Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Foi en l'Amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: La Foi en l'Amour    Jeu 26 Jan - 22:57


-         Quoi ?
-         Devon a fait de moi son légataire universel.
-         Son légataire universel ? cela signifie…
-         Cela signifie que je suis l’héritière de sa fortune.
-         Attends, chérie, ce n’est pas tout il y’a quelque chose d’autre à l’intérieur de l’enveloppe.
-         C’est pour toi, dit-elle en lui tendant le paquet.
-         Un DVD ? Que peut-il bien contenir ?
-         Il n’y a qu’un seul moyen de le savoir.
Kevin inséra le DVD dans le lecteur. Dès les premières images Angelina pâlit et s’évanouit.
Kevin se précipita vers elle.
-         Angelina, chérie.
Kevin téléphona aussitôt au 911.
-         Ma femme enceinte de quatre mois vient de s’évanouir. Nous sommes au 102 S Wisconsin St.
-         Kevin.
-         Je suis là, mon amour, dit-il en lui prenant la main en venant s’assoir près d’elle. Ne bouge surtout pas les secours vont arriver.
-         Kevin, la vidéo : ce n’est pas moi, dit-elle d’une voix faible. Je ne t’ai jamais trompé, jamais je ne l’aurais pu et jamais je ne le pourrais. Kevin, mon amour, tu dois me croire.
Angelina commençait à s’affoler et se mit à trembler de tous ses membres.
-         Angelina, mon amour, calme toi.
On sonna à la porte. Kevin se précipita pour ouvrir.
-         Vous avez demandé le 911 ?
-         C’est bien moi, c’est pour ma femme. Entrez !
Pendant qu’une équipe était penchée sur Angelina, un des membres interrogeait Kevin pour avoir plus d’information.
-         Que s’est-il passé ?
-         Nous avons reçu… comment dire ? une nouvelle inattendue ce qui a provoqué une crise d’angoisse.
-         Cela lui arrive souvent ?
-         C’est la première fois.
-         De combien de mois votre femme est-elle enceinte ?
-         4 mois. Depuis Noel elle a été soumise à un stress incessant.
-         Très bien nous allons la conduire à l’hôpital.
-         Je l’accompagne.
-         Kevin !
-         Je suis là, ma chérie, ne t’inquiète pas.
-         Les enfants…
-         Je préviendrai Lindsay.
 
 
 
***
À l’hôpital Angelina allait mieux physiquement mais était toujours autant angoissé à l’idée de perdre l’homme qu’elle aimait plus que tout au monde.
-         Kevin, ce n’était pas moi sur cette vidéo. Cette femme me ressemble mais ce n’est pas moi. Je te le jure.
-         Tu n’as pas besoin de me dire ce que je sais déjà. J’ai confiance en toi. D’outre-tombe Devon cherche une fois de plus à nous séparer mais il n’arrivera pas. Il n’y est pas arrivé de son vivant et n’arrivera pas plus maintenant qu’il est mort. Je t’aime, Angelina.
Il se pencha sur sa femme et l’embrassa.
Le gynécologue revint bientôt avec l’échographe où l’on put voir que tout était normal.
-         Vous voulez connaitre le sexe ?
Angelina et Kevin se regardèrent.
-         Tu veux ? – Tu veux ?
Tous deux éclatèrent de rire. Le médecin sourit et appuya sur un bouton.
-         Toutes mes félicitations, votre petit garçon se porte à merveille.
-         Un garçon ! s’exclama Angelina. Kevin, nous allons avoir un second fils.
-         Oui, ma chérie, nous allons avoir un second garçon.
-         Je reviens dans quelques minutes, je vais signer votre bulletin de sortie mais par contre il va falloir vous reposer et éviter toute sorte de stress.
 
-         Un autre fils, ton instinct de mère ne t’avait pas trompé tu savais depuis le début que nous aurions un second fils.
-         Tu es déçu ? Tu aurais préféré une autre petite fille ?
-         Non. Tout ce que je souhaitais c’est un autre enfant avec toi en bonne santé et je suis le plus heureux des hommes et je t’aime, Angelina Veneziano Fisher, dit-il en l’embrassant.
-         Moi aussi, je t’aime.
 
 
***
 
Kevin regardait la vidéo reçue.
-         Ce n’est pas moi, je te le promets. Je t’aime, Kevin, je ne t’ai jamais trompé et jamais je ne le ferai.
Kevin qui ne l’avait pas entendu arriver se retourna.
-         Chérie, je ne t’avais pas entendu arriver. Ne te méprends pas, tu n’as nul besoin de me promettre que ce n’est pas toi sur cette vidéo car ça je le sais déjà. Je t’aime et j’ai toute confiance en toi. J’essaie seulement de comprendre l’intérêt de Devon de m’avoir envoyé cette vidéo d’outre-tombe.
-         Nous séparer.
-         Oui mais dans quel but ? Il est mort !
-         Je n’y avais pas pensé. Chéri ?
-         Oui ?
-         Au sujet de cet héritage m’en voudrais tu si je ne le gardais pas ? Je sais que tu as dépense beaucoup d’argent avec l’achat de la maison, les travaux et la Startup mais cet argent n’est pas le nôtre et je ne veux rien qui puisse me le rappeler.
Pour toute réponse Kevin lui sourit et l’embrassa.
-         Je vais téléphoner à Michael afin qu’il rédige les documents juridiques dans ce sens.
-         OK. Pendant ce temps-là je vais détruire cette vidéo avant qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains. Le cerveau de Devon Hamilton restera à jamais un mystère mais cette histoire est désormais derrière nous. Devon est mort et nous deux, Md Fisher, allons pouvoir nous concentrer sur notre vie : notre famille.
-         Notre stade de super Bowl ?
-         Nous sommes bien partis pour le construire non, dit-il en souriant.
-         Je ne te dirais pas le contraire, dit-elle en passant ses mains sur son ventre déjà bien rond.
Soudain on sonna de manière intensive à la porte.
-         Qui cela peut-il être ?
-         Reste là, je vais voir !
-         Michael ? Je peux savoir ce qui te prend pour sonner de la sorte ?
-         Kevin, est ce ton ordinateur est allumé ?
-         Mon ordinateur ? Non pourquoi ?
En entendant la conversation, Angelina l’éteignit aussitôt et alors que Kevin s’apprêtait à refermer la porte, Colleen puis Cassie sortirent de leur voiture.
-         Colleen ? Cassie ? Que venez-vous faire ici toutes les deux ?
Elles furent bientôt rejointes par Dylan et Daniel.
En voyant tout ce monde Angelina commença à trembler. Kevin s’apprêtait à la rejoindre mais…
-         Lauren ? Chloe ?
-         Eh bien, Kevin, on dirait que tu ne t’attendais pas à me voir débarquer chez toi ?
-         Que fait tu ici ? Que faites-vous tous ici ?
Angelina le rejoignit.
-         Kevin, Angelina, avez-vous consulté les réseaux sociaux sur internet, demanda Colleen.
Kevin passa son bras atour des épaules d’Angelina.
-         Apparemment pas, dit Lauren sinon tu n’enlacerais pas cette prostituée comme tu es entrain de la faire, Kevin.
-         Qui traite tu de prostituée, Lauren ?
-         Kevin, il y’a une vidéo sur internet qui montre Angelina dans des positions qui disant plutôt libertine.
-         Libertine ? Digne d’une fille qui fait le trottoir oui !
-         Lauren, c’est la deuxième fois que tu insulte ma femme, je te préviens il n’y aura pas de troisième car tu vas foutre le camp de chez moi immédiatement !
-         Avant de renvoyer Lauren, je te suggère de regarder cette vidéo. Là j’avoue que tu m’as bluffé, Angelina, je me suis vraiment fait avoir : tu avais fini par me convaincre que tu aimais sincèrement Kevin mais finalement Gloria avait raison. C’était quoi au juste ton but ? Le séparer de la femme qu’il aimait, qu’il t’épouse pour le poignarder dans le dos avec Devon ? Un homme que tu prétendais mépriser car disais-tu : il avait tenté de te violer !
Kevin commença à comprendre.
-         Je n’ai pas menti, Michael, Devon a bien essayé de me violer !
-         Alors explique nous pourquoi tu as couché avec lui ? C’est de partout sur internet, tiens regarde !
Michael lui montra la vidéo : celle-là même qu’ils avaient reçu quelques jours avant. Angelina manqua de s’évanouir.
-         Chérie, est ce ça va ?
Elle acquiesça d’un hochement de tête.
-         Alors là, ma chère Angelina, je dois te tirer mon chapeau. Moi qui te prenait pour une abrutie, je dois avouer que tu m’as dépassé dans la malice. Tu nous fais croire à tous que tu es follement amoureuse de Kevin mais en réalité tu n’as fait que voler ce qui m’appartenait pour mieux le tromper ensuite avec le millionnaire Devon que tu as tué pour avoir son argent !
-         C’est quoi la suite, Angelina ? Tu comptes tuer mon frère comme tu as tué Devon ?
-         Arrêtez ! stop ! Je n’ai jamais trompé Kevin.
-         Ah non, tu veux revoir la vidéo peut être ? Tu as détruit le couple de Kevin et Chloe et non contente de cela tu as aussi détruit mon mariage avec Michael.
-         Ça suffit maintenant ! Que tout le monde se taise ! Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué ma femme est enceinte et je vous interdis de la stresser avec vos élucubrations.
-         Élucubrations, Kevin ? Tu veux revoir la vidéo peut être ?
-         La ferme, Chloe !
-         Kevin, elle t’a volé à moi, nous aurions pu avoir une vie heureuse mais elle t’a volé.
-         Personne ne m’a volé, Chloe, je ne suis pas une marionnette. Je suis tombé amoureux d’Angelina et j’ai choisi de faire ma vie avec elle.
-         En détruisant mon couple ?
-         Je n’ai pas détruit ton couple, Michael, Lauren est tombée amoureuse de Chloe : je n’y suis pour rien.
-         Tout ceci ne serait jamais arrivé si tu n’étais pas rentrée un jour dans nos vies et le pauvre Devon serait certainement encore en vie.
Angelina fulmina.
-         Le pauvre Devon ? Le pauvre Devon, Lauren ! je te rappelle que ce pauvre Devon a non seulement tenté de me violer en me séquestrant, à plus d’une fois tenté de détruire mon mariage mais ça tu t’en fiche car tu ne peux pas me supporter. Il a embauché un tireur à gage pour tuer Kevin et pour finir a tenté de l’écraser avec sa voiture !
-         Et tu l’as tué pour avoir son argent.
-         Je l’ai tué en état de légitime défense pour protéger ma famille. Cette nuit-là c’était où lui ou Kevin alors je n’ai pas réfléchi j’ai agi pour protéger l’homme que j’aime.
-         L’homme que tu aimes ? Kevin ?
-         Oui, Daniel, Kevin !
-         Tu as une drôle de manière de lui témoigner ton amour en t’envoyant en l’air avec celui qui est devenue ta victime.
-         Mon fils vous aimez, Angelina, il vous aimait, il l’aurait tout donné pour vous : pour preuve il a fait de vous son unique héritière, vous avez couché avec lui et vous l’avez tué.
-         Je n’ai jamais couché avec votre fils, Harmony. Cette vidéo est un fake. Un fake !
-         Je vous poursuivrai en justice, Angelina, pour meurtre et je m’arrangerai afin que vous ne puissiez en aucun cas mettre la main sur l’argent de mon fils.
-         Je me fiche de l’argent de votre fils, Tuker : reprenez-le ! je n’en veux pas, je n’en ai jamais voulu. Il ne m’appartient pas ! dit-elle en épelant chacune des syllabes. Attaquez-moi en justice si cela vous chante je m’en fiche ! J’ai agi en état de légitime défense afin de protéger mon mari.
Soudain Angelina fut prise de violentes contractions tellement violentes qui la firent se courber en deux. Instinctivement elle posa ses mains sur son ventre. Kevin remarqua aussitôt que quelque chose n’allait pas. Il courut vers elle.
-         Angelina, chérie, ça ne va pas ?
-         Princesse…
Angelina secoua la tête en signe de négation à la question de son mari.
-         Viens, viens t’allonger pendant que j’appelle les secours. Envoyer une ambulance au 1045 Teal Trail Genoa City. Ma femme est prise de violentes contractions. Tiens bon, mon amour, l’ambulance va arriver. Angelina avait de plus en plus mal.
-         Kevin, mon amour, le bébé, je ne veux pas perdre notre bébé, dit-elle d’une voix fébrile.
-         Chut, calme toi, ma chérie, tu ne vas pas perdre notre enfant c’est un battant tout comme ses parents.
-         Ses parents, fit Chloe d’un ton ironique, qui dit que c’est bien Kevin le père ?
Kevin se releva et fit face à Chloe : fulminant. 
-         Fiche le camp de chez moi, Chloe et vous tous aussi par la même occasion. S’il arrive quoique ce soit à Angelina ou notre enfant je ne vous le pardonnerai jamais
-         Kevin, je suis…
-         Michael, j’ai dit dehors ! que tout le monde s’en aille ! Je veux être seul avec ma femme !
L’ambulance arriva et transporta Angelina jusqu’à l’hôpital. Pendant que les médecins étaient en train de l’examiner Kevin entendit de très jeunes voix l’appelait. 
-         Papa, papa !
-         Gowan, Deidre, que faites-vous là ? Angelo, ou est Eleonore ?
-         Naomie est venue s’occuper d’Eleonore.
-         Ou est mama ?
-         Mama est malade, chéri : le docteur est entrain de la soigner.
-         Est-ce mama a fait quelque chose de mal ?
-         Pourquoi tu dis ça, Deidre ?
-         Parce que tout à l’heure à la maison tout le monde était en colère après mama. Même Oncle Michael.
-         Mama n’a rien fait de mal, Deidre.
-         Alors pourquoi tout le monde criait après elle ? Mama et toi criaient après Deidre et moi lorsque on a fait quelque chose de mal pas quand on n’a rien à fait. Alors si Oncle Michael et Oncle Daniel ont criaient après mama et la dame rousse aussi et aussi l’autre dame aux cheveux long c’est parce que mama a fait quelque chose qui était pas bien.
-         Non, Gowan, non, Deidre, mama n’a rien fait de mal. Lorsque nous crions après vous lorsque vous avez fait une bêtise et nous ne voulons plus que vous recommenciez c’est parce que on vous aime mais parfois lorsque on devient adulte on peut crier après des personnes parce que on ne les aime pas.
-         Alors oncle Michael et Oncle Daniel n’aiment pas mama ?
 
 
***
 
Dans l’appartement de Michael, Christine faisait ses bagages.
-         Je peux savoir ce que tu fais ?
-         Ça ne se voit pas ? Je m’en vais !
-         Tu t’en vas mais où ça ?
-         Je te quitte, Michael et pour de bon. J’en ai plus qu’assez de tes jérémiades sur ton mariage raté avec Lauren. Si c’est elle que tu veux alors va la retrouver : moi je te quitte !
-         Christine !
-         Laisse-moi ! Je t’ai laissé une chance et tu m’avais dit ne plus rien éprouver pour Lauren pourtant ton attitude démontre exactement le contraire.
-         Christine, il est normal que je sois en colère après Angelina non ? Tu le fus bien après Phyllis lorsqu’elle a détruit ton mariage avec Danny.
-         Le seul problème, Michael, c’est qu’à la différence de Phyllis, Angelina n’a rien détruit du tout excepté dans ta tête. Elle est tombée amoureuse de ton frère et lui d’elle : fin de l’histoire. C’est Lauren qui a décidé de te quitter parce que elle est tombée amoureuse de Chloe.
-         Qui je te le rappelle sortait avec Kevin avant qu’Angelina n’arrive à Genoa City et ne le piège pour qu’il l’épouse.
-         Et ce mariage a été annulé seulement Kevin est tombé amoureux d’elle et la redemandé en mariage et ont fondé une famille. Phyllis avait drogué Danny afin de lui faire croire que l’enfant qu’elle attendait était de lui. Elle a trafiqué des tests de paternité, elle est responsable, peut-être pas légalement mais sur le plan moral de la mort de quelqu’un, a joué avec les sentiments d’un homme… je continue où je m’arrête ? Dis-moi, Michael, en quoi mon ressentiment envers Phyllis est-il comparable envers le mépris que tu éprouves pour ta belle-sœur ? De toute façon cette histoire ne me concerne plus puisque je te quitte. Je t’aime, je t’aimerai probablement jusqu’à mon dernier soupir mais je ne peux plus, je ne veux plus continuer avec un homme qui en aime une autre même si cette autre.
Christine retira sa bague de fiançailles, la déposa sur la table à chevet et quitta l’appartement. Sur le palier elle se mit à pleurer puis épongea ses larmes et appela l’ascenseur.
 
 
***
 
 
-         Les enfants, que diriez-vous de manger une crème glacée avec grand père ?
-         Pourquoi Oncle Michael et Oncle Daniel n’aiment t’ils pas mama ?
-         C’est compliqué, mes chéris, ce sont des histoires de grande personne et cela ne compte pas car l’essentiel étant que vous, votre petite sœur et moi l’aimons très fort. Maintenant rentrez à la maison avec grand père.
 
 
 
***
 
Dans leur chambre les enfants étaient silencieux. Gowan fut le premier à rompre le silence.
-          Si Oncle Michael et Oncle Daniel n’aiment plus mama alors je ne les aime pas non plus.
-         Si tu ne les aime pas alors moi non plus !
-         Mais si on ne les aime plus alors on ne verra plus Lucy.
-         Ni Fen.
-         Alors quoi faire on ne doit plus aimer Mama ?
-         On ne peut pas faire ça : Mama nous aime même quand nous faisons des bêtises.
-         Oui mais là elle a fait quelque chose de mal et papa dit que c’est mal de faire quelque chose de mal.
-         Mais papa dit aussi qu’elle n’a rien fait de mal.
-         Alors pourquoi ils ont tous crié après elle ?
-         Je ne sais pas.
-         On doit savoir.
-         Comment ?
-         On va aller voir Oncle Daniel et Oncle Michael.
-         Tu viens, Kevinella ?
 
 
***
 
-         Quoi, dit Daisy qui venait d’arriver de Savannah. Daniel, te rends tu comptes de l’absurdité de ce que tu me racontes ? Angelina ? Une meurtrière ?
-         Elle a tué Devon : elle le reconnait elle-même.
-         En état de légitime défense pour sauver Kevin, oui.
-         Les choses ont quelques peu évoluer depuis. Nous avons la preuve qu’Angelina et Kevin ont été amants. Elle l’a tué pour sa fortune.
-         Angelina et Devon, amants ? Je n’en crois rien.
-         Daisy, on en a la preuve.
-         Tu n’arrêtes pas de parler de preuve mais quelle preuve ?
-         Tu n’as pas consulté les réseaux sociaux ces derniers jours ?
-         J’n’en ai pas eu le temps entre la rentrée pour Lucy et passer quelques jours avec Ethan : non je n’ai pas eu le temps de me connecter à internet. J’avais un important RDV au siège social de mon entreprise à Chicago alors j’ai fait un léger crochet par Genoa City pour savoir quand tu comptais rentrer à Savannah : Lucy te réclame, et voir mon frère et sa femme. Je reprends un vol dès ce soir. Lucy dormira chez Kimberly je la récupère demain après l’école.
-         Dis à Lucy que je rentrerai dès que possible. Pour le moment je dois rester à Genoa City pour soutenir Lily.
-         Lily ? Elle est mariée je te rappelle.
-         Malgré tout nous sommes restés très proches.
-         OK, fait comme tu veux après tout cela ne me regarde pas mais tu ne feras jamais croire qu’Angelina a trompé Kevin.
-         Regardes-en voici la preuve !
Daniel lui montra la vidéo sur son téléphone.
-         Tu me crois maintenant ? La mort de Devon a fait d’Angelina une millionnaire.
-         Cette vidéo ne prouve rien. Devon a très bien pu engager quelqu’un afin de se faire passer pour Angelina et fabriquer de fausses preuves pour détruire le mariage de mon frère. Angelina aime Kevin plus que tout au monde jamais elle ne lui serait infidèle.
-         Je croirais entendre Kevin ! C’est un trait de famille que je n’avais pas remarqué chez les Fisher ?
-         Peut-être bien. Bon maintenant en parlant des Fisher je vais aller voir mon frère et ma belle-sœur.
-         Ils ne sont pas chez eux.
-         Comment le sais-tu ?
 
 
 
***
 
-         Mr Fisher ? Kevin ?
Kevin se retourna.
-         Dr comment va ma femme ?
-         Elle se repose pour le moment mais elle devra rester alitée durant le reste de sa grossesse et éviter tout rapport sexuel.
-         J’y veillerai, Docteur.
-         Puis je la voir ?
-         Bien sûr mais pas trop longtemps : elle doit d’abord se reposer si elle veut mener une grossesse à terme et surtout éviter le plus possible tout ce qui est susceptible de la stresser. Pour le moment je préfère la garder une nuit en observation.
-         Je suivrai vos instructions à la lettre, Dr. Je refuse de perdre ma femme ou notre enfant.
Kevin entra dans la chambre ou se reposer Angelina. Il se pencha sur elle et lui donna un baiser sur sa bouche. Elle ouvrit les yeux et sourit.
-         C’est donc vrai ce qu’on raconte dans les contes de fée, qu’il suffit d’un baiser sur les lèvres d’une belle princesse endormie pour qu’aussitôt elle se réveille.
Angelina sourit.
-         Tu as vu le docteur ? Elle t’a tout dit ?
-         Je sais tout et nous ferons exactement ce qu’elle nous a ordonné.
-         Nous n’allons pas pouvoir démanger tout de suite.
-         Non, nous le ferons après la naissance de notre enfant.
-         Notre fils, Kevin.
-         Oui notre fils. Ewan.
-         Ewan Fisher.
-         Oui c’est exactement ça. Ewan Fisher.
-         Comment vont les enfants ?
-         Les enfants vont bien : ils t’embrassent.
-         Dis-leur que je les aime fort tous les trois et j’ai hâte d’être à demain pour les serrer dans mes bras.
Kevin la regardait en souriant.
-         Je leur dirai, promis. En attendant je vais te laisser te reposer. Je repasserai plus tard. D’accord ?
-         D’accord.
Kevin lui donna un baiser sur son front et était sur le point de sortir de la chambre lorsque Angelina le rappela.
-         Kevin !
-         Oui ?
-         Je t’aime.
Il sourit.
-         Je t’aime moi aussi.
 
 
***
 
-         Comment ? Un malaise ? Et c’est maintenant que tu le dis ! Mon Dieu, Kevin doit être dans tous ses états. S’il perdait Angelina… mon Dieu non, faites que cela n’arrive pas.
-         Daisy, Angelina a tué un homme. Remarque, suis-je bête, tu as l’habitude de ce genre de chose.
-         Ah non ça, Daniel, je ne te permets pas de dire des choses pareilles. Oui j’ai fait des choses horribles par le passé. Des choses dont je ne pas fière et auquel j’ai payé le prix. J’ai changé depuis : pour notre fille mais aussi pour moi. Tu l’as toi-même admis. Ceci dit mon passé de criminelle me permet aussi de repérer qui les criminels. Angelina n’est pas de cela.
-         Elle a tout de même tuer Devon ! Elle a saisi la manivelle et l’a lancé sur lui.
-         En état de légitime défense. Sans elle Kevin serait mort.
-         C’est ce qu’elle veut bien nous faire croire seulement, Devon et elle ont été amant et maitresse et aujourd’hui elle hérite de sa fortune qui se monte à plus de deux millions de dollars !
-         Mais ouvre donc un peu les yeux, Daniel ! Bon sang tu ne vois donc pas que tout ceci est un piège ! un coup monté par Devon.
Daniel fulmina.
-         Devon ? Daisy, je te rappelle qu’il est mort : c’est une victime et par la faute d’Angelina !
Daisy fulmina à son tour.
-         Est-ce tu plaisantes ? Devon une victime ? Ce gars l’avait séquestré puis tenté de la violer, détruire son mariage, tenté de tuer mon frère à deux reprises, menacer ses enfants… alors ne viens surtout pas me parler de victime, Daniel ! Tante Sarah a fait pas mal de victimes dans sa vie, des familles entières vivront à jamais avec les cicatrices de Tante Sarah mais Devon est loin d’être une de ces personnes.
-         Mais Lyly en est une : elle a perdu son frère.
-         C’est vrai mais Devon est le seul responsable. Pas Angelina.
Daisy soupira.
-         Daniel, tu te souviens de ce jour-là ? c’était la veille de noël, nous étions chez toi à Savannah avec notre fille qui était triste parce que elle pensait que son oncle et sa tante l’avaient oublié lorsque le téléphone a sonné : c’était Angelina qui s’inquiétait pour Kevin. Daniel, il est normal que tu sois peiné pour Lyly : Devon était son frère et elle a été ta femme, ton premier amour, mais Kevin est aussi ton ami, ton meilleur ami et aujourd’hui à ce que tu me dis sa femme risque de perdre leur bébé. Si par malheur une chose pareille devait se produire il aimerait avoir son meilleur ami auprès de lui. S’il te plait ne laisse pas Devon détruire votre amitié.
 
 
 
***
Assise sur une chaise près de la fenêtre de la maison de son enfance, Cassie était pensive. Sharon s’en rendit compte. Elle s’assit près de sa fille.
-         Qu’est ce qui ne va pas, ma chérie, tu penses encore à Daniel c’est ça ? Tu souffres encore de votre rupture ?
Cassie regarda sa mère.
-         Non ce n’est pas ça. Je ne pensais pas à Daniel mais à mon amie Angelina.
-         La femme de Kevin ?
-         Oui.
-         Qu’est-ce elle a ?
-         Tu n’as pas regardé les réseaux sociaux aujourd’hui ?
-         J’ai été très occupée avec ta petite sœur, je n’ai pas eu le temps d’aller sur internet. Pourquoi ?
-         Tu es au courant pour Devon Hamilton n’est-ce pas ?
-         Bien sûr. Devon avait beau être le petit fils de Katherine mais il ne lui arrivait pas à la cheville. Jamais Katherine n’aurait approuvé un tel comportement. Tout ce qui il a fait endurer à tes amis… la séquestration, la tentative de viol… Cassie, je ne sais pas si tu t’en souviens mais lorsque tu n’étais encore qu’une enfant bien avant ton accident j’ai été une de ces victimes.
-         Je m’en souviens oui. Tu étais restée des mois loin de la maison. Je pensais que tu nous avais abandonné Noah et moi. Tante Victoria, Nikky, tout le monde le pensait, sauf papa. Cela prouvait son amour pour toi et aujourd’hui Kevin vit une situation similaire.
-         Comment ça, Angelina a disparu ?
-         Non, elle n’a pas disparu, ce n’est pas ça.
-         Alors de quoi s’agit-il ?
-         Juste avant de mourir ou alors il a chargé quelqu’un de le faire je ne sais pas, Devon a mis en ligne une vidéo le montrant avec Angelina dans une situation disant embarrassante.
-         Dans quel sens ?
Cassie tourna l’ordinateur en direction de sa mère qui porta ses mains à sa bouche.
Cassie referma le clapet de l’ordinateur.
-         Cette vidéo passe en boucle sur internet depuis ce matin mais Angelina jure que ce n’est pas elle mais personne ne veut la croire : pas même Daniel. Il a pris le parti de Lyly qui défend son frère en le faisant passer pour une victime malgré tout ce qu’il a fait.
-         Daniel a été marié à Lyly et doit éprouver de la compassion pour elle. Quoique est pu faire Devon il reste son frère. Mais toi qu’en pense tu ?
Cassie regarda sa mère.
-         Je la crois, maman. Angelina est follement amoureuse de son mari, jamais elle n’aurait trompé Kevin.
-         Leur as-tu dit que tu étais de leur côté, que tu la croyais innocente ?
-         Non. Je n’ai pas eu le temps car j’ai reçu un mail de Newman Entreprise et j’ai dû partir pour une urgence au travail.
-         Cassie, dit son père qui avait suivi toute la conversation. S’il te plait, ma chérie, ne devient pas comme ton grand père qui a toujours fait passer le travail avant tout le reste. Va voir tes amis et apporte leur ton soutien.
Cassie sourit.
-         Merci, papa. Merci, maman : je vous aime.
Nick et Sharon sourirent en voyant leur fille prendre sa voiture et partir en direction de chez ses amis.
 
 
***
 
 
-         Kevin !
Kevin se retourna en direction de la voix qui l’interpellait. Il fulmina.
-         Qu’est ce tu viens faire ici, Michael ?
-         Comment vont Angelina et le bébé ?
-         En quoi cela t’intéresse ?
-         Je suis désolé de ce qui s’est passé ce matin. Crois-le ou non je ne voudrais pas qu’il arrive quoique ce soit à Angelina ni au bébé.
-         Pourquoi ? Tu te fiche totalement d’Angelina : tu ne l’aimes pas. Tu ne l’as jamais accepté au sein de notre famille tu as toujours fait semblant. Quant au bébé tu doutes même que j’en sois le père. Alors pourquoi venir faire semblant de t’inquiéter ? Angelina n’a pas besoin de ça.
Michael marqua un temps d’arrêt.
-         Entre Christine et moi tout est définitivement terminé : c’est fini elle m’a quitté pour toujours.
-         Et cela t’étonne ?
 
 
***
 
 
A la résidence Fisher, Angelo venait de s’apercevoir de la disparition des enfants et commençait à paniquer. Il prit son téléphone et composa un numéro.
A l’hôpital le téléphone de Kevin retentit.
-         Oui, Angelo, qui y’a-t-il ?
-         Kevin, es-tu toujours à l’hôpital ? 
-         Ou voudriez-vous que je sois ?
-         Kevin, est-ce les enfants sont avec toi ?
-         Quoi ? Angelo, ne me dites pas qu’ils ont disparu une fois encore !
-         Je crains que si, Kevin.
-         Vous les avez bien cherchés à l’intérieur de la maison, dans le jardin ? Ils aiment jouer à cache- cache avec Kevinella.
-         Kevinella aussi a disparu.
-         Il ne manquait plus que ça ! Et Eleonore ?
-         Je viens de la quitter, elle joue dans son parc.
-         Avez-vous prévenu la police ?
-         Kevin, qui y’a-t-il, demanda Michael en entendant le mot « police ».
-         Pas encore, je t’ai d’abord appelé.
-         OK ! appelez-les j’arrive immédiatement ! 
-         Kevin, que se passe-t-il, je t’ai entendu parler de la police, quelque chose ne va pas ?
-         Rien ne va, Michael, ni ne va depuis ce matin ! Cette espèce de pourriture continue à nous gâcher la vie même après sa mort !
-         De qui est ce tu parles, Devon ?
-         Les enfants ont derechef disparus. Je pars à leur recherche.
-         OK, je viens avec toi.
-         Non ! Tu en assez fait comme ça. Ce matin mes enfants m’ont demandé ce que leur mère avait bien pu faire qui puisse susciter une telle colère de la part de leur oncle Michael et oncle Daniel. Je suis désolé si ta famille s’est détruite mais ni Angelina ni moi n’en sommes responsables : OK et je ne laisserai ni toi ni personne d’autre traumatisé mes enfants !
Kevin se dirigea vers les ascenseurs et s’enfonça dans l’un d’entre eux.
 
 
***
 
 
Sur le chemin de la maison des Fisher, au volant de sa voiture Cassie vit au loin deux jeunes enfants accompagnés d’un magnifique labrador en train de faire du stop. Son cœur fit un bond dans sa poitrine. Elle coupa le contact et sortit de sa voiture.
-         Gowan, Deidre, mais qu’est ce vous faites ? Où sont vos parents ?
-         Tante Cassie, on voulait aller chez Oncle Michael et Oncle Daniel pour savoir pourquoi ils sont en colère après Mama.
-         OK. Montez dans la voiture je vous ramène chez vous. Vos parents doivent être mort d’inquiétude.
-         Mama est malade.
-         Et le bébé aussi.
-         Quoi, fit Cassie qui n’y comprenait rien. Bon allez on verra ça plus tard pour le moment l’essentiel est de rentrer chez vous. Vos parents doivent être mort d’inquiétude.
-         Papa est avec Mama à l’hôpital.
-         L’hôpital ?
-         Oui.
-         Mais alors qui vous garde ?
-         Grand père.
 
***
 
Prévenue la police se trouvait chez les Fisher lorsque Kevin arriva en donnant une description exacte des jumeaux accompagnés des photos avant d’exploser.
-         Vous êtes le grand père des enfants : je vous faisais confiance pour les garder pendant que j’accompagnais ma femme, votre fille, à l’hôpital mais vous n’avez pas été fichu de faire attention à eux ! Est-ce qu’il y a quelqu’un dans cette fichue ville en qui Angelina et moi pouvons compter ?
-         Kevin, je suis vraiment désolé. Je les croyais entrain de jouer dans leur chambre.
-         Désolé ? Vous êtes désolé dites-vous ? Angelo, bon sang ils n’ont que cinq ans ! Imaginer que je ne les retrouve pas !
-         Kevin, tu ne dois pas penser à ça ! Tu m’entends mon garçon, tu ne dois pas penser à ça.
-         Comment ne pas y penser ? C’est la deuxième fois déjà qu’ils disparaissent. La première fois j’avais Angelina à mes côtés et nous pouvions nous soutenir l’un l’autre mais là elle n’est pas là… elle est clouée sur un lit d’hôpital à lutter pour garder notre bébé. Ça ne devait pas se passer comme ça. Non ça ne devait pas se passer comme ça. Angelina et moi devions avoir une belle vie avec nos enfants, sa carrière, la mienne : nous devions voir grandir nos enfants, devenir des adolescents puis des adultes…
Kevin craqua et éclata en sanglot.
-         Kevin, mon garçon, garde la foi : on va retrouver les enfants et ma fille et toi aurez tous deux la vie dont vous rêvez.
À ce moment précis la porte sonna : c’était Cassie qui ramenait les enfants. Croyant que c’était la police Kevin se précipita pour ouvrir.
-         Cassie, non, je suis désolé mais tu tombes à un mauvais moment…
Lorsque Kevinella aboya.
-         Kevinella ? C’est toi, mon chien ? Où sont les enfants ?
-         Papa, dit Gowan en sortant de derrière le dos de Cassie.
-         Gowan ?
-         Papa !
-         Deidre ! Merci mon Dieu vous êtes sains et saufs !
Kevin serra ses enfants dans les bras avant de les soulever du sol en les couvrant de baisers.
-         Kevin, qui est ce j’ai entendu un chien aboyer… Kevinella c’est toi ?
-         Ouaf !
Angelo leva la tête et vit ses petits enfants dans les bras de leur père.
-         Gowan, Deidre, mon Dieu, vous voilà enfin ou étiez-vous passés ?
-         Je les ai trouvés sur la route en venant chez vous et m’ont dit pour Angelina. Comment va-t-elle ?
-         Elle va bien. Le médecin veut la garder une nuit en observation mais ça va.
-         On voulait voir Oncle Daniel et Oncle Michael pour savoir pourquoi ils sont en colère après Mama.
-         Si mama a fait quelque chose de mal…
-         Deidre ta mère n’a rien fait de mal ! Je vous l’ai dit à ton frère et toi : parfois les adultes disent des cruautés juste pour parler.
-         J’ai prévenu les autorités que les enfants sont sain et sauf.
Kevin hocha de la tête.
-         Alors Oncle Michael et Oncle Daniel sont méchants ?
-         Gowan, Deidre, venez ici, dit-il en prenant ses enfants sur ses genoux. Ce sont des histoires d’adultes très compliquée. Un homme : un homme méchant a fait beaucoup de mal à Mama et mama s’est défendue. Elle a défendu notre famille : elle vous a protégé tous les deux mais aussi Eleonore, votre futur petit frère, moi. Elle nous a tous protégé.
-         Kevinella et Pheasant aussi ?
-         Kevinella et Pheasant aussi. Grace à elle notre famille est restée unie seulement il y’a des gens qui ne veulent pas croire et pense que Mama a fait quelque chose de mal mais ils se trompent. Ils se trompent. Jamais Mama ne ferait de mal à qui que ce soit. Jamais !
-         C’est à cause de ce méchant homme que mama et toi n’étiez pas là à Noel ?
-         Oui, mes chéris, c’est exactement ça.
-         Ça veut dire qu’on a la meilleure des mama au monde.
Kevin rit.
-         Oui, ma chérie, c’est exactement ça : vous avez la meilleure mama au monde !
-         On peut la voir ?
Kevin sourit et serra ses enfants dans les bras. Dix minutes plus tard ils étaient tous à l’hôpital au côté d’Angelina qui réveillait profiter un peu de sa famille lorsque Heather accompagné d’une équipe de police fit irruption dans la chambre.
-         Angelina Fisher, je vous arrête pour le meurtre de Devon Hamilton. Lisez-lui ses droits !
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
La Foi en l'Amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» L'amour dans Bilbon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: