Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Operation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Operation    Mar 17 Mai - 23:11


L’hôpital était en dessus en dessous. Angelina avait disparu.
-         Je regrette, Mr Rosenberg : Mlle Veneziano semble s’être volatilisée.
-         Continuer de chercher, Mlle Veneziano est dans le coma elle ne peut avoir disparu sans que personne ne s’en rende compte.
Patrick Rosenberg était le nouveau directeur du Memorial nommé par le conseil d’administration sous la présidence de Victor Newman.
Furieux après Kevin Michael interrogea Colleen.
-         Colleen, tu es la meilleure amie de Kevin, es-tu certaine qu’il ne t’ait rien dit ? 
-         Michael, si je savais où il se trouve crois-tu que je resterais là sans rien faire ?
-         Mais quel abruti, qu’est ce qui lui ait passé par la tête, bougonna Michael sans attendre de réponse.
-         L’amour, Michael, répliqua Colleen.
-         Quoi ?
-         Il était sur le point de perdre Angelina alors il a fait ce qu’il a cru bon de faire pour lui sauver la vie.
 
***
 
Sur la route Kevin roulait aussi vite que possible. Angelina allongée sur la banquette arrière portait un masque à oxygène volé à l’hôpital.
Tout en roulant il revoyait en flash-back sa vie avec Angelina : leur rencontre, leurs repas au Gloworm, leurs cafés au Neon Écarlate, les visites au studio de Devon, leur mariage aux chutes du Niagara, leur vie de couple et enfin leur première et… non, définitivement non, Kevin repoussa l’idée même que la nuit où ils firent enfin l’amour puisse être la dernière. 
-         Accroche-toi, mon amour, on va y arriver.
Son téléphone sonna. L’écran indiquait un appel entrant d’Angelo. Kevin cliqua sur le bouton pour répondre.
-         Oui, Angelo.
-         Ou êtes-vous ?
-         D’après le panneau nous arrivons à Grands Rapids dans le Michigan. Je suppose qu’à l’heure qu’il est tout le monde a dû s’apercevoir de notre absence ?
-         Tu supposes bien. Tout le monde te cherche partout. Kevin, tu es bien conscient de l’illégalité de tes actes ?
-         C’est bien le cadet de mes soucis.
-         Comment va-t-elle ?
-         Sans changement.
-         Tiens-moi au moi au courant dès le moindre changement.
Kevin raccrocha.
 
 
***
 
Le téléphone d’Angelo sonna. L’écran indiquait un appel entrant de Colleen. Angelo soupira avant de refuser l’appel.
-         Je vais prévenir la police pour vol d’un corps, dit Mr Miller.
Michael fulmina et l’attrapa par le col de sa chemise.
-         Et d’un vous ne préviendrez personne et de deux ne parlez pas de ma belle-sœur comme d’un simple corps : elle est encore en vie et si Dieu le veut elle le restera.
-         Sans soins elle n’a aucune chance de s’en sortir et je pourrai récupérer ses organes.
-         Vous ne récupérez rien du tout et je vous rappelle que vous n’êtes plus le directeur de cet hôpital. Un conseil foutez le camp d’ici si vous ne voulez pas que je vous fasse jeter dehors.
-         Je reprendrai mon poste que vous le vouliez ou non, Mr Newman.
-         Toute personne qui a tenté de s’en prendre à moi la regretter.
 
-         Colleen, as-tu réussi à joindre Kevin ou Angelo ?
-        Ni l’un ni l’autre ne répondent.
-        J’ai moi aussi essayé de les joindre plusieurs fois : en vain.
-        Cassie et toi de ton coté ?
-        Rien non plus.
-        Je vais demander à Paul Williams de localiser Kevin.
-        Victor, est-ce vraiment nécessaire ?
-        Si vous voulez sauver votre amie c’est le seul moyen puisque ni Kevin ni Angelo ne daigne répondre à nos coups de fils.
-        C’est parce que ils ignorent ce qui se passe. Kevin doit se dire que c’est le seul moyen de sauver Angelina.
-        Loin de sauver sa femme votre ami risque au contraire de la tuer, dit le Docteur Rosenberg.
-        J’appelle Paul Williams.
-        Attendez ! j’ai une idée, dit Lyly. Kevin ne répond pas à nos appels téléphoniques mais nous pouvons le joindre par un autre moyen : les réseaux sociaux et la radio.
-        C’est une bonne idée !
-        J’appelle Billy pour la conférence de presse, dit Abby.
 
 
***
 
Pendant ce temps Kevin parcouru quelques miles supplémentaires lorsqu’il se trouva coincé par des travaux. Un agent de la voie publique lui fit arrêter la voiture. Kevin prit peur mais prit sur lui pour ne rien montrer.
-         Désolé, Monsieur, mais personne ne passe.
-         Ma femme et moi nous nous rendons aux chutes du Niagara pour notre lune de miel.
-         Il vous faut prendre un autre itinéraire.
 
 
***
 
Assis dans son salon Angelo regardait la télévision en attendant des nouvelles de Kevin zappant de chaine en chaine lorsque soudain il tomba sur l’interview en direct de l’hôpital donnait par Colleen.
-         … Kevin, si tu m’entends, je t’en supplie reviens. Il ne serait fait aucun mal à Angelina, bien au contraire : Oncle Jack et Victor Newman ont destitué l’ancien directeur de ses fonctions. Le nouveau directeur accepte de rebrancher Angelina mais aussi de la faire opérer. Kevin, tu as ma parole il ne le sera fait aucun mal. Si tu as ce message appelle moi ou appelle l’un d’entre nous mais appel.
Angelo sauta sur le téléphone. Le téléphone cellulaire de Colleen vibra.
-         Angelo, pour l’amour du Ciel où êtes-vous ?
-         Colleen, est-ce vrai ? L’interview que vous venez de donner : le directeur a été destitué de ses fonctions ?
-         Oui c’est vrai. Michael Johnson, le nouveau directeur, est un homme droit et honnête. Il a déjà donné l’ordre à l’équipe chirurgicale de se tenir prête. Kevin est avec vous ? Passez-le-moi s’il vous plait.
-         Kevin n’est pas avec moi.
-         Pas avec vous ? Rassurez-moi : Angelina est bien avec Kevin et vous ?
-         Avec Kevin uniquement. Il aime ma fille, Colleen, il l’aime au point d’avoir fait quelque chose d’insensé pour lui sauver la vie.
-         Oui mais il peut le faire ici. Tout est prêt pour l’opération. Où qu’il soit dites-lui de revenir.
-         J’ai un double appel, Colleen, je vous laisse.
-         Si c’est Kevin dites-lui ce que viens de vous dire.
-         Allo !
-         Angelo, j’ai besoin d’aide.
-         Princesse ne va pas bien ?
-         Pour le moment son état est stable mais je suis coincé à Grands Rapid : la route est en travaux et je dois prendre un autre chemin qui nous prolongera nettement le chemin. Angelina ne tiendra pas.
-         J’en conclue que tu n’as pas vu la conférence de presse ni lu la presse sur les réseaux sociaux.
-         Angelo, je viens de vous dire qu’Angelina ne tiendra pas si nous devons emprunter un autre chemin que celui initialement prévu et vous me parlez d’une conférence de presse ?
-         Pas n’importe quelle conférence de presse, Kevin. Une conférence donnée par ton amie Colleen. Le directeur a été demi de ses fonctions. Un autre est nommé à sa place et il accepte d’opérer Princesse.
-         Comment ?
-         Tu as bien entendu, Kevin : le nouveau directeur à accepter de rebrancher et opérer Angelina.
-         Angelo, vous êtes sûr d’avoir bien compris ?
-         Je viens de raccrocher avec Colleen. L’équipe chirurgicale est prête à opérer Angelina. Kevin, pour la première fois depuis des semaines nous avons une réelle chance de la sauver.
Intrigué par ce qu’il venait d’entendre Kevin raccrocha et téléphona immédiatement à Colleen.
-         Kevin, Dieu merci, enfin je t’ai au bout du fil ! Kevin, où que tu sois tu dois faire demi-tour. Tout ici est prêt pour l’opération.
-         Le directeur veut débrancher ma femme : il refuse de la soigner il n’attend qu’après ses organes.
-         Ce n’est plus, Kevin. C’est trop long à t’expliquer mais sache simplement qu’Oncle Jack et Victor Newman sont intervenu afin de le démettre de ses fonctions et en nommé un autre qui prend à cœur son travail de médecin. Je t’en prie, Kevin, rentre. Nous pouvons sauver Angelina.
Kevin resta un moment silencieux.
-         Kevin, tu es là ?
-         Colleen, tu me dis la vérité n’est-ce pas ? Tu ne mentirais pas sur un sujet aussi grave ? Tu sais à quel point j’aime Angelina et je refuse de la perdre.
-         Kevin, je ne t’ai jamais menti et jamais je ne le ferai. Tu es mon ami, mon meilleur ami et je t’aime et j’aime aussi Angelina. Moi non plus je ne veux pas la voir mourir. Dis-moi où tu es, Kevin et une ambulance viendra vous chercher.
-         A Grands Rapids dans le Michigan mais une ambulance ne pourra pas passer. La route est sérieusement endommagée et nous sommes bloqués. Nous ne pouvons plus avancer.
-         A Grands Rapids ? Mon Dieu, Kevin, c’est à plus de quatre heures de route !
Victor entendit la conversation et intervint.
-         Colleen, dit à Kevin de rester en ligne qu’on puisse le Ge localiser exactement sa position et j’envoie un hélicoptère ambulancier piloté par mon pilote les chercher.
-         Dit à Victor que c’est OK, répondit Kevin qui avait entendu la conversation.
-         c’est OK, dit Colleen à Victor en raccrochant.
 
-         Tiens bon, ma chérie, cela ne sera plus très long maintenant, dit Kevin à Angelina.
 
Un peu plus d’une demi-heure plus tard l’hélicoptère les prit en charge et les ramena au Memorial de Genoa City.
À leur arrivée Angelina fut immédiatement transporté au bloc opératoire tandis que Kevin monta rejoindre ses amis. Colleen fut la première à l’accueillir en le serrant dans ses bras.
-         Tu as pris la bonne décision.
-         Kevin ! hurla Michael, je peux savoir ce qui t’es passé par la tête pour avoir fait une chose pareille ? C’est non seulement dangereux mais illégale !    
-         Illégale ? illégale, Michael ? comment oses-tu me parler de ce qui est légal ou ce qui ne l’est pas ? Quel autre choix avais-je ? La femme que j’aime est entre la vie et la mort et on refusait de la soigner. Avais-je une autre solution ?
-         On a toujours le choix, Kevin !
-         Comme de laisser la femme que l’on aime mourir ? C’est cela ton choix, Michael ?
-         Angelina a signé un document stipulant qu’elle refuser toute réanimation en cas d’arrêt respiratoire.
-         Si cela avait été Lauren peut tu me regarder droit dans les yeux et me dire que tu l’aurais laissé mourir ou au contraire remuer Ciel et Terre pour la sauver quitte à bafouer la loi ?
Michael regarda son frère sans répondre.
-         C’est bon, Michael, ne répond pas : j’ai ma réponse ! Ton silence est éloquent.
 
 
***
 
Lauren se trouvait au manoir Chancellor où elle rendait visite à Chloe.
-         Kevin se comporte vraiment comme un adolescent vivant son premier amour. Comment peut-il abandonner une femme comme toi pour… pour…
-         Cette abrutie du New Jersey ?
-         J’allais dire une bimbo mais abrutie du New Jersey c’est aussi bien, dit Lauren dans un sourire.
-         De toute manière ce n’est plus qu’une question d’heure maintenant. Je m’attends à recevoir d’un moment à l’autre un SMS de Michael m’informant du décès d’Angelina.
-         Lauren, me rendrais tu un service ?
-         Pour toi : toujours !
-         Je ne peux décemment pas aller à l’hôpital faire mine de soutenir Kevin dans cette épreuve : tout le monde sait que je ne supporte pas cette voix nasillarde d’Angelina mais toi oui. Kevin n’est pas seulement ton ami c’est aussi ton beau-frère. Pourrais-tu jouer le jeu pour moi ?
-         Chloe, depuis quand la décence t’empêche-t-elle de faire ce dont tu as envie ?  
Chloe sourit d’un sourire qui en disait long.
 
***
 
À l’hôpital Kevin s’impatientait. Angelo s’emporta.
-         Tu veux bien arrêtait de tourner en rond ? j’ai la tête qui tourne à force de te voir faire.
-         Je suis désolé, Angelo mais pourquoi ne nous donnes-t-on pas de nouvelle ?
-         Kevin, je suis aussi inquiet que toi, peut-être même plus encore : tu ne connais ma Princesse que depuis peu de temps moi je suis son père et je la connais depuis sa naissance.
-         Je suis désolé, Angelo. Je n’avais pas l’intention…
-         Je sais. Tu aimes ma fille et je sais que je peux avoir confiance en toi.
À cet instant Chloe et Lauren arrivèrent.
-         Kevin, Angelo, je voulais vous dire : je suis sincèrement désolée pour Angelina.
-         Chloe mais qu’est que tu fais ici ?
-         Je suis venue te soutenir dans cette épreuve : t’apporter mon soutien et mon réconfort.
-         Oui, Kevin, Chloe et moi sommes sincèrement désolées. Angelo, nous ne nous connaissons pas vraiment tous les deux je vous présente mes condoléances.  
-         Vos condoléances ? répliqua Angelo interloqué.
-         Lauren, de quoi est-ce tu parles, demanda Michael intrigué.
Chloe allait répliquer lorsque le chirurgien arriva. Kevin se précipita jusqu’à lui
-         Êtes-vous de la famille d’Angelina Veneziano ?
-         Je suis son mari. Dr, comment va ma femme ?
-         L’opération est un succès. Tout s’est très bien passé mieux encore que nous l’espérions. Nous avons pu retirer tout le caillot de sang qui obstruait le cerveau et empêcher la circulation sanguine de circuler. Maintenant il ne reste plus qu’à attendre son réveil.
-         Donc elle va bien ?
-         À son réveil ses propos pourront vous sembler un peu confus, peut être aura-t-elle des trous de mémoire mais en principe : oui elle va bien.
-         Merci, mon Dieu !
-         Mais, mais qu’est cela signifie ? Angelina est en vie, Mais je croyais que le directeur avait donné l’ordre de la débrancher, demanda Chloe interloquée ?
-         Oh ça te désole ? Oui, Chloe m’a femme va survivre.
-         Ce n’est pas ta femme, Kevin !
-         Lauren, je me moque de ce que peut dire ce foutu document ! Angelina est ma femme et le restera !
-        Et qu’est ce tu fais de nous ?
-         Il n’y a pas de « nous », Chloe. Il n’y en a jamais eu.
-         Comment ça il n’y a jamais eu de « nous » ? nous étions sur le point de nous marier lorsque cette abrutie t’a piégé.
-         Je t’interdis de parler de ma femme en ces termes !
-         Ta femme ? Mais elle n’est pas ta femme : Kevin, je te rappelle qu’officiellement vous n’êtes pas mariés, je dirais même : vous n’avez jamais été mariés.
-         Je me fiche pas mal de cette satanée annulation.
À cet instant les brancardiers ramenèrent Angelina dans sa chambre. Kevin s’y précipita tandis que Colleen resta à l’extérieur faisant face à Chloe.
-         Tu devrais cacher ta joie, Chloe, de savoir qu’Angelina va s’en sortir.
-         Tu me déteste parce que j’ai laissé tomber Billy pour un Chancellor.
-         Rectification, Chloe, ce que tu as cru être un Chancellor.
 
 
***
 
Dans sa chambre d’hôpital, Angelina reprenait peu à peu connaissance. Elle ouvrit les yeux et chercha tout autour d’elle. Son père et Kevin étaient présent.
-         Kevin, dit-elle d’une voix faible.
Kevin sourit en entendant le son de cette voix qu’il aimait et qu’il lui avait tant manqué.
-         Je suis là, dit-il en prenant une de ses mains dans les siennes.
-         Où suis-je ?
-         Tu es à l’hôpital, mon amour.
-         Pourquoi ? que s’est -il passé ?
-         Tu as eu un accident, chérie.
-         Un accident ?
-         Oui, mon amour : un accident.
-         Kevin, mon garçon, je crois que ça suffit : Princesse a besoin de se reposer.
-         Papa, tu es là aussi ?
-         Bien sûr, Princesse, je suis là.
Encore groggy par l’anesthésie Angelina se rendormie avant de se réveiller quelques heures plus tard.
-         Kevin, tu es toujours là ?
-         Ou pourrais-je être, dit-il en souriant.
-         J’ai dormi longtemps ?
-         Quelques heures.
-         Non, je veux dire : depuis combien de temps suis-je ici ?
-         Quelques jours, dit-il évasivement.
-         Jours ? alors notre diner…
-         Ce sera pour une prochaine fois, dit-il en souriant.
-         Princesse, te souviens-tu de ce qui s’est passé ?
-         Angelo, non pas maintenant : Angelina a besoin de se reposer.
-         Papa, s’il te plait, tu veux bien nous laisser seul Kevin et moi ?
-         Comment ?
-         S’il vous plait, Angelo : moi aussi j’aimerais bien rester un peu seul avec Angelina.
-         Mais, mais…
-         S’il te plait, papa : j’aimerais rester un peu seule avec mon mari.
-         Je ne serai pas loin
Angelo sortit de la chambre. Kevin sourit à Angelina, se pencha vers elle pour l’embrasser.
-         Où est ce je peux t’embrasser, tu as des fils partout, dit-il avec le sourire.
Angelina sourit.
-         Depuis combien de temps exactement suis-je ici ?
-         Je te l’ai dit cela fait quelques jours.
-         Kevin, combien de temps exactement ?
-         Très bien : six semaines.
-         Six semaines ? Et pendant tout ce temps tu n’as pas bougé d’ici avoue le.
Pour toute réponse Kevin sourit.
-         Je dois être affreuse à regarder, dit-elle en souriant.
-         Tu es vivante c’est tout ce qui compte pour moi.
Il se pencha sur elle et lui donna un baiser.
-         Tu devrais rentrer à la maison te reposer.
-         Tu cherches à te débarrasser de moi, dit-il taquin ?
-         Ne fait pas rire cela fait encore mal.
-         Excuse-moi.
-         Comment va la vache, dit-elle brutalement.
-         De quelle vache parles-tu ?
-         Tu sais bien celle que j’ai tenu éviter le jour de l’accident.
-         Une vache alors c’était donc ça ? C’est pour éviter une vache que tu t’es retrouvée dans le fossé ?
-         Je suis désolée.
-         Non, mon amour, tu n’as pas être désolée.
-         Je me souviens maintenant, je roulais en direction de la maison où tu m’attendais, je devais préparer le diner… Kevin, la veille… la veille, tu… est ce tu le pense encore ?
-         Si tu veux savoir si j’ai changé d’avis la réponse est non. Angelina, je t’aime.
-         Moi aussi je t’aime.
Kevin se pencha derechef sur elle et l’embrassa.
-         Chérie, promets-moi quelque chose.
-         Tout ce que tu voudras.
-         Angelina, mon amour, dès que tu sortiras d’ici soit gentille de jeter ce foutu bout de papier à la poubelle.
-         De quoi parles tu ?
-         Cette interdiction de non réanimation en cas d’arrêt respiratoire. Chérie, pourquoi as fait ça ?  
-         Je l’avais signé bien avant l’accident. Un jour où tu avais été manger au club avec Chloe et Delia. J’étais partie à Chicago consulter un avocat afin de signer ce document au cas où quelque chose m’arriverait un jour. Je ne voulais pas être réanimé parce que vivre sans toi m’était insupportable.
-         Je suis désolé.
-         Tu n’as pas être désolé : c’est moi qui le suit.
-         Non c’est moi : je me suis comporté comme un abruti.
-         Kevin, n’en parlant plus. La seule chose qui compte à partir de maintenant c’est nous. Si tu veux encore de moi malgré mes tuyaux, dit-elle taquine.
Kevin rit.
-         Évidement je veux de toi. Je le veux aujourd’hui, je le voulais hier et je le voudrai encore demain et après-demain et après après demain et tous les jours qui suivront désormais. Rendors-toi maintenant. Tu sors à peine du coma et d’une grave opération. Je serai là à ton réveil.
-         Toi aussi tu devrais aller te reposer.
-         C’est d’accord, je vais m’installer sur ce sofa et ainsi rester auprès de toi.
-         Kevin, je parlais d’une vraie nuit de sommeil : rentre à la maison te reposer.
Kevin lui prit la main et lui donna un baiser sur ses lèvres.
-         Je me reposerai plus tard : quand toi aussi tu seras rentrée à la maison.
Angelina lui sourit.
-         Kevin ?
-         Oui, chérie ?
-         Parle-moi de notre chien comment l’as-tu appelé ?
-         Kevinella.
-         Kevinella ? La contraction de nos deux noms ?
-         Tu n’aimes pas ?
-         Si bien sûr que si, dit-elle les larmes aux yeux. Je ne pourrai pas rêver de plus belle preuve d’amour.
 
***
 
Angelina entra suivi de Kevin. Ils firent accueillis par Kevinella. C’était la première fois qu’Angelina le voyait. Le chien se redressa sur des deux pattes arrières et mit celle de devant sur les épaules d’Angelina et lui donna un coup de langue.
Celle-ci se mit à rire.
-         On dirait qu’il me connait déjà.
-         Durant tout le temps où tu étais à l’hôpital lorsque je le voyais je lui parlais de toi le plus souvent possible et je lui avais donné un de tes vieux tee shirt afin qu’il sente ton odeur et s’habitue à toi.
Angelina embrassa Kevin avant d’allumer l’interrupteur de la salle de séjour. La maison était dans le noir le plus total lorsque soudain :
-         Surprise !
Colleen, Cassie, Abby, Lily, Devon, Cane, Daniel et Michael étaient présent pour fêter le retour d’Angelina chez elle.
Angelina sourit. Elle se tourna vers Kevin.
-         Tu étais au courant avoue.
Il sourit.
-         J’ai peut-être participer pour une ou deux petites choses.
-         Une ou deux petites choses : c’est quasiment lui qui a tout organisé, révéla Abby en riant.
-         Abby !
-         Oups j’ai loupé une occasion de me taire.
Tout le monde rit.
-         Bon retour chez nous, chérie, dit Kevin en lui donnant un baiser sur ses lèvres.
-         J’ai apporté quelques CD des derniers groupes à la mode, dit Devon.
-         Michael, ou est Lauren ?
-         Elle s’excuse mais elle avait un RDV important à New York : elle n’a pas se libérer.
 
 
*** 
 
Au manoir Chancellor Chloe était furibonde. Esther tentait tant bien que mal de la raisonner.
-         Rien ne s’est passé comme je l’avais prévu : absolument rien ! Kevin devait me revenir et être un beau-père pour ma fille mais cette abrutie à la voix nasillarde me la voler !
-         Chérie, tu trouveras quelqu’un de mieux.
-         Mais comment est-ce possible ? Je croyais que cette…cette Angelina avait signé une interdiction de réanimation ? Lauren, Michael a-t-il trouvé un moyen juridique de contourner cette interdiction ?
-         Non, Katherine, pas Michael : il ne pouvait rien faire et Kevin non plus étant donné qu’Angelina et lui ne sont pas mariés.
-         En ce cas comment ont-ils réussi à la sauver ?
Murphy qui assistait de loin à la réunion écoutait Katherine. Ces derniers temps il n’arrivait plus à la reconnaitre. Il se permit d’intervenir.
-         Peu importe comment Kevin s’y est pris pour sauver Angelina l’essentiel est qu’il y soit parvenu tu ne crois pas ?  Allez viens, laissons Chloe avec Esther et Lauren et allons voir un film au cinéma.
-         Murphy, je n’ai aucune envie d’aller voir un film !
-         En ce cas allons faire un tour au parc.
Katherine soupira.
-         Très bien si tu y tiens.
-         Je dois aller m’occuper du diner de ce soir. Ça va aller, ma chérie ?
-         Ne vous inquiétez pas, Esther, je veille sur elle.
-         Merci, Lauren.
-         Je n’ai pas besoin d’un baby sitter j’ai besoin d’un plan pour récupérer ce qui est à moi !
 
 
***
 
Chez Angelina et Kevin la fête se poursuivait. Kevin n’étant pas dupe au mensonge de Michael le prit en aparté.
-         Tu peux me dire ce qui se passe : ou est Lauren ? Durant tout le temps où Angelina était hospitalisée je ne l’ai vu qu’une fois au moment où elle et Chloe étaient venues me présenter leurs condoléances.
-         Kevin, tu sais bien qu’on s’attendait tous à ce que tu épouses Chloe.
-         OK mais les choses ont changé : je suis amoureux d’Angelina et j’ai bien l’intention de rester marier avec elle.
-         Kevin, vous n’êtes pas mariés.
Kevin soupira.
-         C’est vrai, j’avais oublié.
-         Tu as oublié ?
-         Michael, j’aime Angelina : pour moi elle est ma femme ! Je règlerai ce détail mais s’il te plait n’en parles pas à Angelina. C’est un miracle si elle est encore parmi nous alors je ne veux pas que quoi ce soit vienne la stresser.
-         OK, je ne lui dirai rien. Tu peux me faire confiance.
-         OK, maintenant répond à ma question : pourquoi Lauren n’était pas là ?
-         Elle est avec Chloe.
-         Avec Chloe ?
-         Ces derniers temps elles passent beaucoup de temps ensemble. Chloe travaille désormais chez Femnore.
Angelina remarqua qu’il se passait quelque chose. Elle alla vers eux.
-         C’est une réunion secrète où l’on peut se joindre à vous ?
Kevin répondit à son sourire et l’enlaça.
-         Angelina, je n’ai pas encore eu l’occasion de te dire à quel point je suis heureux de te voir en forme.
-         Merci, Michael.
-         Ça va, chérie ?
-         Je vais bien ne t’inquiètes pas pour moi.
-         De toute façon en ce qui me concerne je ne vais pas tarder à y aller.
-         Michael, je ne te renvoie pas.
-         Rassure-toi, tu ne me chasse pas mais j’ai une grosse affaire à plaider demain, je dois revoir certaines notes.
-         Et toi tu dois te reposer.
-         Kevin !
-         Angelina, j’ai appris à mes dépends qu’il ne sert à rien de discuter avec Kevin lorsqu’il a une idée en tête il n’en démord pas. C’est une véritable tête de mule.
-         Surtout lorsque j’ai raison et comme j’ai toujours raison…
-         Kevin n’a pas tort, il est tard et tu sors à peine de l’hôpital : on va te laisser te reposer.
-         Colleen, merci pour tout ce que tu as fait. Kevin m’a tout raconté mais je n’ai pas encore eu l’occasion de vous remercier.
-         Je suis contente d’avoir pu aider mais c’est surtout Kevin qu’il faut remercier. Il a remué ciel et terre pour te sauver.
Angelina sourit.
Une fois tout le monde partit Angelina passa ses bras autour de la taille de Kevin et l’embrassa.
-         Merci. Merci pour tout, mon amour.
-         Chérie, j’ai eu tellement peur. Je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie et c’est un homme dont le père l’enfermait dans le placard lorsqu’il faisait une bêtise qui te parle.
Angelina l’embrassa.
Main dans la main ils montèrent à l’étage où Angelina vit étalé sur le lit les achats faits par Kevin chez Femnore le jour de l’accident.
-         Kevin, qu’est-ce s’est ?
-         J’ai acheté tout ça le jour de l’accident.
-         Ça vient de chez Femnore !
Angelina détacha les housses et vit les robes et la nuisette. Les larmes montèrent à ses yeux.
-         Kevin, ce sont des modèles Forrester ! Mon amour, nous ne pouvons pas nous le permettre.
-         Ne t’inquiète pas pour ça.
-         J’ai hâte de pouvoir porter ce déshabillé pour toi.
-         Il me tarde de te voir dedans et pouvoir te l’enlever.
-         Kevin, je t’aime.
-         Moi aussi, je t’aime.
 
***
 
Angelina reprenait des forces. Kevin et elle vivaient un bonheur sans nuage. Kevin avait repris ses activités au Neon Écarlate où Angelina l’accompagnait très souvent toujours suivi de leur chien.
-         J’ai l’intention d’aller au studio de Devon demain.
-         Chérie, n’est-ce pas un peu trop tôt ? Je ne voudrais que tu te fatigues. Il y’a encore quelques semaines tu étais sur un lit d’hôpital et personne ne pensait que tu allais vivre.
-         Excepté mon mari. Mon amour, je vais chanter non faire le marathon de New York.
-         Tu me promets d’y aller sans forcer ?
-         C’est promis.
-         Promets-moi d’arrêter dès le moindre signe de fatigue.
-         C’est promis, dit-elle en riant.
-         Angelina, je suis sérieux. Je ne veux pas que tu te fatigue : tu es encore trop fragile.
-         Je te le promets, dit-elle en lui donnant un baiser.
 
Ni l’un ni l’autre ne remarquèrent le regard désapprobateur de Lauren et Chloe.
 
 
***
 
Le lendemain Chloe frappa à une suite de l’Athletic Club. Lauren ouvrit la porte.
-         Lauren, pourquoi m’as-tu donné RDV ici ?
-         Je voulais te parler sans crainte d’être dérangée.
-         Tu aurais pu venir me voir au Manoir Chancellor.
-         Il y’a toujours quelqu’un qui arrive or je tiens à ce que notre conversation reste privée : personne ne doit savoir.
-         Savoir quoi ?
-         Tu tiens toujours à reconquérir Kevin ?
-         Je refuse de laisser cette abrutie du New Jersey me le voler. Kevin est à moi : Delia le réclame et j’ai pour principe de lui donner tout ce qu’elle souhaite.
-         Alors voilà, j’ai trouvé le moyen très simple de te permettre de le récupérer et débarrasser ma famille de cette bimbo !
Les yeux de Chloe brillèrent comme des étoiles.
-         Quel est -il ?   
Lauren tendit à Chloe une enveloppe cachetée qu’elle s’empressa d’ouvrir.
-         L’annulation de leur mariage ? Que veux-tu que j’en fasse ?
-         J’ai discuté avec Michael, Angelina n’est toujours pas au courant de l’annulation de leur mariage. Lorsqu’elle le recevra elle sera tellement en colère après Kevin qu’elle le quittera une fois pour toute.
Chloe jubila.
-         Comment as-tu fait ?
-         Rien de plus simple je me suis fait passé pour Angelina, prétendue vouloir me marier mais l’on me demandait la preuve de l’annulation de mon mariage.
-         Lauren, tu es un génie !
-         J’essaie en tout cas.
 
 
 
***
 
Ce soir-là Angelina avait organisé un diner romantique surprise aux chandelles. Lorsque Kevin entra il trouva la maison dans la peine ombre. Kevinella fut le premier à l’accueillir. Kevin se pencha vers lui pour lui faire une caresse.
-         Salut toi, où est maman ?
-         Ouaf !
Kevin entra dans la salle de séjour et vit la table avec les chandelles avant de voir celle qui pour lui était toujours son épouse, vêtue de la robe bleu acheté le jour de l’accident.
À la vue de sa femme Kevin fut ébloui.
-         Angelina… Whaoo. Ma chérie, tu es superbe !
-         Kevin, cette robe est tout simplement magnifique.
-         Et toi encore plus, dit-il en l’embrassant.
Après le diner ils montèrent dans la chambre. Kevin et elle s’embrassèrent.
Kevin était sur le point de la déshabiller lorsqu’il se ravisa.
-         Chérie…
-         Chut. J’ai quelque chose à t’avouer : je n’étais pas au studio de Devon aujourd’hui. J’avais RDV avec le neurologue. Chéri, tout va bien. Mon accident, mon coma et tout le reste sont désormais de l’histoire ancienne et j’ai très envie de refaire l’amour avec mon mari.
-         Angelina, mon amour, tu en sure ?
-         Sure et certaine.
Kevin l’embrassa de plus en plus passionnément et pour la seconde fois fit l’amour avec elle.
 
 
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Operation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Comite de Defense du Bel-Air rejette l'operation Bagdad 2
» Initiation Operation World War 2
» Retour à la case de départ de l'OPERATION BAGDAG au Belair
» Resident Evil: Operation Raccoon City
» OPERATION BAGDAD I: 122 POLICIERS ASSASSINES, 1931 CITOYENS TUES, 500 KIDNAPPING

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: