Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prelude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Prelude    Ven 21 Avr - 22:02




 
 
Quelques années s’étaient écoulées depuis l’installation de Kevin et Angelina en Utah. Shirel et Alana étaient désormais de jolies petites filles. À leur arrivée à Logan, Angelina apprit qu’elle était enceinte d’un petit garçon : Lisandro. Prénommé ainsi grâce à l’un de leur voyage au Portugal où ils entendirent ce prénom au grand dam d’Angelo qui aurait souhaité que son premier petit fils porte son prénom.
-        Papa, tu sais bien que Kevin et moi sommes un couple hors du commun. La Tradition aurait voulu que nous le prénommions Kevin comme son père mais Kevin et moi voulons suivre nos propres règles : instaurer nos propres Traditions.
Comme prévu avant leur départ de Genoa City, Kevin et Angelina fondèrent leur propre maison de musique. Leur amitié avec les Forrester se renforça. Lisandro ayant exactement le même âge que Douglas : le fils de Caroline et Thomas.
Angelina était désormais une artiste célèbre. Leur fille ainée : Shirel semblait vouloir marcher sur les traces de sa mère en voulant elle aussi faire carrière dans la musique contrairement à Alana qui était du genre plus calme, beaucoup moins téméraire que sa sœur. Celle-ci était plutôt du genre solitaire, rêveuse, littéraire. De tous leurs enfants elle restait la plus fragile ce qui inquiétait grandement ses parents.
 
 
 
***
 
 
À Genoa City, les drames en tout genre se poursuivaient. Gloria finit par divorcer de Jeffrey et vendit le Gloworm. Peu après le départ de Kevin et Angelina, les clients désertent peu à peu le Neon Ecarlate. Les changements apportaient par le nouveau propriétaire ne séduire pas et ce dernier dû déclarer forfait suite à la faillite.
Eden retourna à Paris puis à l’Asram avant de revenir. Pour elle et Michael, une page ne s’était pas refermée et malgré la fulgurante carrière d’Angelina jamais ils ne réussirent à revoir Angelina et Kevin.
 
Prétextant un voyage à San Francisco afin de visiter la célèbre université de Berkeley, Fen en profita de faire un tour a Los Angeles, il se rendit au bikini Beach : le bar huppé de la jeunesse aisé californienne. Grace à quelques questions par ci par là, il ne tarda pas à obtenir les renseignements qu’il était venu chercher. Le lendemain il sonna à la porte d’Angelina et Kevin. Shirel alla ouvrir et se trouva face à un jeune homme qu’elle ne connaissait pas. Celui-ci sourit.
-        Salut, je suppose que tu es Shirel ?
-        Comment connaissez-vous mon prénom ?
-        Shirel, Papa et Maman ne veulent pas que tu ouvres la porte aux inconnus.
-        Mais, Alana, comment pourrais-je savoir si c’est un inconnu ou quelqu’un qu’on connait si je n’ouvre pas la porte ? Et puis ce monsieur sait comment je m’appelle.
-        Shirel, qui est ce, dit Angelina en arrivant devant la porte lorsque son visage changea de couleur. Fen, c’est toi ?
Il sourit.
-        C’est bien moi en effet. Puis je entrer ?
-        Chérie, qui est ce ?... Fen ?
-        Oui, c’est moi. Puis je entrer ? Rassurez-vous je suis seul. Papa n’est pas avec moi.
Kevin et Angelina échangèrent un regard. Angelina cligna des yeux.
-        C’est d’accord, tu peux entrer.
-        Est-ce tu veux une tasse de café ou autre chose ?
-        Non merci, Angelina, ça ira : je ne voudrais pas te déranger.
-        Cela ne me dérange pas.
-        Qu’es-tu venu faire ici ? Et comment nous as-tu trouvé ? demanda Kevin sur la défensive.
-        Cela fait un moment que je suis Angelina sur les réseaux sociaux.
Angelina le regarda surprise.
-        Tu me suis sur les réseaux sociaux ?
Fen se mit à rire.
-        Qui y’a-t-il de si surprenant à cela, tu as des millions de fans à travers le monde, je ne dois pas être le seul.
-        En effet mais je ne pensais que les jeunes de ton âge aimerait ma musique.
-        Détrompe-toi beaucoup de jeunes de mon âge aime ce que tu fais.
-        Tu n’as pas répondu, Fen, que viens-tu faire ici ?
-        Rien de mal, je t’assure, Kevin. Je suis venu créer des liens avec toi et Angelina et mes cousines.
-        Tu es notre cousin ?
-        Oui, Alana, Fen est votre cousin à Shirel, Lisandro et toi.
-        Lisandro ? Tu veux dire qu’Angelina et toi ?
-        Avons un fils.
-        C’est vraiment super ! Je suis sincère.
-        Merci, Fen, dit Angelina.
-        Kevin, Angelina, j’aimerais tellement créer des liens avec vous. Vous êtes ma famille.
-        Fen, ne crois surtout pas que je ne suis pas ravi de te voir : bien au contraire. Tu n’as rien à voir dans toutes ces histoires mais que dirons tes parents ? Ton père s’il apprenait que tu es en relation avec nous ? Lorsque nous avons quitté Genoa City nos relations avec Michael étaient plutôt glaciales.
-        Je sais. Mais ce que j’aimerais savoir c’est ce qui s’est exactement passé ? J’étais jeune au moment des faits et à Genoa City c’est un sujet tabou.
-        Le contraire m’aurait étonné.
-        Pourquoi ? Que s’est-il exactement passé ?
-        C’est une longue histoire.
-        J’ai tout mon temps.
-        Les enfants allez jouer dans le jardin avec Beethoven
 
***
-        S’il vous plait, Kevin, Angelina, racontez tout ce qui s’est passé, pourquoi avoir quitté Genoa City pour l’Utah en prenant toutes ces précautions pour que personne ne vous retrouve.
-        À ce sujet tu n’as pas toujours pas répondu : comment nous as-tu trouvé ?
-        Les jeunes de mon âge parlent beaucoup et vous êtes très connus à LA.
-        Caroline et Thomas Forrester comptent parmi nos meilleurs amis.
-        OK. Maintenant racontez moi ce qui s’est passé. J’entends parfois Papa et Eden parler de vous mais dès que j’approche ils changent de conversation. Idem pour Grand-Mère.
-        Oui il n’y a pas de quoi être fiers après tout ce qu’ils nous ont fait subir particulièrement à Angelina. Je ne pourrai jamais oublier.
-        Que s’est -il passé ?
-        Pourquoi teins-tu tellement à savoir, Fen ? Cela remonte à des années maintenant et même si c’est dur pour Kevin et moi, de l’eau a coulé sous les ponts. Genoa City appartient désormais au passé.
-        Oui mais vous êtes de ma famille et j’aimerais créer des liens avec vous, Shirel, Alana et Lisandro : apprendre à les connaitre, à tous vous connaitre !
-        C’est impossible, Fen.
-        Pourquoi est-ce impossible, Kevin ? Je crois que rien n’est impossible si nous le voulons vraiment.
-        Kevin a raison, certaines choses le sont, et pour le bien de tous mieux vaut les laisser là où elles sont. Certaines vieilles blessures ne se referment jamais complètement.
-        Ce fut si dur que ça ?
-        Oui, Fen, cela le fut pour moi mais encore plus pour Angelina.
-        C’est la seconde fois que tu dis ça. Dites-moi ce qui s’est passé. Je veux savoir, je voudrais comprendre.
-        OK, mais je te préviens cela risque de ne pas te plaire. Ce que je m’apprête à te révéler pourrait te choquer.
-        Racontez-moi !
-        OK. Lorsque notre histoire a débuté, j’étais engagé avec une autre femme avec laquelle je voulais faire ma vie.
-        Chloe ? La mère de Delia Abbott. Elle est en prison pour tentative de meurtre je crois ?
-        Oui c’est avec elle que j’étais engagé.
-        Et Angelina est entrée dans ta vie et tu es tombé amoureux d’elle ?
-        Ce n’est pas simple. A l’époque j’étais une toute autre personne, assez légère, riant de tout et je voulais faire carrière dans la chanson. Je suis venue à Genoa City rejoindre mon père.
-        Angelo Veneziano ?
-        Lui-même.
-        Est-ce vrai ce que l’on dit de lui sur internet ?
-        Oui tout est vrai, du moins l’était. Mon beau père est un autre homme aujourd’hui.
-        OK. Mais tu disais donc, Angelina que tu étais venue pour rejoindre ton père et c’est là que tu as rencontre Kevin et vous êtes tombés amoureux l’un de l’autre.
-        Non. Je suis tombée amoureuse de lui mais ce n’était pas réciproque. Kevin était engagé avec Chloe et en était amoureux. Malgré tout je l’ai piégé le jour de son mariage avec elle en simulant des menaces de morts de la part de mon ex petit copain.
-        Carmine Basco ?
-        Lui-même.
-        Cette sale ordure a détruit le ménage de mes parents. À cause de lui ils ont divorcé.
-        Je suis sincèrement désolée, Fen.
-        Ce n’est pas de ta faute.
-        Ce n’est pas l’avis de tes parents.
-        Que veux-tu dire ?
-        Kevin…dit-elle en mettant sa main dans la sienne.
-        Chérie, il veut connaitre toute l’histoire alors il va l’entendre. Comme Angelina vient te le dire elle m’a piégé le jour de mon mariage avec Chloe. Son père nous recherchait et avait mis un de ses tueurs à nos trousses alors elle m’a sauvé la vie en se mariant avec moi. Malgré tout je n’étais pas amoureux d’elle alors notre mariage a été annulé grâce à ton père. Angelina m’avait écrit une chanson d’adieu et m’a vu me marier avec Chloe.
-        Punaise, tu assister au mariage de celui que tu aimais avec une autre femme ?
-        Kevin l’aimait et si je n’étais pas venue à Genoa City il serait marié avec elle depuis longtemps.
-        Je n’aurais pas aimé être à ta place. Voir la personne que l’on aime nous quitter pour quelqu’un d’autre...
-        Fen, le jour où tu seras vraiment amoureux tu comprendras qu’il faut parfois faire des sacrifices pour l’être aimé. C’est que j’ai fait. J’ai rendu sa liberté à Kevin et je suis allée vivre à Los Angeles.
-        C’est comme ça que tu as connu les Forrester ?
-        Oui.
-        Mais comment est-ce arrivé ? Ne prend pas mal ce que je vais dire mais vous n’êtes pas du même milieu social. Comment les as-tu connus ?
-        J’ai donné quelques concerts lors de leurs galas de charité.
-        OK, je vois, mais revenons à Chloe. Kevin, tu as épousé la fille dont tu étais amoureux et ensuite que s’est -il passé ? Pourquoi n’êtes-vous pas restés ensemble ? Qu’est ce qui a fait qu’aujourd’hui tu es marié à Angelina alors même que votre premier mariage fut annulé.
-        Bien avant de tomber amoureux d’elle, j’ai toujours été fan de sa voix.
-        Il y’a de quoi.
-        Merci, Fen.
-        Très rapidement ma vie avec Chloe s’est révélé être un véritable désastre : un enfer ! Un jour j’en ai eu assez et j’ai demandé le divorce peu de temps avant que Md Chancellor ne tombe malade et ne décède. À l’insu d’Angelina, je suis resté en contact avec Angelo. Quelque chose en moi me poussait à la protéger de loin, sans qu’elle le sache. Le 4 juillet 2013, Angelina donnait un concert à un gala de charité des Forrester. Je n’ai dit à personne où je me rendais ce soir-là. Seul Angelo savait que je venais, et je l’ai revu : plus belle que jamais ! J’ai pris conscience à quel point elle me manquait. À l’issue du concert je suis allé la voir dans sa loge. Le lendemain et les jours d’après nous nous sommes revus et j’ai fini par admettre que je ne pouvais plus, ne voulais plus, vivre sans elle.
-     Alors tu t’es remarié avec elle.
-  Oui, pour mon plus grand bonheur, dit-il en saisissant la main d’Angelina. Mais ce ne fut pas une sinécure. Personne à Genoa City ne s’attendait à me voir revenir avec Angelina et ils ne l’ont pas accepté. Personne : pas même ton père. Lui et tous les autres ont tout fait pour nous séparer.
En ce remémorant ces souvenirs Kevin fulminait. Angelina serra sa main dans la sienne ce qui n’échappa pas à Fen.
-         Fen, tout ceci appartient au passé, je ne pense pas qu’il soit bon de le déterrer.
Angelina, Kevin, je suis désolé de déterrer des souvenirs qui de toute évidence sont encore douloureux mais j’ai le droit de savoir, de comprendre pourquoi dès que l’on évoque votre nom les visages se ferment. 
-         Fen, crois-moi cette histoire ne te concerne pas : tu n’as pas besoin de la connaitre et puis c’est du passé maintenant. Aujourd’hui Kevin et moi sommes mariés, nous avons trois enfants merveilleux que nous aimons de tout notre cœur. Rentre chez toi, Fen, et oublie que tu nous as vu. Oublie même notre existence. C’est mieux ainsi.
-         Dois en conclure que cela concerne mon père et c’est pourquoi vous ne voulez rien me dire ? J’ai vu juste n’est-ce pas ? Mon père est impliqué dans toute cette histoire ?
Kevin soupira.
-         Pas seulement ton père, Eden, Abby, Victoria, Adam, Chelsea, Avery, sans oublier naturellement Chloe mais venant d’elle je n’en suis pas surpris.
-         Que s’est-il passé ?
 
 
***
 
Lorsque Kevin eut fini son récit, Fen, ébahi, ne put dire mot durant quelques minutes.
-         Je suis désolé, Fen, mais tu as insisté pour savoir.
-         Tout ceci est tellement machiavélique. Comment peut-on obliger une mère a renoncé à ses enfants ? Je n’aurais jamais cru mon père capable d’une telle bassesse.
-         Tu comprends pourquoi nous ne voulions rien te dire ? Lorsque nous sommes venus vivre en Utah, Angelina et moi avons laissé tout ça derrière nous pour entamer une nouvelle vie. Une vie loin de Genoa et tous ses problèmes.
-         Que dois-je faire maintenant ? Devrais-je rentrer chez moi et agir le plus naturellement du monde en sachant tout ça ?
-         Tu n’as pas d’autre alternative.
-         Mon père a failli vous détruire.
-         Mais il a échoué. À présent tu vas repartir chez toi et oublié toute cette histoire, de même que tu devras oublier nous avoir vu.
-         Pourquoi ?
-         Il le faut, Fen. Tu as ta vie à Genoa City, ta famille.
-         Kevin, toi et les enfants faites partis de ma famille et j’aimerais apprendre à mieux vous connaitre.
-         C’est impossible, Fen.
-         Je crois, Kevin, que rien n’est impossible si on le veut vraiment.
-         Certaines choses ne dépendent pas de notre volonté, Fen et celle-ci en fait partie. Kevin et moi avons bien trop souffert et nous ne voulons pas revivre ça.
-         Vous n’aurez pas à le faire car je ne dirai rien à mon père.
-         Nous ne voulons pas que tu mentes à ton père.
-         Si je ne dis rien ce ne sera pas un mensonge.
-         Un mensonge par omission reste un mensonge et ce n’est pas le genre d’exemple qu’Angelina et moi voulons donner à nos enfants.
-         Alors je ne vous reverrai plus ?
-   Content de t’avoir connu.
Après le départ de Fen, Angelina se blottit dans les bras de Kevin qui l’embrassa sur sa tête.
-        Je suis désolée, mon amour, tellement désolée.
-        De quoi es-tu désolée ?
-        D’être un obstacle entre toi et ta famille.
-        Chérie, tu n’as pas être désolée, ce qui s’est passé n’est en rien de ta faute. Nous sommes tombés amoureux l’un de l’autre, Michael, Lauren et les autres n’ont pas été heureux pour nous et ont tout fait pour briser notre mariage. Toi et les filles avaient même étaient en danger de mort ! Crois-moi, mon cœur, je ne suis pas prêt d’oublier tout ça.
Angelina se blottit dans les bras de son mari qui l’embrassa. Angelina l’embrassa en retour de plus en plus passionnément.
-        Et si nous faisions un autre bébé, dit-elle.
-        Quoi ?
-        Kevin, mon Amour, j’ai très envie d’avoir un autre bébé. Ne te méprends surtout pas : je t’aime, j’adore nos enfants, notre maison, notre vie, j’aime ce que je fais mais j’ai très envie d’avoir un nouveau bébé. Nos enfants commencent à grandir et j’ai envie de pouvoir de nouveau pouponner, sentir un petit être se développer en moi. Une partie de toi et de moi.
Kevin la regarda amoureusement.
-        Mais si tu ne veux pas je comprendrais.
-        Non, non, Chérie ! C’est même exactement l’inverse. J’avais envie moi aussi depuis un moment d’agrandir notre famille mais je craignais que tu ne veuilles pas avoir d’autres enfants.
-        Kevin, tu plaisantes ? Pourquoi n’aurais-je pas voulu agrandir notre famille ?
-        Mais à cause de ta carrière de plus nous avons déjà trois merveilleux enfants.
-        Oui et je les aime plus que tout. J’aime ma carrière, c’est vrai j’aime donner du bonheur aux gens en chantant mais si je peux leur donner ce bonheur c’est parce que je suis moi-même heureuse : très heureuse même et avoir un autre enfant ne mettra pas fin à ma carrière. OK, je stopperai très certainement les concerts à l’autre bout du monde pendant un temps mais je continuerai de chanter.
-        Alors c’est reparti pour des nausées matinales ? Des biberons à trois heure du matin ? dit-il en souriant.
-        Des envies de fraise en plein hiver qui te feront lever en pleine nuit pour aller m’en chercher.
-        Et du chocolat ?
-        Et du chocolat, répondit-elle en riant.
Kevin éclata de rire et la serra dans ses bras avant de la soulever du sol pour la porter jusqu’à leur chambre où il la déposa sur le lit avant de s’allonger sur elle tout en passant une main sur son dos et fit glisser la fermeture éclair de la robe d’Angelina et dégrafant son soutien-gorge avant d’admirer ses seins nus.
-        Ce que je vous aime, Md Fisher !
-        Moi aussi, je t’aime.
Lorsqu’ils furent totalement nus, Angelina replia les jambes sur son ventre jusqu'à ce que ses genoux s'approchent des seins. Kevin s'agenouilla au-dessus d'elle et la pénétra doucement. Les pieds d’Angelina placés de part et d'autre des reins de Kevin. Ce dernier la câlina, contempla son visage, ses épaules, ses seins.
-        Tu es tellement belle !
-        Je ne me sens jamais aussi belle que lorsque je suis dans tes bras.
Angelina prenait du plaisir à tenir la tête de Kevin et à caresser ses bras, ses épaules. Au cours de l'étreinte, Angelina exerça quelques mouvements d'oscillation du bassin dont le rythme sera calqué sur celui de Kevin, dans un "tangage" délicieusement érotique. Ce dernier, guidé par les manifestations de plaisir d’Angelina, bougea librement en variant la cadence et la profondeur de la pénétration, puis, se laissant emporter par le flot des sensations, accéléra son balancement jusqu'au "bouquet" final.
Quelques semaines plus tard, Angelina apprenait qu’elle était enceinte.
-        Tu en es certaine ? dit Kevin en souriant.
-        Oui, mon amour, certaine !
-        Alors je vais être de nouveau papa ?
-        Et moi maman !
Emporté par l’euphorie, Kevin la souleva du sol et la fit tournoyer tout autour. Angelina se mit à rire.
Lorsqu’il la reposa il la serra dans ses bras et l’embrassa.
-        Je t’aime !
-        Je t’aime moi aussi.
 
 
 
***
 
 
À son retour à Genoa City, Fen ne parla à personne de sa visite à Angelina et Kevin. Il ne chercha pas non plus à reprendre contact avec eux, respectant ainsi leur volonté de couper tous les ponts avec Genoa City mais il ne réussissait pas à oublier en particulier tout ce qu’il avait appris. Un soir qu’il était assis au Boulevard, il entendit la voix de Summer qui le tira de sa rêverie.
-        Oh zut, cet abrutit de barman vient de renverser du café sur ma robe neuve.
Fen sursauta en entendant la voix de sa petite amie.
-        Ah c’est toi ? Je ne t’avais pas vu arriver.
-        Nous avions rendez-vous, tu n’as pas oublié ?
-        Rendez-vous ?
-        Ne me dit pas que tu as oublié notre rendez-vous ?
-        Désolé, Summer, mais oui j’ai oublié.
-        Que se passe-t-il ? Depuis ton retour de Berkeley tu es devenu bizarre. L’université ne te pas emballé ou as-tu hâte d’y être ?
-        Ni l’un ni l’autre en réalité je n’y suis pas allé.
-        Quoi ? mais où étais tu alors ? Ne me dit pas que tu es parti te dorer au soleil californien sans moi ?
-        Non, non en réalité je n’étais pas en Californie. Enfin si j’y suis allé mais je ne suis pas resté.
-        Comment ? mais où étais tu alors ?
-        En Utah !
-        Chez les mormons ? Que fichez tu là-bas ? Ne me dit pas que tu as l’intention d’en devenir un ? Parce que je te préviens je ne te suivrai pas sur ce terrain : renoncer au plaisir du sexe avant le mariage pas question et je n’ai pas l’intention de me marier de sitôt.
-        Quoi ? Non, non ! Qu’est ce tu vas imaginer ? Je ne vais pas devenir mormon.
-        Alors que faisais tu en Utah ? Pourquoi avoir dit que tu partais visiter Berkeley si finalement tu es parti en Utah.
-        J’avais quelqu’un à voir.
-        En Utah ? Fen, je connais quasiment toutes les personnes que tu connais et à l’exception d’un copain ou deux qui vivent à New-York et en Floride, aucune de connaissance n’habite l’Utah.
Fen regarda tout autour de lui afin de s’assurer qu’il n’y ait personne de leur connaissance.
-        Summer tu peux garder un secret ?
-        Quel genre de secret ? Un secret du genre tu vas te convertir au mormonisme ?
-        Arrête avec ça ! Je ne vais pas devenir mormon.
-        OK alors tu ne veux pas que je dise à tes parents que tu es parti skier au lieu d’aller visiter l’université où tu rêves d’aller.
-        Je ne rêve pas d’aller à Berkeley, j’ai inventé ce pipo à mes parents afin qu’il me laisse aller en Californie sans se poser de question.
-        Mais tu n’étais pas en Californie mais en Utah alors qu’es-tu parti y faire ?
-        Je te le répète j’avais quelqu’un à voir.
-        C’est la deuxième fois que tu me dis ça mais tu ne m’as toujours pas dit qui s’était.
-        Et toi tu n’as pas répondu à ma question.
-        Quelle question ?
-        Sais-tu oui ou non garder un secret ? Un secret que tu ne devras révéler à personne : ni mes parents, ni les tiens car ils seraient capables d’en parler aux miens et alors ce serait une véritable catastrophe.
-        Catastrophe pour qui ? Pour toi parce que tu aurais menti à tes parents ? Ce ne serait pas la première fois.
-        Sauf que cette fois ci cela impliquerait d’autres personnes à qui je ne veux pas créer de problème.
-        De qui s’agit-il ?
-        Promets-moi d’abord de ne rien dire à personne : j’ai bien dis personne ! Summer, je suis sérieux, personne ne doit savoir à qui j’ai rendu visite.
-        C’est si grave que ça ?
-        Ça l’est.
-        OK, je te le promets. Tu as ma parole que je ne dirai rien à personne.
-        Je suis allé voir mon oncle et ma tante.
-        Ta tante ? Quelle tante ? Eden vit ici je te rappelle, quant à ton oncle… Mon Dieu, Fen, ne me dit pas qu’il s’agit…
-        Kevin et Angelina. Eux même.
-        Kevin et Angelina. Cela fait des années que je n’ai plus entendu parler d’eux.
 
 
***
 
 
Les premières semaines de grossesse d’Angelina se déroulaient sans le moindre ennui. Angelina entrait dans sa sixième semaine de grossesse. D’un commun accord avec Kevin, ils gardèrent le secret y compris avec leurs enfants voulant au préalable garder cela pour eux seuls mais le premier mois s’étant écoulé ils décidèrent de l’annoncer à leurs enfants. Parlement Angelina devait s’absenter pour une durée de six semaines à New-York où elle devait donner un concert au Carnegie Hall.
Cet après-midi-là on sonna à leur porte.
-        C’est probablement Anna Fuller qui vient me rapporter le livre qu’elle m’avait emprunté.
-        Reste assise, je vais ouvrir !
-        Chéri, je suis enceinte pas malade, dit-elle en souriant.
Kevin sourit et elle alla ouvrir la porte.
-        Caroline ! Thomas ! Bien ça pour une surprise ! Entrez ! Chéri, regarde un peu qui vient nous rendre visite.
-        Thomas, Caroline ! Quel bon vent vous amène ?
-        Caroline, Thomas !
-        Ou est Douglas ? demanda Alana
-        Oui, où est Douglas ?
-        Il est chez mes mères à New-York.
-        Dommage que vous ne l’ayez pas emmené avec vous. Cela fait un sacré bout de temps que nous ne vous avons pas vu, dit Angelina.
-        Oh tu sais ce que sais : le travail. À chaque fois on reporte au lendemain puis au sur lendemain et on se laisse rapidement déborder.
-        Désirez-vous un café ?
-        Non merci, Kevin, en réalité nous ne restons pas longtemps, dit Caroline.
Angelina et Kevin perçurent comme un malaise chez leurs amis.
-        Allez dans votre chambre, les enfants, Papa et moi viendront vous voir un petit plus tard.
-        Que se passe-t-il ? demanda Kevin une fois les enfants dans leurs chambres.
-        Ok, inutile de tergiverser, de toute façon demain cela sera rendu public : Caroline et moi allons divorcer !
-        Quoi ? dit Angelina scotché par la nouvelle.
-        C’est une blague ?
-        Non, Kevin, ce n’en est pas une : Thomas et moi allons réellement divorcer.
-        Mais que s’est-il passé ?
-        Oh vous savez ce que s’est : la routine. Au début la passion est là, puis viens le mariage, la lune de miel, les enfants et petit à petit on se rend compte que l’on a pris l’habitude l’un de l’autre, qu’il ne reste rien à découvrir de son partenaire et l’ennui s’installe. On se réveille un matin et on réalise que nous ne sommes plus amoureux comme auparavant.
-        Caroline et moi restons bons amis pour notre fils.
-        N’y a-t-il pas un moyen d’arranger les choses ? Allez quelque part loin de Los Angeles, amusez-vous et je suis certain que vous réaliserez que vos sentiments l’un pour l’autre sont toujours présents. 
-        Kevin a raison : partez en voyage rien que tous les deux ! Profitez que Douglas soit chez ses grands-mères et partez !
-        C’est gentil à vous d’essayer de recoller les morceaux entre nous mais c’est trop tard.
-        Tous les couples ne sont pas faits pour durer et le nôtre est de ce cas, dit Caroline. Prenez soin de vous. Lorsqu’un mariage se brise ce n’est pas drôle.
-        Il n’y a vraiment rien à faire qui puisse changer la situation ?
-        Non, Angelina, absolument rien du tout.
Aucun d’eux ne remarquèrent la présence des enfants assis sur les marches. Après le départ de Thomas et Caroline, un trouble s’installa chez Angelina. Kevin la serra dans ses bras et l’embrassa.
-        Ça va, chérie ?
-        Kevin, j’ai peur : j’ai tellement peur. Et si cela nous arrivait aussi ?
Kevin rit en la serrant un peu plus fort contre lui.
-        Aucun risque, mon Amour !
-        Comment peux-tu en être aussi sur ?
-        Mais parce que je t’aime voyons ! Et toi aussi tu m’aimes, non ?
-        Bien sûr que je t’aime : je t’ai toujours aimé, tu le sais. Mais eux aussi s’aimaient et pourtant… Beaucoup de couple à travers le monde s’aime un jour et le lendemain il n’y a plus rien.
-        Mais nous ne sommes pas ce genre de couple, Angelina. Notre vie n’a rien d’ennuyeuse. Chaque jour avec toi est une aventure et même s’il ne passe rien dans une journée, j’apprécie aussi ces moments où nous ne sommes que tous les deux ou avec nos enfants. Je t’aime, Angelina, je t’aime plus que les mots peuvent le dire. J’ai été trop bête pour me rendre compte dès le départ de la femme que tu es mais j’ai bien rattrapé le temps perdu, non ? Ces trois petits monstres en sont la preuve, sans oublier ce petit bout qui grandit en toi, dit-il en passant une main sur le ventre d’Angelina.
Angelina rit.
-        Oui, ils sont la preuve de notre amour. Excuse-moi : ce doit être mes hormones qui me jouent des tours en multipliant mes émotions.
Kevin sourit.
-        Tu n’as pas à t’excuser je suis en partie responsable de ton état.
-        En partie ? dit-elle en souriant.
-        OK, je plaide coupable, Votre Honneur mais vous pouvez me croire, j’ai des circonstances atténuantes.
-        Et lesquelles je vous prie ?
-        Je suis fou, totalement fou de cette femme et je ne peux m’empêcher d’avoir envie d’elle et il en sera ainsi jusqu’à ma mort et même après.
Angelina le dévora des yeux.
-        Moi aussi, je t’aime et je veux passer l’éternité avec toi.
-        Marché conclu !
-        Tu as raison, notre vie n’a rien d’ennuyeuse. Moi aussi j’apprécie ces moments de simplicité. Kevin, je n’ai pas envie de partir pour New-York aussi longtemps. Être loin de toi, de nos enfants pendant six semaines : c’est bien trop long. De plus je veux te voir participer à chaque étape du développement de notre enfant. Même si ce n’est pas le premier.
-        Ni le dernier, dit-il en riant.
-        Ni le dernier, non. Je te le promets, chéri nous aurons la famille nombreuse dont nous rêvons mais chaque grossesse est différente et je ne peux imaginer la vivre sans toi.
-        Tu n’auras pas à le faire. Je serai là à chaque étape du développement de notre enfant.
Angelina le regarda intriguée.
-        Chérie, lorsque nous nous sommes retrouvés ta carrière avait déjà commencé et lorsque nous nous sommes mariés, je me suis fait la promesse de ne jamais être un obstacle à ta carrière.
-        Kevin, qu’est ce tu racontes ? Tu n’as jamais été un obstacle à ma carrière, bien au contraire : je chante mieux quand tu es là.
-        Je sais et c’est pourquoi je refuse de te voir faire un choix entre ta carrière et notre famille.
-        En d’autre circonstances j’aurais été d’accord avec toi, un amour comme le nôtre peut survire même si nous sommes séparés durant six semaines mais là je suis enceinte.
-        Je n’ai pas oublié. Il se trouve, Mon Amour, que j’ai quelques relations avec ton agent.
-        Vraiment ? dit-elle malicieuse.
-        Vraiment, répondit-il en souriant.
-        Ok et qu’est ce mon agent et mon mari ont-ils prévus ?
-        Que dirais tu si toute notre famille partait pour New-York ? Tu pourrais même chanter une ou deux chansons avec notre fille : je suis certain qu’elle adorerait.
-        Kevin, mon amour, tu es sérieux ? Chanter avec notre fille ? Chéri, j’adorerais ! dit-elle en se jetant à son cou.
Kevin sourit et l’embrassa.
 
 
***
 
-        Attends, tu es sérieux ? Tu les as vraiment revus ? Tu as revu Angelina et Kevin ?
-        Oui et pas seulement. J’ai également rencontré mes cousines Shirel et Alana ainsi que mon cousin Lisandro.
-        Alors le mariage a tenu bon ?
-        Et leur famille s’est agrandie, dit-il en souriant.
-        Et tu ne veux pas en parler à ton père ?
-        Non : Kevin a très clair il ne tient pas à reprendre contact. Apparemment il s’est passé des choses très graves.
-        Tu vas donc rester en relation avec eux sans en parler à Michael ?
-        Non je ne resterai pas en contact avec eux.
-        Pourquoi ?
-        Kevin et Angelina ne veulent pas que je mente à mon père.
-        Si tu ne lui dis rien tu ne mentiras pas.
-        C’est exactement ce que je leur ai dit mais ils ne sont pas d’accord. Pour eux cacher quelque chose revient à mentir. Ils ont des principes rigoureux et ne veulent pas donner le mauvais exemple à leurs enfants.
 
***
 
 
Dans leur chambre les filles étaient inquiètes. Lisandro était triste pour son ami.
-        Je n’aurais jamais cru que Thomas et Caroline divorceraient un jour, dit Shirel.
-        Ni moi non plus.
-        C’est triste : Douglas ne verra plus ses parents dans la même maison. Je ne sais pas que je deviendrais si cela devait arriver à Papa et Maman.
-        Rassure-toi, Lisandro, cela ne risque pas de se produire.
-        Qu’est ce tu en sais ?
-        Alana, nos parents s’adorent jamais ils ne se quitteront.
-        Caroline et Thomas s’aiment eux aussi et pourtant regarde le résultat.
-        Ils ne s’aimaient pas autant que nos parents.
-        Shirel a raison : Papa et Maman c’est différent. Ils ne sont pas comme les autres couples.
-        Je l’espère, Lisandro, vraiment je le souhaite parce que moi non plus je ne veux pas voir Papa et Maman divorcer.
-        De quoi parlez-vous, les enfants ? Qui parle de divorce ?
-        Papa, dit Lisandro en se jetant dans les bras de son père, Maman et toi vous n’allez pas vous séparer dites ?
-        Divorcer ? Je comprends : vous avez entendu Caroline et Thomas discuter.
-        Oui, dit Shirel en baissant les yeux.
-        Et Alana croit que vous allez faire comme eux.
-        Vous n’allez pas le faire, dites ? Shirel, Lisandro et moi ne voulons pas vous voir vous séparer. On en a rien à faire d’avoir deux maisons si c’est pour que vous ne soyez plus ensemble.
-        Fort heureusement que vous n’en ayez rien à faire car nous n’avons pas les moyens d’avoir deux maisons, dit-il en souriant.
-        Quoi ? firent les enfants d’une même voix.
Angelina se mit à rire.
-        Papa vous taquine, mes chéris.
-        C’est vrai je vous taquine, dit Kevin en reprenant son sérieux. Rassurez-vous, mes chéris, Maman et moi n’allons pas divorcer : jamais !
-        Comment peux-tu en être aussi sur ?
-        Parce que j’aime ta mère tout simplement et elle m’aime tout autant que je peux l’aimer.
-        Caroline et Thomas aussi s’aimaient.
-        Pas comme nous nous aimons ton père et moi.
-        Alana, un jour lorsque vous serez plus grands nous vous raconterons notre histoire et ce jour-là tu comprendras pourquoi nous sommes aussi sûr de ce que nous te garantissons ainsi qu’à ta sœur et ton frère comme quoi nous ne divorcerons jamais. Entre ta mère et moi c’est pour la vie : et même au-delà.
-        Au-delà ? Pour l’éternité alors ? Comme les parents d’Eolia : notre amie mormone.
-        Sommes-nous mormons, Papa ?
-        Non, Shirel nous ne le sommes pas mais nous n’avons nul besoin de l’être pour être sûr de l’amour que nous nous portons ta mère et moi et comme je viens de le dire à ta sœur, un jour nous vous raconterons notre histoire.
-        Mais en attendant ce jour-là, votre père et moi avons une grande nouvelle à vous annoncer, dit Angelina toute souriante. Dans les prochains mois vous verrez le ventre de Maman s’arrondir car vous aurez bientôt un petit frère ou une petite sœur.
-        C’est vrai ? Vous allez avoir un nouveau bébé ? s’exclama Shirel folle de joie.
-        Oui, ma chérie, c’est exactement ça.
-        Maman, Papa, c’est super ! Je suis tellement contente, dit Alana en passant ses bras autour de la taille de ses parents qui l’entourèrent des leurs.
-        Je vais avoir un petit frère alors ?
-        Nous ne savons pas encore si ce sera un garçon ou une fille.
-        Quand le serons-nous ?
-        A la naissance du bébé.
-        Pas avant ?
-        Non, Lisandro, pas avant. Papa et moi voulons avoir la surprise au moment où le bébé viendra au monde.
-        Moi je veux un petit frère.
-        Cela ne dépend pas de nous, chéri.
-        Alors de qui ?
-        De Dieu. C’est lui qui décidera, pas nous.
-        Si je lui envoie un mail il m’écoutera ?
Angelina et Kevin et leurs filles ne purent s’empêcher de sourire.
-        Dieu n’a pas de mail, Lisandro, dit Shirel.
-        Alors comment on fait pour lui parler ?
-        Par la prière, mon cœur.
-        Si je prie très fort alors vous croyez qu’il m’enverra un petit frère ?
-        Nous verrons mais cela ne marche pas à tous les coups.
-        Je croyais que Dieu entendait les prières de tout le monde alors à quoi bon prier si on n’est pas sur du résultat ?
-        Lorsque tu nous demande quelque chose à Papa ou moi es-tu certain que l’on dira oui ?
-        Non.
-        Et bien il en est de même avec la prière. Mais tu ne perds rien à essayer, dit Kevin en riant.
-        Moi je m’en fiche que ce soit une fille ou un garçon, je suis contente d’être à nouveau grande sœur, dit Shirel.
-        Content de l’entendre, dit son père.
-        Maintenant nous avons une autre bonne nouvelle : Maman va très bientôt donner un concert à New-York.
-        Ça veut dire que tu vas bientôt devoir quitter de nouveau la maison ?
-        Avec le métier de Maman, c’est obligé, Alana.
-        Je n’aime pas quand Maman s’en va.
-        Moi non plus je n’aime pas ça, chérie, mais il y’a des fois où l’on ne fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie, mais cette fois ci grâce à Papa notre famille ne sera pas séparer car nous partons tous à New-York !
-        Tous ?
-        Oui, Shirel, tous : toute notre famille. Papa a eu une merveilleuse idée. Tu veux bien lui dire, après tout c’est ton idée.
-         Shirel, que dirais tu de chanter avec Maman ?
-        Quoi ?
-        Veut tu que je répète ma question, dit-il en souriant.
-        Non, mais… Papa, tu es vraiment sérieux ? Je vais vraiment chanter avec Maman ?
-        Uniquement si tu le souhaite.
-        Si je le souhaite, si je le souhaite ? Papa, tu plaisantes, comment peut tu poser cette question, rien ne me ferais plus plaisir.
Folle de joie, Shirel passa ses bras au tour de la taille de ses parents et posa sa tête sur eux.
-         Je suis tellement contente ! Je vais travailler mes cordes vocales et nous ferons le plus beau duo mère-fille jamais vu.
Angelina se mit à rire.
-         J’en suis sûr, mon bébé.
Quelques semaines plus tard la famille Fisher partait pour New-York.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Prelude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prélude à l'apocalypse !
» BOUFFONNERIE AU PALAIS NATIONAL: PREVAL OUVRE LA DANSE COMME PRELUDE AU CARNAVAL
» [Manoir Phantomhive: Chambre de Ciel] Qui aurait pensé que cette affaire ne soit pas terminée ? - Prelude [PV: Sebastian Michaelis & Ciel E. Phantomhive]
» Prelude to war [&Peter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: L'enlevement-
Sauter vers: