Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fête de Katherine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 341
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: La fête de Katherine    Ven 10 Juin - 23:18


Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis la révélation de Carmine. Ce dernier voyant qu’il n’avait aucune chance ni avec Lauren ni Angelina préféra repartir pour Jersey.
Kevin et Angelina décidèrent pour le moment de garder l’information pour eux.
La grossesse d’Angelina se passait bien. Elle n’allait pas tarder à entamer son quatrième mois de grossesse.
-         C’est officiel il me faut une nouvelle garde-robe ! je n’arrive plus à fermer mes jeans.
Kevin lui sourit en passant ses mains autour de sa taille.
-         Nous pourrions aller jusqu’à Chicago faire les boutiques et t’acheter une nouvelle garde-robe ?
-         Tu viendrais avec moi ?
-         J’irais au bout du monde avec toi.
-         Chéri, tu déteste faire les boutiques. Je peux parfaitement y aller seule ou avec Colleen.
-         J’ai envie de venir avec toi. Chérie, rien n’a plus d’importance pour moi que de passer du temps avec toi. Avec son nouveau poste de procureur, Michael s’est éloigné de Lauren et aujourd’hui regarde le résultat.
-         Oh, chéri. Tu n’as pas à avoir peur : je ne suis pas Lauren : jamais je ne te quitterai. Jamais.
Ils tombèrent dans les bras l’un de l’autre et s’embrassèrent.
-         Faisons l’école buissonnière. On éteint nos téléphones et on file à Chicago. Je dois acheter du matériel pour transformer la chambre à côté de la nôtre en nursery.
-         Mon ancienne chambre.
-         Chérie, c’était dans une autre vie. Un autre monde mais nous pouvons transformer un mauvais souvenir en quelque chose de positif en faisant la chambre de notre bébé.
Angelina l’embrassa.
-         Je suis preneuse.
-         Je sors Kevinella et en route pour Chicago !
Angelina sourit.
 
La journée s’écoula sans que ni l’un ni l’autre ne se rendit compte du temps passé à faire du shoping en tout genre. À la fin de la journée Angelina commença à être fatiguée. Kevin s’en rendit compte très rapidement.
-         Fatiguée, chérie ?
-         Un peu. Tu veux bien que nous rentrions ?
-         Bien sûr, mon cœur.
 
 
***
 
À peine arrivée chez eux, on frappa à la porte.
-         Qui cela peut-il être, ton père devait passer ce soir ?
-         Il ne m’a rien dit.
Kevin alla ouvrir.
-         Cane ?
-         J’ai enfin réussi à te trouver : je t’ai appelé un nombre incalculable de fois, j’ai dû te laisser au moins une dizaine de message : sans réponse ! Où étais tu passé ?
-         Angelina et moi étions à Chicago.
-         Et pourquoi n’as-tu pas répondu à mes différents appels ?
-         Nous avions éteint nos téléphones. Que se passe-t-il ?
-         Katherine organise une petite fête chez elle ce soir.
-          Une fête ?
-         C’est une fête d’adieu.
-         En quoi cela me concerne ?
-         Elle compte sur ta présence.
-         Il n’en est pas question.
-         Kevin, Katherine va mourir.
-         En quoi cela me concerne ?
-         Je te demande pardon ? Kevin, il s’agit de Katherine ! Toute la ville sera là.
-         Je m’en moque, Cane !
-         Katherine a toujours été là pour toi. Comment peux-tu refuser d’aller à sa fête d’adieu.
-         Tu sais très bien pourquoi.
-         Kevin, Katherine a toujours été bonne pour toi…
Kevin fulmina.
-         J’avais beaucoup de respect pour Md Chancellor mais ce qu’elle a fait ou plutôt ce qu’elle n’a pas fait pour Angelina est impardonnable. Je ne lui demandais rien : pas même un dollar ! Je voulais juste qu’elle intervienne auprès de ses amis du conseil d’administration pour ne pas arrêter les soins. Or elle a refusé. Angelina, ma femme, l’amour de ma vie allait mourir et au lieu de m’aider à la sauver Md Chancellor voulu la laisser mourir.
Angelina, restée silencieuse depuis l’arrivée de Cane, comprit pourquoi Kevin était en froid avec Md Chancellor.
-         C’est une vieille dame et elle est très malade.
-         Angelina aussi était très malade et contrairement à Md Chancellor elle n’avait encore rien vu de la vie !
-         Elle devait avoir ses raisons.
-         Ses raisons ? ses raisons dit tu ? Que peut-on avoir comme raison pour laisser quelqu’un mourir si l’on a le pouvoir de l’aider ?
-         J’n’en sais rien mais Angelina va bien aujourd’hui ce qui n’est pas le cas de Katherine et tu n’as pas le droit de lui refuser cette dernière volonté.
-         Je n’irai pas et il est inutile d’insister. Maintenant sort d’ici !
Cane sortit en soupirant.
Lorsqu’ils furent seuls Angelina, les larmes aux yeux, se dirigea vers Kevin encore troublé.
-         Pourquoi ne m’as-tu jamais parlé de cette histoire ?
-         Je ne voulais pas te faire de la peine.
-         Chéri, je ne connais pas Madame Chancellor contrairement au reste de cette ville, je ne peux donc éprouver du chagrin et tout ce qui compte est que toi, mon amour, tu as tout fait pour me sauver et cela a payé. Regarde où nous en sommes : nous nous aimons, sommes mariés et dans quelques mois naitra notre premier enfant. Cette dame va quitter ce monde et elle fut ton amie pendant des années bien avant que je ne fasse partie de ta vie. Je t’en prie, mon amour, va à cette fête. Va dire adieu à ton amie. Sa vie s’achève mais la nôtre commence à peine.
Kevin l’embrassa.
-         Comment fais-tu pour être aussi conciliante ?
-         J’ai moi-même fait des erreurs dans ma vie. J’en ai même fait avec toi et pourtant tu m’as pardonné.
-         C’est diffèrent d’avec ce qu’a fait Katherine.
-         En quoi est-ce diffèrent ?
-         Tu n’as fait de tort à personne.
-         Tu crois ça ? tu oublies Chloe et tu t’oublies.
-         Tu as laissé parler ton cœur c’est tout.
-         Va à cette petite fête, mon amour. Fait plaisir une dernière fois à cette vielle dame. Après cette soirée nous reprendrons le cours de nos vies. Notre vie.
Kevin l’embrassa.
-         Viens avec moi.
-         Non, chéri : je n’y serais pas à ma place.
-         Qu’est ce tu racontes je suis certain que Colleen s’y trouve avec toute sa famille et Cassie aussi et il y’a Devon. Mackenzie doit certainement s’y trouver. J’aimerais te la présenter.
-         Une autre fois. Ce soir c’est la soirée de Md Chancellor et elle t’attend. Va mon amour, va voir ton amie, moi je resterai ici à regarder la télé en t’attendant. Kevinella me tiendra compagnie.
-         Tu en certaine ?
-         Sure et certaine, dit-elle en l’embrassant.
-         Je ne serai pas long.
-         Prends ton temps : je ne vais nulle part.
-         Je t’aime.
-         Je t’aime aussi.
 
 
***
 
Lorsque Kevin arriva au manoir Chancellor il fut accueilli par un maitre d’hôtel qui n’avait encore jamais vu.
-         Puis je vous débarrasser, monsieur ? 
Un peu surprit Kevin lui tendit sa veste et entra au salon où comme il le pensait tout le monde était réuni autour de la vielle dame. Y compris sa fidèle amie : Esther !
Celle-ci ne cessait de pleurer comme une enfant.
-         Oh ça suffit, Esther, ces jérémiades ont assez duré ! Je vais mourir : c’est comme ça et pas autrement. J’ai eu une vie à faire pâlir d’envie plus d’un, alors comportez-vous en adulte et cessez donc ces larmes !
Pendant cette altercation Michael aperçu son frère et alla vers lui.
-         Je n’étais pas sûr que tu viendrais. Je t’ai appelé plusieurs fois dans la journée mais tu n’as pas répondu.
-         J’étais à Chicago avec Angelina. Nous avons fait des achats pour la chambre de notre bébé.
-         Comment a-t-elle réagi en apprenant que tu venais ?
-         Je n’avais pas l’intention de venir mais c’est elle qui m’a encouragé.
-         C’est bien que tu sois là cela fera plaisir à Katherine.
-         Lauren est avec toi ?
-         Oui elle est là. Elle discute avec Jill et Nikky.
-         Et pas Chloe ?
-         Si Chloe aussi bien sûr.
-         Le contraire aurait été surprenant. Michael, demain passe à la maison. Angelina et moi devons absolument te parler de quelque chose. Nous sommes au courant depuis un certain temps mais nous hésitions à te le dire mais tu as le droit de savoir.
-         Kevin ! fit la voix rock de Katherine Chancellor. Vous êtes finalement venu ! Mes chers amis, la fête peut à présent commencer. Je vous avais promis une surprise : la voici. Ce soir ce n’est pas la mort que nous célébrons mais l’amour : l’amour entre deux personnes qui s’aiment et souhaite se marier depuis bien longtemps déjà mais dont bien des obstacles se sont dressés sur leur chemin. L’heure est venue pour eux de se dire oui pour la vie.
-         Juge Johnson s’il vous plait. Kevin, Chloe : mes enfants le moment est venu pour vous d’échanger vos consentements.
-         Quoi, fit Kevin surprit.
Chloe et Lauren échangèrent un regard de complicité.
 
 
 
Ce soir-là Angelo rendait visite à sa fille et son gendre.
 
-         Je t’ai appelé toute la journée mais tu n’as répondu à aucun de messages et Kevin non plus.
-         Nous étions sortis pour la journée et avions envie d’être seuls : sans téléphone, sans SMS : uniquement Kevin et moi.
-         Ou est Kevin maintenant ?
-         Il est sorti.
-         Sorti comment ça ? Il est allé faire des courses ?
-         Non, il est sorti.
-         Sorti sans toi ? Ton mari va se promener tout seul et laisse sa femme enceinte seule à la maison ?
-         Je suis enceinte pas malade.
-         Peu importe ce ne sont pas des choses qui se font ! Où est-il que je lui dise ma façon de penser !
-         Papa, ça suffit, laisse Kevin tranquille il a bien assez de problème à gérer, inutile d’en rajouter !
-         Pourquoi refuse-tu de me dire où il est ?
-         Oh la barbe à la fin ! Il est allé chez Md Chancellor. Voilà tu es content ?
-         Pourquoi est-il allé voir cette femme qui ne peut pas te supporter ?
-         Md Chancellor organise une sorte de soirée d’adieu. Elle réunit autour d’elle sa famille et les gens qu’elle aime.
-         Et pourquoi Kevin y est allé sans toi ?
-         Je ne suis pas invitée.
-         Tu es sa femme.
-         Pas aux yeux de Md Chancellor.
-         En ce cas il n’y avait qu’à ne pas y aller !
C’en était trop pour Angelina. Son père accusait Kevin a tort. C’était plus qu’elle ne pouvait en supporter.
-         Il ne voulait pas y aller ! C’est moi qui l’ait poussé à le faire !
-         Quoi ? fit Angelo qui n’en revenait pas.
Angelina reprit son calme.
-         Kevin est le plus merveilleux des hommes : j’ai une chance incroyable d’être mariée avec lui. Je l’aime autant qu’il peut m’aimer et je voulais qu’il aille dire au revoir à cette dame qu’il a toujours aimé et respecté.
-         Et tu n’as pas peur qu’elle lui monte la tête contre toi en le poussant dès les bras de Chloe ?
-         Papa ! Si je n’avais pas confiance en mon mari je ne serais pas là aujourd’hui. Kevin m’a plus d’une fois prouvé son amour.
 
 
***
 
Au manoir Chancellor Katherine poursuivait.
-         Juge Johnson, ces deux enfants veulent se marier depuis… depuis… je ne serais pas vous dire depuis combien de temps maintenant ils le désirent, mais à chaque fois un obstacle se dresse sur leur chemin et les en empêchent. L’heure est venue pour eux de célébrer enfin ce qu’ils désirent le plus au monde.
Chloé, ma chérie, je suis passée chez Femnore hier et j’ai acheté quelques robes de mariées. Je suis certaine que l’une d’entre elle saura vous plaire.
-         J’en suis certaine, dit-elle avec un sourire satisfaite.
-         Lauren, ma chérie, vous voulez bien aider Chloe à s’habiller.
-         Avec plaisir.
Le juge Johnson se mit en place afin de commencer la cérémonie.
Kevin fulminer intérieurement.
-         Chloe, reste ici !
-         Kevin, je te promets, chéri, je ne serais pas longue.
-         Ne vous inquiétez pas, Kevin, ma vielle amie Katherine m’a tout raconté à votre sujet. C’est toujours un plaisir pour moi de célébrer des mariages.
-         Tout vous est sur ? Vous a-t-elle dit que je suis marié ?
-         Marié dites-vous ?
-         Marié.
-         Allons donc, Kevin, vous ne pouvez pas prendre au sérieux cette parodie de mariage.
-         Katherine m’a expliqué qu’une femme vous a contraint à l’épouser. Ce mariage peut être annulé.
-         Cela n’a rien d’une parodie et non Angelina ne m’a pas contraint à l’épouser : je l’aime !
-         Kevin, voyant, vous ne parlez pas sérieusement. Comment pouvez-vous préférer cette briseuse de ménage à ma Chloe ?
-         Angelina n’a rien d’une briseuse de ménage ! c’est même tout le contraire c’est une femme au cœur d’or. Sans elle je ne serais pas ici. C’est elle qui m’a poussé à venir car je n’en avais aucune envie. Cane pourra vous le confirmer.
-         C’est vrai, Kevin n’en avait aucune envie.
-         Et en guise de briseuse de ménage c’est plutôt votre fille qui faut blâmer. C’est elle la spécialiste en la matière.
-         Comment pouvez-vous accuser ma fille d’une chose pareille alors que c’est cette Angelina de malheur qui a brisé votre couple.
Kevin fulmina.
-         Je vous défends vous ou qui se soit d’autre de parler de ma femme en ces termes !
-         Si tu parles du couple de Cane et Lyly, il y’a longtemps que l’un et l’autre m’ont pardonné. Quant à Billy et moi nous partageons juste notre amour pour notre fille et rien d’autre.
-         Ne joue pas à ce petit jeu avec moi, Chloe. Tu sais parfaitement de quel ménage je veux parler.
-         Ce mariage est on ne peut plus légal. J’aime Angelina et elle m’aime et nous aurons bientôt un bébé.
-         En ce cas je suis désolé mais il n’y aura pas de mariage ce soir.
-         Kevin, vous ne le savez pas encore mais je vous ai couché sur mon testament. Vous aurez le quart de ma fortune, un autre quart ira à Chloe. Imaginez lorsque vous serez mariés tout ce que vous pourrez faire avec tout ça.
-         Donnez-le à une œuvre de charité moi je ne veux rien !
-         Kevin, ne fait pas l’idiot ! Chloe et toi êtes fait l’un pour l’autre.
-         Alors là je rêve ! C’est l’hôpital qui se fiche de la charité.
-         De quoi parles tu ? Kevin, tu es mon beau-frère : je t’ai toujours beaucoup apprécié mais tu as fait la plus belle erreur de ta vie en épousant cette bimbo.
-         Pour la énième fois je te défends de parler de ma femme en ces termes.
-         Je dis ce que je pense et il y’a encore peu de temps Michael pensait comme moi.
-         Et parce que il a changé d’avis alors tu l’as trompé ?
-         J’ai fait une erreur d’un soir avec Carmine, je l’admets.
-         Je ne parlais pas de Carmine.
-         Alors de qui parles tu ? Je n’ai pas eu d’autre aventure en dehors de Carmine.
-         Kevin, de quoi es-tu en train de parler ? Si tu sais quelque chose alors dis le.
-         Tu avais raison, Michael : Lauren a bien une liaison. Une liaison qui dure depuis des mois mais ce n’est pas avec Carmine. Lui n’a été qu’une simple couverture pour cacher sa véritable liaison.
-         Dis-moi avec quel homme ma femme me trompe. Kevin, j’ai le droit de savoir.
-         Il ne s’agit pas d’un homme, Michael, mais d’une femme : Chloe !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
La fête de Katherine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Katherine Pierce
» Des retrouvailles inattendues - 2013 [Katherine Pierce]
» Katherine Pierce - Vampire (prise)
» ♦ Qui je suis ? Je suis Katherine Pierce , la survivante ♦
» Like an obsession feat. Katherine Pierce

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: