Angelina & Kevin love for ever

Angelina & Kevin love for ever

Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des semaines d'horreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Des semaines d'horreur    Mer 11 Mai - 18:36


Angelina poursuivait sa route tout à son bonheur quand soudain une vache échappée probablement d’une ferme du coin traversa la route. En voulant l’éviter Angelina tourna brutalement le volant sur la gauche et le pire se produisit. La voiture fit une embardée, dévala la colline et fit plusieurs tours sur elle-même.
 
 
***  
 
 
La visite de Kevin à la Boutique laissa Lauren perplexe. Pourquoi Kevin avait acheté des déshabillés certes tous plus beaux les uns que les autres mais bien trop classique et conventionnels pour Chloe et de plus en taille 10 or Chloe faisait à peine une taille 6 parfois même 4. Alors à qui pouvait être destiné ces déshabillés et toutes ces robes particulièrement cette robe haute couture signée Caroline Spencer. Là encore Chloe n’aimerait pas ce genre bien trop classique.
-         C’est probablement pour l’un de ses amis, dit elle a haute voix.
-         Vous disiez, Md Femnore ? demanda une vendeuse.
-         Ce n’est rien, Typhanie, je réfléchissais à haute voix c’est tout. Vous pouvez rentrer chez vous. La journée a été bonne je vais à présent fermer et rentrer chez moi de mon côté.
-         Entendu, Md Femnore.
Une fois la vendeuse partie, Lauren ferma boutique à son tour.
 
 
***
 
 
Après avoir dressé la table avec un magnifique chandelier Kevin alla ouvrir la porte au fleuriste.
-         J’ai une livraison au nom de Kevin Fisher : trois douzaines de roses rouges.
-         C’est bien moi. Tenez, garder la monnaie !
-         Merci, bonne soirée.
Kevin installa le vase sur la table, alluma les bougies et mit une musique d’ambiance avant de s’assoir sur le sofa tout en jouant avec le chien pour attendre Angelina.
-         Eh oui, mon vieux, tu arrives dans ton nouveau foyer à un jour exceptionnel. Angelina va t’adorer.
-         Ouaf, fit le chien cette fois joyeusement en tendant la patte à Kevin.
-         Je me demande comment on va t’appeler. Lucky ? Oui c’est vrai tu es chanceux d’être tombé sur nous. Bobby ? Non, trop commun. Attila ? Non, tu ne lui ressemble en rien. Rex ? Non, cela ne t’ira pas. Alf ? mwais ça se pourrait. Elvis, Beethoven ? attends… j’ai trouvé ! tu es arrivé dans nos vies à un jour exceptionnel pour Angelina et moi c’est pourquoi nous t’appellerons Kevinella. Tu es d’accord ?
-         Ouaf !
-         Super, mon vieux, tape là ! Mais que fais Angelina, elle devrait déjà être rentrée. Tu dois te demander qui est-elle est : eh bien en plus d’être ta nouvelle maitresse et ma femme, elle est aussi la plus belle femme de l’univers. Elle est plus belle que les étoiles du ciel. Sa beauté n’a d’égal que sa bonté. Elle a trouvé le moyen de me pardonner et crois moi je me suis comporté comme un abruti. Je lui ai fait beaucoup de mal et pourtant malgré tout ça elle m’a pardonné. Alors ce soir c’est une soirée spéciale pour elle et moi.
Kevin regarda l’heure sur la pendule sur la cheminée qui indiquait déjà 21 H 30. Il l’avait déjà appelé plus d’une fois mais à chaque fois il tombait sur son répondeur.
-         Mais bon sang ou est-elle ? Elle devrait déjà être rentrée depuis longtemps.
Il composa son numéro mais derechef il tomba sur sa messagerie.
-         Chérie, c’est encore moi. Où es-tu ? Tu devrais être à la maison depuis des heures. Réponds-je t’en prie.
À cet instant on sonna à la porte. Kevinella aboya. Soulagé Kevin alla ouvrir.
-         Dieu merci, tu es rentrée : tu as oublié tes clés… Colleen ?
-         Je te dérange ? Tu attendais probablement quelqu’un d’autre ?
-         Non, enfin oui. Non tu ne me déranges pas, je pensais simplement que c’était Angelina qui aurait oublié ses clés. Entre je t’en prie !
-         Désolée ce que n’est que moi. Whaoo ! dit-elle en voyant la table dressée et les roses rouge. Kevin, c’est vraiment magnifique ! Angelina va être aux anges. Je passais justement voir comment elle allait. J’ai vu Devon et il m’a dit qu’elle n’allait pas très bien hier et puis j’ai entendu sa chanson mais j’étais à Chicago je n’ai pas pu me libérer plus tôt. Kevin, c’est pour toi qu’elle chante.
-         Ne tient pas compte de cette chanson, Colleen. Oui elle a composé pour moi et ce fut comme une décharge électrique. Entre ça plus un…
Kevin ne continua pas sa phrase par peur d’être prit pour un fou par sa meilleure amie car c’était ce qu’était devenue Colleen pour lui depuis le jour où il lui sauva la vie après la tentative de meurtre faite par Jana. Leur inimitié s’est transformé en une superbe amitié et grâce au Ciel, Colleen avait survécu à la tentative de meurtre de Patty Williams.
-         Continue ta phrase qu’allais tu dire ?
-         Non rien : cela n’a aucune espèce d’importance.
-         OK. Au mais d’où tu sors toi, dit-elle en voyant le chien.
-         Ouaf !
-         Colleen, je te présente Kevinella. Je l’ai trouvé errant devant notre porte cet après-midi Angelina et moi avons décidé de l’adopter. Dès demain j’irai lui acheter un collier et le faire tatouer en notre nom. Kevinella, dis bonjour à mon amie Colleen.
-         Ouaf !
Kevin rit.
-         Bon il a encore beaucoup de chose à apprendre.
-         Kevinella ? C’est original comme prénom.
-         En effet. Il a débarqué dans nos vies un jour vraiment spécial pour Angelina et moi c’est pourquoi j’ai décidé de marquer le coup en faisant une synchronisation de nos prénoms.
-         Je trouve l’idée vraiment très belle. Dois-je comprendre qu’entre Angelina et toi…
-         C’est l’amour fou. L’amour avec un grand A, Colleen, celui qu’on ne vit qu’une fois. Je n’ai jamais ressenti ce genre de sentiments pour aucune femme : pas même Jana.
-         Et Chloe ?
-         Comment dire : c’est comme si j’avais été hypnotisé par elle mais c’est fini. À présent je veux et je vais me consacrer exclusivement à ma femme.
-         Kevin, tu n’imagines pas à quel point je suis heureuse de t’entendre dire ça. Chloe n’ai pas la femme dont tu as besoin. Je l’avais dit à Billy autrefois et je te le dis à toi aussi.
-         J’en ai conscience, Colleen, tu peux me croire. J’ai failli faire une belle bêtise mais c’est fini.
Kevin regarda l’heure. Une demie heure s’était écoulée depuis la dernière fois. Son inquiétude allait maintenant crescendo.
-         Mais que fais-t-elle ? il s’empara de son téléphone et derechef appela sa femme et derechef tomba sur sa messagerie. Ce n’est pas normal, elle devrait être rentrée depuis des heures !
-         Tu as téléphoné à Angelo peut être est-elle chez son père ?
-         Elle devait rentrer à la maison, préparer un repas pour nous deux. Colleen, cette nuit devait être l’équivalent de notre lune de miel. Hier pour la première fois j’ai dit à ma femme que je l’aimais comme un fou et voulais passer ma vie avec elle. Ce que j’éprouve pour Angelina je ne l’ai encore jamais ressenti ni pour Chloe ni même Jana. J’ignore quand et comment s’est arrivé mais toujours est-il que c’est arrivé : je suis tombé amoureux fou d’Angelina.
Pour la énième fois de la soirée Kevin décrocha son téléphone et composa le numéro d’Angelina et derechef tomba bien sur sa messagerie.
-         Angelina, mon amour, c’est encore moi, je t’ai laissé un demi-million de message mais tu n’as pas répondu. Chérie, dis-moi ce qui se passe, tu devrais être rentrée depuis plusieurs heures : je suis vraiment mort d’inquiétude. Rentre vite j’en t’en supplie. Je t’aime.
Colleen enlaça Kevin.
-         Appel Angelo.
Kevin prit son téléphone et appela son beau-père.
-         Oui, Kevin ?
-         Angelo, Angelina est-elle chez vous ?
-         Princesse, non pourquoi ? Elle est passée ce matin voir comment j’allais, d’ailleurs comment l’avez-vous su tous les deux pour mon mariage raté ?
-         C’est une longue histoire. Je vous l’expliquerai peut-être un jour mais pour le moment il faut absolument que je la trouve.
-         Comment se fait-il qu’elle ne soit pas avec toi ?
-         Si je le savais je ne serais pas mort d’inquiétude. Elle devrait être rentrée depuis des heures !
-         Tu l’as appelé ?
Kevin angoissé par la situation fulmina à la question d’Angelo.
-         Que croyez-vous que j’ai fait toute la soirée ? Ma femme et moi devions diner en amoureux et elle n’est toujours pas rentrée.
Angelo comprit son erreur et au son de la voix de son gendre il y ressenti l’angoisse.
-         Ok, Kevin, calme toi. Essaye d’appeler vos amis : Devon, Lily, Colleen pour voir s’ils ne l’ont pas vu
-         Colleen est près de moi et ignore où est Angelina. Elle était passée pour lui remonter le moral… enfin peut importe pourquoi elle est passée toujours est-il qu’elle non plus ne sait pas où est ma femme.
-         OK, mais appelle également vos autres amis peut être l’un d’eux l’a-t-il aperçu ? La seule fois de sa vie où elle a fugué c’était avec toi.
-         Mais cette fois elle n’est pas avec moi et j’ignore où elle est !
-         OK, Kevin je mets tous mes hommes à sa recherche.
Kevin téléphona à Devon et Lyly mais aucun d’eux ne virent Angelina aujourd’hui.
La mort dans l’âme Kevin raccrocha. Il était minuit passé mais aucune trace d’Angelina nulle part.
-         Je pars à sa recherche.
-         Quoi ? Kevin, tu ne sais même pas par où commencer.
-         Cela m’est égal, Colleen mais je dois la retrouver. Je ne vais pas attendre 24 H OO pour signaler sa disparation. Il a dû lui arriver quelque chose ce n’est pas son genre de disparaitre dans la nature sans me donner de nouvelle et surtout pas maintenant. Je prends Kevinella avec moi il pourra m’aider.
Il monta à l’étage dans la chambre dans laquelle dormait Angelina depuis leur installation mais devait devenir la chambre d’ami puisqu’elle avait rejoint la sienne depuis la vielle. Il ouvrit le placard et sorti au hasard un de ses vêtements c’est alors que tomba un objet du placard. Il se pencha pour le ramasser et constatât avec stupéfaction… la boule de neige des chutes du Niagara vu dans son rêve se trouvait dans le placard d’Angelina caché au milieu des vêtements.  Il s’en saisit et la serra contre lui.
-         Je te retrouverai, ma chérie, ou que tu puisses être.
 
 
***
 
 
Colleen fut bientôt rejointe par Devon et Lyly.
-         Kevin est allé à sa recherche.
-         Angelina n’allait pas bien hier : sa rupture avec Kevin lui brise le cœur. J’espère qu’elle n’a pas fait de bêtise.
-         Devon, les choses se sont arrangées entre eux. J’ignore les détails mais il n’est plus question qu’ils se séparent. C’est même plutôt l’inverse. Regarde autour de toi : Angelina et Kevin devaient diner ensemble en amoureux et ses roses rouges sont pour elle de la part de Kevin. Alors pourquoi Angelina aurait-elle tenté de mettre fin à ses jours dans ce cas ?
-         Colleen marque un point. Nous savons tous les deux à quel point elle l’aime alors s’il l’aime en retour elle n’a aucune raison de se suicider.
-         Quoi ma princesse s’est suicidée ?
Tout le monde sursauta.
-         Angelo, je ne vous avais pas entendu rentrer. Et pour répondre à votre question non Angelina ne s’est certainement pas suicidé : pourquoi l’aurait elle fait alors qu’entre Kevin et elle tout va pour le mieux ?
-         Ou est-il, il n’est pas ici ?
-         Il est allé à sa recherche.
 
 
***
 
Kevin et son chien marchèrent en direction du chemin qu’Angelina aurait dû emprunter pour rentrer chez elle. Kevinella avait flairé les vêtements de sa future humaine mais pour le moment ne se manifestait pas. À cette heure de la nuit la rue était déserte. Soudain Kevinella jappa et sorti de la route pour se diriger vers un ravin.  
Kevin appela son chien.
-         Kevinella, ou va tu reviens !
Soudain… Le cœur de Kevin se serra et…
-         Angelina !
Kevin découvrit l’horreur : la voiture d’Angelina était totalement à la renverse le capot au sol, les roues à l’air, les portières ouvertes. Son cœur se serra de plus en plus. Pendant ce temps le chien poursuivit sa route puis à un moment s’arrêta et jappa. Ce qui ramena Kevin à la réalité et put ainsi remarquer qu’il n’y avait personne dans la voiture. A grande enjambée il rejoignit son chien et là il vit Angelina couverte de sang gisant sur le sol.
Il tomba à genoux près d’elle et installa sa tête couverte de sang sur ses jambes.
-         Angelina, mon amour ! Angelina, répond moi.
Angelina avait le visage couvert de sang et ne répondait pas à Kevin.
-         Seigneur, mon amour, que s’est-il passé ?
 En voulant appeler une ambulance Kevin s’aperçu avec effroi qu’il avait oublié son téléphone chez lui. Tout d’abord pris de panique Kevin regarda son chien assis auprès d’Angelina. Ne voulant pas quitter Angelina, Kevin fouilla dans ses poches et trouva un mouchoir en papier et un stylo. Il griffonna un rapide message et le remit à son chien.
Kevinella, va à la maison chercher de l’aide. Donne ce mot à Colleen elle saura quoi faire. D’accord ?
-         Ouaf !
-         T’es un bon chien ! Allez va, va à la maison !
Le chien partit en courant, s’arrêta devant la maison, gratta à la porte puis aboya.
-         C’est Kevinella, dit Colleen en allant ouvrir la porte.
-         Kevinella ? dit Devon étonné.
-         C’est un chien que Kevin a trouvé devant sa porte cette après-midi il ne savait pas comment l’appeler alors il a fait une contraction de son prénom et celui d’Angelina.
-         C’est une idée absolument romantique, dit Lyly.
Colleen ouvrit la porte au chien qui entra sans plus attendre.
-         Mais tu es seul ? Ou sont Kevin et Angelina ?
Kevinella ouvrit sa bouche et laissa tomber le mot de Kevin. Colleen s’en empara et le lut.
-         Oh mon Dieu non !
-         Colleen, que se passe-t-il, il est arrivé malheur à ma princesse c’est bien ça ?
Livide Colleen tendit le mot à Angelo qui à son tour devint livide et laissa tomber le papier. Devon le ramassa et le lit. Lyly les regarda tour à tour. Devon lui tendit le mot.
-         J’appelle une ambulance il n’y a pas une minute à perdre, dit Colleen en revenant à elle.
-         Je dois y aller, ma princesse a besoin de moi.
-         Je vous y conduis, Angelo, vous n’êtes pas en état de conduire.
-         Une ambulance va s’y rendre. Dites à Kevin que je le retrouverai à l’hôpital. Lily, tu voudrais bien t’occuper de Kevinella, Kevin n’aimerait pas que son chien se retrouve seul pour la première nuit dans leur famille.
-         Je l’emmène chez moi pour ce soir. Il aura de la place où dormir et partagera des croquettes avec Humphrey.  
-         Merci, Lily. Demain je l’emmènerai chez Oncle Jack il y’a toujours quelqu’un là-bas et il pourra jouer avec Fisher.
-         OK. Colleen, dit bien à Kevin que je pense à lui et à Angelina. Mes prières les accompagnent.
 
 
Lorsque Devon et Angelo arrivèrent sur les lieux de l’accident, l’ambulance était sur le point de partir.
Angelo se précipita vers le brancard où sa fille était allongée : totalement inconsciente.
-         Princesse…
-         Désolé, Monsieur, nous devons transporter la blessée de toute urgence.
-         Je monte avec elle dans l’ambulance. Je suis son père
-         Et moi son mari.
-         Choisissez mais choisissez vite chaque minute compte.
-         Angelo, Angelina est ma femme. Ce soir devait être une soirée mémorable pour nous. S’il vous plait, j’ai assez perdu de temps comme ça. Laissez-moi être auprès de ma femme.
-         Très bien. Princesse a plus besoin de toi que de n’importe qui d’autre au monde y compris moi.
-         Venez, Angelo, je vous conduis à l’hôpital.
 
 
***
 
À son arrivée à l’hôpital Angelina fut transportée aux urgences tandis que Colleen se trouvait déjà sur place. En voyant Kevin elle le sera dans ses bras. Celui s’écroula dans les bras de son amie : en larmes.
-         Elle va s’en tirer, Kevin, j’en suis sure. Elle a toute les raisons du monde de s’accrocher à la vie. En t’attendant Devon et moi discutions : elle a une carrière prometteuse et surtout elle t’a toi. Angelina sait maintenant combien tu l’aimes.
-         Cette soirée devait être mémorable pour nous deux. La nuit dernière le fut déjà et aujourd’hui devait être un commencement pour nous deux. Ma femme m’avait pardonné ma stupidité et nous devions commencer notre vie de couple. Nous avons même évoqué les enfants et petits-enfants que nous aimerions avoir.
-         Et vous les aurez j’en suis sure. Vous les aurez.
-         Ou est Kevinella ? J’ai promis à ce malheureux chien qu’il aurait désormais un nouveau foyer. C’est lui qui m’a aidé à retrouver Angelina sans lui je n’y serais jamais arrivé : la voiture a fait une embardée et est complètement sortie de la route. Angelina a été éjectée et c’est Kevinella qui la trouvait. Il du courir d’une traite jusqu’à la maison alors qu’il vient de la connaitre.
-         Rassure-toi, il est en sécurité. Lyly le prend chez elle ce soir et demain je le conduis chez Oncle Jack. Il y a toujours du monde et il pourra jouer dans le jardin avec Fisher.
-         Tu pourras lui prendre une de mes chemises dans mon placard ainsi qu’un vêtement appartenant à Angelina. Je veux qu’il sente que nous sommes sa famille maintenant.
-         Je le ferai.
-         Bon sang que font les médecins, pourquoi est-ce si long ?
-         Mr Fisher ?
Kevin se retourna.
-         Docteur, comment va ma femme ?
-         Votre épouse souffre d’un traumatisme crânien et de multiples fractures. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour la sauver mais je ne vous cacherais pas que son état est grave. Elle a perdu beaucoup de sang. Nous l’avons auto transfusée mais cela ne suffit pas. Nous devons procéder à une transfusion sanguine.
-         Très bien dans ce cas prenez mon sang !
-         Ce n’est pas aussi simple. Votre femme possède un groupe sanguin très rare nous devons d’abord nous assurer de votre compatibilité.
-         Qu’attendez-vous pour procéder à tous les examens nécessaires ?
-         Une infirmière va vous conduire au labo. Mais même ainsi nous ne sommes pas sûr de pouvoir la sauver. Nous faisons tout ce que nous pouvons mais il n’y a aucune garantie.
-         Vous ne connaissez pas ma femme c’est une battante : elle a toute les raisons de vivre désormais.
-         L’infirmière va vous y conduire.
-         Je tiens aussi à passer les tests.
-         Je vais demander à un infirmier de vous conduire.
-         Je tiens moi aussi à donner mon sang pour ma princesse.
-         Je crains, monsieur devoir m’y opposer. À votre âge ce n’est pas autorisé.
-         Je me fiche de ce qui est autorisé ou non : je veux aider ma Princesse.
-         Je suis désolé, monsieur mais c’est non !
 
 
 
***
 
Kevin attendait avec anxiété en compagnie d’Angelo les résultats des tests de compatibilité.
-         Pour la première fois de ma vie je suis impuissant et je déteste ça !
-         Ce soir devait être une soirée exceptionnelle pour nous.
-         Kevin, tu ne vas pas la quitter n’est-ce pas ?
-         La quitter ? non, Angelo, non ! bien sûr que non ! j’aime Angelina. Je l’aime de tout mon cœur et cette nuit devrait le début m de notre lune de miel même si hier nous avions eu un prélude. Je l’aime, Angelo. Je l’aime de tout mon cœur. Oh mais pourquoi c’est si long !
Colleen et Devon revinrent du centre de transfusion.
-         Je suis désolée, Kevin, je ne suis pas compatible.
-         Moi non plus.
-         Merci à vous deux d’avoir essayé. Angelina sera touchée.
-         Mr Fisher ?
-         Quels sont les résultats ?
-         Votre épouse et vous êtes parfaitement compatible nous avons ainsi pu procéder à la transfusion.
-         Merci, mon Dieu.
-         Ceci dit votre femme n’est pas encore tirée d’affaire et si le pire venait à se produire savez-vous si votre femme est donneuse d’organe ?
-         Quoi ?
-         Savez-vous si votre femme…
-         C’est bon j’ai entendu ! Je n’en sais rien et je m’en moque ! Ma femme n’est pas morte et je suis certain qu’elle s’en sortira.
-         Je le souhaite mais si le pire venait à se produire j’ai besoin de savoir si…
-         Non !
-         Non, elle n’est pas donneuse ?
-         Non, elle ne va pas mourir ! Et au lieu de penser à son don d’organe vous feriez mieux de tout faire pour la sauver.
-         Nous faisons tout ce que nous pouvons mais votre épouse est dans un état critique.
 
 
***
 
 
Contrairement à ce qu’il avait prévu Michael ne put rentrer chez lui la veille au soir. Par conséquent le jour était déjà levé depuis longtemps lorsqu’il arriva chez lui.  
-         Lauren, je suis rentré !
-         Te voilà enfin, je me demandais si j’allais pouvoir te croiser avant d’aller travailler.
-         Je suis navré : cette affaire fut plus compliquée que je ne l’avais prévu mais je suis parvenu à un accord avec le procureur général. Enfin passant. Quoi de neuf ici ? Fen est déjà parti pour l’école ?
-         Oui le car scolaire est passé depuis un moment.
-         Tant pis je le verrai ce soir. Sinon quoi de neuf ?
-         Rien de spécial pour une fois dans cette ville il ne se passe rien !
Michael rit.
-         Ah si j’ai failli oublier.
-         Cela m’aurait étonné qu’il ne soit rien passé en vingt-quatre à Genoa City. Qui y’a-t-il ?
-         C’est trois fois rien et peut être je fais une affaire pour rien du tout mais hier tôt dans la matinée Kevin est venu à la boutique.
-         Ne me dit pas que son compte n’était pas approvisionné ?
-         Non, non rien de tout cela : non de ce côté-là tout va bien.
-         Ouf, j’ai eu peur l’espace d’un instant. Alors quel est le problème ?
-         Il n’en a pas. Du moins je ne le pense pas. C’est juste que ses achats étaient comment dire… pour le moins étrange.
-         Qu’entends-tu par « étrange » ?
-         Kevin a acheté de la lingerie fine : ravissante et érotique à souhait plus une robe du soir de la ligne Couture des Créations Forrester.
-         Et alors c’est probablement pour Chloe. Il avait peut-être envie de passer la soirée et la nuit avec elle qui y’a-t-il d’étrange là-dedans ?
-         Rien si cela avait été le style et la taille de Chloe mais ce n’est ni l’un ni l’autre.
-         Kevin n’est pas un expert en mode il s’est peut-être trompé au niveau de la taille et du style tout simplement. Si cela ne lui plait pas Chloe passera surement à la boutique pour un échange.
-         Possible si c’est pour Chloe ?
-         Comment ça si c’est pour Chloe ? Évidement que c’est pour Chloe pour qui d’autre Kevin achèterait de la lingerie et une robe du soir hors de prix ?
-         Angelina.
-         Quoi ?
-         Tu as bien entendu j’ai dit : Angelina.
-         Qu’est ce Angelina à y voir ?
-         Elle a tout à y voir car c’est pour elle que Kevin a fait ces achats.
Michael regarda Lauren abasourdi puis se mit à rire.
-         J’ai presque failli te croire. Tu avais l’air si sérieuse.
-         Je le suis. C’est Kevin lui-même qui me l’a dit.
-         Il te faisait marcher voilà tout. À ce sujet je dois filer chez lui pour lui remettre les documents de l’annulation du mariage ensuite j’ai un boulot monstre au bureau et dois être au Tribunal à 15 H 00. A ce soir au diner, dit à Fen que je l’embrasse.
Michael quitta Lauren sur un rapide baiser et sortit de chez lui.
 
 
***
 
A l’hôpital Angelina était toujours dans un état critique au service des soins intensifs. Kevin passa toute la nuit à ses côtés assisté de ses amis Colleen et Devon.
-         Kevin, je suis désolé mais je vais devoir y aller. J’ai un RDV très important avec un nouvel artiste venu tout droit de Nashville et Roxanne revient de New York. Je repasserai ce soir.
-          Merci, Devon, mais tu n’es pas obligé. Reste auprès de Roxanne on ne sait jamais demain sera fait. Un instant tout va bien et l’instant suivant tout vacille et tu te retrouves dans une chambre d’hôpital à veiller sur l’être aimé.
-         Hey, Angelina va s’en sortir : tu l’as dit toi-même c’est une battante.
Kevin eut un faible sourire.
-         Embrasse Roxanne pour moi. Pour nous.
-         Je le ferai. Ou est Angelo ?
-         A la chapelle je crois.
-         OK, transmets-lui mes amitiés. A plus tard.
-         Moi aussi je vais devoir y aller pour soulager Lily et emmener Kevinella chez Oncle Jack. Je repasse des je peux.
-         Merci, Colleen. Colleen ?
-         Oui ?
Kevin lui tendit un peu d’argent.
-         Voilà de quoi acheter de la nourriture et un collier pour Kevinella.
Colleen lui referma le poignet.
-         Garde ton argent, Kevin. Ce n’est pas nécessaire.
-         Si ça l’est. Kevinella est notre chien tu n’es pas obligée de t’en occuper.
-         Il me tiendra compagnie pendant qu’Abby est à New York avec tante Ashley.
-         Tu en es sure ?
-         Sure et certaine. Appelle-moi s’il y a quoique ce soit de nouveau.
-         Je le ferai.
Une fois seul Kevin prit la main de sa femme dans les siennes et lui donna un baiser.
-         Angelina, c’est moi, mon amour. Nous sommes seuls alors tu vas m’écouter : tu vas te battre tu m’entends mon amour, tu vas te battre et t’en sortir. Je me fiche de tous leurs pronostiques : ils ne te connaissent pas comme je te connais. Notre nuit de noce aussi merveilleuse fut elle ne doit pas être la seule. Nous en aurons encore bien d’autre. Et puis il y a notre chien : Kevinella a hâte de te rencontrer. Mon amour, nous avons encore tellement de chose à vivre toi et moi. Angelina, tu m’entends ? Si tu m’entends, ma chérie serre moi la main.
Mais Angelina resta sans réaction. Kevin se pencha sur elle.
-         Je t’aime.
 
 
*** 
 
Colleen sonna à la porte de chez Kevin et Angelina. Lyly lui ouvrit.
-         Colleen, c’est toi, comment va Angelina ?
Colleen secoua la tête : les larmes aux yeux. Lyly porta ses mains à sa bouche.
-         Ne me dit pas…
-         Non ! Dieu merci, non ! Mais les médecins ne sont pas sûr de pouvoir la sauver.
-         Comment va Kevin, il tient le coup ?
-         Il est anéanti. Il n’a pas fermé les yeux de la nuit.
-         Le destin est vraiment trop cruel parfois juste au moment où tout semblait se mettre en place pour eux et étaient enfin sur le chemin du bonheur. Je rentre chez moi me doucher puis je me rends à l’hôpital soutenir Kevin et Angelo. Cane et les enfants ne rentreront que ce soir d’Australie j’ai donc tout mon temps.
-         J’emmène Kevinella chez Oncle Jack puis je file à la fac donner un cours ensuite j’irai acheter des articles dont Kevinella va avoir besoin et je me rendrai à l’hôpital. Tu viens, Kevinella, on va aller se promener.
-         Ouaf !
Les deux amies suivies du chien sortir de la maison.
 
 
***
 
Michael entra au Neon Écarlate, plein à craquer, y chercher Kevin pour lui apprendre la nouvelle de l’annulation de son mariage. Sur le chemin il avait téléphoné à Chloe pour lui demander de venir le rejoindre au café. Il trouva Eden et sa collègue occupée à servir les clients mais aucune trace de Kevin.
-         Ou est Kevin, Eden ?
-         Je n’en ai pas la moindre idée. Je lui ai téléphoné plusieurs fois pour lui demander de venir car le café est plein à craquer mais il n’a pas répondu. Je tombe directement sur sa messagerie.
-         Il est probablement au studio d’enregistrement en train d’écouter la voix nasillarde d’Angelina. Ces derniers mois il y passe tout son temps.
-         Cela ne sera plus très long, Chloe. Dès l’instant où Kevin saura que son mariage avec Angelina est annulé il voudra aussitôt t’épouser.
-         En attendant il devrait être ici au lieu à s’occuper de son café au lieu d’être on ne sait où.
-         Je vais le chercher et dès que je l’aurai trouvé je lui dirai de venir t’aider. Tu viens, Chloe ?
-         Je te suis avec ma voiture.
 
 
***
 
 
En arrivant au studio Michael et Chloe trouvèrent Devon en pleine séance d’enregistrement mais aucune trace de Kevin ni d’Angelina.
Une fois l’artiste parti Michael s’adressa à Devon.
-         Sais-tu où est Kevin puisque de toute évidence il n’est pas ici.
-         Pas plus que l’abrutie du New Jersey à la voix nasillarde.
-         Ça suffit, Chloe ! Angelina n’a rien d’une abrutie et elle a une voix magnifique ! On ne pourra pas en dire autant de la tienne qui quand elle ouvre est toujours pour médire ou comploter.
-         Angelina une voix magnifique.
-         Pourquoi crois-tu qu’elle se soit adressée à toi pour la produire ? Parce que aucun autre producteur n’a voulu le faire tout simplement alors elle est allée chercher un petit producteur de province qui a de surcroît l’handicap d’être sourd et ne pas pouvoir entendre tous les sons.
-         En tout cas il y a un son que j’entends parfaitement et qui a le don de m’énerver c’est le son de ta voix dès l’instant où tu ouvres ta grande bouche.
-         Bon allez ça suffit tous les deux. De toute évidence Kevin n’est pas ici et Angelina non plus. Tu ne serais pas par hasard où je peux trouver Kevin ?
-         Si je le sais. Kevin est à l’hôpital au chevet d’Angelina.
-         A l’hôpital pourquoi ? que s’est -il passé ?
-         Angelina a eu un accident de voiture.
-         Mon Dieu, est ce grave ?
-         Angelina est dans le coma.
-         Oh bon sang ! Bon j’y vais. Chloe tu viens avec moi où tu me suis en voiture ?
-         Il y’a fort à parier que Chloe soit la dernière personne que Kevin ait envie de voir dans un moment pareil.
-         Je te rappelle que si Angelina n’avait pas manipulé Kevin lui et moi serions mariés à l’heure qui il est.
-         Pour son plus grand malheur.
-         Bon ça suffit vous deux : Chloe tu viens nous y allons.
 
 
***
 
Après le départ de ses amis Kevin, toujours au chevet d’Angelina s’était assoupit. Il fut tiré de son sommeil par l’infirmière venue prodiguer les soins. Il sortit alors dans le couloir où il croisa Angelo.
-         Je n’ai pas pour habitude de rester ainsi à ne rien faire. J’ai toujours tout dirigé. Tout ça va me rendre fou ! autrefois j’avais de l’argent et j’aurais pu faire venir n’importe quel spécialiste en jet privé et aujourd’hui regarde où j’en suis réduit ? Ma fille est entre les mains d’un médecin qui ne souhaite qu’une chose : ses organes.
-         Ils n’auront rien : Angelina va s’en sortir ! Je vais me chercher une tasse de café vous en voulez ?
-         Non merci et tu devrais stopper toi aussi. Cette nuit tu as ingurgité plus de café que je ne le pourrais sur tout un mois !
Kevin regarda son beau-père et partit à la machine à café quand Michael et Chloe arrivèrent.
-         Angelo, je viens d’apprendre pour Angelina : je suis sincèrement désolé. Comment va-t-elle ?
-         Ma fille est dans un profond coma. Les médecins ne sont pas sûr de pouvoir la sauver.
-         Je suis désolé. Si je peux faire quelque chose dites le moi.
-         Angelo sauriez-vous où est Kevin ?
À cet instant Kevin revenait de la machine à café.
-         Michael, Chloe ? Que faites-vous ici ?
Michael se retourna vers lui.
-         Nous venons d’apprendre pour Angelina. J’ai proposé mon aide à Angelo mais selon lui il n’y a rien à faire sauf attendre.
Kevin était comme dans un autre monde : il ne répondit pas et se tourna vers Angelo en lui tendant un café.
-         Je vous en ai tout de même pris.
-         Merci.
-         Kevin, tu as vu ta tête tu fais peur à regarder !
-         Kevin et moi avons passé la nuit à veiller sur ma fille.
-         Kevin, j’aimerais te parler.
-         Pas maintenant, Michael.
-         Si maintenant.
-         Je dois retourner auprès d’Angelina.
-         Angelo peut y aller, dit Chloe.
Kevin lui lança un regard noir.
-         Cela ne prendra que quelques minutes.
-         De quoi veut tu me parler ? Fait vite, je dois retourner auprès d’Angelina.
-         J’aimerais mieux te parler en privé étant donné les circonstances.
-         Michael, décide-toi soit tu as quelque chose à me dire et tu me le dis maintenant sinon tu me le diras lorsque Angelina ira mieux. Je dois retourner auprès de ma femme !
Kevin tourna les talons et s’apprêtait à rentrer dans la chambre d’Angelina lorsque Michael s’exclama.
-         Elle n’est pas ta femme !
Kevin se retourna éberlué.
-         Quoi ?
Michael lui tendit les papiers d’annulation du mariage.
-         Qu’est-ce c’est ?
-         Un acte d’annulation de mariage. Kevin, ton mariage avec Angelina est dissous. J’ai retrouvé le juge qui vous a marié et expliqué que ce mariage n’était pas fait par consentement mutuel mais sous la menace. Par conséquent ce mariage est maintenant annulé : Tu es libre, Kevin. Officiellement il n’a jamais existé.
Angelo fulmina et s’en prit à Kevin en l’attrapant par le col de sa chemise.
-         Espèce de fumier tu m’avais donné ta parole. Je t’ai cru lorsque tu m’as dit aimer ma fille.
Kevin réussit à se défaire de son beau-père et tout en toussant répliqua :
-         Mais il existe. Je ne vous ai pas menti, Angelo, je suis éperdument et totalement amoureux d’Angelina.
Le système de sonorisation d’urgence de l’hôpital se déclencha.  
-         Code bleu chambre 423, Code bleu chambre 423, Code bleu chambre 423.
Kevin pâlit.
-         C’est la chambre d’Angelina, dit-il en se précipitant vers la chambre.
Il fit suivi par Angelo, Michael et Chloe.
-         Monsieur, veuillez rester dehors je vous prie.
-         C’est de ma femme dont il s’agit.
-         Laissez-nous faire notre travail.
Plus mort que vif Kevin resta sur le seuil de la porte à regarder les médecins tentant de réanimer Angelina lorsqu’un des médecins vint le trouver.
-         Votre femme est en arrêt respiratoire. Nous pouvons l’intuber mais elle a signé un formulaire de refus de réanimation néanmoins nous pouvons la sauver sans son consentement si nous avons le vôtre.
-         Vous l’avez ! Intuber la, faites-lui subir des électrochocs, faites tout ce que vous voulez mais sauver la !
-         Kevin, fit Michael. Kevin, tu n’as pas le droit… Kevin, Angelina n’est pas ta femme : ce que tu viens de faire est illégal.
-         Je me fiche de ce qui est légal ou non, Michael.  Angelina est ma femme et je refuse de la perdre.
-         Ce n’est pas ta femme.
-         Fous moi la paix avec ça !
-         Kevin écoute moi…
Kevin commençait à fulminer.
-         Non c’est toi qui va m’écouter pour une fois : j’aime Angelina : je l’aime et je me fiche de ce que peut dire ce bout de papier : elle est ma femme !
-         Kevin, ce bout de papier comme tu dis est un document légal où il est écrit en toute lettre qu’Angelina et toi n’êtes pas mariés.
-         Alors fait- le annuler.
-         Quoi ?
-         Tu as entendu : débrouille-toi pour faire annuler cette annulation de mariage.
-         Comment veux-tu que je fasse ça ?
Kevin soupira.
-         C’est toi l’avocat ce n’est pas moi, moi je suis un mari mort d’inquiétude pour sa femme. Bon sang pourquoi c’est si long ?
Le médecin revint enfin.
-         Docteur, comment va ma femme ?
-         Suite à votre demande nous l’avons réanimé mais elle est toujours dans le coma. Nous ne savons pas pourquoi. Nous allons attendre un peu avant de lui faire passer un scan. Si vous voulez bien m’excuser j’ai des patients à voir.
 
Kevin reparti dans la chambre d’Angelina suivi d’Angelo.
-         Alors c’est donc vrai ?
-         Qu’est qui est vrai ?
-         Ton mariage avec ma Princesse est annulé.
-         Non, enfin oui, peut-être.
-         C’est oui ou c’est non ?
-         J’en sais rien.
-         Comment ça tu ne sais pas ?
-         Michael a agi seul : je ne lui avais rien demandé mais cela ne change rien aux sentiments que j’ai pour elle. Angelo, Angelina est ma femme et ce n’est pas ce fichu document qui changera quoique ce soit.
-         C’est une manie dans votre famille de nous briser le cœur ? Gloria a brisé le mien et toi tu brises celui de ma Princesse.
-          Je vous en prie, Angelo, nos deux situations n’ont rien de comparable et vous le savez. Vous n’êtes pas amoureux de ma mère. Certes vous l’aimez bien mais si vous l’avez demandé en mariage c’était surtout pour vos affaires plus au moins légales. Moi en revanche j’aime Angelina. Je l’aime sincèrement.
 
 
***
 
Chloe avait assisté à toute la conversation entre Michael et Kevin.
-         Que fais-t-on à présent, Michael ?
-         Que veut tu dire ?
-         Est-ce ce stupide mariage est annulé oui ou non ?
-         Légalement Angelina et Kevin n’ont jamais été mariés.
-         Kevin est donc libre de m’épouser ?
-         S’il le désire il peut t’épouser séance tenante.
-         Le problème est qu’il est amoureux de cette abrutie.
-         J’n’en sais rien, Chloe. C’est à Kevin que tu dois poser la question non à moi.
 
 
Les jours et les semaines qui suivirent furent similaire. Angelina ne se réveillait toujours pas. Trois semaines s’étaient écoulées depuis l’accident. Kevin n’était plus que l’ombre de lui-même : mal coiffé, mal rasé ; il avalait café sur café pour pouvoir rester éveillé. À bout de patience Chloe vint le trouver alors qu’il sortait de la chambre d’Angelina pour aller prendre un café à la machine à café.
-         Kevin, je dois te parler !
-         Pas maintenant, Chloe.
-         Si maintenant ! j’ai fait preuve de suffisamment de patience avec toi mais celle-ci a des limites alors je veux savoir : je veux en avoir le cœur net.
-         Savoir quoi, Chloe ?
-         Quand allons-nous enfin nous marier ?
-         Chloe, je suis déjà marié et plus encore j’aime ma femme.
-         Kevin, tu n’es pas marié, dit-elle en articulant chaque syllabe. Angelina t’a piégé mais Michael a réussi à te sortir de bourbier. Je peux comprendre que tu es eu pitié d’elle en restant quelque temps à son chevet mais là c’est trop. Cela fait trois semaines que tu passes tes jours et tes nuits à son chevet. Non mais regarde toi, Kevin, regarde-toi dans le miroir tu fais peur à regarder tu es sale, mal coiffé, mal rasé…tu n’es plus que l’ombre de toi-même.
-         Excuse-moi de ne pas ressembler à un top model ! Ma femme est sur un lit d’hôpital en train de se battre pour rester en vie j’ai d’autre chose à penser qu’à être au top de la mode.
-         Encore une fois elle n’est pas ta femme. C’est moi ta femme, enfin qui aurait dû le devenir si cette abrutie ne t’avait trainé en dehors du pays en te tendant un piège.
-         Ne parle plus jamais d’elle dans ces termes. Angelina n’a rien d’une abrutie c’est ma femme et je l’aime.
-         Je te le répète ce n’est pas ta femme ! J’ai des documents qui le prouve.
Kevin tourna les talons et retourna auprès d’Angelina.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 330
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Re: Des semaines d'horreur    Mer 11 Mai - 18:38


Le lendemain matin les brancardiers vinrent chercher Angelina pour l’amener au scan.
Colleen arriva tôt ce matin-là suivi par Eden. Depuis l’accident Colleen, Lyly et Devon passaient tous les jours à l’hôpital et Eden faisait tourné le café.
Elles entrèrent dans la chambre d’Angelina où Kevin s’était assoupi. En entendant du bruit il se réveilla en sursaut.
-         Angelina !
-         Non, Kevin, ce n’est que nous.
-         Désolé, j’étais en train de rêver.
-         Ou est Angelina ?
-         Ils sont venus la chercher pour un scan.
-         Oh c’est bien : cela nous permettra d’en savoir plus. Kevin, je t’ai apporté de quoi manger. Où est Angelo, j’ai quelque chose pour lui aussi.
-         Merci, Eden, mais je n’ai pas faim et Angelo est sorti prendre un peu l’air.
-         Kevin, il faut que tu manges quelque chose si tu ne manges pas tu vas tomber malade à ton tour et tu ne seras d’aucune aide pour Angelina.
-         Eden a raison : Kevin, tu dois avaler quelque chose.
La porte s’ouvrit laissant passer Angelo.
-         Ma Princesse n’est toujours pas revenue du scan ?
-         Toujours pas.
À cet instant la porte s’ouvrit derechef. Gloria et Jeffrey de retour de leur lune de miel entrèrent.
-         Angelo, je viens d’apprendre pour Angelina, je suis sincèrement désolée si je peux faire quoique ce soit dite le moi.
-         Merci, Gloria mais il n’y a pas grand-chose à faire.
-         Kevin, pourquoi ne m’as-tu appelé ? Nous serions rentrés plus tôt de notre voyage de noce. Mais regarde-toi, tu fais peur à regarder.
-         Gloria, ce n’est pas le moment.
-         Colleen a raison pour le moment Kevin et Angelo ont besoin de nous. Kevin, comment va Angelina, dit Jeffrey.
-         Elle est dans le coma. Les médecins lui font passés toute sorte d’examen mais ils ne comprennent pas pourquoi elle ne reprend pas connaissance.
 
 
***
 
Au studio Devon n’avait pas la tête à mixer. Roxanne s’en aperçut.
-         Devon, le travail peut attendre : sortons d’ici et allons la voir.
-         Tu as raison, je ne te contredirais pas.
Ils étaient sur le point de sortir lorsque Tuker entra.
-         Salut vous deux ! vous ne devinerez jamais : j’arrive tout droit de New York où j’ai passé un séjour plus qu’agréable et où je fis connaissance d’un chanteur de rue qui du potentiel s’il est bien produit. Il a accepté de me suivre. Je lui ai loué une chambre au club. Je lui ai promis de te le présenter.
-         Entendu mais pas aujourd’hui. Roxanne et moi nous apprêtions à partir pour l’hôpital.
-         L’hôpital pourquoi ? l’un de vous est malade ?
-         Nous allons bien mais c’est Angelina.
-         Angelina est malade ?
-         Elle a eu un accident voilà maintenant trois semaines et elle est plongée dans un profond coma.
-         Oh mon Dieu, je l’ignorais. Je vous accompagne.
 
 
***
 
Les brancardiers ramenèrent enfin Angelina dans sa chambre. Kevin se leva.
-         Comment va-t-elle ? Est-ce le scanner a révélé quelque chose ?
-         Le médecin viendra vous voir dans quelques instants.
Alors que personne ne s’y attendait Katherine arriva.
-         Kevin : je viens d’apprendre pour votre amie, je suis sincèrement désolée. Si je peux faire quoique ce soit n’hésitez pas à me le dire.
-         Angelina n’est pas mon amie, Md Chancellor. C’est ma femme mais merci pour votre proposition.
-         Je suis confuse j’avais cru comprendre… enfin peu importe ce que je croyais : je suis une vielle dame, j’ai du mal comprendre voilà tout.
-         En effet, Katherine, tu as mal compris.
-         Tuker ? Que fais-tu là ? Tu connais Kevin ?
-         Je connais Kevin et Angelina.
-         Katherine, c’est moi qui produit Angelina et Tuker mixte avec moi quelque fois.
-         Je vois.
-         Mais enfin où est ce médecin, maugréa Kevin.
-         Me voilà. Je devais voir d’autres patients.
-         Quels sont les résultats du scan ?
-         Je crains hélas qu’ils ne soient pas bon. Le scanner a révélé un caillot de sang placé tout près du cerveau. 
Kevin changea de couleur et manqua de se trouver mal. Ce fut Katherine qui parla à sa place.
-         Existe-t-il un moyen de la soigner ?
-         Il existe un moyen : une neurochirurgie de pointe à l’aide d’un robot. Dans ce cas qu’attendez-vous pour opérer ma fille ?
-         Ce n’est pas aussi simple. L’hôpital ne possède pas l’équipement nécessaire pour ce type de chirurgie. Seul le Cedar’s Sinaï à Los Angeles le possède et seuls trois neurochirurgiens peuvent pratiquer ce type d’intervention.
-         Faut-il envoyer ma femme à Los Angeles ?
-         On le pourrait mais votre femme pourrait ne pas supporter pas le voyage.
-         Que faut-il faire alors ?
-         Je crains hélas qu’en l’état actuel des choses il n’y ait pas grand-chose à faire. Si nous n’opérons dans les 72 heures grand maximum votre femme mourra. 
-         Dans ce cas il faut l’envoyer au Cedar’s Sinaï.
-         Votre assurance ne couvrira pas les frais.
-         Je m’en fiche ! Je paierai ne vous inquiétez pas.
-         Kevin, attendez. Il y’a une autre solution. Est un chèque d’un montant de deux millions et demi de dollar vous permettrez de vous fournir de cet appareil et faire appel à qui de droit pour opérer Angelina ?
-         Monsieur, qui que vous soyez le moment est mal venu pour faire des propositions plus que douteuses.
-         Je m’appelle Tucker Mc Call de Mc Call international. Alors je réitère ma question est-ce un chèque d’un montant de deux millions et demi de dollar suffisent ?   
-         C’est plus que suffisant mais encore une fois nous n’avons personne pour pratiquer ce type d’intervention. Seul le professeur Patrick O’connor de Dallas en est capable.
-         Dans ce cas c’est très simple. Renseignez-vous pour savoir si un hélicoptère peut se poser sur son toit…
-         Le Docteur O’connor possède un héliport.
-         Voilà qui est encore plus simple. Veuillez contacter ce monsieur et lui dire que l’hélicoptère de Tuker International va venir le chercher pour l’héliporter jusqu’à l’aéroport de Dallas où l’attendra mon jet qui le conduira jusqu’à Genoa City où un autre de mes hélicoptères l’héliportera jusqu’à l’hôpital. 
-         Je transmets toutes ces informations à une secrétaire.
Le docteur Carter quitta la chambre.
-         Tucker, je ne sais comment vous remercier.
-         Vous me remercierez plus tard, Kevin, lorsque Angelina sera sortie d’affaire.
 
Personne ne remarqua la présence de Chloe en train d’écouter aux portes. Tout à son bonheur Kevin entra dans la chambre d’Angelina lui prit la main en lui donnant un baiser.
-         Angelina, mon amour, les médecins savent enfin ce que tu as. On va t’opérer, chérie et tout ira bien.
 
Dans l’après-midi qui suivi l’équipement commandé par Tuker arriva et fut installé dans une aile toute neuve de l’hôpital et le lendemain matin le Dr O’connor se trouvait sur les lieux. Tout était fin prêt. Angelina avait été préparé pour l’opération. Colleen, Devon, Roxanne, Daniel, Abby Lyly, Cane revenu d’Australie, Tucker, Harmony et Neil tout le monde était présent pour soutenir Kevin et Angelo dans cette épreuve difficile. C’est alors que le directeur de l’hôpital arriva. C’était un homme octogénaire, les cheveux blanc, vêtu d’un costume trois pièces taillé sur mesure à l’allure sévère.  
-         Halte là, arrêtez tout !
-         Mr le Directeur ? dit le Dr Carter qui s’occupait d’Angelina.
-         Où conduisez-vous cette jeune femme ?
-         Au bloc opératoire. Mr Mc Call de Mc Call international a eu l’amabilité de financer un tout nouveau service neuro chirurgical et le Dr O’connor du Cedar Sinaï va pratiquer l’opération.  
-         Je suis au courant mais cette patiente a signé un document stipulant une interdiction de réanimation en cas d’arrêt cardiaque.
-         C’est exact mais son époux, Mr Kevin Fisher nous a demandé de ne pas suivre les instructions de son épouse et aujourd’hui elle est vivante mais nous devons lui ôter son caillot de sang sans quoi elle mourra. 
-         Cette jeune femme a signé un document interdisant toute réanimation en cas d’arrêt cardiaque or vous n’avez pas respecté ses volontés.
-         À la demande de son époux.
-         Cette jeune femme n’est pas mariée.
-         Je vous demande pardon ?
-         Bien sûr que si : c’est ma femme ! Angelina Veneziano-Fisher.
-         Mr Fisher, j’ignore à quel jeu vous jouez mais je vous prierai de bien vouloir ne plus mentir.
-         Je ne mens pas, Angelina est ma femme !
-         J’ai en ma possession un document qui prouve le contraire. Vous avez certes été mariés mais votre mariage a été annulé le 22 mars dernier soit la veille de l’accident de Mlle Veneziano. Par conséquent vous n’avez aucune autorité légale concernant cette jeune femme. Vous n’aviez pas le droit de demander de la réanimer mais ce qui est fait est fait ceci dit il est hors de question que j’autorise mon personnel soignant à l’opérer sans son accord.
-         Mais moi je ne fais pas parti de votre personnel je peux par conséquent opérer ma patiente.
-         Je vous rappelle au cas où vous l’auriez oublié que vous êtes ici dans mon hôpital, dans mon service et vous utilisé mon matériel ainsi que mon personnel.
-         Stop ! Mr le directeur, je vous en supplie, je vous en conjure laissez le Dr O’connor opérer mon épouse. C’est son unique chance de survie.
-         Mr Fisher, vos problèmes, vos sentiments vis-à-vis de la patiente ne me regarde pas. En revanche je sais une chose : cette patiente refusait d’être réanimé et vous êtes allé contre sa volonté en vous faisant passé pour son époux.
-         Je vous assure je n’ai pas menti : je suis son mari.
-         Ce n’est pas ce dit la loi. Par conséquent je demande d’arrêter immédiatement les soins. Donnez-lui ce qu’il faudra pour éviter qu’elle ne souffre de trop mais laissez-la s’en aller puisque telle est sa volonté.
-         Non !!!!!!!!!!!!!! Opérez là je vous en supplie !
-         Ça suffit, j’ai du travail qui m’attend !
-         OK, Kevin n’est peut-être pas son mari mais moi je suis son père en conséquence j’exige que l’on opère ma fille.
-         Monsieur, pour une raison qui ne me regarde pas votre fille a décidé d’en finir avec la vie. C’est sa décision et il n’y a pas à revenir dessus.
Le directeur retourna à ses occupations quant à Kevin il était totalement anéanti.
Angelo fulmina et s’en prit à Kevin.
-         Tout ça c’est de ta faute. Ma Princesse est une fille joviale et qui aimait rire et s’amuser avant de te rencontrer mais voilà tu lui as brisé le cœur et maintenant elle va mourir à cause de toi.
-         Vous pensez sans doute que cela ne me fait rien ? Que vous êtes le seul à souffrir ? mais je l’aime moi aussi. Je l’aime. Je voulais passer ma vie avec elle : fonder une famille : nous avions des projets. Ce soir-là devait être le commencement d’une nouvelle vie pour nous deux. Lorsque le chien est apparu au seuil de ma porte je me suis dit que c’était un signe du destin : le début de notre vie, de notre famille : cela commence par un chien puis nous aurions eu des enfants. Malheureusement il y’a eu cet accident et nous aurions pu la sauver si seulement Michael n’avait rien dit au sujet de cette satané annulation de mariage.
 
 
*** 
 
Chez eux Michael et Lauren venaient de finir leur petit déjeuner.
-         Je dois filer à l’hôpital soutenir Kevin et voir comment il va. C’est aujourd’hui qu’Angelina se fait opérer.
-         Alors c’est sérieux entre eux ?
-         Cela m’en a l’air.
-         Et que devient Chloe dans tout ça ?
-         Écoute, Lauren, je n’en sais pas plus que toi. Je pensais sincèrement que Kevin aimait Chloe de toute évidence c’est Angelina qui il aime. J’ignore ce qui s’est passé et très honnêtement je ne tiens pas à le savoir c’est lui que ça se regarde. Tout ce qui m’importe est de le savoir heureux.
-         Heureux avec cette fille tu rigoles ! Elle n’a rien du tout dans le cerveau !
Michael la jaugea.
-         Excuse-moi, c’est un très mauvais jeu de mot.
-         En effet.
-         Mais c’est vrai c’est une bimbo.
-         Je ne la connais pas beaucoup mais elle semble avoir beaucoup changé depuis son arrivée.
-         Alors tu ne vas rien dire concernant leur annulation de mariage.
-         J’en ai parlé à Kevin : il sait qu’il est libre mai il est amoureux d’Angelina. Depuis l’accident il ne quitte plus l’hôpital.
-         Et Chloe dans tout ça ?
Michael soupira.
-         Je viens de te répondre, Lauren : je n’en sais rien : rien du tout !
On martela à la porte. Michael alla ouvrir. Kevin se tenait la sur le seuil de la porte : en furie. Il attrapa Michael par le col de sa chemise et lui hurla dessus.
-         Espèce d’ordure, qu’est ce tu as la place du cœur, Michael ? Un livre de droit ?
-         Kevin, calme toi et explique moi ce qui t’arrive.
-         Tu sais très bien ce qui m’arrive. Angelina, la femme que j’aime. Ma femme, l’Amour de ma vie se trouve sur un lit d’hôpital entre la vie et la mort et je vais la perdre à cause de toi et de tes satanées lois.
-         Mais enfin de quoi tu parles ? Je croyais qu’un neuro chirurgien venait spécialement de Los Angeles pour l’opérer.
-         Ne fait pas celui qui ne sait rien, Michael, cela ne te ressemble pas du tout.
-         Kevin, je t’assure je ne comprends rien à ce que tu dis.
-         Tu ne pouvais pas t’en empêcher, je t’avais pourtant supplié de ne rien dire, personne ne devait savoir et lorsque Angelina serait guérie nous serions remariés mais il a fallu que tu ailles cracher le morceau au directeur de l’hôpital et maintenant c’est fichu : Angelina va mourir.
-         Kevin, je peux t’assurer que je n’ai rien dit à personne.
-         Tu mens, tu déteste Angelina.
-         Je ne la déteste pas. C’est vrai je n’aurais jamais cru qu’un jour tu tomberais si éperdument amoureux de cette bimbo…
-         Ne l’appelle pas comme ça ! 
-         Quel nom voudrez tu qu’on lui donne ? Cette fille est totalement stupide je me demande ce que tu peux lui trouver ?
-         Non, Lauren, elle n’est pas stupide : pas stupide du tout.
-         Kevin, il t’est arrivé plus d’une fois de faire des choix de vie imbécile mais là tu as vraiment décroché le gros lot !
-         Lauren, je t’en prie.
-         Non, Michael, il faut bien que quelqu’un lui ouvre les yeux il est entrain de gâcher sa vie : regarde-le que fait-il depuis l’accident il n’a pas bougé de l’hôpital au lieu de vivre sa vie et faire des projets de mariage avec Chloe comme il en était question avant que cette fille ne gâche tout !
-         Alors c’est pour ça ?
-         Pour ça quoi ?
-         C’est pour ça que Michael ou toi ou peut être tous les deux vous avez été dire au directeur de l’hôpital qu’Angelina et moi n’étions plus mariés.
Michael soupira
-         Kevin, je te le répète je n’ai rien dit du tout. Je ne connais pas bien Angelina et si j’ai fait annulé ton mariage c’était parce que je pensais que c’était ce que tu voulais mais de toute évidence je me suis trompé.
-         Si ce n’est pas toi alors qui est ce ? Nous étions les seuls à savoir avec Angelo.
-         Kevin, laisse tomber. Cela ne sert à rien de savoir qui a dévoilé la vérité puisque c’est fait. Angelina a signé une interdiction de réanimer alors laisse la s’en aller et toi pense à ta vie : ta vie avec Chloe, Kevin.
Kevin fusilla Lauren du regard.
-         Alors c’est toi ? C’est toi qui a tout avoué au directeur.
-         J’étais sur le point de le faire : pour toi, Kevin. Pour que tu cesses de jouer à ce petit jeu en jouant le mari parfait et pense enfin à ta vie. Mais quelqu’un m’a pris de court et qui ce puisse être il ou elle a eu raison de le faire.
-         Je ne joue à aucun jeu, Lauren ! D’ailleurs si tu te souviens bien le jour de l’accident j’étais venu chez Femnore t’acheter de la lingerie et des vêtements haute couture pour ma femme. Ma femme, Lauren, ma femme : Angelina parce que ce qu’elle est pour moi et ce n’est pas un vulgaire morceau de papier qui prouvera le contraire. Je connais mes sentiments. Mais si ce n’est pas Michael, et si ce n’est pas toi non plus alors… oh mon Dieu, comment n’y ait je pas pensé plus tôt.
Kevin sortit de l’appartement en courant.
-         Kevin, ou vas-tu ? Kevin !
Michael se retourna vers Lauren.
-         Lauren, jure-moi que ce n’est pas toi ?
-         Non ce n’est pas moi. J’étais sur le point de le faire pour Kevin mais aussi pour Chloe mais elle m’a pris de cours. Chloe est une battante et elle ne laissera pas cette abrutie à la voix nasillarde lui prendre ce qu’il lui revient de droit.
-         Ce qui lui revient de droit ? Lauren, tu réalises que nous sommes en train de parler de Kevin ? Mon frère mais aussi d’une vie humaine. Angelina a encore toute une vie à vivre.
-         Et ça t’es égale la vie qu’elle a volé à Chloe ? Cette jeune femme aussi belle et merveilleuse, toujours à la pointe de la mode. Comment Kevin peut-il l’abandonner pour cette bimbo !
-         C’est à Kevin de décider avec laquelle de ces deux femmes il veut vivre ce n’est ni à toi ni à moi.
 
 
 
****
 
Kevin arriva à la résidence Chancellor et sonna intensivement à la porte.
-         J’arrive, dit Esther vêtue comme à l’accoutumé de son uniforme de travail. Kevin, c’est vous qui sonnez comme ça ?
-         Esther, Chloe est là j’ai besoin de lui parler.
-         Je vais la chercher.
Esther ne remarqua pas la colère dans les yeux de Kevin qui s’était contenu face à elle. Chloe descendit dans le salon vêtue d’une tenue toute neuve. Elle sourit.
-         Kevin. J’étais sûre que tu finirais par me revenir.
-         Alors j’avais raison : c’est toi.
-         Moi quoi, dit-elle en s’approchant de Kevin qui recula.
-         C’est toi qui a été dire au directeur de l’hôpital qu’Angelina et moi n’étions plus mariés et qu’elle avait signé une interdiction de réanimation.
-         Je n’ai rien rapporté d’autre que la vérité.
Kevin fulmina.
-         Ce n’est pas la vérité, Chloe et tu le sais très bien !
-         Kevin, ton mariage avec Angelina est annulé, il est temps de penser au notre.
-         Au notre ? au notre dis-tu ? Mais tu rêves ma pauvre Chloe : tu rêves tout éveillé il n’y aura jamais de « nôtre ». J’aime Angelina et je l’aimerai toujours !
À ce moment-là Katherine entra dans le salon.
-         Kevin, vous êtes ici chez et moi et en cette qualité, je vous interdis de crier ainsi après Chloe.
-         Je suis désolé, Md Chancellor mais Chloe a fait quelque chose de mal : de très mal. À cause d’elle Angelina ne sortira jamais du coma, pire elle risque de mourir.
Le téléphone de Kevin sonna c’était Colleen.
-         Kevin, viens tout de suite à l’hôpital.
-         Il est arrivé quelque chose à Angelina ?
-         Pas encore mais ça ne serait tarder. Le directeur a donné ordre à ce qu’on la débranche.
-         J’arrive tout de suite.
-         Que se passe-t-il, Kevin ?
-         C’était Colleen. Ils vont débrancher Angelina.
-         Je suis désolée pour votre amie mais dites-vous que c’est ce qu’elle voulait.
-         Ce n’est pas mon amie, Md Chancellor. Angelina n’est pas une simple amie : c’est ma femme. Ma femme et je vais la perdre. Madame Chancellor, aidez-moi je vous en supplie.
-         En quoi puis je vous aider, Kevin ?
-         Vous seule pouvez m’aider à sauver la femme que j’aime en intervenant auprès du directeur de l’hôpital pour ne pas la débrancher et laisser ce chirurgien l’opérer.
-         Pourquoi Md Chancellor ferait-elle quelque chose pour Angelina ?
-         La ferme, Chloe, ce n’est pas toi que je parle.
-         Kevin, je vous interdis de parler sur ce ton à Chloe et oui vous avez raison je pourrais intervenir mais je ne le ferais pas. Et d’un ce que vous demandez est illégal et deux Angelina a fait son choix. Même si cela vous fait mal vous devez l’accepter.
-         Je vous prenais pour une amie. Manifestement j’avais tort.
Bien que personne ne l’ait vu, Murphy assista à la scène. Une fois Chloe sortie il entra dans la pièce. Katherine était assise sur son fauteuil.
-         Murphy, je ne t’avais pas entendu entrer. Veux-tu faire une partie de rami avec moi ?
-         Pas maintenant, Katherine, j’aimerais d’abord qu’on discute.
-         Discuter de quoi ?
-         De ce qui vient de se passer. Kevin t’a demandé son aide pour aider celle qui l’aime à s’en sortir et tu as catégoriquement refusé.
-         En effet.
-         Mais enfin, Katherine, pourquoi ? Ce genre de comportement ne te ressemble pas.
-         Murphy, aussi cruel que ça puisse paraitre, cette Angelina a fait son choix et elle a choisi de mourir.
Murphy resta pantois. Jamais encore il n’avait entendu Katherine parler ainsi.
 
 
***
 
Kevin retourna à l’hôpital la mort dans l’âme. Son unique espoir de sauver Angelina s’était retrouvé anéanti. Katherine avait catégoriquement refusé.
En arrivant devant la porte de la chambre d’Angelina il vit une agitation non habituelle. Son cœur se mit à battre en rafale. Il se précipita vers Angelo
-         Angelo, que se passe-t-il ? Il est arrivé quelque chose à Angelina ?
-         Kevin, dit Colleen en l’apercevant, Dieu merci tu es là ! Le directeur veut débrancher Angelina. Nous avons réussi à lui faire attendre ton retour pensant que Michael serait finalement revenu à la raison et t’aurais aidé avec un moyen juridique.
Kevin cru sentir son cœur s’arrêter de battre.  
-         Quoi ? mais il n’a jamais été question de la débrancher !
-         Princesse a signé une interdiction de réanimer or tu es passé outre alors que vous n’étiez plus mariés. Le directeur a donc décidé de se conformer aux volontés d’Angelina. Kevin, ton frère ne pouvait donc pas se taire ? Il déteste tellement ma Princesse qu’il a été tout répéter au directeur ? Pourquoi ? 
-         Ce n’est pas Michael, Angelo, c’est Chloe : c’est elle qui a tout dit.
-         Chloe ? C’est cette garçe qui a tout dévoilé ? dit Abby.
-         Kevin, dit Eden en le serrant dans ses bras, je suis tellement désolée.
Kevin resta de marbre. Tout se bousculait dans sa tête.
-         Tucker, tu ne peux rien faire pour empêcher ça ?
-         Si je le pouvais, Devon, crois-moi je le ferais mais c’est une chose d’équiper un service d’un hôpital et faire venir un chirurgien réputé mais je n’ai pas assez d’influence à Genoa City pour empêcher ça. Seule ta grand-mère le pourrait.
-         Madame Chancellor n’interviendra pas : elle refusé d’intervenir pour l’opération et ne fera rien pour empêcher ça. Elle estime que c’est illégal qu’Angelina souhaite mourir.
-         Quoi ? non, non, Kevin, vous avez du mal comprendre lorsque j’étais dans le coma j’avais moi aussi signé une interdiction de réanimation mais Katherine est passé outre.
-         Vous êtes son fils : Angelina n’est rien pour elle.
La mort dans l’âme Kevin entra dans la chambre d’Angelina.
-         Je n’arrive pas à croire que Katherine ait pu refuser d’aider Angelina. Ce n’est pas dans ses habitudes. Je vais lui parler.
-         Je viens avec toi. Peut-être qu’à nous deux on réussira à la faire changer d’avis.
-         Je vais voir Oncle Jack. Grand père et le directeur étaient très amis.
-         Je viens avec toi, dit Abby : je n’en peux plus de rester ici à attendre.
-         Et moi je vais voir Victor : si quelqu’un peut changer la donne c’est bien lui. Je suis sure qu’il acceptera si je lui demande, dit Cassie.
-         On en parle à Kevin ou Angelo ?
Colleen regarda Angelo. Kevin étant toujours au chevet d’Angelina et jugea la situation.
-         Mieux vaut ne pas leur donner de faux espoir.
 
 
 
***
 
Tuker et Devon arrivèrent au manoir Chancellor. Ils sonnèrent à la porte, Esther vint leur ouvrir.
-         Bonjour, Esther, ma mère est ici ?
-         Elle est dans le salon, je vais la prévenir de votre arrivée.
-         Ce ne sera pas nécessaire.
Tucker et Devon entrèrent dans le salon.
-         Katherine, nous devons te parler !
-         Devon, je suis contente de te voir mon garçon.
-         Je le suis aussi, grand-mère et je le saurais encore plus si tu acceptais d’aider mon amie Angelina.
-         J’ai déjà donné ma réponse à Kevin : je n’ai pas changé d’avis.
-         Grand-mère si on ne fait rien elle va mourir !
-         Et alors si c’est ce qu’elle veut !
-         Katherine, tu réalises que nous parlons d’une jeune femme qui n’a pas trente ans !
-         Tuker, j’ai dit non ! Il est inutile de poursuivre cette conversation plus longtemps ! Je ne te retiens pas.
Katherine tourna les talons et monta à l’étage laissant Tuker, Devon et Murphy abasourdi.
-         Mais que lui arrive-t-il ? Katherine est toujours la première dès qu’il s’agit d’aider et là nous parlons de vie ou de mort d’une jeune femme. La Katherine que je connais serait la première habituellement à sauter sur son téléphone et se servir de toutes ses relations.
-          À fortiori qu’il s’agit d’une femme proche de Kevin. Katherine adore Kevin.
-         Je ne sais quoi dire : depuis quelques temps je ne reconnais plus Katherine.
 
 
***
 
 
Michael s’apprêtait à quitter son appartement.
-         Tu penses être à la maison pour quelle heure ?
-         Je ne sais pas si je serais rentré à temps pour diner.
-         Beaucoup de travail ?
-         Non, ce n’est pas ça : je vais aller voir Kevin à l’hôpital. Je ne veux pas laisser mon frère seul dans cette épreuve.
-         Michael, tu plaisante j’espère ?
-         Non. Pourquoi devrais-je plaisanter ? Kevin va traverser des moments difficiles et je me dois d’être près de lui.
-         Des moments difficiles ? J’hallucine ! Michael, il ne devrait même pas se trouver à l’hôpital mais avec Chloe.
-         Que veut tu que je te dise, Lauren, mon frère est tombé amoureux d’Angelina et elle va mourir.
-         Kevin, Angelina, tu n’as que ce mot là à la bouche. Tu penses à Chloe ? À sa vie depuis noël ? Elle devrait être mariée à Kevin depuis quatre mois maintenant si cette abrutie ne s’en était pas mêlée !
-         Que veut tu que je te dise ce qui est fait est fait : Kevin est tombé amoureux d’Angelina et elle va mourir.
-         T’arrive-t-il de penser à Chloe ?
-         Bien sûr j’y pense : elle ferait une merveilleuse belle-sœur mais cela dépend de Kevin non de moi.
-         Alors tu ne feras rien pour encourager Kevin à retourner vers elle ?
-         Lauren, tu l’as vu non ? tu as vu dans quel état il était. Cela fait six semaines qu’il passe ses jours et ses nuits au chevet d’Angelina à attendre un miracle qui n’arrivera pas. Je me dois d’être aux coté de mon frère pour l’aider à traverser cette épreuve difficile.
-         Tout ceci est ridicule il devrait être marié à l’heure qu’il est.
-         Il était mais son mariage a été annulé par ma faute.
-         Non, je veux dire marié à Chloe.
-         Peut-être mais ce n’est pas le cas. Il a été marié à Angelina et en est tombé amoureux. Aujourd’hui elle va mourir : ce n’est qu’une question de jour, voire d’heure. Lauren, je ne veux pas laisser Kevin traverser cette épreuve tout seul : je l’ai abandonné une fois je refuse de recommencer.
-         Michael, je t’interdis d’y aller !
-         Je te demande pardon ? j’ai mal entendu : tu m’interdis ?
-         Parfaitement je te l’interdis ! Si Kevin veut se comporter comme un idiot c’est son problème mais je refuse de voir mon mari s’abaisser à ce niveau.
-         Depuis quand m’interdis-tu quelque chose ?
-         Lorsque mon mari se ridiculise je suis obligée d’intervenir.
-         Me ridiculiser à aller soutenir mon frère qui va perdre l’être aimée ?
-         C’est Chloe qui a besoin de réconfort pas Kevin !
-         Chloe n’est pas ma sœur, Lauren.
-         Effectivement mais elle devrait être ta belle-sœur et à cause de cette bimbo elle ne l’est pas.
-         Peut-être mais ce qui est fait et fait-on ne peut pas revenir en arrière. Kevin est amoureux d’Angelina et elle va mourir.
Lauren rugit.
-         Michael, si tu passes cette porte pour aller dans cet hôpital, je te préviens il est inutile de revenir ce soir.
-         Lauren, c’est du délire !
Michael s’apprêtait à sortir mais Lauren répliqua.
-         Je suis sérieuse, Michael. Si tu passes cette porte il est inutile de revenir.
-         Je ne laisserai pas tomber mon frère encore une fois !
 
 
***
 
Colleen et Abby arrivèrent au manoir Abbott.
-         Oncle Jack, Dieu merci tu es encore là ! Abby et moi avons quelque chose à te demander.
-         De quoi s’agit-il ?
-         Tu connais notre amie Angelina Veneziano ?
-         La chanteuse, la femme de Kevin ? Oui bien sur je la connais on n’entend qu’elle à la radio.
-         Il y’a quelques semaines elle a été victime d’un accident de la route. Elle est depuis dans le coma.
-         Je suis sincèrement désolé. Est-ce grave ?
-         Malheureusement oui ! Très grave ! Angelina est dans un coma profond et un caillot de sang empêche le sang circuler normalement dans le cerveau si nous n’opérons pas dans les heures qui suivent elle va mourir.
-         En quoi puis je vous aider ? L’assurance de Kevin ne prend pas en charge ces soins ? Si c’est le cas je peux payer…
-         Non, non, Oncle Jack, l’interrompit Abby, ce n’est pas de ça dont il s’agit.
-         De quoi s’agit-il alors ?
-         Angelina a signé un document d’interdiction de réanimation en cas d’accident.
-         Oh bon sang, mais pourquoi ?
-         Nous n’avons que des suppositions mais nous ne le savons pas exactement.
-         Mais Kevin en sa qualité d’époux peut très bien contredire les volontés de sa femme.
-         Il la fait l’ennui est qu’il n’est pas son mari : pas légalement parlant.
-         Leur mariage n’est pas légal ?
-         Non ce n’est pas ça. Leur mariage était parfaitement légal mais Michael la fait annuler. Oncle Jack, j’aimerais t’expliquer dans tous les détails mais hélas nous n’avons pas le temps. Le directeur de l’hôpital : Brian Walker refuse non seulement l’opération mais aussi il a décidé d’annuler tous soins et la faire débrancher. Kevin la suppliait de ne pas le faire mais il ne veut rien entendre. Comme c’était un ami de grand père…
Jack sortit son cellulaire.
-         Marjorie, annuler tous mes RDV de la journée.
Colleen et Abby sourirent.
 
Au ranch Newman Victor discutait avec Nikky lorsque Cassie entra en courant dans la maison.
-         Victor, j’ai besoin de ton aide !
-         Cassie que signifie ces manières ?
-         Désolée, Nikky, mais j’ai vraiment besoin de Victor : c’est une question de vie ou de mort !
-         De vie ou de mort ? Cassie, reprend ton souffle. Tiens prend ce verre d’eau et explique-moi ce qui se passe.
Cassie conta toute l’histoire à Victor et Nikky les laissant tous deux abasourdi.
-         Victor il faut intervenir. On ne peut pas laisser cette jeune femme mourir en restant ici sans bouger.
Victor décrocha le téléphone.
-         Faite avancer la voiture jusqu’à l’entrée.
Puis il composa un second numéro.
-         Connie, annulez tous mes RDV de la journée et dites à Victoria et Nicolas de s’occuper des affaires courantes.
Cassie sourit.
-         Tu viens, Cassie on y va. Nikky, tu veux bien appeler Brian pour moi et lui dire que j’ai à lui parler dès mon arrivée.
-         C’est comme si c’était fait.
 
 
***
 
Jack arriva à l’hôpital accompagné de ses nièces. Colleen aperçu Angelo le visage défait. Elle rejoignit Lily.
-         Lyly, il y’a du nouveau ? Ou est Kevin ?
-         Il est à l’intérieur avec Angelina. Est-ce Jack va intervenir ?
-         Oui il est en ce moment même avec le directeur.
-         Pourvu qu’il arrive à le faire changer d’avis pas seulement pour Angelina mais aussi pour Kevin. Je ne l’ai jamais vu comme ça.
-         Je sais. Kevin est mon meilleur ami : je ne le laisserai pas tomber.
Devon et Tuker arrivèrent. À leurs visage Lily compris qu’ils avaient échoué.
-         Angelo, je viens d’apprendre pour Angelina : je suis vraiment désolée.
-         Gloria ? vous êtes bien la dernière personne que je m’attendais à trouver ici.
-         J’arrive tout juste de voyage et Michael m’a raconté ce qui est arrivé. Je suis sincèrement désolée.
Angelo ne répondit pas et se dirigea vers la chambre de sa fille.
-         Mon amour, il y’a tellement de chose que j’aurais aimé te dire mais j’ai oublié : tout oublié excepté une chose : je t’aime et je refuse de te perdre.
-         Kevin.
-         S’il vous plait, Angelo, laissez-nous.
-         Kevin, j’aimerais moi aussi dire au revoir à ma Princesse.
-         Angelo, ne parlez pas ainsi ! Angelina va s’en sortir.
-         Kevin, mon garçon, soit réaliste : tu sais bien que sans une opération elle ne pourra pas s’en sortir.
-         Elle l’aura.
-         Kevin, je te rappelle que le directeur a refusé.
-         Je me fiche des volontés de ce bonhomme. Je ne la laisserai pas mourir !
-         Et comment ? Comptes tu l’opérer toi-même ?
Kevin regarda autour de lui, se leva et ferma la porte.
-         J’ai un plan mais j’aurais besoin de votre aide.
-         Un plan ? Quel plan ?
-         J’ai regardé sur internet. Il y’a un hôpital au Canada qui pratique ce genre d’intervention. J’ai l’intention d’y emmener Angelina.
-         Au Canada ?!
-         En enlevant Angelina.
-         Comment ça enlever Angelina ? Et comment ?
-         Je demanderai à passer du temps avec elle lorsqu’ils vont la débrancher et là vous interviendrez en provoquant une coupure de courant. Je prendrai alors Angelina dans mes bras et je m’enfuirai avec elle.
-         Kevin, c’est de la folie, c’est trop dangereux et je ne te laisserai pas mettre la vie d’Angelina en danger.
-         Parce que en restant ici elle n’est pas en danger ? Angelo, si je ne fais rien elle va mourir.
Kevin prit une profonde inspiration.
-         Angelo, je l’aime et je refuse de la laisser mourir.
Angelo resta un moment silencieux. Il sortit son téléphone et appela un numéro.
-         Carlo, tenez-vous prêt. Rassemblez le plus de monde possible autour du Memorial et attendez mes instructions.
-         Compris, Patron !
Kevin sourit.
 
***
 
-         Jack Abbott, que me vaut le plaisir ?
-         Ma visite n’a rien d’une visite de courtoisie, Brian.
-         À dire vrai je m’en doutais un peu.
-         Que puis-je pour vous ?
-         Vous avez dans votre hôpital une patiente répondant au nom d’Angelina Veneziano. C’est la femme du meilleur ami de ma nièce. Je suis venu vous demander de procéder à l’opération.
-         Angelina Veneziano n’est l’épouse de personne et elle a choisi de mourir. Personne ne l’a obligé.
-         C’est ridicule, nous ignorons pourquoi elle a signé ce papier mais il y’a tellement de gens qui l’aiment.
-         Ses raisons ne me regardent pas. Elle a signé un point c’est tout.
-         Brian, elle n’a pas encore trente ans !
-         Que voulez-vous que ça me fasse ? Je ne fais que respecter ses volontés.
-         Brian, si c’est une question d’argent, si l’assurance de son mari ne prend pas en charge les frais d’une telle opération je suis prêt à payer tous les frais inhérent…
-         Il ne s’agit pas de ça. 
-         Dans ce cas de quoi s’agit-il ?
-         De loi. Cette jeune femme a choisi de mourir ce n’est ni votre problème ni le mien.
-         Comment pouvez-vous dire ça ? Vous êtes médecin ! Votre devoir est de sauver des vies.
-         J’étais médecin, aujourd’hui je suis le directeur et je n’ai pas de temps à perdre avec ce genre d’individu qui un jour veulent mourir et pas le lendemain.
-         Vous avez changé, je ne vous reconnais plus. Mon père aurait honte de vous !
Jack quitta le bureau furieux.
 
***
 
Colleen fut la première à le voir arriver.
-         Oncle Jack…
-         Je suis désolé, Colleen. J’ai fait tout ce que j’ai pu mais il n’y a rien à en tirer.
-         Alors il ne reste plus qu’à espérer que Cassie ait pu convaincre Victor d’intervenir, dit Abby.
 
 
*** 
 
-         Victor : votre appel m’a beaucoup surpris. En quoi puis je vous aider ?
-         Cela se résume en un seul mot ou plutôt deux : Angelina Veneziano ! Opérez là !
-         À quoi jouez-vous Jack Abbott et vous ? Il sort d’ici à l’instant et m’a demandé la même chose.
-         Et bien pour une fois Jack Abbott et moi sommes du même avis.
-         Je regrette mais c’est impossible.
-         Et pourquoi je vous prie ? Il me semble pourtant que Tucker Mc Call a équipé l’hôpital d’un tout nouveau service, d’un équipement à la pointe du progrès et fait venir un neurochirurgien très réputé dans ce type d’intervention.
-         En effet et cela nous sera d’une grande utilité mais Mlle Veneziano n’en bénéficiera pas. Elle a non seulement choisi de mourir et son ami Mr Fisher nous a mené en bateau en nous faisant croire qu’ils étaient mariés afin de la réanimé.
-         Écoutez, Brian, je ne connais pas toute l’histoire de leur couple mais je sais une chose : cette jeune femme a toute une vie qui l’attend et c’est aussi une amie à ma petite fille Cassie.
-         Jack Abbott m’a tenu un peu près le même discours et je vais vous donner la même réponse : non ! Je ne ferai pas opérer Angelina Veneziano.
-         Vous le regretterez, Brian.
Victor se leva, sortit du bureau du directeur sortit son cellulaire et appuya sur une touche.
 
Quelques étages au-dessus le téléphone de Jack sonna. Tout le monde était encore sonné.
Appel entrant Victor.
-         Oui, Victor !
-         Jack, êtes-vous encore dans les couloirs de l’hôpital ?
-         Je suis au 9eme au service des soins intensifs pourquoi ?
-         Rejoignez-moi à l’étage de la direction.
Quelques minutes plus tard Jack et rejoignit Victor.
-         Je viens de parler à Brian Miller.
-         J’espère que vous avez eu plus de chance que moi.
-         Détrompez-vous ce vieil entêté a catégoriquement refusé.
-         Mais enfin pourquoi c’est un non-sens. Je lui ai proposé de prendre en charge toute la partie financière mais il n’en a pas voulu.
-         Dans ce cas il faut immédiatement le remplacer. J’ai fait réunir le conseil d’administration.
-         Katherine ne sera jamais d’accord.
-         Nous pouvons nous passer : entre vous et moi nous sommes déjà majoritaires. D’une courte tête mais qu’importe.
-         Tucker Mc Call le sera également. Colleen m’a dit qu’il avait fait venir le neurochirurgien et payer tout l’équipement. 
-         Parfait dans ce cas reste à espérer qu’il sera là à temps pour passer au vote sinon …
-         Il est à l’étage auprès de Devon. Je le préviens de descendre.
Quelques secondes plus tard Tucker rejoignit Jack et Victor qui le tirent au courant de leur projet.
-         Il va de soi que je voterai pour et Katherine aussi.
-         Katherine ? Je croyais qu’elle avait refusé la requête de Kevin ?
-         La dernière fois que Katherine est tombée malade elle m’a donné sa procuration et elle a oublié de me la retirer.
-         Dans ce cas passons au vote !
Quelques minutes après le conseil d’administration se réunit : Brian Miller fut démit de ses fonctions.
 
Pendant ce temps à l’étage des soins intensif dans la chambre d’Angelina un médecin vint afin de débrancher les appareils respiratoires. C’est alors que la lumière s’éteignit brutalement. Le temps pour le générateur de se mettre en route Kevin disparu avec Angelina.
Dans la salle d’attente un vent de panique s’installa.
-         Que se passe-t-il, dit Lyly ?
-         C’est une coupure de courant.
-         Ah quoi est-ce dû la météo n’a pourtant pas émis d’avis de tempête ?
-         Que ce passe t’il ici ? Pourquoi êtes-vous plongé dans le noir demanda Victor ?
-         Nous n’en savons rien, Victor. Les médecins sont rentrés dans la chambre d’Angelina et soudain nous nous sommes retrouvés dans le noir.
-         Alors ni toi ni Jack Abbott n’avait réussi à faire changer d’avis le directeur ? Angelina va mourir ?
-         Non, Cassie, ton amie ne va pas mourir. Ton grand père et moi avons fait remplacer le directeur et le nouveau va donner des instructions afin de la rebrancher et l’opérer aussitôt le courant revenu.
-         C’est vrai vous avez réussi ? Lorsque les Abbott et les Newman s’unissent il en ressort toujours quelque chose de positif. Vous devriez le faire plus souvent.
-         Ne rêve pas trop, Abby, Mr Moustache et moi ne sommes pas devenus ami pour autant mais parfois ils nous arrivent de mettre nos différents de côté pour la bonne cause comme maintenant.
À cet instant le courant fut rétabli et des médecins entrèrent dans la chambre d’Angelina pour en ressortir aussitôt.
-         Il n’y a personne dans la chambre. La patiente n’est plus là.
-         Comment ? Mais où est Kevin… Kevin…
Colleen comprit : son ami avait enlevé la femme dont il était fou amoureux.
On actionna le code jaune pour signaler la disparation mais Kevin était déjà loin roulant avec Angelina, couché sur la banquette arrière, vers le Canada.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Des semaines d'horreur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FB : Le Bal de l'horreur [Pv. Bear D. Seiko]
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres
» Absentes de deux semaines : au ski =)
» L'horreur de la guerre dans la perfidie d'une attaque surprise.
» Horreur [P]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Un monde parallelle-
Sauter vers: