Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'enquête s'enlise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 323
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: L'enquête s'enlise    Lun 24 Oct - 17:20


Depuis la tentative d’assassinat Kevin n’était plus retourné au Neon Ecarlate jusqu’à aujourd’hui. Angelina s’en inquiéta.
-         Chéri, es-tu sur d’être prêt ?
-         Si je ne le suis pas aujourd’hui je ne le saurais jamais.
-         Rien ne t’oblige à y aller. Eden et Daisy s’en sortent très bien toute seule.
-         Ça va aller, chérie.
-         Dans ce cas je t’accompagne.
-         Je n’envisageais pas les choses autrement.
Angelina sourit. Une demie heure plus tard la famille Fisher arriva devant le Neon Ecarlate. Kevin gara la voiture et regarda le café. Angelina mit sa main sur la jambe de son mari.
-         Chéri, es-tu sûr que ça va ? Nous pouvons toujours faire demi-tour et si tu n’as pas envie de rentrer à la maison nous pourrions aller nous promener au lac.
-         Ça va aller, mon amour. Il est temps pour moi de reprendre une vie normale.
-         Rien ne t’oblige à le faire maintenant. Chéri, on t’a tiré dessus ce n’est pas anodin. Tu as bien failli mourir.
Kevin la regarda.
-         Mais je suis vivant et je t’ai à mes côtés.
-         Et tu m’auras toujours.
Angelina l’embrassa.
-         Papa, mama, bisous.
Kevin et Angelina se retournèrent vers leurs enfants assis à l’arrière dans leurs sièges auto et se mirent à rire.
Le Neon Ecarlate était déjà plein lorsqu’ils entrèrent à la superfétation générale.
-         Kevin !
-         Salut, Daisy. 
-         Kevin, tu es de retour ?
-         Oui, Eden : je suis de retour.
-         Est-ce n’est pas un peu trop tôt ?
-         C’est exactement ce que je lui ai dit mais Kevin pense le contraire.
-         Angelina a pourtant raison, tu devrais rentrer chez toi et te reposer auprès de ta famille.
-         Ça va aller, Daisy. De toute façon comme tu le vois je ne suis pas séparé de ma famille puisque ma femme et mes enfants sont là. Même Kevinella est là. J’ai demandé à Pheasant de venir aussi mais elle a préféré ronronner sur le sofa.
Daisy et Eden se mirent à rire.
-         Contente de te revoir enfin.
-         Merci, Eden.
Chance, Heather et Michael entrèrent.
-         Kevin ! Que fais-tu ici ?
-         Cet établissement est le mien je te rappelle, Michael.
-         Ce n’est pas ce que je veux dire.
-         Je sais. Mais il est temps pour moi de revenir à la vie de tous les jours. Angelina n’était pas favorable mais j’ai insisté et de toute façon ce n’est pas entre ces murs qu’a lieu la fusillade mais à l’extérieur dans la ruelle. Dis-moi plutôt où vous en êtes au sujet de l’enquête.
Michael se tourna vers Heather.
-         Nulle part, Kevin.
-         Que veut tu dire par « nulle part » ?
-         Exactement ce que cela veut dire : pour le moment Heather et moi n’avons aucun indice nous permettant de nous mettre sur une piste.
-         Chance, lorsque mon mari était à l’hôpital vous m’aviez alors demandé si quelqu’un avait des raisons de lui en vouloir et je vous avais donné le nom de Devon Hamilton.
-         J’ai mené l’enquête de ce côté-là comme vous me l’aviez suggéré, Angelina, mais je suis tombé sur une impasse. Devon a un alibi en béton pour ce jour-là il n’était pas en ville mais en déplacement à Chicago.
-         Chicago ? Vous plaisantez ! Chicago n’est qu’à deux heures de route de Genoa de plus il aurait très bien pu utiliser le jet de Chancellor Industrie tirer sur Kevin et repartir à Chicago.
-         Angelina, je comprends ta colère mais Devon est innocent. Nous avons déjà vérifié tout ça à l’heure où l’on a tiré sur Kevin, Devon se trouvait dans un restaurant en pleine négociation avec un groupe musical. Ce restaurant est rempli de caméras de surveillance et à l’heure de la fusillade Devon s’y trouvait.
-         Comme par hasard !
-         Angelina, je conçois que tu sois en colère après ce que Devon t’a fait enduré et crois-moi j’aimerais moi aussi le voir payer mais en l’espèce il est innocent de ce dont tu l’accuse.
-         Heather, mon mari a failli mourir : je l’ai vu s’écrouler couvert de sang. Quelqu’un a voulu le tuer et la seule personne au monde qui aurait des raisons de le faire c’est Devon. Alors peut-être n’a-t-il pas tiré lui-même sur la gâchette mais il aurait très bien pu payer quelqu’un pour le faire à sa place.
-         Je regrette, Angelina, mais de ce côté non plus il n’y a rien. Heather et moi avons épluché tous les comptes bancaires de Devon il n’y a rien le reliant de près ou de loin à quelconque tireur à gage.
-         À sa mort Md Chancellor lui a légué toute sa fortune il aurait très bien utilisé un compte offshore.
-         Kevin, tu dois comprendre : j’aurais aimé avoir de meilleures nouvelles à te donner mais à ce jour nous n’avons aucune piste sérieuse et je ne peux pas m’acharner sur Devon sans la moindre preuve ni même un simple indice permettant de remonter la piste jusqu’à lui.
-         Autrement dit on m’a tiré une balle dans le dos, j’aurais pu mourir et laisser une femme, trois enfants, un chien plus un chat orphelin mais on ne sera jamais qui a fait ça. C’est bien ce que tu essayes de me dire, Heather ?
-         Kevin, êtes-vous retourné sur les lieux du crime ?
-         Pas encore.
-         Et vous, Angelina ?
-         Non plus. Pourquoi cette question ?
-         Vous devriez et voir si quelque chose vous revient en mémoire.
-         En mémoire ? Je ne comprends pas qu’espérez-vous découvrir ?
-         Peut-être auriez-vous vu quelqu’un roder dans le coin.
-         Chance, je vous l’ai dit le jour où l’on a tiré sur mon mari nous n’avons vu personne !
-         Vous non mais peut être Kevin oui.
-         Je vous rappelle qu’on m’a tiré dans le dos par conséquent je n’ai pas pu voir qui que ce soit.
-         Malgré tout le jeu en vaut la chandelle. En te rendant sur les lieux peut être te rappellera tu d’un élément qui t’aura échappé.
-         Et faire resurgir l’horreur.
-         De quoi avez-vous peur, Angelina ? Que Kevin découvre que vous n’êtes pas étrangère à cette tentative de meurtre ?
-         Maman ! Je t’ai déjà demandé de sortir de ma vie et je te défends de rependre des calomnies sur ma femme.
-         Vous êtes folle à lier, Gloria : j’aime Kevin plus que tout au monde. Je vous rappelle que c’est moi et moi seule qui suis allée à sa recherche lorsque tout le monde le croyait mort y compris vous, Gloria : vous qui êtes sa mère vous étiez persuadé qu’il était mort en braquant une banque et aujourd’hui vous osez m’accuser d’avoir intenter à la vie de mon mari ? L’homme que j’aime. Si vous croyez qu’à force de vous en prendre à moi je finirai par quitter Kevin vous rêvez ! Jamais je ne le quitterai car je l’aime ! Je l’aime !
-         Pour la dernière fois, Gloria, sort de ma vie !
-         Tu ne vois donc pas ce que cette femme a fait à notre famille ?
-         Angelina est ma famille !
-         Ça suffit, Gloria : tu en as assez fait. Kevin a été très clair il ne veut plus te voir alors vas t’en d’ici.
-         Michael, tu ne vas pas prendre le parti de cette femme contre ta propre mère ?
-         Tu devrais savoir que ce petit jeu n’a jamais fonctionné avec moi. Alors maintenant va-t’en. Kevin, Angelina, Heather, Chance et moi avons une affaire à résoudre.
-         C’est bon je m’en vais pour cette fois.
Kevin voulu répondre mais Michael l’en dissuada.
-         Laisse-la parler. Pour le moment nous avons plus important à faire.
-         Ça va, ma puce ? dit-il en la serrant dans ses bras.
Angelina sourit. Ils échangèrent un baiser.
-         Kevin, nous attendons ta réponse.
Angelina toujours dans ses bras Kevin la regarda.
-         Ça va aller, chérie. De toute façon je serai bien obligé de retourner dans cette ruelle un jour ou l’autre.
-         Kevin a raison, Angelina.
-         Papa, c’est encore trop tôt : beaucoup trop tôt. Je n’étais déjà pas favorable à ce qu’il reprenne le travail des aujourd’hui alors retourner dans cette ruelle sinistre où il a failli perdre la vie.
-         Je suis d’accord avec Angelina : c’est trop tôt.
-         Restes-en dehors de tout ça, Daisy.
-         Michael, Kevin est autant ton frère que le mien, j’ai le droit d’avoir une opinion même si celle-ci diffère de la tienne.
-         Daisy…
-         Oh ça suffit tous les deux ! De toute façon seul l’avis d’Angelina compte pour moi. Chérie, allons dans le bureau nous devons parler tous les deux. Eden, Daisy, vous voulez bien vous occuper des enfants ?
Kevin prit Angelina par la main et entra dans le bureau. Quelques minutes après ils en ressortirent.
-         OK : ça marche, je vais sortir dans cette ruelle et voir si quelque chose me revient en mémoire.  A tout à l’heure, dit-il en donnant un baiser à Angelina.
Dans la ruelle Kevin tressailli. Des flash-back survirent. Il revit sa femme pleurant, il se revit la serrer contre lui, la consolant.
Voyant que Kevin ne revenait toujours pas Angelina sortit à sa rencontre. Des flash-back apparurent sans ordre.
-         Ce n’est pas vraiment ce que j’appellerai un endroit romantique pour un rencard.
Kevin sourit.
-         Je ne te ne dirai pas le contraire.
-         Est-ce que quelque chose te revient ?
-         Je te revois à cet endroit pleurant parce que une fois de plus ma mère t’aura dit des choses odieuses. Je me revois te serrant dans mes bras, te caressant les cheveux, t’embrassant et puis…
-         Et puis le sang. Ton sang, Kevin. Tu t’es écroulé dans mes bras. Seigneur, j’ai cru que tu allais mourir. J’avais les mains couvertes de sang : ton sang, mon amour.
Kevin la serra dans ses bras.
-         J’ai appelé à l’aide et soudain tout est devenu noir de monde. Je ne sais plus qui était là ou pas tout ce que je voyais c’était toi. Je ne me souviens même plus si je t’avais posé ou non sur le sol. Kevin, mon amour, j’ai eu si peur. Si peur.
Angelina éclata en sanglot. Kevin la serra un peu plus dans ses bras en l’embrassant.
-         Ça va aller, mon amour. Tout va bien maintenant. C’est fini, ma chérie, c’est fini : je vais bien, je vais même très bien. Angelina, je t’aime.
Kevin plaqua ses lèvres sur celles d’Angelina.
-         Rentrons à la maison. Finalement ce n’était pas une si bonne idée de venir. Allons récupérer nos enfants et rentrons chez nous.
-         Vous voilà enfin, j’allais venir voir si tout allait bien.
-         Tout va bien, Daisy, mais ce n’était pas une si bonne idée de revenir ici si vite.
-         Vous êtes-vous souvenu d’un détail susceptible de nous aider ?
-         Non, Chance, je suis navré mais je n’ai rien vu ni entendu ce jour-là. Je suis le premier à vouloir voir résoudre cette affaire mais hélas je ne me souviens de rien.
-         Et vous, Angelina ?
-         Non hélas, je n’ai rien vu ni entendu jusqu’à ce coup de feu et Kevin s’effondrant dans mes bras.
Gloria gloussa.
-         Parce que vous imaginez sans doute qu’elle vous dira quoique ce soit alors qu’elle est responsable de ce qui est arrivé ?
En entendant la voix de Gloria Kevin se retourna.
-         Qu’est ce tu fais encore ici ? Je t’avais demandé de t’en aller.
-         Elle est partie, du moins je le croyais.
-         Michael, tu ne croyais tout de même pas que j’allais laisser ton frère entre les mains de cette femme qui voudrait le voir mort ?
-         Vous êtes folle à lier, Gloria ! J’aime Kevin de tout mon cœur depuis toujours et je voudrais le tuer ?
-         Vous avez tellement peur de voir Kevin vous échapper que vous avez tenté de le tuer ! Mais c’est vous, c’est vous, Angelina qui auriez dû recevoir ces balles.
-         Gloria, ce sont là des accusations très grave que vous lancez, avez-vous des preuves ?
-         Je n’en ai pas besoin, Heather. Une mère sent ce genre de chose et sait lorsque son enfant a besoin d’elle.
-         C’est un peu tard pour ça tu ne crois pas ? 
-         Gloria, Angelina se trouvait avec Kevin lorsque la fusillade a eu lieu comment voulez-vous qu’elle puisse avoir tiré sur lui dans le dos de surcroit.
-         Je n’ai jamais dit que c’était elle qui l’avait fait elle aurait très bien pu envoyer quelqu’un. Son père est un mafieux l’auriez-vous oublié ?
-         Aucun de mes hommes n’a jamais tiré sur Kevin. Il est le gendre dont j’ai toujours rêvé pour ma Princesse.
-         Ç’en est assez : je t’interdis de venir dans mon affaire pour insulter et colporter d’affreuses rumeurs sur ma femme ! Alors pour la dernière fois sort d’ici si tu ne veux pas que je demande à l’Inspecteur Chancellor de jeter dehors !
-         Tu ferais ça à ta propre mère ? Kevin, tu ne vois pas ce qui se passe depuis que cette fille est entrée dans ta vie : nous étions si proche avant.
-         Cette fille comme tu dis à un nom : Angelina et de deux c’est ma femme et la mère de mes enfants et pour finir : je l’aime !
-         Pour quelle raison Angelina aurait-elle voulut tuer son mari ?
-         Par peur bien sûr.
-         Peur de quoi ?
-         De le perdre au profit d’une autre. Cette fille sait que son mariage ne tient que sur un fil et si Kevin revoyait Chloe il la laisserait tomber immédiatement.
-         Chloe ? Aux dernières nouvelles Chloe est mariée avec Lauren.
-         Tu sais bien pourquoi elle s’est mise avec ton ancienne belle-sœur : uniquement par désespoir parce que par pitié tu t’es remarié avec Angelina mais si Chloe se trouvait là maintenant devant toi Angelina sait très bien comment tu réagirais.
-         Et comment je réagirais selon toi ?
-         Tu t’empresserais de lui faire l’amour.
-         Ah oui vraiment ?
-         J’en suis sure et certaine.
-         Bonjour, Kevin.
Chloe sortit du patio où elle se cachait et embrassa Kevin sur les lèvres. Ce dernier prit par surprise n’eut pas le temps de réagir. C’était plus qu’Angelina ne pouvait en supporter elle sortit du Neon Ecarlate en larme et prit le voulant.
-         Angelina, chérie, attends !  
Kevin repoussa Chloe brutalement et se retourna vers sa mère tout en s’essuyant les lèvres.
-         S’il arrive quoique ce soit à la femme que j’aime je ne te le pardonnerais jamais !
-         Kevin, tiens prend ça, dit Dylan en lui lançant ses clés de voiture.
Kevin attrapa les clés et sortit en courant. Dans la voiture il brancha le kit main libre et appela sa femme.
-         Appel Angelina.
Angelina vit l’appel de Kevin mais ne décrocha pas. Kevin réussit à la rattraper et entama une course poursuite qui s’arrêta devant chez eux. L’un et l’autre sortirent de la voiture, Angelina s’apprêtait à rentrer chez elle en laissant Kevin à l’extérieur mais il parvint à l’en empêcher en la serrant dans ses bras.
-         Angelina, attends.
Elle se défit et entra dans la maison en larme. En voyant son humaine dans cet état Pheasant vint se frotter contre ses jambes.
-         Que j’attende quoi, Kevin ? Que tu me dises que tout est fini entre nous ? Que tout ce que nous avons vécu et partager appartient désormais au passé ? C’est pour ça que tu voulais tellement aller au Neon Ecarlate aujourd’hui. Parce que tu avais rendez-vous avec elle. Pourquoi as-tu fait tout ça, Kevin ? Je t’aimais et j’étais prête à te donner ce que tu voulais mais tu m’as retenue en me disant être amoureux de moi et vouloir faire ta vie avec moi. Je t’ai cru. J’avais confiance en toi : tu m’as donné trois magnifiques enfants et tu disais vouloir remplir un stade de super Bowl avec nos enfants. Tu as même été jusqu’à donner comme prenons à notre chien la synchronisation de nos deux noms. Tu aurais tout aussi bien pu me laisser mourir après tout nous n’étions plus officiellement mari et femme au lieu de ça tu as déplacé des montagnes pour me sauver et ensuite tu m’as demandé en mariage et tu m’as offert le plus romantique de tous les mariages.   Pourquoi as-tu fait tout ça, Kevin si tu ne m’aimais pas ?
Kevin avait les larmes aux yeux également.
-         Parce que je t’aime, Angelina. Je t’aime comme je n’ai jamais aimé aucune femme avant toi.
-         Mais ta mère…
-         Au diable ma mère ! Je t’en prie, chérie, ne la laisse pas t’atteindre. Je me fiche comme d’une guigne de ce qu’elle dit ou fait et tu devrais en faire autant.
-         Chloe…
-         Quoi Chloe, d’elle aussi je m’en moque. Je l’ai aimé par le passé mais c’était bien avant de tomber amoureux de toi.
-         Tu savais qu’elle devait venir aujourd’hui ?
-         Non, bien sûr que non ! Angelina, tu es la seule : la seule femme avec laquelle je veux vivre.
-         Mais tu l’as embrassé.
-         C’est elle qui m’a embrassé. J’étais pris par surprise c’était bien la dernière personne au monde que je me serais attendu à voir. Je t’en prie, chérie, tu dois me faire confiance lorsque je te dis que je t’aime. Cette équipe de super Bowl je veux toujours la bâtir avec toi. Chloe appartient à mon passé : tu es mon présent et mon avenir.
Angelina ne répondit pas.
-         Que dois-je faire pour que tu me crois, Angelina ?
-         Ta mère me hait au point de croire que j’ai intenté à ta vie.
 
 
***
 
 
Au Neon Ecarlate tout le monde s’efforçait de rassurer les enfants. Chloe voulu s’approcher d’eux mais Colleen l’en empêcha.
-         Ne t’avise pas à t’approcher de ces enfants, Chloe.
-         Ce sont les enfants de Kevin soit mes beaux enfants bientôt.
-         Tu veux savoir lorsque mon neveu et mes nièces deviendront tes beaux enfants, Chloe ? Lorsqu’il gèlera en enfer !
-         Ce n’est pas à vous d’en décider, Daisy.
-         Ni à vous, Gloria.
-         Kevin est loyal, c’est une de ses nombreuses qualités et un jour il me reviendra.
-         Tu peux toujours rêver. Mon frère est heureux avec Angelina.
-         Je suppose que c’est l’opinion d’une experte mais quel est l’homme qui partage ta vie ? Même le père de ton enfant n’est pas avec toi. Moi je peux récupérer Kevin d’un claquement doigt, dit-elle en joignant le geste à la parole.
-         Chloe, Daisy et moi ne sommes peut-être pas en couple mais cela ne nous empêche pas d’être amis.
-         Mais dis-moi, Chloe, que devient Lauren dans tout ça ?
-         Lauren et moi avons vécu une belle aventure mais au final j’ai découvert être toujours amoureuse de Kevin.
-         Tiens donc. Et tu as découvert ça toute seule ? Sans l’aide de personne ?
-         Serais de l’ironie que j’entends dans ta voix, Michael ?
-         À toi d’en juger !
-         Michael, notre famille va enfin être débarrassée de cette abrutie !
-         Je vous interdits de traiter ma fille d’abrutie, Gloria !
-         Vous n’avez rien à m’interdire, Angelo. Je parlerais de votre fille comme j’en ai envie est ce clair ?
Pendant ce temps personne ne prêta plus attention aux jumeaux désormais en âge de marcher. Gowan prit sa petite sœur par la main et tous deux sortirent du café à l’insu de tous suivi comme à l’accoutumée par Kevinella.
 
 
***
 
Au poste de police Chance était soucieux.
-         À quoi penses-tu ?
-         Nous avons lamentablement échoué, Heather. Nous avons étudié ce dossier dans tous les sens, interrogé des dizaines de témoins mais notre principal suspect a un alibi pour ce jour-là et rien n’indique qu’il ait pu payer un tireur à gage.
-         Il y a forcément un indice là quelque part qui nous mettrai sur la voie.
-         Malheureusement il n’y a rien. Rien qui puisse nous servir.
-         C’est donc une affaire classée non résolue.
-         Je le crains.
 
***
 
Kevin s’approcha lentement d’Angelina, prit ses mains dans les siennes.
-         Angelina, mon amour, que faut-il que je fasse ou dise pour qu’enfin tu me crois ? Je t’aime. Tu es celle que j’ai attendue toute ma vie, celle avec laquelle je veux passer le restant de mes jours et agrandir notre tribu. Oublie ma mère, oublie Chloe, oublie tout. Oublie-les tous. Seul compte ce que nous désirons toi et moi. Chérie, je pensais et pense encore chaque mot prononcé le jour de notre mariage. Tu t’en souviens ? Nous sommes mariés devant cette forge et nous nous sommes promis que notre amour serait toujours aussi solide que cette forge. Nous avons appelé notre fils ainé Gowan.
À travers ses larmes Angelina esquissa un léger sourire. Kevin sourit à son tour.
-         Je t’aime, Kevin.
-         Je t’aime moi aussi.
Kevin l’attira dans ses bras et l’embrassa.
-         C’est pour la vie nous deux ?
-         Pour la vie, mon amour.
Angelina se jeta dans ses bras, Kevin la souleva et la porta jusqu’à dans leur chambre.
 
 
***
 
Plusieurs heures s’étaient écoulées depuis la disparation des jumeaux avant qu’enfin ils ne se rendirent compte de l’absence des enfants grâce à la petite Eleonore qui se mit à pleurer voulant manger.
Chloe voulut la prendre mais Angelo s’y opposa.
-         Ne touchez pas à ma petite fille !
-         Angelo, je vous l’ai dit, cette enfant va devenir ma belle-fille alors plus tôt elle me connaitra mieux ce sera.
-         Cette enfant ne deviendra jamais votre belle fille car Kevin ne quittera jamais ma fille !
-         Angelo a raison, Chloé. Kevin aime Angelina. Entre eux c’est pour la vie.
-         Rien n’est jamais pour la vie, Michael.
-         Eux si. Maintenant sort d’ici avant que je ne te fasse jeter dehors.
-         Qui est tu pour pouvoir le faire ?
-         Tu sembles oublier qui je suis ou plutôt comment je m’appelle : mon nom est Colleen Carlton et ma famille a énormément de relation dans cette ville. Un mot de ma part et tu dégages. Kevin et Angelina sont mes meilleurs amis et je ne te laisserai pas leur faire du mal.
-         Colleen, Chloe et Kevin vont se remarier tout comme Michael et Lauren.
-         Alors c’est ça ton plan, Gloria ? Chloe et Kevin et Lauren et moi ?
-         C’est dans l’ordre des choses, Michael.
La petite Eleonore se remit à pleurer.
-         Elle doit surement avoir faim et envie de dormir, dit Daisy.
-         Je m’en occupe. J’ai promis à Kevin de les emmener au ranch tous les trois. Gowan et Deidre seront ravis de voir les chevaux. Mais où sont-ils ? Gowan, Deidre ! Où êtes-vous les enfants ?
-         Gowan ! Deidre !
-         Ils ne peuvent pas être bien loin.
-         Gowan ! Deidre !
-         Kevinella aussi a disparu, dit Eden après avoir remarqué l’absence du chien.
Tout le monde se mit à les chercher de partout : en vain. Les jumeaux et leur chien avaient disparu tous les trois.
-         Il faut organiser des recherches. Séparons-nous-en plusieurs groupes nous aurons plus de chance de les retrouver.
Chloe voulu se lever mais Michael l’en en empêcha.
-         Rentre chez toi, Chloe. Tu as fait assez de mal comme ça. Toi aussi, Gloria. S’il arrive malheur aux enfants Kevin ne vous le pardonnera jamais et moi non plus.
-         Je n’y suis absolument pour rien.
-         Ce ne sera pas l’avis de Kevin.
-         Kevin, faut-il le prévenir ?
-         Pas maintenant, Colleen. Angelina et lui ont des choses à résoudre.
 
***
 
Dans les bras l’un de l’autre Kevin et Angelina avaient retrouvé le sourire. Kevin la couvrant de caresses et de baisers.
-         Angelina, fait moi une promesse. Ne doutes plus jamais de mon amour pour toi. Je t’aime, chérie. Pour moi tu es la seule qui compte. Je t’aime, mon amour.
-         Moi aussi je t’aime mais ta mère…
-         Oublie ma mère ! Ce n’est pas elle décider de ma vie. Lorsque j’étais enfant et j’avais besoin d’elle elle n’était jamais là.  Soit elle t’accepte comme étant la femme de ma vie soit elle en sort à jamais.
-         Kevin, ne dit pas ça.  Mon amour, c’est ta mère.
-         Non, chérie, toi tu es une mère pour nos enfants mais Gloria ne l’a jamais été. En parlant des enfants la maison est étrangement calme sans eux ni Kevinella : leur complice en bêtises même si à cette heure ils sont endormis depuis longtemps. Tu vois un peu ce que tu as fait de moi : tu m’as rendu sentimental, dit-il taquin. Je passe une nuit sans ma tribu et déjà elle me manque.
Angelina se mit à rire et l’embrassa. Kevin la regarda d’un regard langoureux.
-         Je t’aime, Angelina. Je t’aime plus que les mots peuvent le dire. Tu as fait de moi un homme heureux.
-         Je t’aime aussi, Kevin.
Ils s’embrassèrent.
-         Les enfants doivent être endormis depuis longtemps maintenant. Je me demande s’ils ont aimé les chevaux ?
-         Nous le saurons dans quelques heures. À moi aussi ils me manquent.
Kevin la regarda et sourit avant de la serrer dans ses bras.
 
Au Neon Ecarlate les recherches pour retrouver les enfants se poursuivaient mais ils semblaient s’être volatiliser. La nuit était tombée depuis longtemps lorsqu’il se mit à pleuvoir à verse.
-         Que fais t’ont, Michael ? Cela fait des heures maintenant et il n’y a aucune trace d’eux nulle part.
Michael soupira.
-         Je vais signaler leur disparation à la police : j’aurais dû le faire beaucoup plus tôt.
-         Et tu penses à leurs parents ? que fais-t-on au sujet de Kevin et Angelina : Michael, ce sont leurs enfants ils ont le droit de savoir.
-         Je suis d’accord avec Colleen, Michael. Kevin et Angelina ont le droit de savoir, dit Daniel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
L'enquête s'enlise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une commission d’enquête et de contrôle interne à la BRH du Cap-Haitien.
» Enquête Archéologique (libre)
» L'île noyée... une enquête de Jack Norm...
» L'enquête sur la double nationalité de Michel Martelly
» besoin d'aventure ? d'enquête policière ?...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: