Angelina & Kevin love for ever


Forum de fan fiction consacré à la love story d'Angelina Veneziano & Kevin Fisher des feux de l'amour
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Reglement de compte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina Fisher
Prête à l'eglise de Genoa
avatar

Messages : 323
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 47
Localisation : Paris

Notre feuilleton favoris
Vos couples preferés dans le soap: Kevin & Angelina. Nick & Sharon. Christine et Michael. Victoria & Billy. Victoria & Ryan.
Si vous etiez un personnage des fda quel serait il : Michael Baldwin ou Christine Blair

MessageSujet: Reglement de compte    Dim 28 Fév - 21:14


Angelina et Kevin s'embrassaient. Ils étaient sur le point de faire l’amour lorsque on frappa à la porte. Ils se regardèrent et eurent un fou rire.
-         Ce doit être ton père j’avais oublié qu’il devait passer. Il a besoin que je lui télécharge un programme. Mais nous reprendrons là où nous en étions restés.
Angelina se mit à rire.
Ils échangèrent un rapide baiser puis Kevin se leva en refermant son pantalon.
Il ouvrit la porte et à la place d’Angelo se trouvait…
-         Daisy ? mais qu’est-ce que tu fais là ?
-         Kevin, j’aimerais te parler.
-         C’est Eden qui t’envoie ? Car dans ce cas je te préviens tu perds ton temps et le mien. Je n’ai pas l’intention de changer d’avis concernant la vente du Neon Ecarlate et mon départ de Genoa City.
-         Rassure-toi je ne suis pas là pour ça. Puis je entrer ?
-         Chéri, qui est ce ? Daisy ? Que venez-vous faire ici ?
-         Je suis venue parler à mon frère et vous aussi, Angelina.
-         J’ignore ce que vous voulez mais si vous êtes là pour me demander de quitter Kevin alors là ne comptez pas sur moi. Nous nous aimons et nous n’avons pas l’intention de nous séparer.
-         J’en ai conscience, Angelina et croyez-moi je n’ai absolument pas cette intention.
-         Dans ce cas que veux-tu, Daisy ?
-         Je comprends que vous soyez sur la défensive mais croyez-moi mes intentions sont bonnes.
-         Très bien, entrez !
Ils n’avaient pas refermé la porte qu’ils aperçurent Daniel.
-         Kevin, je dois te parler.
Kevin devint soupçonneux. Il passa son bras autour du cou d’Angelina qui l’attrapa par sa taille.
-         Tes intentions sont bonnes hein, Daisy ? dit-il sur un ton sarcastique.
-         Je te jure, Kevin, c’est le fruit du hasard j’ignorais totalement que Daniel venait également te voir.
-         Elle dit vrai : elle ignorait que je venais te voir.
-         A qui d’autre devons-nous attendre ? Eden, Michael ? A moins que ce ne soit Gloria ?
-         Je comprends ton sarcasme, Angelina mais je te promets que mes intentions sont louables.
-         Permets-moi d’en douter ceci dit par respect envers ton ancienne amitié pour mon mari je veux bien te laisser rentrer si toutefois il est d’accord.
Kevin bouillonnait à l’intérieur.
-         C’est d’accord vous pouvez entrer puisque ma femme est OK. Mais je vous préviens si c’est encore pour me dire de la quitter vous pouvez repartir d’où vous venez illico.
-         Ce n’est pas moi qui te dirais une telle chose, Kevin. Pas après tout le mal que j’ai pu te faire par le passé. A cause de moi et de Tante Sarah la pauvre Jana est retombée très malade et en est morte. Alors aujourd’hui si tu es heureux avec Angelina alors je suis contente pour toi.
-         Dans ce cas que veux-tu ? Mon pardon ? Je pensais te l’avoir donné avant ta disparation.
-         C’est exact et c’est pourquoi je suis ici. Kevin et Angelina, j’aimerais que nous formions une famille : j’aimerais que nos filles puissent avoir de véritables rapports de cousines. Je n’ai jamais eu ce genre de relation : j’ai grandi avec Tante Sarah et Ryder dans les circonstances que tu sais. Pour ma fille j’aimerais qu’il en soit autrement : qu’elle ait une véritable famille.
-         Daisy, Angelina et moi aurions souhaité voir nos filles avoir ce genre de relation mais même si j’aurais aimé que mes enfants connaissent leur cousine je crains que ce ne soit hélas trop tard.
-         Pourquoi ? Parce que vous déménagez en Utah ? Il y’a des avions tu sais.
-         Ce n’est pas la seule raison.
-         Alors dis-moi ce que c’est et nous pourrions trouver un moyen d’entente.
-         C’est moi le problème, dit Daniel d’un ton penaud.
-         Exactement c’est toi ; toi et ton attitude monstrueuse envers ma femme depuis que tu es revenu de Savannah tu n’as cessé d’aider les autres à détruire mon mariage. Tu as comploté avec eux derrière mon dos allant jusqu’à faire accuser Angelina de tentative d’enlèvement et de violence envers un enfant.
-         C’était l’idée d’Adam non la mienne : je n’étais même pas au courant.
-         Peut-être mais tu as cru à cette histoire alors qu’au fond de toi tu savais très bien qu’Angelina était incapable de faire de mal à une mouche ! Angelina était enceinte à cette époque-là et sa grossesse était extrêmement risquée cependant vous n’avez eu de cesse de la harceler pour qu’elle s’en aille. Alors aujourd’hui n’attend pas de moi que je te pardonne si c’est cela que tu es venu chercher. Si tu t’es imaginé rien qu’un instant que notre amitié pourrait redevenir ce qu’elle était, tu t’es fait des illusions.
Angelina qui était restée silencieuse jusqu’ici prit la parole en voyant l’état dans lequel se trouvait Kevin.
-         Il vaut mieux que vous vous en alliez.
Après leur départ Angelina passa ses bras autour de Kevin et l’embrassa.
-         Merci, chérie.
-         De quoi me remercie tu ?
-         De tout et pour commencer merci d’être celle que tu es. Et toi comment ça va ? Je ne voudrais pas revoir ce cauchemar se reproduire.
-         Mais non ne t’inquiète pas pour moi. Je vais bien.  C’est pour toi que je m’inquiète.
-         Tu es une femme exceptionnelle.
Angelina lui sourit et l’embrassa.
 
 
***
 
Daniel se trouvait au restaurant de l’Athletic Club en compagnie de Daisy et Lucy.
-         Je n’aurais jamais dû revenir dans cette ville.
-         Pourquoi l’as-tu fait ?
-         Pour Heather. Elle n’a pas supporté la vie à Savannah : son boulot lui manquait. Elle n’avait pas l’autorisation de plaider en Géorgie.
-         Et toi, ta gallérie ? Tes expos ?
-         Je me suis dit que je pourrais reprendre à Genoa ou Chicago.
-         Mais au final Heather et toi n’êtes plus ensemble. Que vas-tu faire maintenant ?
Daniel soupira.
-         Je ne sais pas, Daisy. S’il n’en tenait qu’à moi je retournerais à Savannah séance tenante mais je t’ai fait la promesse de partager la garde de notre fille. Lucy commence de nouveau à s’attacher à toi je n’ai pas envie de la perturber derechef en l’éloignant de sa mère.
-         Je pourrais venir à Savannah moi aussi ?
-         Tu ferais ça ?
-         Pourquoi pas ? je suis revenue à Genoa city pour Lucy et pour nulle autre raison et si tu dois retourner à Savannah pour ta carrière avec notre fille alors à quoi bon rester ici ? Je n’ai pas d’amis, pas de famille dans cette ville : même Kevin s’en va !
 
 
***
 
Alors que Daniel et Daisy poursuivaient leur discussion ils entendirent les voix de Kevin et Angelina qui déjeunaient à la table voisine de la leur quand soudain…
-         Kevin, il faut m’aider !
-         En quoi puis je vous aider, Esther ?
-         Vous devez témoigner en faveur de Chloe à son procès.
-         N’y comptez pas !
-         Kevin, sermonna Michael qui venait d’arriver en compagnie de Gloria, Christine et Heather pendant qu’à l’autre table les Winters-Hasby déjeunaient eux aussi en famille en compagnie des Abbott et de Jill.
-         Chloe doit payer pour ce qu’elle a fait.
-         Ma petite fille n’a rien fait de mal, dit Esther entre deux sanglots.
-         Mettre le feu chez moi en tentant de bruler vif ma femme et mes enfants vous appelez cela rien, vous ?
-         C’est vous, c’est vous qui devriez être en prison pour tout le mal que vous avez semé autour de vous : vous avez volé Kevin à ma fille et à ma petite fille, prit sa maison et vous m’avez pris ma fille.
Angelina fulmina.
-         Je n’ai rien volé du tout. J’en ai plus qu’assez que toute cette ville m’accuse de tous les maux de cette Terre.
-         Dans ce cas pourquoi restez-vous ?
-         Je suis restée, Gloria, parce que j’aime votre fils. Je ne sais pas si vous en connaissez le sens mais peut être votre fils le procureur général pourra vous l’expliquer car moi je ne pourrais pas puisqu’il parait que je suis une bimbo. Oui j’ai fait une erreur un jour c’est vrai : je n’aurais pas dû enlever Kevin le jour de son mariage avec Chloe sous le sceau d’un mensonge. Ma seule excuse était que j’étais déjà amoureuse de lui.
-         Et vous avez fini par l’obtenir, dit Esther en reniflant.
-         Je me suis repentie en lui rendant sa liberté car c’était ce qu’il voulait et je l’aimais bien trop pour le retenir prisonnier. Chloe a fait la même chose avec vous, Cane, pour des motifs bien moins honorable et pourtant vous lui avez tous pardonné. Même toi, Lyly, qui te disait pourtant mon amie tu m’as tourné le dos à la première occasion. Vous dites que j’ai fait du mal à Chloe mais si nous parlions plutôt de ce qu’elle et vous tous m’avez subir depuis mon retour à Genoa City. J’étais partie loin très loin de cette ville pour ne jamais revenir. Je souffrais d’être loin de celui que j’aimais mais je me disais qu’il était heureux avec sa femme et cette petite fille qu’il considérait comme la sienne. J’ignorais que leur mariage n’avait pas fonctionné je l’ai su le jour où Kevin est venu me retrouver dans ma loge à Los Angeles. Les choses se sont alors accélérées : Kevin m’avait invité à sortir et c’est là qu’il m’a avoué son amour. C’était l’homme que j’aimais depuis toujours. Alors quand il m’a demandé en mariage j’ai dit oui évidement et je le redirais encore si c’était à refaire car je l’aime plus que les mots peuvent le dire. Mais depuis notre retour à Genoa City, vous n’avez cessé de me harceler pour que je le quitte. Vous avez utilisé toutes les ruses possibles allant même jusqu’à me proposer de l’argent ou menacer d’aller en prison pour un motif fallacieux. Voyant que je résistais vous êtes allés jusqu’à prétendre que Kevin, votre fils, votre frère, votre ami, était atteint du syndrome de Stockholm. Mais là encore votre plan a échoué.  Vous auriez pu en rester là mais non il vous a fallu faire intervenir Carmine. Puis toi, Devon, mon manager et aussi je le croyais : mon ami, tu as rompu notre contrat dans le seul but de satisfaire Abby Newman ! les menaces d’aller en prison si jamais je n’acceptais vos millions de dollar alors que j’étais enceinte. Et il y’a cette tentative de viol organisé par Chloe.
-         Ma fille n’a rien à voir dans cette affaire.
-      Si Esther : c’est Chloe qui avait engagé cet homme afin de séduire Angelina : voyant que cela n’a pas fonctionné il a tenté de la violer.
-         C’est alors que vous êtes entrez en jeu, Michael, de la façon la plus sournoise qui puisse exister en me faisant baisser ma garde. Vous m’aviez laissé croire en votre amitié et j’ai alors rêvé en pensant que vous m’acceptiez enfin dans votre famille. Kevin n’était pas dupe mais je l’avais supplié de te laisser une chance et lorsque ce fut chose faite vous m’avez poignardé dans le dos. C’est alors que nos problèmes financiers ont débuté à cause de ma grossesse : notre assurance ne prenait pas en compte mon type de grossesse et c’est alors que Chloe a fait pression sur l’ancienne direction de l’hôpital afin qu’ils ne me soignent pas.
-         Vous n’aviez qu’à accepter l’argent qu’on vous proposait, Angelina et partir très loin de Genoa city pour ne jamais revenir.
-         J’aime Kevin, Gloria ! Je sais que c’est dur à comprendre pour vous qui n’aimait passionnant qu’une chose dans votre vie : les dollars !
-          Je vous interdis de me parler sur ce ton ! Kevin, tu ne vas tout de même pas laisser cette abrutie parler ainsi à ta mère !
-         Angelina n’a rien d’une abrutie !
-         J’ai failli mourir en mettant au monde mes filles : vos petites filles, Gloria.
-         Vos enfants ne seront jamais mes petits-enfants. J’aurais pu avoir des petits enfants de la part de mon second fils s’il était resté marié à Chloe. Or vous le lui avez volé.
-         Pour la énième fois je ne lui ai rien volé : Kevin n’est pas un objet c’est un être humain libre de ses décisions. S’il l’avait voulu il aurait très bien retourné vers Chloe mais il m’aime autant que je l’aime. Mais loin de renoncer Chloe a inventé avec votre aide bienveillante, Adam et vous aussi, Chelsea une fausse tentative d’enlèvement et maltraitance sur Deliah. Contrairement à elle je n’aurais jamais pu faire du mal à un enfant.
-         Venant de mon fils, Adam plus rien ne me surprend, Angelina et je vous prie d’accepter mes excuses.
-         Vous n’y êtes pour rien, Mr Newman et c’est moi au contraire qui devrait vous remercier : sans votre intervention Chloe serait libre à l’heure qui il est. Cela dit Adam n’est pas le seul coupable dans cette affaire : certes Chloe, Chelsea et lui sont les cerveaux de l’affaire mais Abby savait tout.
-         Abby tu n’as pas fait une chose pareille ? Tu ne t’es pas rendue complice de fausses accusations ? Toute notre famille a cru en cette tentative d’enlèvement et ces violences sur Deliah. Tu n’as donc retenu aucune leçon de ce qui s’était passé avec Tucker ?
-         J’ai fini par dire la vérité.
-         Peut-être mais le mal était fait. Angelina aurait pu passer sa vie derrière les barreaux pour un crime qu’elle n’a pas commis. J’aurais perdu ma femme et mes filles aurait perdues leur mère.
-         Et maintenant c’est ma fille qui s’y trouve : ma petite fille chérie geignit Esther.
-         Oh ça suffit, Esther, cessez de geindre voulez-vous !
-         Faites preuve de compassion, Jill, cette pauvre Esther va avoir sa fille enfermée dans une cellule pour le restant de sa vie.
-         Toujours en train de jouer les moralisateurs n’est-ce pas, Devon ? Toi que je prenais pour un ami : le seul sur qui je pouvais compter dans cette ville y compris l’époque où je vivais à Los Angeles, j’étais restée loyale envers toi en continuant à te faire confiance pour me produire. Tu avais gagné beaucoup d’argent grâce à moi, mais où était ta loyauté lorsque j’ai eu besoin de toi ? Tu m’as laissé tomber dès la première occasion.
-         Angelina je te rappelle que je n’avais pas le choix quant à l’argent que j’ai gagné je ne le dois qu’à mon travail. C’est moi qui t’ait découverte et lancée ta carrière.
-         Angelina ne te doit rien, Devon. Certes tu l’as découverte et produite mais sans sa voix qu’aurais tu fais ? Mais au moins justice est faite puisque tu n’as plus produit qui que ce soit depuis que tu as renvoyé ma femme.
-         Kevin ! De quel droit parles-tu ainsi à mon frère ? Angelina était une parfaite inconnue lorsque Devon la produite et elle le serait encore si Devon n’avait pas été là pour lancer sa carrière.
-         Ce qui n’était pas chose aisée étant donnée la voix nasillarde d’Angelina.
-         Victoria !
-         Je suis désolée, maman, mais je dois dire ce que je pense. Angelina est là en train de nous faire un procès d’intention alors qu’entretemps Chloe se morfond dans une prison où elle est privée de tout ce qu’elle aime.
-         Mais si moi je l’avais été en payant pour un crime dont je suis innocente cela n’aurait pas été grave, n’est-ce pas, Victoria ?
-         Angelina, tout le monde à l’époque croyait que tu avais enlevé Deliah pour te venger de Chloe. La petite disait que tu avais voulu la kidnapper et lui faire du mal.
-         Et la présomption d’innocence vous en faites quoi dans cette ville ? Je te prenais pour mon amie, Lyly : tu as été ma demoiselle d’honneur à mon mariage mais je me suis lourdement trompée sur ton compte.
-         Nous n’avions aucune raison de remettre en question ce que Deliah affirmait.
-         Je n’ai pas cessé de répéter que Deliah dirait n’importe quoi si sa mère le lui demandait mais personne n’a voulu entendre quoique ce soit.
-         C’est du passé à présent, je vous en prie, Angelina, je vous en supplie rendez-moi ma fille et rendez sa mère à ma petite fille.
-         Votre fille, Esther, a non seulement et à mainte reprise voulue me séparer de mon mari et de mes enfants mais non contente de ne pouvoir parvenir à ses fins elle a alors tenté de nous a assassiner mes enfants et moi en provoquant un incendie.
-         C’était un accident, de plus Chloe ignorait que vous vous trouviez à l’intérieur avec vos enfants.
-         Ce n’était pas un accident : c’était sciemment fait ! Chloe s’est introduite chez moi dans ma maison avec un double des clés qu’elle avait conservé après son divorce avec Kevin et dont il ignorait tout. Elle a tout fait pour me provoquer et a fini par réussir. Je l’ai flanqué hors de chez moi et je suis remontée m’occuper de mes filles et c’est alors que j’ai commencé à sentir une odeur de fumée. En m’approchant de la porte j’ai vu les flammes jaillir d’un peu partout. J’ai bien failli mourir brulée vive avec mes deux bébés et pour quel crime ? Chloe a voulu assassiner mes bébés ! Je ne pourrai jamais lui pardonner !
Angelina fini par craquer et remonta en courant dans sa suite.
-         Bravo, vous avez obtenu ce que vous vouliez ? Vous avez réussi à faire pleurer ma femme mais c’est la seule chose que vous obtiendrez d’elle et de nous. Je l’aime et je l’aimerai toujours. Il est hors de question de ne la quitter ni aujourd’hui ni demain ni dans cent ans ! En revanche c’est moi qui vous quitte. Angelina et moi quittons cette ville pour toujours !
 
Avant que qui ce soit n’eut le temps de parler Kevin tourna les talons et remonta dans sa suite ou il trouva sa femme en larmes. En le voyant celle-ci se jeta dans ses bras.
-         Je te demande pardon : je ne voulais pas pleurer devant eux.
-         Chérie, tu n’as pas à me demander pardon ; j’étais sûr que tôt ou tard tu finirais par craquer, dit-il tout en lui caressant les cheveux.
-         J’ai eu tellement peur ce jour-là en voyant les flammes jaillir de toutes part. J’ai cru ma dernière heure arrivée mais même si moi je devais payer pour le mal que j’ai pu faire par le passé en t’éloignant de celle que tu aimais alors le jour de votre mariage mais nos enfants n’avaient rien fait de mal. Ils sont innocents. Pourquoi auraient-ils du mourir pour mes fautes ? 
-         Ma puce, tu n’as rien fait de mal et tu as suffisamment payer cher le fait d’être tombée amoureuse de moi à un moment où j’étais trop abruti pour voir qui tu étais vraiment.
-         J’avais tellement peur : les filles n’arrêtaient pas de pleurer. Le feu jaillissait de tous les côtés : nous allions tous mourir. Kevin, nos bébés allaient mourir brulés vives dans mes bras.
-         Dans ce moment-là où l’on pense que l’on va perdre l’être que nous aimons plus que nul autre au monde… on ne pense plus à rien d’autre qu’à lui et fuse au péril de notre vie on ferait n’importe quoi pour la protéger.
Angelina le regarda les yeux remplis de larmes.
-         Ce que tu as éprouvé pour nos bébés je l’ai ressenti pour toi, mon amour. Tout au long du chemin je priais pour que ce ne soit pas grave car vous perdre toi où l’une de nos filles m’était insupportable alors quand j’ai vu nos filles en bonne santé… je t’ai vu dans les flammes. Tout ce feu allait t’emporter… c’était bien plus que je ne pouvais alors je n’ai plus pensé à rien d’autre : je devais te tirer de là à n’importe quel prix. Je n’ai pas vu le danger mais combien même je l’aurais vu je l’aurais fait malgré tout et je le referais : tout plutôt que te perdre.
Angelina se blottit dans ses bras. Kevin lui donna un baiser sur sa tête.
-         J’ai eu tellement peur de les perdre.
-         Et moi de vous perdre toutes les trois mais Dieu merci vous allez bien : nos filles sont superbes ! elles sont magnifiques : Tout comme leur maman.
Kevin et Angelina s’embrassèrent.
-         Je t’aime, Kevin.
-         Moi aussi, je t’aime, Angelina.
Ils s’embrassèrent derechef plus longuement.
-         J’ai une bonne nouvelle : j’ai reçu un SMS de Dylan McAvoy : il est d’accord pour les conditions de rachat du Neon Ecarlate.
-         C’est vrai ?
-         Bien c’est vrai. Dès demain nous irons signer et le Neon Ecarlate ne sera plus à nous et nous pourrons enfin commencer notre nouvelle vie. Une nouvelle vie à quatre, quatre et demi devrais-je dire, dit-il en passant une main sur le ventre de sa femme.
Angelina sourit.
-         Bientôt cela va commencer à se voir.
-         Est-ce tu as déjà pensé à un prénom ?
-         Kevin jr, bien sûr !
-         Oh non, non, non, je veux être le seul Kevin de ta vie.
-         Et moi qui pensait sortir avec Kevin Costner.
-         Dis-moi qui c’est je vais aller le tuer.
Angelina se mit à rire.
-         Si tu savais comme tu m’as manqué. Je gardais le sourire devant les médias et le public mais tout n’était que façade. Lorsque les lumières s’éteignaient… Kevin, il ne se passait pas un soir, pas un jour où je n’espérais te voir dans le public. En même temps je me disais que c’était stupide car tu vivais de l’autre côté du pays et surtout tu étais marié.
-         Et pourtant ce jour a fini par arriver. Il est arrivé un jour où tu m’as vu non dans le public mais dans ta loge.
Approche.
Kevin l’attira vers lui et l’embrassa.
-         Cela fera bientôt un an.
-         Oui, mon amour, bientôt un an et nous fêterons le premier anniversaire de nos retrouvailles dans notre nouvelle maison en Utah.
-         Où nos filles fêteront leur premier anniversaire et où naitrons nos prochains enfants.
Kevin l'embrassa langoureusement et tombèrent ensemble sur le lit.

 
 
***
 
 
En rentrant chez lui, Michael était contrarié.
-         Kevin est en colère et les mots ont certainement dépassés sa pensée. Il a failli perdre à la fois sa femme et ses enfants dans cet incendie. Lorsque le procès sera terminé tout ceci sera enfin derrière nous et toi et Kevin vous pourrez vous réconcilier.  
-         Christine, Kevin va partir vivre en Utah : c’est trop tard.
-         Rien n’est jamais trop tard, Eden.
-         On n’a pas assisté à la même scène…
-         Ça suffit toutes les deux : stop ! Le problème n’est pas de savoir si Kevin va quitter Genoa City ou non : ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus pour le moment.
-         Alors de quoi s’agit-il ?
-         Christine tu te souviens de Patrick, le substitut qui devait me remplacer au procès de Chloe ? Il a une offre d’emploi dans un grand cabinet de Chicago et il démissionné.
-         Et il n’y a personne qui puisse le remplacer ?
-         Pour les affaires courantes j’ai dispatché ses dossiers entre différents substituts mais pour cette affaire il n’y a personne en dehors d’Heather et moi à connaitre tous les éléments du dossier. Et tu sais ce qui se passera si je laisse Heather plaider.
-         Vance Abrams retourna la situation en faveur de Chloe et nous perdrons le procès. Chloé sera libre !
-         Honnêtement, Michael, ne serais pas une bonne chose ? soyez franc Chloe n’est une menace pour personne.
-         Tu oublies Angelina et ses enfants.
-         Sincèrement, Christine, je ne crois pas une minute que Chloe ait pu faire une chose pareille.
-         C’est pourtant vrai, Eden. Les images ne mentent pas : Chloe a volontairement mit le feu à la maison en sachant qu’Angelina s’y trouvait avec ses enfants.
-         Et elle jure de recommencer dès qu’elle sera en liberté.
-         J’n’en crois rien. Christine, Chloe n’est pas Phyllis.
-         Je ne vois pas le rapport.
-         Tu t’es acharnée sur Phyllis et maintenant tu veux envoyer Chloe en prison parce que c’est une amie de Phyllis et parce que tu es du côté d’Angelina.
-         Eden, je n’ai rien à gagner ni à perdre dans cette sordide affaire. Je veux simplement que justice soit rendue. Une femme et ses deux bébés ont bien failli perdre la vie.
-         Et elles sont plutôt bien sorties.
-         Eden !
-         Michael, tu ne peux pas laisser Chloe aller en prison. Les jérémiades d’Angelina pour se faire passer pour une victime ne m’ont absolument pas convaincue.
-         Eden, tout comme toi j’aurais aimé que cela marche entre Kevin et Chloe mais il a fait son choix et il s’appelle Angelina. C’est elle dont Kevin est éperdument amoureux ; suffisamment pour avoir fondé une famille avec elle et ne pas hésiter à risquer sa vie pour la sauver. Ma décision est prise : je plaiderai au procès de Chloe en toute impartialité comme s’il s’agissait d’une personne lambda.
-         Mais ce n’est pas une personne lambda c’est Chloe !
-         Et elle a tenté d’assassiner trois personnes, Eden : trois. Une femme et ses deux enfants et elle a très clairement expliqué qu’elle recommencera une fois libérée. Je ne peux ni ne veux courir ce risque. C’est la raison pour laquelle je dois gagner ce procès.
Christine sourit.
-         Lorsque Kevin l’apprendra il te pardonnera j’en suis sure.
-         Je crains que tu ne t’avance un peu trop, Christine.
Michael sortit de chez lui.
 
 
 
***
 
 
On frappa à la porte de la suite de Kevin et Angelina.
-         Ce doit être la baby sitter : je vais ouvrir ! Michael ?
-         Bonsoir, Angelina. Kevin est là ? J’ai à vous parler à tous les deux.
-         Nous nous sommes déjà tout dit cet après-midi que veux-tu encore ?
-         Je dois te parler, pardon je dois vous parler à tous les deux à propos du procès de Chloe.
-         Je croyais avoir été parfaitement clair à ce sujet : Chloe n’obtiendra jamais mon pardon. Si tu es ici pour essayer de me convaincre du contraire, essayer de me faire culpabiliser par rapport à Delia et Esther, tu perds ton temps Victoria a déjà essayé je l’ai envoyé voir ailleurs.
-         Ce n’est pas de ça dont je suis venu m’entretenir avec toi.
-         De quoi s’agit alors ?
-         Le substitut qui devait me remplacer au procès de Chloe a démissionné. Il a trouvé un travail dans un grand cabinet de Chicago et est parti. Personne en dehors d’Heather et moi ne connait aussi bien le dossier et je ne peux pas laisser Heather plaider. Je vais donc me charger moi-même de l’affaire.
-         Comme par hasard.
-         Que veux-tu dire ?
-         Cette offre d’emploi tombe à point nommé à quelques jours de l’ouverture du procès.
-         Kevin, tu ne crois tout de même pas que j’ai quelque chose à voir là-dedans ?
-         Pas toi, Michael, mais Chloe. Chloe n’est pas une abrutie et elle devait savoir qu’en faisant c’est toi qui te chargera de l’affaire et tu feras tout pour perdre afin qu’elle recouvre sa liberté puisque tu m’as en horreur.
-         Vous n’avez aucune preuve de ce que vous avancez tous les deux et de toute manière je compte plaider à ce procès comme s’il s’agissait d’une personne lambda.
-         Michael, je te préviens et je ne le répéterai pas deux fois : si par malheur Chloe s’en sort malgré toutes les preuves qui pèsent contre elle et qu’il arrive malheur à Angelina où l’un de nos enfants, je t’en tiendrais pour responsable pour le reste de tes jours.
 
 
***
 
Après le départ de Michael, Angelina se blottit dans les bras de Kevin qui l’embrassa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://genoa-city.forumactif.com
 
Reglement de compte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» affaire du reglement de compte
» Règlement de comptes [Lo'] [Terminé]
» demande de suppression du compte
» Partage de compte
» Compte de Narcisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Angelina & Kevin love for ever :: Fan fiction Angelina & Kevin :: Retrouvailles-
Sauter vers: