Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Disparation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Disparation    Sam 29 Oct - 21:33


Angelo entra au Neon Ecarlate Mouillé jusqu’à à la racine des cheveux.
-         Angelo, du nouveau ?
-         Rien ! absolument rien. Mes hommes ont ratissé tout le secteur sans rien trouver. Mes petits enfants ont disparu.
-         Bon sang où peuvent t’ils bien être ! Des enfants de cet âge n’ont pas pu se volatiliser sans que personne ne les voit !
À cet instant Angelo aperçu Gloria. Il l’empoigna par le col de son pull.
-         Tout ça c’est votre faute !
-         Ma faute, dit-elle en s'extrayant.
-         Si vous n’aviez pas fait revenir cette fille, ma fille ne serait pas partie d’ici complètement bouleversé, son mari ne lui aurait pas couru après et mes petits enfants n’auraient pas disparus.
-         Angelo, calmez-vous.
-         Comment voulez-vous que je me calme, Colleen ? Mes petits enfants sont quelque part sous cette pluie battante et non même pas un imperméable sur eux. Tout ça parce que cette femme, cette femme pour qui j’avais de l’estime et était prêt à épouser il y’a quelques années n’a jamais réussi à accepter ma fille comme faisant partie de sa famille et fait revenir l’ex de son fils pour voir s’il y’avait une chance entre eux.
-         Angelo, je suis désolée de ce qui est arrivé aux petits mais je ne suis pour rien.
-         Gloria, vous êtes la personne la plus méprisable que je n’ai jamais connu ! S’il est arrivé un malheur à mes petits-enfants je ne vous le pardonnerai jamais.
-         Kevin non plus ne vous le pardonnera jamais.
-         Ça suffit vous deux, pour le moment il faut nous concentrer et rester plus uni que jamais pour retrouver les enfants. Je vais prévenir la police : il est grand temps. J’aurais dû le faire bien plus tôt mais je pensais que nous les aurions retrouvés.
-         Michael, nous ne pouvons pas continuer à taire la réalité à Kevin et Angelina : ils ont le droit de savoir. Ce sont leurs enfants qui ont disparu.
-         J’en ai conscience, Colleen. J’ai voulu leur laisser du temps pour résoudre leurs problèmes.
-         Problèmes qui ne seraient pas si cette femme ne s’obstinait pas à vouloir détruire le mariage de ma Princesse.
-         Angelo.
-         Quoi, Angelo ? Michael, j’ai bien conscience que cette femme est votre mère et vous aussi auriez aimé avoir une autre belle-sœur. Mais Kevin l’aime. S’il ne l’aimait pas il n’aurait pas couru derrière elle comme il la fait.
-         J’admets qu’au début c’est vrai je n’appréciais guère Angelina mais j’ai appris à la connaitre et cela a changé et comme vous dite Kevin l’aime et c’est le plus important. C’est la raison pour laquelle je ne les ai pas avertis de la disparation de leurs enfants jusqu’à maintenant pour ne pas les déranger et les laisser résoudre leurs problèmes.
-         Problèmes qui encore une fois sont l’œuvre de cette femme.
-         Vous avez raison mais le mal est fait. À présent reste plus qu’à prier pour que tout soit rentré dans l’ordre pour eux et l’on retrouve les enfants.
Michael sorti son téléphone et composa le 911.
-         Ici Michael Baldwin, j’aimerais signaler une disparation d’enfant : Gowan et Deidre Fisher.
Michael raccrocha en soupirant.
-         Maintenant il ne me reste plus qu’à annoncer à mon frère et à sa femme que leurs enfants ont disparus.
-         Je viens avec toi si tu veux.
-         Gloria, le mieux que tu puisses faire étant donné les circonstances serait de te faire le plus discrète possible.
-         Kevin est mon fils et je veux son bonheur.
-         En le séparant de la femme qui l’aime ?
-         Cassie, comment va Eleonore ?
-         Elle va bien. Elle a bien mangé et bien dormi dans le vieux lit à barreaux de Noah puis de Faith. Maman et papa sont d’accord pour s’occuper d’elle tout le temps nécessaire.
-         Bien, voilà au moins un souci en moins. Maintenant le plus dur reste à venir. Angelo, vous venez avec moi ? Colleen, Cassie, la police ne va plus tarder vous voulez bien leur expliquer ce qui est arrivé ?
-         Bien sûr, Michael.
 
 
*** 
 
Angelina et Kevin étaient à des années lumières de soupçonner ce qui était arrivé discutaient et riaient. Alors même qu’Angelina avait le dos tournait occupée dans la buanderie, Kevin entra sur la pointe des pieds et la surprit en arrivant par derrière.   
-         Boo !
Angelina sursauta en laissant tomber le linge.
-         Kevin, idiot, tu m’as fait peur.
-         N’est-ce pas le but d’Halloween ?
-         Tu es pire que les enfants.
-         Je sais, dit-il en l’embrassant.
-         En parlant d’Halloween, viens donc avec moi dans la chambre des enfants j’aimerais te montrer quelques modèles de déguisements. J’aimerais ton avis car je ne sais lequel choisir.
-         À vos ordres, Md Fisher.
Au moment où ils s’apprêtaient à monter on sonna à la porte.
-         Qui que ce soit je le mets à la porte en moins de temps qu’il faut pour le dire. Monte, je rejoins dans un instant ensuite nous irons récupérer les enfants.
-         Je n’ai pas encore eu le temps d’appeler Cassie. J’espère qu’ils vont bien.
-         Cesse donc de t’inquiéter. Je suis sûr qu’ils étés ravis de voir les chevaux.
-         Tu as raison, je suis un peu trop mère poule.
-         Tu es juste une maman et c’est une des raisons qui me font t’aimer chaque jour un peu plus et bien moins que le lendemain.
Angelina sourit. Kevin l’embrassa lorsque on sonna derechef.
-         J’y vais, dit Kevin en s’extirpant à regret des bras d’Angelina.
Angelina sourit et monta à l’étage tandis que Kevin alla ouvrir la porte.
-         Michael ? Angelo ? Que faites-vous ici de si bonne heure ?
-         Kevin, pouvons-nous entrer ?
-         Bien sûr !
-         Angelina n’est pas là ?
-         Bien sûr qu’elle est là où voudrais tu qu’elle soit.
-         Dois-je en conclure que cela s’est arrangé entre vous ?
-         Michael, je suis désolé qu’entre Lauren et toi cela n’est pas fonctionné mais ce n’est en rien notre faute. Angelina et moi nous nous aimons. J’ai mis du temps à tomber amoureux d’elle c’est vrai mais c’est de l’histoire ancienne désormais.  Je ne reste pas avec elle par devoir ou pitié où je ne sais quoi : je l’aime et notre mère va devoir l’accepter que cela lui plaise ou non Angelina est ma femme et le restera pour la vie et tant pis si cela ne plait pas à tout le monde ils devront s’y faire ! Tu peux repartir et dire à notre mère que son plan pour me séparer de celle que j’aime n’a pas fonctionné si c’est ce qui t’amène.
-         Tant mieux j’en suis ravi pour toi. Pour vous deux.
-         Tu es sincère ?
-         Kevin, je ne suis pas contre toi ni ton couple. J’ai eu du mal au début avec Angelina, je ne te le cache pas mais elle a beaucoup changé et elle te rend heureux.
-         Tu acceptes donc mon couple ?
-         Bien sûr.
-         Merci, Michael. Je n’aurais pas aimé perdre mon frère.
-         Rassure-toi tu ne perdras pas.
Kevin regarda tour à tour son frère et son beau-père.
-         Que se passe-t-il ?
Michael et Angelo gardèrent le silence. Kevin commençait à avoir peur.
-         Michael, Angelo, que se passe-t-il ? Il est arrivé quelque chose ? C’est un des enfants c’est ça ? Que se passe-t-il ? L’un d’eux s’est blessé ?
-         Chéri, qui est ce ? j’ai entendu des voix… Michael, papa ? Que faites-vous ici de si bonne heure ? Papa, si tu es venu pour voir comment j’allais je te rassure je vais bien. Je vais même très bien. Kevin et moi allons passer notre vie ensemble. Michael, je regrette ce qui s’est passé entre Lauren et toi : je n’ai jamais voulu ça.
-         Je le sais, Angelina, et je ne t’en veux pas du tout crois moi. Je n’ai jamais vu Kevin aussi heureux que depuis qu’il est avec toi.
-         Merci, Michael, cela me touche beaucoup venant de toi.
Angelina se rendit compte de l’étrange atmosphère qui régnait dans la pièce.
-         Papa, Michael, que se passe-t-il ?
Tous deux gardèrent le silence.
-         Il est arrivé un malheur à l’un des enfants, c’est ça ? Bon sang est-ce l’un de vous deux va nous dire ce qui se passe ?
-         Kevin, Angelina, j’ignore comment vous dire ça…
-         Nous dire quoi, Michael, bon sang parle !
Le regard d’Angelina passa de son père à son beau-frère.
-         Papa, Michael, que se passe-t-il ? Kevin a raison, c’est ça ? Il est arrivé quelque chose à l’un des enfants ?
Angelo et Michael se regardèrent. Kevin explosa.
-         Bon sang est-ce l’un de vous deux va se décider à parler ?
-         Après votre départ, nous sommes tous restés sur place à discuter, je dirais plutôt à nous disputer. Nous étions tous furieux après Gloria pour ce qu’elle a osé vous faire. Elle se justifiait tant bien que mal mais aucun de nous n’était dupe. Il devait se faire tard : aucun de nous ne s’était rendu compte de l’heure lorsque Eleonore se mit à pleurer. Elle devait avoir faim. Ses pleurs nous ramenèrent alors à la réalité, Cassie allait les conduire au ranch tous les trois lorsque on se rendit compte : les jumeaux n’étaient plus là.
-         Plus là ? dit Angelina la voix tremblante.
-         Par plus là tu veux dire…
-         Disparu.
-         Quoi ? dit Angelina terrifiée.
-         Comment ça disparu ?
-         Dès l’instant où nous sommes rendus compte de leur absence nous les avons cherchés de partout : dans chaque recoin du Neon Ecarlate, patio et ses environs mais il n’y avait aucune trace d’eux nulle part. 
-         Avez-vous pris Kevinella ? Elle est très proche d’eux elle serait les retrouver. C’est elle qui m’a permis de retrouver Angelina après son accident il y’a trois ans.
-         C’est elle aussi qui m’a permis de retrouver Kevin au Canada.
-         Kevinella n’était plus là non plus.
Kevin avait l’impression de vivre un véritable cauchemar.
-         Vous avez prévenu la police, dit Angelina qui s’efforçait de garder son calme.
-         Je l’ai fait juste avant de venir vous voir.
-         Quoi ? Ce n’est pas vrai, dis-moi que je rêve ou j’ai mal entendu : nos enfants ont disparu : ton neveu et ta nièce, vos petits-enfants, Angelo et vous ne prévenez la police que plusieurs heures après leur disparation ! Je vous avais fait confiance vous étiez censé les surveiller car je devais rejoindre ma femme et aucun de vous n’a été foutu de surveiller deux gamins d’à peine deux ans ! Et comme si cela n’était pas suffisant vous ne prévenez ni la police ni même leurs parents ! Est-ce vous êtes devenus fous ? Je dois y aller. Chérie, tu viens, je vais au Neon Ecarlate retrouver nos enfants
-         Fermez la porte en partant si ce n’est pas trop difficile pour vous !
Michael et Angelo les suivirent de près jusqu’à leur arrivée au Neon Ecarlate. Gloria était encore sur les lieux ainsi que Chloe mais Kevin ne prêta aucune attention à elle.
-         Kevin, tu as le droit d’être en colère.
-         Merci pour ton autorisation, papa !
-         Princesse, nous les avons cherchés toute la nuit. J’ai mis tous mes hommes sur le coup…
-         Tu as mis tes hommes sur le coup mais tu n’as pas juger bon ni toi ni Michael, ni personne de nous avertir nous leurs parents !
-         Nous ne voulions pas vous déranger.
-         Nous déranger ? Papa, il s’agit de nos enfants !
Chloe alla aux devant d’eux.
-         Kevin, je suis navrée, j’ai voulu participer aux recherches mais ils me l’ont interdit….
-         Qu’est ce tu fiches encore ici, Chloe ?
-         Je suis venue reprendre ce que tu m’as volé, Angelina
-         Je ne t’ai rien volé du tout : tu n’as jamais aimé Kevin alors que moi si et il m’aime autant que je peux l’aimer alors maintenant va-t’en ! Retourne à ta vie de fashion mania et laisse mon mari tranquille ! Tout ce qui est arrivé est de ta faute, Chloe, ta faute !
-         Comment osez-vous lui parler sur ce ton, Angelina ? Et toi Kevin, tu laisses cette bimbo insulter ta femme : l’amour de ta vie sans rien dire ?
C’en était trop pour Kevin qui explosa.
-         Maman, ma femme, l’Amour de ma vie s’appelle Angelina ! Enfonce-toi bien ça dans le crane ! Et elle a raison sur tout ce qu’elle a dit : si nos enfants ont disparu c’est de votre faute à toutes les deux et je vous préviens s’il leur est arrivé un malheur je vous en tiendrai pour responsable ! À présent sortez d’ici et sortez de ma vie une fois pour toute !
Chance et Heather arrivèrent ensemble.
-          Kevin, Angelina, nous venons d’être informé de la disparition de vos enfants. J’ai mis tous mes hommes disponibles sur le coup. J’ai également contacté la brigade cynophile. J’aurais besoin d’une description précise : leur taille, couleur de cheveux, comment étaient-ils habillés….  
-         Ils sont tous deux bruns aux yeux marrons, Deidre a les cheveux mi long. Elle portait un ruban rose sur ses cheveux, chéri, elle en portait bien un hier matin, dit Angelina d’une voix à moitié étranglée par la peur.
-         Oui, chérie, elle en avait un. Elle porte une robe un peu écru à petit poids rose dont le col est assorti à son ruban. Deidre pèse 28.6601 pounds et mesure environ 33.8583 pouce.
-         Gowan est brun lui aussi comme sa sœur. Tous deux ont les yeux de leur père. Il porte un pull bleu turquoise à manche longue et une chemise à carreau. Gowan adore s’habiller comme son père. Il mesure 34.6457 pouce et pèse 30.8647 livres.  Sur son pull il a un petit écusson en forme de coq. Ses cheveux sont châtains et court. Ils sont avec notre chienne : un croisé labrador qui répond… qui répond…   
Angelina avala un sanglot. Kevin prit le relais.
-         Qui répond au prénom de Kevinella. Kevinella est couleur sable. Aucun d’eux n’avaient leur manteau sur eux au moment de leur disparition puisque nous les avons retrouvés dans le bureau.
-         Pourriez-vous nous le remettre ? Cela servira aux chiens de repérer leur odeur.
-         Je vais le chercher.
Angelina revint bientôt avec les manteaux des enfants. Kevin la serra dans ses bras et l’embrassa.
-         Ils seront bientôt de retour.
-         Vous ne pouvez-vous en prendre qu’à vous-même si vos enfants ont disparu, Angelina. Vous vous êtes enfuie en courant sans vous souciez un instant de vos enfants.
Kevin fulmina.
-         Qui es-tu pour juger ma femme ? Angelina est une mère merveilleuse : elle est toujours la première levée et la dernière à se coucher. Elle est à l’écoute de nos enfants dès le moindre petit bobo elle répond toujours présente pour eux. Nos enfants l’adorent elle les aime tout autant. Si elle s’est enfuie c’est uniquement à cause de toi et de ton obsession à nous séparer elle était bouleversée en voyant Chloe m’embrasser. Quant à toi j’ignore à quel jeu tu joues mais cela ne sert à rien. Reste à Genoa City ou repart à New York cela m’est bien égal. Je suis amoureux d’Angelina et de personne d’autre !
 
Sharon et Nicolas arrivèrent suivi de Victor.
-         Angelina, Kevin, je suis tellement désolée de ce qui vous arrive. Si vous avez besoin de quoique ce soit n’hésitez pas.
-         Merci, Sharon. C’est déjà très gentil à vous et Nicolas de nous avoir gardé Eleonore.
-         Aucun problème. La maison est grande et Faith est ravie de l’avoir avec elle dans sa chambre.
-         Kevin, si vous avez besoin de plus de moyen technologique ou humain pouvant permettre de localiser au plus vite les enfants n’hésite pas demander.
-         Sachez que j’ai mis à la disposition de la police les moyens technologiques les plus sophistiqués qu’on puisse trouver sur le marché afin de localiser au plus vite vos enfants.
-         Merci, Victor.
À cet instant Chance entra : le visage pale.
-         Chance ? Il y’a du nouveau ?
-          Kevin, Angelina, est ce ruban vous dit quelque chose ?
-         C’est à notre fille. Elle portait ce ruban sur les cheveux hier matin. Où l’avez-vous trouvé ?
-         Sur la route du lac de Genova. Angelina, Kevin, je ne sais comment vous dire ça… désormais nos hommes ne recherchent plus deux enfants plus un chien mais des…
-         Non ! non ! non ! vous vous trompez : nos enfants sont vivants ! Vivants, vous entendez, Chance ? Vivant !
Angelina s’enfuie dans le bureau laissant Kevin en présence de Chance.
-         Ma femme a raison : nos enfants sont vivants. N’arrêtez pas les recherches.
-         Kevin…
Kevin s’éloigna et rentra à son tour dans le bureau.
-         Chance, dites à vos hommes de continuer les recherches. Dites à vos supérieurs de m’envoyer la facture à Newman Entreprise.
 
 
Angelina était plus morte que vive. Kevin s’approcha d’elle, lui attrapa le bras. Angelina se retourna vers lui le visage noyé de larmes.
-         On ne va jamais les retrouver. Il fait si froid dehors et la pluie n’arrête pas de tomber : ils doivent avoir faim, froid… Kevin, et si ta mère avait raison ? Si j’étais une mauvaise mère ? Elle a raison je me suis enfuie en oubliant les enfants. J’étais totalement bouleversée en voyant Chloe t’embrasser. S’il est arrivé malheur à nos enfants je ne me le pardonnerais jamais.
-         Angelina, ne dit pas ça. Chérie, tu es une merveilleuse maman : la maman dont rêverait des millions d’enfants et les nôtres ont une chance incroyable de t’avoir pour mère.
-         Si j’avais eu un peu plus foi en toi, en nous, je ne serais pas partie en courant et tu n’aurais pas à me courir après en laissant nos enfants à la garde d’autre personne. Ce soir c’est Halloween. Nous aurions dû être chez nous pour le repas de famille ensuite nous serions partis faire la récolte des bonbons chez les voisins. Gowan était tellement impatient d’enfiler son costume de cowboy et Deidre son déguisement de papillon. Eleonore devait être habillée en coccinelle. Gowan a très peur des clowns et Deidre a peur des araignées mais nous aurions été là pour les rassurer. Nous aurions été présent pour eux. Au lieu de ça nos enfants sont là dehors quelque part loin de nous.  Où sont-ils, Kevin ? Allons revoir nos enfants un jour ?
-         Angelina, tu te souviens lorsque j’avais disparu suite à notre dispute lorsque cette fille, comment s’appelait t’elle déjà…
-         Chelsea.
-         Oui c’est cela, Chelsea. Nous étions disputés car j’avais eu des doutes sur notre mariage alors je suis parti de la maison en te le laissant la mort dans l’âme avec nos enfants et Eleonore qui était alors encore dans ton ventre. Tout le monde me croyait mort mais toi, toi, mon amour, tu n’as jamais perdu la foi et contre l’avis de tous et tout le monde tu t’es mise à ma recherche et tu m’as retrouvé. Aujourd’hui c’est cette même foi et ce même amour qui va nous permettre de retrouver nos enfants. Et cette fois, Angelina, mon amour, cette fois nous serons deux à garder cette foi.
Kevin lui tendit la main.
-         Vient.
Angelina le regarda intriguée.
-         Le moment est venu pour nous d’aller protéger nos enfants contre les montres et les araignées.
Angelina lui sourit.
-         Mon amour, nos enfants sont vivants. Je me fiche de ce que Chance et ses hommes peuvent dire ou penser : nous sommes leurs parents et les connaissons mieux que personne.
-         Mieux que personne.
-         Oui mieux que personne.
Kevin l’embrassa. Tous deux quittèrent le Neon Ecarlate par la porte de derrière.
 
 
***
 
Lily était assise au club devant un verre de vin et un repas qu’elle n’arrivait pas à avaler quand soudain elle vit Cane. Depuis leur séparation Cane louait une chambre à l’Athletic Club. Ce dernier se dirigea vers le bar quand il la vit.
-         Lily, j’ignorais que tu étais ici sinon j’aurais fait appel au service d’étage.
-         Ça ne fait rien je suis contente de te voir.
-         C’est vrai ?
-         Oui c’est vrai. Je t’en prie assieds-toi.
-         Tu es sur ?
-         Bien sûr.
-         Que fais-tu ici ? Ce soir c’est Halloween je pensais que tu serais dehors avec les enfants à faire la récolte des bonbons.
-         Ils sont avec papa. Les enfants n’avaient pas trop le cœur à se déguiser cette année. Ils ont appris pour les jumeaux de Kevin et Angelina et cela les a peinés bien au-delà de ce que j’aurais imaginé. Je n’ose imaginer ce qu’ils traversent. Si je perdais l’un de nos enfants je deviendrais folle.
-         Je suis d’accord.
-         Cane,
-         Lyly,
Tous deux se mirent à rire.
-         Toi d’abord.
-         Non va y toi d’abord.
-         Honneur aux dames qu’allais tu dire ?
-         J’ai beaucoup réfléchi depuis notre séparation, j’ai discuté avec papa et même Harmony : tu avais raison et j’avais tort d’encourager Devon dans cette direction. Angelina et Kevin sont mariés et amoureux.
-         Exactement comme nous l’étions.
-         Cane, j’aimerais retrouver ce que nous avions.
-         C’est aussi ce que j’aimerais mais pour ça tu n’as qu’une seule chose à faire. Comprends-moi bien, Lyly, il est hors de question de te demander de couper tout lien avec ton frère : jamais je ne ferais ça mais…
-         Mais tu voudrais me voir cesser de l’encourager à détruire un mariage.
-         Nous l’avons connu avec Chloe lorsqu’elle me fit croire que Delia était ma fille, enfin la fille de Philipe. Je ne comprends même pas que tu puisses l’imiter alors que tu sais à quel point cela fait souffrir d’être séparé de l’être aimé.
-         J’aime mon frère et je veux son bonheur mais tu as raison il ne peut pas se faire au détriment des autres : d’un couple, d’une famille.
-         Qu’est ce qui t’a fait changer d’avis ?
-         Je te l’ai dit j’ai parlé à mon père et même à Harmony et tous deux sont de ton avis : ce que Devon fait est mal : très mal.
-         Est-ce la seule chose qui t’a fait changer d’avis ?
-         Non. En fait j’étais là lorsque Gloria a traité Angelina de tous les noms et quand Chloe a fait son grand numéro. J’ai vu la douleur se dessiner sur le visage d’Angelina et s’enfuir en pleurant. J’ai entendu Kevin la défendre avant de courir à sa recherche. J’ai alors admis la vérité : Angelina aime Kevin et Kevin l’aime en retour.
-         Tu étais là lorsque les jumeaux ont disparu ?
-         Non. J’étais partie avant. Cane, s’il te plait reviens à la maison. Tu nous manque aux enfants et à moi. Tu manques aussi à Humphrey.
-         Lily, rien ne ferait plus plaisir que de revenir avec toi mais je veux d’abord m’assurer que tu ne recommenceras plus jamais à soutenir Devon dans cette voix.
-         Je te le promets. Je présenterai mes excuses à Angelina et Kevin.
Cane sourit.
 
 
***
 
 
En cette nuit d’Halloween sous ce froid polaire le lac de Genova était vide lorsque Angelina et Kevin arrivèrent. Angelina tressailli de froid.
-         Chérie, est ce ça va ?
-         J’ai juste un peu froid mais ça va aller.
-         Kevin retira sa veste et la mit sur les épaules d’Angelina.
-         Chéri, non ! Il fait un froid de canard ce soir.
-         Ça ira ne t’inquiète pas.
Angelina lui rendit sa veste.
-         Pas ce soir. Je suis déjà morte d’inquiétude pour nos enfants, s’il te plait ne me laisse pas m’inquiéter pour toi en plus de tout le reste.
Kevin l’embrassa.
-         Ils ont retrouvé le bandeau par ici : allons dans cette direction.
Ils marchèrent des heures durant dans la végétation sauvage de la région appelant leurs enfants.
-         Gowan. Deidre.
-         Kevinella.
Mais ni les enfants ni le chien ne répondaient aux appels. Soudain Angelina trouva quelque chose.
-         Kevin, regarde !
Kevin approcha la lampe de poche de l’objet qu’Angelina lui tendait.
-         C’est le bandana de Kevinella je le reconnais ! Je l’avais acheté la semaine dernière lorsque nous avons fait les courses avec les enfants. Gowan avait tenu à lui prendre.  
-         Tu es bien sûr ?
-         Sure et certaine. Kevin, mon amour, nous sommes sur la bonne voie : nos enfants sont quelque part par là j’en suis sure. Je ne saurais te l’expliquer je ressens exactement ce que j’ai ressenti en te cherchant lorsque tu avais disparu. Même si j’avais fini par perdre quelque peu espoir je t’ai retrouvé grâce à notre chienne et aujourd’hui cela recommence : elle nous met sur la voie.
-         J’ai confiance en ton instinct.
-         Deidre, Gowan, Kevinella ! Allons par là. Deidre, Gowan, Kevinella !
Soudain dans la nuit froide, glaciale et silencieuse on entendit quelques petits aboiements d’appel.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Disparation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: