Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 dispute et angoisse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: dispute et angoisse   Lun 15 Aoû - 21:40


Malgré les préparatifs du baptême des enfants et le bonheur d’être à nouveau enceinte, Angelina ne pouvait s’empêcher d’être inquiète. Elle ressentait la présence de Chelsea comme une menace mais ignorait pourquoi.
 
***
 
 
Au Neon Ecarlate Eden discutait avec Chelsea.
-         Un baptême ? Ce dimanche ?
-         Oui, Kevin et Angelina vont faire baptiser leurs enfants ce dimanche.
-         Mais personne ne m’a prévenue !
-         C’est une cérémonie privée. Seule la famille et quelques amis y sont conviés.
-         Mais la fête : il faut bien préparer quelque chose : quel menu Kevin a-t-il choisi ? Je suis bonne cuisinière mais je dois savoir quoi préparer.
-         Chelsea, la fête n’aura pas lieu ici mais au Gloworm.
-         Quoi ? mais pourquoi ?
-         Je ne sais pas peut-être parce que c’est un véritable restaurant contrairement au Neon Ecarlate.
-         Mais cette affaire appartient à Kevin.
-         Et le Gloworm appartint à la mère de Kevin et le père d’Angelina s’est investi dans ce restaurant.
-         Bien que ceci ne vous concerne absolument pas, pour votre information le Gloworm n’est pas uniquement le restaurant de ma mère et de mon beau père mais c’est aussi et surtout le lieu où j’ai rencontré ma femme !
-         Kevin, je ne t’avais pas entendu arriver.
-         Il semblerait bien sinon tu ne serais pas là en train de jouer les commères avec Chelsea.
-         C’est de ma faute. Eden m’a annoncé la bonne nouvelle : toutes mes félicitations.
-         Merci.
-         Si vous avez besoin d’aide pour le repas, l’organisation de la fête… je suis à votre disposition.
-         Chelsea, au cas où vous ne l’auriez pas encore compris c’est une fête réservée à la famille et aux dernières nouvelles : vous n’en faites pas partie.
-         Je cherchais juste à aider rien de plus.
-         Nous avons toute l’aide qui nous faut. Eden, je peux te parler ?
-         Bien sûr !
-         En privé.
Kevin sortit dans le patio suivi d’Eden.
-         Eden, j’apprécierais que tu ne parles plus de ma vie privée avec Chelsea. Je l’ai engagé pour te venir en aide mais elle n’est pas un membre de la famille.
-         Colleen et Cassie ne le sont pas non plus pourtant vous confiez bien à elles.
-         Ce sont nos amies.
-         Vos amies à toi et Angelina tout comme Chelsea est la mienne.
-         Que sais-tu d’elle ?
-         La même chose que toi : elle vient de New York, a travaillé dans différents cafés semblables au Neon Ecarlate…
-         Dis-moi quelque chose que je ne sais pas. Était-elle mariée, des enfants ? Une famille quelque part ?
Eden ne sut quoi répondre.
-         Je l’ignore.
-         Tu l’ignore : et tu appelles ça une amie !
-         Elle ne parle jamais de sa vie privée.
-         Ah non ? Alors explique moi pourquoi la mienne l’intéresse t’elle tellement ? Je ne suis pourtant pas une star de cinéma !
Kevin prit une profonde inspiration.
-         Eden, j’ai engagé Chelsea parce que tu m’as quasiment supplié de le faire car tu avais besoin d’aide mais si elle continue à se mêler de ma vie privée je serais obligé de la virer.
Ni l’un ni l’autre ne remarquèrent que Chelsea avait entendu toute la conversation. Elle sortit discrètement du Neon Ecarlate.
 
 
***
 
 
-         Kevin commence à avoir des soupçons à mon égard et envisage de me licencier.
-         Encore une fois je ne te paye pas pour t’entendre me dire ça ! Je t’ai engagé pour une chose : séduire Kevin. Cela ne te prend pas aussi longtemps d’habitude pour mettre un homme dans ton lit.
-         Kevin est diffèrent : tous les hommes avec lesquels je couche sont tous volontaires. Marié ou non ils viennent me voir pour une seule raison : le sexe. Kevin n’a jamais cherché à coucher avec moi, la plupart du temps il ne me regarde même pas. Il n’a des yeux que pour sa femme et elle seule.
Devon fulmina.
-         Je t’ai déjà dit de ne plus employer ce mot en parlant d’Angelina devant moi. Angelina devrait être à moi ! Sa voix, sa carrière, son corps : tout m’appartient !
-         Devon, nous sommes dans le même camp : tu veux Angelina et moi je veux Kevin.
-         Tu veux Kevin ?
-         Oui, et pas que pour une nuit. Je suis tombée amoureuse de lui mais lui n’a d’yeux que pour Angelina. Je me suis servie de la naïve Eden pour obtenir des informations sur lui : cette abrutie croit que nous sommes amies. Par son intermédiaire j’ai su qu’ils allaient faire baptiser leurs enfants dimanche puis ils feront la fête au Gloworm. J’aurais préféré qu’ils la fassent au Neon Ecarlate au moins la bas j’aurais pu me rendre utile mais pas au Gloworm. Si seulement il pouvait se passer quelque chose les empêchons de faire la fête là-bas.
Le téléphone de Chelsea bipa. Une information circula sous ses yeux.
-         Un incendie s’est déclenché dans un entrepôt dans la partie nord de la ville de Genoa City. C’est le troisième incendie en moins d’un mois. Tout semble être l’œuvre d’un pyromane.  
-         Qu’est c’est ? Est-ce Kevin ?
-         Non, c’est juste les infos : un incendie est en cours dans un entrepôt dans la partie nord de la ville. D’après ce qu’ils disent il semblerait que ce soit l’œuvre d’un pyromane. 
Devon resta pensif rien qu’une seconde avant de s’écrier.
-         La voilà !
-         Voilà quoi ?
-         La solution.
-         La solution à quoi ?
-         À ton problème.
-         Mon problème ?
-         Pour le baptême. Tu m’as bien dit qu’ils allaient faire la réception au Gloworm mais tu aimerais mieux qu’elle ait lieu au Neon Ecarlate ?
-         Oui. Ainsi je pourrais me rendre utile.
-         J’ai le plaisir de t’apprendre que le Gloworm ne sera pas en état de fonctionner dimanche ni durant plusieurs semaines voire plusieurs mois.
-         Que comptes tu faire ?
-         Tu veux de l’aide ? Tu vas en avoir. Retourne au Neon Ecarlate et fait toi discrète jusqu’à dimanche.
 
 
***
 
Cette nuit-là un terrible incendie ravagea le Gloworm pendant qu’Angelina refaisait le même cauchemar jour après jour.
 
 
***
 
 
 
Tôt le lendemain matin le portable de Kevin sonna.
-         Allo, bougonna t’il sans voir le nom de l’appelant.
-         Salut, Kevin, désolé de te déranger si tôt dans la matinée. As-tu vu les nouvelles ?
-         Michael ? Il est 6 H OO AM. Angelina a passé une très mauvaise nuit.
-         Je suis désolé, rien de grave avec la grossesse au moins ?
-         Non, enfin indirectement. Que se passe t’il : je suppose que tu n’as pas appelé pour avoir des nouvelles d’Angelina.
-         Non en effet, même si j’espère qu’elle ira mieux. Il y’a eu un incendie cette nuit.
-         Encore un ! Tu m’en vois navré mais en quoi cela me concerne ? C’est toi le procureur.
-         Cette fois il ne s’agit pas d’un entrepôt désaffecté mais du Gloworm.  
Cette fois Kevin se réveilla pour de bon qui eut pour effet de réveiller Angelina.
-         Quoi ?
-         Kevin, que se passe-t-il ?
-         C’est Michael : le Gloworm a été brulé cette nuit.
-         Oh mon Dieu, il y’a des blessés ?
-         Attends je mets le haut-parleur. Angelina demande s’il y’a eu des blessés.
-         Non. Fort heureusement cela s’est passé en plein milieu de la nuit, heure à laquelle le restaurant était fermé depuis longtemps.
-         Comment maman prend -elle la chose ?
-         Elle accuse le coup.
-         Je suppose que si tu es sur l’affaire que l’incendie n’est pas accidentel ?
-         En effet : la police penche pour la piste criminelle.
-         Mais enfin c’est ridicule qui aurait intérêt à faire ça ?
-         Je n’en sais pas plus pour le moment mais en revanche ce que je sais c’est qu’il ne s’agit pas du même pyromane que pour les entrepôts.  Je te rappel dès que j’ai du nouveau.
 
 
***
Chelsea retrouva Devon dans le parc.
-         Tu es un génie ! Je n’aurais jamais imaginé faire une chose pareille !
-         J’ai fait ma part de boulot : à présent à toi d’agir.
-         J’ai encore un dernier service à te demander. Avoir brulé le Gloworm c’est une chose, cela forcera Kevin à faire la fête de ses enfants au Neon Ecarlate mais il faut aussi empêcher les serveurs du Gloworm de travailler ce jour-là.
-         C’est comme si c’était fait.
 
 
 
***
 
-         Je ne comprends pas : pourquoi le Gloworm ? Ce n’est pas le restaurant le plus chic de la ville et si l’argent était la motivation première du criminel il aurait tout simplement cambriolé.
-         Il faut croire que ce n’était pas l’argent le motif.
-         Peut-être un concurrent malhonnête ?
-         Possible. À moins que cela n’est un lien avec papa.
-         Possible aussi. Nous verrons avec l’enquête en cours mais pour le moment il nous faut déplacer la fête de nos enfants. Il est trop tard pour trouver un autre endroit sauf si nous le faisons au Neon Ecarlate ?
-         Je suis d’accord à une seule condition : chéri, je refuse que Chelsea s’occupe du service. Je ne veux pas la voir ce jour-là.
Kevin sourit et l’embrassa.
-         T’ais je déjà dit que je t’aimais ?
-         Pas depuis ce matin, dit-elle en riant.
-         Quoi ? mais où avais je la tête ? Je vous aime Md Fisher.
-         Moi aussi je t’aime, dit-elle en riant.
 
 
 
***
 
Lorsque Kevin arriva au Neon Ecarlate, Chelsea était déjà présente. Kevin l’ignorera et gagna son bureau. Lorsqu’il ressortit ce fut elle qui s’adressa à lui.
-         J’ai appris pour l’incendie qui a ravagé le restaurant de votre mère. Je suis désolée.
-         Merci, dit-il laconique.
-         Kevin, je viens d’apprendre pour l’incendie. Comment va Gloria : elle accuse le coup ?
-         Je suppose. Je ne lui ai pas encore parlé mais Angelo est auprès d’elle. Eden, pour dimanche la réception aura finalement lieu ici.
-         Angelina doit être déçue : elle se faisait une joie de le faire au Gloworm.
-         Elle est bien sure et moi aussi : le Gloworm compte beaucoup pour nous c’est là où nous sommes rencontrés elle et moi mais ce café est à nous. Nous y passons beaucoup de nos journées et nos enfants connaissent bien les lieux : c’est comme une seconde maison pour eux.
-         C’est vrai que les enfants adorent venir ici.
-         En effet. Bien, je dois téléphoner au traiteur pour lui indiquer la nouvelle adresse.  
-         OK.
Kevin prit son téléphone et composa le numéro du traiteur.
-         Kevin Fisher à l’appareil : ma femme Angelina Fisher et moi-même avons passé commande chez vous pour une réception dimanche 17 au Gloworm. Or comme vous le savez ce restaurant vient d’être incendié. C’est pourquoi nous allons déplacer le lieu de la réception au Neon Ecarlate : c’est tout près du campus : je vous donne l’adresse… quoi ? C’est une plaisanterie ? Aucun serveur ? Non mais je rêve là ! Dans ce cas renvoyez moi mon cheque !
Énervé Kevin raccrocha.
-         Kevin, que se passe-t-il ?
-         Tu ne vas jamais le croire : ils n’ont aucun serveur de disponible pour dimanche !
-         Quoi ? c’est une plaisanterie ?
-         C’est aussi ce que j’ai cru.
-         Aucun serveur ?
-         Pas le moindre ! Néant, nada !
Chelsea qui avait écouté toute la conversation fit mine de n’avoir rien entendu.
-         Kevin, que se passe-t-il ?
-         Le traiteur qui devait faire la réception n’a soudain plus de serveur de disponible pour dimanche, répondit Eden.
-         C’est vrai ? C’est vraiment curieux.
-         En effet. Comment vas-tu faire pour la fête dans ce cas ?
-         Je ne sais pas. Je dois parler à Angelina.
-         Kevin, je peux vous aider.
-         Et comment feras-tu ?
-         Je suis bonne cuisinière. Je peux tout préparer.
-         Chelsea, se serait génial.
-         Non merci.
-         Kevin, c’est la seule solution. Comment veux-tu trouver un nouveau traiteur en si peu de temps ?
-         Si cela peut vous rassurer sachez que je ne demande pas d’argent.
-         Pourquoi feriez-vous ça alors ?
-         Pour vous, Kevin : pour vous aider.
-         Merci, mais non merci.
-         Mais enfin, Kevin, quelle autre solution as-tu ?
-         J’n’en sais rien, Eden mais je dois en trouver une.
-         C’est ridicule : je suis là, je vous propose mon aide et vous la refuser.
-         Chelsea, j’ai promis à ma femme que vous ne seriez pas là ce jour-là.
-         Angelina comprendra : c’est la seule solution possible.
-         La réponse est non.
-         Kevin, ne soit pas stupide : veut tu oui ou non organiser une fête pour tes enfants après le baptême ? Chelsea a la gentillesse de proposer son aide désintéressée et tu refuses ?
Kevin ne savait plus quoi penser. Il avait promis à sa femme que Chelsea ne serait pas présente ce jour mais il ignorait encore qu’aucun traiteur ne serait disponible et bien que tout ceci devenait de plus en plus troublant, sa priorité était la fête des jumeaux.
-         OK, très bien. Je m’arrangerai avec Angelina.
-         Je vous promets vous ne saurez même pas que j’existe.
Kevin soupira et sortit du café. Une fois seule Chelsea jubila.
 
 
***
 
-         Il n’en est pas question !
-         Angelina, nous n’avons pas le choix : le traiteur s’est décommandé. Tous les serveurs sont malades.
-         Tous d’un coup comme par hasard !
-         Ils ont attrapé la grippe.
-         Il n’y a pas d’épidémie de grippe en ce moment.
-         C’est pourtant le cas.
-         Kevin, tu avais promis que cette fille ne serait pas là la fête de nos enfants.
-         C’était avant de savoir que le traiteur allait se décommander.  
-         Je ne veux pas d’elle un point c’est tout.
-         Tu ne crois que tu es ridicule ?
-         Ridicule ?
-         Parfaitement. Ridicule ! Nous avons une réception à organiser, le restaurant où nous devions le faire a brulé, nous avons trouvé une solution de replis mais le traiteur s’est décommandé, une femme se propose de remplacer sans être payé et tu refuses. Ça n’a pas de sens.
-         Elle ne veut pas d’argent ?
-         Non.
-         Pourquoi crois-tu qu’elle veuille travailler gracieusement si elle n’espère pas une compensation en retour ?
-         Si elle voulait de l’argent il lui suffisait de demander or elle ne veut rien.
-         Elle fait des heures supplémentaires et ne veut pas être payé. Tu organises une fête pour tes enfants, bizarrement le traiteur se décommande, elle se porte volontaire et refuse tout paiement. Quelle philanthropie ! Kevin, je n’ai pas confiance en elle et je refuse de la voir s’approcher de près ou de loin de nos enfants. C’est déjà bien assez avec toi.
-         Que veut tu dire ?
-         Mais enfin, tu ne vois pas ce qui se passe ? Cette fille est raide dingue de toi : ça saute aux yeux. Elle n’attend qu’une chose : te mettre dans son lit !
-         Tu es ridicule !
-         Pas plus ridicule que toi le jour où tu m’avais mise en garde contre Devon.
-         Cela n’a rien à voir.
-         Ah oui tu crois vraiment ? Kevin, réfléchi : regarde un peu tout ce qui se passe depuis son arrivée dans nos vies. Tu ne trouves pas ça un peu curieux cette succession d’incident ?
-         Ce sont des coïncidences et rien d’autre.
-         Ah oui vraiment ? Que sais-t-on exactement de cette fille ? Elle dit débarqué de New York mais nous n’en sommes pas vraiment sur. A-t-elle vraiment travaillé comme serveuse, là encore nous l’ignorons mais elle prétend avoir besoin d’argent et pourtant fait du bénévolat pour toi.
-         Ce ne sont que des effets de ton imagination : rien d’autre ! J’ai déjà donné mon accord.
-         À moi aussi tu m’avais donné ton accord pour qu’elle ne soit pas là et moi je suis ta femme mais mon avis ne compte pas.
-         Ne soit pas ridicule bien sûr que ton avis compte mais nous n’avons pas le choix et je ne reviendrai pas sur ma parole ! J’emmène les enfants au parc : tu viens avec nous ?
-         Demande à Chelsea de t’y rejoindre : elle n’attend que ça.
Kevin soupira et monta chercher les enfants.
-         Kevinella, tu viens avec nous ?
Le chien fixa Kevin de ses grands yeux noirs puis se retourna vers Angelina en jappant. Une fois ce dernier dehors avec les enfants, elle se mit à pleurer avant de se lever. Elle ramassa une pile de linge et monta à l’étage. Elle redescendit toujours en larme lorsqu’elle mais fut victime d’un malaise et roula dans les escaliers. Kevinella aboya de toutes ses forces afin de prévenir Kevin mais celui-ci était déjà loin.
Arrivé au parc Kevin réfléchissait. Les paroles d’Angelina résonnaient dans sa tête : était-il possible que sa femme eût raison ? Chelsea lui faisait-elle vraiment du charme auquel il ne prêtait aucune attention ? Et il y’avait cette dispute : jamais encore il n’avait levé le ton avec elle. Jamais il n’avait été aussi heureux que depuis leur mariage. Ils avaient deux enfants magnifiques, une belle maison, un chien, un chat, un troisième enfant en route. Il commença à se remémorer comment elle avait commencé à travailler pour le Neon Ecarlate et la succession d’évènement qui précédait chaque fois où sa présence devenait indispensable. Angelina avait raison. Il devait rentrer chez lui et parler à sa femme.
-         Les enfants, on rentre à la maison. Papa doit parler à maman.
 
 
***
 
De son côté Chelsea et Devon jubilaient : elle avait enfin obtenu ce qu’elle voulait.
-         L’incendie et le coup des traiteurs a été un coup de génie. Angelina sera furieuse après Kevin lorsqu’elle saura qu’il a accepté que je fasse le traiteur pour le baptême et le quittera après ça.
-         Et alors Angelina reviendra vers toi et tu pourras enfin commencer ta vie avec celle qui aurait déjà dû être à toi depuis longtemps, dit Lyly.
Devon exultait.
 
 
***
 
 
En arrivant dans son allée, Kevin entendit Kevinella pleurait ce qui l’étonna d’autant plus que la voiture d’Angelina était toujours au garage. Il entra.
-         Angelina, tu es là ? Chérie, je suis désolé… soudain il la vit.
Kevinella à ses côtés. Il se précipita à ses côtés.
-         Angelina, chérie. Mon amour, tu m’entends ?
Il la souleva du sol et l’allongea sur le sofa avant de composer le 911.
-         Ma femme enceinte a été victime d’un accident. Je l’ai trouvé inanimée au pied de l’escalier en rentrant chez moi.
-         Nous avons localisé votre appel : une ambulance est en route pour chez vous.
-         Papa, maman bobo ?
-         Oui, Gowan : maman a bobo.
Deidre donna un bisou à sa mère. Cette dernière se réveilla.
-         Kevin, le bébé.
-         Chut, chérie, l’ambulance est en route. Mon amour, tu avais raison : je te demande pardon. Angelina, je t’aime.
Angelina se tenait le ventre et perdit derechef connaissance.
-         Je ne veux pas perdre le bébé.
-         Tu ne vas pas le perdre.
L’ambulance arriva enfin. Kevin se précipita pour leur ouvrir.
-         Entre mon appel et votre arrivée, Angelina a repris connaissance quelques instants.
-         Laissez-nous faire notre travail.
Angelina se réveilla derechef.
-         Madame, vous m’entendez ?
-         Oui, dit-elle faiblement.
-         Que s’est-il passé ? vous en souvenez-vous ? 
-         J’ai chuté dans les escaliers.
-         Votre mari dit que vous êtes enceinte : savez-vous de combien de mois en est votre grossesse ?
-         Ma femme vient d’entamer son quatrième mois de grossesse.
-         Nous allons vous conduire à l’hôpital.
-         Je viens avec vous.
-         Kevin, les enfants.
-         Chérie, j’emmène les enfants avec nous bien sûr.  
-         Je suis désolé, monsieur, mais pas plus d’une personne à la fois dans l’ambulance.
Kevin ne savait plus quoi faire. Il ne voulait pas laisser Angelina seule dans l’ambulance mais ne pouvait pas non plus laisser les enfants.
-         Dans ce cas je vous suivrai avec ma voiture. Chérie, je te retrouve là-bas, OK ? Je t’aime.
 
Arrivée à l’hôpital, Angelina fut immédiatement prise en charge en urgence obstétrique où l’on lui fit une prise de sang avant d’être placée sous monitoring.
Pendant ce temps Kevin prévint Angelo de l’accident. Ce dernier arriva peu après en compagnie de Gloria et Colleen, croisée par hasard au Gloworm, alors même qu’Angelina n’était toujours pas remontée du scan.
-         Kevin, que s’est-il passé ?
-         Angelina a fait une chute dans les escaliers à un moment où je n’étais pas là.
-         Kevin, c’est un accident.
-         Colleen a raison : c’est un malencontreux accident.
-         Non. C’est de ma faute. Si je n’étais pas sorti rien ne serait arrivé.
-         Kevin, vous étiez au travail. Je suis sûr que ma Princesse va s’en sortir : c’est une battante elle a déjà prouvé et tout cela grâce à vous.
-         Non, Angelo, je n’étais pas au travail. J’étais sorti avec les jumeaux.
-         Sorti avec les enfants ? Et pourquoi Princesse n’était pas avec vous ?
À cet instant Angelina remonta du scan. Kevin se précipita vers elle.
-         Chérie, comment vas-tu ?
-         Monsieur, laissez-nous, s’il vous plait.
-         C’est ma femme.
-         Dans ce cas laissez-nous la conduire à sa chambre et vous aurez tout le temps de discuter.
-         Kevin, vous n’avez pas répondu à ma question.
-         Quelle question, Angelo ?
-         Pourquoi étiez-vous dehors avec les enfants sans Angelina ?
-         Plus tard, Angelo, je veux d’abord voir Angelina. Je vous confie les enfants. Gowan, Deidre, restez là avec Grand-père, Grand-mère et Colleen.
Kevin entra dans la chambre d’Angelina. Celle-ci le regarda. À son regard on voyait bien qu’elle avait pleuré.
-         Mon amour, je suis désolé. Si j’avais été là rien de tout ceci ne serait arrivé.
-         Kevin, où sont les enfants ?
-         Ils sont dehors avec ton père, ma mère et Colleen.
-         Je ne veux pas que Chelsea s’approche d’eux. Je n’ai pas confiance en elle.
-         Chut, calme toi.
-         Kevin, promets-le-moi, je ne veux pas que cette femme s’approche de mes enfants !
-         Tu n’as pas à t’inquiéter : elle ne s’approchera pas d’eux. Je vais demander à ton père de veiller sur eux. De toute façon elle ignore ce qui se passe.
 
 
***
 
 
Chelsea retrouva Devon dans son ancien appartement.
-         Que se passe-t-il ? pourquoi m’a tu demandé de venir ? J’n’en ai pas envie pour le moment.
-         Mais non, idiot, je ne t’ai pas demandé de me retrouver ici pour ça : je viens d’apprendre une nouvelle qui risque de changer la donne. Angelina a été victime d’une chute sur le ventre. Il y’a des chances qu’elle perde le bébé si ce n’est pas déjà fait. Et tu sais ce que ça veut dire lorsqu’une femme fait une fausse couche…
Devon sourit.
-         Même le meilleur des ménages ne résiste pas à la perte d’un enfant.
-         Ce qui veut dire :
-         Ce qui veut dire que dans peu de temps Angelina sera à moi.
-         Et Kevin à moi.
-         Portons un toast.
 
 
 
***
 
-         Kevin, je ne veux pas perdre mon bébé.
-         Notre bébé, Angelina, et tu ne vas pas le perdre.
-         Il est peut-être déjà trop tard. Kevin, je l’aime déjà tellement fort. Je l’ai aimé dès le premier jour où j’ai su que j’étais enceinte. Si je le perdais je n’en m’en remettrais pas.
-         Ne dit pas ça. Attendons les résultats du scan et de la prise de sang.
Le docteur Caspary arriva.
-         Les voici justement. Le scanner ne détecte rien d’anormal et la prise de sang est bonne. Nous allons à présent vous placer sous monitoring pour entendre le cœur du bébé et procéder à une échographie.
Kevin alla de l’autre côté de la pièce afin de laisser la place au matériel.
Une fois l’installation effectuée le médecin examina les résultats soumis par l’appareil.
-         Le rythme cardiaque est bon. Environ 150 battements par minute ce qui est parfait. Vous entendez ces battements ? Ce sont de votre enfant.
-         Alors il va bien ?
-         A priori oui mais nous allons tout de même vous faire passer une échographie pour vérifier que tout est normal et il n’y a pas de déchirure du placenta.
Kevin avait un œil sur le monitoring et l’autre sur Angelina. Il souhaitait plus que tout au monde prendre la main de sa femme dans la sienne mais ne voulait pas la brusquer.
Le docteur Caspary passa la sonde sur le ventre d’Angelina et analysa les résultats.
-         Tout va bien. Il n’y a de raison de s’inquiéter. Le cœur du bébé bat normalement : tout est normal. Mais je vais quand même vous garder une nuit en observation pour surveiller.
-         Non, je dois rentrer chez moi. Je dois m’occuper de mes enfants. 
-         Chérie, je vais dire à ton père de les garder pour une nuit.
-         Papa occupe une suite au club, ce n’est pas un lieu pour les enfants et les enfants ne connaissent pas bien.
-         Calmez-vous, Angelina, vous ne devez pas stresser.
-         Dans ce cas je vais demander à Colleen de s’en occuper ce qui lui permettra de s’occuper également de Kevinella et Pheasant. Tu es d’accord ?
-         Tu n’es pas oblige de rester.
-         Angelina, je tiens à rester avec toi.
-         Je n’ai pas besoin d’un baby sitter pour me tenir la main.
-         Chérie…
-         Va-t’en ! Laisse-moi toute seule je n’ai pas besoin de toi.
-         Angelina.
-         Va-t’en !
-         Kevin, vous devriez la laisser. Angelina ne doit subir aucun stress. Ce n’est pas bon pour elle ni pour le bébé.
Kevin ne répliqua pas et sortit de la chambre de sa femme qui éclata en sanglot pendant qu’il posait sa tête sur la porte. Il ne se rendit pas compte de la présence d’Angelo.
-         Kevin, comment va ma princesse ?
-         Elle va bien.
-         Et le bébé, dit Gloria ?
-         Le bébé va bien lui aussi. Angelina doit rester une nuit en observation. Colleen, tu voudrais bien garder les jumeaux pour ce soir j’aimerais rester avec ma… avec Angelina. Michael n’est pas en ville sinon je lui aurais demandé mais il est allé voir Lauren à New York pour voir s’il prendre Fen avec lui pour le baptême.
-         Ne t’inquiète pas, je m’occuperai des enfants ainsi que de Kevinella et Pheasant.
-         Kevin, tu sembles oublier que je suis la grand-mère. Je peux très bien m’occuper de mes petits-enfants.
-         Maman mais les enfants ne te connaissent pas.
-         Je peux m’en occuper, Gloria, ne vous inquiétez pas.
-         Kevin, vous ne m’avez toujours pas dit ce qui a provoqué cet accident.
-         Angelina a fait une chute dans les escaliers.
-         Qu’est ce qui a provoqué cette chute ?
Cassie et Dylan arrivèrent en catastrophe.
-         Kevin, on vient d’apprendre : que s’est -il passé comment vont Angelina et le bébé ?
-         L’un et l’autre vont bien. Colleen, si Dylan veut bien rester avec toi ce soir sache que c’est d’accord pour moi. La chambre d’ami est très confortable.
-         Ne t’inquiète pas : je m’en sortirai très bien.
-         Rester avec Colleen chez toi ? Pourquoi que se passe-t-il ?
-         Angelina doit rester une nuit en observation et Kevin aimerait que je garde les enfants et Kevinella.
-         Kevin, si ça peut te rendre service, je peux prendre Kevinella à la maison. Il aura plus d’espace pour gambader qu’il ne puisse rêver.
-         Merci, Cassie, mais je préférais qu’il reste avec les enfants. Autant pour lui que pour eux.
-         Kevin a raison : Kevinella a déjà été abandonné s’il sort de chez lui sans la présence d’aucun membre de sa famille il serait capable de croire qu’il ait abandonné une fois de plus.
-         Et Kevinella offre une présence rassurante pour les enfants. Ce soir plus particulièrement où ni leur père ni leur mère ne seront là pour veiller sur eux.
-         Angelina a l’habitude de leur chanter une berceuse le soir avant qu’ils ne s’endorment.
-         Je te promets d’essayer.
Kevin regarda la chambre d’Angelina : tout était calme, la jeune femme semblait s’être endormie. Il s’approcha des jumeaux et se mit à leur hauteur en les enlaçant.
-         Gowan, Deidre, venez voir papa. Maman et papa ne rentreront pas à la maison ce soir. Maman est malade est doit rester ici et papa doit rester avec maman c’est pourquoi vous allez rentrer bien sagement à la maison avec Tante Colleen qui vous lira une histoire avant de dormir. Lorsque maman rentrera à la maison elle vous rechantera votre chanson préférée. Je compte sur vous pour être sage et ne pas trop faire de bêtises avec Kevinella et Pheasant. C’est d’accord ? Allez un bisou. Papa et maman vous aiment très très très fort.
Kevin embrassa ses enfants.
-         Ce sont les clés de ma voiture, il y a les sièges auto à l’intérieur.
-         Kevin, tu es sûr que ça va ?
Kevin ne répondit pas.
-         Je te suis avec ma voiture, dit Dylan. On se retrouve chez Kevin et Angelina.
-         OK.
 
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Re: dispute et angoisse   Lun 15 Aoû - 21:41

***
 
Chez Angelina et Kevin, Colleen semblait perdue dans ses pensées.
-         Je suis inquiète pour Kevin : il semblait… absent.  La dernière fois où je l’ai vu ainsi c’était lorsque Angelina a eu son accident de voiture et était entre la vie et la mort.
-         Mais Angelina va bien. Des accidents de ce genre ça arrive fréquemment.
-         C’est possible mais il y’a dû avoir quelque chose qui a provoqué.
-         Je n’ai pas d’enfant mais si ma femme était enceinte et devait avoir un accident je présume que je serais dans le même état que Kevin aujourd’hui.
-         Probablement mais le bébé va bien et Angelina aussi. Le connaissant il n’aurait pas quitté son chevet à moins d’y être contraint. Lorsqu’elle était blessée il a passé des semaines complète à son chevet jour et nuit.
-         Mais ils n’avaient pas d’enfant à l’époque.
-         C’est vrai.
-         C’est probablement la raison pour laquelle il est sorti de la chambre et son inquiétude pour Gowan et Deidre.
-         Tu as probablement raison.
-         Colleen ?
-         Oui ?
-         Tiens.
-         Qu’est-ce c’est ?
-         Mes clés de voiture. Prend ma voiture et retourne à l’hôpital.
 Colleen sourit.
 
 
***
 
Après le départ de Colleen, Kevin regagna la chambre d’Angelina. Celle-ci dormait. Il s’assit sur le petit tabouret à côté du lit, prit sa main dans les siennes et épongea ses larmes.
Angelo entra dans la pièce.
-         Kevin, tu vas me dire ce qui se passe à présent ? Pourquoi Angelina est-elle tombée et pourquoi ce froid entre vous ? Et ne me dit surtout pas que tout va bien car je ne te croirais pas !
Kevin regarda son beau-père sans répondre, la main d’Angelina toujours dans les siennes.
-         Kevin !
-         Je l’ai trahi, Angelo. J’ai trahi l’Amour de ma vie.
-         Trahi comment ça ? Tu veux dire que tu l’as trompé ?
-         Je ne lui ai pas été infidèle si c’est ce que vous entendez, mais il n’en demeure pas moins que je l’ai trahi en revenant sur une promesse que je lui ai faite.
-         Kevin.
-         Colleen ! dit-il en se retournant en direction de la voix. Où sont les enfants ?
-         Ne t’inquiète pas pour eux ils sont en sécurité avec Dylan.
-         Un inconnu garde de mes petits-enfants mais moi la grand-mère je n’ai pas de m’en occuper.
-         Ne recommence pas, maman ! Dylan n’est pas inconnu pour Gowan et Deidre. Sortons, je ne voudrais pas réveiller Angelina.
-         Tu vas me dire ce qui se passe à présent avec ma Princesse ? En quoi la tu trahi si tu ne lui as pas été infidèle ?
-         Je l’ai trahi en revenant sur une promesse que je lui avais faite.
-         Quel genre de promesse ?
Kevin soupira.
-         Je lui ai promis de ne pas laisser Chelsea s’approcher de nos enfants mais je suis revenu sur ma parole.
-         Chelsea ? La nouvelle serveuse au Neon Ecarlate ?
-         Elle-même. Angelina ne la supporte pas : elle pense qu’elle a des vues sur moi.
-         Et c’est vrai ?
-         Je n’en sais rien ! Je n’ai jamais rien remarqué cette fille m’est totalement indifférente.
-         Tout comme l’étais ma Princesse au début avant que tu n’en tombes amoureux.
-         S’il vous plait, Angelo, faite une faveur de ne pas comparer ma relation avec Angelina avec mes rapports avec Chelsea. Je passais beaucoup de temps avec Angelina, j’avais de l’affection pour elle avant d’en tomber éperdument amoureux. Chelsea les seuls mots que j’échange avec elle sont pour le travail.
-         Pourquoi es-tu revenu sur ta promesse ?
-         Je n’ai pas eu le choix. Au moment où je lui ai donné ma parole je n’avais pas toutes les pièces en main. J’ignorais certains éléments indépendants de ma volonté.
-         De quoi parles tu ? Quels éléments indépendants t’ont-ils contraint à revenir sur ta promesse à ma Princesse ?
-         Comme vous le savez la réception qui suit le baptême devait se dérouler au Gloworm mais celui-ci a brulé. Par conséquent nous avons décidé de la faire au Neon Ecarlate. Angelina m’a alors expressément demandé à ce que Chelsea ne soit pas là ce jour-là et je lui ai promis. Ce n’était pas un problème puisque le traiteur devait envoyer ses serveurs. Ce que j’ignorais alors c’est que le traiteur ne pouvait\voulait travailler pour nous.
-         Quoi ? Mais pourquoi ?
-         J’n’en sais rien. Toujours est-il que Chelsea et Eden étaient là au moment où je l’ai appris et Chelsea a alors proposé de nous aider en faisant le banquet. J’ai tout d’abord refusé mais elle a insisté. J’étais au pied du mur : le baptême devait alors lieu dimanche, nous étions jeudi où aurais-je pu trouver un autre traiteur ? Alors j’ai accepté pensant qu’Angelina comprendrait que nous n’avions pas le choix. Mais je me trompais : je me suis lourdement trompé. Angelina s’est mise en colère, nous nous sommes disputés, je lui ai dit qu’elle était ridicule et paranoïaque, j’ai pris les enfants et je suis sorti. À mon retour je l’ai trouvé allongé sur le sol : évanouie.
-         Pourquoi n’as pas tu appelé ? J’aurais pu demander à Md Rodriguez si elle voulait bien s’occuper du repas du baptême.
-         J’étais pris au dépourvu et Chelsea ne voulait pas être payée. Eden m’a convaincu que c’était la seule solution et je me suis dit que cet argent pourrait être utile aux enfants : à Gowan et Deidre mais aussi au bébé à naitre. Nous aurions pu acheter des choses pour eux.
-         Chelsea ne veut pas d’argent ?
-         Non.
-         Et tu ne t’es pas demandé pourquoi elle ne veut pas d’argent ? Elle travaille pour la gloire ? Pour la philanthropie ? Ou est-elle un mécène ? Dans ce cas explique moi pourquoi elle travaille comme serveuse d’un café d’une petite ville ?
-         Kevin, que sais-tu exactement de cette fille ?
-         Rien. Elle dit avoir travaillé dans quelques cafés news yorkais mais son embauche s’est passée tellement rapidement que je n’ai pas pris le temps de vérifier.
 
 

***
 
 
Angelina se réveilla le lendemain lorsqu’une infirmière vint lui prendre la température et tension. Elle ne réalisa pas au premier abord de la présence de Kevin à ses côtés. Ce n’est qu’après le départ de l’infirmière qu’elle le vit.
-         Qu’est ce tu fais ici ? Je t’avais dit de rentrer auprès des enfants.
-         J’ai confié leur garde à Colleen. Ma place était à tes cotés.
Angelina n’eut pas le temps de répondre, la porte s’ouvrit laissant apparaitre le Dr Caspary.
-         J’ai préféré vous garder sous surveillance toute la nuit afin de m’assurer que tout allait bien pour vous et le fœtus. Je n’ai aucune raison de vous garder ici en revanche, vous êtes tendue. Votre tension est plus élevée que la normal. Il va vous falloir du repos et aucun stress.
-         J’ai deux enfants à la maison dont il faut s’occuper plus un chien et un chat.
-         Je m’en occuperai, chérie.
-         Je me suis mal fait comprendre : il ne s’agit aucunement de vous mettre au repos complet : vous ne devez pas vous stresser.
 
 
***
 
Kevin et Angelina rentrèrent chez eux.
-         Bon retour chez nous, chérie.
-         Je monte voir les enfants.
-         Angelina !
Au pied de l’escalier Angelina se retourna.
-         Je t’aime.
Angelina ne répondit pas et monta voir ses enfants.
-         Maman !
-         Mes chéris, vous m’avez tellement manqué. Colleen, merci de les avoir gardé.
-         Contente de te revoir, Angelina. On a tous eu très peur. Kevin en particulier. Il t’aime tu sais : il t’aime plus que tout au monde.
-         Les enfants ne t’ont pas posé trop de soucis ?
-         Non. Bien au contraire ce fut un plaisir. Non que tu sois à l’hôpital bien sûr.
-         Bien sûr.
-         Si un jour Kevin et toi voulez partir quelque part sans vos enfants, n’hésitez pas : appelez-moi.
-         Kevinella, alors mon chien, tu t’es bien amusé avec Colleen ? Pheasant.
Colleen compris qu’Angelina ne voulait pas parler et n’insista pas. Elle s’éclipsa discrètement.
Kevin qui avait écouté la conversation descendit au salon. La mort dans l’âme.
-         Laisse-lui le temps, Kevin. Elle sort à peine de l’hôpital. Elle a failli perdre son bébé.
-         Moi aussi j’ai failli perdre un bébé et je suis en train de perdre ma femme. Mon mariage tombe en lambeau et tout ça pourquoi ?
-         Tu l’as blessé en ne l’écoutant pas.
-         À propos de quoi ? Chelsea ? Je me fiche pas mal de cette fille !
-         C’est à Angelina qui faut le dire : pas à moi. Je rentre chez moi prendre une douche avant d’aller chez Jabot. Si tu as besoin de moi tu sais où me joindre.
Colleen donna une bise à Kevin avant de partir.
Plusieurs heures s’écoulèrent. Angelina ne redescendit pas. Kevin ne voulant pas l’obliger à faire quelque chose contre sa volonté sorti de la maison et prit sa voiture.
En entendant la voiture démarrer Angelina se précipita à la fenêtre. 
-         Les enfants, maman revient : je dois parler à papa.
Ni une ni deux Angelina se précipita à l’entrée, ouvrit la porte et appela Kevin.
-         Kevin !!!!!!!!!!!
Mais Kevin était déjà bien loin et n’entendit pas l’appel d’Angelina.
Les minutes puis les heures s’écoulèrent. Kevin ne réapparaissait pas. Angelina l’appela une énième fois sur son portable.
-         Kevin, c’est encore moi. Je t’ai laissé plusieurs messages. Où es-tu ? Je commence sérieusement à m’inquiéter. Je regrette de ne t’avoir pas répondu plus tôt. S’il te plait si tu as ce message rappelle moi ou mieux rentre à la maison. Moi aussi je t’aime.
Mais Kevin ne répondit pas. Angelina était de plus inquiète.
-         Chéri, c’est encore moi. C’est au moins le 20.000 eme message que je te laisse. Kevin, mon amour, je comprends que tu sois en colère après moi mais s’il te plait, je t’en prie, chéri, rentre à la maison. Si tu ne le fais pas pour moi fais-le au moins pour nos enfants. Ils sentent que quelque chose est anormal et n’arrive pas à dormir.
N’y tenant plus Angelina téléphona à ses proches à commencer par Gloria.
-        Allo !
-        Gloria, c’est Angelina. Est-ce Kevin est chez vous ?
-        Pourquoi voudrais-tu qu’il soit chez moi ?
-        Je demandais c’est tout.
-        Non, il n’est pas chez moi.
-        S’il vous plait, Gloria, si vous le voyez dites-lui demandez-lui de rentrer chez nous.
-        Je le ferai.
Angelina entendit Gowan pleurer puis Deidre. Elle monta aussitôt trouvant Kevinella et Pheasant à leurs côtés.  
-         Les enfants, les enfants, maman est là. Chut, calmez-vous. Maman est là et papa ne va plus tarder à rentrer à la maison et tout ira bien.
Angelina prit son téléphona et appela quelqu’un.
-         Daniel, c’est Angelina. Désolée de te déranger à une heure pareille. Aurais tu vu ou eu Kevin ?
-         Kevin, non pourquoi. Je suis rentré de Savannah ce matin. Angelina que se passe-t-il ?
-         Rien.
-         Angelina, je sens à ta voix que quelque chose ne va pas. Dis-moi ce qui se passe.
-         Si tu vois Kevin dis-lui de rentrer à la maison et que je l’aime.
Soudain elle entendit une voiture se garer dans l’allée. Son cœur se mit à battre à la chamade.
-         Kevin !
Elle se précipita à la porte pour lui ouvrir mais c’était…
-         Michael ?
-         Angelina, que se passe-t-il ? Kevin n’est toujours pas rentré apparemment autrement tu ne serais pas dans cet état.
-         Gloria t’a parlé ?
-         Je me trouvais chez elle au moment où tu as appelé. Que se passe-t-il ? Gloria m’a dit que tu avais eu un accident : comment vas-tu et comment va le bébé ?
-         Nous allons bien mais Kevin a disparu.
-         Comment ça disparu ?
-         Tout est de ma faute.
-         Quoi ? Qu’est ce qui est de ta faute ?
-         S’il est arrivé quelque chose à Kevin je ne me le pardonnerais jamais.
-         Angelina, vas-tu me dire ce qui se passe ?
-         Le jour de mon accident : Kevin et moi nous nous sommes disputés. Lorsque le Gloworm a été incendié nous avions convenu de faire la fête au Neon Ecarlate à une condition : Chelsea Lawson. Elle ne devait pas être de la partie ni de près ni de loin. Kevin était d’accord mais par la suite il est revenu sur sa parole lorsqu’il a su que le traiteur ne viendrait pas. Chelsea s’est alors proposé de faire le banquet et il a accepté en sachant que je ne voulais pas. Alors nous nous sommes disputés, Kevin est sorti avec les enfants et je suis tombée dans les escaliers. Lorsqu’il est revenu à la maison il m’a trouvé sur le sol et appelé les secours. Il m’a demandé pardon mais j’ai refusé de lui adresser la parole y compris lorsque nous sommes rentrés à la maison. Je suis montée voir les enfants et je n’ai pas bougé jusqu’à ce que j’entendes la voiture s’en aller. J’ai couru et je l’ai appelé mais il ne m’a pas entendu. Depuis je n’ai plus aucune nouvelle.
-         Cela fait combien d’heure maintenant ?
-         J’n’en sais rien 6 ou 7 heures.
-         Bien il est encore trop tôt pour lancer un avis de recherche mais Kevin est mon frère. Je pars à sa recherche mais cela m’ennui de te laisser seule dans ton état.
-         Je vais bien. Je veux juste retrouver mon mari et les enfants leur père.
-         Te connaissant je suis sûr que tu as téléphoné à tout le monde.  
-         Personne ne la vue. Il n’est même pas passé au Neon Ecarlate.
-         OK. Je pars à sa recherche mais tu dois savoir que rien de tout ça n’est de ta faute. Vous vous êtes disputés ça arrive à tous les couples.
-         Pas à nous, Michael. Depuis notre mariage Kevin et moi formons un couple fusionnel : nous ne nous sommes jamais disputés excepté la fois où Devon a tenté de me violer mais Kevin savait alors combien je l’aimais.
-         Et je suis sûr qu’il le sait encore.
Michael mit ses mains sur les épaules de sa belle-sœur. 
-         Angelina, il est tard. Essaie de dormir un peu. Je te ferai signe dès que j’ai du nouveau. Je te ramènerai Kevin, ne t’inquiète pas. Tu es ce qui est lui est arrivé de mieux dans la vie.
 
 
***
 
Tandis que Michael parcourait les routes à la recherche de Kevin on sonna à la porte d’Angelina. Elle se précipita pour ouvrir.
-         Kevin, c’est toi ? Gloria, c’est vous.
-         Kevin n’est toujours pas de retour, dit-elle en entrant sans attendre l’autorisation.
-         Non. Michael est allé à sa recherche.
La porte sonna derechef.
-         Daniel ? Daisy ?
-         Angelina, tu as des nouvelles ?
Michael apparu alors.
-         Kevin ? dit Angelina avec un faible espoir.
-         Je suis désolé, Angelina, Kevin est toujours introuvable. J’ai sillonné toute la ville de long en large, je suis allé chez Jimmy mais personne ne la vue.
Les enfants se réveillèrent. Kevinella aboya afin qu’on lui ouvre la porte du jardin.
Angelina monta s’occuper des jumeaux avant de redescendre. Peu à peu la famille et les amis se retrouvèrent chez Angelina et Kevin.
-         OK, je pars à la recherche de Kevin.
-         Non, Daniel, c’est à moi de le faire.
-         Non, Princesse, pas dans ton état.
-         Papa, je suis enceinte pas malade ! Kevin est mon mari et le père de mes enfants.
-         Je suis d’accord avec ton père, Angelina. Reste à la maison, je repars à sa recherche.
-         Je viens avec toi, on ne sera pas plus de deux à le rechercher, dit Daniel.
-         J’y vais moi aussi. Kevin est mon frère et je lui ai causé beaucoup de tort par le passé. Je dois me rattraper.
-         Non ! C’est à moi et à moi seule d’aller à la recherche de mon mari !
-         Angelina, non !
-         Les enfants, maman va aller chercher papa. Vous allez rester à la maison avec Tante Colleen et Oncle Michael.
-         Il n’en est pas question : je viens avec toi.
-         Non, Michael. Je t’ai laissé partir cette nuit parce qu’il fallait que je reste auprès des enfants mais tes recherches n’ont pas abouti. Maintenant c’est à moi de le faire. Je dois retrouver mon mari et le ramener chez nous.
-         Angelina, laisse-moi aller à ta place : Kevin est mon meilleur ami.
-         Et moi mon mari et le père de mes enfants. Je dois le faire pour moi, pour Gowan, pour Deidre et pour ce petit être qui grandi en moi, dit-elle en mettant les mains sur son ventre. 
Les enfants, vous promettez d’être sage ? Vous partagerez vos jouets avec votre cousine Lucy. D’accord ? Maman vous aime très fort. Votre papa vous aime aussi très fort. Kevinella, tu viens mon chien ? On va aller chercher papa.
Kevinella jappa et courut à la voiture. Angelina embrassa ses enfants et prit la route.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
dispute et angoisse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crise d'angoisse [Alexander]
» Insomnie et ennui ... [Priv. Seamus] [TERMINE]
» Mélanie passe le test HIV (pv Guillaume et un autre médecin)
» Les tunnels/grotte/passage souterrain et la peur
» La patrouille de l'angoisse : le reveil de Brume écarlate [PV vallée et glace]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: