout et nous voulons te voir heureuse et épanouie.
-         Et je le suis, Papa, je le suis et je le saurai encore plus une fois que je serai devenue chanteuse comme Maman.
-         Être chanteuse est un métier et si tel est ton souhait alors tu le seras un jour lorsque tu seras plus grande, mais pour le moment contente toi d’être une petite fille qui aura la chance de chanter dans la plus grande salle des États-Unis d’Amérique.
 
 
 
***
 
 
À Genoa City, dans le tout nouveau Neon Ecarlate, Summer Newman surfait sur internet lorsque Fen la rejoignit.
-         Tu es au courant de la nouvelle ? dit Summer.
-         Quelle nouvelle ?
-         Angelina Veneziano va chanter au Carnegie Hall !
-         Chut ! Parle moins fort, on pourrait t’entendre.
-         Et alors ? Ce n’est pas un secret c’est de partout sur internet.
-         Peut-être mais mon père ne surfe pas beaucoup et lorsqu’il le fait c’est uniquement pour des recherches juridiques. De plus j’ai promis à Kevin et Angelina de ne jamais révéler que nous sommes vus.
-         Fen, tôt ou tard il faudra bien l’avouer, je suis persuadée que ton père serait content de le savoir.
-         C’est possible que tu es raison mais Angelina et Kevin ne sont pas prêts et je leur ai donné ma parole.
-         Fen, ton père a le droit de savoir que tu as retrouvé son frère.
-         Non ! dit-il sur un ton péremptoire. Changeons de sujet, tu veux ? Quoi de neuf chez Newman Entreprise ?
 
 
 
***
 
Lorsque Kevin regagna sa suite, il trouva Angelina assise sur un fauteuil l’air extenuée.
-         Chérie, ça ne va pas ?
-         Ce n’est rien ce sont juste les nausées matinales.
-         Rien d’autre tu es sure ?
-         Mais oui, ne t’inquiète pas, dit-elle en souriant.
-         Je m’inquièterai toujours pour toi, tu le sais. Cela fait partie de mon boulot de mari, dit-il en souriant tout en lui donnant un baiser auquel elle répondit avec empressement.
-         As-tu pu parler avec notre fille ?
-         Oui. Elle a essayé de négocier mais je lui ai fait comprendre qu’elle n’avait pas le choix.
Angelina n’eut pas le temps de répondre qu’elle fut prise d’envie de vomir qui la poussèrent à courir directement aux toilettes sous le regard inquiet de Kevin.
-         Chérie, peut être devrais tu annulé le concert et rentrer à la maison ?
-         Non, non, ne t’inquiète pas pour moi, cela passera d’ici quelque temps et je ne veux surtout pas décevoir notre fille : elle a travaillé si dur. Elle rêve de pouvoir chanter. C’est une occasion unique dans la vie d’une si petite fille de pouvoir chanter au Carnegie Hall.
-         Peut-être mais et toi ? Tu dois avant tout te ménager.
-         Je propose un deal à mon agent : après ma tournée j’annule tout le reste de mes concerts afin de passer un maximum de temps chez moi avec ma famille et à préparer l’arrivée du bébé.
-         Je suis certain que ton agent sera d’accord, dit-il en passant ses bras autour de sa taille pour l’embrasser.
-         Je suis mariée, dit-elle en souriant.
-         Vraiment ? Il en a de la chance.
-         C’est moi qui en est, dit-elle en l’embrassant de retour.
 
 
***
 
 
Tandis que Fen avait quitté le Neon Ecarlate en ayant expressément ordonné à Summer de ne rien dire au sujet de Kevin et Angelina, à l’instar de sa mère, cette dernière n’en fit qu’à sa tête et laissa volontairement un ordinateur ouvert sur la page Facebook d’Angelina non avoir au préalable envoyer un texto à Michael en substituant le téléphone de Fen en profitant de son absence momentanée, puis fit de même avec Eden et Gloria
« Retrouve moi au Neon Ecarlate, j’ai quelque chose à te dire. Fen. »
-         Tu es prête à partir ? La séance ne devrait plus tarder maintenant.
Summer prit son sac et sortit avec Femnore lorsqu’elle fit soudain semblant d’avoir oublié quelque chose.
-         Passe devant, j’ai oublié quelque chose au café. Je te rejoins là-bas.
-         Ne tarde pas trop la séance est dans une demi-heure.
-         C’est bon, j’y serai.
Aussitôt que Fen eu démarré sa voiture, Summer pénétra au Neon Ecarlate par le patio et attendit sans que personne ne la remarque l’arrivée de Michael, Eden et Gloria. Elle sourit.
-         Salut, Eden, tu n’aurais pas vu Fen par hasard ?
-         Je viens tout juste d’arriver, c’est mon jour de congé. J’ai reçu un SMS de sa part me disant de venir le rejoindre ici, qu’il avait quelque chose à me dire.
-         C’est curieux j’ai reçu exactement le même.
-         Moi aussi j’ai eu le même, dit Gloria.
-         Vraiment ? Toi aussi ? dit Michael.
-         Oui cela m’a d’ailleurs semblé curieux. Pourquoi Fen voudrait il me parler et de quoi ?
De sa cachette Summer sourit. Son plan semblait fonctionner à merveille.
-         C’est bizarre pourquoi Fen nous aurait-il demandé de venir s’il n’est pas là ?
Elle sortit son téléphone de son sac et envoya un autre message groupé.
-         « Regarde à ta droite. Fen »
-          Je viens de recevoir un autre message de Fen me disant de regarder à ma droite, dit Michael.
-         Moi aussi j’ai eu le même, dit Eden.
-         Curieux pourquoi Fen s’amuserait il soudain aux charades ?
Eden se tourna vers la droite de Michael qui correspondait à la salle des ordinateurs.
-         Les ordinateurs ? En quoi les ordinateurs du Neon Ecarlate passionneraient tellement Fen pour jouer aux charades ?
Eden haussa les épaules d'incompréhension.
-         Si je m’abuse le nouveau propriétaire a fait l’acquisition de deux nouveaux ordinateurs dernière génération, dit Eden.
-         Ok, mais en quoi cela me concerne-t-il ? Pourquoi en faire tout un mystère ?
-         Je ne sais pas. C’est vraiment curieux.
De là où elle se trouvait, Summer assistait à toute la scène sans que personne ne la vit. Elle sourit, prit le téléphone et envoya un autre message.
-         Souvenir d’un passé qui n’est pas mort.
Les portables de Michael et Eden retentirent. Tous deux le sortirent en simultané pour le consulter.
-         Souvenir d’un passé qui n’est pas mort. Qu’est-ce cela peut bien vouloir dire ?
-         J’aimerais t’apporter un élément de réponse mais je ne le sais pas moi-même, dit Eden.
Les portables de Michael et Eden retentirent derechef.
-         La musique est ma vie. Mais qu’est-ce cela veut dire ? dit Gloria.
-         La musique, les ordinateurs, souvenir… je commence à comprendre.
-         Comprendre ? Qu’est ce tu comprends, Eden ?
-         Kevin.
-         Quoi ? dit Gloria. Qu’est ce Kevin à avoir dans cette charade ?
-         Il a tout à voir, Gloria. Pour commencer le lieu du RDV : le Neon Ecarlate. Ensuite les ordinateurs ; Kevin était fan d’ordinateur et pour finir la musique. Angelina : sa femme.
-         Tu veux dire que Kevin voudrait me faire passer un message à travers mon fils ? Absurde il ne le connait pas.
-         Qui ne me connait pas ?
-         Fen, mais d’où viens-tu ? Que signifie tous ces texto ? Quel message essaye tu de faire passer ?
-         Fen, as-tu des nouvelles de Kevin ? Que devient-il ? Va-t-il revenir à Genoa city ? dit Gloria.
-         Kevin ? Pourquoi aurais-je de ses nouvelles ? Je n’étais qu’un enfant lorsqu’il a quitté Genoa city.
-         Alors pourquoi ces texto ?
-         De quoi parlez-vous ? Je ne vous ai envoyé aucun texto puisque j’ai confondu mon téléphone avec celui de Summer. Je m’en suis rendue compte en voulant l’appeler que je n’avais pas le bon appareil.
-         Summer ? Pourquoi Summer nous enverrait elle des SMS au sujet de Kevin avec ton portable ?
-         Encore une fois, je ne sais pas du tout de quoi tu parles. Je le répète je n’ai envoyé aucun message.
-         Et ça qu’est-ce c’est ? dit Gloria en pointant les messages au nez de Fen.
Le visage de Fen changea de couleur. Summer sortit de sa cachette. Fen fulmina.
-          C’est toi n’est-ce pas ? Tu as profité du moment où j’étais allé aux toilettes pour substituer nos deux téléphones et c’est pour ça que tu m’avais demandé de partir en avant au cinéma afin de faire ce que je t’avais expressément interdit !  
-         Je suis désolée, Fen, mais j’estime qu’ils ont le droit de savoir.
-         Cela ne te regarde pas ! Ça ne concerne que ma famille !
-         Kevin n’avait pas à te demander ça.
-         Kevin ? dit Michael.
-         Alors j’avais raison, tu as des nouvelles de Kevin, dit Gloria.
-         Non !
-         Si !
-         La ferme, Summer !
-         Je regrette, Fen, mais il a le droit de savoir. Kevin est son frère et c’est aussi le fils de Gloria.
-         Est-ce quelqu’un va me dire ce qui se passe ? Fen, as-tu oui ou non des nouvelles de Kevin ?
 
 
***
 
 
Entre deux répétitions la famille Fisher profitait de leur séjour à New-York avec entre autres une promenade romantique au clair de lune à Central Park.
-         Chérie, si tu le souhaites nous pouvons faire un saut jusqu’à Jersey pour montrer aux enfants où Maman a grandi.
-         C’est gentil, chéri mais ce ne sera pas nécessaire : je préfère tirer un trait sur le passé. Tout ce qui compte c’est le présent et l’avenir. Les enfants ne sont pas au courant des anciennes activités de Papa et j’aimerais que cela continue aussi longtemps que possible.
-         Comme tu voudras mais tu n’as pas à avoir honte d’Angelo : ce n’est pas un méchant homme et s’il n’avait pas été impliqué dans ces petits trafics nous ne serions jamais rencontrés, dit-il tout en ayant ses bras autour de la taille d’Angelina.
-         Je n’avais jamais pensé à ça, dit-elle en passant elle aussi ses bras autour de la taille de Kevin et l’embrassant. Je t’aime.
-         Moi aussi, je t’aime.
-         Chéri ?
-         Oui ?
-         Ce matin Lisandro m’a demandé après Fen.
-         Comment ça après Fen ?
-         Il voulait savoir s’il reverrait son cousin ? je n’ai pas su quoi répondre.
Kevin la serra dans ses bras.
 
****
 
-         Non.
-         Tu mens, Fen.
-         Cela ne te regarde pas, Summer ! cette affaire ne regarde que ma famille et uniquement celle-ci alors ne te mêle pas ça.
-         Je n’en m’en serais pas mêlée si tu n’avais pas impliqué.
-         Je t’ai fait confiance en me confiant à toi et tu m’as trahi !
-         Je ne t’ai pas trahi.
-         Si tu m’as trahi. Je n’aurais dû t’en parler.
-         Ou est Kevin, Fen ?
-         À New-York, dit Eden. Tenez regardez, dit-elle en montrant l’ordinateur restait ouvert sur la page d’Angelina.
Fen fulmina contre Summer.
-         Non seulement tu échanges nos téléphones et te permet d’envoyer des textos chargé de charades à mon père, ma grand-mère et ma tante en sachant qu’ils n’allaient pas tarder à comprendre et de plus tu laisses l’ordinateur ouvert sur la page Facebook d’Angelina alors même que je t’avais expressément demandé de ne pas en parler.
-         J’ai voulu t’aider, Fen, rien d’autre : juste t’aider car ce secret était trop lourd pour toi. Kevin n’avait pas le droit de te demander ça.
-         Il avait tous les droits au contraire et encore une fois cela ne te concerne pas : c’est une affaire de famille et rien d’autre !
-         Je suis ta petite amie, par conséquent je fais partie de la famille. Tes parents sont les meilleurs amis des miens.
-         Tu n’es plus ma petite amie, c’est fini entre nous !
-         Quoi ? Pourquoi ?
-         J’ai besoin d’une petite amie en qui je puisse avoir confiance lorsque je lui confie un secret et si c’est trop lourd pour elle, qu’elle en parle à son psy cela m’est égal mais certainement pas à mes parents. Alors rends moi mon téléphone et reprend le tien et restons-en là.
Furieuse Summer rendit son téléphone à Fen en reprenant le sien et quitta le Neon Ecarlate.
Michael se retourna vers Fen.
-         Depuis quand est tu au courant et pourquoi me l’avoir caché ?
-         Ne lui en veut pas, Michael, il n’est pas responsable. Le seul coupable dans toute cette affaire c’est Kevin. C’est lui qui lui a demandé de se taire.
-         La ferme, Summer !
-         Mon Kevin ne ferait jamais une chose pareille tout vient de cette fille qu’il a épousé.
-         Angelina n’a rien fait !
-         Tu admets donc les avoir vu.
-         Oui, oui je les ai vu : une fois. Je voulais essayer de comprendre pourquoi leur nom était si tabou dans la famille, pourquoi ils sont partis sans donner de nouvelles. Alors j’ai été là où on l’on pourrait me donner des réponses et je les ai eus. Comment avez-vous pu faire tout ça : vouloir briser un mariage, allant même jusqu’à tenter de bruler vive une femme et ses enfants ?
Michael baissa les yeux.
-         C’est l’œuvre de Chloe, jamais je n’aurais pu tuer quelqu’un.
Mais tu l’as défendue, et ne vient surtout pas me dire que cela fait partie de ton travail car je te connais et à moins d’être commis d’office tu assures toujours la défense de celui qui est injustement accusé. Bien sûr il t’est arrivé de te tromper mais entre faire une erreur et assurer volontairement la Défense d’un monstre… ça en plus de tout le reste. Vouloir séparer une mère de ses enfants alors même qu’ils ne sont pas encore nés ? L’obliger à choisir entre ses enfants et l’homme qu’elle aime ou la prison ? faire passer ton propre frère pour un malade mental ? Comment as-tu pu, Papa ?
-         Cette femme n’a pas pu tenir sa langue et sème la zizanie dans notre famille.
-         Angelina ne m’a rien dit, Grand-Mère. C’est Kevin et lui seul qui m’a tout expliqué.
-         Bien entendu, c’est une manipulatrice elle a monté la tête à ton oncle contre nous. Cette pauvre Chloe est en prison pour le reste de sa vie, Delia a grandi sans sa mère à cause de cette fille et maintenant elle te monte aussi contre nous.
Michael fulmina.
-         Gloria, stop ! Toutes ces années ne t’auront donc pas servie de leçon ? C’est à cause de cette attitude si Kevin est parti sans plus jamais nous donner de nouvelle. Nous l’avons perdu à cause de ça. Fen, je ne suis pas fier de ce que j’ai fait à cette époque-là : j’en voulais énormément à Angelina que je tenais pour responsable de l’échec de mon mariage avec ta mère.
-         Ce n’est pas elle qui a fait venir Carmine à Genoa City, il est venu tout seul.
-         C’est vrai. Maintenant avec le recul je me dis que tu as raison mais à l’époque j’en manquais.
-         Mais peut être les choses vont-elles changé désormais ? Aujourd’hui grâce à Fen nous avons une chance de le retrouver.
-         Non, Eden, cela ne risque pas d’arriver : Kevin a tiré un trait sur le passé.
-         Mais enfin tu vas quand même lui dire que nous sommes désolés et aimerions qu’il revienne.
-         Il ne reviendra pas et de toute évidence il n’a pas tort. Malgré les années écoulées vous n’avez pas changé d’un pouce.
-         Pourquoi dis-tu ça ?
-         Vous êtes-vous entendus ? Vous me tarabustez de question au sujet de Kevin mais le seul moment où vous avez parlé de sa femme c’était pour en dire du mal et pas un mot sur leurs enfants.
Fen soupira et sortit du café.
 
 
***
 
-         Je suis désolée, mon amour.
-         Tu n’as pas à l’être, chérie. Tu n’es pas responsable de tout ce gâchis, ce n’est pas toi qui m’a demandé de faire un choix c’est eux. Je n’oublierai jamais ce jour où je t’ai vu au milieu des flammes de notre maison.
-         Ce jour-là j’ai bien cru ma dernière heure arrivée mais mourir en sauvant la vie de quelqu’un que l’on aime me semble la meilleure des façons.
Kevin sourit et l’embrassa. Angelina regarda la vue de Central Park au crépuscule.
-         C’est beau n’est-ce pas ?
-         Oui c’est magnifique mais tu ce qui est encore plus magnifique ? C’est la vue que nous avons depuis notre maison en Utah.
Angelina sourit et l’embrassa.
-         Viens, rentrons à l’hôtel !
 
 
***
 
Chez Michael, Eden faisait les cents pas.
-         Ça suffit, Eden, dit Michael la main sur son front, j’ai mal au crane à te voir tourner en rond.
-         Fen a raison : même au bout de toutes ces années nous n’avons pas changé. Inconsciemment nous rejetons toujours Angelina.
-         Je n’accepterai jamais cette femme comme un membre de notre famille !
-         Dans ce cas, Gloria, tu n’es pas prête de revoir Kevin.
-         Cette femme la manipulait. Elle a détruit ton mariage.
-         Gloria, il l’aime ! Angelina n’est pas responsable de l’échec de mon mariage. Je lui ai suffisamment reproché, mais elle n’y est pour rien : absolument pour rien. Ce n’est pas elle qui a demandé à Carmine de venir et séduire Lauren.
-         Peut-être mais il n’empêche qu’elle a détruit le mariage de ton frère.
-         Oh je t’en prie, soit honnête avec toi-même, Gloria : Chloe n’a jamais aimé Kevin et tu le sais.
-         Gloria, si vous voulez avoir une chance, ne serais qu’une toute petite chance de revoir Kevin un jour il vous faudra changer d’attitude à l’égard d’Angelina et l’accepter comme un membre de notre famille.
-         Moi vivante jamais !
-         Très bien, dit Michael en tapant sur les bras du fauteuil tout en se levant, fait comme il te plaira. Eden, prépare tes valises : nous partons pour New-York voir notre belle-sœur en concert !
 
 
***
 
 
À New-York, les répétions battaient leur plein. Personne ni de Kevin ou d’Angelina ne s’attendait à voir le passé les rattraper.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
La famille Fisher à New-York
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AIDEZ TINA X YORK 7 ANS A TROUVER UNE FAMILLE (62)
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» New York Islanders
» benji, york de 14 ans (canisenior)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: L'enlevement-
Sauter vers: