Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le viol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Le viol    Lun 11 Juil - 20:18


Au Neon Ecarlate Kevin était pensif. Michael qui venait chercher une tasse de café s’en rendit compte et en fit part à sa sœur.
-         Qu’est qui il a ?
-         J’n’en sais rien il est comme ça depuis ce matin impossible de lui faire décoller une syllabe.
Michael s’approcha de Kevin.
-         Que t’arrive-t-il ?
-         Je n’ai pas envie d’en parler.
-         Mais encore ?
-         Fiche-moi la paix, Michael, je ne tiens pas en parler !
-         Scène de ménage au paradis ?
Kevin le fustigea du regard.
-         Je vois. J’ai touché un point sensible on dirait. Angelina et toi vous vous êtes disputés ?
-         Pour se disputer encore faudrait-il qu’elle soit de temps en temps à la maison.
-         Comment ça ?
-         Devon la fait travailler non-stop depuis des mois. Je ne vois plus ma femme et nos enfants ne voit plus leur mère. Et pour une fois qu’elle se trouvait à la maison Devon lui a téléphoné et a filé.
-         Tu as épousé une chanteuse.
-     J’en ai conscience, Michael, et crois moi j’adore ce qu’elle chante. J’ai toujours été fan de sa musique avant même d’en tomber amoureux mais là c’est trop ! Je suis en train de perdre ma femme.
 
 
***
 
Au Club, Lyly poursuivait son déjeuner lorsque Colleen arriva à sa table. Lyly sourit.
-         Colleen, tu veux t’assoir ? Je déjeunais avec Devon mais il a dû partir travailler.
-         Travailler à séduire une femme mariée ?
-         Quoi ?
-         Ne fait pas celle qui n’a pas compris. Tu as parfaitement entendu, Lyly. J’étais là et je t’ai entendu parler à Devon et l’encourager à séduire une femme mariée.
-         Colleen, Devon est mon frère il a connu beaucoup de malheur dans sa vie alors si aujourd’hui il peut être heureux avec une femme dont il est amoureux je me vois mal comment le décourager.
-         Sauf que cette femme est mariée je te rappelle.
-         Kevin ne pourra jamais lui apporter ce que Devon peut lui apporter.
-         Quoi l’argent ? L’argent n’est pas tout dans la vie, Lyly.
-         C’est facile pour toi de dire ça, tu es une Abbott. Devon vient de la rue lui.
-         Oui et il s’est avéré être le petit fils de Katherine Chancellor et aujourd’hui il est à la tête d’une fortune de plus de deux milliards de dollars !  
-         Exactement et il aimerait partager cet argent avec Angelina. Imagine tout ce qu’il pourra lui offrir.
-         Lyly, on n’achète pas le bonheur. Angelina ne quittera jamais Kevin. Ces deux la sont mariés pour la vie.
-         C’est aussi ce que je croyais lorsque j’ai épousé Daniel mais parfois le premier amour n’est pas le bon.
-         Leur histoire d’amour n’a rien de semblable avec la vôtre.
-         Colleen, je sais bien que Kevin est ton ami et c’est le mien également et je lui souhaite de trouver le bonheur mais pas au détriment de mon frère.
 
 
 
***
 
-         Kevin, tu exagère un peu trop là. Angelina et toi traversaient une mauvaise passe mais cela ne serait durer.
-         Michael, Devon est amoureux d’elle.
-         Quoi ?
-         Tu as bien entendu il est amoureux d’Angelina.
-         Qu’est ce qui te fais dire ça ?
-         Tu étais sur quelle planète ces trois derniers mois ?
-         J’étais partie voir Christine à Washington. Que s’est t- il donc passé je croyais que Devon et toi étiez amis puisque tu l’as choisi comme parrain de ta fille.
-         Il est principalement l’ami d’Angelina puisque c’est son manager sauf que ces derniers temps, depuis le moment où Angelina à recommencer à travailler il a changé. Il passe de plus en plus de temps avec ma femme, il l’invite à diner dans les meilleurs restaurants de la ville et même en dehors, il la fait répéter des heures durant, demande son avis sur tout et n’importe quoi.
-         Tu devrais t’en réjouir cela prouve qu’il a du respect pour elle.
 
 
***
Angelina se débattait.
- Lâche-moi ou je hurle.
- Tu peux hurler autant que tu veux personne ne t’entendra : le studio est insonorisé.
Angelina réussit à se relever et couru vers la sortie. Devon prit la télécommande et verrouilla la porte.
-         Tu ne pourras pas t’échapper, inutile de me résister.
-         Pour la dernière fois, laisse-moi sortir d’ici.
-         Pas avant que tu ne signe ces documents et m’ait dit je t’aime.
-         Va au diable !
-         Signe ces documents, Angelina. Nous aurons une vie merveilleuse tous les deux.
Angelina cherchait par tout moyen une issue pour pouvoir sortir. Devon s’approcha d’elle.
-         Ne m’approche pas !
-         Angelina, je ne veux pas te faire de mal, je veux seulement que tu signes ces documents. Pense à tout ce que nous pourrons réaliser par la suite. Il lui remit les documents.
-         Signe-les, Angelina, dit-il en lui tendant un stylo.
Angelina prit les documents et les déchira devant lui ce qui le mit dans une colère noire.
-         Tu veux savoir quand je divorcerai de mon mari, Devon ? Quand il gèlera en enfer !
Devon se jeta alors sur elle en la giflant tellement fort qu’il la fit derechef tomber sur le plancher. Angelina se débâtit en le frappant, le griffant mais il était bien plus fort qu’elle.
-         Je te veux, Angelina, j’ai envie de toi et je t’aurai.
Angelina se rendit alors compte que son portable était resté près d’elle. Elle eut alors une idée pendant qu’elle se débattait.
 
 
***
 
-         Non, Michael, il en est amoureux c’est diffèrent.
-         Qu’en pense Angelina ?
Le téléphone de Kevin sonna. Le nom d’Angelina apparu.
-         C’est elle, je dois répondre.
-         Je t’en prie.
-         Allo !
Kevin entendit des plaintes.
-         Angelina, chérie, c’est toi ?
-         Lâche-moi, lâche moi tu me fais mal !
Kevin pâlit. Michael et Eden se rendirent compte que quelque chose n’allait pas en voyant le visage de Kevin.
-         Angelina, dis-moi ce qui se passe ?
Devon l’empoignait toujours, l’embrassant sur ses lèvres.
-         Dis-moi je t’aime !
Angelina lui cracha au visage.
-         Espèce de garce, dit-il en la giflant. Gifle que Kevin entendit.
Une peur panique s’empara alors de lui. Angelina, son Angelina était en danger. Il devait faire quelque chose.
-         Kevin, que se passe-t-il ?
-         Angelina est en danger. Je, je dois y aller. Devon est entrain de lui faire du mal. Où sont mes clés de voiture… les enfants… je n’ai personne pour garder les enfants.
-         Ne t’inquiète pas pour les enfants je les garderai.
-         Merci, Eden.
-         Kevin, tiens attrape dis Kyle en lançant ses clés de moto. Tu iras plus vite qu’en voiture.
-         Merci, Kyle.
-         Je te suis avec ma voiture, s’il y’a eu un délit je dois être là pour en référer devant la justice.
 
 
***
 
 
Kevin arriva avant que Devon ne réussît à la violer. Voyant qu’il lui était impossible d’ouvrir la porte il se rappela d’une sortie de secours et passa ainsi par derrière. Pendant ce temps Angelina réussi à lui donner un coup de pied sur ses parties ce qui eut pour effet de l’assommer quelques instants. Elle profita de ce bref moment pour se diriger vers la sortie mais il la rattrapa et voulu derechef la cloué sur le sol mais Kevin arriva par derrière, l’empoigna par le col de sa chemise, le contraint à lui faire face en lui décrochant un crochet du droit. Devon se retrouva au sol.
-         Ôte tes sales pates de cafard de ma femme.
Angelina se jeta dans ses bras en larmes.
-         Je te demande pardon, j’aurais dû t’écouter. Je suis désolée. Je t’aime, Kevin, je n’ai jamais aimé que toi.
Kevin la serra contre lui en lui caressant les cheveux.
-         Ce n’est rien, mon amour, on commet tous des erreurs. Tu n’as pas être désolée. Moi aussi je t’aime.
Pendant qu’ils s’embrassaient Devon se releva et empoigna Angelina en l’attirant vers lui.
-         Angelina m’appartient. C’est ma chanteuse vedette et c’est ma femme désormais votre mariage n’existe plus. Je vais lui offrir une vie de rêve : la vie qu’elle mérite.
Il voulut l’embrasser devant Kevin. Angelina se débâtit.
Kevin vit rouge. Il empoigna Devon et commença à se battre.
-         Je t’interdis de remettre tes mains sales sur elle, espèce de sale petite vermine !
-         Kevin, fait attention !
 Michael arriva entre temps et les sépara. L’un et l’autre avaient les vêtements déchirés, les cheveux en pagaille. Angelina se précipita dans les bras de Kevin.
-         Qu’est ce qui se passe ici ?
-         Cette ordure a voulu violer ma femme !
-         Quoi ?
Michael regarda Angelina et vit son visage tuméfié et ensanglanté, ses cheveux en pagaille, ses vêtements à moitié déchirés.
-         C’est faux. C’est Angelina qui s’est jeté sur moi parce que je ne voulais pas d’elle.
-         Menteur ! C’est toi qui t’es jeté sur moi après t’avoir dit que je ne t’aimais pas et jamais je ne quitterai mon mari. Cela fait des mois que tu me fais travailler jour et nuit me privant de ma famille en cherchant toujours quelque chose pour me retenir. Sur ce coup je le reconnais j’ai vraiment été une abrutie de n’avoir rien vu venir.
Ronan arriva sur la scène de crime. Il fut bientôt rejoint par Victor Newman propriétaire des lieux prévenus par le gardien de la tour que quelque chose se passait au studio.
-         Michael, que se passe t’il ici ?
-         Ronan, merci d’être venu si rapidement.
-         J’étais dans le secteur lorsque j’ai reçu votre appel.
-         Puis-je savoir ce qui se passe ici ?
-         Victor, nous sommes sur une scène de crime, s’il vous plait rester en dehors de tout ça.
-         Je suis le propriétaire des lieux : ce studio m’appartient j’ai le droit de savoir ce qui se passe chez moi.
-         Je suis accusé de tentative de viol sur Angelina alors que c’est elle qui s’est jetée sur moi comme une furie parce que je ne voulais pas coucher avec elle.
-         Menteur ! menteur ! Tu es un menteur ! C’est toi qui a tenté de me violer ! Tu as fermé la porte pour m’empêcher de sortir, tu m’as cloué au sol en m’empoignant avec tes sales males mains dégoutantes, ton haleine puante. Si Kevin n’était pas arrivé à temps tu m’aurais violé.
-         C’est toi qui a fermé l’entrée. Tu étais tellement en chaleur que tu ne pouvais plus attendre.
-         Menteur ! Pourquoi aurais-je fait ça ? Je suis mariée à un homme que j’aime de tout mon cœur.
-         Et qui ne te rend pas heureuse, tu me l’as dit.
-         Je n’ai jamais dit ça. Kevin, ne le croit pas. C’est lui qui invente tout ça. Il voulait que je te quitte, que j’abandonne nos enfants pour le suivre à l’autre bout du monde. Je t’en prie, chéri, dis-moi qui que tu me crois et fait confiance ?
À travers sa colère, Angelina pleurait. Kevin la serra dans ses bras et l’embrassa sur sa tête.
-         Bien sûr, je te crois, chérie.
Il se tourna vers Ronan.
-         Ma femme vous dit la vérité. Lorsque cette ordure a commencé à la toucher elle m’a aussitôt téléphoné. J’ai pu entendre toute la conversation : il voulait la forcer à lui dire qu’elle aimait, comme elle a refusé il la giflait ; j’ai pu entendre la gifle, il la traitait de garce et de bien d’autre chose.
-         Kevin dit vrai, Ronan, j’étais présent au moment où Angelina l’a appelé.
-         Avez-vous pu entendre la conversation ?
-         Non mais j’ai vu Kevin changer de couleur. Lorsque je lui ai demandé ce qui se passait il m’a répondu qu’Angelina était en danger et devait y aller. Kyle Abbott était présent et lui-même confiait sa moto.
-         Kevin, les enfants ? Kevinella ?
-         Ils vont bien, chérie. Je les ai confiés à Eden qui s’occupe d’eux.
 
 
****
 
 
-         Pas de nouvelle de Kevin ou Michel ?
-         Toujours rien et les enfants commencent à être fatigués. Même Kevinella s’impatiente.
-         La voiture de Kevin est sur le parking, tu devrais voir dans le bureau si ses clés n’y sont pas et ramener les enfants et le chien chez eux.
-         Et le café ?
-         Je pourrais m’en occuper.
-         OK, tu n’auras qu’à prendre ma voiture pour rentrer chez toi.
Cassie arriva alors pour commander un café et vit les enfants d’Angelina et Kevin. Elle s’arrêta pour jouer avec eux.
-         Vous êtes de plus en plus mignon chaque jour. Où est Kevin dans son bureau ?
-         Non, il a reçu un appel urgent d’Angelina et est parti. Je lui ai même filer mes clés de moto pour aller plus vite.
-         Un appel urgent ? Elle a eu un accident ?
-         Je n’en sais rien. Je ne crois pas. Kevin a juste dit qu’Angelina était en danger. J’n’en sais pas plus.
-         Je l’appelle tout de suite.
 
 
***
 
Au studio Ronan entendit les deux versions ainsi que les différents témoignages de Kevin et Michael.
-         Angelina, j’ai bien enregistré votre déposition. Vous pouvez rentrer chez vous. Michael, la scientifique est en route.
Devon voulu s’en aller mais il fut retenu par des officiers de police.
-         Pas si vite : Devon, vous êtes en état d’arrestation. Je vous arrête pour tentative de viol et séquestration sur la personne d’Angelina Veneziano Fisher. Vous avez le droit de garder le silence. Si vous renoncez à ce droit tout ce que vous direz peut-être et sera retenu contre vous. Durant votre interrogatoire vous avez le droit à la présence d’un avocat, si vous n’en connaissez pas ou si vous n’avez pas les moyens de vous en payer un avocat vous sera commit d’office.
-         Je veux téléphoner à mon avocat !
-         Dès que vous serez au poste de police. Emmenez-le !
-         Kevin, je veux voir les enfants.
-         Oui, chérie, nous allons rentrer.
Entre temps le portable de Kevin sonna. C’était Cassie.
-         Kevin, je suis au Neon Ecarlate, que se passe-t-il ?
-         Cassie, demande à Eden de prendre ma voiture et ramener les enfants et Kevinella chez nous. Les clés sont dans le bureau.
-         Je vais demander à mon chauffeur de vous raccompagner.
-         Merci, Victor, mais la voiture de mon épouse est ici.
-         Ne vous inquiétez pas pour ça, je la ferai ramener chez vous.
-          
 
 
***
 
Angelina n’avait pas dit un mot tout au long du trajet. Kevin la regarda et passa son bras autour de ses épaules en l’attirant vers lui. Elle posa sa tête sur son épaule.
Arrivé chez eux elle ne prononça toujours aucun mot.
-         Je monte prendre une douche.
-         OK.
-         Angelina !
Elle se retourna.
Kevin la regarda.
-         Je t’aime.
Angelina ne répondit pas et monta à l’étage jusqu’à l’arrivée des enfants. Elle se précipita alors vers eux.
-         Mes chéris, comme vous m’avez manqué ! vous savez maman ne vous quittera plus jamais, jamais.
-         Merci, Eden. Je t’appelle un taxi pour rentrer chez toi.
-         Comment va Angelina, que s’est-il passé ?
-         Tu le sauras bien assez tôt par la presse pour le moment j’aimerais rester un peu seul avec ma famille. Tiens voilà ton taxi.
Le taxi klaxonna. Eden sortit sans trop comprendre ce qui se passait dans la famille Fisher.
 
 
*** 
 
Au milieu de la nuit Angelina parla dans son sommeil.
-         Non, lâche moi ! Ne me touche pas ! lâche-moi ! Laisse-moi partir !
-         Angelina, chérie, chérie. Mon amour, réveille-toi.
Kevin la toucha ce qui eut pour effet de la faire réveiller brutalement.
-         Ne me touche pas ! Ne me touche pas !
-         Angelina, c’est moi, mon amour, c’est moi, c’est Kevin.
Angelina parvint enfin à revenir à elle.
-         Kevin ?
-         Oui, c’est moi, chérie.
Elle se jeta dans ses bras en pleurant.
-         Pardonne-moi, je suis désolée. Je suis tellement désolée. J’aurais dû t’écouter, j’aurais dû voir quelque chose n’allait pas : toutes ces heures de répétions non-stop : j’aurais dû me douter que ce n’était pas normal mais il avait toujours une bonne excuse. Vous me manquiez toi et les enfants et Kevinella. Kevin, notre famille me manquait et j’aurais préféré être avec vous et là ce soir, j’ai l’impression de sentir encore ses mains m’empoignant, ses lèvres sur les miennes, son haleine puante, j’avais envie de vomir.
Kevin la serra dans ses bras.
-         Tu n’as pas être désolée, ma chérie, on fait tous des erreurs et cette ordure a abusé de ta confiance.
Il l’embrassa et l’attira vers lui.
-         Essaye de dormir maintenant.
-         J’aimerais d’abord aller voir les enfants.
-         OK.
Angelina entra dans la chambre de ses enfants qui dormaient. Kevinella était couché dans son panier entre les deux berceaux. En voyant son humaine il remua la queue en se redressant. Elle sourit en le caressant.
-         Tu es un bon chien, oui tu es un bon chien et tu m’as manqué toit aussi mais tout va bien maintenant. Tout va rentrer dans l’ordre pour notre famille maintenant.
Angelina retourna se coucher auprès de Kevin qui ne dormait pas encore. Elle lui sourit.
-         Comment vont les enfants ?
-         Ils dorment paisiblement. Kevinella veille sur eux, dit-elle en se couchant aux cotés de Kevin. Elle a remué la queue en me voyant. Je l’ai caressé et gratouillé le ventre en lui disant que tout aller rentrer dans l’ordre maintenant pour notre famille.
Kevin sourit.
-         Oui tout va rentrer dans l’ordre.
Ils s’embrassèrent. Kevin la serra dans ses bras et pour la première fois depuis plusieurs mois ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre.
 
 
***
 
Lorsque Kevin se réveilla le lendemain matin Angelina ne se trouvait pas dans leur lit.
-         Angelina ?
Bientôt une odeur de petit déjeuner remonta de la cuisine. Il sourit et descendit la rejoindre.
-         Salut
-         Salut ! dit-elle en se retournant avec un immense sourire.
-         Chérie, tu n’étais pas obligée de faire tout ça.
-         J’en avais envie. Il y’a si longtemps que nous n’avons pas pris de vrai petit déjeuner en famille. Je te fais tes plats préférés : pancakes, muffins et gaufre. Le tout arrosé de sirop d’érable, toutes tes confitures préférées et bien sur le café en provenance du Neon Ecarlate.
-         Viens là, dit-il en l’attirant contre lui.
Il l’embrassa.
-         Je monte voir si les enfants sont réveillés.
Angelina revint bientôt avec les enfants suivit de près par Kevinella qui jappa pour me demander à sortir.
-         Ces deux chenapans étaient déjà bien réveillés lorsque je suis arrivée en train de faire des bêtises avec Kevinella.
-         Ils étaient contents de voir leur maman.
-         Moi aussi je suis contente de les revoir enfin. Je tous vous revoir. Chéri, si tu savais comme ils m’ont manqué et toi aussi. Vous m’avez tous manqué.
-         Je sais, mon amour, je sais. Mais c’est du passé. Devon va payer pour ce qu’il a osé te faire.
Kevin la regarda avec des yeux langoureux.
-         Qu’aimerais tu faire aujourd’hui ? Une journée au lac de Genova rien que tous les cinq ça te tente ?
-         Chéri, tu n’es pas obligé. Tu peux très bien aller travailler et je resterai à la maison avec les enfants et Kevinella. Peut-être irons-nous au parc s’il fait beau.
-         Je ne me sens pas obligé, j’ai juste envie de passer du temps avec ma femme et mes enfants mais si tu n’en as pas envie…
Angelina l’embrassa.
-         Rien que nous cinq ?
-         Rien que nous cinq.
-         Je t’aime, Kevin.
-         Je t’aime moi aussi.
 
 
 
****
 
Au poste de police Devon reçu la visite de Tuker.
-         OK, j’ai payé ta caution, tu peux sortir.
-         Ah enfin ! J’ai mal dormi sur ce fichu truc qu’ils appellent un lit. Je rentre chez moi me changer.
-         Rejoins-moi chez Neil par la suite nous devons parler.
-         J’ai du travail au studio, j’ai perdu trop de temps à vouloir lancer la carrière de cette abrutie d’Angelina.
-         Le travail attendra.
 
 
 
***
 
Au moment où ils devaient prendre la route un pneu éclata et Kevin n’avait pas de roue de secours. Ils durent se résoudre à rester chez eux.
-         Mon amour, je suis désolé.
-         Ce n’est rien, chéri, je n’avais pas très envie d’aller au lac à dire vrai. Nous pouvons parfaitement rester chez nous et faire un barbecue dans notre jardin ?
-         C’est une excellente idée. Je vais chercher des hamburgers.
-         Kevin, attends !
Kevin s’arrêta.
-         Raconte-moi tout ce que j’ai raté dans la vie des enfants.
Kevin sourit.
-         Viens, dit-il en l’attirant dans le salon où il alluma son ordinateur portable et lui fit voir les vidéos des jumeaux.
-         Kevin, tu as tout filmé pendant que…
-         Tu croyais lancer ta carrière quoi de plus normal.
Angelina l’embrassa.
-         Viens.
Il l’enlaça et l’attira sur le sofa où lui montra le film des progrès des jumeaux.
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Le viol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: