Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lorsque l'amour triomphe du mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Lorsque l'amour triomphe du mal    Jeu 2 Mar - 17:20


En entendant la voix, Kevin fit tomber le revolver sur le sol tout en se retournant en simultané avec Angelo et Michael.
-         Angelina ?
-         Mon amour, laisse là s’en aller. Tu n’es pas un meurtrier, Kevin. Elle pourra faire tout ce qu’elle veut ni elle ni personne ne pourra nous séparer. Je t’en prie, mon amour, ne lui fait pas de mal.
Kevin lâcha Chloe qui tomba assise sur le sol tandis qu’il s’élança en direction d’Angelina qui courut vers lui. Le jeune couple se retrouva dans les bras l’un de l’autre et échangèrent un baiser.
-         Mon amour, que fais-tu ici ? Ne devrais-tu pas être à l’hôpital à te reposer ?
-         Je ne pouvais pas me reposer en sachant ce que tu allais faire. Kevin, mon amour, tu n’es pas un meurtrier et je refuse de te voir en devenir un à cause de moi. Alors j’ai réussi à faucher compagnie à Colleen en l’envoyant me chercher des cookies du Neon Ecarlate et j’ai quitté l’hôpital.
Kevin la serra dans ses bras et l’embrassa.
-         Tu me le paieras, Kevin, ce n’est pas encore terminé : tu vas payer le prix fort d’avoir tenté de me tuer.
-         Fais ça, Chloe, et je te colle un procès pour usurpation d’identité, faux et usage de faux et complicité de tentative d’assassinat.
-         Il te faut des preuves mais tu n’en as aucune. Tu ne pourras pas te servir de la vidéo car elle est a été obtenu illégalement.
-         Tu vas m’apprendre mon métier à présent, Chloe ?
Angelina était toujours dans les bras de Kevin lorsque la police arriva sur les lieux accompagnés d’Heather Stevens et de journalistes suivi de Lauren Femnore.
-         Chers téléspectateurs, je me trouve actuellement sur le toit de l’immeuble où le milliardaire Devon Hamilton a trouvé la mort le soir de Noel dans des circonstances qui reste à établir. Son assassin présumé se trouve actuellement sur ce toit en compagnie de son époux Kevin Fisher : la victime présumée de la victime et de Chloe Mitchell la filleule de la regrettée Katherine Chancellor. Selon nos informations, Chloe aurait été enlevé par Kevin Fisher…
-         Fermez là ou je vous fais un procès ! Qui vous a donné l’autorisation de filmer ?
-         C’est moi qui fait appel aux service de la television.
 
 
***
 
 
Au Neon Ecarlate Daisy et Cassie poursuivaient leur conversation jusqu’à qu’elles virent les images de ce qui était en train de se passer sur le toit à la télévision.
-         Oh mon Dieu ! Kevin…
-         Il a perdu la tête…
-         Je dois y aller !
-         Je t’accompagne !
-         OK ! J’appellerai Daniel en chemin pour lui demander de garder Lucy.
-         Les filles je vous suis avec ma voiture. Angelina m’avait demandé de lui acheter un cookie du Neon Ecarlate. Apparemment c’était un piège pour échapper à mon contrôle. Elle disait être la seule à pouvoir raisonner Kevin.
Daisy et Cassie prirent la même voiture et au moment où Daisy s’apprêtait à téléphoner à Daniel celui-ci la devança.  
Le téléphone branché sur le kit main libre Daisy accepta la communication.
-         Tu es au courant de ce qui se passe avec Kevin ?
-         Oui. Nous sommes en route pour y aller.
-         Cassie et moi.
-         Je vois.
-         Tu vois quoi ? Daniel, j’allais t’appeler pour te demander de garder Lucy ce soir.
-         J’ai demandé à Molly de s’occuper d’elle.
-         A Molly ? Tu veux dire… notre fille est chez Angelina et Kevin ?
-         Daniel, que t’arrive t’il en ce moment ? Deidre et Gowan lui en veulent à cause de toi et tu ne trouves rien de mieux à faire que de la laisser avec eux ?
 
 
 
***
 
 
Comme Daisy s’y attendait Lucy n’était pas la bienvenue chez les Fisher et ses cousins le lui firent savoir.
-         Pourquoi es-tu chez nous ? Pourquoi ton père a-t-il crié après notre mama ? 
-         Deidre et moi on ne veut pas de toi chez nous.
-         Même Eleonore ne veut pas de toi.
-         Je suis votre cousine !
-         Plus maintenant. Ton père a été très méchant avec mama et à cause de lui elle est à l’hôpital et notre petit frère risque de mourir.
-         Je n’y suis pour rien moi. J’aime bien Tante Angelina : elle est gentille pas comme vous.
-         C’est pas nous les méchants c’est ton père ! Notre mama n’a jamais fait de mal à personne : c’est papa qui la dit.
-         Mais moi non plus je ne suis pas méchante et avant vous m’aimiez bien seulement je suis partie avec mes parents et vous m’avez oublié. Même à Noel vous ne m’avez pas téléphoné comme vous l’aviez promis. Cela ne me plait pas d’être ici avec vous j’aurais préféré être chez moi à Savannah mais papa et maman sont venus ici pour vous voir et finalement on est resté. Votre mama est à l’hôpital mais moi mon père se fiche de mon bonheur sinon il se serait marié avec Cassie depuis longtemps. Alors vous n’êtes pas les seuls à être malheureux.
-         Si grand père était là il te ficherait dehors.
-         Papa aussi te ficherait dehors.
-         Non c’est faux. Votre papa est le frère de maman et le meilleur ami de mon père et Oncle Angelo est gentil : il m’aime bien.
-         Ton père et le nôtre ne sont plus amis : il n’est plus notre Oncle Daniel et toi tu n’es plus notre cousine : c’est fini !
La petite Lucy se mit à pleurer et sortit en courant de la maison. Ni Gowan ni Deidre n’avaient réellement conscience du mal qu’ils venaient de faire à leur cousine.
 
 
***
 
Sur le toit la situation n’avait guère évolué. Angelina était blottit contre Kevin la main sur son ventre.
Lauren se précipita vers Chloe.
-         Lorsque je ne t’ai pas vu remonter dans notre chambre j’ai compris qu’il se passait quelque chose. Il ne t’a pas fait trop de mal j’espère ?
-         Excepté le fait qu’il est tenté de m’assassiner en braquant une arme sur moi tu veux dire ?
Heather jaugea Angelina.
-         Lorsque juge Wilson apprendra que la prisonnière s’est échappée de sa chambre d’hôpital il regrettera d’avoir annulé le garde devant sa porte.
-         Ça suffit, Heather, ma cliente n’est pas un assassin et vous le savez aussi bien que moi : c’était de la légitime défense !
-         Je regrette, Michael mais cela n’en était pas une. Votre cliente à volontairement assassiné son amant pour en hériter.
-         C’est faux, je n’ai jamais voulu de son argent !
-         Calme-toi, mon amour, ce n’est pas bon pour toi de t’énerver comme tu le fais. Je suis désolé, ma chérie, tu devrais être en train de te reposer au lieu d’être sur ce toit.
-         Rien n’est de ta faute, chéri : c’est toi la victime. Devon a tenté de t’assassiner.
-         Agent, veuillez conduire cette femme derrière les barreaux je vous prie.
-         Non !
-         Heather, si vous faite ça je vous jure, je vous intenterai un procès pour procédure abusive envers une femme enceinte. Toute votre procédure consiste en un point : la vidéo montrant Devon en compagnie d’une femme se faisant passer pour Angelina mais ce n’est pas elle. Cette femme vous l’avez devant vous : Chloe Mitchell ! J’en ai les preuves.
-         Les preuves ? Comment les avez-vous obtenues je vous prie ?
-         J’ai mes sources.
-         Vos sources ? Puis-je savoir lesquelles ? Pourquoi n’ai-je pas été informé plus tôt ?
-         Je viens moi même d’en prendre connaissance.
-         Qui est votre informateur ?
-         Je viens de le dire : c’est confidentiel !
Dans les bras de Kevin, Angelina faiblissait. Kevin s’en rendit compte.
-         Ça va mon amour ?
-         Angelina !
Angelina venait de perdre connaissance dans les bras de Kevin.
-         Chérie ! Une ambulance ! Vite !
Michael qui tournait le dos à Kevin et Angelina se retourna.
-         Mon Dieu, Angelina !
Colleen, Cassie et Daisy arrivèrent et virent leur amie s’évanouir au moment où Daniel arrivait.
-         Je viens de le faire, dit Colleen.
-         Kevin, tiens, attrape, dit Michael en lui lançant une paire de clefs, descend là chez moi : elle y sera plus à son aise que sur ce toit.
-         Je vous l’interdis ! Cette femme est en état d’arrestation. Garde, ne la laissez aller nulle part.
-         Heather arrête : Angelina est victime d’une injustice.
Les ambulanciers arrivèrent après quelques minutes qui parurent une éternité à Kevin. Entre temps Angelina était revenue à elle.
-         C’était de la légitime défense. Devon voulait tuer Kevin.
-         Et Kevin voulait me tuer et ça ce n’était pas de la légitime défense. Si tant est qu’elle le fut pour ce pauvre Devon.
Les ambulanciers s’apprêtaient à transporter Angelina mais Heather tenta de s’y opposer.
-         Je suis le procureur Heather Stevens. Cette femme est en état d’arrestation et joue simplement la comédie pour tenter d’échapper à la justice. Je vous interdis de la faire sortir hors de ce toit.
-         Madame, je suis ambulancier depuis une vingtaine d’année et j’en ai vu de toutes les couleurs croyez-moi. Je sais reconnaitre lorsqu’une personne joue la comédie et lorsque c’est sérieux. Dans le cas de cette dame c’est même plus que sérieux. Elle doit être conduite à l’hôpital dans les plus brefs délais. Alors, s’il vous plait laissez nous passer.  J’ignore de quoi vous l’accusez et cela ne me regarde pas. En revanche ce qui me regarde c’est de la conduire là où on saura lui prodiguer les soins dont elle a besoin. Je ne vous dis pas comment faire votre travail, ne me dites pas comment faire le mien. Écartez-vous de mon chemin !
Les ambulanciers conduisirent Angelina jusqu’au Memorial Hospital. Kevin partit avec elle.
-         Heather, tu ne vas pas laisser Kevin s’en tirer à si bon compte ? Je te rappelle qu’il a voulu tuer Chloe.
-         Dis-moi, Lauren, dans quelle mesure es-tu impliquée dans toute cette mascarade qui a conduit à la mort d’un homme ?
-         Je veux que l’on arrête Kevin. Heather, il a tenté de m’assassiner ! Il m’a enlevé, conduite sur ce toit et braqué un revolver sur ma tête. Il m’a obligé à appeler Lauren et lui annoncer notre rupture.
-         N’est-ce pas ce que ton petit copain Devon et toi lui avait obligé à faire à sa femme le jour de Noel ?
-         Devon n’est pas mon petit copain, Christine.
-         Ah non alors comment explique-tu cette vidéo ? Je l’ai faite analyser par des experts indépendants et il apparait très clairement que ce n’est pas Angelina mais toi dans le lit avec Devon.
-         Nous n’avons pas couché ensemble. Juste fait semblant. Je suis amoureuse de Lauren et lui l’était d’Angelina. Nous voulions tous deux la même chose : séparer Kevin et Angelina. Il est venu nous voir un jour à New York et nous a exposé son plan. Il me suffisait de me faire passer pour Angelina et simuler être Angelina. Le tout pour un montant de 3 millions de $. Il devait nous filmer et mettre le tout sur internet. Il ne m’a pas parlé de son plan d’enlèvement et tentative de meurtre.
-         Vous a-t-il parlé de son intention de faire d’Angelina son légataire universel ?
-         Bien sûr ! Il comptait faire d’Angelina sa femme mais il ne pensait pas mourir si jeune.
-         Heather, je crois que les choses sont claires : toute votre accusation se basait sur cette vidéo or nous venons d’avoir la preuve qu’il ne s’agit en aucun cas d’Angelina.
Heather resta silencieuse.
-         Heather, vous êtes la fille de Paul Williams : c’est un homme juste, il n’aimerait pas voir une innocente derrière les barreaux.
-         J’irai voir le juge Wilson afin d’annuler les poursuites à l’encontre d’Angelina.
-         C’est hors de question ! s’écria Lyly présente sur les lieux. Angelina a tué mon frère ! Elle doit payer. 
-         Lyly, Angelina a tué Devon en état de légitime défense afin de protéger Kevin. L’envoyer en prison ne ramènera pas Devon.
-         Si vous faites ça je ne financerai pas votre campagne et vous pourrez dire adieu à votre réélection.
-         Croyez-le ou non, Tucker, je ne fais pas ce métier pour la gloire où je ne sais quelle autre raison que vous pourriez imaginer. Je le fais par amour pour la justice et où serait la justice si j’envoyer une innocente en prison ?
-         Elle a tué mon fils !
-         En état de légitime défense !
-         C’est votre dernier mot ? Vous ne changerez pas d’avis ?
-         C’est mon dernier mot et ce n’est pas une question d’avis mais de fait. Angelina est innocente.
-         Dans ce cas je financerai la campagne de votre concurrent.
-         C’est votre droit.
-         Sans mon soutien financier vous pourrez dire adieu à votre carrière.
-         Elle aura le soutien financier des Abbott.
-         Et des Newman. Il me suffit d’en parler à mes parents et à Victor qui a une grande confiance en Heather.
 
 
***
 
Au Memorial le médecin réussit à stopper les contractions mais Angelina devait impérativement garder le lit jusqu’à la fin de sa grossesse. À son chevet, Kevin avait sa main dans les siennes.
-         Kevin, le bébé ?
-         Le bébé va bien : cesse de t’inquiéter.
-         Qu’est-ce on va faire, chéri ?
-         Ce que l’on a toujours fait, mon amour : nous battre ensemble envers et contre tous.
-         Que deviendront nos enfants si nous allons en prison ?
-         Aucun de nous n’ira et certainement pas toi. Tu n’as rien fait de mal : c’était de la légitime défense. Toute l’accusation tenait sur cette vidéo or nous avons la preuve que c’était Chloe et non toi. Aujourd’hui tout le monde sait ce que j’ai toujours su : tu es non seulement incapable de commettre un meurtre de sang-froid mais de plus tu ne m’as jamais été infidèle.
-         Et je ne le serai jamais. Je t’aime, Kevin.
-         Je t’aime moi aussi, Angelina.
Kevin se pencha vers elle et s’embrassèrent.
-         J’ai peur, Kevin. J’ai peur de ce qui risque d’arriver si Heather décide de te poursuivre pour tentative de meurtre.
-         Elle n’en fera rien, dit Angelo qui venait d’arriver.
-         Papa, mais qu’est ce tu fais ici, où sont les enfants ?
-         Les enfants sont en sécurité avec Molly. Ne commence pas à t’inquiéter. Kevin, mon garçon, je crois t’avoir déjà à quel point je suis heureux de t’avoir pour gendre mais je ne l’ai jamais été plus qu’aujourd’hui. Ce que tu as fait pour ma princesse montre à quel point tu peux l’aimer.
-         Angelina mérite tout ça et plus encore.
-         Mais qu’arrivera-t-il si jamais Heather retrouve le revolver ?
-         Cela n’arrivera pas. Intitule de t’inquiéter. A l’heure qui il est ce revolver est dans une recyclerie.
-         Angelo, qu’est ce cette histoire ?
-         Par chance j’ai ramassé le pistolet avant qu’Heather ou l’un de ses hommes ne s’en rendent compte. J’ai appelé Marco afin de le faire disparaitre à tout jamais. A l’heure qui est ce revolver n’est plus qu’un simple morceau de plastique qui sera transformé en je ne sais quoi.
Angelo posa ses mains sur les épaules de son gendre.
-         Kevin, plus rien désormais ne relie ce revolver à toi. Il s’est évaporé dans la nature. Tu vas pouvoir vivre tranquille avec ma Princesse et vos enfants.
Kevin sourit.
-         Merci, Angelo.
-         Je vous dois une fière chandelle, Angelo. Vous venez de m’éviter de plaider la folie passagère pour mon frère.
-         Michael ? Qu’est ce tu fais ici ?
-         Je suis venu prendre des nouvelles d’Angelina et vous annoncer à tous les deux une excellente nouvelle. Heather laisse tomber les poursuites contre Angelina. Toutes les charges retenues contre elle ont été annulées.
-         Michael, c’est vrai ?
-         Oui, Angelina, c’est vrai. En ce moment Christine est au tribunal avec Heather et le juge afin de classer l’affaire. Quant à Chloe elle est passée aux aveux mais prétend n’avoir pas été au courant de la tentative de meurtre. Je ne voudrais pas jouer les oiseaux de mauvais augure après cette bonne nouvelle mais il sera difficile, presque impossible de prouver le contraire.
-         Ce ne sera pas nécessaire, Michael. Le plus important est que ni Kevin ni moi n’irons en prison. Nous allons rentrer chez nous auprès de nos enfants et oublier Chloe une bonne fois pour toute.
-         Kevin, tu es d’accord ?
-         Ma femme a tout dit.
 
 
***
 
Après le départ de Michael et Angelo, le jeune couple resta seul dans la chambre d’hôpital d’Angelina. Kevin, assis sur le tabouret à côté du lit d’Angelina tenait sa main dans les siennes qu’il porta à ses lèvres pour les embrasser.
-         Où en sont les plans de notre future maison à Los Gatos et ton projet de start up ?
-         Ils sont en en arrêt. Du moins les plans de la maison.
-         Pourquoi ? Chéri, est-ce à cause des frais de l’hôpital ? Notre assurance ne les prend pas en charge ?
-         Non. Non : ne t’inquiète pas notre assurance a pris en charge toute ton hospitalisation nous n’avons rien à payer.
-         Alors pourquoi ?
-         Angelina, chérie, soit franche : veut tu vraiment déménager à Los Gatos ?
-         Kevin. Mon amour. Je veux te voir heureux et épanoui. Je veux te voir faire quelque chose qui te passionne vraiment. Tu disais vouloir transmettre à nos enfants quelque chose dont ils pourraient être fiers longtemps après ta mort mais ça ils n’ont en pas besoin car ils peuvent être fier de leur père quoiqu’il fasse car c’est l’homme le plus merveilleux au monde mais, mon amour, pour une fois pense à toi à tes rêves et si pour les réaliser nous devrons déménager à Los Gatos alors nous le ferons.   
Kevin se pencha sur elle et l’embrassa.
-         Je t’aime.
-         Moi aussi, je t’aime.
Le médecin entra dans la chambre avec le sourire.
-         Comment vous sentez vous ?
-         Je vais bien mais je me sentirai mieux aussitôt je pourrai sortir d’ici et rentrer chez moi.
-         Dans ce cas j’ai de bonnes nouvelles pour vous. Juste avant votre sortie imprévue j’avais prévu de vous laisser sortir d’ici sous certaines conditions mais au moment où je venais vous l’annoncer, vous n’étiez plus là et vous êtes revenue en urgence.
-         Je suis désolée. Je devais parler à mon mari. C’était une question de vie ou de mort.
-         Je comprends mais vous devez penser aussi à vous et à votre bébé.
-         C’est que je me tue à lui répéter, dit Kevin en souriant.
-         Vous disiez avoir de bonnes nouvelles ?
-         En effet. Comme je vous l’ai dit j’avais l’intention de vous laisser sortir aujourd’hui et malgré votre retour impromptu si vous me promettez de ne pas faire trop d’effort, y compris de gros travaux ménager, vous pourrez rentrer chez vous.
Les yeux d’Angelina brillèrent de joie.
-         Docteur, c’est vrai ?
-         Uniquement si vous suivez mes instructions.
-         Je les suivrai à la lettre !
-         Ne vous inquiétez pas, Dr, j’y veillerai personnellement.
-         Très bien je vais donc signer votre autorisation de sortie et à l’avenir évitez toute situation de stress.
-         Vous n’avez pas à vous inquiéter : désormais je n’ai plus aucune raison de stresser.
-         Dans ce cas, je reviens dans quelques minutes avec les papiers autorisant votre sortie.
Le médecin sorti, Angelina se jeta dans les bras de Kevin en l’embrassant langoureusement.
-         Tu as entendu, mon amour, je sors aujourd’hui ! Je vais rentrer chez nous, revoir nos enfants, Kevinella, Pheasant… retrouver notre chambre m’endormir et me réveiller chaque jour dans tes bras.
Kevin sourit et l’embrassa.
-         J’ai entendu, mon amour mais tu as entendu ce que le médecin a dit : il va néanmoins falloir te reposer.
-         Auprès de toi et des enfants, chez nous : c’est le meilleur des repos.
Kevin sourit et l’embrassa lorsque le médecin entra tout sourire les papiers de sortie signés.
 
***
Michael frappa à la porte de la chambre d’hôtel de Christine. Celle-ci vint lui ouvrir le sourire aux lèvres.
Sans dire un mot, Michael la prit dans ses bras et la porta sur le lit où il la déshabilla avant de se déshabiller à ton tour et lui fit l’amour.
 
 
***
 
 
Kevin gara la voiture dans l’allée, coupa le contact, sorti de la voiture puis fit le tour pour aller ouvrir la portière côté passager et tendit sa main à sa femme pour l’aider à descendre de voiture. Angelina regarda la façade de leur maison et se tourna vers Kevin.
-         La maison. Mon amour, nous sommes à la maison.
Kevin sourit.
-         Les enfants vont être fou de joie de te revoir.
-         Si tu savais comme ils m’ont manqué.
-         Toi aussi tu leur as manqué. Rentrons, je ne voudrais pas que tu attrapes froid.
La baby sitter fut la première à les voir.
-         Md Fisher, quelle joie de vous revoir.
-         Merci, Molly.
-         Je montais donner ce biberon à Eleonore.
-         Laissez-le-moi, je m’en occupe.
-         Merci, Molly, vous pouvez rentrer chez vous. Tenez, dit Kevin en tendant un billet de cinquante dollars.
La nourrice remercia Kevin et Angelina avant de prendre congé. Angelina monta dans la chambre des enfants. Elle les interpella. Gowan et Deidre se retournèrent simultanément en direction de la voix.
-         Mama !
-         Mama, tu es revenue s’écria Gowan.
Les deux enfants s’élancèrent dans les bras de leur mère tandis que Kevinella faisait des joie en jappant joyeusement et Pheasant vint faire le gros dos contre les genoux d’Angelina.
Angelina s’efforçait tant bien que mal de s’occuper à la fois de ses enfants et de ses animaux sous le regard attendri de Kevin qui était monté chercher Eleonore avant de la remettre dans les bras de sa mère.
-         Tu n’es plus malade, tu vas rester à la maison maintenant ? dit Gowan.
-         S’il te plait, mama, dit oui. Dis que tu vas rester à la maison avec Eleonore et nous.
-         Bien sûr, bien sûr, mes chéris. Je ne repartirai à l’hôpital que pour mettre au monde votre petit frère.
-         Youpi, mama est revenue !
-         On va faire la fête ! s’exclama Deidre.
Kevin sourit en voyant la joie de ses enfants. Il attira Angelina contre lui et lui donna un baiser sur son temple.
 
 
***
 
 
Au Neon Ecarlate Daisy était assise mangeant un cookie lorsque Daniel la rejoignit.
-         Je peux m’assoir ?
Elle soupira.
-         Nous sommes dans un pays libre.
Daniel rit et s’assit en face d’elle.
-         Je suis content que tout se termine bien pour Angelina.
-         Vraiment ?
-         Daisy, crois-le ou non j’aime beaucoup Angelina. C’est la femme de mon meilleur ami et je suis le parrain d’Eleonore.
-         Ravie que tu t’en souviennes, mais ce n’est pas à moi qui faut le dire mais à Kevin. Comme tu la si justement souligné Kevin est ton meilleur ami et il aurait pu mourir le soir du réveillon de Noel si sa femme n’était pas intervenue.
-         Je sais. Je suis sincèrement désolé de m’être laissé influencé par Lyly mais tu comprends il y’avait cette vidéo et nous avons tous pensé que c’était Angelina.
-         Pas tous, non. Moi je n’y ai jamais cru. Angelina est incapable de tromper Kevin. Elle l’aime !
-         Cassie ?
-         Je vais vous laisser discuter entre vous.
-         Dis à Lucy que je l’embrasse et je la verrai demain.
Après le départ Daisy, Daniel se retrouva face à Cassie : embarrassé. Ce fut elle qui brisa la glace en premier.
-         J’ai parlé à Daisy ce matin et elle m’a tout expliqué. Selon elle, il ne se passerait rien entre vous si ce n’est Lucy ?
-         Entre Daisy et moi ? Bien sûr qu’il ne se passe rien et ne se passera jamais rien. Daisy n’était pas la même femme à l’époque où nous avons conçu Lucy. Elle m’avait drogué pour coucher avec moi. Elle a changé depuis et est devenue une super maman pour notre fille mais Lucy est le seul lien qui nous unit. Je ne suis pas amoureux d’elle et elle n’est pas non plus amoureuse de moi. À Savannah elle a rencontré un homme dont elle est tombée folle amoureuse et lui d’elle. Elle s’est livrée totalement à lui et il l’accepte. C’est un avocat. Si cela va jusqu’au bout entre eux il sera un très bon beau-père pour Lucy : elle l’adore et c’est réciproque.
-         C’est en effet ce qu’elle m’a dit mais qu’en est-il de Lyly ?
-         Lyly ?
-         Lorsque nous étions au lycée vous sortiez ensemble juste avant mon accident. Vous vous êtes même mariés.
-         Notre mariage n’a pas marché comme tu as pu t’en rendre compte. Aujourd’hui elle est mariée à Cane et ont deux enfants ensemble.
-         Ne me dit pas ce que je sais déjà, dis-moi plutôt ce que j’ignore.
-         De quoi parles tu, Cassie ?
-         Lyly n’a pas mis trop de temps à te convaincre de la culpabilité d’Angelina. Cela veut bien dire que tu éprouves encore des sentiments pour elle.
-         Que vas-tu imaginer ? Cassie, Lyly et moi sommes bons amis et rien d’autre. Je ne suis plus amoureux d’elle et n’est plus amoureuse de moi.
-         Tout comme tu n’es plus amoureux de moi.
-         Non, tu n’as pas le droit de dire ça. C’est toi qui a voulu rompre pas moi.
Cassie baissa les yeux. Daniel prit sa main dans la sienne. Elle tressaillit à son contact.
-         Cassie, que se passe-t-il ? Je sens bien que tu ne me dis pas tout : que se passe-t-il ? Je n’ai jamais vraiment compris les raisons qui t’ont poussé à rompre. Étais ce à cause de la distance ? Tu ne voulais pas vivre à Savannah ? Tu voulais rester au siège social ?
-         Non. Non. Cela n’a rien à voir avec le travail. Savannah était une opportunité pour monter dans la hiérarchie de Newman Entreprise.
-         Alors pourquoi ? Pourquoi, Cassie ? Est-ce à cause de Lucy ? C’était trop complique pour toi de vivre avec un homme qui a déjà un enfant ?
-         Non ! Non ! J’adore Lucy tu le sais ! Seulement…
-         Seulement quoi ? Qu’allais tu dire, Cassie ?
-         Je ne suis pas sa mère. Cassie ne sera jamais à moi et…
-         Et ?
-         Je n’aurai jamais d’enfant à moi.
-         Qu’est ce tu racontes ? Bien sûr que si nous en aurons. Enfin si tu t’acceptais de devenir ma femme, dit-il en se rattrapant.
Les larmes coulèrent sur le visage de Cassie.
-         Daniel, rien ne ferait plus plaisir que de devenir ta femme mais je ne peux pas.
-         Tu ne peux pas ou tu ne veux pas ? Cassie, je t’aime et je veux passer ma vie avec toi.
-         Je t’aime, moi aussi mais je ne peux pas devenir ta femme.
-         Pourquoi ? Cassie, explique-moi car là je suis perdu. Est-ce parce que ma mère est mariée à Jack Abbott et ont un enfant ensemble ? Si c’est le cas je te jure que cela ne t’interférera jamais dans notre couple. Les Newman et les Abbott sont en compétition bien avant notre naissance et cela perdurera bien longtemps après nous et de tout manière je ne suis pas dans le monde des affaires. Si un jour Summer veut travailler pour Jabot et Newman est en compétition avec je ne m’en mêlerai jamais et si un jour lorsqu’il sera grand notre enfant voudra travailler pour Newman Cosmetic je n’y verrai pas d’objection.
Les larmes de Cassie redoublèrent d’intensité.
-         Mais tu ne comprends pas ! Tu n’as rien entendu à ce que je viens de te dire : je n’aurai jamais d’enfant ! Daniel, je suis stérile ! Stérile.
-         Stérile ?
-         Je ne pourrai jamais de te donner d’enfant, Daniel.
-         Tu en es bien sûr ?
-         Sure et certaine. J’ai fait tous les examens. Victor a fait venir les plus grands spécialistes mais il n’y a absolument rien à faire. Je suis sèche. Sèche. Je ne pourrai jamais avoir d’enfant.  
-         Épouse-moi !
-         Quoi ? dit-elle entre deux sanglots.
Daniel se leva et mit un genou à terre.
-         Cassie Newman, veut tu m’épouser ?
-         Tu n’as donc pas entendu ou compris ce que je viens de te dire.
-         Tu es stérile, tu ne pourras pas avoir d’enfant. J’ai entendu et alors ? Cassie, je t’aime et je veux passer ma vie avec toi. La question est : est-ce tu toi tu m’aimes et veut tu oui ou non passer ta vie avec moi ?
Cassie sourit.
-         Oui ! Oui. Un grand oui ! Daniel, je t’aime et j’accepte de devenir ta femme.
Daniel se releva et l’embrassa.
-         Enfin ! Je commençais à avoir mal au genou, dit-il en plaisantant sous les applaudissements de la foule.
-         Toutes mes félicitations. Je n’ai pas de champagne mais voici mon meilleur milkshake pour fêter les fiançailles de ma nièce. 
-         Merci, Dylan, dit Cassie en lui donnant un baiser sur la joue.
-         Rends la heureuse, Daniel, sinon tu auras affaire à moi en plus de son père.
Daniel rit.
-         Je vous le promets. Qui aimerais tu prevenir en premier ? Tes parents ?
Cassie secoua la tête.
-         J’aimerais en parler tout d’abord à Lucy.
-         Elle est chez Kevin. Allons-y !
***
 
Chez Kevin et Angelina, Kevin était assis sur le sofa du salon lorsque Angelina vint le rejoindre.
-         Les enfants dorment ?
-         Oui. Ils sont tombés comme des masses. Je n’avais pas fini de chanter qu’ils dormaient déjà. Tout comme Kevinella et Pheasant.
-         Je t’ai entendu chanter. Ta voix est absolument sublime.
-         Merci, mon amour, mais je crains que tu ne sois pas particulièrement objectif.
-         Détrompe-toi je le suis totalement. Je suis ton premier fan. Ton plus grand fan. Ne l’oublie pas, dit-il en lui donnant un baiser sur ses lèvres.
-         Aucun risque, dit-elle en répondant à son baiser.
Kevin la regarda langoureusement.
-         Tu m’as manqué. Cette maison n’était plus là même sans toi. Parfois je me réveillais la nuit dans notre lit en pensant que tu étais là à mes côtés mais il était vide. Tellement vide !
-         Toi aussi tu m’as manqué, Kevin. Kevin, mon amour, j’ai eu peur : tellement peur de perdre notre enfant et ensuite de te perdre si tu avais tué Chloe…
-         Je t’aime, Angelina. Je t’aime plus que les mots peuvent le dire et nos enfants sont là pour en témoigner mais je n’ai pas su te protéger. Lorsque j’étais sur ce toit quand Devon voulait m’assassiner la seule chose qui me faisait peur au-delà du fait mourir c’était de ne plus te voir, ne plus voir nos enfants.
-         Je sais. Mais c’est fini maintenant. Devon est mort et Chloe n’osera plus s’en prendre à nous. Elle sait maintenant que tu m’aimes et nous deux c’est pour la vie.
-         Pour la vie oui et même au-delà. Chérie, sais-tu ce que j’ai dit à Chloe lorsqu’elle tentait une fois de plus de me charmer en me demandant de te quitter ? Je lui ai dit que cette alliance ne me quittera jamais car elle restera à mon doigt jusqu’à mon dernier souffle et je voulais être enterré avec car elle est le symbole de mon amour pour toi. Pour toi, mon amour, et pour personne d’autre. Surtout n’en doute jamais.
Angelina sourit et prit la main de Kevin dans la sienne.
-         Jamais ! Jamais je ne douterai de ton amour pour moi et pour nos enfants.
Kevin la regarda langoureusement et commença à l’embrasser de plus en plus passionnément. Angelina répondant à ses baisers.
-         Si tu savais comme je t’aime, dit Kevin.
-         Moi aussi, je t’aime, dit-elle entre deux baisers.
Poussé par la passion, soudain Kevin se ressaisit.
-         Chérie, es-tu sure de pouvoir ?
-         Le médecin m’a ordonné d’éviter tout stress mais depuis quand faire l’amour avec son mari provoquerait il du stress ?
Ils rirent.
-         Viens, dit-il en lui prenant la main.
Ils étaient au milieu de l’escalier lorsque on sonna à la porte.
-         On n’est pas là, dit Kevin tout en embrassant amoureusement la bouche d’Angelina.
Angelina rit.
-         Soit pas idiot, notre voiture est dans l’allée. C’est peut-être papa.
-         C’est partie remise, dit-il en l’embrassant.
-         J’y compte bien, répondit-elle en l’embrassant en retour.
Kevin descendit les quelques marches et alla ouvrir. Il se trouva face à Daniel et Cassie.
-         Kevin ? Mais qu’est ce tu fais ici ? s’écria Daniel.
-         J’habite ici je te signale.
-         Je sais oui mais je te croyais à l’hôpital auprès d’Angelina.
-         Chéri, qui est ce ?
-         Angelina, tu es rentrée ! s’écria Cassie folle de joie pour son amie.
Angelina sourit.
-         Oui, je suis enfin rentrée chez moi et les charges retenues contre moi ont toute étaient abandonnées. Je suis définitivement libre !
-         C’est génial. Je suis contente pour toi ! Pour vous deux.
-         Merci, Cassie. Mais entre, ne reste pas dehors !
-         Et moi ? Puis je entrer ? Suis encore le bienvenu dans cette maison ?
Angelina regarda Kevin puis derechef Daniel.
-         Entre ! dit-elle en soupirant.
-         Merci. Angelina, je suis désolé de ce qui s’est passé. Sache que je n’ai jamais cru que tu pourrais quelqu’un de sang-froid.
-         Vraiment ? dit Kevin septique. Ce n’est pourtant pas l’impression que tu as laissée. Tu as clairement accusé ma femme de meurtre ! À cause de toi et de tes ex, elle s’est retrouvée à l’hôpital sur le point de perdre notre enfant.
-         Je sais et j’en suis désolé. Je n’ai aucune excuse à mon comportement. Il est inqualifiable.
-         Je ne te le fais pas dire ! Tu as de la chance que je ne t’ai pas foutu mon point à la figure car c’est exactement ce que tu aurais mérité. Sache-le, je ne me permettrai ni à toi ni à personne d’autre de traiter ma femme comme tu l’a fait. Je l’aime et je la protègerai. Tu as raison, je l’aurais mérité. Si c’est encore possible j’aimerais retrouver notre veille amitié. Kevin, tu es mon meilleur ami. J’aimerais tellement que tout redevienne comme avant.
-         Je ne sais pas si c’est possible, Daniel. Tu as tout de même accusé Angelina de meurtre alors qu’elle n’a rien fait d’autre que protéger notre famille. Devon voulait me tuer et sans ma femme je ne saurais plus là aujourd’hui.
-         Je sais. Daisy me la suffisamment répéter. Je regrette. Je ne sais quoi dire de plus. J’aimerais tellement repartir sur des meilleures bases en particulier maintenant que je vais épouser cette merveilleuse jeune femme, dit-il en attrapant Cassie par la taille.
-         Daniel, tu peux répéter ce que tu viens de dire, dit Angelina qui n’en croyait pas ses oreilles. Vous êtes fiancés ? Cassie ?
Cassie rit.
-         Daniel et moi avons parlé à cœur ouvert et j’ai suivi ton conseil en lui avouant tout au sujet de ma stérilité et il m’a néanmoins demandé en mariage.
-         Cassie, je suis si heureuse pour toi !
Angelina serra son amie dans ses bras. Daniel rit.
-         Suis-je bête j’aurais dû me douter qu’elle s’était confiée à sa meilleure amie.
-         Oui j’étais au courant depuis le début mais je n’avais pas le droit de t’en parler, c’était à Cassie de le faire. Je suis contente qu’elle l’ait fait.
-         Moi aussi. Angelina, je l’ai dit à Kevin et je te le dis à toi aussi : je suis sincèrement désolé de la façon dont je t’ai traité. S’il t’était arrivé quelque chose à toi ou au bébé je ne me serais jamais pardonné.
-         N’en parlant plus. Tu es le meilleur ami de mon mari, le père de ma nièce et tu vas épouser une de mes meilleures amies et c’est la seule chose qui compte désormais.
-         Le meilleur ami de ton mari, c’est pas dit. Kevin ! Angelina a accepté mes excuses ne pourrais-tu pas en faire autant ? Je vais me marier et j’ai besoin de mon meilleur ami à mes côtés.
-         Chéri ?
-         Kevin, je ne sais quoi dire de plus. J’étais mal dans ma peau à ce moment-là : Cassie et moi avions rompu et lorsque je l’ai revu chez toi à la fête de Noel je ne savais plus trop où j’en étais. Je sortais avec une autre fille à Savannah mais ce n’était pas sérieux. Ce n’était pas Cassie. Elle est pour moi ce qu’Angelina est pour toi.
-         Ne compare pas notre histoire à la tienne car elle est unique.
-         OK : je retire ce que j’ai dit. Alors ami ? dit-il en tendant sa main à Kevin.
Kevin sourit en lui serrant la main et donna une accolade à son meilleur ami sous le regard attendrit d’Angelina et Cassie.
-         Angelina, j’ai un service à te demander. Accepterais d’être ma demoiselle d’honneur ?
-         Je craignais que tu ne le demande à quelqu’un d’autre, dit-elle en riant. J’accepte avec plaisir.
-         Je n’ai pas de champagne au réfrigérateur mais si vous vous contentez d’une bière…
Daniel rit.
-         Une bière se sera parfait.
Kevin sortit les bières et les tendit à chacun des convives.
-         Tiens, chérie, une bière sans alcool pour la future maman. En ma qualité de témoin du marié, c’est à moi que revient la lourde responsabilité de porter un toast en premier non ?
-         Oui, mais attends ! Angelina, j’ai moi aussi un service à te demander. Accepterais tu de chanter à notre mariage ?
-         J’en serais honorée, dit-elle en souriant.
Kevin sourit et porta un toast.
-         À Daniel et Cassie : nos amis. Puissiez-vous être au moins à moitié aussi heureux que nous le sommes.
Les canettes trinquèrent. Les quatre amis passèrent une bonne partie de la soirée ensemble jusqu’au moment où Daniel et Cassie s’apprêtaient à partir.
-         Cela ne vous ennuie pas si Lucy continue de passer la nuit chez vous ? Je suppose qu’elle doit dormir depuis longtemps. Je ne voudrais pas la réveiller.
-         Lucy ? Mais elle n’est pas là !
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Lorsque l'amour triomphe du mal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'amour triomphe toujours [Terminé][Hot]
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: