Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ADN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: L'ADN   Mer 31 Aoû - 22:49


-         Gloria, Gloria.
Michael lui donna quelques gifles afin de la réveiller tandis qu’Angelina lui apporta un verre d’eau.
-         Michael, j’ai fait un rêve : ton frère était là… ha !!!!!!!!!!
Gloria poussa un hurlement de terreur en voyant Kevin.
-         Qui êtes-vous, demanda Alex ?
-         Comment ça qui je suis ? c’est moi : Kevin.
-         Kevin Fisher est mort.
-         Il n’est pas mort, répliqua Angelina.
-         Angelina, je sais que tu aimerais croire que ton mari est toujours vivant et crois moi aussi puisqu’il te rend heureuse mais ce n’est pas le cas : Kevin est mort.
-         Pour un mort je suis bien vivant !
-         Qui me prouve que vous êtes bien mon frère ?
-         Michael, j’ai reçu un SMS d’Angelina me demandant de venir au Neon Ecarlate, que se passe-t-il ? Kevin ?
-         Oui, Daisy, c’est bien moi.
-         Mon Dieu, mais comment est-ce possible ?
Daniel arriva à son tour.
-       Michael, j’ai reçu un SMS d’Angelina me demandant de venir au Neon Ecarlate, que se passe-t-il ? Kevin ?
-         Content de te voir moi aussi.
Colleen, Dylan, Cassie et Eden arrivèrent quelques minutes après.
-         Oh mon dieu, Kevin, c’est toi, c’est bien toi ? Je ne suis pas en train de rêver ?
Kevin sourit et alla à la rencontre de son amie.
-         Tu ne rêves pas, Colleen. Je suis rentré à la maison grâce à cette merveilleuse jeune femme qui n’a jamais baissé les bras pour me retrouver, dit-il en attirant Angelina jusqu’à lui et lui donnant un baiser.
-         Oh mon Dieu, Angelina nous avait dit que tu étais vivant mais aucun de nous n’avons voulu la croire.
-         Parce que ce n’est pas lui, Eden. Kevin est mort !
-         Alex, dit Angelina en se retournant vers lui, pour la deuxième et dernière fois, je te prie de ne pas de te mêler de ça. Kevin est bien vivant tu en as la preuve vivante sous tes yeux. Je mets à ta place : je sais que sais pour l’avoir vécu d’avoir des sentiments qui ne les partage pas alors au nom de notre veille amitié ne m’oblige pas à devenir cruelle. Par conséquent je te demande de sortir d’ici et de nous laisser en famille.
-         Angelina, qui prouve que ce type est bien celui qui prétend être ? Nous avons retrouvé Kevin et même si c’est dur à entendre il est mort. Tu entends, Angelina ? mort ! mort dans un braquage de banque à Miami.
-         Si je ne suis pas Kevin alors qui suis-je ?
-         C’est que j’aimerais bien découvrir.
Les enfants se dirigèrent vers leur père qui les prit un à un dans les bras en leur donnant un baiser.
-         Michael ?
-         Je suis désolé, Angelina, comme toi j’aimerais croire que mon frère est toujours en vie mais il ne l’est pas. J’ai vu son corps à la morgue.
-         J’ai été victime d’un vol, Michael. Ils m’ont tout volé : tout ce que j’avais ils me l’ont pris.
-         Ils ?
-         Des voleurs. Cette nuit-là j’étais anéanti : j’avais le cœur brisé. Je croyais mon mariage terminé, qu’Angelina ne me pardonnerait jamais. Alors j’ai pris la voiture et j’ai roulé au hasard sans même me rendre savoir où j’allais. Tout ce que je voulais c’était oublié alors je suis rentré dans un bar et j’ai bu. J’étais totalement ivre et je n’ai pas vu que deux hommes m’avaient suivi en sortant. Ils m’ont frappé jusqu’à ce que je m’évanouisse. À mon réveil le lendemain matin, je n’avais plus rien. Ni voiture, ni papier, ni téléphone… plus rien. Exception faite de mon alliance. J’ignore pourquoi mais ils me l’ont laissé. Je me suis mis à marcher de ville en ville, enchainant des petits boulots pour pouvoir me nourrir. Jusqu’au moment où j’ai fini par trouver refuge dans un endroit qui a une signification pour Angelina et moi. C’est là qu’elle a fini par me retrouver.
-         Où étais ce ? À Miami ?
-      Mais non pas Miami ! Nous ne sommes jamais allés dans cette ville. C’est au Canada bien sûr ! Près des chutes du Niagara.
Alejandro tapa des mains de manière ironique.
-         Bravo ! vraiment bravo. Vous devriez écrire un roman à l’eau de rose mais vous ignoriez sans doute que je suis flic et ce genre de roman ne prend pas avec moi.
Il s’approcha de Deidre et voulut la prendre mais la petite se mit à pleurer et Kevinella montra les crocs.
Cette fois Angelina fulmina pour de bon.
-         Ok, maintenant ça suffit ! Je te demande de ficher le camp d’ici une fois pour toute et nous laisser en famille.
-         Non, attends, Angelina : il peut rester. Alex est non seulement un collègue mais également un ami et son avis est le bienvenu il voit les choses de façon plus objective que nous qui aimerions tellement que Kevin soit vivant.
-      Objectif ? Tu veux rire, Michael ? Ce type est raide de ma femme  et il fait peur à mes enfants ! Me voir mort servirait ses affaires. Dis-moi, Michael, si je n’étais pas Kevin qui suis-je ?
-         C’est que j’espère bien découvrir.
-         Michael, que dirais tu de faire passer un test ADN à cet individu ? Les résultats du test prouveront alors qu’il n’est absolument pas celui qu’il prétend être.
-         Quoi ? Michael, non, tu ne vas tout de même pas mettre en doute les paroles de ton propre frère pour Alex ?
-         Je suis désolé, Angelina, mais je dois en avoir le cœur net.
-         Cela ira, chérie. Laisse-les passer tous les tests qu’ils veulent cela m’est égal.
-         Va donc comparer ton ADN avec celui de ton copain à la morgue, Michael et tu verras qu’il n’est absolument pas Kevin.
-         De quoi as-tu peur, Angelina ? de la vérité ?
-      Je n’ai peur de rien, Alex et encore moins de la vérité car je la connais. Kevin est bien vivant.
-         C’est que nous verrons.
-      Angelina, comme toi je souhaite plus que tout que Kevin soit vivant et de retour parmi nous mais en attendant que nous soyons fixés, j’aimerais que toi et les enfants veniez habiter chez moi.
-         Quoi ?
-         Tu m’as bien compris. Les enfants et toi allaient venir habiter chez moi tant que nous n’aurons pas les résultats de l’ADN. Je veux te savoir en sécurité.
-         Michael, non ! Tu veuilles me faire passer un stupide test d’ADN ok, mais j’ai été si longtemps séparé de ma femme et de mes enfants il est hors de question que j’en sois séparé une fois de plus.
-         Angelina, rien ne dit que cet homme n’est pas un dangereux criminel en cavale.
-         Je n’arrive pas à y croire. Non vraiment je n’arrive pas à y croire. Tu étais prêt à admettre qu’un braqueur de banque est bien ton frère mais tu refuses de croire la réalité. Je n’irai nulle part ailleurs que chez moi avec mon mari et mes enfants.
-      Si tu veux mettre ta vie en danger c’est ton choix mais il est de mon devoir de protéger les enfants par conséquent je vais demander une ordonnance d’éloignement de cet individu tant que nous n’aurons pas la preuve formelle de son identité, des enfants.
-         Tu veux éloigner les enfants de leur père alors qu’ils viennent de le retrouver ?
-         Il n’est pas du tout certain qu’il le soit.
-         Ah oui ? Va dire ça à mon cœur, à mes enfants qui se sont jetés dans les bras de leur père en le voyant… d’ailleurs tu l’as-tu vu de toi-même : tu as vu comment nos enfants ont réclamé les bras à leur père. Pheasant s’est frotté à ses jambes, Kevinella a jappé comme une folle en le reconnaissant. Toute notre famille est enfin réunie et tu veux la détruire ? Pourquoi ?
-         Angelina, personne ne souhaite plus que moi avoir tort et qu’il soit bien celui qui prétend être mais en attendant mon métier m’oblige à être prudent.
-         Ton métier, Michael ? Sauf qu’ici tu n’es pas dans ton tribunal et tu n’es pas en train d’accuser quelqu’un d’un crime. Ici il n’y a que la famille.
-         Michael, je veux bien faire n’importe quoi pour te prouver que je suis bien moi mais je ne laisserai ni toi ni personne me séparer de ma famille. Je viens tout juste de la retrouver il est hors de question de la perdre de nouveau.
-         Si tu es bien Kevin alors ce ne sera que pour quelques jours.
-         Quelques jours c’est déjà trop au vu de ce que j’ai vécu ! Fais-moi passer ce stupide test si tu veux mais je t’interdis de m’éloigner de ma femme et de mes enfants.
-       Je suis partage l’avis de mon mari : je ne laisserai pas ta paranoïa détruire ma famille !
-         Il ne s’agit pas de paranoïa, Angelina simplement de précaution.
-         Précaution ? Envers ton propre frère ?
-         Angelina, tu oublies cet homme à la morgue.
-         Ce n’est pas Kevin, dit-elle en articulant chaque syllabe.
-         Comment le sais-tu ?
-         Ça suffit, Michael, fait moi passer ces stupides tests d’ADN qu’on en finisse !
-     J’appelle l’équipe du labo, dit Alex mais avant vous allez me donner ces enfants.
Joignant le geste à la parole, Alex voulu retirer Deidre des bras de son père, l’enfant se mit à alors à pleurer et à crier, imité par son frère lorsqu’il tenta de l’arracher à Kevin. Kevinella se mit alors à aboyer.
Devon et Lily entrèrent au moment où Alex téléphonait au labo. En le voyant Kevin fulmina et Angelina prit peur. Kevinella aboya de plus en plus fort.
-         Qu’est-ce il fiche ici celui-là ? Michael, Alex faite le sortir d’ici ! Devon, fiche le camp d’ici !
-         Kevin ? Cela ne peut pas être toi, Kevin est mort !
-         Kevin n’est pas mort !
-         Nous ne sommes pas encore sûr que ce soit Kevin.
-         La ferme, Alex !
-         Si je n’étais pas Kevin comment saurais je que cet individu fait l’objet d’une ordonnance restrictive après avoir tenté de violer ma femme ?
-         Vous avez très bien pu lire ça dans les journaux.
-         Les journaux vraiment ? Comment aurais-je pu puisqu’il s’est servi de l’immense fortune dont il a hérité par Md Chancellor pour camoufler son crime.
-         Angelina a très bien pu vous en parler en pensant que vous étiez Kevin.
-         Je n’avais pas revu mon mari depuis trois long et interminables mois et tu t’imagines qu’en le retrouvant je vais lui parler de cette vermine de Devon Hamilton ?
L’équipe du laboratoire arriva pour le prélèvement.
Angelina prit son fils dans les bras.
-         Gowan, tu vas faire quelque chose pour papa. Ces messieurs vont te faire une toute petite piqure : cela ne fera pas mal. À moins que vous mettiez aussi en doute la paternité de Kevin, dit-elle en se retournant vers Michael et les autres ?
-         Non, je sais bien que tu n’aurais jamais trompé Kevin.
-      Chéri, es-tu sur de vouloir faire ça ? Tu n’as rien à prouver à personne.
-         Que se passe-t-il, Angelina, aurais tu des doutes que ce ne soit pas Kevin et que ce dernier est mort en commettant un hold up ?
-         La ferme, Devon ! Personne ne t’a demandé ton avis et d’ailleurs tu n’as rien à faire ici ! Michael, je croyais qu’il était interdit d’accès au Neon Ecarlate ?
-         Il n’a pas le droit de s’approcher de toi dans un rayon d’un mile.
-       Devon, ou tu fiche le camp de toi-même ou je te fais jeter dehors !
-         Je ne partirai nulle part ! J’ai autant le droit d’être ici que n’importe qui d’entre vous.
-         Alex, bon sang, faites quelque chose ! Vous doutez que je sois Kevin mais vous savez que ce type a voulu violer Angelina alors jetez le dehors !
-         Viens, Devon, partons. Nous reviendrons à un autre moment.
-       Non, Lyly, ni toi ni ton criminel de frère ne reviendrez au Neon Ecarlate.
Le regard de Colleen passa de Lyly à Kevin. En regardant ce dernier elle se demandait si c’était bien lui.
Une fois Devon et sa sœur sortis, Kevin se prêta au test ADN. Aucun d’entre eux ne remarqua la présence de Devon les espionnant.
-         Une mèche de cheveux des enfants suffira. Nous le comparerons aussi avec l’ADN de cet homme à la morgue et nous serons fixés dans quelques jours. Je vais demander à ce que l’on s’en occupe en priorité.
De retour chez eux Kevin était pensif. Angelina posa sa tête sur son épaule. Kevin se retourna et lui fit face en souriant.
-         Rien ne s’est passé comme nous l’espérions.
-         Je n’aurais jamais cru que ma famille puisse me faire ça.
-         Alex est trop méfiant : c’est sans doute une déformation professionnelle et il déteint sur Michael.
-         Je n’aimerais pas être à la place d’un accusé lorsque Michael plaide.
-         Sauf que nous ne sommes pas devant un tribunal. Je te demande pardon, chéri, jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse te faire ça.
-         Angelina, mon amour : tu n’es pas responsable de ce qui s’est passé. Tu voulais bien faire en réunissant notre famille mais désormais la famille c’est toi, les jumeaux et ce petit bébé que j’aime déjà de tout mon cœur, dit-il en mettant sa main sur le ventre de sa femme.
Angelina sourit. Kevin sourit à son tour en sentant le bébé bougeait.
-         Ton fils ou ta fille se croit déjà en final du Super Bowl.
Kevin éclata de rire et l’embrassa, lorsque on sonna à la porte.
Ce doit être le livreur qui vient nous livrer nos courses. Je vais ouvrir.
-         Angelina Fisher ?
-         C’est bien moi.
-         J’ai un colis pour vous. Signer ici je vous prie. Merci, bonne journée !
Angelina entra chez elle avec une petite boite à la main : intriguée.
-         C’était bien le livreur mais pas celui des courses. On vient de me livrer ce colis. Je me demande bien ce qui il peut contenir.
-         Ouvre-le tu seras fixée.
Angelina ouvrit le colis. A l’intérieur se trouvait un écrin. Elle regarda Kevin qui sourit. Elle sourit en retour.
-         Il y’a une carte d’accompagnement : « Avec tout mon Amour : Kevin »
Elle ouvrit le coffret.
À l’intérieur se trouvait un collier infini en argent avec leurs deux prénoms gravés dans le métal.
-         Kevin ! Il est magnifique !
-         Heureux qu’il te plaise. J’ai tenu à symboliser ce que je ressens pour toi, Angelina : je t’aime, chérie, je t’aime à l’infini. Mon amour pour toi n’a pas de limite.
Angelina se jeta dans ses bras et l’embrassa.
-         Tu veux bien me le mettre ?
Kevin sourit et enfila le collier au cou d’Angelina. Celle-ci se regarda dans le miroir en caressant la chaine.
-         Il te plait ?
Elle se retourna vers lui : les larmes aux yeux.
-         Mon amour, il est absolument magnifique.
-         C’est toi qui est magnifique.
 

_________________


Dernière édition par Angelina Fisher le Ven 2 Sep - 10:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Re: L'ADN   Mer 31 Aoû - 22:51


Daniel se trouvait chez Daisy discutant de la situation de la journée. Celle-ci semblait distraite.
-         Tu aimerais garder Lucy pour ce soir ?
-         Quoi ? dit-elle en revenant à elle en entendant le prénom de sa fille.
-         Je te demandais si tu voulais garder Lucy pour la nuit mais apparemment ce n’est pas ce à quoi tu pensais.
-         Non, non, on s’en tient à notre accord. Lucy se fait une joie d’aller dormir chez toi ce soir.
-         Je suis content de l’avoir également. Tu pensais à ce qui s’est passé ce matin, n’est-ce pas ?
-         Comment ne pas y penser, dit-elle en se levant pour se servir un verre d’eau et en tendant un à Daniel.
-         Merci. Quel est ton avis ?
-         J’n’en sais rien, Daniel. C’est dingue cette histoire. Qui serait-il s’il n’était pas Kevin et quel serait son intérêt à se faire passer pour lui ?
-         Je n’en sais rien. En revanche tu as connu une situation similaire par le passé.
-         Cela n’avait rien à voir. Tante Sarah était la sœur de ma mère et voulut se venger de Lauren pour avoir tué ma mère. Cette vengeance ne s’est pas faite du jour au lendemain il a fallu de longues années de préparation. Or Kevin n’a pas d’ennemi et il n’est pas milliardaire. Pourquoi quelqu’un voudrait-il se faire passer pour lui et s’occuper d’une femme déjà mère de deux jumeaux de 15 mois et enceinte de son troisième enfant. Qu’aurait-il à y gagner ?
Daniel soupira.
-         Tu as raison : ça n’a pas de sens !
-         Tu as vu les enfants comment ils étaient avec lui en revanche les enfants se sont mis à pleurer et crier lorsque Alex a voulu les prendre dans ses bras et Kevinella a montré les crocs à Alex et Devon.
-         Pour toi c’est une preuve suffisante ?
-         Tu parlais tout à l’heure de Tante Sarah, j’ignore si tu le sais mais lorsqu’elle a pris la place de Lauren, Fen ressentait que quelque chose clochait : il n’était pas à l’aise avec elle. Les enfants de Kevin et Angelina réclament…
-         Kevin. C’est bien ce tu allais dire ?
-         Oui.
-         Autrement dis-tu partage l’avis d’Angelina lorsqu’elle dit que Kevin est vivant.
-         Tu dois penser que je suis folle ?
-         Pas du tout : moi aussi j’aimerais qu’elle ait raison.
-         Kevin est mon frère et depuis son mariage avec Angelina nous avons réussi à tisser quelques liens de frère et sœur : je ne peux pas croire que ce soit déjà terminé.
 
 
***
 
Colleen se trouvait au club attendant un repas à emporter lorsqu’elle aperçut Lily assise à une table.
-         Je serai assise à la table 9, veuillez me l’apporter là-bas je vous prie.
Je peux m’assoir ?
-         Colleen ? Je ne t’avais pas vu arriver.
-         Cela fait un moment qu’on ne s’est pas vu.
-         En effet. Charlie et Mattie m’occupe une bonne partie de la journée.
-         Et le reste du temps tu le passe avec Devon à comploter à comment détruire un couple qui s’aime.
-         Je ne complote rien du tout : j’aide juste mon frère à conquérir l’amour de sa vie.
-         L’amour de sa vie ? Angelina est l’amour de la vie de Devon depuis quand ? Depuis le jour où il a essayé de la violer ?
-         Il n’a pas essayé de la violer : Angelina s’est mépris ses intentions. Il l’aime : il avait envie de faire l’amour avec elle.
-         En l’obligeant tout en sachant qu’elle est mariée et de surcroît très amoureuse de son mari.
-         Kevin n’est pas l’homme qu’il lui faut.
-         Ça n’est pas à toi d’en décider ! Ni à Devon d’ailleurs. À partir de maintenant tu vas les laisser tranquilles.
-         Nous ne sommes même pas sûr que Kevin soit vivant.
-         Il y’a de grandes chances qu’il le soit, alors laisse les tranquilles !
-         Je regrette, Colleen, mais je ne suis pas d’accord avec toi. Même si cet homme est bien Kevin cela m’est parfaitement égal : Devon est mon frère et c’est vers lui que se tournera toujours en priorité ma loyauté.
-         Mais il n’est pas le mien en revanche Kevin et Angelina sont mes meilleurs amis et les parents de mon filleul.
-         Je croyais que c’était moi ta meilleure amie ?
-         Tu l’étais, jusqu’à il y’a encore une heure tu étais encore ma meilleure amie mais l’amie que je connaissais et aimait n’aurait jamais tenté de détruire un couple : une famille !
-         Colleen, tu ne te souviens peut-être pas de ce que fit Kevin par le passé mais moi si ! Il m’a transmis une MST et a tenté de tuer.
-         Kevin était malade en ce temps-là ce n’est plus le même homme aujourd’hui et je te rappelle en passant qu’il m’a sauvé la vie lorsque Jana a tenté de nous tuer tous les deux et aujourd’hui je suis la marraine de son fils. Je ne te reconnais plus, Lyly : la Lily que je connaissais ; mon amie, n’aurait jamais participé à une telle ignominie. Tu as souffert lorsque Daniel t’a trompé avec Amber et tu as encore plus souffert lorsque tu as cru Cane père de Delia. Or aujourd’hui tu cherches par tout moyen à détruire un couple : une famille.
-         Devon est mon frère et il a droit au bonheur.
-         Oui, mais pas avec Angelina. Son cœur n’appartient qu’à Kevin.
-         Nous ne sommes même pas sûr qu’il s’agisse de Kevin, si ça se trouve cet homme est un usurpateur.
-         Ne sois pas ridicule : cet homme est bien Kevin. Qui pourrait-il être d’autre ?
-         Tu oublies ce gars à la morgue.
-         Comment nous connaitrait il ? Comment se serait-il ce que Devon a fait à Angelina ? Lyly, ce gars a été retrouvé mort à Miami il y’a 3 mois de cela ce qui correspond à la période où Kevin a disparu. Or Angelina a retrouvé Kevin aux chutes du Niagara, dans une cabane ayant un lien avec leur histoire. C’est à plus de mille milles de distance. Ces bandits auraient pu rouer de coups Kevin pour le voler et ensuite prendre un billet d’avion pour Miami au nom de Kevin Fisher ou bien passer par la route il ne leur aurait pas fallu plus d’une journée pour le faire. Explique-moi comment cet homme si ce n’est pas Kevin nous connaitrait ?
-         J’n’en sais rien et pour tout de dire je m’en fiche pas mal. Moi tout ce que je veux c’est le bonheur de mon frère et si Angelina peut le rendre heureux alors elle le fera et si tu étais mon amie alors tu me comprendrais.
-         Je suis ton amie, Lyly, mais je suis aussi celle de Kevin.
-         Tu ne peux pas être en même temps mon amie et en même temps celle de Kevin. Je regrette, Colleen, mais tu dois choisir.
Colleen écarta sa chaise de la table et tout en se levant dit :
-         Je n’ai jamais voulu faire un choix. Autrefois nous étions tous amis mais puisque tu m’obliges à en faire alors considère notre amitié comme définitivement terminée !
 
 
****
 
Cette nuit-là Deidre se réveilla en pleurant appelant son père. Angelina et Kevin se précipitèrent au chevet de leur fille. Angelina la prit dans ses bras tentant de la consoler mais la petite n’avait de cesse d’appeler son père. Kevin la prit dans les siens, lui caressant les cheveux et lui donnant des baisers.
-         Je suis là, chérie, papa est là et plus jamais il ne s’en ira : c’est promis. Je suis là, mon ange, ne t’inquiètes pas.
Deidre cessa alors de pleurer mais continua de s’accrocher à son père qui continuait à la rassurer tout en l’embrassant.
-         Ne t’inquiète pas, mon trésor, papa va rester à la maison avec toi, maman, Gowan, Kevinella et Pheasant et bientôt ton petit frère ou ta petite sœur sera aussi parmi nous. Plus jamais on ne se quittera.
Nous ne serons jamais si l’enfant compris ou non les paroles de son père toujours est -il qu’elle finit par se rendormir et ne se rendit pas compte lorsque son père la reposa dans son lit. Angelina ne les quitta pas des yeux. 
-         Viens, laissons-les dormir. Kevinella, Pheasant on vous confie les enfants.
Kevinella prit aussitôt place entre les deux lits tandis Pheasant s’étira tout en baillant. Kevin prit Angelina par la main et regagnèrent leur chambre.
-         Je m’en veux tellement si tu savais : si j’avais eu plus confiance en notre amour, notre mariage, je n’aurais pas pris la fuite comme je l’ai fait et aujourd’hui notre enfant n’aurait pas fait un tel cauchemar.
-         Chéri, tu es la maintenant c’est tout ce qui importe et si notre fille a eu peur c’est à cause de ce qui s’est passé ce matin.
-         Je n’aurais cru que mon propre frère me ferait une chose pareille ! Il a admis rapidement le fait que je puisse être mort dans un braquage à main armée mais refuse de croire que ce n’était pas moi et que je sois toujours en vie.
Angelina soupira et se blottit contre Kevin.
-         Mais toi au moins, mon amour, tu me crois n’est-ce pas ?
-         Kevin, je n’ai jamais eu le moindre doute et nos enfants n’ont n’en pas non plus.
Kevin sourit, passa son bras autour du cou d’Angelina et la bascula tendrement sur le lit tout en l’embrassant mais la jeune femme ressentit une douleur dans le ventre.
-         Angelina, est ce ça va ?
-         C’est juste une contraction : ce n’est rien. C’est passé à présent.
-         Tu as besoin de quelque chose : un verre d’eau, jus de fruit…
-         Je n’ai besoin que d’une chose : toi.
Kevin sourit et l’embrassa derechef.
 
 
-         Qu’avez-vous dans la tête, Md Fisher ?
Elle l’embrassa.
-         Cela répond t-il à votre question, Mr Fisher ?
-         Il me faudrait un peu plus de pratique, je crois.
-         Tu crois ?
-         J’en suis sûr, dit-il tout en l’embrassant.
 
 
***
 
Eden se trouvait au Neon Ecarlate ce matin-là lorsque Angelina et Kevin arrivèrent accompagnés de leurs enfants et leur chien. Eden ne sut comment réagir en les voyant.
-         Rassure-toi, Eden, je ne suis pas un fantôme.
-         Non, mais tu n’es peut-être pas Kevin.
-         C’est bien moi, Eden : personne d’autre.
-         C’est bien Kevin, Eden : tu peux me croire. Si cela n’avait pas été Kevin je l’aurais su dès la première seconde où je l’ai vu.
-         Michael dit qu’il faut attendre les tests d’ADN pour en être sûr.
-         Les tests d’ADN ne feront que confirmer ce que je sais déjà.
-         Eden, peut tu me dire quelle raison j’aurais de mentir ? Si je n’étais pas Kevin qui suis-je ? Quel serait mon intérêt à me faire passer pour lui ? Qu’aurais-je à y gagner ? De l’argent ? Je ne suis pas riche. De la célébrité ? Je ne suis pas célèbre. Donc dis-moi ce que je gagnerais si je n’étais pas celui que je suis.
-         Sois un peu logique, Eden, quel est l’homme qui voudrait s’embarrasser d’une femme avec deux enfants et le troisième en route plus un chien et un chat sans avoir quelque chose à gagner en retour ?
-         C’est vrai vous avez raison.
Eden sourit.
-         Bon retour à la maison alors !
Kevin la serra dans ses bras.
-         Merci, Eden. Content d’être enfin de retour.
Kevin jeta un coup d’œil au café.
-         Où sont passé tous les clients ? D’habitude à cette heure-ci il y’a bien plus de monde que cela.
-         Je ne sais pas. Bien sûr il y’a la concurrence mais cela n’explique pas tout. Ton départ puis celui d’Angelina ont sans doute jouer. Mais maintenant vous êtes revenu pour de bon n’est-ce pas ?
-         Oui, Eden, nous sommes de retour.
-         Vas-tu de nouveau chanter pour le Neon Ecarlate, Angelina ?
-         Kevin et moi n’en avons pas reparler.
-         Après l’accouchement Angelina prendra contact avec des producteurs de Nashville et nous verrons alors en fonction de sa carrière et notre vie de famille. Maintenant, Eden, j’aimerais te dire quelque chose qui risque de ne pas te plaire mais je n’ai pas d’autre alternative pour le bien de mon mariage.
-         Je t’écoute de quoi s’agit-il ?
-         De Chelsea. Eden, j’ai l’intention de la licencier. Je te promets que si jamais il y’aurait de nouveau foule comme avant d’embaucher quelqu’un d’autre pour t’aider mais ce ne sera pas Chelsea. À ce sujet où est-elle ? Pourquoi n’est-elle pas là ?
-         Je l’ignore.
-         Qu’entends par « tu l’ignores » ?
-         Je l’ignore, Angelina. En réalité je vous dois des excuses à tous les deux.
-         Des excuses ?
-         Chelsea ne travaille plus ici. Elle est partie du jour au lendemain. En réalité elle est partie le jour où la police de Miami nous a appris ta mort, Kevin. Angelina avait raison depuis le début : cette fille était tout simplement amoureuse de toi. Toi mort, elle n’avait plus aucune raison de travailler ici. Elle est partie sans même prendre sa paie. Depuis plus personne n’a entendu parler d’elle. Elle est partie comme elle est arrivée.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Re: L'ADN   Mer 31 Aoû - 22:52


Kevin était assis sur le sofa : pensif. Angelina lui apporta une tasse de café.
-         Merci, chérie.
-         Tu penses toujours à ce que nous a raconté Eden ?
-         Tu ne trouves pas sa disparation étrange ?
-         Non, si l’on considère qu’elle était amoureuse de toi et te crois mort : elle n’avait aucune raison de rester travailler au Neon Ecarlate et me croiser tous les jours en sachant que j’avais officiellement le droit de porter ton deuil et pas elle.
-         OK, mais te souviens-tu de la manière dont elle a débarqué dans nos vies ? Nous rentrions tout juste de notre seconde lune de miel. Il y’avait un monde fou au Neon Ecarlate, Colleen, Eden, toi et moi étions assis à une table lorsque Eden réclamait de l’aide.
-         Tu lui avais alors dit que tu allais faire paraitre une annonce dans les journaux et sur internet.
-         Oui mais je n’ai pas eu le temps de le faire : cette fille a débarqué de je ne sais trop où et a fait pression pour être embauchée.
-         Oui je m’en souviens. Tu penses qu’elle nous espionnait ?
-         Il y’a de grandes chances à ce que soit le cas. Tu t’étais méfié d’elle dès le premier instant.
-         Je n’aimais pas la façon qu’elle avait de te regarder.
-         Mais je ne le voyais pas car pour moi tu étais, tu es et tu seras toujours la seule.
Angelina sourit et l’embrassa.
-         Cela dit cette histoire est bizarre. Je n’ai pas eu le temps de vérifier qu’il était. Et si Chelsea Lawson n’était pas qui elle prétend être ? Si Chelsea Lawson n’avait jamais existé ?
-         Tu veux dire qu’elle aurait pris une fausse identité afin d’être embauchée ? Mais pourquoi ?
-         C’est que j’espère bien découvrir mais, chérie, ceci devra rester entre toi et moi. Personne ne devra être au courant. Officiellement Chelsea est partie parce que elle a trouvé une meilleure offre. J’ai le sentiment que Chelsea Lawson si c’est bien son nom nous a caché quelque chose.
-         Tu as ma parole, chéri, je ne parlerai de rien avec qui que ce soit.
-         Je t’aime, Angelina. Je t’aime comme je n’ai encore jamais aimé aucune femme et je ne laisserai rien ni personne entraver notre bonheur.
-         Je t’aime moi aussi, Kevin. Plus que les mots peuvent le dire.
Ils s’entrainèrent et tombèrent sur le canapé lorsque les enfants se mirent à pleurer et en parallèle on sonna à leur porte. Ils se regardèrent en souriant.
-         Ce n’est que partie remise, dit-il en se relevant.
-         J’espère bien, dit-elle en souriant.
-         Je te le promets, dit-il en lui donnant un baiser sur les lèvres.
-         Va voir les enfants, je vais ouvrir la porte.
 
***
Au mémorial le docteur Peter Ruston examinait des éléments au microscope lorsqu’il fut interrompu.
-        Salut, Peter !
-        Devon, mon vieux, quelle bonne surprise où étais tu passé ?
-         Je suis impardonnable mais j’ai eu tellement de travail : je suis en train de lancer un nouveau groupe qui va faire fureur cette été.
-        J’en suis ravi pour toi.
-        Ce que tu fais à l’air passionnant.
-        Je suis en train de faire une recherche en génétique pour savoir laquelle de ces deux éprouvettes à un lien de parenté avec les autres.
-        Un test de paternité en somme ?
-        Pas exactement. Ce serait plutôt une recherche en généalogie. La famille veut savoir lequel de ces deux hommes est le père des enfants afin d’être certain de la parenté de l’un des deux. L’un des deux est décédé.
-        Et quel est le résultat ?
-        Pour être clair ce macchabée a autant de chance d’être apparenté à ces enfants que toi ou moi.
-        Donc le gars qui est en vie…
-        C’est bien le père : aucun doute là-dessus ! Il est bien celui qui il affirme être.
 
 
***
 
 
En ouvrant la porte Angelina se trouva face à Daisy et Daniel.
-         Daniel, Daisy ? Que venez-vous faire ici ?
-         Pouvons-nous entrer ?
Elle hésita quelques secondes.
-         Bien sûr !
Kevin redescendit avec les enfants.
-         Ces deux petits monstres lançaient leurs peluches dans toute la pièce… Daniel, Daisy, que faites-vous ici ?
-         Nous voulions vous parler à tous les deux. Daisy et moi avons longuement discuté à ton sujet, Kevin, et nous sommes parvenus à la conclusion que c’est bien toi.
-         Chérie, tu veux bien les mettre dans leur parc ?
-         Venez, les enfants, papa doit discuter.
Mais la petite s’accrocha à son père. Kevin l’embrassa et sourit.
-         Kevin, tu as entendu ce que Daniel vient de te dire ?
-         J’ai entendu.
-         Et tu ne trouves rien à dire ?
-         Que voudrais tu me voir dire ? Tu attends un remerciement peut être ? je disparais suite à des problèmes et là un homme meurt en commettant un braquage à main armée dans une ville où je ne suis jamais et tout le monde admet sans se poser la moindre question que c’est bien moi tout ça parce qu’il avait mes papiers ! Personne ne s’est dit que l’on m’avait peut-être volé mes papiers ?
-         Comment aurions-nous pu le savoir ? Kevin, tu avais disparu, tu ne donnais plus de nouvelles. Pas même à Angelina !
-         Angelina, justement parlons un peu de ma femme ! J’ai été stupide, oui stupide d’avoir pu douter de son amour pour moi car contrairement à vous tous elle n’a pas cru un seul instant à ma « mort » ! Elle n’a jamais abandonné ses recherches. Sans elle je ne serais pas là aujourd’hui. Elle est la seule, j’ai bien dit la seule personne au monde à avoir tellement foi en moi malgré le chagrin causé par ma disparation, pour n’avoir jamais cru au fait que j’aurais pu commettre un tel crime ! Aujourd’hui encore elle n’attend après de stupide tests d’ADN pour savoir qui je suis vraiment.
-         Tu as raison : nous avons tous cru en ta mort à l’exception d’Angelina qui a refusé d’y croire mais comprends nous : tu as été l’écureuil argente. Nous étions en droit de penser que tu avais récidivé. Angelina ne te connaissait pas à l’époque contrairement à nous.
-         C’est vrai je ne connaissais pas Kevin alors mais il avait des circonstances atténuantes quant au Kevin d’aujourd’hui : l’homme que j’aime, je sais qu’il n’aurait jamais volé l’argent de pauvres gens et encore moins menacer qui que ce soit d’une arme.
-         C’est justement grâce à toi, Angelina, si nous en sommes arrivés à la conclusion Daisy et moi que tu es bien Kevin.
-         Kevin, donne-nous une chance. Je suis ta sœur et Daniel est ton meilleur ami.
-         J’aimerais m’entretenir un moment seul à seul avec ma femme.
-         OK, on va vous laisser discuter entre vous.
-         Vous pouvez rester, Kevin et moi allons discuter dans le patio.
-         Angelina qu’en dis-tu ?
-         C’est à toi de décider, chéri. Quoique tu décides je te suivrai.
Kevin soupira.
-         Je ne sais pas, chérie, je ne sais plus. Pour la première fois de ma vie je suis perdu. D’un côté j’aimerais retrouver mon meilleur ami et apprendre à connaitre ma sœur et il y’a aussi la petite Lucy : elle, Gowan et Deidre ont un peu près le même âge. Ni toi ni moi n’avons jamais eu de cousins avec qui jouer mais ils m’ont blessé : profondément blessé. Ce n’est pas tant le fait qu’ils m’aient cru mort qui me dérange c’est plus…
-         Les circonstances.
-         Que ferais tu à ma place ?
-         Chéri, je t’aime et je ferai n’importe quoi pour toi, tu le sais mais là je n’ai pas le droit de t’influencer d’une façon ou d’une autre.
-         Si toi tu as la force de me pardonner d’avoir douté de ton amour et de t’avoir blessé comme je l’ai fait en me moquant de ton opinion je suppose que je peux en faire en autant avec mon meilleur ami et ma sœur.
-         Je suppose aussi mais, Chéri, s’il te plait, ne t’accuse plus jamais d’être le seul responsable de notre séparation. J’ai aussi ma part de responsabilité en t’ayant repoussé alors que tu avais passé toute la nuit à mon chevet.
Kevin sourit.
-         Disant que nous avons eu tort tous les deux. Ça te convient ?
Angelina sourit.
-         Cela me convient même très bien.
Kevin sourit.
-         Je t’aime.
-         Je t’aime aussi.
Ils s’embrassèrent. Deidre toujours dans les bras de son père, contrairement à son frère resté dans le salon, sourit en voyant ses parents s’embrasser.
-         Tu es d’accord aussi, Deidre ?
-         Oui, dit la petite qui venait d’apprendre ce mot.
Kevin sourit et donna un baiser à sa fille. Angelina se mit à rire. La petite famille rejoignit leurs amis dans le salon.
-         C’est OK.
-         C’est OK vraiment ?
-         Vraiment.
-         Kevin, merci.
 
 
***
 
Devon était furibard : les résultats des tests d’ADN n’étaient pas du tout ce qu’il escomptait. Chelsea était partie sans avoir réussi sa mission. Il crut s’être débarrassé de Kevin mais voilà il était bien vivant et auprès d’Angelina. Non, décidément rien ne fonctionnait comme il le voulait et pourtant il ne désarmait pas : il voulait Angelina à n’importe quel prix. Mais comment ?
C’est alors qu’une idée germa dans son esprit : bon sang mais pourquoi n’y avait-il pas pensé plutôt ? Il s’empara de son portable avant de se raviser. Il n’avait plus le temps : le temps lui était compter il devait agir et vite. Demain tout le monde saurait que Kevin est bien vivant et alors il perdrait Angelina pour toujours.
 
 
***
 
Après avoir quitté Kevin et Angelina, Daisy et Daniel se séparent. C’était au tout de Daisy d’avoir la garde de Lucy ce soir. Profitant de cette soirée de liberté Daniel alla diner à l’Athletic Club en compagnie de Cassie. Tous deux depuis peu sortaient ensemble, où ils croisèrent Colleen et Dylan.
Cassie les interpella. 
-         Colleen, Dylan, venez donc vous assoir avec nous.
En apercevant Lyly au loin Colleen hésita. Daniel se rendit compte de son malaise.
-         Ça ne va pas qu’est ce tu as ?
-         Désolée, Daniel, merci pour l’invitation mais il est préférable pour Dylan et moi d’être à une autre table.
-         Pourquoi ça ? C’est ridicule. Je comptais justement te téléphoner un petit plus tard dans la soirée pour te parler au sujet de Kevin.
-         De Kevin ? Daniel, je ne sais pas si nous devrions en parler.
-         Pourquoi ? Colleen, assieds-toi !
-         Il a raison, Colleen, asseyons-nous.
-         Colleen, qu’est ce qui se passe ? Je vois bien que tu es mal à l’aise alors dis-moi pourquoi ?
-         Daniel, je t’aime beaucoup et j’espère de tout cœur que nous pourrons rester amis.
-         Pourquoi ne le pourrions-nous pas ?
-         Cela a-t-il un rapport avec les résultats des analyses d’ADN ? Tu ne crois pas qu’il s’agît de Kevin c’est ça ?
-         Cassie…
-         Tu doutes, Colleen ? Tu me surprends vraiment je te croyais très amie avec Kevin ?
-         Je le suis, Daniel.
-         Mais tu le crois mort, c’est ça ?
-         Ce n’est pas ça, Daniel.
-         Dylan, non !
-         Colleen, mais enfin qu’est ce qui se passe ?
-         Mieux vaut tout dire, Colleen. De toute façon demain nous serons fixés.
-         Daniel, si je te dis ce qui se passe tu me promets de ne pas te fâcher ?
-         Fâcher pourquoi ? Comme vient de le dire Dylan demain nous serons qui de nous a raison et tu verras que ce sera moi, dit-il en souriant.
-         Comment peux-tu dire une telle chose ? Je croyais Kevin ton ami. Tu penses à Angelina ? Kevin et elle ont une famille : deux enfants, dont je te rappelle que tu es le parrain de l’un d’eux au cas où ils se décident un jour à les baptiser et le troisième est en route. Si tu imagines qu’Angelina va courir se réfugier dans les bras de ton ex beau-frère c’est mal la connaitre ! Elle aime Kevin à la folie. Elle a parcouru les routes pour le retrouver. Devon a voulu la violer je te rappelle même s’il s’est arrangé pour passer entre les mailles du filet jamais elle ne le trompera avec un autre homme et surtout pas Devon ! Comment peux-tu espérer avoir raison au sujet de sa mort ?
-         Hey là, tout doux tu veux ? il y’a manifestement un malentendu. Bien sûr que Kevin est mon meilleur ami et je n’ai jamais souhaité sa mort. Au contraire après avoir longuement discuté avec Daisy nous sommes allés chez Angelina et lui cet après-midi et avons pu nous rendre compte que nos soupons étaient fondés : Kevin est vivant.
-         Attends, tu veux dire…
-         Colleen, qu’est ce qui t’arrive ? Ne me dis pas que tu espères le contraire ? Toi sa meilleure amie.
-     Non, Cassie, bien sûr que non. Évidement je n’espère pas le contraire mais je croyais… laisse tomber
-       Tu pensais que j’espérais la mort de mon meilleur ami ? Pourquoi ?
-         À cause de Lyly.
-         Quel est le rapport avec Lyly ?
-         Je ne sais pas si je dois te le dire. Lyly est ton ex-femme et vous êtes restés amis.
-         Et Kevin est l’oncle de ma fille alors dis-moi ce qui se passe.
-        Lyly souhaite voir Angelina avec Devon par conséquent elle espère que l’homme à la morgue soit bien Kevin.
-         Quoi ?
-         Je suis désolée, je n’aurais pas dû t’en parlais.
-         Non, non, tu as bien fait.
-         Lyly m’a demandé de faire un choix entre son amitié et celle de Kevin.
-         Un choix ?
-         Un choix.
Daniel resta silencieux.
-         Écoute, Daniel, oublie ce que je viens de te dire je ne voulais pas t’en parler pour ne pas te mettre dans l’embarras.
-         C’est mieux au contraire : tu as bien fait de tout dire ainsi nous serons à quoi nous en tenir à l’avenir. Je ne connais pas Lyly aussi bien que toi et Daniel mais je ne la pensais pas capable d’une telle chose. Elle sait pourtant qu’Angelina est mariée et adore son mari.
-         Oui mais elle s’en moque.
-         Elle n’est pas sans ignorer ce que Devon a fait à Angelina l’année dernière.
-         Cassie, là encore elle nie les faits. Tout ce qu’elle voit c’est Devon : elle veut voir son frère heureux.


 
 
Au Memorial, Devon s’introduit subrepticement au laboratoire et inter changea les résultats avant de repartir comme il était venu. Il ne remarqua pas la présence de cameras de surveillance.
 



 Malgré la grossesse avancée d’Angelina, elle et Kevin conserveraient une sexualité active accentuée par tous les mois de séparation. Cette nuit-là, ils venaient de finir de faire l’amour lorsque Deidre se réveilla en pleurant et appelant son père comme un peu chaque soir depuis quelques jours. Cette manifestation d’angoisse de son enfant inquiétait Angelina. Elle voulut se lever mais Kevin l’empêcha.
-         Bouge pas, je vais la voir. Je reviens dès qu’elle se sera rendormie.
Quelques minutes plus tard Kevin rejoignit Angelina dans leur lit.
-         Est-ce elle s’est rendormie ?
-         Oui. Un câlin, un bisou et la voilà repartie au pays des rêves.
-         Ces cauchemars à répétition commencent sérieusement à m’inquiéter. Je me demande si je ne ferais pas bien d’en parler à un pédopsychiatre.
-         Tu crois à l’utilité d’une telle démarche ?
-         Tu n’es pas de cet avis ?
Kevin se rallongea et passa son bras autour du cou d’Angelina en l’attirant vers lui de manière à avoir la tête de sa femme sur son poitrail.
-         Je n’en sais trop rien, chérie. Peut-être sommes-nous trop alarmistes ? c’est sans doute trois fois rien. Mais tu as raison : demain nous prendrons rendez-vous chez le pédopsychiatre. Je ferais tout pour nos enfants.
-         Je sais, chéri. Tu es un excellent père : tu l’as toujours été.
Kevin la regarda en souriant.
-         Et comme mari ?
-         Tu ne te débrouilles pas trop mal non plus de ce côté-là, dit-elle avec un petit sourire malicieux.
-         Pas trop mal, dit-il en la chatouillant.
Angelina éclata de rire.
-         Tu triche, tu sais très bien que je crains les chatouilles.
-         Alors maintenant je triche, dit-il en la gratouillant crescendo.
-         OK, j’avoue tu es super mari.
-         Je t’aime, tu sais.
-         Je t’aime, moi aussi.
Ils s’embrassèrent langoureusement.
Le bébé donna un coup de pied qui provoqua une grimace chez Angelina.
-         Ça ne va pas, chérie ?
Angelina sourit, prit la main de Kevin et la posa sur son ventre.
-         Ton fils ou ta fille se prépare pour le Super Bowl.
Kevin sourit.
-         Chérie, ne penses-tu pas qu’il est temps de lui trouver un prénom ?
-         Tu as raison. J’ai pensé à Edward si c’est un garçon. Qu’en dis-tu Edward Fisher c’est joli non ?
-         Edward : Edward Fisher. Ça sonne bien. Ça sonne même très bien, dit-il en souriant.
-         Alors c’est d’accord se sera Edward Fisher.
-         Mais si nous avions une fille ? Une Angelina miniature.
-         Tu aimerais une fille ?
-         J’aimerais un enfant en parfaite santé.
-         Kevin, notre bébé va bien. Il est même en pleine forme si j’en crois les coups de pieds qu’il me donne.
-         Si cela continue tu ne vas plus vouloir des huit enfants dont nous avions parlé.
-         Bien au contraire : rien n’y personne ne fera renoncé surtout pas après ce que nous avons traversé. D’ailleurs nous sommes sur le bon chemin.
Kevin sourit et l’embrassa.
-         Eleonore.
-         Quoi ?
-         Que dis-tu d’Eleonore si c’est une fille ?
-         Eleonore Fisher. C’est magnifique, chéri.
-         Alors nous sommes d’accord se sera Edward ou Eleonore Fisher. Qu’en dis-tu, toi, dit-il en s’adressant au ventre d’Angelina.
-         Pas de réponse ? J’en conclue qu’Edward ou Eleonore est d’accord avec le choix de ses parents.
Kevin sourit et lui donna un baiser.
-         Je t’aime, Angelina.
-         Je t’aime, moi aussi.
 
 
***
 
Le lendemain au poste de police Michael reçu un fax contenant les résultats des tests ADN. Il les parcouru et s’affala sur son fauteuil.  À ce moment Alex entra dans le bureau.
-         Michael, j’aimerais votre avis sur le dossier… Ça ne va pas ?
-         Je viens de recevoir les résultats du test, dit-il en lui tendant le fax.
-         Je suis désolé, Michael. J’aurais préféré me tromper.
-         Moi aussi.
-         Avez-vous parlé à Angelina ?
-         Pas encore.
-         Vous voulez vous que je le fasse à votre place ?
-         C’est à moi de le faire. Elle était si convaincue.
-         Je sais. Mais l’ADN a parlé. Il va lui falloir apprendre à affronter la vie sans Kevin.
-         Rendez-moi un service, Alex : prévenez Gloria, Colleen et les autres de me rejoindre chez K… chez Angelina et réunissez une équipe pour arrêter cet imposteur.
 
 
***
 
Dans la cuisine ouvrant sur la salle de séjour Kevin donnait à manger à ses enfants lorsque Angelina apparu.
-         Je viens d’obtenir un rendez-vous avec le pédopsychiatre pour cet après-midi à 3 H OO pm.
-         Parfait ! d’ici là Michael aura reçu les résultats des tests d’ADN qui confirmeront ce que toi et moi savons depuis le début et notre vie pourra reprendre un cours normal.
-         C’est vrai, j’avais totalement oublié ces stupides tests. En ce qui me concerne je n’ai absolument pas besoin de tests pour savoir qui tu es.
Kevin se leva et l’attrapa par sa taille malgré son ventre rond.
-         Et qui suis-je, Md Fisher ?
Angelina sourit et passa ses bras autour du cou de Kevin.
-         Celui pour qui mon cœur bat depuis si longtemps et battra encore jusqu’à mon dernier soupir.
Kevin sourit, l’attira à lui et l’embrassa à la grande joie des enfants. Lorsque on sonna à la porte.
-         Tu me remplaces ? C’est probablement Michael avec ses résultats.
-         OK.
Kevin ouvrit la porte et se trouva face à Colleen et Dylan.
-         Colleen, Dylan, je pensais que ce serait Michael. C’est aujourd’hui qu’arrive les résultats des tests d’ADN.
-         C’est lui qui nous a demandé de venir chez toi.
Au moment où Kevin s’apprêtait à refermer la porte Cassie et Daniel sortirent de la voiture suivie par Daisy, Gloria, Eden et Angelo.
-         C’est une réunion au sommet. Entrez !
-         Kevin, c’est Michael ? Que venez-vous faire tous ici ?
-         Michael nous a demandé de nous réunir chez toi.
Angelina et Kevin échangèrent un regard interrogateur.
-         Chéri, les enfants te réclament.
-         Ok, j’y vais.
-         Reposez tout de suite cet enfant sur son siège, injecta Alejandro.
Kevin soupira en le voyant.
-         Alex, quel mauvais vent vous amène ?
Michael arriva alors. Deidre et Gowan se mirent tous deux à pleurer.  Kevinella montra les crocs, Pheasant cracha de colère.
-         Reposez immédiatement cet enfant. Quoi, fit Kevin qui ne comprenait rien.
Les enfants pleuraient de plus belle, Kevinella aboyait en montrant les crocs à Alex. Pheasant passa par derrière et le griffa.
-         Aie !
-         Michael, qu’est ce tout cela signifie ?
-         Nous avons les résultats des têts d’ADN, Angelina. Je suis désolé, sincèrement désolé mais les résultats des tests sont irrévocables. Angelina, cet homme n’est pas Kevin. Angelina, Kevin est mort.
-         Emmenez-le, dit Alex à ses hommes.
-          Non !
-         Je suis désolé, Angelina, j’aurais préféré mettre trompé.
-         Il y’a une erreur. Michael, c’est moi : moi Kevin.
-         N’aggravez pas votre cas. Lisez-lui ses droits et emmenez-le, dit Alex.
-         Je vous arrête pour usurpation d’identité. Faux et usage de faux.  Vous avez le droit de garder le silence. Si vous renoncez à ce droit, tout ce que vous direz pourra être et sera utilisé contre vous devant une cour de justice. Vous avez le droit à un avocat et d’avoir un avocat présent lors de l’interrogatoire. Si vous n’en avez pas les moyens, un avocat vous sera fourni gratuitement. Durant chaque interrogatoire, vous pourrez décider à n’importe quel moment d’exercer ces droits, de ne répondre à aucune question ou de ne faire aucune déposition.
Les policiers entrainèrent Kevin hors de la maison sous les pleurs des enfants, des aboiements de Kevinella.
Angelina couru vers l’entrée.
-         Kevin !!!!!!!!!!!!!!
Angelina ressentie une très forte contraction et s’évanouie.
-         Angelina !
Malgré les menottes Kevin réussi à s’extraire des gardes et courir vers sa femme mais les policiers le rattrapèrent et l’obligèrent à monter dans la voiture.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ADN   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ADN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: